Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Béart l’anti-Gainsbourg

Pas tendre avec les escrocs et les médias

Vendredi 6 décembre 2002, rendez-vous avec Guy Béart. Il reçoit chez lui, dans sa villa de Garches, qui trône sur la colline, avec sa vue imprenable sur toute la capitale. Chez lui ? Un capharnaüm de livres, de disques, de revues, de cartons, certains en partance, d’autres jamais ouverts. Il se moque de son look : en robe de chambre, il range paresseusement, s’arrête sur une revue, se rassoit. Il fume comme un pompier. Son giton va faire les courses en Porsche à la ville. Il y a deux bolides allemands dans le garage. Pas d’autre signe extérieur de richesse.

Béart dépiaute ses archives, les souvenirs remontent, il raconte, sans ambages. Il est là, sur son fauteuil, un peu las, mais l’œil ouvert, inquisiteur. Qu’est-ce que je fous là ? Je réalise un sujet sur la chanson française et j’ai décidé de voir un des derniers grands maîtres de la chose.

 

Gainsbourg de Béart : « Qu’est-ce qu’il dit l’blaireau, là ? »

 

 

Si Béart s’est retiré des affaires, il est toujours rentre-dedans. Surtout quand il s’agit de démolir Gainsbourg… Qui ne l’avait pas loupé, par jalousie pure, et aussi par culpabilité, lors d’une émission de Bernard Pivot en date du 26 décembre 1986, où il comparait la chanson française (entendez par là ses confrères) à un art mineur… Lui qui piquait tout ce qu’il pouvait, textes et musiques ! La leçon insolente d’un escroc à un authentique poète, mélodiste, artisan d’un art non démagogique (pas de cul, pas d’inceste, ni de pédophilie), mais qui aura du mal à s’imposer dans les médias. On se demande bien pourquoi. Un Béart pas aigri, non, mais bien conscient du renversement en cours dans son domaine, où les imposteurs étaient rois : il nous balança ce jour-là l’histoire de Pierre Perret qui était censé avoir été pris tout jeune sous l’aile de Léautaud, avant de pleurnicher rétroactivement parce que le public (enfin, les médias) découvrait que Léautaud était un sale antisémite, et de torcher ensuite une préface aussi traîtresse que bien-pensante à son éditeur pour un ouvrage sur Léautaud… Des comme ça, Guy en avait des paquets. Pas très confraternel avec les anguilles et requins de ce marécage qu’on appelle showbiz !

Petite leçon du protecteur de la chanson française face aux assauts de la musique anglo-saxonne : « Gainsbourg a eu une mauvaise influence… Aujourd’hui on fait sonner les consonnes alors que les langues latines font sonner les voyelles… Il ne suffit pas de rimes pour faire une chanson, comme le croient les jeunes après Gainsbourg… Ils aiment et copient ce qui marche. Ce qui explique les sosies et les clones… Une époque de parodies et d’imposteurs… Gainsbourg a fait beaucoup de mal à la chanson… Quand il dit que la chanson est un art mineur, qu’il faut vendre beaucoup parce que ça disparaît, ça l’arrangeait bien, et ça le déculpabilisait de pomper !  »

Donc un Béart très au fait du renversement en cours dans la chanson, et par extension, en politique. Ce qui ne faisait pas de lui un traditionaliste ranci, pleurnichant sur le trio magique Brassens/Brel/Ferré, qui se réunit autour d’une table en 1969, au mois de janvier. 69 ? L’année érotique du trop fameux Gainsbourg, qui achetait cash à ses arrangeurs leurs mélodies, rapidement adaptées au marché, au goût du jour, pour générer encore plus de cash, qui permettra d’acheter encore plus de compositeurs, pardon, d’arrangeurs. Système gainsbourgeois basé sur une connaissance marketing du goût du public (et aussi de ce qui marchait chez les anglo-saxons), qui lui faisait empocher la totalité des droits d’auteur, en ne payant qu’une seule fois les véritables créateurs, qui étaient obligés de se re-creuser les méninges pour survivre. Dispositif de pillage libéral qui fera fureur et qui fera de Gainsbourg une idole nationale, un monument de la Chanson, mais surtout un homme riche (la chanson ne lui servait qu’à cela), avant que sa statue ne se lézarde.

« Sabar lui avait fait écouter une fois une musique anglaise. Quelques mois après, il [Gainsbourg] enregistrait soi-disant un truc à lui. Sabar rentre en séance : « Tu vas réenregistrer le truc de machin ?  » Gainsbourg ne l’a alors plus fait travailler parce qu’il avait compris.  »

 

Gainsbourg faussaire de la chanson… dès 1967 !

