Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Alex Honnold n’est pas sans peur : il accepte juste la mort

Le roi de l’escalade sans assurance (free climbing) dépasse l’entendement

« J’ai le même espoir de survie que tout le monde. J’ai juste plus d’acceptation que je vais mourir à un moment donné »

Ce que réalise Alex Honnold, pour ceux qui ont tâté de l’escalade, n’est même pas pensable. Un mur de 900 mètres (dans le Yosemite), à mains nues, avec juste son froc et du pof, et la Vie qui ne tient qu’à un doigt, un bout de pompe, un dérapage, une erreur. Mais il ne commet pas d’erreur, et plus il repousse ses limites, plus il se sent libre.

 

Vidéo en anglais, sous-titres en français (traduction automatisée)

 

Alex se fait la North Face en chemise ringarde et en bermuda. On est loin de la super frime. Le très haut niveau rime avec dépouillement...

 

 

Un sujet enfin en français sur Alex :

 

Nous reparlerons bientôt de ces conquérants de l’impossible, qui frôlent la Mort à chaque pas. On n’est plus dans le sport, on est ailleurs. Ces fous grimpent autre chose que des parois, peut-être sont-ils à la recherche de l’émotion ultime, celle qui dépasse la plus grande peur. Une manière de vaincre la mort et de se désangoisser.

Mais à quel prix : beaucoup des free climbers tombent un jour. Le Yosemite, depuis les années 60 où ses parois ont été découvertes par les grimpeurs (des hippies), a vu beaucoup d’accidents. Heureusement, tous ne montent pas sans assurance. Au début, les grimpeurs mettaient deux semaines pour arriver au bout d’El Capitan (915 mètres d’ascension)...

 

 

Il y a 3 jours, le 6 juin 2017, Alex s’est avalé les 900 mètres en 4 heures...

- La rédaction d’E&R -

 


 

À chacune de ses ascensions à couper le souffle, Alex Honnold défie les lois de la gravité, et de la mort. Tel Spiderman, il peut escalader des surfaces presque verticales en ne s’aidant que de ses mains et de ses pieds. Souvent considéré comme le meilleur grimpeur en solo intégral du monde, il détient plusieurs records de vitesse, notamment pour El Capitan, dans la vallée de Yosemite aux États-Unis.

Ces dernières années, il a perdu des amis proches lors d’accidents mortels. Il maintient qu’il n’est pas accro à l’adrénaline. Cependant, il explique dans son nouveau livre, Alone On The Wall : Alex Honnold And The Ultimate Limits Of Adventure, qu’il est décidé, malgré les dangers, à repousser les limites de ce sport qu’il aime tant.

 

Depuis la maison de sa mère à Sacramento, en Californie, il explique pourquoi il est connu sous le nom de Alex « No Big Deal » (« Rien d’extraordinaire »), ce qu’être une « ordure » signifie, comment il gère sa peur de la mort et pourquoi il veut que la Fondation Honnold donne en retour aux pays du tiers-monde où il fait souvent de l’escalade.

 

Un de vos collègues a déclaré que si vous étiez un grimpeur aussi intrépide, c’est parce que vous ne redoutez pas la mort. Est-ce exact ?

Beaucoup de gens disent que je n’ai pas peur ou que je ne redoute pas la mort mais ce n’est absolument pas vrai ! J’ai le même espoir de survie sain que n’importe qui. Je ne veux pas mourir. Du moins, pas tout de suite. [Rires] Je pense que j’accepte simplement plus l’idée de devoir mourir un jour. Je le comprends mais je ne veux pas m’épargner en chemin. Je veux vivre d’une certaine manière, qui demande de prendre un nombre de risques important, et ça me va.

 

Votre surnom dans la Vallée de Yosemite est Alex « No Big Deal » (« Rien d’extraordinaire »). D’où cela vient-il ?

[Rires] Mes amis me chambrent parce que je minimiserais la difficulté de ce que j’ai accompli. Moi, j’estime que j’ai tendance à être réaliste dans mes évaluations, [Rires] car certaines choses me sont toujours venues facilement. Je tiens un journal de tout ce que j’ai grimpé depuis 2005. Concernant le solo intégral du Half Dome, j’ai inscrit un smiley déçu et annoté ce que j’aurais pu mieux faire, puis je l’ai souligné. Il s’avère que ça a été une de mes meilleures réussites en escalade. Mais à ce moment-là, je me disais juste que ce n’était pas parfait, que j’aurais pu mieux faire.

[...]

Qu’est-ce qui vous attire dans ce sport de fou qu’est le solo intégral ?

[Rires] Pourquoi ne serais-je pas séduit ? Je voyage dans les plus beaux endroits de la terre et je pratique une activité physique rigoureuse que je trouve très amusante. Qui n’aimerait pas ça ?

Beaucoup de gens partent du principe que je suis forcément un accro à l’adrénaline mais l’escalade ne procure en vérité que très peu d’adrénaline car tout va lentement. Grimper est le contraire des sports jouant sur la gravité comme le surf ou le snowboard. Ce sont des sports d’adrénaline car une fois que tu te lances, le reste suit. En escalade, il faut délibérément grimper centimètre par centimètre cet énorme mur.

 

On parle souvent de vous comme d’une « ordure ». Ce n’est pas une insulte, n’est-ce pas ?

[Rires] Ordure est juste un terme que l’on utilise comme quand on parle d’un mec extrême en surf. Dans la culture de l’escalade, ça veut dire y être dévoué à vie, c’est quelqu’un qui a choisi une éthique minimaliste pour pouvoir en faire. En gros, ça veut dire que tu es sans domicile par choix. [Rires] Je vis principalement dans mon van. Je n’ai plus de relation sérieuse. J’imagine que j’essaye de vivre une vie avec le moins de nuisances possibles et de minimiser mon impact sur le monde. Mes distances parcourues sont aberrantes donc je contribue à l’apport de carbone et tout cela mais dans tous les autres aspects de ma vie, j’essaye de faire du mieux que je peux. Je ne possède que très peu d’affaires, je ne dépense mon argent qu’en nourriture et essence, je suis végétarien et je ne bois pas ni ne fume ou autre. Mais c’est plus parce que je n’aime pas vraiment ça.

[...]

Comment gérez-vous la peur Alex ?

C’est intéressant. En général, si quelque chose me fait vraiment peur, je ne le fais tout simplement pas. Je ne suis obligé à rien. Je ne fais ça que pour mon propre plaisir. Si j’ai peur, soit je passe plus de temps à me préparer ou je ne le fais pas. J’ai fait des trajectoires où j’ai escaladé 60 mètres au-dessus du sol et je me suis demandé ce que j’étais en train de faire. Puis, je suis redescendu et suis rentré à la maison. C’est dans la retenue que réside la plus grande partie de la bravoure. Parfois ce n’est juste pas votre jour. C’est le plus important avec le solo intégral : savoir abandonner.

[...]

Les philosophes ont souvent trouvé Dieu dans les endroits en hauteur. Avez-vous eu la même expérience ?

Hm, absolument pas. [Rires] Je suis plutôt athée. J’ai probablement vécu le même genre d’émotions que les gens associent à la spiritualité comme le sentiment de ne faire qu’un avec le monde ou l’émerveillement et l’impression d’être tout petit, que les gens religieux associent à un certain pouvoir supérieur ou à Dieu. Je l’attribue simplement à la beauté de la nature et à mon amour pour le plein air.

Lire l’entretien entier sur nationalgeographic.fr

Guides politiques pour dépasser sa peur et penser au-delà des interdits
chez Kontre Kulture

 

Montagne et grimpeurs, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

111 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ma mort me fascine que très peu.
    Celle que risque ce type d’individu encore moins.

    Plus sérieusement, ce genre de comportement me rappelle celui du riche à millions qui passe sa vie à risquer de tout perdre aux tables de casinos. Tant de gens naissent avec des infirmités qui ne leur permettent pas de se déplacer et vivre comme les autres. D’autres, qui ont visiblement tout, n’ont de cesse qu’à faire ’all in’ avec ce que la nature leur a donné, jusqu’à ce qu’enfin ils réussissent leur vie en étant les plus jeunes du cimetière.

    On peut toujours me parler de liberté, mais on ne m’ôtera pas de l’idée qu’il y a des coups de pied au cul qui se perdent.

     

    • Votre commentaire reflète bien votre pseudo mais ce n’est pas parce qu’on ne comprend pas quelque chose que c’est forcement stupide. D’ailleurs votre commentaire l’est beaucoup plus que les actions de ce type. Votre raisonnement mène au canapé, en espérant que le carrelage ne soit pas trop glissant ...


    • #1742493

      NoHope certes on peut se mettre à comparer, se demander pourquoi etc. mais il n’y a pas à expliquer c’est son truc et il le fait : "do your thing" comme disent les américains.

      J’ai lu dans un bouquin plutôt spirituel, que notre but sur Terre était avant tout de se réconcilier avec son Esprit, c’est pour çà qu’on est là, et chacun doit retrouver la raison pour laquelle il est venu (ou revenu ?) sur Terre, pour ensuite aller plus haut dans le monde d’après...

      Lui apparemment a l’air totalement réconcilié, il pète la forme çà se voit sur son visage. Je me demande juste ce qu’il fera quand son corps ne suivra plus, avec l’âge.


    • L’ilien quel mépris !.... :
      ’Votre commentaire reflète bien votre pseudo mais ce n’est pas parce qu’on ne comprend pas quelque chose que c’est forcement stupide. D’ailleurs votre commentaire l’est beaucoup plus que les actions de ce type. Votre raisonnement mène au canapé, en espérant que le carrelage ne soit pas trop glissant ...’
      A 20 ans je descendais de ma tour de 10 étages par les balcons, car bourré.
      Je ne m’en vantais pas car je savais que j’étais cinglé .
      Je souhaite que vous fassiez la même chose pour comprendre ce que c’est de glisser sur le carrelage devant votre canapé .... et de vous planter de 10 étages !
      Rien n’ interdit à un homme de grimper l’Everest avec une corde et des pitons. S’il décroche il peut se tuer quand même ... rassurez vous, vous pourrez mourir quand même !
      Maintenant ne soyons pas procédurier : Jetez vous d’un avion sans parachute ... chiche !


    • à L’ilien :

      1. On ne se méfie jamais assez du carrelage, surtout quand il est humide à cause de la condensation.

      2. La perte de l’expression française, le faible nombre de mots appris par les nouvelles générations, tout cela amène à une pensée de plus en plus binaire : soit on risque sa vie (trop cool), soit c’est les pantoufles et le canapé (trop naze).

      Je pourrais faire long et certainement très pénible pour vous, mais je vais faire court : il y a plusieurs catégories d’humains. Il y a ceux qui apprennent les limites par les mots et la réflexion, il y a ceux qui les comprennent par l’école la plus chère du monde qu’on appelle les leçons de la vie, mais la pire raclure d’entre les humains ce sont ceux qui incitent et poussent les bas de plafond à risquer leur vie pour l’excitation par procuration, et donc là sans risques, que cela peut générer chez eux. Aujourd’hui c’est lui le héros, mais demain, quand il aura payé cash, vous trouverez un autre canasson à encourager et pousser aux limites.

      Et n’oubliez pas de rester en alerte : le jeu étant d’aller le plus vite sur toutes les pages YouTube pour mettre ’RIP’ en prems le jour où cela arrivera. Car, en général, comme les corbeaux guettant sur la branche, les fans de ce genre de couillon sont number one en RIPage nécrologie.

      En conclusion, à mon avis, encourager ce genre d’individu est la dernière forme légale d’incitation au suicide qui permet d’échapper au 223-13.


    • @katapugon

      Effectivement je méprise un peu ... en fait non, je ne méprise pas mais je me moque d’une personne qui, parce qu’elle ne comprend pas le dépassement (sans alcool hein !) physique et mentale d’une personne voudrait lui mettre des coups de pieds au cul, d’où ma réponse quelque peu ironique sur le chemin glissant parsemé d’embuches qui mène au canapé. Apparemment vous n’avez pas trop compris, mais bon, c’est surement à votre escalade sous acide ... Pardon je suis un peu méprisant là ...


    • @L’ilien : oh oui, ça je l’ai bien senti s’être dépassé mentalement cet escaladeur, quant il regrette de devoir lâcher du carbone dans l’air pour devoir aller à ses murs de prédilection, ou encore son petit côté végan bobo SDF m’a bien plu aussi.

      On sent que cette activité sportive lui a fait du bien à son esprit !
      (tu vois l’ilien, c’est plutôt facile d’être méprisant, essaies de faire le contraire à l’avenir, tu verras que c’est bien plus difficile mais plus gratifiant)


    • Pour résumé, une belle bande de looser derrière un ordinateur qui chient sur la gueule de mecs parce qu’ils n’ont pas un centième du niveau pour faire un centième de ce qu’ils font, tout en se masturbant intellectuellement "Moi je sais mieux que toi, j’écris mieux que toi" "J’ai compris la vie" "Je fais des grandes phrases semi philosophique".

      Garde ton NoHope pour toi et tes proches si tu en as mais ne viens pas faire chier les gens qui ne veulent pas tomber dans ta dépression.


