Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Avec L’image des Rothschild, France Inter démine les clichés "antisémites"

L’émission La Marche de l’histoire s’attache à l’image des Rothschild. Rien que l’introduction « pincettes de 5 km et parapluie nucléaire » de France Inter prête à rire :

On peut s’en étonner mais les Français sont habitués depuis deux siècles à désigner la richesse par le nom de Rothschild.

Il faut vraiment prendre les Français pour des ânes. Évidemment que le nom de Rothschild est synonyme de richesse, de puissance et d’influence, cela a toujours été le but de la famille ! Pourquoi les responsables frileux de France Inter ne réduisent tout simplement pas la fonction de cette famille aux œuvres de charité du baron à Noël quand il invitait les petits pauvres du village dans le château de Ferrières ?
En fait, c’est ce qu’ils finiront par faire dans cette émission stupéfiante.

 

JPEG - 98.5 ko
Le hall du château de Ferrières donne une idée du reste

 

Le problème est : comment parler de la famille Rothschild sans parler de politique, d’argent, de cabinets ministériels, de diamants, de châteaux, de monnaie, d’or, de mariages, ou de sionisme ? C’est toute l’habileté de Jean Lebrun, animateur de l’émission :

« Il n’empêche, la machine à fantasmes fonctionne toujours »

C’est à l’historien Pierre Birnbaum qu’incombe la lourde tâche de livrer des faits sans tomber dans la moindre dérive antisémite – même inconsciente – ou dans le philosémitisme le plus aberrant, qu’on trouve régulièrement sur l’antenne de la station publique.
On commence donc en douceur par des infos tirées du livre de Jean Bouvier Les Rothschild, que nous avons déjà décortiqué ici. Malgré la terreur actuelle et les persécutions dès qu’on aborde le pouvoir sioniste en France, Jean Lebrun n’hésite pas à provoquer son invité en citant « le profil de singe » de James (de son vrai prénom Jacob), le fils parisien du patriarche Amschel. Une description reprise avec plus de tact par Stendhal dans Lucien Leuwen, son roman inachevé.

C’est seulement après 8’15 de blabla inoffensif que Lebrun lance le mot « antisémitisme » : c’est le même James chargé de la symbolique familiale qui subit les attaques des premiers socialistes, Proudhon, Toussenel ou Fourier. Birnbaum reprend alors les critiques de l’époque associant le banquier parisien au « roi des juifs » et au « capitalisme apatride ».

 

JPEG - 25 ko
Exemple de couverture de l’abominable journal de Drumont

 

C’est à 9’07 que nos deux amis vont quitter les rivages dangereux de la prolitique profonde pour entrer dans la légende Rothschild, des Rothschild patriotes qui donneront énormément d’argent à la France. On croit rêver, mais c’est peut-être la façon dont l’historien et l’animateur voient les fantastiques rentes d’État qui ont rendu la famille aussi riche et puissante...

« Ils apportent une aide financière à la France, ils donnent sans cesse des contributions financières gigantesques aussi bien pendant la guerre de 70 que pendant la guerre de 14-18 »

On rappelle à ce stade de la compétition que c’est en majeure partie les Rothschild qui ont engrangé des fortunes à la fois sur le prêt de milliards-or destiné à rembourser la Prusse et aussi sur les armements de 14-18, par des prises de participations discrètes dans les grands trusts militaro-industriels...

C’est alors (à 9’47) que Birnbaum, emporté par son élan, trébuche dans les buissons du château avec sa statue des Rothschild pleine de sang :

« Et ils vont mourir eux mêmes ou se battre dans les armées françaises aussi bien, à travers en tout cas des deux dernières guerres vous avez des exemples de Rothschild qui se battent sur le terrain et qui sont blessés et qui mènent des actions courageuses donc y a à la fois le souci des autres juifs mais également le souci d’être français et de donner à la patrie une grande partie du capital »

Du coup, on ne comprend pas, avec tous ces sacrifices physiques et capitalistiques, pourquoi le peuple français les aurait pris en grippe. C’est l’époque de L’Argent de Zola et de La France juive de Drumont. Quel inexplicable manque de reconnaissance !

Le reste de l’émission est une tentative archimaladroite de réhabilitation de l’image des Rothschild contre toutes les injustices qui leur ont été infligées. Birnbaum cite un texte d’Edmond de Goncourt, qui n’y allait pas non plus avec le dos de la cuiller en argent :

« À nous qui depuis 20 ans crions tout haut que si la famille Rothschild n’est pas habitée, habillée en jaune comme au temps du ghetto nous serons très prochainement nous les chrétiens domestiqués, ilotisés, réduits en servitude »

L’émission continue sur ce registre de l’inversion et de l’humour, à l’image de cette intervention impayable de Lebrun (à 14’13) :

« Les Rothschild donnent beaucoup de leur sang et donnent beaucoup à la terre... Les Rothschild se passionnent pour l’agriculture ! »

Normal, c’est pour le développement de la Palestine juive, une terre achetée morceau après morceau par cette famille royale sans le titre... Justement, voici une petite visite du château de Ferrières, le plus luxueux du XIXe siècle, parmi tous ceux qu’ils ont possédés :

 

 

Après ce ramassis de salades, l’émission abandonne définitivement les terrains glissants de la banque et de la politique pour aborder celui, plus confortable, de l’art. Nous, on a été regarder en ligne à combien se montait notre découvert. Un problème que les fonctionnaires soumis et prudents de France Inter ne doivent pas connaître.

 

 

La force de la famille Rothschild, c’est d’allier puissance et discrétion,
alors lire sur Kontre Kulture

 

Les Rothschild, la France et le monde, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1768306

    Le crime paie.

     

  • "On ne va pas parler de ce que la demande sociale attend" nous dit le présentateur...autrement dit, rien à faire de l’impact dramatique du monde l’argent sur la populace, ici on parle entre gens de bonne société...
    Et c’est cette même radio qui nous déverse sans arrêt son discours gauchiste plein de bons sentiments...


  • De bien bonnes gens !

    Complètement grotesque, l’on dirait vraiment qu’ils font expres.


  • Article bien fait, caustique en diable.

    Depuis ma position je n’ai rien à affirmer en la matière, mais j’approuve la mise en avant systématique de la nasse rhétorique et idéologique actuelle.


  • devoir de mémoire chez ER ? On parlait de quoi déjà ?


  • C’est amusant, pour moi France Inter est depuis longtemps synonyme de médiocrité.
    Est-ce un cliché antisémite ? Voilà la seule question importante.


  • Le "château" de Ferrière a été construit par l’anglais Joseph Paxton (1803-1865) bien après l’époque de la grande architecture occidentale, qui s’achève en 1830 - à la notable exception de l’Opéra Garnier . Le château est un pastiche raté de celui du duc de Marlborough, à Blenheim, embelli par le souvenir du grand général . Ferrière est d’un style bâtard, pseudo Renaissance Italienne mâtiné du pire "Napoléon III" . L’intérieur est particulièrement hideux, beaucoup trop chargé, tout juste bon à abriter aujourd’hui une... école hôtelière . Les lèche-cul de "l’Objet d’art" ou de "la Gazette de Drouot" parlent avec ravissement du "goût Rothschild" qui n’est que le mauvais goût Napoléon III : à chier . Que les Rothschild sachent qu’il ne suffit pas d’avoir du pognon pour avoir du goût, et celui de ces caques consanguins est un goût de merde .

     

    • Tu fais bien de mettre « château » entre guillemets.

      Il ne pouvait y avoir de vrais châteaux qu’à l’époque féodale.


    • pour résumer, c’est du pur style pompier typique de l’époque Napoléon III ;
      c’est à l’architecture ce qu’est E.Meissonier à la peinture, une pâle copie du classique avec en filigrane l’idéologie nouveau riche et les turpitudes de la bourgeoisie de l’époque, un marquage de territoire, un jet d’urine financière s’accaparant les ors et symboles de la monarchie
      Mais si Le goût Rothschild est une synthèse, ce n’est hélas pas une exception à l’époque.
      A cette dégénérescence de l’art "officiel" se construisent des réactions dans la forme et dans le fond : le romantisme le préraphaëlisme ou le neo gothique, soit à un retour à des valeurs pré classiques (en France, les peintres O.Redon, G.Moreau en sont un bel exemple)


    • #1768633

      @ paramesh

      Plutôt qu’à Ernest Meissonier, tu devais penser à Alexandre Cabanel ou William Bouguereau...

      Meissonier, son p’tit tableau au Louvre, là, La Barricade, rue de la Mortellerie, c’est couillu !
      Y’a aussi Ruines du palais des Tuileries, à Orsay, aucune complaisance.

      Mais tu trouveras du bon dans tout, en cherchant...
      La "réaction" n’étant par ailleurs pas un gage de qualité automatique.


    • c’est vrai que Bougereau c’est aussi une synthèse.
      tiens et j’y mettrais aussi David


  • Ferrière c’est tellement tarte et kitsch que ce n’est même pas classé à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques : il ne bénéficie d’aucune protection car il n’a aucune valeur artistique ou intérêt historique : avoir été habité par des banquiers israélites ne peut en aucun cas être considéré comme un titre de gloire... Après que les Rothschild, en 2013, l’eussent donné à la mairie de Ferrière, bien embarrassée de recevoir un pareil truc, ce grand bazar abrite désormais... une école hôtelière, et sa destinée est donc de cramer tôt ou tard, et les pompiers ne se hâterons pas pour intervenir . Sic transit horror mundi .

     

    • Je n’avais jamais vu cette bonbonnière, ici pour la première fois. C’est vraiment immonde.

      Le kitsch semble être une qualité familiale.
      Ceux d’Angleterre on t fait construire un truc semblable, un peu plus tard il me semble, mais dans un style comparable, en béton, première occurrence sur les îles alors ou quasi. Maddesdon manor.
      On a décoré la bicoque de quelques boiseries de grande qualité issues de belle demeures françaises comme on en a détruit plein à la fin du 19ème (et après).
      Si là les murs sont beaux, l’essentiel n’est que toc.


  • Si l’une ou l’autre des cinq branches avait acheté quelque usine des spécialités de Saint Claude, l’on aurait pu résumer l’artisanat familial au fait qu’ils faisaient des pipes : malheureusement, ce n’est pas le cas.
    Un loupé dans la stratégie de communication, sans doute.
    Que voulez-vous, on ne peut pas tout avoir...


  • Donnez moi le pouvoir de faire l’argent, je me moque de celui qui fait les lois.
    Mayer Amschel Rothschild
    C’est qui qui bat la monnaie 200 ans plus tard ? Vous avez dit complot ? Pensez vous, pur hasard !

     

  • Personnellement je n’ai rien contre les Juifs ni contre quiconque, mais bon quand même, tu ouvres ta télé, ta radio, ton journal, et tu vois Hitler par ci, Shoah par là, des émissions sur les Juifs à tout bout de champ, c’est bon quoi ! ça devient saoulant tout ça...

     

    • T’as rien compris : c’est parce qu’on mutualise les moyens et les compétences avec le service public israëlien.
      Arte fait de la FrançAllemagne ; Radio France fait de la FrançIsraël.

      Accessoirement, hier encore Fabrice Drouelle, dont on déplore la pédante diction, m’a fait pleurer à chaudes larmes dans son "Affaires sensibles" en décrivant les multiple attaques chimiques de Bashar-le-Boucher contre son propre peuple.

      Mais, bref tu seras dénoncé à Laure Adler, et c’est tout ;-)


  • Ce château n’est pas un château comme un autre.
    Il a appartenu à Fouché avant d’appartenir aux Rothschild.
    Est ce anodin ?


  • Y a un truc récurrent chez ces gens là : ce sont leurs pratiques / leurs cousins d’Amérique finançaient de la même manière les sudistes que les nordistes lors de la guerre de sécession ! - et ils gagnent à tous les coups - .

     

  • Louis XIV avait beaucoup plus d’argent que les Rothschild, mais infiniment plus de goût. On ne s’improvise pas milliardaire, au-dessus des lois, et esthète éclairé. D’une façon générale, il y a peu d’erreur artistique historique flagrante sous patronage chrétien puis catholique, mais beaucoup de tristesse ou de ratages sous patronage protestant ou israélite.


  • "Du coup, on ne comprend pas, avec tous ces sacrifices physiques et capitalistiques, pourquoi le peuple français les aurait pris en grippe. C’est l’époque de L’Argent de Zola et de La France juive de Drumont. Quel inexplicable manque de reconnaissance !"

    Tout est dit.


  • Est-ce que l’entrisme sioniste au sein de France Inter (mais pas que) y est pour quelque chose dans l’allumage de contre-feux à la vérité factuelle ?
    Question faussement ingénue !!!



  • " Exemple de couverture de l’abominable journal de Drumont"



    Il n y a rien d’abominable dans le journal de Drumont !

    Sauf la vérité, et rien que la vérité, qui est peu convenable aux juifs, pardi !


  • Autant cette famille et ses intérêts financiers de tous temps peuvent se discuter, mais de dire : " qui n’est que le mauvais goût Napoléon III : à chier " ou " . L’intérieur est particulièrement hideux, " ou " c’est tellement tarte et kitsch " ou " sa destinée est donc de cramer tôt ou tard, et les pompiers ne se hâterons pas pour intervenir . " ou " C’est vraiment immonde. " est franchement de bas niveau. Que ça ne vous plaise pas, affaire de goût, mais au moins reconnaissez le travail des gens qui ont fait ça à l’époque, et la noblesse des matériaux. Je suppose que vos références pour comparaison sont les styles modernes vendus dans nos immondes magasins de meubles actuels, le tout fabriqué en chine où c’est bien connu que là, c’est du meilleur goût ! Que ça vous plaise ou non, c’est du patrimoine et c’est ça qu’il faut préserver. On croirait entendre l’autre pomme qui dit qu’il faut raser Versailles !!! Pour mettre quoi à la place ? Un magasin de meubles en kit de mes deux ? !! chacun ses goûts en effet, mais la mauvaise foi ne vous oblige pas à cracher sur tout.

     

  • rothschild, le financier d’hitler ?


  • Quiconque utilise monnaie est soumis aux religions du livre qui désacralisent l’humanité pour mettre le sacré ailleurs... Nous sommes donc TOUS complices de ce système ! Inutile de jouer les pleureuses anti-communautaires si l’on nourrit les communautés au quotidien. L’anti-sémitisme est de la haine de nous même n’ayant compris la grosse ficelle du système.


Commentaires suivants