Notez la gêne de Gainsbourg, qui assume totalement le fait de piquer un accompagnement, quand Glaser le traite (habilement) de faussaire :

 

 

Aujourd’hui, grâce au Net, tout le monde est au courant (David Guetta applique la même recette), mais au début des années 2000, ça ne se disait pas. Difficile d’exister en face d’un tel truqueur. Guy Béart, l’anti-Gainsbourg, survivra parallèlement au showbiz, à sa façon, avec un travail et un rythme personnels, en s’autoproduisant (il a été le premier à fonder son propre label), restant un auteur compositeur interprète tout sauf léger, puisqu’il avait des Lettres, et des Sciences. Un artiste complet, totalement blacklisté dans les médias, à cause de sa grande gueule. Le premier qui dit la vérité…
Quelle idée aussi de balancer ce principe de Gainsbourg, rapporté par Jean-Pierre Sabar, « arrangeur » (comme le terme est bien choisi !) du Gainsbourg des années 70, et auteur entre autres tubes de Dieu est un fumeur de havanes, ou L’ami caouette :
« Je ne peux travailler avec quelqu’un que si je l’encule ».

 

Ami de la poésie, bonsoir.

L’autre côté du showbiz sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

64 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1270318
    le 16/09/2015 par Diva
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Au risque de passer pour un modéré, à mes yeux ce Gainsbourg ... quelle abjection !

     

    • #1270414
      le 16/09/2015 par ABC
      Béart l’anti-Gainsbourg

      N’importe quoi... Gainsbourg reprenait certains thèmes de musique classique mais ça ne change rien au fait que c’est un des plus grands chanteurs Français... que ce soit dans les paroles ou dans le(s) style(s)... largement plus talentueux que Guy Béart, selon moi. Résumé la carrière de Gainsbourg à "c’est un faussaire", c’est ridicule... il a fait beaucoup pour la chanson Française, des artistes comme lui manquent cruellement aujourd’hui.
      Et en plus son personnage était juste génial...
      (et juste comme ça, chez Pivot il avait totalement raison sur les arts mineurs/majeurs et c’est plutôt lui qui a remit Béart à sa place...)


    • #1270515
      le 16/09/2015 par Rk
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Pas d’accord avec vous ABC : on peut lui reconnaître son talent de "piocheur" et d’arrangeur, mais surtout pas de chanteur ! Gainsbourg ne chantait pas, il balbutiait ! Comme dans ses interviews, à moitié ivre...
      Comparez l’engagement scénique d’un Jacques Brel et celui de Gainsbourg : lequel a apporté le plus à la chanson française selon vous ? Soyons sérieux.
      D’où mon interrogation : Gainsbourg, le Voltaire du showbiz ?...


    • #1270569
      le 16/09/2015 par Aiguiseur de guillotines
      Béart l’anti-Gainsbourg

      @ABC
      Tu devrais faire comique. T’as une carrière assurée.


    • #1270877
      le 17/09/2015 par grenadine
      Béart l’anti-Gainsbourg

      ho faut pas exagérer.. on a tous autant que nous sommes été touché par une chanson de Gainsbourg..
      pour ceux que sa voix rebute, il y a un album ou on le reprend, et Miossec qui chante Melody Nelson par
      exemple c’est très bien fait.. quand Charlotte reprend couleur café sur scène c’est pas mal non plus.. etc etc
      Maintenant, je ne savais pas que Béart avait été le premier a créer son propre label.. tout comme je ne connaissais
      pas non plus cet extrait ou deux grands sensibles se jettent des casseroles chez Pivot.. En tout cas, il se démontait
      pas facilement le Béart.. on le voit là, se maîtrisant tout à fait et continuant à exposer son point de vue face à un
      Gainsbourg qui tente du mieux qu’il peut de se protéger derrière son piano.. mort de rire c’est Beart le plus rock n roll
      des deux haha ... quel bel hommage cet article néanmoins.. il doit être content de la haut.. cependant faut pas charier
      les textes de Gainsbourg (je ne parle pas de sa musique inspirée de ci de la, réarranger comme ci comme ça) je parle
      de ses textes qu’il ne devait qu’à lui, apporteront toujours quelque chose à quelqu’un. Quant à Guy Beart j’espère
      qu’un jour un album de reprises (exercice périlleux c’est vrai) lui sera aussi consacré ce serait vraiment un très très
      beau projet.. J’espère que sa fille une fois l’épreuve traversée, pourra donner une seconde vie à ses chansons.


