Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Université de Nanterre : contre les notes automatiques, pour les partiels à la maison !

Alors que certaines facultés sont toujours fermées ou bloquées ce jeudi [26 avril 2018], et que d’autres sortent à peine de plusieurs semaines de mouvement étudiant, des directions d’universités se refusent à attribuer des notes automatiques et mettent sur pied des stratagèmes pour permettre à leurs étudiants de passer leurs examens.

 

Le communiqué, publié ce mercredi sur le site de l’université Paris Nanterre par la présidence est clair :

« Nous rappelons qu’aucune validation ou note automatique ne saurait être reconnue valable : la notation doit tenir compte du mérite réel des étudiants pour que le diplôme ait pleine valeur et validité. »

En clair, comme l’avait annoncé le président de cette université sur France Inter, malgré les semaines de blocage qui ont empêché la tenue des cours, les examens de fin d’année auront bien lieu.

 

 

Pour les partiels à venir, la situation, à Nanterre, semble réglée : ceux devant avoir lieu le 2 mai prochain sont reportés à une date ultérieure, et ceux devant avoir lieu le 3 mai et après sont maintenus.

En revanche, le problème se pose pour ceux qui devaient avoir lieu la dernière semaine du semestre, du 16 au 20 avril. Selon le communiqué de la présidence, la manière dont doivent se dérouler ces examens a été laissée à l’appréciation de chaque département (UFR).

Ainsi, en histoire, Julien, étudiant en première année, se retrouve à plancher sur certaines épreuves à la maison (avant de passer les principales dans des conditions normales d’examen) !

« J’ai deux matières à passer chez moi, l’histoire ancienne et l’histoire médiévale, les sujets ont été mis en ligne sur la plateforme destinée aux étudiants. »

 

Des examens en chocolat ?

De plus, précise Julien, ces examens ne sont désormais plus que facultatifs : ils ne seront intégrés à sa moyenne finale que s’ils lui donnent un avantage, ils ne peuvent pas le pénaliser.

[...]

Pour le président de la FAGE, un syndicat étudiant, ce mode d’examen, s’il n’est pas idéal, reste acceptable :

« Dans de nombreuses universités, comme à Nanterre ou à Montpellier, c’est une solution retenue. Ce n’est pas idéal, mais dans ce genre de situations il n’y a pas de solution idéale. L’essentiel est qu’aucun étudiant ne soit pénalisé, et que tous puissent passer leurs examens. L’outil numérique reste un outil pédagogique, utilisé régulièrement, y compris dans des établissements qui ne sont pas bloqués. Il n’y a donc pas de raison de considérer ces examens comme des examens en chocolat. »

Lire l’article entier sur franceinter.fr

 

Jean-François Balaudé, Président de l’Université de Nanterre était donc l’invité de Marc Fauvelle le 18 avril 2018 sur France Inter. Il s’y déclarait opposé à une intervention des CRS pour débloquer l’occupation de sa fac.

 

 

Mais il se plaignait quand même du fait que les universités devenaient autre chose, « des sortes de lieux alternatifs ».

 

 

Balaudé, gêné par la question de Fauvelle, se déclare à la fois contre et pour la sélection. La méthode Macron, en quelque sorte.

 

La destruction des valeurs françaises a mené
à la destruction de l’enseignement,
lire sur Kontre Kulture

 

La pauvre université française, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Consciemment ou non, ces élèves savent bien que ces filières sont en carton- et les diplômes, par voie de conséquence...des filières débouchant directement vers Pôle emploi.

     


  • « Nous rappelons qu’aucune validation ou note automatique ne saurait être reconnue valable : la notation doit tenir compte du mérite réel des étudiants pour que le diplôme ait pleine valeur et validité. »



    En quoi un diplôme qui ne te permette que d’être un chômeur de plus aurait-il une quelconque valeur ? S’il y avait un job et une bonne place dans la société à la clef, je comprendrai ... mais regardons la vérité en fa(r)ce : les études (surtout en Sciences Humaines) ne servent qu’à retarder plus ou moins habilement l’entrée du jeune sur le marché du travail. Après, que tu aies une, 2 voir 3 licences, que tu aies un master 2 ou 3 ... tu penses sérieusement que tu vas t’en sortir ?

    Le gamin qui se prend en main dès l’âge de 16 ans (avec ou sans Bac, qui lui aussi a une valeur toute relative) et tente de créer le plus gros réseau d’amis et de relations possibles pour se faire pistonner (bienvenue en 2018 dans la France de macron) ou, à défaut d’en avoir, utilise le système D (bienvenue en URSS de l’ouest) a bien plus de chances de s’en sortir que le mec intelligent qui va passer 10 ans à se cultiver l’âme sur les bancs de la fac pour gagner en discussion à table, mais ne trouvera jamais de boulot. Soyons franc, tu y arriveras mieux si papa-maman se débrouillent pour te faire rentrer dans l’entreprise (pour un CDD) qu’en faisant des études.

    A l’extrême limite, la fac pourrait être utile pour rencontrer et devenir ami avec Jean-Gosse-De-Riche dont tu peux espérer que son succès familial (multiplié par la gouvernance macron) pourrait rejaillir sur toi, devenir un client, un obligé (oui-oui, on parle toujours de la France de macron, pas du royaume de Louis XV) mais franchement, espérer réussir dans la vie parce que tu auras passé un examen. Il faut vraiment prévenir les jeunes et vite que leur avenir (pour l’écrasante majorité, au moins) n’est plus dans les études.

    Pourquoi vouloir cultiver un peuple dont on a retiré la machine industrielle (qui demandait un minimum de savoir pour la faire fonctionner) ? Revenez aux valeurs de nos ancêtres : vertueux travail de la terre (à la campagne), débrouillardise (en ville) et insoumission partout. C’est ce qui a toujours définit ce peuple frondeur qu’est le peuple français.

    Autrement, vous tenez à briller en société ? Lisez des bouquins (Kontre-Kulture ou pas).

     


    • vertueux travail de la terre (à la campagne), débrouillardise (en ville) et insoumission partou




      Oui, cependant pas partout l’insoumission, seulement là où le mensonge s’exprime, générateur d’injustice et de désordre. Une insoumission partout donne la révolution qui a comme dommage de renverser un bien déjà établi et d’ainsi plonger le pays dans les tréfonds du Mal.


    • Oui surtout les etudes en sciences humaines là tu as raison.... Mais concernant un certaine université UPMC (Université Pierre et Marie Curie), là c’est different, d’alleurs dans cette université il n y a jamais de greve, jamais de pb de discipline (ou tres rarement), jamais de contestation, bon tu me diras vu le niveau des eleves qui y sont admis la selection est faite....
      Et que dire de la prestigieuse ecole de physique et de chimie de Paris (https://www.espci.fr/fr/), là on est carrement sur une autre planete, tout comme celles et ceux qui integre la crême de la crême à savoir Normal Sup Math (ULM), au dessus c’est le soleil comme dirait l’ami Dieudo...


    • Les "examens" n’apportent pas forcément de taf, sauf exception comme l’examen de première année de médecine qui est un concours déguisé . Seuls les CONCOURS apportent du taf .


    • @alias

      Pas automatiquement pour les concours de la fonction publique territoriale par exemple.
      Il y a un processus de recrutement (entretien, etc) et il faut encore que la place ne soit pas déjà prise.

      Amicalement.


    • Je ne suis pas tout à fait d’accord avec le fait qu’aujourd’hui on ne se sort qu’avec des pistons ...

      Il faut juste arrêter de dire aux étudiants lycéens qu’ils doivent faire ce qu’ils veulent ... Il faut les axer sur les métiers en pénurie de profils.
      Typiquement, en SI pour la finance ... J’ai été recruté par un chasseur de tête : je suis le seul français des 60 nouveaux (ça recruté à tour de bras) ... Pourquoi ?
      Parce que étudiant, je me suis dit ça sert à rien d’aller dans un truc, peut-être prestigieux, si c’est pour galérer à trouver un poste, faire face à une hyper concurrence et faire de la lèche permanente.
      Morale je n’ai pas été passionné par mes études, j’en ai chié (classe prépa, école ingé, double diplome)
      Mais je n’ai jamais envoyé un cv pour demander un travail ni demandé un piston à qui que ce soit. Ce sont toujours les boîtes qui m’ont contacté les premières. J’ai l’embarras du choix et de la paie.
      Je suis par contre dégoûté quand je vois le peu de français qui s’orientent là-dedans et qui vont plutôt se terrer dans des filières bouchées ... par fierté pour beaucoup ...


  • C’est moi où ils ont cloné Richard Descoings pour faire J-F Balaudé, qui doit se fournir au même endroit ? Ils crient ’Jeeeef’ dans les amphis (t’as bonne mine) à Nanterre ?


  • Ma fille est en Master 1 de musicologie . Je lui demande donc fin Avril combien elle a écrit de pages de son Mémoire : " SIX ! " Elle doit rendre une TRENTAINE de pages en septembre "posant la problématique de son Master 2 de l’année prochaine" (ma Maîtrise d’Histoire, de 1973, faisait 130 pages...) . Elle m’a dit que lorsqu’elle est en vacances de la Fac ou pas en vacances, elle ne voit pas la différence, et cela le plus naturellement du monde . Je suis épouvanté mais je ne le montre pas trop . La plupart des étudiants en Fac s’imaginent qu’ils vont avoir une bonne situation et un métier intéressant sans rien foutre : les malheureux, enfin ceux qui ne sont pas "élus", vont déchanter . Enfin ma fille a été stagiaire NON RETRIBUEE à France Culture, pendant plusieurs semaines . Ils la payaient en la flattant . Ils sont en train de la relancer afin qu’elle fasse du secrétariat à la place d’une feignasse, toujours sans être payée, mais en lui disant qu’elle ferait ainsi une "formation" . Si ces maquerelles sionistes s’imaginent qu’ils vont pouvoir continuer à exploiter ma fille je vais les traîner aux Prudhommes .


  • " J’ai deux matières à passer chez moi, l’histoire Ancienne et l’histoire Médievale" : sachant que la licence comporte aussi l’histoire Moderne et l’histoire Contemporaine, ces petits branleurs vont avoir LA MOITIE de la LICENCE à passer chez eux !!! On va vers la "licence" pratiquement DONNEE, comme le Bac l’est déjà . Leurs beaux diplômes ne leur serviront à rien quand ils seront serveurs de restaurant ou caristes chez "Lidl" .

     

  • A Strasbourg la fac est soit disant bloquée, ma copine y vas et me dis que c’est la fac qui bloque les portes, pas les étudiants.


  • Qu’elle importance que ses partiels aient lieu ou non ? ils finiront tous au chômage de toute façon.

     

    • Dans les années 70 quand j’étais étudiant , on pouvait faire des filières folkloriques ou improductives mais avec les concours de la fonction publique , çà ne rigolait plus , on pouvait finir comme charlatan haut fonctionnaire (ce que je suis) mais le bac sélectif à cette époque était plus difficile à décrocher que le permis de conduire et conditionnait l’entrée en fac . La situation actuelle résulte du "bac Jack Lang" et d’accepter un tas de nuls qui ne sont inscrits en fac que pour toucher les bourses en ne foutant rien , notamment parmi notre chère diversité .
      La sélection est la règle de la vie . Imagine -t-on que tous les coureurs cyclistes ayant pris le départ aient le maillot jaune au tour de France ?