Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Guillaume Canet exécuté par GQ et les LGBT pour une caricature de "l’homme" moderne

Le magazine GQ est un magazine pour hommes. Théoriquement. Car dans le petit conflit hautement symbolique qui oppose le comédien et réalisateur Guillaume Canet aux dingos haineux du lobby LGBT, le mensuel a pris courageusement position pour... le lobby gay.

 

Voici l’objet du litige pour ce procès du mal-pensant du jour (la photo d’origine sur Instagram a été retirée par l’acteur) :

 

 

On y voit deux photos accolées, celles du symbole viril des années 60, l’acteur US Steve McQueen (il y avait aussi Marlon Brando dans le genre) et une tapette de défilé actuelle. Rien de bien méchant, une simple juxtaposition qui donne une idée de l’évolution non pas des hommes, mais de ce que la socioculture veut en faire.

Car il y a toujours de vrais hommes, il y a toujours des homos, qui ne sont pas forcément de faux hommes, il y a des folles, mais il y a des métrosexuels ou des hommes genrés. Ces derniers sont une fabrication de la dominance culturelle, qui aimerait que les traits virils des hommes soient effacés.

 

JPEG - 247.8 ko
La tribu des Romains a d’abord volé (puis violé) les femmes de la tribu des Sabins

 

Pourquoi ? C’est tout bête : quand un envahisseur – par exemple les tribus barbares il y a 3 000 ans en Asie mineure – débarquait quelque part, il butait en général les hommes en état de combattre ( de 15 à 45 ans), laissait les vieux mourir de faim, gardait les jeunes filles et les enfants.

Ces survivants étaient ensuite élevés pour devenir les futures pondeuses des envahisseurs (qui ne se trimballaient pas toujours avec bobonne, qui restait dans la yourte avec les chiards plus loin à l’est) et les futurs guerriers de leurs nouveaux maîtres. Mais, partout et toujours, la résistance potentielle à un nouveau pouvoir jette son dévolu sur les hommes.

 

JPEG - 44.2 ko
Trudeau montre l’exemple aux hommes

 

C’est ce qui se passe avec le nouveau pouvoir socialo-sioniste, qui se sert du bélier LGBT (respect des femmes, des gays, des minorités sexuelles même les plus rares, les plus insolites ou les plus sordides) pour réduire la virilité synonyme de résistance.

C’est pour cela que les Américains tiennent tant à leurs armes, même si ça cause plus de 10 000 morts par an dans les rues et les écoles. Certains peuples ne veulent pas que leurs prérogatives viriles soient éradiquées.

Et ce n’est pas de l’homophobie : il s’agit avant tout d’une prise de conscience politique. Quand les Allemands sont arrivés en Biélorussie et en Ukraine en 1941, ils ont rapidement éliminé les hommes qui auraient pu devenir des partisans dans les forêts environnantes. Juifs, communistes et autres résistants potentiels à la Wehrmacht ou la SS ont été décimés.

 

JPEG - 63.3 ko
Kiev, Ukraine, 1941 : l’armée allemande élimine les juifs, les communistes et les partisans

 

En se faisant fusiller virtuellement par les activistes des réseaux sociaux, activistes qui travaillent objectivement pour le pouvoir, celui qui impose le modèle dominant, le pauvre Guillaume Canet prouve à son corps défendant qu’il y a une stratégie de dévirilisation en cours.

Cela n’empêche aucun homme en France aujourd’hui de s’affirmer « homme », mais il sera plus difficile d’être viril dans les années qui viennent.

La virilité, aujourd’hui incarnée par Trump et Poutine, est devenue un axe de résistance au mondialisme de la marchandise et de la féminisation (qui vont ensemble). Macron et Trudeau sont déjà les incarnations de ce changement de régime culturel, et peut-être civilisationnel.

Regardez les chaussettes aux motifs de sextoy – clin d’œil clitoridien lourdingue aux homosexuelles – que portait Trudeau au dernier sommet de Davos :

 

Chaque homme en 2018 pourra choisir entre Justin Trudeau et Vladimir Poutine, ou le mannequin de la photo et Steve McQueen.

La Star de Bullit était à Paris en 1964 pour la promo de son film La Grande évasion (The Great Escape) de John Sturges. Il avait auparavant crevé l’écran dans Les 7 Mercenaires (The Magnificient Seven) – qui a d’ailleurs connu un remake en 2016 – toujours de Sturges. Il tournera encore, dans sa filmo très concentrée, Le Kid de Cincinatti, LE film sur le poker avec l’immense Edward G. Robinson, puis L’Affaire Thomas Crown et enfin Guet-Apens.

À Paris, Steve se balade avec sa Winchester au canon scié – tout un symbole – qui l’a rendu célèbre dans la série Au nom de la loi :

 

 

Dans sa filmographie, Guillaume Canet essaye de défendre une certaine image de l’homme. Cependant, dans son avant-dernier film Rock’n roll, où figurent malheureusement Kev Adams et Gilles Lellouche, il en montre surtout la faiblesse car le héros a peur des femmes et de son image :

 

 

Si Guillaume Canet veut sortir des affres dans lesquels l’homme d’aujourd’hui se débat et dans lequels il a été plongé volontairement (pour le noyer), il doit tout simplement assumer sa virilité, malgré la pression socio-culturelle. Après, que les chiens et les chiennes aboient, c’est de la petite bière...

Comprendre les évolutions sournoises pour les combattre,
avec Kontre Kulture :

 

La dévirilisation programmée du cinéma français, voir sur E&R :

 






Alerter

59 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents