Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

4 heures du matin, Paris, 1967 : le ballet des femmes de ménage

Pas de révolte chez ces femmes courageuses, qui font le ménage dans les bureaux entre 6 et 8 heures pour que tout soit propre pour les cols blancs. Certaines ont plus de 70 ans et plus de 50 ans de métier.

 

 

Et la vie à Paris, toujours en 1967 :

1967, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2337905

    On est si loin de la France des Macron, Sarkozy, Hanouna et toutes les racailles. Et ces gens savaient parler... Ces femmes aussi portaient un foulard, mais personne ne le leur reprochait. Les salaires exprimés en anciens francs....


  • Quand de l’étranger évoque le pays, j’ai l’impression que c’est cette douceur de vivre commune partagée au sein de notre plus basse classe sociale, et ce petit train-train quotidien populaire et monotone de l’époque qu’on nous jalouse... Si oui, je ne saisis pas la raison de ce qui peut empêcher toujours empêcher les autres de se créer cette plaisante cohésion sociale.

    Le monde au-delà de la France dans les décennies passées, c’était déjà le bordel racial que c’est devenu pour nous aujourd’hui ?

     

    • @tintin
      Votre nostalgie vous aveugle, le monde, quel monde ?
      D’autres contrées lointaines devaient aussi avoir une certaine douceur de vivre.
      N’oubliez pas, c’est suite à toutes ces douces misères que les gréves monstres du monde ouvrier ont u lieu, très loin du 68 nuitard libertin, idiot ringard du capital.


  • il est 15h, paris 2019, le bal des éborgneurs

    Je ne suis pas tombé, j’ai tenu mon œil dans ma main, mon pote m’a dit “tu n’as plus d’œil”. Je l’ai jeté par terre. » Alexandre Frey, éborgné le 8/12/2018

    https://twitter.com/davduf/status/1...


  • Les fameux "boulots que les français ne veulent pas faire". Visiblement à l’époque, ils/elles voulaient bien. La théorie du poil dans la main des français de souche avancée par les immigrationnistes et indigénistes pour justifier la submersion migratoire serait-elle fausse ?

     

    • Les esclavagistes évoquent souvent la fainéantise des esclaves.


    • Personne ne veut faire ces boulots ni aucun autre pauvre taré


    • C’est une question de valeur sociale, de prestation social, d’immigration et de salaire.

      J’explique : aujourd’hui c’est la course à la tune et la célébrité, du coup devenir "influenceur" sur Insta c’est plus glamour que d’aller nettoyer. C’est la valeur sociale.

      Les prestations sociales sont élevées en France : femme seule avec enfant peu par exemple compiler diverses allocations, sans compter le RSA bien sûr.

      Le salaire offert pour ce type d’emploi est ridicule. Du coup, aucune raison de le faire pour des cacahouètes. Par contre, des immigrés illégaux ou pas sont prêts à trimer pour €20 par journée de travail.

      Oui, tu as bien lu. 20 roro au black, c’est ce qu’accepte de toucher un putain de plongeur immigré illégal ne parlant pas un seul mot de français à Paris.

      C’est du vécu, mec, pas des ouïe-dire.


    • J’enchaîne les "petits boulots", manutention, inventaire, intérim, etc et je oeux vous dire que je ne vois jamais, ô combien, jamais ou très rarement des français de souche.
      Ce qui n’est pas etonnant car disposant d’un meilleur réseau de connaissance pour acceder a de meilleurs postes.


  • Que les connasses de féministes précarisées du tertiaires, se repassent en boucle la petite dame de 76 ans (3mn 02). Elles vont comprendre - trop tard - que c’est presque ce qui les attend avec la réforme des retraites, qui prévoit la quasi suppression de la pension de reversion. Et encore, pour les ménages, on en ferra venir d’autre qui bosseront mieux qu’elles et pour rien !

    A bon entendeur

     

    • "Et encore, pour les ménages, on en ferra venir d’autre qui bosseront mieux qu’elles et pour rien !"

      Qui bosseront mieux ? Ou vous êtes aveugle, ou vous êtes un troll...


