Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Alain Soral, Francis Cousin et South Park : le fétichisme de la marchandise

Poursuivez l’analyse avec E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

48 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Excellent. Merci à Messieurs Soral, Cousin et à E&R.


  • Soral c’est un homme équilibré ça se sent ! Le système n’aime pas les bons Français.
    La classe, l’intelligence, la force, Monsieur Soral sachez que beaucoup de Français vous aimes. Ce que n’ont pas les autres, personne ne les aime.
    Ce serait un grand honneur de vous rencontrer un jour.

    Ils sont jaloux de vous, car aimer Soral ne peut être que sincère.

     

    • Je suis bien d accord avec vous. J ai une énorme estime pour M. Soral. Jusqu’au bout, je le soutiendrai !

      Moi, je souhaiterais rencontrer de visu Tonton Soral, TOUTE son équipe et vous tous, membres d E&R. Je sais, c’est un vœux pieux mais j espère sincèrement qu il se réalisera !


    • Il y a un moyen, rapprochez vous d’une association près de chez vous il y en a dans pas mal de grandes villes à présent..
      Ne restez pas seul !

      Cordialement.


    • @ Chekibou,

      Vous êtes hyper adorable mais il y a maldonne. Je me suis sans doute mal exprimée. En fait, j aurais voulu juste mettre un visage à tous ces pseudonymes (membres d E&R). Ça aurait été sympa une après midi de rencontre, histoire d échanger en "face to face". Maintenant, la réalité est là (il faut songer à la sécurité de tous, nos disponibilités). Je disais ça mais c est infaisable.


  • "Dans cette société d’obèses aphatiques..." : ah le Patron, le meilleur !

     

  • #2405088

    Est-ce que quelqu’un sait de quel épisode de south park il s’agit ?

     

  • Tenons bon car malgré le maintient et le développement du fétichisme de la marchandise, le taux de profit s’effondre.
    Le monstre viral capitaliste, mutation verte ou pas, va arriver au bout de son auto-destruction programmée.

     

    • Je veux bien tenir bon s’il y a une issue.


    • Oui ça fait 200 ans.....


    • "le taux de profit s’effondre"
      Ah bon ?
      Explique moi alors pourquoi les mega riches s’enrichissent a grande vitesse, les classes moyennes disparaissent.
      Le profit qui s’effondre c’est celui des classes moyennes, mais si c’etaient eux qui decidaient ou avaient les manettes ca se saurait.
      Je suis certain que si Jeff Bezos tuait un bébé en pleine rue devant témoin il n’irait pas en tole.
      Et c’est pas avec les drones et robots armés qui n’hesiteront pas mitrailler les foules que quelque chose va changer.
      La seule perspective est le chaos mais c’est même pas sûr car à mon avis cela aussi est planifié. Pas sûr qu’on puisse changer quelque chose.
      Notre seule perspective vivre en faisant le bien et être un exemple pour les autres.


    • @fadge, seule perspective , arreter de consomer idiot, juste l’essentiel, frugalité, ma voiture a 15 ans et marche très bien, pas de credit, economiser et acheter des napoleons quand tu Peux, ....


    • Pour tenir bon, il faut tenter (pas facile, à cause de la société de loisirs) de rester dans le monde réel, comme le dirait Baudrillard.
      Le fétichisme de la marchandise étant une double aliénation, réification des rapports sociaux et aliénation au Capital, comprendre dans le rapport de production et de consommation, il nous projette dans un monde inversé de valeurs sponsorisées par le Capital.

      On peut se faire plaisir en quelques occasions, parce que nous sommes humains en quelque sorte, mais ne jamais oublier le monde réel.


  • En ce moment je me refais toutes les saisons de south park ! Un pur régale !


  • Je sais pas quel est cet épisode de South Park mais ils ont poussé loin l’analyse, Parker & Stone, malgré la scatologie qu’on leur connaît.


  • Excellent choix d’illustration musicale : Sixteen Tons (seize tonnes) titre ici interprété par Tennessee Ernie Ford - le titre original est de Merle TRAVIS.

    Certains disent que l’homme est fait de glaise
    Un pauvre est fait de muscle et de sang,
    De muscle et de sang et de peau et d’os.
    Un esprit bien faible et un dos bien solide.

    (refrain : )
    Tu charges seize tonnes, et tu as quoi en échange ?
    Plus vieux d’une journée et encore plus de dettes.
    Saint Pierre, ne m’appelle pas, je ne peux pas partir
    J’ai mis mon âme en gage au magasin de la compagnie.

    Je suis né au matin d’un jour sans soleil,
    J’ai ramassé ma pelle et je suis parti à la mine.
    J’ai chargé seize tonnes de charbon qualité 9
    Et le petit chef n’en a pas cru ses yeux.

    (refrain)

    Je suis né au matin d’un jour de crachin
    Bagarre et embrouille sont mes seconds prénoms
    J’ai été élevé à la plantation par une vieille mégère
    Pour me faire filer droit, il faut plus qu’une gueularde.

