Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

25 janvier 1515 : François Ier est sacré roi de France à Reims

Le 25 janvier 1515, François Ier est sacré roi de France à Reims. Il régnera jusqu’à sa mort en 1547. Figure emblématique de la Renaissance et mécène de Léonard de Vinci, il léguera à la postérité quelques-uns des plus beaux châteaux de la Loire. Mais François Ier s’illustrera aussi en tant que politique. Fin stratège et grand pragmatique, il placera autant que possible l’État centralisé au service des intérêts de la France.

1515, année de son couronnement, est marquée par la célèbre victoire de Marignan, près de Milan, contre les Suisses. Il s’en suivra un traité de paix avec le peuple helvétique, toujours respecté jusqu’à aujourd’hui.

En 1519 a lieu l’élection de Charles de Habsbourg, dit Charles Quint, comme empereur d’Allemagne. Par le jeu des héritages, cet empereur germanique se retrouve également à la tête de l’Espagne et de son empire colonial, des Pays-Bas et du royaume de Naples. Après une alliance avec le roi d’Angleterre, Henri VIII, qui sera de courte durée, l’empereur entame l’invasion de la France.

En 1525, François Ier est fait prisonnier à Pavie (Italie). En échange de sa libération, Charles Quint réclame de nombreux territoires pour lui-même et son allié anglais, notamment la Normandie et la Provence. François Ier accepte finalement de signer ce traité tout en prévenant qu’il sera nul, en raison du principe de l’inaliénabilité du domaine de la couronne. Ce principe, qui interdit au roi de donner ou de vendre une partie du territoire national, existait depuis le XIVème siècle et sera consacré juridiquement par l’édit de Moulins en 1566.

Dans sa lutte contre Charles Quint, François Ier s’est illustré par une politique extérieure innovante pour l’époque. En effet, le roi français catholique n’hésite pas à s’allier d’une part avec Soliman, dit le Magnifique, sultan de l’Empire ottoman, d’autre part avec les princes protestants, qui sèment le trouble au sein de l’empire germanique pour des raisons religieuses mais également politiques, du fait de la volonté centralisatrice de Charles Quint. Quant au roi d’Angleterre, une forte somme d’argent le fait finalement changer de camp en faveur de la France. Charles Quint achève lui même la notion de « chrétienté » en saccageant Rome, son berceau historique, en 1527.

La politique de François Ier, privilégiant avant tout la défense pragmatique de l’intérêt national, peut être considérée comme l’ancêtre de ce qu’on appellera plus tard la « realpolitik ». Cependant cette stratégie est rapidement entrée en conflit avec la situation intérieure de la France. Outre le scandale d’une alliance avec les Turcs musulmans, le rapprochement avec les protestants d’Allemagne pose la question du positionnement de la royauté vis-à-vis de la communauté protestante émergente en France. Sur ce point, François Ier tente d’imposer un équilibre entre catholiques et protestants. Cependant la pression catholique du peuple français contraint le roi à modérer ses alliances.

La question religieuse est donc omniprésente lors du règne de François Ier. Les relations entre le roi et l’Église sont également bouleversées par le concordat de Bologne, conclu avec le Pape dès 1516. Cet acte permit au roi d’obtenir la reconnaissance de sa souveraineté sur le clergé de France. Il régira les rapports de la monarchie avec l’Église jusqu’à la Révolution.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • VIVE LA FRANCE ET VIVE LE ROI ! Les escrocs républicains à la lanterne !

     

    • ...1515 Le Roy aura le droit de nommer les évêques (pouvoir séculier) et le Pape leur confère l’investiture canonique comme ratifiant la nomination du pouvoir séculier (Le Roy) De ce fait le Roy donne l’investiture temporelle.

      Il y a donc un va-et-vient entre le pouvoir séculier et le pouvoir religieux !

      Ce concordat de Bologne donne à la France un pouvoir sur l’Église dans son royaume dont ne disposait aucun autre souverain catholique.

      ...1905 arrivera avec sa séparation de l’Eglise et de l’Etat ! (sauf Alsace Lorraine)

      Les relations entre l’Eglise et l’Etat restent difficiles, l’Etat avait besoin de l’Eglise car à l’époque, l’Eglise notait ceux qui venaient à la vie et ceux qui la quittaient… Donc ces registres étaient aussi contrôlés par l’Etat.

