Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Aéroport de Toulouse : les actionnaires chinois grands gagnants de la privatisation

Qu’on ne s’y trompe pas : quand les grosses têtes de Bercy revendent un juteux morceau de la souveraineté nationale à un groupe étranger, que ce deal semble perdant pour la France, et surtout les Français, c’est qu’il y a un loup, et que ce loup ressemblent furieusement à un deal caché, un deal qui s’éparpille dans les brumes des commissions et autres rétrocommissions, comme pour les contrats d’armement.

Même si la Cour des comptes (qui vient toujours après la bataille) dénonce la dépréciation du bien national, il reste que le pigeon est bien le contribuable français qui finance depuis toujours les infrastructures par l’impôt, infrastructures qui atterrissent en douce dans des mains étrangères, pour ne pas dire ennemies. Ennemies de l’intérêt national, s’entend. Ainsi, les milliards perdus par notre pays lors du braquage du siècle, celui de la taxe carbone, ne le sont pas forcément pour tout le monde. Que celui qui a des oreilles...

– La Rédaction d’E&R –

 


 

L’Aéroport de Toulouse va changer de mains, pour le plus grand bonheur de ses actionnaires chinois. Selon Le Canard enchaîné, ceux-ci réalisent en quatre ans une belle plus-value de 75%. La privatisation partielle, poussée par Emmanuel Macron, avait valu des déboires judiciaires aux actionnaires, dont l’État. Retour sur un fiasco très français.

 

Culbute en vue pour le groupe chinois Casil (China Airport Synergie Investment Limited) actionnaire à 49,99 % de la société d’exploitation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac (ATB). Selon Le Canard Enchaîné du 18 décembre, le groupe français Eiffage serait en passe de mettre sur la table 507 millions d’euros pour racheter au consortium chinois leur moitié de l’aéroport toulousain, qu’il avait acquis pour 308 millions d’euros en avril 2015, soit une belle plus-value de près de 230 millions d’euros, si l’on compte les 28,79 millions d’euros perçus au titre des dividendes.

Un tel gain interroge par ailleurs sur les méthodes d’évaluation des biens publics que cède Bercy. En effet, rares sont les occasions de réaliser une plus-value de près de 75 % sur des investissements d’infrastructures, qui plus est par une entreprise n’ayant – comme le rappelle le Canard – « pas la moindre expérience de la gestion d’un aéroport ».

Lors de la privatisation de l’aéroport, annoncée à l’été 2014 et impulsée par Emmanuel Macron, le prix de la société de gestion de l’aéroport est fixé par Bercy à 616 millions d’euros. 308 millions d’euros à débourser pour prendre 49,99 % des parts jusqu’en 2046, pour les potentiels repreneurs français (ADP, Capitole Alliance, Vinci), la somme est jugée « déraisonnable ». Pourtant, il vaudrait plus d’un milliard d’euros, au vu de ce qu’Eiffage serait près à mettre.

Après le retrait de l’Australien Macquarie, de l’Espagnol BTP Ferrovial et de l’Allemand AviAlliance (faisant partie du consortium Capitole Alliance), le Chinois Casil remportera finalement l’appel d’offres. En prime pour les nouveaux acquéreurs, Bercy se réserve alors la possibilité, sous trois ans, de revendre les 10,01 % du capital lui restant à Casil, point sur lequel il se ravisera. Dès la fin 2014, Michel Sapin, ministre des Finances, et Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, « se félicitent du succès de l’opération », qui permet à l’État « de céder dans d’excellentes conditions sa participation ».

Un avis que ne partagera pas la Cour des comptes, quatre ans plus tard. En novembre 2018, les sages de la rue Cambon épinglent la privatisation, estimant que « le processus choisi a révélé de graves insuffisances » et que la société de gestion restait dans une « situation, ambiguë et instable » après une privatisation qui restait « inaboutie ». À leurs yeux, les critères de sélection de l’acquéreur étant « peu exigeants et limités à leur capacité financière », appelant à un « contrôle plus strict du respect des engagements des acquéreurs. »

« Bercy fait preuve, dès le début, d’un singulier aveuglement. L’acquéreur – une société au capital considérable de 10.000 euros – n’était autre que le prête-nom d’une société d’État chinoise et d’une autre, créée pour l’occasion aux îles Vierges britanniques, paradis fiscal bien connu », relate le palmipède.

[...]

L’État et les actionnaires chinois s’en sortent donc et ces derniers pourront revendre au prix fort au groupe français de leur choix. Mais quoi qu’il en soit, toute cette affaire ne fait pas très propre à la vieille d’une nouvelle privatisation d’infrastructures aéroportuaires, et non des moindres : celles d’ADP.

Lire l’article entier sur fr.sputniknews.com

Quand la Macronie vend la France à la découpe :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est comme les deals concernant les joueurs du PSG, il y en a plus d’un qui doit recevoir des commissions...

     

    • La différence est que les joueurs du QSG ne sont pas sous évalués pour permettre ces commissions et qu’ils ne sont pas payés par l’argent publique. Quelle grossière comparaison !!!sans aucune mesure. Tant que le message est passé sur la forme, le fond n’a pas d’importance.


  • Mais quelle surprise ! Moi qui pensais que ces acheteurs d’entreprises françaises étaient des idiots qui allaient perdre de l’argent ! Car bien évidemment qu’un milliardaire ou un fond de pension qui rachète une entreprise c’est pour perdre de l’argent ! Logique !
    Plus sérieusement, l’une des manifestations de la dégénérescence anthropologique de notre peuple c’est la perte de ce proverbiale "bon sens paysan". Il n’y a pas besoin de sortir de polytechnique ou de je ne quelle prestigieuse école de commerce pour comprendre de manière intuitive que si des puissances financières claquent des millions voire des milliards pour acheter une entreprise, une société...c’est pour faire du fric ! Cela me rappelle aussi le fameux "c’est l’Etat qui paye" où les gens assimilent stupidement l’Etat à un gentil papa généreux en argent de poche ! Oubliant complètement que l’argent de l’Etat est l’argent du peuple ! Ce fric est ponctionné sur les masses laborieuses et qu’avec la logique de la dette ce pognon est remboursé par le contribuable avec des intérêts faramineux !

     

    • les entreprises suivent leurs intérêts qui peuvent être divers, développement, concentration investissements, restructurations etc etc. c’est logique, normal et connus.
      le problème vient des décideurs politiques, qui, (sans doute à cause des tunnels), ne reçoivent pas toujours ces merveilleuses ondes qui les rends si clairvoyant.
      Les simples mortels ne peuvent comprendre cette lumière interne qui les éclaire de l’intérieur et seuls, les experts homologués, grâce à des lunettes filtrantes spéciales peuvent les guider vers ces judicieuses décisions qui nous engagent tous et dont, en cas d’erreur, ils ne paieront rien.
      et tous ces imposteurs se pavanent dans les média sans complexe.
      je crois de plus en plus que notre système politique sélectionne pour l’exercice du pouvoir, les pires d’entre nous...


  • Ce que l’article ne dit pas c’est que les Chinois ont vidé les caisses et n’ont pas fait un investissement...


  • .Il faut être con comme une bite pour vendre un bien appartenant aux Français afin que les actionnaires Chinois puissent faire du fric .
    Ce gouvernement Français n’est ni plus ni moins qu’un asile psychiatrique..

     

    • Tant mieux cest une bonne chose vraimment...vendez tout ...tendez vos fions ..menez nous vers le mur cest face au désastre et seulement quand la majorité des mouton perdrons le peux de merde a laquelle ils on lair de s’accrocher ..qu’enfin ca prêtera et sue cette bande dordure sera dégager...en prévision faudrait chercher le ou les prétendants a la couronne de france


    • Con comme une bite ? Ah, c’est vous qui le dites, :) Cela étant donc avéré, les cons de dirigeants, ça fait plus de 30 ans qu’ils vendent la France. Delocalisation ou vente du patrimoine, il ne restera plus rien aux français. Il faudrait faire comme certains pays qui interdisent que la propriété soit accessible par d’autres personnes que les nationaux d’origine ( ou au moins sur quelques siècles s’ils sont d’origine extérieure à la France ). La Chine est en train de s’installer partout où elle peut : en Afrique pour les terres, en Europe pour les industries, etc...


  • Vivement que les chinois achètent la Fistiniere , ça les débridera

     

  • #2348200

    Les petits chinois , t’en fais pas qu’ils sont malin
    Ils achètent aéroport, usines, terres agricoles, appartements, sociétés.... entre les djihadistes, les chinois, les qataris, les saoudiens, les banques, etc...
    On est plus chez nous et on le sait même pas
    Notre France, n’a que le nom de France