    • Il y a quelques annees jaurais eu les meme reflexions que nohope. Mais force est de constater que le jeune grimpeur nest ni mas tu vu ni idiot. La foi maide a comprendre la demarche de ce jeune homme. La vie sans but ne vaut rien. Cest un athee et il met son mode de vie et sa passion a la place de dieu. Logique. Il se trompe mais son raisonnement reste sain. Il ne semble pas totalement fou sinon il serait deja mort. il se calmera quand ses capacites physique diminurons.
      Les vrais fous sont ceux qui mettent la vie sur terre au dessus de tout. Ils sont corruptiblent.


    • à L’ilien :

      Si un gars risque sa vie parce qu’il met au point un nouveau moyen de transport révolutionnaire, comme le suisse Bertrand Piccard et l’avion électrique, voire des chercheurs qui testent parfois sur eux-mêmes des nouvelles techniques de vaccination génomique, là je soutiens la démarche, même si j’ai conscience du risque pris. Pourquoi ? Parce que ce risque vaut la peine d’être pris car il y a des solutions à la clef pour des millions de gens et des générations qui peuvent en bénéficier et améliorer les principes. Le projet commence par un individu et finit par entrainer l’humanité avec lui.

      Mais là, qu’est-ce qu’on a ? Un jeune qui risque sa vie à grimper de la caillasse et franchement, je ne trouve pas d’argument. Je dirais que la mort, non seulement il l’accepte, mais qu’en plus il la provoque comme s’il était dans la croyance des enfants qu’il aura toujours le dernier mot, qu’il aura toujours le geste ’pro’ salvateur qui fait que, comme par magie, il s’en sortira sans égratignures. Le seul problème, c’est que ce niveau de bêtise est dual : tant qu’il survit il a de fait raison, il peut frimer et passer pour un cador, mais à la première connerie il y reste et là ben ... il ne dira plus vraiment grand chose !

      Alexander Polli (28), Ueli Steck (40), vous ont probablement diverti mais l’école de la vie a été fatidique dans leur recherche de la limite. Alexander est d’ailleurs mort en direct sur Facebook ... Trop fort, non, comme quart d’heure de gloire ?!?

      Guillaume Néry, lui, a survécu à sa connerie et en a tiré la bonne conclusion parce qu’il est encore là pour ce faire. D’après vous, est-il devenu un naze avec canapé & pantoufles ? Ou il a le tort décevant à vos yeux de préférer la vie à la mort ?

      Du temps des romains il y avait les gladiateurs dans l’arène et les freluquets efféminés dans les gradins qui levaient ou baissaient le pouce selon l’expérience que leur procuraient les combats à mort. La différence avec aujourd’hui ? Grâce à la technique on n’est plus obligé d’aller à l’arène parce qu’on a Facebook ou Youtube, mais l’humain, pour sa part, n’a pas évolué d’un poil de fesse quant à sa fascination pour la mort ... des autres !

      Je souhaite à ce jeune Alex qu’il ait la présence d’esprit d’arrêter. Il a eu du bol, il a fait de belles images et y a survécu. Génial ! Fantastique ! Qu’il passe à autre chose tant que c’est encore possible. Point !


    • @L’ilien. Le niveau zéro de la pensée. Aucun argument. Toi, c’est le dédain et tes jugements basés sur rien qui montrent ta faiblesse, peut-être pas physique, mais d’esprit. Un bon gros troll avec 14 ans d’âge mental.

      @ No Hope. Ce ce que tu dis a du sens, même si le coup de pied au cul est un peu excessif, et que le gars n’est quand même pas un inconscient : il a sa vision des choses et doit certainement être confronté à tout un tas de questions et remarques par beaucoup de gens "normaux" (les gros loosers, selon L’ilien). Il ne faut peut être pas chercher à tout justifier, rationnaliser, etc. À l’instar des scientifiques avec la religion.


  • #1742411

    Il est excellent mais c’est le vide de l’interview qui fout le vertige.
    J’étais plus heureux, plus impressionné, plus fier ! avant de la lire. Pourquoi doit-on toujours se farcir ces sportifs qui n’ont rien à dire comme si ils nous apportaient la lumière dans leurs analyses ?


  • Le Alain Robert yankee. Bonne chance !


  • Ce mec me laisse un sentiment très partagé : j’ai autant d’admiration pour sa performance sportive que de réprobation pour le mépris qu’il a envers sa vie en la mettant ainsi régulièrement en danger.

    Car on sait tous comment il va finir s’il continue...

     

    • Il a besoin d’une dose d’adrénaline plus forte que la moyenne, il n’y a aucun exploit là dedans, juste l’égoïsme du toxico qui finira par rendre malheureux sa famille à la prise de trop.
      C’est triste pour sa famille.


    • @tatar

      « Beaucoup de gens partent du principe que je suis forcément un accro à l’adrénaline mais l’escalade ne procure en vérité que très peu d’adrénaline car tout va lentement. »


    • L’adrénaline est sécrétée par un stress intense qui ne résulte pas forcément d’une action rapide.


    • Ce gars n’est pas un téméraire.
      Ce qu’il le caractérise :
      - une passion
      - du courage
      - une énorme capacité de concentration
      - un physique supérieur à la moyenne
      - une longue pratique de son art et donc une grande expérience des prises et de la roche.
      - il prépare ses escalades, fait de la reconnaissance.

      Par contre, il sait qu’il se cassera la gueule mais il sent que ce n’est pas encore le moment. c’est pour cela qu’il continue, il en profite.

      Finalement, ce gars-là n’est pas très différent d’un Tabarly qui a risqué sa vie maintes fois...


  • Incroyable vraiment impressionnant. Sinon nous avons de notre côté le spiderman français qui fait pareil avec les buildings. Sans oublier qu’il est handicapé à 60% et est soumis au vertige. (et est français :)


  • Alors là, je suis totalement impressionné par les exploits de ce jeune homme.
    J’ai le vertige rien qu’en regardant ses vidéos !..
    Chapeau le sportif, et l’artiste aussi !


  • Débile..... la plupart sont dans des fauteuils roulants .
    S’ils veulent se dépasser tant mieux, perso cela me dérange pas .
    S’ils veulent nous dépasser pas de soucis. Tiens dépasse moi Silvain Tesson.
    S’ils veulent que nous prenions exemple sur eux, il y a la génération Daesh pour cela !
    En faire des exemples au niveau sociétal.... c’est juste promouvoir l’instinct de mort.
    ........ *

     

    • Plutôt d’accord...Si il se fait plaisir tant mieux pour lui...Ce qui est étonnant ce sont plutôt les spectateurs.....Là je ne comprends pas.


    • #1742539

      t’es pas sportif toi ?


    • C’est clair, ces jeunes ils feraient mieux de jouer sur les PS3 dans leur chambre, c’est plus sur et au moins aucun risque d’augmenter le trou de la secu en cas d’accident.
      Pareil pour ces égoïstes qui font du parapente et cie.


    • Le gars type qui essaye de raisonner sur un sujet que son intellect est trop misérable pour maitriser la porté.


    • @ bastien le malin

      Un vrai sportif se doit de suivre des règles de sécurité, au moins par respect pour ses proches. C’est aussi beaucoup plus courageux d’affronter ses échecs que de se laisser emporter par le repos éternel du premier game over. Sinon c’est pas un sportif, c’est un suicidaire égoïste qui veut sa page wikipédia avant de partir.


    • #1742633

      Aucun rapport avec le sport.
      Là, c’est du niveau de la roulette russe.
      Si Dieu nous a prêté un corps, c’est pour en faire bon usage, et pas pour le fracasser contre les rochers, parce que c’est ce qui va arriver à cette pauvre andouille.


    • #1742638

      Bastien, un vrai sportif calcule tout mais lui, il ne calcule pas sa chute qui sera inévitable s’il ne prend pas en considération ce critère. Apres, il fait ce qu’il veut mais comme il est dit dans un autre com’ par rapport à ses proches, je crois que l’on peut parler d’une certaine forme d’égoïsme, ou de stupidité. Mais bon, il fait ce qu’il veut mais ne surtout pas le prendre en exemple. ps : je suis ancien crossman niveau championnat de france et aujourd’hui chuteur et les gamelles, je connais et des fois...bah, je ne les avaient pas vus venir et c’est celles qui font le plus mal, crois moi.


  • Où va se loger notre pauvre vanité humaine...que ne met-il sa vie, discrètement, au service de ceux qui ne marchent plus, ne voient plus, et ne risquent pas de grimper, même des escaliers...et les soins palliatifs ont besoin de visiteurs, paraît-il...


  • il y a eu Patrick Edlinger avant lui , il n’est pas le premier

     

    • Qui est mort en 2012 d’une chute dans ses escaliers, un comble ?
      Comme quoi et pour répondre aux commentaires très critiques par rapport à la prise de risque que prennent ces sportifs, c’est la leçon qu’ils nous donnent à travers cette pratique qui est essentiel.
      Ce choix de vie illustre une réponse à la question : vaut il mieux regarder l’existence comme spectateur passif ou vivre pleinement l’instant présent ? en sachant pertinemment que la peur n’évite pas le danger.
      L’exemple de Robert Faurisson ou de Gilad Atzmon et tant d’autre encore force l’admiration et illustre parfaitement que parfois la prise de risque permet de s’approcher un peu plus de la vérité et que cela fait toute la différence entre connaître le chemin et arpenter le chemin.
      Ces grimpeurs s’engagent donc dans une voie qui leur est propre, au risque de ne jamais trouver ce qu’ils recherchent mais ont au moins ils ont le mérite d’essayer.


  • Ça serait intéressant qu’EeR relaie le film "la vie au bout des doigts" avec Edlinger !


  • Hommage à Patrick Edlinger, grimpeur de l’extrème, qui est mort en glissant dans son escalier. En tout cas d’une dépression et d’alcoolisme. No comment.

     

    • J’ admirais Edlinger quand j’ avais 20 ans (dans les années 80), il était très beau à voir grimper.

      Ceci dit, on ne peut pas être et avoir été. Et dur est le déclin... Surtout dans son cas, pour moi il n’ a pas été remplacé.


    • Patrick était fluide, d’une extrême élégance, aérien...On eût dit qu’il effleurait la roche, la caressait !..Je n’ai jamais retrouvé chez aucun grimpeur une telle grâce.


  • Petite précision.
    Ce que fait Alex Honnold dans ces vidéos est appelé "free soloing" ou solo intégral en français.
    Le "free climbing" ou escalade libre est la forme d’escalade dominante depuis les années 60-70 et qui consiste à réaliser une ascension en progressant uniquement avec le corps sans s’aider d’étrier ou en se tirant sur les points d’assurages(escalade dite "artificielle").
    L’escalade libre se pratique avec une corde et des points d’assurage dans la voie.


  • #1742484

    Moi je... non je la ferme ce coup-ci : respect chapeau bas.
    Çà sert à rien mais çà nous donne la mesure de ce qu’il est capable de faire et ce dont je ne suis pas capable.

    À vue de nez je dirais que je serais très inquiet si arrivé à mi-chemin je ne trouvais plus de prise pour avancer et personne pour venir me chercher n’ayant averti personne... ou encore si d’un coup j’ai une crampe qui me m’immobilise !
    Mais c’est probablement parce que je n’y connais rien.


  • Au moins ne met-il pas la vie des autres en danger comme ceux qui risquent leurs vies sur les autoroutes. C’est justement ce qu’il y a d’intéressant dans ce type de comportement le gars est seul avec lui-même..... et le spectateur. c’est vieux comme le monde à toutes les époques la jeunesse a eu des comportements proche de la folie. Je pense aux duels, à la roulette russe. Niquer la mort c’est lui rendre son importance que de toute façon elle a pour tout le monde même si certains font semblant de l’oublier. Il y a aussi de ça chez le guerrier, risquer sa vie implique de ne pas compter. Mais il est bon aussi d’attendre la retraite, ne soyons pas dogmatique.
    D’ailleurs au cinéma où tout cela se termine, ce genre d’individu est là aussi pour faire vibrer le sédentaire. En tout cas voilà des écologistes virils comme quoi il y de la vie même là où on l’y attendrait le moins, l’écologiste ( économie oblige...) aurait plutôt tendance à la tempérance...


  • s’Il est bien une expression que ces sportifs n’espèrent sûrement jamais éprouver au sens propre c’est bien " je suis tombé de haut".
    Leur prédécesseur , un certain Edlinger lui l’a bien expérimentée...c’était un "dieu" aussi pourtant.
    Cela dit , qu’ils se dépêchent de grimper car bientôt toutes ces montagnes vont finir en poussière par la vertu des missiles qui n’attendent que l’autorisation de chanter ....


  • Je ne m’attendais pas à trouver autant de commentaires fragiles sur ce fil...culpabilisation à pas cher et relativisme petit-bras (y a des gens handicapés qui bla-bla...). C’est "juste" un homme qui explore son monde, avec panache, ça change des adulescents moelleux, c’est sûr.
    Même en tombant de très haut il ne mourra pas plus que vous ou moi, il souffrira sans doute beaucoup moins par contre !
    Le contrôle de soi de ces grimpeurs est surhumain, comparé aux crises d’hystérie que peuvent susciter certaines opinions ou certains mots...

     

    • Ceci est simplement la version occidentale du "dépassement", qu’offre un monde en pleine dégénérescence.. Le gros effort à faire pour l’être humain, aujourd’hui plus qu’hier, c’est le combat contre ses penchants destructeurs et son égo...mais ça c’est plus difficile, moins populaire et surtout moins médiatique....
      Je me souviens de cette phrase d’un sherpa qui disait : Mais qu’est ce qu’ils vont bien chercher la haut ?
      C’était l’humilité de l’homme face au désir de briller de l’occidental.....
      comprenne qui pourra !


  • Il y a Kilian Jornet du même accabi, qui ne recherche pas les sponsors lui non plus...


  • #1742517
    le 09/06/2017 par Elric De Melnibonée
    Alex Honnold n’est pas sans peur : il accepte juste la mort

    Il y a vraiment des gens dans les commentaires qui ne comprennent vraiment rien à rien pour se permettre de juger un gars qui ne fait que risquer sa propre vie.
    Il y a des chances pour qu’un jour il tombe, mais il aura vécu sa vie pleinement en faisant quelque chose qu’il adore.
    Et puis le fait qu’il ai parfois abandonné des ascensions prouve que ce n’est un gros taré qui prend des risques inconsidérés. Il est heureux de faire ce qu’il fait et encore une fois, il ne risque que sa vie et il n’a ni femme ni enfant.



  • se fait la North Face en chemise ringarde et en bermuda. On est loin de la super frime.




    Mouais, la France en est rempli de ce genre qui font semblant de n’avoir rien et être sans frime, on les surnomme "les bobos écolos". Pour moi ça n’est pas un argument.
    Et je trouve que avec l’avènement d’Internet, on assiste à un formatage de pensée qui banalise ce genre "d’exploit", où si tu ne réussis pas un truc aussi grandiose que ça tu n’es qu’un pauvre loser. Sincèrement, j’ai arrêté de m’abreuver de ce genre de vidéos (qui pullule bien plus que vous ne le pensez) qui n’aide en rien à se grandir et s’en sortir.


  • Excellent sujet, ça fait plaisir. Comme ceux qui montent à plus de 8000 mètres, sans oxygène et sans sherpas. Ils y vont pour trouver la vie et non la mort. Nombre de commentaires réprobateurs sont à mon sens liés à la jalousie ou à l’image que renvoient ces athlètes à ceux qui ne font rien de vraiment risqué dans leur vie. Comme ils se sentent petits, ils veulent absolument ramener les autres à leur niveau. C’est dommage, il faut des hommes pour transcender les normes, sur le plan sportif. Certains sont des extraterrestres, ils réalisent des choses que le commun des mortels serait incapable d’imaginer. https://www.youtube.com/watch?v=NmL...

     

    • #1742658

      Voici un exemple typique de ce que l’on qualifie de projection psychologique, ici l’auteur de ce commentaire part de son propre sentiment( à savoir la jalousie par rapport au sujet de cet article) pour venir l’attribuer aux autres combien même il ne se rend même pas compte de ses propres névroses.

      A l’avenir plutôt que d’essayer de faire porter aux autres tes propres tares tu feras en sorte de te remettre en cause toi même.


    • Le coup de la projection qu’on nous ressort à toutes les sauces pour se défausser. Je pense plutôt que j’ai tapé dans le mille et que tu t’es bien senti visé. Je suis parfaitement en phase avec ce que j’ai écrit puisque je pratique moi-même des sports extrêmes, donc je n’ai nulle jalousie, je n’ai que de l’admiration pour cet homme. Mais je sais reconnaître les aigris, limite pervers, qui veulent tout ramener à leur vision étroite de la vie. Et qui se permettent te tirer vers le bas ceux qui accomplissent des exploits.


    • #1742815

      Vive le skate ! Mais ça fait trop mal le béton j’ai arrêté :)


    • #1743571

      Mon pauvre Chris, tu n’as pas compris que la seule raison pour laquelle je suis allé répondre à ton commentaire, est tout simplement la fait que celui-ci m’a fait rire tellement il est prévisible, convenus et surtout représentatif de la stupidité de notre époque. Tu as exactement la même manière de t’exprimer qu’un participant d’une émission de télé-réalité.

      Tout y est, la psychologie de comptoir, l’arrogance de l’urbain CSP+ satisfait de sa propre bêtise, le fanboyisme, et le culte du spectacle, en fin de compte tu as la même attitude que ces adolescentes en pâmoison devant un Justin Bieber qui entrent dans des phases d’hystéries dès que l’on touche à leurs idoles.

      A titre personnel je suis plutôt intéressé par les courses automobiles ou le parachutisme que par l’alpinisme non pas pour me sentir supérieur à la masse mais tout simplement parce que j’apprécie ce genre de chose, contrairement à certain je n’ai pas besoin de me prendre pour une divinité immortelle pour me sentir vivre...


  • #1742542

    Typiquement un "comportement ordalique".

    Définition de Wikipédia :
    "Un comportement ordalique (du vieil anglais ordal (qui a donné ordeal, l’épreuve, et du germanique urthel, « jugement » qui donne « jugement de Dieu ») est un comportement à haut risque, motivé par un besoin de jouer avec la mort ou de revitaliser son existence. En psychologie, on parle d’une « appétence traumatophilique », qui est un fort désir de valider son existence en la risquant, comme dans le cas des sports extrêmes ou des conduites à risque.
    (...)
    L’ordalisme évoque Dionysos et son culte orgiaque. Il s’agit de la recherche exclusive de l’intensité de la vie, du plaisir sans frein et non d’une vie économe qui dure longtemps, ascétique et apollinienne."

    Le comportement ordalique est typique de l’adolescence. Il correspond à un questionnement sur sa place dans le monde. La prise de risque est une manière de vérifier qu’on a sa place dans le monde, "si Dieu le veut".

     

    • Oui c’est une sorte de nietzschéisme, c’est là qu’on comprend que Nietzsche n’a plus rien de subversif(l’a-t-il déjà été ?), sa pensée épouse complètement le monde moderne, elle a nié l’économique sans se rendre compte qu’elle s’est fait coloniser par elle subrepticement...