      Le problème aujourd’hui de la séparation des pouvoirs (Eglise et Etat) est que si l’Etat ne s’occupe plus de l’Eglise alors l’Eglise ne s’occupe plus de l’Etat…

      Le problème est que si l’Etat se dispense des valeurs morales liées au travail, à l’usure, à la famille, bref toutes les valeurs Chrétiennes (entre autre) ET en admettant que l’Eglise puisse encore donner son avis, ce dernier n’est pas prépondérant aujourd’hui, car il n’influence en rien les décisions de l’Etat !

      Cette séparation est peut-être très bonne pour aller dans le sens de la liberté du Culte ; mais elle est aussi très bonne pour aller dans l’exercice de l’Etat, avec la difficulté que l’Etat va mettre en œuvre ce qu’il voudrait faire (souvent sans l’accord du peuple) avec des principes moraux qui ne sont pas forcément ceux de l’Eglise… (Tu m’étonnes, deux guerres mondiales ! Et des conflits à travers le monde - Dollars et douleurs...)

      Alors que dire ? Que faire ? Bien, tant que le Christ ne règne pas (Du moins ses valeurs et enseignements) on ne peut pas avoir un ETAT dans lequel les VALEURS MORALES sont celles de Dieu…

      En attendant communiquons pour savoir ce que l’on doit faire, pour savoir ce que nous pensons ! Mais c’est à l’Etat de répondre de ces actes…

      La France étant majoritairement Catholique, les valeurs morales des autres religions ne sont pas exclues... Là-dessus je finirai !

      Bel exemple de moralité Française, quand dans le monde on brûle du Bleu-Blanc-Rouge et du JE SUIS CHARLIE...

      Merci à ceux qui n’ont pas été défilé... Très bon çà !


  • On peut aussi ajouter que grâce à ce grand Roy, nous parlons tous français aujourd’hui via l’ordonnance de Villers-Cotterêts. Il aida les poètes, comme ceux de la Pléiade, à enrichir la langue française. A partir, du XVième siècle le français était la langue privilégiée dans les cours européennes. La France et la francophonie ne seraient pas ce qu’elles sont (ou ont été) avant ces travaux.
    Aussi, l’époque de François 1er marque le début de la Nouvelle-France (puis appelé Canada plus tard). Jacques Cartier fut envoyé dès 1535.

     

    • #1101415
      le 25/01/2015 par Heureux qui, comme Ulysse...
      25 janvier 1515 : François Ier est sacré roi de France à Reims

      @ alex

      La Pléiade dites-vous, je ne sais pourquoi mais cela sonne juste à mes oreilles...
      Ah, si seulement ! Merci en tout cas de déjà évoquer les vrais sujets.


    • Ainsi vive Joachim du Bellay et le meilleur des meilleurs, j’ai nommé RONSARD !!!
      Vive toute la Pléiade.

      "Mignonne, allons voir si la rose ce matin est éclose dans sa veste pourprée..."


    • Oui....mais, ce fut aussi une arme pour la centralisation étatique qui se fit au détriment des langues provinciales...première étape vers la mondialisation, en somme ! j’imagine qu’à cette époque, les ancêtres de nos " Identitaires " actuels ont dû regimber, tordre du nez devant ce premier coup de canif à l’identité des différents "pays " de France..
      Il faut se mettre dans la tête des gens de cette période qui ont très certainement opposé des résistances à ce qu’ils ont dû percevoir comme une " globalisation " en marche et une ingérence de l’état monarchique dans leurs affaires - comme aujourd’hui, nous regardons Bruxelles s’ingérer sans honte dans nos affaires ! Ceci est une leçon pour les Identitaires de E&R et d’ailleurs, qui croient pouvoir arrêter l’Histoire quand ça les arrange ; mais on n’arrête pas l’Histoire, pas plus qu’on ne la détourne de son lit ; elle va son chemin, lentement mais sûrement, nivelle, arase...détruit l’ancien au profit du nouveau.


    • Oui mais il convient aussi de préciser que la langue française est, à la base, réservée à l’aristocratie pour écarter le peuple des affaires publiques (la politique) par la barrière de la langue.
      Si des forums politiques existent de nos jours, où chaque citoyen politisé peut exprimer son opinion et débattre, c’est grâce à la révolution qui a démocratisé la langue française.


    • @ pythie

      La centralisation étatique est ce qu’on appelle aujourd’hui l’État-nation (processus prolongé par les Jacobins après la Monarchie). Ce qui n’est pas l’objectif projeté sur les pays par les mondialistes (comme J.Attali qui considère un pays comme un hôtel). A contrario, ils veulent dissoudre les États-nations historique par des petites régions impuissantes et les rendent indifférenciées, où à l’heure actuelle les "régionalistes" et les "identitaires" réclament leur indépendance.
      A vous lire, la France serait une construction mondialiste. A savoir pourquoi les adeptes d’un gouvernement mondial veulent détruire la France et toutes les Nations existantes.


    • #1101672
      le 25/01/2015 par ·٭·щargueri†e·٭·
      25 janvier 1515 : François Ier est sacré roi de France à Reims

      ne pas tomber dans le panégyrique de principe non plus !
      On peut aussi trouver que ce roi fut une mauvaise passe pour la France.
      Prince affairiste, très lié aux familles immensément riches du capitalisme des cités italiennes, qui se sont arrogé les affaires et la direction du royaume à partir de là. Transformant le pays en une immense réserve d’esclaves.
      Il préfigure Louis XIV, un des pires dictateurs de tous les temps.
      Là où on voit un beau château, penser qu’il repose sur un véritable charnier de paysans tués à la tâche pour y fournir le subside et l’oeuvre.
      François 1er est le fossoyeur du moyen-âge, l’éliminateur de la caste souterraine des bâtisseurs, moines-druides qui veillaient.
      Quant au protecteur des Lettres, c’est tout autant un phagocytage. Les poètes doivent mille fois plus à l’imprimerie qu’au Roi.
      Et la langue française, est un diktat centralisateur. Heureusement le peuple a résisté et préservé longtemps ses mille langages, enrichissant d’autant le français devenu notre Koiné.
      On peut aimer la royauté, lui reconnaître d’être sacrée, et ainsi permettre de transcender tout gouvernement et toute politique. Pas pour autant que les rois ne sont pas critiquables.


    • Le français a officiellement remplacé le latin dans le actes juridiques...puis,plus tard,sous Louis XIV,il s’imposera comme langue diplomatique toujours au dépend du latin....pour enfin devenir la langue commune qu’on enseigne à l’école !


    • Alex....
      dans l’absolu, c’est cela : la France telle que nous la connaissons est le fruit de deux révolutions capitalistes ( celle de 1789 bien sûr et l’autre, moins connue, du XIIIème siècle. ). Durant cette période, les provinces françaises, pourtant jalouses de leur liberté, de leur culture, basculèrent pourtant les unes après les autres, dans le giron monarchique...Aujourd’hui, nous assistons au même processus de la part de l’UE. Comment ne pas faire le parallèle ? si je vous suis bien, lorsque les rois de France absorbèrent les différentes provinces, souvent de force et au mépris des lois et coutumes des dites provinces, c’était bien et moral ; mais lorsque Bruxelles prétend faire de même avec les nations européennes, dans un cadre clairement mondialiste, c’est mal, immoral etc..comment justifiez-vous cela ? les premières révolutions capitalistes avaient pour cadre la nation - et toutes les nations d’Europe et du monde y succombèrent. Aujourd’hui, a débuté la troisième révolution, celle mondialiste, c’est-à dire, à l"heure où nous parlons, continentale ! c’est pourquoi les antiques états nations sont voués à la disparition, cela dans un cadre continental, c’est ainsi. En quoi est-ce moins moral que l’époque où les rois de France imposaient leur loi aux provinces ? Il faut se souvenir que les peuples en question luttèrent farouchement pour NE PAS ETRE FRANCAIS !!! L’histoire en décida autrement ; le progrès technique imposa de passer à une échelle supérieure et la monarchie vainquit les féodalités. Surtout grâce au surfiscalisme. Surfiscalisme aujourd’hui imposé par l’UE pour finir de dissoudre les états-nations. Mais, je le répète : en quoi est-ce moins moral que la domination de la monarchie française sur les provinces et pays d’oc et d’oïl ?



    • Il préfigure Louis XIV, un des pires dictateurs de tous les temps.



      On peut dire que vous avez le sens de la mesure...

