Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Baccalauréat : quand l’illettrisme s’invite dans les copies

Prologue : perles du bac 2019 envoyées par les correcteurs au magazine L’Étudiant

« La vérité a deux sens : être vrai ou être fausse. »

« La certitude, elle ne douta pas, elle est sûre »

« Si le rêve de quelqu’un est de devenir très fort au baby-foot il n’a qu’à obtenir son permis de construire pour une véranda par exemple où il y installera son baby-foot. Ce qui lui permettra d’être heureux. »

« Après la Seconde Guerre mondiale, dans les années 20, un nouveau média apparaît : internet. »

« Malgré le développement de la radio, le Président de la République Valéry Giscard d’Estaing la censure énormément. Pompidou son successeur suit ses traces en censurant lui aussi la radio. »

« Les principaux contributeur budgétaire sont au nord, sont des pays dévellopés, sont des pays où règne la pacificité et l’organisation politique »

Perles du Bac 2018 en vrac (Philo, Histoire-Géo)

« La mondialisation est le fait de rendre mondial quelque chose de local. »

« Le Brésil est de moins en moins considéré comme "le boulet" de l’Amérique. »

« Les conditions météorologiques de l’Afrique ne lui permettent pas de s’intégrer dans la mondialisation : il y fait affreusement trop chaud. »

« Il y a de nombreuses tensions en Mer de Chine à cause des îles japonaises de Suzuki et Hiroshima. »

« Ce n’est pas la culture qui nous rend humain, c’est l’humain qui nous rend culture. »

« La culture permet de remplir le cerveau humain avec des jolies choses. C’est indispensable car sans la culture, nous nous battrons tout le temps comme des chiens enragés. »

« La vie c’est comme un sachet qui flotte, il faut se laisse diriger par le vent et arrêter de toujours vouloir tout contrôler. »

« La mort de Johnny nous a bien montré que même le président de la république n’est pas insensible à l’art. »

Perles du Bac 2017 en vrac

« La calomnie se répand comme une traînée de poulpes »

« La culture permet à l’homme de sortir de l’animalerie »

« Mao s’est inspiré d’Hitler : le petit livre rouge ressemble à Mein Kampf »

« les chinois sont très intelligents pour compenser leurs petites tailles »

Pour nous, la meilleure de toutes est celle-ci :

« On trouve le cerveau chez l’homme, la cervelle chez la femme et le cervelet chez l’enfant »

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Les résultats du baccalauréat doivent tomber ce vendredi 5 juillet. Mais, alors que gronde la colère des professeurs face aux réformes de Jean-Michel Blanquer, certains alertent contre la chute vertigineuse du niveau des copies au baccalauréat. René Chiche, professeur de philosophie, témoigne.

 

 

Professeur de philosophie, vous avez relayé des copies de baccalauréat pour le moins calamiteuses. Comment considérer celles-ci au regard de notre système éducatif ?

René Chiche : On a davantage coutume d’entendre les professeurs se plaindre des copies qu’ils lisent qu’en louer la qualité, tout simplement parce que celles qui méritent des éloges sont effectivement rares. Il en a toujours été ainsi. Quelques-uns en concluent que nous passons notre temps à nous plaindre de la baisse du niveau, certains allant même jusqu’à exhiber des « c’était mieux avant » déjà proférés dans les années 60, voire au début du dernier siècle, pour considérer la baisse du niveau telle une vieille rengaine tandis que d’autres n’hésitent pas à qualifier de mythe ce qui est pourtant l’objet d’un constat sans appel. Ces gens ont-ils jamais lu une seule copie ? Qui sont donc ceux, et au nom de quelle expertise, qui se permettent de disqualifier la parole des professeurs, et de pontifier sur un niveau qui monte sous prétexte que les élèves d’aujourd’hui auraient, la belle affaire, de « nouvelles compétences » ? Ils entretiennent ce faisant une illusion, voire l’un des plus gros mensonges d’État !

