Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Assassinat de Rafic Hariri : un membre présumé du Hezbollah reconnu coupable par le tribunal spécial

« L’attentat avait également provoqué le retrait des troupes syriennes et ouvert la voie à des années de confrontation entre les différents courants politiques du pays. Le Hezbollah, mouvement armé chiite soutenu par l’Iran, a toujours nié toute implication dans l’attaque à la camionnette piégée. » (Le Monde )

À qui a profité le crime ? À Israël, principalement : la Syrie, sous la pression internationale (et française), a dû quitter le Liban, le Hezbollah a été placé dans une position défensive et le Liban, depuis, est ingouvernable, puisque son fragile équilibre politique a été détruit. Une aubaine pour le puissant voisin...

 

Sachant le nombre démentiel d’attentats sous faux drapeau commis par les Israéliens au Liban pendant des années, et depuis reconnus comme tels par le renseignement israélien « en personne », dont l’objectif était la désorganisation de son voisin du nord, on peut se poser la question de l’intérêt pour le Hezbollah et même les Syriens de se débarrasser de Rafic Hariri. Voyez ce paragraphe de Wikipédia :

« De 1979 à 1983, les services secrets israéliens mènent une campagne à large échelle d’attentats à la voiture piégée qui tua des centaines de Palestiniens et de Libanais, civils pour la plupart, revendiqués par le “Front pour la libération du Liban des étrangers” (FLLE). Le général israélien David Agmon indique qu’il s’agissait de “créer le chaos parmi les Palestiniens et les Syriens au Liban, sans laisser d’empreinte israélienne, pour leur donner l’impression qu’ils étaient constamment sous attaque et leur instiller un sentiment d’insécurité”. Le chroniqueur militaire israélien Ronen Bergman précise que l’objectif principal était de “pousser l’Organisation de libération de la Palestine à recourir au terrorisme pour fournir à Israël la justification d’une invasion du Liban”.

Voilà pour le contexte, et la probabilité très forte d’un attentat sous faux drapeau.

Le Premier ministre libanais sunnite était proche de Chirac ; l’attentat attribué aux Syriens a coupé une partie du soutien français au Liban, un soutien historique que les Israéliens avaient intérêt à briser. Car ce sont les Français qui ont sécurisé le départ pour Tunis d’Arafat et des fedayins palestiniens de Beyrouth en 1982, une protection que les Israéliens n’avaleront jamais. Vingt-trois ans plus tard, l’ami personnel de Chirac sera éliminé.

 

 

Les rapports étroits entre Hariri et Chirac

« Il partageait avec lui son savoir-faire avec le monde arabe au point que l’ancien président français défunt fait état dans ses mémoires de "liens indéfectibles" noués entre lui et la famille Hariri. Certes, Rafik Hariri n’a pu devenir Premier ministre, ni former un gouvernement au Liban sans l’aval de la puissance tutélaire de la Syrie. À l’époque, Hafez el-Assad, père de l’actuel président syrien, appliquait encore avec le pays des Cèdres le principe de "prendre... mais aussi donner". "Une politique avec laquelle Rafik Hariri était à l’aise, pourvu qu’il puisse gouverner", explique Rima Tarabay, d’autant qu’il entretenait des relations privilégiées avec le vice-président syrien Abdel Halim Khaddam, caution sunnite du régime alaouite au pouvoir à Damas.

Le Premier ministre de la reconstruction libanaise a ainsi "appris à son ami Chirac les règles du jeu proche-oriental, ou comment trouver l’équilibre et la stabilité". Un jeu parfaitement intégré par celui-ci au point que le président syrien ira jusqu’à lui confier son fils en personne. Toujours dans ses mémoires, Jacques Chirac raconte que Hafez el-Assad lui avait dit peu avant sa mort en 2000, "Bachar est comme ton fils, tu devras donc le traiter comme tel". » (France Info )

Tiens, la Syrie d’Assad (père) ne semblait pas vouloir se débarrasser d’Hariri...

Si l’on ne prend pas en compte toutes ces données, surtout au Liban, on simplifie le propos et on en arrive à des solutions simples : le Hezbollah et/ou la Syrie ont liquidé Hariri parce qu’il était trop proche des intérêts occidentaux. Et pourquoi pas des Israéliens ?

Cependant, quel intérêt avait le Hezbollah de briser ce lien politique synonyme de parapluie franco-syrien « anti-israélien » pour le Liban ? Le Monde ne va pas si loin et ne s’embarrasse pas de la complexité proche-orientale : il embraye sur la « justice » internationale, celle de La Haye, qui est la justice de l’Empire.

« Plus de quinze ans après l’assassinat de l’ex-premier ministre libanais Rafic Hariri, le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) a rendu, mardi 18 août, son jugement à l’encontre de quatre membres du Hezbollah libanais, jugés par contumace. Trois d’entre eux ont été acquittés, et le quatrième a été condamné : sa peine sera prononcée à une date ultérieure et il encourt la prison à perpétuité. L’accusation et la défense peuvent toutes deux faire appel du jugement. »

Pour un attentat de cet envergure, il semble que ce soit des lampistes qui aient trinqué, mais des lampistes du Hezbollah :

« Mardi, le TSL, qui siège dans la banlieue de La Haye, aux Pays-Bas, a condamné Salim Ayyash, 56 ans. Il était accusé d’avoir dirigé l’équipe qui a perpétré l’attentat. Les accusations portées contre lui incluent “la commission d’un acte de terrorisme”, ainsi que « l’homicide intentionnel de Rafic Hariri » et de 21 autres personnes. Il était également accusé de “tentative d’homicide intentionnel” de 226 personnes. Dans une autre affaire, le tribunal l’a accusé en 2019 de “terrorisme” et de meurtre pour trois attaques meurtrières perpétrées contre des politiciens libanais en 2004 et 2005. »

Si le Hezbollah n’est pas tout blanc dans la guerre civile de basse intensité qui agite le Liban depuis la fin de la guerre civile proprement dite (1975-1990), pourquoi l’organisation chiite aurait éliminé Hariri, qui était certes un adversaire politique mais lié constitutionnellement au Hezbollah ? La réponse est simple, comme l’écrit Le Monde. Mais en politique, rien n’est jamais simple, surtout au Liban...

« Rafic Hariri, chef de file de la communauté sunnite qui avait des liens étroits avec les États-Unis, des pays occidentaux et des alliés sunnites dans le Golfe, était considéré comme une menace pour l’influence de l’Iran et de la Syrie au Liban. Son assassinat, le 14 février 2005 à Beyrouth lors d’un attentat à la voiture piégée qui a fait au total 22 morts et plus de 220 blessés, a plongé le Liban dans ce qui fut alors sa plus grande crise depuis la guerre civile de 1975-1990. »

Le verdict du TSL, après 15 ans d’enquête à charge pour la Syrie d’abord, et pour le Hezbollah ensuite, ne surprendra personne, et arrange les affaires israéliennes, qui veulent à tout prix faire de l’organisation politique chiite une organisation terroriste. Mais le Liban tient sur deux solides jambes, les chrétiens et les musulmans, et la jambe musulmane est principalement chiite. En éliminant le sunnite Hariri, les organisateurs de l’attentat ont peut-être voulu déclencher une guerre au cœur même des musulmans libanais...

« Le TSL avait été créé après une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU en 2007 sur l’établissement d’un tribunal international pour juger les assassins de M. Hariri. Le Hezbollah, allié de Damas et de Téhéran, avait, à l’époque, dénoncé une “violation de la souveraineté du Liban”. [...] Le 14 août, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a prévenu qu’il ne se sentirait pas concerné par le verdict : “Pour nous, ce sera comme si la décision n’avait pas été annoncée.” »

En attendant, la justice des vainqueurs a rendu son verdict. On attend celui de l’Histoire.

Comme prévu, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ne pas oublier les images vidéos fournies par le Hezbollah en 2010 : ces sont des images de drones israéliens qui filment a de multiples reprises, le futur trajet emprunté par Rafic Hariri la semaine précédent sa mort et en insistant particulièrement sur le virage ou eu lieu l’attentat. Ces images avaient été interceptés par le Hezbollah. La question qui tue : l’armée israélienne était donc au courant du trajet et de l’endroit précis où périrais hariri ? A l’époque, les israéliens étaient loin d’être au courant des capacités techniques du Hezbollah, notamment l’interception des images fournies par leurs drones. Les images des drones israéliens interceptés par le Hezbollah sont encore visibles ici : https://m.youtube.com/watch?v=sYK7O...


  • "Un membre du Hezbollah reconnu coupable par un tribunal spécial" ?
    C’est à dire, "LA JUSTICE A NOUS" , comme nous lapprenait un membre de la secte du pain au chocolat et (journaliste à temps perdu).

     

    • C’est quoi un "tribunal spécial" : qui le crée ? qui est membre ? comment ce genre d’entité fonctionne ? comment assure t’on qu’il n’y a pas de corruption ? comment s’assure t’on que seule la vérité, la justice, et l’intégrité régissent ce tribunal spécial ?

      On en apprend tous les jours.


  • Le plus marrant, c’est que même en Israël, personne ne doit croire à cette version là...


  • Un jour, ces enfants du Diable le paieront cher. Et le Hezbollah vaincra !


  • Mais bien sûr. Et c’est Ben Laden qui a abattu 3 gratte-ciel avec 2 avions le 11 septembre 2001 à NYC.


  • Qu’il s’agisse du Hezbollah ou de l’état syrien, au vu de ce à quoi ils ont fait face depuis des décennies, l’expression "axe de la Résistance" n’est pas usurpé. Les ennemis des nations cherchent d’abord à vaincre sans avoir à livrer bataille sur le terrain militaire. S’ils ont convaincu le peuple-cible qu’il ne peut opposer aucune résistance, que s’il résiste il souffrira le martyr, inutilement cela va sans dire car il finira par capituler, ils ont gagné. En tous cas, si libanais et syriens avaient plié face aux menaces, leurs pays n’existeraient simplement plus.


  • Voilà à quoi sert le "tribunal international", un tribunal politisé par les États-Unis et ses valets européens pour blanchir Israël et charger la résistance. Les patriotes libanais ( le chrétien Michel Aoun et le musulman Hassan Nasrallah) ont mille fois raison de rejeter cette maudite juridiction dite internationale au service de la tumeur cancéreuse qui gangrène le Moyen-Orient.


  • C’est incroyable que l’état hébreux soit aussi nuisible dans le Proche-Orient et par sa diaspora. Au point qu’on en soit venu en temps que soldat du christ à souhaiter la victoire du Hezbollah.

     

    • Que ce soit Israel, le Hezbollah, la soit-disant autorité palestinienne, nos frères chrétiens d’Orient se feront toujours maltraiter, ce qu’ils endurent là-bas depuis des siècles...

      Mais le plus dur pour eux, depuis quelques décennies, c’est de voir l’Eglise catholique romaine les ignorer quasi complètement ! Cachez cette croix que je ne saurais voir !

      Nos monsignors du Vatican, et leur imbécile de pape en tête, auront des comptes à rendre un jour... devant le Souverain Juge.


  • Je n’ai jamais compris pourquoi Chirac est allé rompre les relations diplomatiques avec la Syrie, sachant que les services secrets l’ont surement informé que les syriens n’étaient pas dans le coup.

    Mais j’avais remarqué ensuite les politiciens français pro-Israël déçus par cette engagement de Chirac, (DSK disait "qu’il y a une très forte personnalisation dans cette affaire") avec Sarkozy élu, ils se sont précipités à rétablir les relations avec la Syrie au point que Bachar sera invité en France pour cette "union pour la méditerranée". La suite on la connait ce qui en feront avec la Syrie, plus bien sur, une rupture diplomatique. Il y a comme une sorte que Chirac avait damer le pion.

    Pour l’histoire de l’assassinat de Hariri, personnellement, j’ai toujours cru que ce sont les israeliens qu’ils l’ont abattu, pourquoi ? c’est simple : pousser l’armée syrienne à quitter le Liban et attaquer celui-ci un an après en 2006 juste après le mondial et le coup de boule de Zidane, voir aussi préparer le terrain pour l’attaque de la Syrie après 2011, imaginez le conflit aujourd’hui entre Israël et la Syrie avec cette dernière présente au Liban.
    Et si ma mémoire est toujours bonne, le prétexte donné pour attaquer le Liban était que deux ou trois israeliens furent capturés par le Hezbollah, vous avez déjà vu une guerre déclenchée pour un soi-disant kidnapping ?

     

    • "...pourquoi Chirac est allé rompre les relations diplomatiques avec la Syrie.."

      Peut-être pour les mêmes raisons (ie pressions) qu’il a fait le discours du Vel d’Hiv sitôt élu... on s’est compris.
      Qu’il est loin le temps où même un Chirac (qui est pourtant très loin d’être un "modèle") arrivait à se faire respecter en Israel et dire non aux Yankees (cf son coup de sang à Jerusalem, et le refus d’aller en Irak en 2003).... quelles qu’en soient les raisons profondes et donc réelles en coulisses.
      D’ailleurs "ni pardon ni oubli" .... surtout si proche de la fin de son dernier mandat, avec Sarkozy (et donc ses "sponsors") dans le dos...


    • PS : Au fait 2005 ce n’est pas l’année de son attaque cérébrale à Chirac ? (sinon c’est 2004 je crois bien).
      Et donc c’est lui diminué, ou carrément Sarko qui a "géré" tout ça en son absence ?


  • Personne n’évoque le rôle central de Jeffrey Feltman, ni de l’arme fournie par les Allemands !
    Cette décision du tribunal est une mascarade !


  • Vive le Liban libre ! Libre d’Israël, libre du Hezbollah.

     

  • Les Kennedy, USS Liberty, Nixon, le 11 septembre 2001, la gare de Bologne et les guerres au moyen orient qui est le responsable.


Commentaires suivants