      Affirmer c’est bien (quoique sans preuves, très à la mode de nos jours), démontrer c’est mieux...

      Ce que vous dîtes nos manuels scolaires nous le disaient déjà, notre République nous a toujours présenté Louis XIV comme un horrible tyran, mais l’ont constate qu’il n’y a jamais eu autant de tyrans dans le monde que depuis que la loge est aux affaires...



      François 1er est le fossoyeur du moyen-âge, l’éliminateur de la caste souterraine des bâtisseurs, moines-druides qui veillaient.



      Il n’y avait plus de « néo-Druides » (moines issus d’une ancienne tradition orale européenne), ni de transmissions de l’ancienne connaissance depuis longtemps (au moins 2 siècles).


    • Louis XIV le plus grand dictateur de tous les temps... ? N’importe quoi !!
      Alors qu’il n’y avait pas assez de monnaie en circulation dans le royaume, le "grand dictateur" que vous décrivez a fait fondre la plus grande collection mobilière en argent du monde pour remettre en circulation suffisamment de monnaie pour son peuple !
      Soit : L’INTÉGRALITÉ DU MOBILIER EN ARGENT DU CHÂTEAU DE VERSAILLES !!!
      Et pendant ce temps là, Nicolas Sarkozy vend l’or des français aux américains pour une peccadille... !
      Allez vous instruire un peu de grâce...


  • Très grand roi ! Sur la politique de déstabilisation de l’unité allemande par le soutien aux princes protestants, lire l’excellente "Histoire de deux peuples continuée jusqu’à Hitler", de Bainville. On y découvre toute la subtilité et l’habileté de la diplomatie française d’Ancien Régime, malheureusement mise à bas par la Révolution et les Empires français successifs... Et totalement enterrée de nos jours par la République, devenue ouvertement anti-nationale et anti-française.

    Vive la France ! Vive le Roi !


  • Vive la France, vive le Roi Très Chrétien !


  • 500 Ans !!!

    D’un François (à) l’ autre... de la Renaissance à la soumission misérable.


  • D’un Francois a l’autre...


  • On est loin des Sarkollandes et cie.......


  • Tiens donc...en Monarchie la pression du peuple peut donc produire du résultat (sur la question protestante comme on peut le lire ici), nous on a essayé en République (pardon en Réprivée) par rapport au vote sur l’UE et ça n’a donné aucun résultat, comme dans une dictature...marrant ces paradoxes !


  • Au soir du désastre de Pavie (1525), il écrivit à sa mère une lettre qui se terminait par cette phrase : " Tout est perdu fors l’honneur " . Magnifique .


  • François 1er aimait beaucoup les femmes et celles des autres, malheureusement c’est ce qu’il l’a perdu !!


  • - 1905 séparation de l’Eglise et de l’Etat

    - 2015 Séparation de l’Etat et du Peuple.


  • La renaissance est la clé qui ouvrira la porte au protestantisme puis au idée des lumière soit l’idéologie maçonnique qui permis de valider cette formule :

    "Les rois ont fait la France, les francs maçons l’ont détruite"

    François Ier pouvait-il se douter, que déjà a l’époque des loges se formaient et élaboraient ce qui sera le plus grands complot jamais fomenté contre l’église.

    Je suis pourtant loin d’être de formation royaliste, mais j’ai beau retourner le problème dans tous les sens, la décadence française c’est initié en même temps que son éloignement du catholicisme comme socle de valeur "national".
    La France dont on est fier, la France que l’on respecte est la France du moyen age au XIVeme siècle, qui est la France sous autorité catholique.
    Pour retrouver cette sainteté, cette belle moralité, cette force,une seul solution refaire du catholicisme bien compris la religion d’état.


  • désolé mais François 1er est loin du grand roi que l’on décrit il n’était pas certes le plus mauvais mais de là à dire un grand roi il y a un pont,
    voir même assez lâche sur les bord....

     

    • #1103020
      le 27/01/2015 par Heureux qui, comme Ulysse...
      25 janvier 1515 : François Ier est sacré roi de France à Reims

      @ ras

      Un pont que je ne franchirai pas...
      Maintenant et concernant Philippe le Bel ou même ce malheureux Louis XVI si mal entouré, mon avis serait complètement différent, mais l’Histoire n’est pas une science exacte.


  • Afficher les commentaires suivants