Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Ahed Tamimi, 16 ans, symbole de la résistance palestinienne, attend son procès en prison

En blouson kaki dans le box des accusés, elle lance un sourire. Un sourire doux, comme pour apaiser ses parents. Le 15 janvier, Ahed Tamimi, 16 ans, comparaissait devant un tribunal militaire israélien. Lequel a décidé que la jeune Palestinienne resterait incarcérée jusqu’à son procès.

 

Poursuivie pour douze chefs d’inculpation, dont « agression sur un soldat », « participation à une émeute » et « incitation à commettre des attaques terroristes », elle encourt jusqu’à sept ans de prison.

Il y a de la résignation dans ce sourire car si Amnesty International et Human Rights Watch ont appelé à sa libération immédiate, l’adolescente sait que ses chances d’être relaxée sont quasi nulles.

Mais il y a aussi cette étincelle de défi, qui crépite sur d’autres photos et vidéos, où on la voit braver les soldats casqués d’Israël qui tiennent barrages et check-points en Cisjordanie. La dernière de ces vidéos, datée du 15 décembre 2017, est devenue virale.

 

 

Depuis, l’occupant enrage. Naftali Bennett, le ministre (d’extrême droite) israélien de l’Éducation, lui a souhaité de « finir ses jours en prison ». Un éditorialiste a appelé au meurtre. Car la rebelle a piqué au vif l’État hébreu, en écornant son image.

En giflant un soldat, elle a humilié la puissance israélienne sous les yeux du World Wide Web. La cause palestinienne, qui a fait du leader emprisonné Marwan Barghouti son Nelson Mandela, tient désormais sa Rosa Parks.

[...]

Pour les médias israéliens de droite, cette scène n’est que la dernière production d’une « comédienne professionnelle de la propagande palestinienne ».

 

Une famille résistante

Et de rappeler que la première Palestinienne à avoir été complice d’un attentat-suicide, en 2001, Ahlam Tamimi, était une cousine éloignée de l’insolente.

Le clan a depuis rejeté le recours à la violence, mais est resté, depuis son village de Nabi Saleh, à environ 40 km de Jérusalem, en première ligne de la résistance pacifique à l’occupation de la Cisjordanie.

Une heure avant la gifle, Ahed apprenait que son cousin de 15 ans venait d’avoir le crâne fracassé par une balle en caoutchouc...

Lire l’article entier sur jeuneafrique.com

Afficher sa solidarité avec la Palestine avec Kontre Kulture :

Partout et toujours, l’entité sioniste devra faire face au peuple qu’elle a spolié,
voir sur E&R :

 






Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents