Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Analyse tactique de la fusillade de Las Vegas

J’ai laissé un peu de temps pour laisser émerger plus de détails sur la fusillade de Vegas avant d’écrire cet article. Quelques données importantes ont été publiées, mais je dois dire que cela reste l’un des incidents terroristes les plus déroutants depuis des décennies.

 

Les premières réflexions tactiques et stratégiques appliquées à cette attaque dénotent d’un tireur sophistiqué et expérimenté. Pourtant, la famille et la petite amie de Stephen Paddock nous ont dit qu’il n’y avait aucune indication qu’il ait eu de telles connaissances ou expériences. Il y a eu des décisions tactiques avancées dans tous les aspects de la mise en scène de l’événement, mais il y a aussi eu quelques erreurs flagrantes qui ne cadrent pas. Au-delà de cela, il y a des preuves que Paddock (le soi-disant tireur) n’a pas agi seul, pourtant, le récit officiel officiel continue de nous dire qu’il était un loup solitaire.

Maintenant, chaque événement terroriste de nos jours produit un approvisionnement sans fin de théories alternatives, certaines possibles et certaines ridicules. Je vais garder mes théories à un niveau minimum ici, parce que je ne pense pas que cela soit utile dans ce cas, au-delà du confort pour ceux qui veulent désespérément des explications. Ce que je vais faire, c’est poser quelques questions et signaler les incohérences. Mon but est simplement de montrer qu’il y a des preuves qui indiquent beaucoup plus de complexité dans cette fusillade de Vegas que les médias traditionnels et les fonctionnaires fédéraux ne sont disposés à en discuter.

[...]

Le savoir-faire tactique d’une personne

C’est la zone qui soulève le plus de questions pour moi au sujet de l’incident de Vegas. En tant que tireur tactique chevronné et aussi tireur à longue distance, j’ai immédiatement reconnu certains facteurs étranges. Par exemple, le choix de son perchoir, deux chambres adjacentes au 32e étage du Mandalay Bay Hotel, était plutôt efficace pour plusieurs raisons.

Si vous avez la chance d’étudier des méthodologies de combat anti-snipers ou de discuter avec des anciens combattants impliqués dans des actions anti-snipers en zone urbaine, vous apprendrez que les meilleurs tireurs d’élite ont tendance à choisir des perchoirs à mi-hauteur. Je veux dire qu’ils ne choisissent jamais les points les plus hauts ni les points les plus bas, et ne tirent jamais des points les plus proches ou des points les plus éloignés. Les tireurs d’élite bien entraînés peuvent parfois tirer à partir de 900 mètres ou plus, mais ils préfèrent tirer de la « distance idéale », environ 250 à 350 mètres d’un point élevé se fondant dans une texture opaque au milieu d’un bâtiment ou d’une structure.

Ils le font parce que lorsque les gens (y compris les soldats de combat entraînés) se font tirer dessus, leurs yeux ont naturellement tendance à rechercher les points les plus élevés en arrière-plan et les points les plus proches au premier plan. Choisir des positions à mi-distance rend les tireurs d’élite plus difficiles à repérer rapidement et plus difficiles à repousser.

Je tiens à souligner que les tireurs de masse non entraînés sont plus susceptibles d’entrer dans une foule et de commencer à tirer à bout portant afin d’assurer des coups directs sur les cibles. Paddock a choisi la position d’un tireur qualifié, dont vous pouvez voir une photo dans cet article du New Yorker. Ce n’était PAS la meilleure position possible, mais une très bonne position.

Le choix de Paddock de tirer de cette position dans un grand hôtel avec un bon taux de remplissage a donné une belle couverture à son attaque ; quiconque aurait tenté de le supprimer en ripostant aurait risqué de tuer des personnes innocentes dans le bâtiment. Seule une personne ayant une compréhension du combat anti-sniper, armé un fusil adapté aurait eu la capacité d’arrêter l’attaque de l’extérieur. Le Nevada est un État très souple pour la législation sur le port d’arme dissimulé, et attaquer une foule à courte distance sur le terrain aurait été un scénario à haut risque. Le tir du Mandalay était la chance la plus probable de faire un nombre élevé de victimes sans rencontrer d’opposition, mais cela nécessitait un entraînement approprié.

La première chambre Paddock utilisée dans le Mandalay à l’angle du 32e étage avait une vue dégagée sur la zone de concert et le nord. Elle a une portée en diagonale d’environ 350 mètres et une portée directe d’environ 200 mètres. Lorsqu’ils tirent d’une position élevée, les tireurs d’élite alignent des cibles et les balles tombent en fonction d’une distance linéaire plus courte ou de la « distance balistique réelle » (base du sol vers la cible) plutôt que de la portée directe de leur perchoir à la cible. Ceci est dû au fait que la gravité n’affecte la balle que par rapport à la distance balistique réelle et que l’élévation de la portée doit être ajustée à cette distance. Ce n’est pas aussi facile qu’il semble de toucher les cibles d’une position élevée, même avec une arme « automatique ».

Il a été récemment déclaré par la police de Las Vegas que la « note » trouvée près du corps de Paddock a été griffonnée avec des calculs pour la chute des balles depuis sa position. Ces calculs peuvent être faits avec de nouveaux télémètres laser, mais Stephen a apparemment choisi de les faire sur papier. Le détective Casey Clarkson de Las Vegas était sur le terrain du concert pendant l’attaque et a raconté « Je suis impressionné par sa précision » (en référence à Paddock) dans une interview avec 60 Minutes. Encore un autre élément de preuve montrant que Paddock (ou quelqu’un d’autre) avait un entraînement intensif de tireur.

Les deux chambres adjacentes du Mandalay offraient une couverture étendue des approches possibles pour les premiers tirs contre lui. La première chambre a donné au tireur une bonne couverture du concert et de l’approche nord du Las Vegas Blvd. La deuxième chambre donnait au tireur un très large angle de couverture vers l’approche sud du Mandalay ainsi que l’entrée principale de l’hôtel. On peut noter un savoir-faire tactique bien visible.

Finalement, Paddock aurait placé de petites caméras de surveillance dans la salle proche de sa chambre. Un outil précieux qu’un tireur pourrait utiliser pour surprendre les forces de l’ordre, maintenir une plus longue période d’efficacité du tireur et permettre éventuellement une évasion. La police de Las Vegas est citée indiquant que Paddock avait l’intention de se soustraire à la capture. Cela correspond au reste de sa mise en scène tactique. Son suicide ne l’est pas.

 

Choses qui ne collent pas

Encore une fois, je ne vais pas entrer dans de grandes discussions sur des théories, ici. Je vais seulement citer quelques exemples de preuves et de récits qui, pour moi, n’ont aucun sens. Commençons…

Le motif. Aucun motif apparent. Paddock menait une vie de luxe ou quasiment. Il avait une relation heureuse avec sa petite amie et n’avait donné aucune indication d’instabilité ou d’affiliation idéologique. Il n’avait pas de casier judiciaire. Il était également bien au-delà de la tranche d’âge moyenne des personnes couramment impliquées dans de tels crimes. Il ne correspond à aucune des caractéristiques des tireurs de masse.

L’arsenal. Paddock a mis beaucoup de réflexion et de planification dans la position de son perchoir. Il avait aussi prévu une potentielle voie pour s’échapper. Il avait les connaissances et l’expérience nécessaires pour calculer des trajectoires de tir précises à partir d’une position élevée à une certaine distance. Mais pour une raison quelconque, l’homme de 64 ans a décidé qu’il était justifié d’amener au moins 23 armes et des centaines de kilos de munitions dans dix valises séparées dans sa chambre du Mandalay Bay. Une personne avec une telle intelligence affichée dans la planification de cet événement sait que la plupart de ces fusils n’étaient pas nécessaires pour atteindre l’effet désiré. Ils étaient très lourds et les déplacer dans le Mandalay Bay ne présentait que des risques inutiles d’être découvert. Sauf, bien sûr, si le plan original impliquait plusieurs tireurs.

Une année étrange ? La famille et les connaissances ont mentionné la propension de Paddock à « disparaître » l’année précédant l’attaque de Vegas. Et, il y a le fait que 33 des 47 armes à feu possédées par Paddock ont été achetées au cours des 12 derniers mois.

Les appels à la sécurité. Paddock a appelé la sécurité de l’hôtel au moins deux fois pour se plaindre de la « musique forte » à l’étage en dessous de lui le jour de la fusillade. Pourquoi un tireur de masse se soucie-t-il ou prend-il le risque de trop attirer l’attention ?

Les fenêtres. Pourquoi, après une planification si minutieuse, Paddock a-t-il exposé sa position en brisant deux fenêtres séparées dans ses chambres adjacentes ? Il y a d’autres façons de fournir un axe de tir moins exposé. Très étrange. Presque comme si la décision de tirer avait été prise soudainement, ce qui ne correspond pas au reste du récit ou des preuves.

Une alarme de chambre « indépendante » mène la sécurité directement à Paddock. Le bureau des shérifs de Las Vegas indique que la sécurité a été directement dirigée vers l’étage d’où Paddock tirait par une « alarme de porte » déclenchée par quelqu’un à trois chambre de la sienne. Maintenant, les autorités ont été forcées d’admettre que cette alarme et la confrontation entre la sécurité et Paddock ont eu lieu AVANT qu’il ne commence sa fusillade. Cela signifie que la police aurait dû être alertée de la présence de Paddock et de son emplacement exact avant l’attaque. Qui a déclenché cette alarme qui a aidé à donner la position de Paddock si tôt, et pourquoi ?

Les caméras de surveillance. Paddock avait une longueur d’avance sur la sécurité, le SWAT et tous ceux qui s’approchaient de ses chambres. Il a tiré sur les agents de sécurité de l’hôtel par sa porte blessant l’employé Jésus Campos. Il avait également des milliers de cartouches de munitions, y compris des cartouches .308 qui pouvaient facilement être tirées à travers plusieurs murs de l’étage de sa chambre d’hôtel. Pourquoi Paddock se préparait-il à s’échapper, utilisant ses caméras pour lui permettre de glisser entre les mains de la sécurité de l’hôtel, équipant les alentours pour anéantir toute une équipe de SWAT qui tenterait de forcer sa chambre, mais décide de se mettre une balle avant que le SWAT ne tente même de pénétrer ? Certaines personnes pourraient soutenir qu’il n’y a pas de logique à l’esprit d’un « fou », mais encore une fois, je n’ai vu aucune preuve que Paddock était fou au-delà de l’acte criminel lui-même. De plus, l’hôtel avait sa propre équipe de surveillance dans le hall près des chambres de Paddock. Personne n’a remarqué un homme plaçant des caméras dans cette zone ?

Plusieurs tireurs  ? Le shérif du comté de Las Vegas, Joseph Lombardo, aurait dit qu’il était logique de supposer que Paddock « avait eu de l’aide à un moment donné » dans la mise en scène de l’attaque de Vegas. Pour moi, c’est absolument clair dans la planification tactique. Paddock ne semble pas avoir les antécédents ou la formation pour avoir choisi et mis en scène ce perchoir.

Le rapport suggérant qu’un chargeur de téléphone a été trouvé qui n’appartenait pas à Paddock a depuis été réfuté par la police, ainsi que le rapport que sa clé de chambre a été utilisée pour accéder à sa chambre pendant que Paddock était parti. Bien sûr, la surveillance d’un hôtel prouvant cela d’une façon ou d’une autre devrait être mise à la disposition du public.

Il y a cependant plusieurs témoignages de témoins selon lesquels il pourrait y avoir eu un deuxième tireur, y compris les premiers interviews des premiers intervenants sur la scène. À qui on a dit qu’un tireur se trouvait au 29e étage ainsi qu’au 32e étage. Tous ces témoignages ont été rejetés en raison de la « panique » et du brouillard de la guerre.

La femme mystère. Un témoin sur place au concert a déclaré qu’une femme (et son petit ami apparent) se sont approchés des gens près de la scène 45 minutes avant l’attaque, leur disant qu’ils allaient tous mourir. Elle a ensuite été escortée hors du lieu par la sécurité. Qui était cette femme ? Essayait-elle de menacer les spectateurs ou de les avertir ? Ou était-ce une coïncidence ?

Lire l’article entier sur lesakerfrancophone.fr

Sur la maniplation oligarchique, chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1829838
    Le 30 octobre à 12:57 par El Picador
    Analyse tactique de la fusillade de Las Vegas

    Il faut s’intéressé au personnels de l’hôtel et a leur familles qui eux savent plus ou moins se qui ne colle pas avant et après l’attaque , et ont y trouvera a mon avis pas mal de chose étrange et peut être même des informations capitale , des licenciement ou mutation avant attaque expéditive , des disparitions ou suicides , ou des grosse rentré d’argent du jour au lendemain.

     

    Répondre à ce message

  • #1829858
    Le 30 octobre à 13:29 par Arthur
    Analyse tactique de la fusillade de Las Vegas

    Encore une histoire où on ne saura jamais le fin mot, comme celle des Kennedy, du 11 septembre et il doit y en avoir d’autres.

     

    Répondre à ce message

    • #1830580
      Le 31 octobre à 15:11 par McAron
      Analyse tactique de la fusillade de Las Vegas

      "De toute manière, on ne saura jamais la vérité." Je déteste ce genre de remarques. C’est typiquement le défaitisme des paresseux qui ne veulent pas se fatiguer à chercher la vérité. C’est exactement sur cela que comptent les criminels qui montent ces opérations : créer un sentiment collectif d’impuissance.

       
  • #1829869
    Le 30 octobre à 13:48 par Eloise
    Analyse tactique de la fusillade de Las Vegas

    Sur la note de service pour le dejeuner, on trouve un bagel. C’est signe !.
    Sinon il faut ecouter "les paranormies, JFK Part 2" sur YT.

     

    Répondre à ce message