    (refrain)

    Si tu me vois venir, tu ferais bien de te ranger.
    Beaucoup d’hommes ne l’ont pas fait et sont morts.
    Un poing de fer, l’autre d’acier,
    Si tu esquives le droit,
    Le gauche ne te loupera pas.

    Refrain.


  • Travaille, famille, patrie, morale du Christ, tout serai réglé.

     

    • Ça se sont des moyens.
      Si on met plutôt en haut de notre constitution comme BUT "Bonheur, Transmission, Paix", ok alors on travaille dans ce sens, on fonde une famille on fait des gosses et on les éduque, selon notre culture...
      Que souhaite le Christ, sinon le bonheur de ses enfants ?
      Si la devise de Pétain n’a pas eu la reconnaissance escomptée c’est qu’elle n’allait pas assez loin... Je dis ça comme ça !
      Il ne faut pas avoir peur d’être un peu plus "mièvre".


    • #2405423
      le 11/03/2020 par Matriarcalement Vierge - de Mères en filles
      Alain Soral, Francis Cousin et South Park : le fétichisme de la (...)

      Que souhaite le Christ, sinon le bonheur de ses enfants ?



      Ach... Jésus avait donc des enfants ? Quand même ?..

      Sûrement des petites têtes blonds aux yeux bleus... A l’image des "progénitures" de son Père...


    • @Jérômeproudhon, Travail-Famille-Patrie, un triptyque qui a inspiré du monde, par exemple ici, en 86 :
      https://www.youtube.com/watch?v=LV1...

      Une satyre à contextualiser dans le prolongement du salariat globalisé, le néo-esclavage du grand Capital évoqué par Cousin, aujourd’hui, la famille et la patrie sont oblitérés par le mondialisme qui ne mise plus que sur la prolétarisation du monde, salariat nomade et apatride.


    • Matriarcat... : le Christ c’est Dieu incarné notre père donc nous sommes ses enfants. Voilà pour ta réponse.


    • Selon les textes des évangiles, sa mission se déroule sur une période de trois ans....

      Dans les religions abrahamiques le modèle prescrit c’est la famille.
      C’était aussi le fils de Mariam/Marie...


  • Impossible de rester dans cette société sans péter un câble, ou alors développer une ascèse comme bouclier, ou bien se noyer dans l’alcool.
    Mais une ascèse pour aller où ?

     

  • La question que je me pose c’est : comment des hommes en sont venus a mettre au point et en mouvement, cette ignominie sans nom... que certains nomment axe du bien ou démocratie.

    Incompréhensible.

     

  • #2405373

    merci a E&R d’avoir partagé ma modeste vidéo (le montage laisse a désiré) si j’avais su qu’elle aurait tant de visibilité et qu’elle allez être relayé, j’aurais été un poil plus méticuleux et précis. merci encore :)

     

  • Montage désagréable à regarder avec coupure, niveaux sonores différents et mauvaise cohérence en quelques sorte même si le fond est juste et vrai. Faites un effort les mecs qui font des vidéos

     

  • Si un homme décide de se nourrir de junk food et de soda, ce n’est certainement pas le meilleur choix.
    MAIS, c’est son choix !

    Etre humaniste, ce n’est pas vouloir le bien des autres, c’est respecter les autres et leurs choix.

    La faillite des intellectuels marxistes est visible dans leur infantilisation des prolétaires.
    Leur raisonnement n’est pas forcément faux. C’est leur volonté de diriger la vie des autres qui les disqualifie.
    C’est d’ailleurs pour cela qu’il n’y a pas de socialisme sans coercition.


  • Il n’y a plus de centre commercial style "drugstore" : maintenant le centre commercial est chez soi. On consomme dorénavant à partir de chez soi grâce à Uber et Amazon et l’on commence de travailler chez soi comme au dix neuvième siècle.
    D’autre-part contrairement a ce qu’ affirme le marxo-debordien Cousin, les les sociétés par actions ne suppriment pas la bourgeoise mais augmentent le pouvoir de cette dernière sur le capital en faisant de celui-ci un réseau. Les bourgeois naguère dispersés possèdent collectivement le capital tout en gardant leur liberté et celle des prolétaires. Voilà le vrai communisme.
    Le lumpen prolétariat tend de plus en plus a devenir la norme. En raréfiant le travail le capitalisme raréfie d’autant le fondement de la dignité humaine qui trouvait dans le travail - aussi indigne était-il devenu depuis la fin de la paysannerie - un exutoire aux inégalités sociales.
    Le développement de la précarisation des emplois en devenant la norme accule le prolétaire intermittent à la révolution. C’est le triomphe des vues de Bakounine sur celles de Marx

     

    • @kabouli, L’ubérisation de la société est en marche, si je puis dire et le Coronavirus va accentuer le tropisme du consumérisme, voire même du productivisme dans certains cas, depuis chez soi.

      En tant que sujets marchands, nous sommes tous logés à la même enseigne, nous sommes des salariés et le grand Capital ponctionne sur notre valeur ajoutée et sur nos consommations.

      Les régimes politiques, eux, sont les outils quant à l’encadrer et le légitimer par la loi.
      Donc si on synthétise, il y a le grand Capital et le reste du monde, les exploiteurs et les exploités.

      Le Lumpenprolétariat est élément neutre dans cette dialectique, il n’a aucune revendication de classe, hors grand Capital, par nature, nous sommes tous des prolétaires, seule une différence de degré quant à la capacité de produire/consommer, dans une double aliénation, le spectacle intégré de Debord, marque la différence.

      Le système a accompagné cet étouffement de la conscience de classes, en substituant à la dialectique du partage des richesses, celle des luttes sociétales trans-partisanes et trans-sociales.
      Bien entendu, c’est le travail, moteur de cette ingénierie, sans, point de production de richesses, point de valeur ajoutée, point de consommation donc point de possibilité de spéculer dessus.
      Le taux de chômage mondial est en recul, ce sont les conditions de travail qui se dégradent, on parle de prolétarisation mondialisée et si récession (ex à cause du Coronavirus), il y aura danger systémique d’un retour à un chômage de masse.

      La révolution du prolétariat, au sens Marxiste du terme, le soulèvement d’une classe contre la Bourgeoisie a cédé le pas à la révolte des nations contre la gouvernance mondiale, les acteurs de l’économie marchande et de la valeur ajoutée contre les acteurs de l’économie spéculative, c’est la dialectique du Capital en crise ou des crises du Capitalisme.


    • Donc si on synthétise, il y a le politburo et le reste du monde, les exploiteurs et les exploités.


    • @anonymous19, votre métaphore est bien trouvée, un politburo avec un objectif messianique, cela va s’en dire.


    • Je ne vois pas ce que vous entendez par "valeur ajoutée". il n’y a jamais eu de valeur ajoutée mais rémunération de l’obéissance du prolétaire.
      Le grand Kapital n’exploite pas un surtravail mais soumet le travailleur pendant huit heures - et plus si hostilités - a sa férule et à ses propres désirs d’enrichissement.Il n’y a jamais eu de plus-value ou de quelque chose qui y ressemble. Le prolétaire est quelqu’un qui obeit pour manger, dormir et se loger.Le prolétaire travaille et le patron lui fournit l’argent qui lui permettra d’acheter les merveilleuses marchandises qui transformeront sa vie en une aventure morose.
      Sous l’Ancien Régime le noble ou le prêtre partageait hiérarchiquement avec le paysan le produit du travail de ce dernier. A charge pour le noble de protéger le manant et au prêtre de justifier cet état de chose.

      Avec la bourgeoisie les choses changent radicalement il s’agit maintenant d’occuper des hommes dont on a détruit les moyens d’existence. L’avidité du commerce provoque un énorme exode rural et une misère sans nom dans le monde entier - colonies y compris. Des masses d’hommes sont sans travail qu’il faut occuper sous peine de les voir envisager la chose par eux-mêmes et dans la précipitation les commerçants inventent la grande industrie.
      Debord fut l’esclave de deux vieux piliers du capitalisme Lebovoci magnat milliardaire du cinéma de l’époque s’émoustillant de la subversion dont il n’entravait que dalle et Gallimard magnat de l’édition française que Debord servit finalement obséquieusement. Tous les documents sont sur internet.


  • "vous avez pas trop chaud dans la boîte ? "


  • La vérité est pire que ça, c’est que l’Homme est un con pour l’Homme, l’Humain est parfaitement incapable de penser l’Humain : l’humain n’est pas "aliéné parce qu’il est autre que lui-même" mais parce qu’il n’a pas de lui-même : il est ce qui se présente et en ce moment c’est Amazon, parce qu’il est incapable de se penser et se définir lui-même.

    Mais il y a un fond biologique qui donne une sensation de réalité, une sensation d’être et sur laquelle vont se construire les pseudo-pensées hallucinées et pathétiquement bêtes de l’Humain comme celle de Cousin : c’est la vie en troupeau, c’est à dire la violence qui fait troupeau en interne par l’oppression et sépare des autres troupeaux en externe par la guerre. C’est pour ça que le troupeau -pardon le "collectif"- de Cousin s’appelle : guerre de classe. Cousin n’est qu’un tueur hegelomarxiste de plus qui n’a pas les moyens de se lancer dans l’extermination du Mal c’est à dire des gens, de ceux qui n’arrivent pas à halluciner exactement comme lui, c’est à dire tout le monde.

    De son coté, Soral est vachement profond comme dab mais on voit bien que c’est encore très insuffisant pour penser fondamentalement l’Humain et lui donner un projet.


Commentaires suivants