  • Au delà de l’aspect divertissant et spectaculaire, il y a évidemment un côté pathologique dans ce genre de pratique, c’est la folie de l’homme dépossédé de lui-même qui est prêt à se sacrifier dans tous les échappatoires possibles pour trouver un sens à sa vie... là c’est jouer avec la mort parce qu’on ne sait plus sentir la vie, on ne sait plus la vivre, on ne connait plus le sens(à la fois la direction, et la saveur)

     

    • Bien sûr, vous possédez la vérité et lui non. Soit vous ne lisez pas ce qu’il dit, soit vous n’êtes pas capable d’admettre des façons de vivre trop éloignées de la vôtre.
      Ce jeune homme accepte des risques qui se trouvent sur sa voie, comme n’importe quel travailleur avec un métier dangereux, comme n’importe quel militaire, mais il le fait pour lui. Pas pour une cause, pas pour un chef, mais juste pour lui.

      Alors "évidement un côté pathologique" non.
      La passion n’est pas une maladie.

      En vérité je présume, pardonnez moi si je me trompe, que votre commentaire en dit plus long sur vous que sur lui.


    • Non il n’y a aucun jugement de valeur, c’est un constat, on a tous nos petits échappatoires individuels... mais justement pourquoi valoriser ce qu’on fait uniquement pour soi, narcissiquement, et voir ça comme une superbe leçon de vie ?
      C’est l’apothéose des conséquences néfastes de notre société, l’individu qui s’échappe, seul, pour lui, pour se "surpasser" dans une compétition, dans une performance, qui prend des risques incroyables sans véritable raison objective, si ce n’est rassurer son égo...


  • Cela me fait mal de ne pouvoir en faire de même. Je trouve cela encourageant pour se bouger le popotin. Merci m’sieur et que dieu vous garde.

     

    • Je ne vois pas pourquoi il vous faudrait faire la même chose pour vous estimer ; vous voyez sept milliards d’individus grimper des parois comme ça histoire de s’élever pour se sentir mieux ? Quoi que...


  • On oublie la laideur du monde comme on peut : seul face au caillou, l’esprit concentré uniquement sur la grimpe.
    C’est mieux que la drogue.
    Mais un jour il tombera. C’est fatal : il subit le passage du temps, le gel et le soleil de plomb dressent chacun leurs quelques pièges...
    Il le sait. Mais il sait aussi que la meilleure chance que ça n’arrive pas c’est de ne penser qu’a grimper le mieux possible.


  • Mouais, il y a plus rapide comme manière de se suicider ...

     

  • #1742578

    C’est un cas de " Fool’s pleasure " ( plaisir d’imbécile ) , le genre pour lesquels les Occidentaux sont bien connu ...

    Obtenir un corps humain est rare , il faut passer par 8 millions d’espèces , avant d’obtenir un corps humain , grâce auquel on peut avoir une chance de s’élever spirituellement , pour justement échapper au cycle des naissances et des morts ( Samsara ...considéré comme le plus grand danger ) , et de risquer cette précieuse opportunité pour jouer au casse-cou et d’un niveau abyssale de connerie !!!

     

  • Ça me fait penser aux surfeurs qui finissent bouffés par les requins, j’ai pas trop envie de pleurer quand ça arrive. Je pense plutôt "Sélection naturelle".

     

    • #1742649
      le 10/06/2017 par Aiguiseur de guillotines
      Alex Honnold n’est pas sans peur : il accepte juste la mort

      La plupart des surfers qui se sont pris quelques cicatrices dues au requins ne leur en veulent pas en général. Ils acceptent les risques et les reactions naturelles et retournent sur leur planches dés qu’ils le peuvent.


    • #1742740

      Dans le même genre de défi imbécile, il y a aussi la plongée extrême en apnée. Jean-Pierre Petit, le physicien "dissident", qui a perdu un fils dans ce "sport", a écrit des pages sur cette forme indirecte de suicide et les irresponsables de la société du spectacle qui la promeuvent.


  • #1742591

    Et ses proches, ils l’acceptent comment sa mort éventuelle ? Vivre sa passion, c’est bien tant que ça ne fait de mal à personne. Mais là j’en doute.

     

  • #1742604

    "il accepte juste la mort"

    Et l’éternité dans la géhenne ? J’espère pour lui qu’il s’est repenti avant ..

     

    • J’ajoute que si ce n’était qu’une quête personnelle et donc loin des médias, dans le secret de la nature, ce serait peut-être respectable. Mais le mec fait du show biz et se regarde la bite. Point barre !
      Gosse de riche !


    • #1742807
      le 10/06/2017 par ProtégeonslaPalestine
      Alex Honnold n’est pas sans peur : il accepte juste la mort

      Vous colportez tous les deux des contre-vérités. Ce jeune homme donne, à son corps défendant ou participant, la preuve irréfutable que Dieu existe et qu’Il a construit la montagne comme un escalier naturel. Cette ascension insensée apporte la preuve d’une intelligence supérieure de la nature géophysique et humaine, donc de la transcendance divine qui les a construits.


    • #1743345

      @ProtégeonslaPalestine

      Je ne parle pas de son sport physique, mais de la mort et après la mort .. la mort n’est rien, mais l’éternité c’est quand-même mieux de savoir ou nous allons la passer ..


  • publicité pour north face.


  • Presque aussi courageux que Robert !


  • #1742647
    le 10/06/2017 par Aiguiseur de guillotines
    Alex Honnold n’est pas sans peur : il accepte juste la mort

    Rien de nouveau. Patrick Edlinger faisait la même chose il y a 30 ans. Et il était Français !!
    "Une Vie Au Bout Des Doigts" (1982)

     

    • Merci de vous souvenir de Patrick Edlinger.
      Je conseille aussi le fabuleux "opéra vertical", où il grimpe dans le Verdon en short , torse nu et pieds nus.


    • #1742790

      Il avait participé à un film de José Giovanni en 1985 que j’avais bien aimé à l’époque avec Claude Brasseur, Bernard-Pierre Donnadieu, Niels Arestrup, Daniel Duval, Jean-Hugues Anglade et ... Gérard Darmon, Les Loups Entre Eux.

      C’est à cette occasion que j’ai pu découvrir ce magnifique sportif.


  • #1742675

    combien de jeunes vont se foutre a l’air en suivant son exemple ?

     

  • Patrick Edlinger, grimpeur francais des années 80, est mort en tombant des escaliers, la vie est ironique..

    https://youtu.be/CZlxY5rNGJk

    Il avait un style de vie et une approche assez E&R et loin de la frime aussi.


  • C’est comme le base-jump ou conduire en voiture em permanence à 200/h...j’appelle ça du suicide avorté. Il faut tomber, se tromper très souvent pour pouvoir se relever et avancer dans la vie. Ces mecs-là n’ont pas droit à l’erreur. Ils recherchent simplement une alternative à la vie domestiquée qui leur paraît une abomination, ce dont ils n’ont pas tord au passage. Mais l’être humain se construit dans l’erreur. Nier la possibilité de l’échec, c’est refuser de se tromper, ce qui est inhumain.

     

    • A vous lire et à lire certains autres commentaires j ai l’impression que vous n’avez pas regardé ni écouté la première video. Vous auriez vu et compris que chacune de ces escalades de l’extrême sont tres bien preparés, analysés, "validés" en quelque sorte. Il commence par grimper encordé pour repérer les passages, quitte à en préparer à certain endroit (avec son piolet). Il fait des repérages etc... En réalité ce mec est quelqu’un de très organisé, c’est tout, sauf, un jeune "fou" qui voudrait juste se faire plaisir en jouant avec la mort. Lui réussit et ne tombe pas parce qu’il réfléchit avant et non pendant... Un exemple à méditer pour certains jeunes dissidents proche de ER qui sont souvent un peu fou, fou... Il n y a qu’à lire les commentaires...
      Bonne journée !!!!


    • @ francky c’est vous qui ne saisissez pas bien ce dont il est question. Pour bien connaître ce milieu, je sais que ces types n’ont pas envie de mourir, que ce sont de grands professionnels et qu’ils se préparent minutieusement. Mais ça ne change rien au problème : une seule erreur et c’est retour dans une boîte. Ces types ne sont pas dans la gestion de l’échec, ils se préparent intensément pour ne pas commettre d’erreur. Sauf que les erreurs sont humaines et que ce sont grâce à elles que l’on entre dans la vie.
      Cordialement.


  • Ha oui d’accord,j’ai cerné le message subliminal du machin.C’est une allégorie de l’ultra libéralisme.On gravit les montagnes sans assurances,les cordes et les pitons entravent la liberté d’entreprendre.
    Pour ceux qui tétanisent sur un tabouret,il faut rester au pied de la falaise mais le risque est de prendre l’aventurier sur la gueule !

     

    • Et si c’était plutôt "prennez le risque de vous libérer de vos peur de lacher ce système qui vous tient par les couilles avec ses promesses de sécurité (dans la bouche de tous les politiques et nombreux pubicistes)"
      Vous (votre incarnation) êtes et restez fragile et mortel malgré l’airbag, les assurances à tout va, les normes de construction, la sécurité de l’emploi (où ça ?), les lois anti-terroristes, les prisons qui fleurissent, les centres anti-cancéreux, la sécurité sociale, la sécurité routière...

      Une des clefs du système est bien de nous rendre frileux et demandeurs de sécurité...


  • Ça s’appelle vivre puissamment. Rien a voir avec la vie du commun. Faut-il avoir cette classe, cette élégance pour vivre si fortement avec humilité face a la mort. Respect.

     

    • En effet, ce mec est un véritable cliché ( van, végétarien, empreinte carbonne minimaliste...)du mouvement hippie, surf Californien mais sans la drogue....qu’on nous fait miroiter depuis les années 70 pour mieux vendre tous le merchandising aux bobos et autres hipsters (et mon cul sur la commode !) du Vieux continent.
      Alors qu’un beauf de banlieue qui consomme au Super U du coin,qui bosse dans sa petite fonction publique et essaie d’inculquer quelques valeurs à ses enfants,il ne risque pas de tomber ( hormis sur les rails de RER) c’est trop la loose !


  • Alain Soral est aussi un "alpiniste", la volonté de l’esprit qui monte et se montre, c’est les autres qui ont peur et qui projettent. La pensée peut être vertigineuse par rapport au vide ambiant !


  • Quand j’étais un peu plus jeune, j’étais pas mal amateur de sports extrêmes.

    Ça vide la tête et ça procure une telle dose d’adrénaline, parfois... Je ne sais pas s’il y a plus fort comme émotions.

    De plus, cela se fait souvent en pleine nature. Le cadre idéal, parfait !
    On a cette impression de n’être rien. En gros, on prend la mesure, conscience, de nous-même, de ce qui nous entoure, et à quelle point la vie est belle.

    Ça me manque beaucoup :(


  • Admirablement épouvantable !


  • #1742899

    C’est bien le seul domaine où l’extrémisme est encouragé.


  • Ne pas avoir peur de la mort ne me parait pas très sain. L’instinct de survie est profondément ancré dans l’espèce humaine au fil de l’évolution, c’est ce qui nous a permis de survivre et d’évoluer. Quand un homme des cavernes voyait un ours, il savait qu’il devait en avoir peur car il menaçait son existence physique.
    A mon avis ce jeune homme (talentueux évidemment) à juste besoin d’adrénaline et d’avoir une illusion de toute puissance.

     

  • Les analogies que l’on peut faire avec ce témoignages et sa propre vie sont pertinantes, par exemple à la question :

    «  Comment gérez-vous la peur Alex ? J’ai fait des trajectoires où j’ai escaladé 60 mètres au-dessus du sol et je me suis demandé ce que j’étais en train de faire. Puis, je suis redescendu et suis rentré à la maison.  »

    J’avais une activité pro qui commencait à détériorer ma santé physique et mentale... et volontairement je suis moi aussi rentré à la maison...

    C’est spéctaculaire et pourtant ce type sait ce qu’il fait, que l’on soit pour ou contre ses choix et ses risques sont les siens, ceux de son équipe qui avec lui, ses sponsors, bref ça ressemble à Alain Soral, E&R, les donateurs, les soutiens...pour un idéal beau et respectable.


  • Nous en sommes tous au même point, bloqués sur la case départ "échapper à l’aliénation de l’organisation sociale".
    Mais que nous fassions du tricot ou de la grimpette, il n’y a aucune différence fondamentale. Notre désir de liberté n’est là que pour témoigner de notre condition d’esclave. Ainsi nous nous mettons en quête de sentiments de liberté, ces ersatz de liberté ridicules et insignifiants...

    Accumulez toujours et encore, grimpez toujours plus haut. Votre ascension sociale sera la clef de la jouissance et de tous les plaisirs que peut vous offrir notre société. Selon votre statut sociale d’origine votre parcours sera semé d’embuches et d’obstacles, saurez-vous éviter les injustices et les inégalités ? Bienvenu dans le jeu capitaliste, essayez d’être heureux, que les meilleurs gagnent ; pour les autres crevez en silence dans l’indifférence la plus totale, cela fait partie des règles du je et de son éthique.
    Le jeu ne connaît aucune fin, aussi vous pouvez développer des stratégies sur le long terme en créant des familles et des relations sociales fortes qui vous permettront d’asseoir votre position dans la societé. Soyez prudent et surtout patient.

    Participation obligatoire pour la modique somme de votre vie.


  • Ça ne sert à rien d’éduquer les jeunes à la sécurité routière et de les obliger à mettre une ceinture ou un casque si à coté on vante les exploits chanceux d’un gamin qui escalade sans sécurité et sans obligation... Oui, "chanceux", car s’il est toujours en vie c’est uniquement parce qu’il n’a pas encore eu de prise qui cède sous un appui.
    Si on ne peut interdire le suicide et empêcher les mises en pratique, on peut interdire l’apologie, et c’est d’ailleurs le cas. Ce genre d’attitude suicidaire devrait être dénoncé et combattus au même titre que les défis mortels des cours de récré. En faire un reportage élogieux est scandaleux.


  • #1743086

    Éloge de la folie douce.


  • #1743272

    Je n’aimerai pas être à la place de ses parents qui doivent trembler chaque jour, et qui apprendront que leur fils vient de décéder suite à un accident d’escalade. Ce gars est fada, même si techniquement c’est un crac... c’est surtout un humain qui un jour fera une erreur fatale. Je ne comprend pas cette mentalité alors que la vie est précieuse.


  • C’est presque irréel, c’est franchement épatant. Il faut déjà pouvoir le faire, sans protection, comme ça, je dis respect. Après c’est sa vie, je pense qu’il sait très bien qu’un jour ou l’autre une mauvaise prise ou autre l’emmèneront tout droit au paradis.
    Moi ce genre de type me fascine vraiment. Les photos sont époustouflantes. Certains humains sont vraiment hors normes. Incroyable, vraiment.

     

  • #1744219

    Le spectacularisme morbide comme alternative à la société de consommation... mdr. Voilà qui plaira aux Français moyens à vomir, les mêmes qui votent macron.

    Je m’étais intéressé à l’escalade en 2009 et l’un des éléments qui ressortait était la nécessité d’avoir des doigts musclés et crochus... ça change de la plongée en apnée où il faut plutôt pouvoir amasser le plus d’air (pas n’importe quel gaz !) possible.

    Bref, sujet sans intérêt sinon la sociologie des commentaires, surtout celle des adulescents de la société du spectacle, au syndrome de Stockholm évident, avec comme roi des stockholmiens ce sportif addict non pas à la montagne mais à l’absurde et au non-sens, pourvu qu’il y ait un danger.

    On comprend mieux le mépris typiquement bobo franchouillard (pléonasme, car après tout les bobos sont des Français moyens qui s’ignorent, et inversement) envers Le Pen, et plus largement envers le nationalisme, et encore plus généralement envers le catholicisme. Pas assez spectaculairement bienpensants.

    J’ai toujours eu un grand mépris pour la mise sur piédestal des sportifs, sentiment partagé par tous les vrais champions. Avec tout le cortège d’admiration ridicule, de bienpensance glorificatrice, de vanité narcissique, de culte du corps (façon culturiste) et de la personnalité (façon mao), les yeux qui brillent pour le gagnant de l’or (mais jamais pour les deuxièmes), etc. jusqu’à ce qu’un jour on découvre que le « champion » tant adulé est en fait un tox dopé, une racaille minable (ribéri, zidane, etc.) ou carrément un psychopathe immonde (pistorius), etc. avec toujours cet art de la déception de la part du public à vomir. Cet art de se complaire à toujours parier sur le mauvais canasson, de toujours cultiver de faux espoirs pour des crétins, d’avoir pour valeur numéro 1 le miracle du spectaculaire plutôt que l’humilité du vrai combat, de préférer le rêve idiot à la saine réflexion sur le réel.
    Être un virtuose du piano, de la boxe, des échecs ou de l’escalade n’est pas la voie des saints.

    MagnaVeritas

     

  • Bon sang, à la lecture des commentaires, je me demande ce qu’il se passe sur ce site ?!! Que de mépris de la part des uns envers les autres ! C’est dans ces moments là que je me dis que donner la chance à n’importe qui de s’exprimer, c’est courir le risque de lire n’importe quoi.
    Je ne connaissais pas ce monsieur Honnold avant la publication de cet article. Force est de constater que son sport est assez extraordinaire, tant sur le plan physique que mental, le dépassement de soit à l’instant T, où l’on voit qu’il prépare tout de même très bien ses ascensions au moment M. Donc une certaine forme de logistique si je puis dire.
    Ensuite, est-ce que c’est bien, mal ?? Dangereux pour lui, triste pour sa famille le jour où il chutera ?... Qu’est-ce que ça peut bien vous foutre quelque part ? L’article date d’il y a 4 jours, je suis persuadé que les trois quart de ceux qui ont laissé un commentaire l’ont déjà oublié. Et d’ailleurs, si ça se trouve, imaginons lui une toute autre vie, de menuisier ou de cuisto tiens, il serait déjà peut être mort dans un accident de voiture en se rendant à son boulot. Ou mort d’un cancer pour avoir trop utilisé son four à micro-onde , fumé deux paquets par jours et bu du coca pourquoi pas ? Ensuite, est-ce que c’est faire l’apologie de la mort ou d’une certaine forme de suicide comme j’ai pu lire ci et là ? Je n’en ai ma foi pas l’impression, le bonhomme dit qu’il a aussi peur de mourir que vous et moi, mais lui a peut être déjà pigé et accepté que vivre, c’était risquer de mourir dans tous les cas. Comme disait Da Vinci, " Alors que je croyais apprendre à vivre, j’apprenais à mourir ".
    Parce que dans ce cas là, les internautes parfaitement rabat joie excusez moi, M. Soral, Dieudonné, Professeur Faurisson, et j’en passe, eux mêmes risquent ou ont risqué la mort suite à leurs propos, suite à leurs combats. Mais enfin !!! Vous avez pensé à leurs familles endeuillées ?! Et vous les soutenez et les encouragez dans cette lutte... pffff, vous n’avez aucun coeur et aucun esprit, messieurs les internautes !!
    Pardonnez leur, ils ne savent pas ce qu’ils disent.


  • Ce type est énorme mentalement ! Tous ceux qui le critiquent sont des gros bouffons qui n’ont jamais rien fait de leur vie et qui flippe de tous. J’ai même lu un commentaire ou le gars a un pseudo " machinChevalier"... mdr Tu es chevalier dans ta tête mec ! Tu crois qu’ils flippaient les chevaliers face aux archers anglais ????

    Un base jumper !


  • Patrick Edlinger, le précurseur, le mythe, l’homme-araignée, stoppera la grimpe solo à la naissance de sa fille. Quelques années plus tard, il mourra à son domicile, à 52 ans... d’une bête chute dans l’escalier. Certains hommes ne sont pas faits pour une vie normale.


Commentaires suivants