Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

BHL : "Ceux qui votent populiste ? Il ne faut pas tenir compte de leur voix"

Le roi de la haine antifrançaise et de l’inversion accusatoire défend une forme d’Europe – celle des voleurs, des menteurs et des lobbies – dont la majorité des peuples ne veulent plus. Ils tiennent à leurs nations et vont le montrer le 26 mai.

« La démocratie, c’est deux choses. Ce n’est pas seulement la parole au peuple. C’est la parole au peuple sous condition de respect des minorités, de tenir en lisière la haine dont nous savons depuis Caen et Abel, depuis Sigmund Freud, depuis d’autres, qu’elle est l’ordinaire du genre humain. Le peuple est souverain, bien sûr. Mais tous les souverains ont des limites à leur souveraineté. La démocratie, c’est donc la voix du peuple. Cette voix est souveraine. Mais elle ne peut pas être despotique, ou fasciste, ou cruelle avec les pauvres, etc. »

Un morceau d’anthologie, la démocratie sans le peuple !

BHL est prêt à bannir tout ce qui n’est pas libéral et sioniste. Ça commence à faire du monde, en France et en Europe. Tout ce qui n’est pas libéral-sioniste est forcément haineux, populiste, raciste et antisémite. La fabrique à antisémitisme va aller bon train pendant les deux mois de campagne qui restent.

Bonne chance à BHL dans sa tournée euro-mondialiste au cours de laquelle il prône la haine sioniste contre les nations ! Une belle popularité en perspective...

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Invité par Engie [1], le philosophe français est venu parler de sa pièce de théâtre Looking for Europe, que le public belge a pu voir le 7 mars au Public. Un seul en scène qui dénonce les populismes ; un cri d’alarme jeté sur scène, comme dans la Grèce antique. Il était à Valence la veille, à Athènes ce vendredi. Mais avant de se jeter dans l’arène, il a bien voulu accompagner Michel Draguet, directeur des Musées Royaux des Beaux-Arts, à une visite en mode express.

 

On vous a vu sur des terrains hostiles comme la Bosnie, l’Afghanistan, la Libye, la Géorgie. Pourquoi l’Europe vous intéresse-t-elle aujourd’hui ?

Parce que l’Europe est devenue un terrain hostile à sa manière. Je crois qu’il y a aussi le feu à la maison Europe. Lorsque je regarde en arrière et que je me demande ce qui n’a pas marché, je me dis que finalement, ma génération, les suivantes, ont péché par paresse, c’est-à-dire par optimisme. Il y a eu, depuis une cinquantaine d’années, une sorte d’optimisme historique qui fait que nous pensions, et que nous pensons toujours, que l’Europe, quoi qu’il arrive, se fera. Et qu’elle est tellement inscrite dans l’Histoire, qu’elle ira au bout nécessairement.

 

Comment persuader les citoyens dans leur ensemble que le projet européen est le meilleur qui soit ?

C’est le grand débat entre la volonté de savoir et la volonté d’ignorer. Il y a beaucoup de gens qui ne veulent pas savoir. Il y a une passion de l’ignorance qui est très vive. Sur l’Europe, quiconque veut savoir, un peu, ne peut pas ne pas savoir que l’Union européenne a fait que, pour la première fois depuis 70 ans, il n’y a plus eu de guerre en Europe. Les guerres ont eu lieu en Bosnie et en Ukraine. Elles ont eu lieu là où l’Europe ne s’était pas faite, là où elle restait vulnérable aux folies extérieures – celle de Milosevic, puis celle de Poutine.

Ce n’est pas difficile de savoir que l’entrée dans l’Union européenne a toujours signifié, pour l’immense majorité des citoyens, une hausse très considérable de leur niveau de vie. L’Europe est une source de prospérité. Nier cela, c’est entretenir le révisionnisme et les fake news.

La vérité, c’est aussi que l’Europe est loin d’être ce corset qu’on l’accuse d’être. Elle est loin d’être cette bureaucratie soviétique que les ennemis de l’Europe, les lepenistes, les wildersiens, les anti-européens flamands vous disent. L’Europe a été, au contraire, une grande pourvoyeuse de droit.

Malheureusement, les gens ne veulent pas toujours savoir, c’est pour ça que les fake news se répandent. Car l’ignorance nourrit d’autres passions fondamentales : la haine, le ressentiment, le désir de casser, le désir de se suicider.

 

Dans une lettre que vous avez publiée dans Libération aux côtés de 30 écrivains, dont des prix Nobel, vous parlez du populisme. Comment détourner leurs sirènes et faire entendre raison à ceux qui, comme vous dites, préfèrent ignorer ?

Plusieurs moyens. Par exemple, quand cette population-là vote pour le pire, le racisme, l’antisémitisme, la haine, quand ils sont encore minoritaires, je pense qu’il faut leur dire : on ne tiendra pas compte de ce que vous dites.

 

Ce n’est pas très démocratique…

Si, c’est démocratique. C’est ce qu’a fait Pierre Mendès France. Au moment de son investiture comme président du Conseil, il avait prévenu les communistes : « Vous pouvez voter, je ne comptabiliserai pas vos voix dans ma victoire ». Si, c’est démocratique. On a parfaitement le droit de dire à une partie de l’électorat : « Ne perdez pas votre temps ; les voix de la haine, de l’antisémitisme, du racisme, ne seront pas entendues. »

 

Et si cet électorat devient majoritaire…

Quand Jean-Marie Le Pen était à 20-25%, quand le parti communiste était au même niveau, j’étais partisan de leur dire à tous les deux : « Il n’y a pas de réponse à la question que vous posez. On n’y répondra pas. »

 

N’est-ce pas cela justement qui alimente le ressenti d’une frange de la population : quoi qu’ils disent, ils savent que leur voix ne comptera pas…

Je ne crois pas. Je crois que c’est le contraire. Tant qu’on a dit aux gens du Front national : « Il n’y aura pas d’alliance, vous ne serez pas au gouvernement, votre vision du monde ne sera pas prise en compte », les gens ont tout de même hésité à voter pour eux.

 

…mais les partis extrêmes jouent avec cet ostracisme…

Tant qu’on a tenu ce discours, beaucoup de gens ont voté utile. C’est ce qui s’est passé jusqu’à présent. C’est ça qu’il faut dire aux gens. C’est comme ces pays qui sont dans le périmètre de l’Union européenne mais qui en bafouent tous les principes et toutes les valeurs. Je pense que si nous avions des responsables européens avec un peu plus de caractère, on pourrait dire au peuple hongrois ou au peuple autrichien : « Votez pour qui vous voulez, mais sachez qu’il y a des traités, une Constitution, vous pouvez vous exposer à des sanctions provisoires, une mise sur la touche momentanée, etc. »

Il faut que les gens prennent leurs responsabilités. Je suis pour dire aux Hongrois : « Sachez que votre chef, Monsieur Orban (c’est ce qui s’est vaguement passé mercredi – vaguement parce qu’on n’a pas été assez courageux), sa voix, à l’intérieur du concert européen, sera marginale, inaudible. »

 

Mercredi, il a été exclu de son parti, le PPE…

À moitié seulement. Et pas des institutions communautaires. Les gens qui votent extrême, les gens qui veulent casser les symboles de la République, qui prennent plaisir à provoquer les forces de l’ordre et les frapper, à haïr les Juifs…

 

… vous parlez des Gilets jaunes…

Par exemple. Il faut que ces gens-là sachent qu’ils se mettent au ban de la République. Même s’ils sont nombreux.

 

Donner au peuple l’accès à la parole comme le grand débat en France est-il une bonne chose ?

Bien sûr. Surtout lorsqu’on le fait comme l’a fait Macron. Et il a été extrêmement courageux. Il a dit : « Vous avez des idées, donnez-les. Vous avez des questions, posez-les. Mais attention, il y a un cap. Et je n’en dévierai pas. Si vous avez des enrichissements, et vous en avez certainement parce que je crois en l’intelligence collective, je prends. »

Évidemment, ça n’a pas fait plaisir. Mais l’attitude qui consiste à dire, à l’intérieur de ce cadre, venez à moi, que fleurissent les Cent Fleurs de l’inventivité collective, c’est formidable, c’est la démocratie. La démocratie, c’est deux choses. Ce n’est pas seulement la parole au peuple. C’est la parole au peuple sous condition de respect des minorités, de tenir en lisière la haine dont nous savons depuis Caen et Abel, depuis Sigmund Freud, depuis d’autres, qu’elle est l’ordinaire du genre humain. Le peuple est souverain, bien sûr. Mais tous les souverains ont des limites à leur souveraineté. La démocratie, c’est donc la voix du peuple. Cette voix est souveraine. Mais elle ne peut pas être despotique, ou fasciste, ou cruelle avec les pauvres, etc.

 

Certains disent qu’avec les réseaux sociaux qui donnent des caisses de résonance énorme à n’importe qui, nous avons aujourd’hui trop de démocratie. Êtes-vous d’accord ?

Non. Les réseaux sociaux, c’est deux principes. Le premier, c’est que chacun a droit à la parole : l’expert comme le non-expert. C’est un progrès incontestable de la démocratie et il n’y aura jamais trop de démocratie. Mais, avec internet, est né un problème. Toutes ces paroles, cette poussière de nouvelles paroles, cette germination infinie, enthousiaste, exubérante, a fait que chaque parole, soudain, a été réputée avoir non pas un droit égal à s’exprimer, mais avoir un droit égal à exprimer la vérité.

Lire l’article entier sur lecho.be

Notes

[1] Quel sponsor ! C’est dans la droite ligne de la « démocratie » européiste des multinationales, ça...

La démocratie selon BHL, sur E&R :

 






Alerter

42 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Macron n’est t il pas cruel avec les pauvres ?
    Est on obligé de tenir compte de l’avis d’un milliardaire sous amphétamines qui se prend pour un penseur ?

     

    Répondre à ce message

  • Il est obligé de dire que les élections (pièges à c..s) sont truquées, c’est trop net. On pourrait demander à l’ONU de les surveiller ?

     

    Répondre à ce message

  • #2166572
    Le 25 mars à 21:48 par Aides un blanc comme dirait CON-versano !!!
    BHL : "Ceux qui votent populiste ? Il ne faut pas tenir compte de leur (...)

    C’est un bon ce Nanard , un jour on l’étudira à l’école juste avant Machiavel et après Judas
    Jean de la Fontaine s’il l’avait connu aurait fait une fable sur cet escroc de la pensée, de la sémantique, de la dialectique..........
    C’est pas nos très cher d’amis Daniel & Yann qui veulent que l’on aide un blanc
    Punaise là c’est fort de café

     

    Répondre à ce message

    • Et comment vous faites ? Vous changez juste d’opérateur ? Votre lynky et votre gaspar sont là de toutes façons. C’est comme ceux qui disent de boycotter les impôts avec le prélèvement à la source.
      Trop tard mon Ami !
      Dans le temps, pour un impayé « Électricité », le préposé passait, on pouvait se démerder, emprunter à la famille, aux voisins, en dernière limite et payer à l’arrache, ou négocier. Aujourd’hui « CUT » comme on dit dans le nouveau monde...
      Cordialement

       
  • Ah, quel démocrate exemplaire …..
    Tout simplement, ne pas "tenir compte" des voix patriotiques …..
    Il fallait y penser et c’est génial !!!

     

    Répondre à ce message

  • BHL peut haïr à volonté ...il à raison : Les français sont des "gentils" dans tous les sens du mot.

     

    Répondre à ce message

  • Il est maintenant temps de passer de la tarte à la crème au cacatov quand vous croisez bhl.

     

    Répondre à ce message

  • BHL transparait la haine sur son visage, je n’arrive pas à le regarder trop longtemps car ses traits sont haineux ! ah ! presque à croire qu’il porte un masque de diable ! ah ! j’en frémis ! il est laid ! surtout trop diabolique ses traits, ça la première fois de ma vie que je voix une personne qui représente autant la haine dans les traits sans maquillage comme au cinéma ou pour apparaitre en vampire ou diable il faut du maquillage, effets spéciaux ! mais là bravo l’artiste ! il devrait demander des rôles au cinéma USA pour jouer les diables tel quelle !

     

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Ce qui est le plus navrant avec les propos de BHL, c’est qu’il donne à penser que tous les anti-racistes, anti-fascistes… seraient sur la même longueur d’onde que lui.
    Navrant qu’un mec aussi creux, considéré par certains comme philosophe, ait accès aux médias pour déverser sa médiocrité "intellectuelle".
    N’adhérant absolument pas à l’idéologie frontiste par exemple, mais il ne me viendrait pourtant pas à l’esprit, à aucun moment, d’exclure une partie du peuple de l’expression démocratique que sont les urnes.
    D’autant plus qu’il ne nous reste pas beaucoup d’espaces d’expression populaire pouvant avoir un impact sur les décisions politiques…
    Si je suis contre - ou même pour d’ailleurs - les idées dites populistes, j’aborde les choses en essayant d’avoir un discours construit autours d’idées que je peux défendre sans faille, c’est la moindre des choses et sans traiter l’adversaire politique de salaud, de facho, de gaucho-pseudo-bobo… ni même de connards d’écolos, comme dirait Alain Soral (entendu sur une vieille vidéo), à propos des technocrates "Verts" planqués à Bruxelles. Mais il me semble peu probable qu’une discussion "saine" puisse naître si les divergences sont trop grandes et sur le fond et sur la forme, mais c’est un autre sujet.
    Bref, il n’est pas étonnant que BHL se face pourrir par tant de monde tellement il est insultant par sa suffisance mais ça me désole que bien souvent la controverse engendre des propos haineux et racistes (surtout sur les forums).
    Le problème est que BHL a rarement, voire jamais de contradicteurs à la hauteur des enjeux…_

     

    Répondre à ce message


  • "Ceux qui votent populiste ? Il ne faut pas tenir compte de leur voix"




    On a bien compris que c’était la directive n°1 de touts les gouvernements depuis le référendum de 2005 pour ceux qui votaient mal....Merci,quand même,de le rappeler !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents