Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Alain de Benoist analyse les européennes 2019 : "La situation politique générale est bloquée"

Breizh-info.com : Voyez-vous dans ces élections européennes, en France, une marée verte, ainsi qu’une grande victoire pour le RN ?

Alain de Benoist : Un mot d’abord sur la hausse de la participation. Les observateurs y ont immédiatement vu la preuve que les Français s’intéressent plus à l’Europe qu’on ne le dit. Cette interprétation est fautive. La participation a été plus forte tout simplement parce que cette élection européenne a été traitée, plus encore que d’habitude, comme une élection nationale. En personnalisant les enjeux du scrutin, en apparaissant, au mépris de sa fonction présidentielle, comme la véritable tête de liste LREM, Emmanuel Macron en est le principal responsable.

C’était en outre un pari risqué. Macron l’a perdu, puisque sa liste n’arrive pas en première position et ne retrouve même pas son score du premier tour de la présidentielle. Loiseau ne s’est pas envolée. Le parti macronien avait cru découvrir en elle un aigle, ce n’était qu’une bécasse de couleur.

Macron n’est toutefois pas le grand perdant de cette élection. Les deux vrais grands perdants sont Jean-Luc Mélenchon et Laurent Wauquiez. Le premier paie de façon tragique son abandon de la ligne populiste qui lui avait permis d’obtenir près de 20 % des voix au premier tour de la présidentielle. Le second se heurte à ce constat terrible que les Républicains ne correspondent aujourd’hui plus à rien. L’avenir des Républicains est le même que celui du PS : tomber à 5 ou 6 % avant de disparaître définitivement.

Le soir de l’élection, Bruno Retailleau faisait pitié tant il était pathétique. Il parlait encore de « rassembler » pour « convaincre », alors qu’il n’a à rassembler, de Valérie Pécresse à Xavier Bertrand ou Gérard Larcher, que des torchons et des serviettes qui ont déjà beaucoup servi. La liste menée par François-Xavier Bellamy, qu’on disait appelée à faire des miracles, n’a même pas séduit la moitié de la « droite Trocadéro », c’est-à-dire de l’électorat bourgeois de François Fillon. L’autre moitié est partie chez Le Pen ou chez Macron. Avec ou sans Wauquiez, ce qui reste des Républicains finira par en faire autant.

Quant à la « marée verte », elle reste relative. Une progression des écologistes n’a rien pour surprendre aujourd’hui, mais les Verts ont connu dans le passé des scores supérieurs à 13 %. Au Parlement européen, ils peuvent jouer un rôle d’appoint assez important, mais il ne faut pas oublier que leur électorat est à la fois hétérogène et volatil. É côté des écolos sincères, il y a aussi les bobos que Macron va maintenant s’employer à séduire.

 

Le RN n’est-il pas définitivement bloqué à un plafond de verre (d’après mes calculs, il lui manquerait 8 à 10 millions de voix, soit autant qu’actuellement, pour l’emporter aux législatives et à la présidentielle) ?

Jordan Bardella, âgé de seulement 23 ans, a fait une très bonne performance et le RN peut se flatter d’avoir à la fois remporté l’élection et obtenu l’occasion de se présenter à nouveau comme le « premier parti de France ». Cette victoire n’a toutefois été acquise qu’avec un écart extrêmement mince, ce qui peut surprendre. Le score du RN atteint à peine celui du Front national aux européennes de 2014, alors que la liste Bardella est censée avoir bénéficié d’un apport de voix provenant aussi bien des Gilets jaunes (même si la majorité d’entre eux se sont abstenus), de l’aile « droite » des Républicains et d’une petite partie des électeurs de la France insoumise, auprès de qui l’image de Marine Le Pen s’était améliorée ces derniers temps. Que s’est-il passé exactement ? Il faudra des analyses plus fines pour le savoir.

Je n’ai jamais beaucoup cru à la notion de « plafond de verre ». On dit couramment que, sauf circonstances exceptionnelles (qu’on ne peut pas exclure), aucun parti ne peut arriver seul à mobiliser plus de 50 % des électeurs. C’est pourtant ce que Macron est parvenu à faire en 2017. C’est en fait la situation politique générale qui est bloquée parce que la recomposition en cours n’est pas encore allée jusqu’à son terme. Si une nouvelle élection présidentielle avait lieu demain, les deux mêmes finalistes se retrouveraient au deuxième tour et le résultat final serait le même qu’il y a deux ans. Face à Marine Le Pen, Macron a des réserves de voix que Marine Le Pen n’a pas face à Macron. Aussi longtemps qu’on ne sera pas sortis de cette situation rien ne bougera.

Quant à l’« union de la droite », elle est tombée dans les choux avec Nicolas Dupont-Aignan.

 

Comment percevez-vous le vote au Royaume-Uni ? Seules l’Écosse et Londres se distinguent par un vote anti-Brexit majoritaire.

On nous répétait depuis des mois que les Anglais se mordaient les doigts d’avoir décidé de quitter l’Union européenne. Or, c’est le Brexit Party de Nigel Farage qui a raflé la mise, au détriment des travaillistes et surtout des conservateurs. Cela laisse prévoir un « Brexit dur » (no deal Brexit). Comme les Écossais tiennent à rester à l’intérieur de l’UE, il faut s’attendre à un regain de tension entre Londres et Glasgow qui pourrait très bien relancer les efforts pour parvenir à l’indépendance de l’Écosse. Les violences en Irlande du Nord vont également reprendre, comme l’indiquent différents signaux enregistrés ces derniers temps.

 

Et ailleurs en Europe, que voyez-vous ? Il semblerait au final, hormis en Italie et en Europe centrale, que la gauche sociétale progresse...

Le fait dominant de cette élection, c’est d’une part la poussée populiste qui s’accentue un peu partout, et la montée des partis écologistes, qui correspond à l’air du temps. Populistes et écologistes, surtout quand ils sont incarnés par des visages nouveaux, voire atypiques, ont en commun de représenter des phénomènes relativement inédits, qui entrent en résonance avec le « dégagisme » généralisé auquel on assiste aujourd’hui. J’entends en ce moment beaucoup de gens « découvrir » que ce sont les grands partis institutionnels (ex-« partis de gouvernement ») qui en font les frais, et que le clivage droite-gauche devient obsolète. C’est exactement ce que j’annonce depuis cinq ou dix ans dans mes articles et dans mes livres.

Quand on évoque la « gauche sociétale », il faudrait par ailleurs préciser ce dont on parle. S’il s’agit des délires du politiquement correct, du lobby gay, de l’hystérie des théoricien(ne)s du genre, du féminisme « Me-too » et des extravagances de l’« art contemporain », il est exact que, non seulement la droite, mais les classes populaires y sont tout à fait hostiles. S’il s’agit en revanche d’une certaine libéralisation des mœurs, il en va tout autrement. Tous les sondages le montrent, ceux qui votent aujourd’hui pour le RN sont favorables à l’euthanasie ou à la liberté d’avorter dans les mêmes proportions que l’ensemble des Français, c’est-à-dire à une énorme majorité, tandis que les débats sans fin sur la GPA ou la PMA les indiffèrent totalement.

 

Qu’est-ce qui pourrait contribuer à sauver l’Europe et sa civilisation, au Parlement européen, dans les prochaines années ?

Au Parlement européen ? Rien du tout, puisque les députés européens n’ont aucune initiative en matière législative et que leurs avis ne peuvent aller à l’encontre des traités en vigueur. Tout au plus peut-on penser qu’avec les nouveaux venus, les discussions prendront en telle ou telle circonstance une tournure différente. Mais ce n’est assurément pas cela qui va « sauver la civilisation » ! Ce qui la sauvera, c’est la conjonction d’un séisme de première grandeur et d’une volonté des peuples européens de persévérer dans leur être. Ce n’est pas encore pour demain, même si l’on avance dans cette direction.

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

65 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • La situation n’est pas bloquée pour tout le monde. Pour ceux d’en haut, tout va bien. Ils sont toujours là. Et plus ça "proteste", plus ils s’accrochent.

     

    Répondre à ce message

  • Conclusion Camarade :
    Si tu as entre 20 ans et 40 ans sans enfants ils faut partir aux canada, Nouvelle Zélande, Russie. sors de l’Union européenne c’est une usine à merde.
    Tu n’as pas besoin d’avoir un bac+5.
    un cuisinier, plombier, soudeurs ou informatique etc...
    reviens dans 10 ans le prix des maisons vont chuter tu pourras t’acheter une baraque beaucoup moins chère, le féminisme sera autodétruit .
    Pour la jeunesse Française qui a une conscience moral, ce n’est pas possible ce pays fait du racisme de classe sociale et il mérite de se faire démonter la gueule par l’immigration et les impôts.
    Allez tranquillement faire une communauté Française comme Xavier moreau vous trouvez une petite locale et fonder une famille.
    Vous avez Asselineau qui fait 1.2% avec un parti qui à 12 ans , Alain Soral tout le temps en procès pour déni d’opinion, Boris le lay qui doit faire 2 ans de prison..

    Macron toujours à 22%

     

    Répondre à ce message

    • Vous êtes contre l’immigration massive mais vous la conseillez ?

       
    • "Si tu as entre 20 ans et 40 ans sans enfants ils faut partir aux canada, Nouvelle Zélande, Russie. sors de l’Union européenne c’est une usine à merde."

      Et pourquoi le Canada, la Russie et la Nouvelle-zélande accepteraient d’accueillir une multitude de Français âgés de 20 à 40 ans pour la seule raison que ceux-ci subissent un spleen ou qu’ils n’arrivent pas à trouver de travail dans leur pays respectif ? Les pays que vous citez n’ont donc pas le droit à leur souveraineté ? Pourquoi se casser et revenir dans 10 ans afin de profiter des prix de l’immobilier et devenir rentier à la manière d’un boomer qui vote Macron ? Quelle est votre ligne politique ?

       
    • Le Canada et la Nouvelle-Zélande sont contaminés par les mêmes maux, l’Australie où la Russie sont les meilleurs choix.

      @Keuf You Ce n’est pas de la fuite, ça sert de base réserve pour la reconquête. C’est reculer pour mieux sauter.

       
    • Camarades
      Le pays est en train de se détruire,

      les impôts augmentent, certains jobs comme infirmiers, développeurs, soudeurs (notamment au Canada), cuisinier (le meilleur job pour un français), plombiers .... sont bien payés à l’étranger avec un meilleur avenir pour une même quantité de travail en France.
      Je respecte le courage d’Alain Soral et autres mais ils ont fait leurs vies il faut profiter de notre jeunesse, préserver la France en communautés, se reproduire avec des femmes qui ne sont pas plus belles, mais éduquées sans être en compétition avec l’homme.

      et surtout que va t’on faire en France ? dans les 10 ans.


      - Le peuple vote comme la télévision.
      - Vous ne pouvez plus parler sans se censurer
      - Si vous postez un regroupement gilet jaune non signalé à la mairie la police vient à votre domicile.
      - La majorité des femmes pensent comme Macron (très féminin, ne supporte pas le changement)
      - Les grandes villes votent Macron et vert ne se sont pas touchées par le prix de l’essences, la disparition des services publics
      - prendre un crédit pendant 30 ans pour acheter un 2 pièces dans une grande ville, pour se faire taxer à mort avec l’énergie, taxe d’habitation, taxe foncière, et une taille limité pour avoir juste 1 enfant et être avec une femme française qui a 1/2 de divorcer dans les 3 ans dans une grande ville

      Rien ne vous empêche de soutenir Alain Soral et autres, et de revenir en France pour les vacances.

      Mais pour moi c’est se battre contre des moulins à vent comme Don Quichotte.

      Pour la Russie il faut parler Russe avec un gros travail de 2 ans c’est possible (d’après des amis), mais il faut être entrepreneur, ou être envoyé par une entreprise

       
  • Macron : dessert coloré à un coup pour Cougar édentée.
    La vieille Europe sera t-elle digérée par la fausse ancienne ?
    De Benoit a vu juste : mépris de la fonction, des élections, des électeurs, des lois, des choix et des désirs du peuple, Macron cumule les raisons de se faire guillotiner du pouvoir. Les politiques sont à bas mais pourquoi, il ne le dit pas. Programmation du chaos et du divertissement cumulés ? Ce travail de sape n’est pas nouveau, il date d’au moins 200 ans. L’union européenne, étape du mondialisme, n’a rien de jeune ni de novateur.

    " Qu’est-ce qui pourrait contribuer à sauver l’Europe et sa civilisation au parlement ", Cette question est ambigue puisque ce mélange ici l’hydre de l’Union européenne à l’Europe millénaire des nations. La réponse De Benoit désigne bien ce combat des peuples contre le pouvoir arbitraire des non élus. Il sous entend que ces démantèlements et délabrements de la France vont continuer. Ces élections ont montré que les peuples se mobilisent contre la tyrannie et que l’union était celle des peuples pas des institutions.

     

    Répondre à ce message

  • Si les Français veulent un véritable changement, alors il va falloir qu’ils aillent dans les urnes et arrêtez de s’abstenir .Même s’ils ne croient pas à la politique, il faudra bien qu’un jour ils se décident, ou alors nous resterons dans une impasse sans que rien ne bouge et des macrons défileront les uns derrière les autres en imposant leurs idéologies mortifères .Le problème de l’abstention est la clé d’un changement radical .
    Oui je sais ,voter ne sert à rien soit disant .Alors quel est la solution ?se révolter ? cela fait six mois ,et alors ? rien .
    On ne peut se passer d’une partie des 23 millions de non votants .Ou alors peut-être que ces 23 millions de non votants attendent patiemment que le gouvernement vienne leur filer des coups de matraque, et leur enlève leur droit social, leur augmente le coût de la vie et les appauvrisse .Ou alors le messie peut être .

     

    Répondre à ce message

  • Si les Français votent majoritairement pour ceux qui veulent ma déstruction alors j’en déduis qu’une très grande majorité de Français sont contre moi.
    Il est donc de mon devoir de me désolidariser d’eux.
    Moi je ne fais pas de la politique, il est important selon moi de faire ce constat.
    Moi j’appartiens à cette toute petite minorité de Français qui depuis le début dit Non !

     

    Répondre à ce message

    • Donc vous êtes autre chose qu’un Français. Par exemple un Vendéen, ou un Kabyle, pour citer deux peuples que Paris a toujours traité comme des déchets radioactifs. Donc vous êtes d’accord avec le chanteur Renaud qui reconnut qu’être né sous le signe de l’Hexagone n’est pas une bénédiction, sans toutefois approuver ses dernières bêtises en date qui peuvent être imputées aux dommages cérébraux causés par l’alcool. J’ai toujours pensé un peu pareillement : l’identité française réelle, pas celle que chantèrent maints poètes, est essentiellement celle de la Grande Prostituée biblique, où si l’on préfère de la fille aînée d’Israël qu’elle a choisi d’être pour ne plus souffrir d’être celle de l’Église.

       
    • Bien non puisque là c’est vous qui êtes dans une posture tribale et communautaire.
      Vous savez que les votres ont tort mais vous les défendez car ils sont des votres.
      Bref comme les Maghrébins dans les banlieues.

       
  • Surpris moi aussi par le score de Macron !
    Je circule , représentant dans la restauration, sur toutes les côtes d’armor ! Dans tous les restaurants dans lesquels je travaille, du patron au plongeur, du kebab au gastro, Macron était celui qui devait être sanctionné ! Tous allaient voter RN !
    Et pourtant ... extrêmement surpris !

     

    Répondre à ce message

  • #2208350
    Le 30 mai à 07:54 par défense d’urner dans l’isoloir
    Alain de Benoist analyse les européennes 2019 : "La situation politique (...)

    Quelle différence y-a-t-il entre un abstentionniste et un votant ?
    L’abstentionniste en a rien à foutre de se faire enculer
    Le votant sait qu’il va se faire enculer, mais veut choisir le lubrifiant

     

    Répondre à ce message

  • La vraie nouveauté c’est l’effondrement du LR qui prend le même chemin que le PS avec un peu de retard. La droite Française a été dynamité de l’intérieur par la nouvelle droite sociétale. Des infiltrés qui ont patiemment oeuvré au ralliement à l’idéologie dominante avec l’aide bienveillante des médias. S’en était trop pour une droite déjà historiquement divisée entre souverainistes, libéraux (économie) et tradis. Il sont devenus inaudibles à force de divisions et de reniements, exit le LR. Au final, c’est bien Macron le grand gagnant puisqu’il est le seul "parti de gouvernement" restant avec sur sa droite le RN qui ne décolle pas malgré un contexte favorable (la stratégie de dédiabolisation deviendrait-elle contre-productive ?) et sur sa gauche EELV, un parti d’appoint avec qui il lui sera très facile s’entendre sur 2 ou 3 mesurettes pseudo-écolos.

     

    Répondre à ce message

  • Moi je sais se qu’il c’est passé, il y a eu encore des tricheries ! des gens se sont fait radier des listes électorales, des bulletins de votes RN étaient mystérieusement insuffisants dans certaines circonscriptions. Le RN a pu gagner parce qu’il y avait des assesseurs, Macron ne pouvait pas trop se permettre que la tricherie se voit trop au risque de mettre la puce à l’oreille du RN.
    Le plafond de verre du RN c’est la tricherie institutionnelle, voilà le problème.

     

    Répondre à ce message

    • Comme le décrit bien Michel Drac , un beau matin les DAB seront bloqués et les banques ouvertes pour quelques happy few par un sas dérobé . Les gens cesseront de pousser leurs caddies et les boites fermeront du jour au lendemain . Ce sera à ce moment là qu’on va rigoler . Il faudra avoir de l’artillerie . Merci au libéralisme !

       
  • "un regain de tension entre Londres et Glasgow"

    Le parlement ecossais est a Edimbourg et non pas a Glasgow.

    Edinburg est la capitale de l’Ecosse, meme si l’erreur est facile car Glasgow est la deuxieme ville du pays et traditionnellement centre industriel.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents