Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Afrique du Sud : grève générale pour dénoncer un salaire minimum "d’esclave"

Au moins 10.000 personnes sont descendues dans la rue mercredi [25 avril 2018] en Afrique du Sud lors d’une grève générale contre l’introduction d’un salaire minimum de 20 rands par heure (1,3 euro), considéré comme un « salaire d’esclave ».

 

« Vingt rands l’heure, c’est une honte », a estimé un manifestant à Johannesburg, Martin Kgaladi, salarié dans l’industrie automobile qui portait un tee-shirt dénonçant « un salaire d’esclave ».

Le salaire minimum, une première en Afrique du Sud, doit entrer en vigueur au 1er mai, deux mois et demi après l’arrivée au pouvoir de Cyril Ramaphosa.

Le président a fait de la relance de l’économie de la première puissance industrielle du continent l’une de ses priorités.

Les grévistes protestent également contre l’introduction prochaine de nouvelles lois qui limitent, selon eux, le droit de grève.

« C’est un retour en arrière, vingt-quatre ans après l’avènement de la démocratie » en Afrique du Sud, a ajouté Martin Kgaladi à l’AFP, rappelant que « pendant le régime de l’apartheid, on nous empêchait de faire grève ».

« On s’est battu pour être libres et on dirait qu’on revient en arrière », a aussi estimé à Johannesburg Mntomzi Ngxazana, 45 ans.

[...]

Ces manifestations constituent le premier mouvement social d’importance auquel est confronté le président Ramaphosa, un ancien syndicaliste devenu homme d’affaires à succès.

« Cyril Ramaphosa a été capturé par les capitalistes. Il est devenu capitaliste, oppressant les travailleurs qu’il défendait », a regretté Martin Kgaladi.

Dans un communiqué, la Saftu a dénoncé la « déclaration de guerre féroce de la classe dirigeante représentant le monopole capitaliste blanc, qui essaie de faire passer de nouvelles lois qui enracinent la pauvreté ».

Près d’un quart de siècle après la fin officielle du régime ségrégationniste blanc, les inégalités économiques restent criantes en Afrique du Sud. Le salaire mensuel médian est de 10.000 rands parmi la minorité blanche et de 2.800 rands parmi la majorité noire, selon l’Institut sud-africain des relations raciales.

Lire l’article entier sur maliactu.net

Pour mieux cerner les problématiques africaines,
lire chez Kontre Kulture

 

Le mythe de la nation arc-en-ciel, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je voudrais dire à tous ceux qui pensent que le racisme en France existe, allez travailler en Afrique du sud pour 1.3 euros de l’heure, vous verrez ce qu’est le racisme, et l’esclavage en réalité .Même les migrants sont mieux rémunérés .Cessez de nous faire chier avec le racisme en France, et trouvez une autre occupation....

     

    • Le racisme en France existe. Il suffit d’entendre un Asiatique parler des Noirs ou des Arabes, ou un Arabe parler des Noirs.

      Et puis surtout, il y a le racisme anti-goy, qui est le plus violent et le plus pernicieux, car institutionnalisé.

      Les Blancs, à grand coup de culpabilisation, sont devenus en règle générale les moins racistes.


  • Suffit d’aller a camps bay (cape town) pour comprendre que la fin de l apartheid est virtuel. La domination de classe (qui se confond sociologiquement parlant avec la couleur la bas) est un fait.

    Apres l’eternelle question est la legitimité des peuples a vivre sur cette terre sachant qu’un blanc europeen qui domine economiquement une terre pose le meme probleme que celui d’israel, tout en n’oubliant que les autochtones d’afrique du sud ne sont pas les habitants actuels, eux aussi immigrés d autres contrées (bien qu’africaines celles ci)


  • A Riga, en Lettonie, un chauffeur de bus que je connais gagne 350 Eur. par mois. il vit dans un garage équipé d’un robinet pour 75 eur par mois. L’essence et la nourriture sont au même prix à 10 pour cent près.
    Zone Euro toujours, en Roumanie, un salaire moyen c’est 500 Eur. et un loyer 350 pour un appartement .Nombre de Roumaines vont se prostituer en Allemagne en maison deux semaines par mois.
    Au Luxembourg, un avocat d’affaires de 30 ans gagne 4 000 net impôts payés. Il travaille 12 heures par jour et 6 jours sur 7. Il peut être viré pour ’faute grave’ sous n’importe quel prétexte sans chômage. Il est rentabilisé pour son patron dès 5 jours de travail, salaires, charges et bureau compris. Une femme de ménage à Luxembourg gagne la moitié pour 40 heures et un loyer de studio, c’est 1000 minimum sans charges.
    En France, une secrétaire d’une entreprise de transport de 45 ans gagne le smic +10 pour cent. Quand elle a envie d’une paire de chaussures, elle s..e un routier Polonais. Si elle est moins regardante, elle organise des ventes de parfums à domicile, en tous cas elle a deux jobs.
    Conclusion. L’esclavage est partout, c’est le train de vie ’ d’une grisette qui se prostitue près d’une borne pour s’acheter une robe’ écrivait Balzac en son temps.

    Depuis Balac, la productivité a été multipliéé par plus de 100. Ou est passé l’argent Monsieur Mélenchon ? Monsieur Zemmour ? etc..

     

  • Les riches c’est fait pour etre très riche, et les pauvres , très pauvre ! c’est une question de karma, et cette roue là ,ne tourne jamais !


  • "Le salaire mensuel médian est de 10 000 rands pour la minorité blanche et 2 800 rands pour la majorité noire ".... ! Le capitalisme est profondément radin il ne voudra jamais redistribuer la richesse travail en salaire équitable .Les capitalistes bourgeois Peu importe son ethnie ou sa couleur de peau et le pays !...En Afrique /Europe /Amérique ou Asie le constat et méthode sont les même partout la lutte des classes sociales et prolétaires n’est jamais terminé ou gagné c’est une lutte sans fin . "Un salaire raciste "pour ses salauds de pauvres


  • Il faut être un atrophié du bulbe pour ignorer que le changement de régime en Afrique du Sud a permis à une caste noire de prendre la place d’une caste blanche, mais en plus corrompue, plus inapte et plus violente.
    L’afrique du sud, un pays qui s’enfonce dans la misère et le crime.