Alors, parce que j’en ai assez d’un tel déni, j’ai décidé en effet de dire les choses sans détour et de fournir cette fois des preuves, ce qui m’a poussé à rendre publiques sur Twitter quelques lignes d’une copie que j’étais en train de lire afin que chacun mesure l’ampleur du désastre. Oui, je dis bien désastre : en 25 ans d’enseignement et de participation au jury du baccalauréat, je n’avais jamais lu autant de copies indigentes, car celle dont j’ai publié quelques lignes n’est pas la plus mauvaise copie que j’ai lue et est hélas parfaitement représentative du lot tout entier, comme d’ailleurs d’une grande partie des copies que je lis durant l’année ! Et je n’emploie pas le terme indigent pour qualifier de simples « perles » dont on pourrait en effet sourire, comme le fait de parler de « l’allégorie de la caserne » pour désigner l’allégorie de la caverne par exemple, ou d’écrire « l’aliénisation » à la place de l’aliénation, encore que, dans ce dernier cas, on peut douter que la déformation du mot s’explique par une simple inattention du candidat. Il y a toujours eu des mauvaises, voire très mauvaises copies, mais en même quantité que les bonnes et les excellentes, c’est-à-dire fort peu. Et ce dans des lots qui, il faut le souligner, brassent des candidats en provenance d’établissements fort différents ce qui, soit dit en passant, assure à l’examen du baccalauréat sa forme républicaine, laquelle est vouée à disparaître par l’introduction du contrôle continu à hauteur de 40% qui, inévitablement, va faire passer l’équité aux oubliettes en même temps que l’anonymat, et transformer un examen dont il ne reste plus grand-chose déjà en simple brevet des lycées !

Mais ce qu’on constate de plus en plus fréquemment depuis quelques années, et que je n’avais pour ma part jamais observé dans de telles proportions, ce sont des lots entiers de copies parfaitement indigentes à tout point de vue, dont il est difficile de distinguer la forme du fond parce qu’elles sont écrites en un charabia qui emprunte vaguement au français comme à une langue étrangère. Il est à vrai dire quasiment impossible de noter de telles copies car, pour être en mesure de les évaluer, il faut non seulement relire plusieurs fois chaque phrase afin d’en comprendre le sens mais, faute d’y parvenir dans la plupart des cas, on doit finalement deviner l’intention de l’auteur, de sorte qu’on en vient à évaluer le plus souvent une copie que l’on a soi-même entièrement reconstruite, ce qui certes permet de ne pas lui mettre deux ou trois sur vingt, comme on est tenté de le faire à première lecture ! Cependant, lorsqu’on doit effectuer une telle gymnastique sur non pas cinq ni dix mais une bonne centaine de copies, on se dit en effet que quelque chose ne va pas, que quelque chose ne va plus du tout, et l’on éprouve une profonde tristesse pour ces jeunes gens qui sont parvenus jusqu’en terminale dans un tel état, ainsi qu’une immense colère envers les responsables d’un tel massacre.

 

L’ampleur des fautes d’orthographe choque au premier abord, puis viennent les défaillances en termes de structure logique dans la pensée. Qu’est-ce qui est le plus préoccupant ?

Il est vrai qu’on se focalise parfois sur l’orthographe tant son extravagance est au-delà de tout ce que l’on peut imaginer. En vérité, il y a faute et faute. Faire une faute d’accord, oublier une double consonne, mal accentuer ou ne pas accentuer tel ou tel mot, voilà ce qu’on avait coutume d’appeler et de considérer comme des fautes d’orthographe et franchement, si les fautes commises n’étaient que de ce genre, et le fussent-elles à raison d’une ou deux par lignes, je dirais encore que c’est là un moindre mal que la remise à l’honneur de la dictée quotidienne pourrait juguler en quelques années. Hélas ! Les « fautes » constatées désormais ne méritent même plus d’être appelées ainsi : lorsqu’on écrit dans l’en-tête de la copie d’examen « bac à l’oréat », lorsqu’en recopiant le sujet choisi on écrit « le travaille divise-t-il les hommes ? », lorsqu’on parle de « supsence » pour dire substance, qu’on évoque « l’hostérité », il est assez clair qu’on fait face alors à ce que je qualifie de quasi-illettrisme et dont les causes sont parfaitement connues, tant la littérature concernant ce sujet est abondante et de nombreuses alertes ont été lancées depuis au moins vingt ans par différents collectifs et associations de professeurs, sans effet cependant sur une administration confite dans le déni et complice de ce délitement. Ces élèves, qui ne sont pas spécialement issus de milieux défavorisés comme on dit, et contrairement à ce que d’aucuns aimeraient croire pour atténuer un peu la profondeur du mal, ont effectué toute leur scolarité en accumulant des difficultés qui, année après année, sont devenues de considérables lacunes.

[...]

Est-il normal de trouver, chez des élèves de terminale du lycée général, je le précise, environ 60% de copies dont les phrases sont proches du non-sens, à l’instar de celle-ci : « ce qui différencient les hommes des animaux, est que quant aux hommes, les animaux répetent les mêmes actions par nature, ils sont nés tels que la nature leur ait instruit. » Ou celles-ci : « Dans le travail, il faut un réalisateur et un éxécuteur. En effet, un ouvrier, celui qui réalise, est perçu comme un outil face à son patron, l’éxécuteur. Par conséquence, l’ouvrier n’a donc pas un pouvoir physique et intellectuel, ni de contrainte, et répète les mêmes actions comme les animaux, donc mène à une déshumanisation. Cela a donc pour cause l’isolation. »

 

Lire l’article entier sur amp.lefigaro.fr

 

La montée très politique de l’ignorance, sur E&R :

 






Alerter

99 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2233506
    Le 6 juillet à 10:57 par Nuit blanche
    Baccalauréat : quand l’illettrisme s’invite dans les copies

    Il y a malheureusement bien des commentaires dans les fils de E&R qui exhibent des travers semblables à ceux décrits par ce professeur.

     

    Répondre à ce message

    • #2233545
      Le 6 juillet à 11:42 par Soum pas pressats
      Baccalauréat : quand l’illettrisme s’invite dans les copies

      @Nuit blanche
      Pardon on a pas tous été dans des écoles hors contrat, on a pas tous eu des parents châtelains, on a pas tous eu la chance d’avoir nos deux parents, beaucoup vienne des écoles républicaines, voir de la méthode globale , pas mal d’entre nous ont juste un CAP (c’est mon cas)
      Désolé camarade, mais pour tout ceux qui ont eu cette chance , j’en suis heureux pour eux, sincèrement
      Il a fallu bosser et payer l’éducation des nôtres enfants, les crédits et tout l’toutim
      Malheureusement on a pas eu ta chance
      Mais heureusement on a eu Soral, E&R, KontreKulture et on essaye tant bien que mal à rattraper le temps
      Mais entre les boulots, les crédits, les enfants, les tracas , on a pas tous le temps de lire et on a pas tous l’intellect pour comprendre Debord, Marx, Clouscard, Bossuet, Saint Thomas d’Aquin et la scolastique
      Alors on écoute Soral, Cerise, Escada, Hillard
      Mais on est désolé de vivre et d’essayer d’être des tiens, on reste la populace, le petit peuple des sans-dents , des gilets jaunes, des bonnets rouges
      C’est là qu’on se dit Marx avait raison comme Soral , il y a bien un moteur c’est la lutte des classes
      Mille pardons de ne pas être né chez des tradis de la FSSPX, dans le 16e arrondissement de Paris , d’un papa rentier et d’une maman comtesse
      Demain je commanderais au père Noel un pull jacquard et des mocassins a pompons, la raie sur le coté, j’demanderais que l’on m’appelle Jean Eudes, je ferais une autodafé en brûlant toutes mes photos des réveillons de Noel ou ma famille de beauf picole du rouge qui tache en faisant des blagues potaches et en chantant du Patrick Sébastien , en tournant autour de la table en se tenant par la taille un chapeau pointu sur la tête
      Ça te va ??

       
  • #2233583

    Les fuites du bac viendraient du lycée Ozar Hatorah.

    "Un surveillant de l’établissement a été mis en examen. Il assure avoir agi sur les ordres de son employeur" ( Figaro )

     

    Répondre à ce message

  • #2233650

    « La vérité a deux sens : être vrai ou être fausse. » à méditer. Perso je note double : 0/20 et 20/20. Réponse soit vraie, soit fausse.

     

    Répondre à ce message

  • #2233654

    Ces constatations, vraies évidemment, éludent un problème bien plus grave : les fautes d’orthographe dans les SUJETS de bac et L’IDEOLOGIE de certains d’entre eux qui place les candidats un peu informés (il y en a) devant le dilemme : être politiquement correct ou sanctionné.
    A partir de 23´30
    https://www.tvlibertes.com/mercosur...
    quand le Figaro évite de voir l’éléphant dans le couloir...

     

    Répondre à ce message

  • #2233793

    Quand je lis les commentaires postés sur ce site, j’y vois très souvent des fautes d’orthographe...

     

    Répondre à ce message

    • #2233880

      Plutôt moins que sur d’autres sites cependant. Cela tend à s’améliorer avec le temps et le niveau des intervenants qui, globalement, tend lui aussi à s’élever. Il y en a toujours trop mais, sur E&R, ce n’est pas scandaleux du tout. Je dirais même que c’est honorable.

       
  • #2234020

    Je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent que la qualité de l’écriture et de la syntaxe dépend des origines ou du milieu dans lequel on vit. Certes c’est peut être vrai maintenant, quand certaines familles peuvent se payer un prof particulier, mais ça n’a pas toujours été ainsi. Quand j’étais en cm1 cm2 en 1997-1998, on nous apprenait a souligner les verbes en rouge, les adverbes en vert, les adjectifs en bleu, on entourait les terminaisons ( é, ées ..) etc,etc. On faisait 2 dictées par semaine qu’on devait recopier en entier sans fautes après la correction, on apprenait des poèmes par coeur, et "la maîtresse" faisait tout pour nous encourager à lire. Mais de nos jours, combien de personnes savent qu’il y a des verbes du 1er groupe qui ne se conjuguent pas comme des verbes du 2ème groupe par ex ?

    Tout est la faute du système, on crée une génération de débiles qui n’ont lu qu’un seul livre pendant leur parcours scolaire : Si c’est un homme de Primo Levi !

     

    Répondre à ce message

  • #2234023

    Cassoulet incinérer par là ?

     

    Répondre à ce message

  • #2234438

    Difficile de savoir l’origine de ce problème. Un de mes enfants en seconde peut être condidéré comme illétré, pourtant on y met le paquet, la maison est envahie de livres, on lit nous-mêmes beaucoup, il bénéficie de cours particuliers. Mais c’est un bi/tri-lingue totalement illétré au qi de 137 :-( gros consommateur de YouTube pour tout.

     

    Répondre à ce message

  • #2234547

    je lis ici quelques commentaires parlant de fautes d’orthographe sur "E & R" ...
    Bien !.. mais soyons un peu honnêtes, "E & R" fait partie des rares sites sur lesquels on trouve tout de même beaucoup, beaucoup, beaucoup moins de fautes que partout ailleurs !..

     

    Répondre à ce message

  • #2236495

    Une école « Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale !

    https://fr.sputniknews.com/france/2...

    Anne-Sophie Nogaret décrit une situation catastrophique pour l’Éducation nationale. Professeure de philosophie et auteur du livre-choc « Du mammouth au Titanic, la déséducation nationale », elle lance un cri d’alarme, à l’heure où le Bac 2019 a tout d’un fiasco.

    HALLUCINANT ! mais ça on le savait ....

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents