Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Après la gouine dingo Hillary, les démocrates choisissent le vieux porc Biden contre Trump

« Bernie Sanders, “socialiste” autoproclamé de 78 ans, est sous pression depuis fin février. Malgré des débuts laborieux, son rival Joe Biden enchaîne les victoires et a gagné mardi haut la main dans l’Arizona, en Floride et dans l’Illinois. Avec 19 succès sur 27 États ayant voté, l’avance de l’ancien vice-président américain semble désormais insurmontable en vue de l’investiture démocrate pour la présidentielle. » ( Le Parisien)

C’est vraiment la déchéance du parti démocrate, qui était auparavant celui des pauvres (mais quand on remonte dans l’histoire américaine, c’est l’inverse : c’étaient les républicains qui représentaient le peuple), des oubliés, des laissés-pour-compte. Après la gouine dingo Hillary en 2016, qui avait dû être remplacée par une sosie pendant ses crises de nerfs et ses dangereux vertiges, au tour du vieux dégueulasse Joe Biden de représenter le parti démocrate face à Donald Trump le 3 novembre 2020. Car ne nous leurrons pas, la candidature du gauchiste Bernie Sanders, qui a un fort volet social dans son programme, n’est qu’un attrape-pauvres chez les démocrates. Wall Street n’en veut pas (de Sanders), il est considéré comme un « socialiste » et aux USA, c’est éliminatoire.

 

Face à l’ogre Trump, qui a relancé l’emploi national (la relance française de 1981 avait relancé l’emploi asiatique), Biden propose un programme beaucoup plus interventionniste que la Clinton. Mais rien ne peut égaler la relance à la Sanders, chiffrée à 50 000 milliards de dollars (sur 10 ans) ! Biden propose de nouvelles dépenses d’un montant de 5900 milliards de dollars, soit 8 fois moins. Il veut à la fois rassurer les milieux d’affaires – pas trop de ponction fiscale sur les riches (40 % max) – et ne pas désespérer Billancourt, c’est-à-dire les pauvres et les travailleurs qui auparavant votaient démocrate et qui ont tourné casaque en 2016, particulièrement dans les grands États industriels (Ohio, Pennsylvanie, Illinois, Michigan, New Jersey, Massachusetts, New York).

En mettant la barre très haut, selon l’idée qu’on ne pourra battre Trump que sur le terrain social et une vraie politique sociale, Sanders a obligé Biden à prendre en compte certaines de ses propositions. Bernie voulait annuler la dette monstrueuse des étudiants, Joe veut juste doubler le montant des bourses des étudiants à faibles revenus. Bernie voulait 4 années supérieurs gratuites, Joe propose la même chose mais seulement pour les familles les moins aisées (moins de 125 000 dollars par an de revenus).

 

 

Évidemment, ce virage à gauche (en paroles) après la claque reçue par Hillary et son programme progressiste néolibéral est du pain béni pour Trump qui dénonce la socialisation de l’adversaire. Mais pour les démocrates, il s’agit plutôt d’un programme progressiste interventionniste. C’est là où Trump est fort : sans le dire, il a imposé aux USA un interventionnisme à l’ancienne, comme pendant la crise commerciale avec la Chine. L’objectif est d’aider l’économie américaine, ses entreprises et ses employés, mais pas forcément le marché, c’est-à-dire le capitalisme financier qui préfère produire en Chine et vendre aux USA. Trump a rapatrié quelques usines, un geste suffisamment symbolique pour rassurer l’ouvrier américain. Les démocrates devront aller le chercher avec les dents, pas seulement avec des paroles.

 

Même Le Monde, journal horrifié par l’élection du populiste en novembre 2016, a dû reconnaître que le système Trump avait créé 5 millions d’emplois depuis 2016 et ce, de janvier 2017 (date de sa prise de fonctions) à janvier 2019 !

« Les États-Unis ont créé 312 000 emplois en décembre, un chiffre bien plus élevé que les estimations ne l’avaient laissé augurer. Dans un communiqué publié vendredi 4 janvier, le ministre du travail, Alexander Acosta, jubile : “Avec plus de 5 millions d’emplois créés depuis l’élection [présidentielle] de 2016, les États-Unis franchissent pour la première fois la barre des 150 millions d’emplois”, sans compter ceux du secteur agricole.

Si le taux de chômage a légèrement crû, de 3,7 % à 3,9 %, c’est en raison du retour sur le marché du travail de chômeurs auparavant découragés. La participation à l’emploi a d’ailleurs progressé de 62,9 % à 63,1 %. Il y a désormais plus d’offres d’emplois non pourvues aux États-Unis que de chômeurs. Le tout s’est accompagné d’une hausse annuelle des salaires de 3,2 % en décembre, bien supérieure à l’inflation (2,2 % en novembre). »

Et en janvier 2020, ça continue : 225 000 emplois créés, et Trump qui se réjouit dans un tweeet : « des emplois, des emplois, des emplois » ! « Des chiffres fabuleux », selon le 45e président des États-Unis, toujours aussi modeste. Et les salaires suivent : une progression de presque 3 % sur un an, inflation comprise !

Question : que vont dire les démocrates aux ex-chômeurs américains pour les faire changer d’avis ? Certes, le coronavirus va un peu relancer la casse, mais le bien est fait, si l’on peut dire.

Le programme extérieur interventionniste de Joe Biden qui veut « rompre avec l’isolationnisme » ; comprendre le retour des guerres US :

 

Cliquez ici pour écouter sur France Culture les propositions de politique extérieure de Biden

Le show US va commencer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

43 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Pour comprendre la politique américaine, il faut avoir vécu aux Etats-Unis. Le pays est prospère et ses habitants le savant. Ils savent aussi que leurs dirigeants feront tout pour qu’ils ne manquent de rien, quitte à décimer les autres peuples. Les USA sont fondés sur le thème "The survival of the fittest" (doctrine que seul Israel a repris à son compte). Les Wasps, anglo-saxons blancs et protestants, ont réussi à laver le cerveau de toutes les autres composantes, en leur vendant le "rêve américain". Plus avide de la vie que le peuple américain, il y a le sioniste. Ce n’est pas pour rien qu’ils sont amis et tournés vers le même glorieux destin, car divin : In God we trust ! Et God, c’est le dollar. Démocrates et Républicains n’ont aucune différence essentielle. Ils sont tous aux mains de la nouvelle Jerusalem et de Genève, les usuriers que Jésus a essayé de sortir du Temple !

     

    • Analyse simple, claire et pertinente ; tout est dit. Merci.


    • Je pense qu’il y a des gradations à observer dans le pouvoir de nuisance des USA vis-à-vis de ses voisins (proches ou éloignés géographiquement ou économiquement), en fonction du président en place (JFK ou Lindon Johnson, si vous voyez ce que je veux dire et dans le cas contraire, visionnez le documentaire de Laurent Guyenot sur les assassinats de la famille Kennedy)...
      Avec Hillary Clinton, la probabilité d’un conflit majeur avec la Russie, la Chine, l’Iran, la Corée du Nord... était tout à fait patente. Ce n’est pas le cas avec Trump.
      Vous en êtes encore avec les étiquettes Démocrates, Républicains, comme chez nous anciennement UMPS... C’est une vision obsolète.
      De nos jours, mettre tout sur le dos des WASP’s, en voilà une qu’elle est bonne !
      Leur responsabilité vis-à-vis des indiens autochtones est indéniable, mais ils me semblent plutôt eux-mêmes victimes de l’hydre de l’état profond sioniste...
      C’est un peu le défaut des marxistes (ou qui se disent tels) de jeter le bébé avec l’eau du bain et surtout d’invalider toute analyse qui n’est pas la leur...
      Selon moi la vision de Marx n’est pas exempte d’un certain sionisme, faisant le pendant idéologique au capitalisme libéral international...
      Et vive le socialisme... national (à la française, bien sûr) !


  • Ils voudraient assurer la réélection de Trump qu’ils ne s’y prendraient pas mieux. Réjouissons-nous. Le plus hallucinant est tout de même qu’il se trouve encore des américains pour voter pour ça. Ça promet encore une belle soirée électorale d’éditocrates en sueur. La campagne va être violente mais on peut faire confiance à Trump pour retourner ses adversaires.

     

    • « Ils voudraient assurer la réélection de Trump qu’ils ne s’y prendraient pas mieux. »

      Ça devrait peut-être justement vous mettre la puce à l’oreille.

      Enfin comme depuis 4 ans, Trump va mener une campagne et une politique ultra pro Israël, et à chaque fois des intervenants vont nous expliquer qu’il donne des gages, qu’il joue aux échecs en 18 dimensions. La dissonance cognitive, c’est quelque chose de très fort !


    • Après le : "You’d be in jail !" qu’il a sorti à Clinton, que va t’il sortir à son prochain adversaire ?
      .
      Je m’en régale d’avance !


    • Le problème @soleimani, c’est que vous êtes dans le tout ou rien irréaliste. Ce n’est évidemment pas aussi simple que ça. Quel que soit le candidat, il ne faut pas se leurrer, il lui faudra toujours tenir compte lobbies, à commencer par celui-là. Et donc céder des choses pour en obtenir ou en conserver d’autres. On peut même parler de vie ou de mort et en aucun cas le fantasme de pureté n’a sa place dans ce cadre. Il y a un principe de réalité avec lequel il faut composer pour les gens qui atteignent ces strates de pouvoir. Comme dirait Dieudo, on ne parle pas de gens qui gèrent un kebab à Bobigny. Donc, si vous voulez savoir quel camp ou candidat aura plus les faveurs du lobby, regardez les programmes de politique étrangère pour déterminer lequel est le plus belliciste et vous aurez plus qu’un début de réponse. Et si les électeurs allaient contre ça en décidant de reconduire Trump, le président élu ou réélu continuerait tout de même de subir des pressions (comme cela a déjà été le cas tout au long de son mandat) et devrait toujours composer. J’ajoute que Trump n’est pas et n’a jamais été le candidat privilégié du « système ».


    • Attention donc de ne pas tomber dans ce piège de l’omnipotence de tel ou tel, qui amène à ne jamais se remettre en question et à alimenter son propre fatalisme. Travers qui consiste à dire que quelle que soit la décision finale, c’est toujours la réussite du lobby. Là apparemment il faudrait croire que même le camp démocrate fomenterait la réélection de Trump ! :-) Dissonance cognitive de votre part peut-être pas, mais léger trouble plus sûrement ! Puissant et influent ne signifie pas infaillible et ne commettant pas d’erreur. Et puis surtout, il y a cette chose très chiante qu’on appelle des électeurs (pour combien de temps encore ?) et qui, bien que se réduisant au fil du temps à peau de chagrin, a encore l’outrecuidance d’exister et de se manifester. La seule question qui vaille est la suivante : la présidence de Trump a-t-elle plus fait les affaires des neo-cons que ce que l’on pouvait au minimum subodorer si Kilary Clinton avait été élue, elle qui promettait le feu nucléaire à l’Iran en plus de se réjouir, comme le ferait un meurtrier psychopathe, d’avoir dessoudé Kadhafi à coups de talons dans la gueule ? Excusez-moi mais à un moment donné il faut redescendre sur terre pour juger à partir de ce que la réalité nous donne tout de même un peu à observer.


    • @soleimani
      Avec Hillary Clinton, vous l’auriez la guerre avec l’Iran !
      De deux maux, il faut toujours choisir le moindre, l’idéal n’existant pas...
      Ne pas oublier que Trump s’adresse :
      - aux américains,
      - également aux juifs américains qui, avec le système d’élection particulier aux USA, ont une grande influence (lire "La controverse de Sion" de Douglas Reed qui, dans un chapitre décrit précisément la façon tout à fait légale d’influencer le résultat des élections présidentielles)...
      Donc, en résumé, pas de blanc-seing mais une vigilante mansuétude !
      Mes sincères amitiés aux chiites et à l’axe de la résistance !

      P.S. : je vous conseille les vidéos d’Alexis Cossette (en faisant abstraction de son Trumpisme)...


    • Soleimani : Trump est non seulement réaliste, mais aussi impliqué personnellement : sa fille et son gendre s’étant convertis à un judaïsme "soft". Donc sa ligne est assez claire : renforcer l’existence d’Israël de façon spectaculaire, mais par ailleurs mener une lutte sans merci contre le Mossad qui a pris le pouvoir aux USA, via les services secrets américains. Son objectif est de rassurer Israël pour rester en vie, mais aussi de rendre l’Amérique "great again", c’est à dire libérée de la toute puissance occulte du Mossad, responsable, entre autres, des assassinats des 3 Kennedy, et du 11 Septembre. Trump s’attaque donc au monstre le plus redoutable de notre civilisation, le Mossad ayant pour objectif la gouvernance mondiale après destruction des nations. C’est ce qu’Alexis Cossette s’efforce de décrypter vidéo après vidéo.


