Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Anne Nivat, grand reporter : "On ne mesure pas l’humiliation des Russes"

Si la journaliste Anne Nivat consacre aujourd’hui un documentaire et un livre à la Russie, c’est pour y être retournée après y avoir vécu une dizaine d’années. Et elle ne se concentre pas sur les coulisses du Kremlin mais nous raconte une Russie, d’est en ouest, et surtout à hauteur de femmes et d’hommes. Une mise en perspective qui apporte une tout autre dimension aux enjeux de l’élection présidentielle, dont personne ne doute qu’elle va confirmer la mainmise de Poutine sur le pouvoir.

 

Pourquoi connaît-on si mal la Russie ? C’est la première question que l’on se pose, après avoir lu votre livre.
Ce n’est pas à moi de le dire. J’ai fait ce constat et c’est la raison pour laquelle je mets toute mon énergie à essayer de déconstruire les stéréotypes. Il y en a sur tous les pays, je l’ai vérifié en travaillant sur l’Irak et l’Afghanistan, par exemple. Mais il y en a peut-être plus sur la Russie parce que c’est un pays qui fait peur, qui est européen mais lointain. Et il y a cette figure du chef, Vladimir Poutine, qui cristallise toutes les hystéries occidentales.

[...]

Vous mettez aussi l’accent sur l’étrange relation avec la Chine.
Elle est essentielle et suscite chez les Russes une réelle anxiété. La Chine est tellement peuplée qu’elle lorgne de plus en plus de l’autre côté de la frontière. La différence, c’est que les Chinois qui la franchissent ne sont plus seulement de pauvres ouvriers. Ce sont des entrepreneurs et des investisseurs qui viennent acheter et même jouer au casino.

[...]

 

Voter Poutine n’est pas forcément, pour les Russes, voter pour un dictateur, écrivez-vous. C’est nous qui nous trompons ?
On va un peu vite en besogne en traitant Poutine de dictateur. Si c’était le cas, je n’aurais pas pu faire mon livre. Il n’y a pas un flic derrière chaque journaliste. Ce qui ne veut pas dire que les journalistes sont bien traités, surtout les Russes qui prennent beaucoup plus de risques.

[...]

Ce que les Russes mettent au crédit de Poutine, c’est le retour d’une puissance sur la scène internationale dont ils sont assez fiers.
C’est même un aspect qui fait l’unanimité. On ne mesure pas le degré d’humiliation des Russes depuis la fin du régime soviétique. Si la Russie reste le pays le plus vaste du monde, elle n’est plus l’URSS avec ses satellites. Les nations baltes sont parties, celles de l’Asie centrale aussi, tout cela sans effusion de sang, à la différence de la Tchétchénie qui, elle, est toujours dans la Fédération de Russie. Tout cela, les Russes, qui n’y étaient pas préparés, l’ont mal pris.

 

Ce qui, à leurs yeux, légitime d’autant ce qui s’est passé en Crimée ?
Il est difficile, aujourd’hui, en Russie, de trouver quelqu’un qui désapprouve l’intervention en Crimée, même parmi ceux qui ne sont pas favorables à Poutine. Ils considèrent que Khrouchtchev a commis une erreur en la donnant à l’Ukraine, après un dîner bien arrosé. La guerre en Syrie les touche moins mais elle correspond à une puissance retrouvée qui suscite un sentiment de fierté. Et puis, dans leurs têtes, Poutine fort signifie Occident faible.

Lire l’entretlen entier sur letelegramme.fr

 

Anne Nivat chez Vandel le 30 mars 2017 :

 

Anne Nivat sur franceinfo le 15 mars 2018 :

Comprendre les enjeux de la géopolitique russe avec Kontre Kulture :

Poutine, la Russie et l’Ukraine, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La poule à Bourdin commence à dire ce que certains disaient il y a 2 ans !
    Alors franchement les dissidents de la dernière heure ...

     

  • Pour une femme aussi active, qui dit parler 7 langues, et qui a voyagé à travers le monde, il ne ressort pas grand-chose, à part qu’elle parle surtout d’elle-même et finalement très peu des pays qu’elle visite. Exotisme et féminisme de roman, mais pour l’analyse et l’info, on repassera. Typique des "grands reporters" systématiquement mis en avant par les médias : Florance Aubenas, Anne Rivat, Ockrent...
    Sa façon de présenter la Russie est très sournoise. Elle est moins bête que les autres, c’est évident, mais son parti pris l’est tout autant.

     

    • Hum, mouais. mais en regardant d’autres interventions que celle-ci, il ne m’a pas semblé possible de savoir ce qu’elle pense réellement. En pratique, elle refuse de prendre une position, de se mouiller pour un camp ou l’autre. Mais je crois que si elle faisait autrement, elle serait grillée, soit en France, soit en Russie.
      Ensuite, elle a pas boycotté RT. D’un autre coté, elle semble pas invitée souvent sur les plateaux télé mainstream, alors qu’elle publie pas mal. Ca peut s’expliquer par son agressivité un peu pathologique, mais aussi parce qu’elle ne parait pas assez convaincue du dogme anti-russe.


  • Georges Nivat est plus intéressant ; moins narcissique, en tout cas. A notre époque, les descendants n’ameliorent guère l’espèce et ce cas est loin d’être le pire (quand on pense à un des petits fils antifa de Georges Bernanos).

     

    • La charmante Anne a certainement pris des leçons de narcissisme auprès de JJ .BOURDIN son époux ....Quelle famille !des gens qui ont atteint un tel niveau dans la propagande et l’esprit partisan qu’ils ne présentent plus aucun intérèt depuis longtemps


  • #1922033
    le 17/03/2018 par Qui dit vrai ? Qui dit faux ?
    Anne Nivat, grand reporter : "On ne mesure pas l’humiliation des (...)

    La Russie pays Européen ?
    Pourquoi les autres ne disent pas la même chose ?

     

    • Les autres mentent, ils sont gangrenés par la doxa officielle opposée à l’idée d’EURASIE. Ils veulent nous faire croire que l’Europe est un continent qui s’étend du Niemen à la Californie , et que le reste n’est peuplé que de sauvages . C’est parceque la France est un satellite des anglo-saxons qui sont une puissance ( de moins en moins )thalassocratique , ils redoutent pardessus tout la création d’un bloc euroasiatique , et lorsque l’on analyse les résultats économiques tant chinois que russes , on comprend pourquoi .Heureusement , contrairement, à TRUMP , l’entrepreneur immobilier, et à macron , le philosophe ...Vladimir Poutine est un homme d’état, un homme mesuré, intelligent, spécialiste du droit international , et proche de son peuple( il suffit de le voir, en tete du Régiment Immortel , portant la photo de son frère ainé , tué au combat durant la grande guerre patriotique ).On peut redouter que l’OTAN ne pousse trop loin la provocation aux frontières de la Russie .Que n’entendrait on pas, si la Russie installait des batteries de missiles au MEXIQUE ...ou à CUBA ?C’est pourtant ce que font les USA, anglais et français en POLOGNEet dans les états baltes .


    • J’ai toujours pas compris pourquoi la Russie est un pays Européen ?


    • @Qui Dit Vrai ? Qui Dit Faux ? La Russie est un pays asiatiques avec des tentacules s’étendent jusqu’en Europe.


    • @Donc ?

      L’Europe va jusqu’à l’Oural en plein milieu de la Russie, Moscou, Saint Petersbourg, Smolensk ou Nijni Novgorod c’est bel et bien l’Europe, certes la majeure parti de la Russie se trouve en Asie mais le coeur historique de la Russie est une partie de l’Europe et de l’Occident, de plus les russes sont un peuple slave, indo-européen, et non pas un peuple asiatique, cela joue beaucoup dans la classification.


    • @ donc ?

      L’Europe, ce n’est pas qu’une délimitation arbitraire d’un espace. C’est aussi une histoire commune. Plongez-vous un instant dans l’histoire du XVIIIème. L’Europe, c’était 5 grandes puissances : GB, Prusse, Autriche, France... et la Russie, qui est définitivement européenne depuis Pierre le Grand.


  • "On ne mesure pas l’humiliation des Français", citation de mézigue.
    Si on la mesurait, elle serait plus longue que celle des Russes, d’au moins dix centimètres sur l’échelle de Richter.
    C’est qu’on ne sort pas de l’URSS, nous : on y entre.

     

    • Moi, quand je crois des Français tous les jours ils n’ont pas l’air d’être humiliés ! Sans doute qu’à force de se faire anuser ils y prennent goût ! M Soral se demande quand est-ce le Français prendra son destin en main ? ! Vu ce que je vois tous les jours, et à moins de tomber sur les mauvais numéros, jamais ! C’est mort... Pour ce prendre en main encore faut-il avoir les couilles et le désir !


  • On ne mesure pas l’expertise mondiale d’anne nivat. Au-dessus du soleil elle découvre que la guerre est violente et qu’il existe des stéréotypes sur les pays. Elle donne alors, en toute indépendance, sa vérité qui ne peut être discutée. ite nivat est.

     

    • Ben ça va changer quoi ??? Hulot défend l’écologie depuis 40 ans et maintenant qu’il est au gouvernement, il obéi et ferme son clapet sinon il dégage. .. il disait être près à démissionner si il n’était pas écouté , écouté il l’a été mais par les sourdes oreilles du gouvernement.
      Alors un bouquin va pas changer la face du monde !!!


  • Les discours des "spécialistes"de la Russie s’étalent à l’infini pour calomnier le socialisme,et les deux figures qui l’incarnaient véritablement,Lénine et Staline,mais aussi "l’incapacité"des russes à être au diapason avec la"modernité".Pourtant,un seul grave manquement du peuple russe,et de ses dirigeants vis à vis de l’inqualifiable trahison gorbatchovienne,devrait être le principal événement de la dernière décennie du siècle dernier : celui de ne pas juger les traitres,porteurs des sinistres"pérestroïka et glasnost",et de remettre les pendules à l’heure. Remettre les pendules en phase avec le mouvement de l’Histoire,signifie l’effacement de toutes les traces de la trahison,en particulier récupérer les pans du territoire national cédés aux ennemis de la patrie. A-t-on besoin de rappeler que pour largement moins que ça,l’empire états-unien aurait déclenché une guerre nucléaire totale...
    L’oligarchie occidentale,qui ne laisse rien au hasard,a pris note de ce grave manquement,et comme corollaire de ce constat,cette oligarchie ne manque aucune occasion pour humilier les russes et ceux qui prétendent le représenter...L’humiliation,évidemment,n’est pas considérée comme un but en soi,mais comme marqueur de la consistance de la riposte russe.
    Celle-ci,reste constamment à un niveau qui prête, et à juste titre,aux moqueries des chancelleries de l’oligarchie,et à les encourager d’aller plus loin : procéder à la dislocation de cette immense superpuissance...
    Pour conclure,je n’ai pas trouvé mieux que cette réflexion de Maxime Gorki,pleine de sagesse et chargée de prophétie par rapport à la tragédie actuelle de la Russie :
    On peut affirmer que les forces scientifiques de la Russie déploient une activité énergique et ce pur et grand travail des meilleurs cerveaux du pays est le meilleur garant et le fondement de notre renaissance spirituelle. Si seulement ceux qui se considèrent comme les chefs politiques de la Russie comprenaient exactement les besoins du peuple,les intérêts de l’Etat s’ils trouvaient assez de tact pour ne pas entraver cette grande œuvre de création scientifique et s’ils faisaient preuve d’un peu d’intelligence pour appuyer les efforts des savants.


  • Pourquoi Anne Nivat ne dit-elle pas que Vladimir Poutine respecte le droit international, contrairement aux chefs d’Etat occidentaux ? Parce qu’elle a peur de se retrouver au chômage.

     

  • Un régime démocratique, ouvert et pluraliste comme le notre... Wahou, madame bourrin, on ne vit définitivement pas dans le même monde ! Le votre est certainement judéocrate, le mien, communautairement oppressé...


  • Elle était pas dans la Tougounska aussi au moment de l’impact ?


  • Cette « journaliste » n’as aucun intérêt. Nous méritons mieux qu’une analyse de
    de collégienne en manque de reconnaissance. Pour avoir une véritable analyse demandé à Mr Moreau Xavier le seul vrai spécialiste de la Russie.


  • Je suis très étonné de la légèreté avec laquelle cette journaliste avoue avoir corrompu un fonctionnaire étranger. Il me semblait que cela, au de-là d’être immoral, était puni par la loi (française). Bravo.


Commentaires suivants