    • @VIVACHAVEZ
      Aveugle ? Certainement pas. Car d’une part je peux constater qu’en arrivant le matin au boulot le ménage est fait, et bien fait, d’autre part mes yeux de lynx m’ont permis de constater que la personne qui l’avait fait ne ressemblait ni à Mme Schiappa, ni à Mme De Hass... Mais ou serait le rapport je vous le demande ?

      N’étant pas sourd non plu, je vous conseille les vidéos à caractère informatif de Francis Cousin. Cela peut aider à discriminer ce qui relève du trollage... ou pas.


  • On sent bien que les gens n’étaient pas si heureux et les salaires ne crevaient pas le plafond ! Je comprends mieux l’émergence de mai 68...des salaires de 600 à 800 francs par mois...
    Après c’est difficile de comparer les époques : la qualité de vie, le prix des loyers etc...les femmes semblaient mieux équilibrées , maniaient mieux la langue...

     

  • Et pendant ce temps la,françoise sagan pleurnichait sur son nombril,’bonjour tristesse’—tu parles-----

     

  • 283 anciens francs de l’heure en 1967 équivaut 3,64 Euros en 2018 (site INSEE), en tenant compte de l’inflation...
    il y a donc comme un truc qui va pas avec la calcul de l’INSEE car on ne peut pas vivre ajd avc 3.64 Euros de l’heure...
    Drôle de 30 glorieuses qui faisaient bosser des femmes de 76 ans !!!!


  • Ça ne fait que du mal ces vidéos nostalgiques.
    C’est comme l’Amérique des années 60, 70 ou Rome dans les années 50.
    C’était formidable, splendide.
    C’est fini. Terminé. C’est comme l’Empire Romain : c’est dans le passé, sans espoir de retour.
    En tout cas, moi, ça me chagrine ces vidéos. Vraiment.

     

    • L’empire romain ? Dégueulasse, la monarchie héréditaire c’est une loterie, la naissance remplace la compétence : zéro . Des dynasties farcies de dégénérés, dès le début . Il n’a tenu que grâce à la puissance de ses légions . C’est l’admirable République Romaine, une méritocratie exemplaire, qui a conquis tout le bassin méditerranéen et la moitié de l’Europe .


    • C’était la France...


    • @Caligula
      Les empereur romains choisissaient leurs héritiers. Puis advint le népotisme, comme toujours...
      Aussi, ne fait pas semblant de ne pas comprendre à quoi je me réfère lorsque je parle de l’empire romain, c’est-à-dire à sa superbe plutôt qu’à sa décadence.


  • La belle France devant l’immigration.

     

  • Ce n’est pas par hasard que les femmes de ménage de la vidéo sont âgées. Elles sont nées au dix-neuvième siècle, et ont connu les très dures conditions ouvrières du début du 20e siècle dans leur enfance. Elles semblent résignées, elles sont veuves et ne font que compléter une maigre retraite ; ce dont profitent les intermédiaires qui paient le boulot aux deux tiers du prix courant à l’époque.
    Trop âgées pour prétendre concurrencer de vigoureuses jeunes femmes, elles acceptent ces conditions de travail aux inconvénients aussi énormes que cumulés : pas de transport, lever dans la nuit noire, travail pénible et sans aucune considération pour leur vieillesse, aucun statut social, solitude.
    Un petit boulot pas pénible début 1970 rapportait au pire 5 francs de l’heure.
    Les femmes de ménage des années soixante étaient plutôt de jeunes Espagnoles, souvent fières d’elles et rieuses, et des Portugaises solides. Ces femmes étaient mieux payées. Les Algériennes récemment arrivées étaient alors peu appréciées par les ménagères.


  • Les Français sont (étaient ?) de braves gens....


  • Monsieur Macron et sa bande ont du mal à comprendre la dignité dans le travail que réclame les gilets Jaunes et les contres de la réforme retraite... certains travails sont mal payés et très mal reconnus : ces honnêtes femmes de ménages qui travaillent sans se plaindre et avec le sourire et la tête haute méritent un salaire à la hauteur de leur travail, les éboueurs qui ramassent nos déchets, les ambulancier, les pompiers, les infirmiers, les aides soignantes, etc. Un salaire minimum tel le smic actuel n’est pas suffisant pour vivre et élever ses petits dignement...


Commentaires suivants