  • Que penser de l’hypothèse d’Alexis Cossette à propos de Michelle Obama.
    Il pense qu’elle va debarquer en Joker de Luxe et je crois ça plausible tellement Biden est nul.
    Qu’en pensez vous ?

     

  • Si le Coronavirus, avec un hypothétique effondrement de l’économie américaine, échoue aussi lamentablement que l’ingérence russe en 2016, la fausse récession, la destitution, il reste toujours le meurtre pour l’état profond.
    D’autant plus qu’on imposera Michele Obama comme Vice-présidente, parfaite marionnette et traitre à la nation américaine, comme son mari et le parti démocrate.
    L’été prochain annoncera l’amorce d’un affrontement décisif pour la survie entre les peuples et l’oligarchie mondiale, dans le cas où D. Trump tient bon jusqu’à en novembre.


  • Biden est sénile. Il commet bourde sur bourde. Il a des pertes de mémoires.

    C’est Michelle Obama qui ira sauver ce qui peut encore l’être.


  • Peut être va t il se prendre un coronavirus dans la tronche avant le scrutin et, mort ou vif, il ne sera plus en état (vu son état actuel de début de sénilité).


  • L’essentiel est que ca soit bon pour Israel. Il ne me semble pas qu’un vice-president ai jamais été élu president. L’Etat profond a encore quelques cartes en main. Il peut y avoir une tentative d’assassinat sur Trump. Il me semble que plus important que les prochaines elections, c’est l’imminence d’une grosse crise financière a la 1929

     

  • Trump réélu donc. Sauf bien sûr si la crise économique conséquente au coronavirus fini par couler les USA mais même comme ça je ne pense pas que les américains éliraient un néocon vieillard pédophile et sénile. Quoique....


  • Il y a deux hommes qui tiennent le monde en paix actuellement, c’est poutine et Trump .Si jamais l’un d’eux trébuche ,(ce qui m’étonnerait pour Poutine), dans cette période, ce serait la fin des haricots.


  • Dis-donc vous vous êtes lâchés sur le titre, ma parole :)

     

  • "Bernie Sanders, “socialiste” autoproclamé de 78 ans"

    tu ne va pas élire quelqu’un de 78 ans :
    le mec, il va clamser l’année prochaine ou tout-à-l’heure

    y’a des questions de bon sens à respecter

    qu’il finisse sa vie tranquillement :
    va pêcher sur les bords du canal, endors-toi au soleil, fais pas chier
    tape un dernier rail de coke, au besoin,
    mais ne ramène plus ta fraise, la saison est passée


  • Sur Youtube, il y avait des compilations où on le voyait caresser les chevelures d’enfants lors de cérémonies. Je n’arrive plus à les retrouver

     

    • Y-en a une juste en bas de l’article.


    • video intitulée "creepy uncle Joe", par Paul Joseph Watson.
      Vous avez le lien sous le papier ( le tout premier mentionné).

      A voir, effectivement, c’est un vieux détraqué Biden, en plus d’être très proche de la sénilité aussi !

      Je pense que des gros trucs vont sortir aux USA, avant la Convention de Juillet je crois...va falloir suivre, ça va être du calibre Epstein/Wenstein.....( ne pas oublier de prononcer Epstiiiine/Weinstiiiiine )...

      On aura peut-être à l’occasion une autre bonne émission F&D comme celle de Septembre 2019, avec AS et Pierre Jovanovic !


  • "C’est vraiment la déchéance du parti démocrate, qui était auparavant celui des pauvres"

    les pauvres n’ont jamais été représentés par aucun pouvoir institutionnel
    à part un chargeur de kalash qui rafale

    toujours des esclaves, maintenus dans l’inculture massive
    et si il y en a un qui parvient à briser ses chaînes,
    il va se faire dénoncer par un plus pauvre que lui


  • Joe Biden est un agent de l’état profond financier globaliste, comme Reagan, Bush, Clinton, Obama, Gore, Cain, Sanders…
    Il est dans la campagne pour tenir les ouilles démocrates en attendant que le Deep State sorte officiellement son Joker Michelle Obama. Il se couchera en septembre sur des motifs de santé ne perdant pas ainsi la face pour laisser entrer en plein lumière Michelle dont ils préparent la campagne déjà depuis l’avènement de Trump. On lui a sorti des livres, fait faire des émissions TV et une campagne bidon de sénateur pour démarrer son intronisation il y a des mois déjà. Ils entrent en politique pour se couvrir de l’immunité des candidats et échapper aux condamnations pour haute trahison et pour crimes dont ils vont faire l’objet visés par l’administration Trump. Trump sera réélu et lors de son second mandat fera tomber toute cette mafia criminelle contre l’humanité.


  • Si le parti Démocrate n’a plus que des vieillards séniles à présenter, c’est un signe avant coureur qu’un nettoyage de fond est en cours...À ce sujet, les vidéos de Cossette sont intéressantes. À suivre...


  • En attendant, 20.000 soldats Us avec sous marins, avions, bateaux et chars , débarqueraient au Port de Pescara en Italie, et Ukraine.
    L’opération ’’Defender Europe 20’’ a démarrée !
    Si vous croyez au confinement, cela ne semble pas en gêner certains !
    Voir la vidéo sur le site ’’LA FRANCE EN COLERE’’...

     

    • J’ai toujours soutenu et je soutiens toujours que les USA ont identifié le communisme comme leur SEUL ennemi sur cette terre. Seul la doctrine socialiste peut mettre fin à l’hégémonie libérale, et ils le savent ! Les pays salves finiront par renouer avec Marx tôt ou tard. Poutine aura pavé la voie malgré lui ...


    • @ awrassi

      C’est exactement l’opposé.
      Le nazisme, le socialisme ou communisme ont été promus par la haute finance mondialiste globaliste pour l’avènement du Nouvel Ordre Mondial Socialiste. Le Socialisme est l’idéologie de couverture de l’ultra libéralisme et du capitalisme financier. Tous les leaders démocrates américains sont des socialistes et capitalistes ultra-libéraux contre Trump et font partie pour la plupart de l’état profond financier globaliste du NOM.
      Hitler = National-socialiste, Bolchévisme = socialisme, Trotskisme = socialisme révolutionnaire, URSS = Républiques socialistes.
      Le gouvernement mondial promut par le NOM est un gouvernement de financiers ultra capitalistes, ultra-libéraux pour détruire les protections citoyennes mais ils sont pour un collectivisme forcé, un égalitarisme forcé, d’un grand peuple mondial d’esclaves au service de leurs intérêts personnels. Comme la tête du parti nazi, comme la nomenklatura du kremlin, comme Macron, comme l’UE.
      Trump est un conservateur libéral pour la libre entreprise. Le socialisme et l’ultra libéralisme sont contre la libre entreprise. L’ultra libéralisme défend uniquement les intérêts de la haute finance et des transnationales dont ces mêmes financiers sont les propriétaires. Toute concurrence et tout contre-pouvoir sont proscrits.


    • "débarqueraient au Port de Pescara en Italie,"....mdr...ça va booster les stats sur le corovirus !!!


  • Yes we can !

    C’est bien, les Français vont enfin retrouver le sourire puisque le président actuel français trump, va trouver comme remplaçant le "sage",biden !

    Alors les Fr, heureux ?!


  • Sanders n’allait pas trop mal mais le fait de se déclarer ouvertement antisioniste et dire qu’Israël était gouverné par des racistes fut le coup fatal. Aux USA, on n’a aucune chance de gagner quoi que ce soit lorsqu’on a contre soi l’ADL et l’AIPAC. Les lavés cérébraux qui croient au bobard que les russes auraient une influence significative sur la politique américaine ne voit pas l’éléphant dans le salon.
    En fait, c’est un tout petit état et ses supporters qui mènent les USA par le bout du nez comme le montrait bien une caricature du New York Times qui n’en fait plus depuis...Bref, si tu veux savoir qui te diriges, vois qui tu n’as pas le droit de critiquer...
    https://www.timesofisrael.com/ny-ti...

     

  • Tout ce qu’ils ont trouvé à opposer à Trump c’est un vieux pédophile de 80 balais.. bref un vrai boulevard

     

  • Je ne savais pas que la Clinton bouffait du gazon !


  • Que se soit l’un où l’autre, aucun des deux ne critique la création de fausse monnaie, notamment la monnaie numérique, création monétaire ex-nihilo ou simple écriture scripturale : on parle là de trilliard de dollars volés par les banques au peuple américain et c’est la même chose dans à peu près tous les pays du monde..


Commentaires suivants