  • #1270358
    le 16/09/2015 par un miteux
    Béart l’anti-Gainsbourg

    J’espère pour lui et sa famille s’être protégé afin que ses détracteurs grandisse pas leurs parts de marché en lui rendant hommage.
    merci E&R pour cette mise au point.


  • #1270374
    le 16/09/2015 par Bryan
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Pas du tout d’accord. Ayant pas mal côtoyé le milieu de la chanson, je n’ai jamais entendu dire par aucun musicien ou arrangeur que Gainsbourg rachetait systématiquement les arrangements. Déjà, il percevait ses droits d’auteur et de compositeur. Il composait au piano et ses arrangeurs bossaient derrière. Pour le reste, j’estime que Gainsbourg (à travers ses mélodies et textes) était tout sauf un faussaire. Je trouve votre article inutilement diffamatoire.

     

    • #1270518
      le 16/09/2015 par Mojo Risin
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Le témoignage de Jean-Claude Vannier est édifiant, clair et net. Melody Nelson ? L’ensemble de la musique - de l’album au grand complet - a été composée par lui-même. Gainsbourg a "posé" les paroles ensuite, après s’être inspiré d’un poème de Nabokov. Bien entendu Vannier ne fut jamais crédité en tant que compositeur.


  • #1270377
    le 16/09/2015 par Aiguiseur de guillotines
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Gainsbourg a toujours trouvé du plaisir a faire honte a la France.
    Abject.

     

    • #1270527
      le 16/09/2015 par France31
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Pour Gansbourg la seule réponse c’est l’insulte ! "ta gueule !" "c’est qui ce blaireau" alors que Beart essaye d’exprimer sa pensée ! Lamentable. Ce qui m’attriste le plus c’est qu’une génération entière voue un culte à cet être détestable et faux...


  • #1270394
    le 16/09/2015 par au p
    Béart l’anti-Gainsbourg

    L’un est parti au paradis de l’argent à savoir enfumé !

    Le second au Paradis des troubadours, celui de la fin’amor !

    À chacun sa vérité, laquelle finit toujours par se savoir et triompher. Preuve .... à l’épreuve des Couleurs du Temps qui passe, et ceux qui trépassent !

    Il en est de même dans le domaine des idéologies, de la falsification, du plagia, de la prédation ! ça brille dans l’instant mais ça s’envole en fumée !

    Courage donc, camarades c’est bien avec le « Coeur » que nous serons tous fiers d’accueillir notre victoire !


  • #1270440
    le 16/09/2015 par oklez
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Béart a vécu plus longtemps que Gainsbourg, 22 ans de plus .Béart a gagné. Le reste c’est du flan.


  • #1270474
    le 16/09/2015 par Simone Choule
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Béart oui mais pourquoi en profiter pour remettre une couche sur "Lucien" ? Je fais partie des gens sur ce site qui continuent malgré tout à apprécier Gainsbourg. Pas tout (Gainsbarre me lasse et fait "sale") mais "La Javanaise", "le Poinçonneur des Lilas" ou "Requiem pour un Con" sont de bonnes chansons (copiées ? j’attends la preuve....), il a fait la meilleure reprise de la "Marseillaise" (quelqu’un connait mieux ?) et son "Melody Nelson" fait avec le génial Jean-Claude Vannier (avec qui il fera les non moins fabuleuses B.O.F. des "Chemins de Katmandou" et de "la Horse") est la première symphonie Pop écrite en sonnets (quelqu’un d’autre sur le Ring ?). Qu’il ait été un voleur de mélodies (ou un pont avec les Arts Majeurs au choix...), un parolier espiègle (des chansons misogynes pour femmes certes...) et un business man (oui mais dans Show-business, il y a business non ?) n’enlève rien à la joie que son oeuvre me procure et aux contours d’un univers riche où il fit claquer le "cool" de la langue française. Et il parlait très bien de la peinture "Le Martyre de saint Sébastien" d’Andrea Mantegna, 1480. Quelqu’un qui aime cette peinture ne peut pas être entièrement mauvais...


  • #1270480
    le 16/09/2015 par Crylovitch
    Béart l’anti-Gainsbourg

    GAINSBEURK !


  • #1270516
    le 16/09/2015 par dav
    Béart l’anti-Gainsbourg

    je suis pas fan de beart...mais gainsbourg est si laid et mauvais...que beart apparait correct


  • #1270526
    le 16/09/2015 par Substance2004
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Dans les commentaires de l’annonce de la mort de Guy Béart, à la question de savoir si la chanson est un art mineur ou majeur, je faisais remarquer que ce dernier faisait des chansons, et Serge Gainsbourg des disques (Histoire de Mélody Nelson, "concept album" selon son auteur).

    On pourrait tout aussi bien dire que d’autres continuent à faire plus des disques que des chansons, mais David Guetta lui, c’est sur, il fait du son.

    C’est une manière étrange de penser que par exemple la BD, c’est de l’art mineur par rapport à la peinture alors qu’une BD peut dépasser de très loin le meilleur roman de l’année.

    C’est comme s’il y avait une hiérarchie entre moyens d’expression.

    Et là, je suis un peu embêté par rapport à cet article.

    On reproche donc à Gainsbourg d’avoir été un faussaire pour avoir repris nombre de classiques du domaine publique et que tous les grands connaisseurs les ont a l’époque parfaitement reconnu, mais dans une forme épurée et savamment arrangée dans l’orchestration, tout comme on dénicherait un sample arrangé d’un classique de la funk associé à d’autres sons chez Guetta.
    Ceci dit, Gainsbourg fut aussi largement "piraté" (Mc Solaar, De La Soul, j’en passe...).

    S’il fallait rosser tous les artistes qui ont puisé dans d’autres, nous n’aurions pas fini !

    Pour vous donner une idée de ce que peut être un vrai faussaire, prenons l’exemple de Guy Ribes qui a produit de nombreuses toiles de peintres modernes "à la façon de" qui ont bleffé experts comme descendants ! Mais tout ça ne s’est pas fait comme ça. Il a du aussi travailler pour y arriver !!!
    Reportage Télé Matin

    Histoire incroyable !

    À méditer !

     

    • #1270609
      le 16/09/2015 par eddy
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Maintenant à toi d’avoir l’intelligence de remarquer la misère et la crapulerie profonde du milieu "artistique" :
      Des pillards inepte à la création, des paresseux exploiteurs de vrais talents.
      Il y a une différence entre l’inspiration et le plagiat, il faut tout de même la ressentir. Les mots ont encore un sens.


    • #1270747
      le 17/09/2015 par Substance2004
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Eddy,

      Si je te suis, tu considères que le milieu artistique n’est que crapulerie et misère intellectuelle ?
      Donc, pour être un véritable artiste, faut-il que l’œuvre soit purement originale et que personne n’y ait jamais pensé ?
      Allons jusqu’au bout du raisonnement !

      Dans ce cas tu seras certainement d’accord avec moi pour dire que "Fontaine", c’est à dire l’urinoir de Duchamp est une œuvre tout à fait originale, vu que personne n’y avait pensé auparavant !
      Mais je sais que tu me diras "c’est pas de l’art car c’est un objet qu’il a pas fait !". Oui, mais ça reste original car personne ne l’avait fait !

      Tu peux aussi me dire "Ce n’est pas un artiste !". Mais tu n’avanceras pas que Duchamp a pu faire de vraies peintures comme "Nu descendant un escalier" à la même époque !

      Revenons à Gainsbourg :
      D’une certaine manière, avec un orchestre d’instruments modernes, Gainsbourg a grandement européanisé une variété déjà très américanisée dans les années 60.
      Ou est le mal ? C’est plutôt donner à l’art de faire un disque ses lettres de noblesses !
      Avec Gainsbourg, on peut remonter à quelque chose proche de notre civilisation. Johnny un peu moins.
      Ce n’est pas tout de prendre un thème issu du classique (prenons la symphonie n° 9 dite « Du nouveau monde » de Dvořák) pour en faire un succès qui a duré comme Initials BB ! Je répète que le thème de Dvořák n’avait rien d’un secret !
      Gainsbourg n’a jamais fait scandale pour ça. À part pour des chansons osées.

      Béart (qui est d’ailleurs de la même époque que Gainsbourg) était dans une démarche de composition. Les chansons de Ferré des années 50 passaient d’un interprète à l’autre pour être reprise par l’auteur. "Tout va très bien Madame la marquise" de Paul Misraki pouvait se vendre en 1935 aussi bien en disque qu’en partition.
      Gainsbourg était dans un travail de studio. Il n’aurait jamais refilé Melody Nelson à un autre. Rien à voir ! D’ailleurs, aucun type qui fait des disques n’ose toucher à Melody Nelson de peur de se voir accusé d’avoir trahi l’œuvre. Seul le sample reste encore admis par les auditeurs.

      L’art, un sujet qui fâche beaucoup sur E&R.
      Si la culture est en danger, pour s’y attaquer, je recommande la méthode de Sun Tzu :

      Avant d’attaquer, connaît d’abord ton ennemi. Sinon, ça se retournera contre toi.


    • #1271575
      le 18/09/2015 par Friendly
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Oui, sauf qu’à l’époque de la "Symphonie du nouveau monde" la société était plus cultivée et raffinée qu’a l’époque d’Initiale BB, époque centrée sur l’excitation sexuelle et non sur l’amour.
      Néanmoins comparer dvõvark à l’épave Gainsbarg, il faut quand même oser !


  • #1270536
    le 16/09/2015 par yacka
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Sur la dernière video, ressemblance frappante avec... Doc Gyneco, au physique comme dans le comportement.


  • #1270544
    le 16/09/2015 par Liberté
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Ce Gainsbourg , un vulgaire , insolent , prétentieux , c’est un
    peu l’avant garde ultra gauche que nous avons aujourd’hui ,
    le Mariage Homo , la LGB , la GPA ect , etc... ce type était totalement
    dépravé , sans aucune pudeur , ni respect de qui que ce soit et de
    quoi que ce soit , pour moi ce type ressemble peu à un humain....
    beaucoup étaient fascinés par son exubérance et son culot , mais
    sans aucun respect , pour moi , ça ne passe pas , paix à son âme
    si toute fois il en avait une...

    Béart , était appréciable , mais en dehors de ses chansons , je ne le
    connaissais pas .


  • #1270545
    le 16/09/2015 par Éric
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Guy Béart - Serge Gainsbourg, une histoire d’amour...
    https://www.youtube.com/watch?v=27P...
    Aussi Jacques Dutronc "tous les goûts sont dans la nature" - Alain Bashung "hier à sousse"


  • #1270660
    le 17/09/2015 par Gerard John Schaefer
    Béart l’anti-Gainsbourg

    La Nuit des Morts-Vivants est un classique, eux ne sont que des figurants.


  • #1270685
    le 17/09/2015 par anonyme
    Béart l’anti-Gainsbourg

    L’auteur de l’article a omis de préciser que Guy Béart est un ingénieur de
    l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées de la promotion 1954.
    Cette précision,est d’une grande importance pour cet immense artiste. En
    effet, à l’époque,un ingénieur d’une aussi prestigieuse école,pouvait faire une
    carrière fulgurante et se faire de l’argent plein les poches ; surtout que La
    France était,durant les années 50 et 60 en plein élan de reconstruction des
    infrastructures détruites pendant la guerre.
    Or,ce grand monsieur, a choisi de faire de la chanson , et de la très bonne
    chanson . Il fallait se mesurer à l’époque aux monstres sacrés de
    la chanson française : Brel,Ferré,Ferrat,Brassens,Becaud,,Piaf, Michel
    Legrand,Mouloudji et bien d’autres . Il n’y avait pas de places pour les
    mercenaires du diable qui ont tout souillé...
    Ma génération, écoutait avec une forte émotion, ces géants. Béart,lui,
    brillait par ses mémorables chansons intitulées : quidam , dans regrettable,
    qu’on est bien,...
    Il y a un travail de mémoire sacré, celui de rééduquer les générations montantes et futures dans le domaine de l’art et de la culture de Haut Niveau .
    ( noter que ce terme : "Haut Niveau" , lui aussi,n’a pas échappé à la mafia
    sioniste-maçonnique qui l’a corrompu, en en faisant usage à tort et à travers ,
    notamment dans le domaine sportif...) 
    Aussi, les coffrets des œuvres des grands maîtres de la chanson française,
    seraient les bienvenus pour les vendre par le biais de Kontre Kulture.
    La création,aussi,d’une radio E&R, pour diffuser ces œuvres indépassables , 
    serait un tournant dans la glorieuse lutte contre le diable, qui s’ingénie à détruire la Mémoire et le génie de la Vieille nation française .
    C’est là un immense front de résistance,dont seuls nos frères Soral et ses
    compagnons sont capables de l’ouvrir pour porter au triomphe la Cause
    Sacrée du peuple français et des autres peuples.


  • #1270687
    le 17/09/2015 par AF
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Gainsbourg lui-même reconnaissait être un plagiaire ("mes mélodies sont trop jolies pour être honnêtes"). Mais de toute façon je ne trouve pas qu’il en ait fait quelque chose d’extraordinaire. Jacques Brel lui quand il plagiait Liszt, ça donnait "ne me quitte pas", des plagiats comme ça on en redemande.

    Gainsbourg n’était ni un pianiste de talent, ni un mélodiste de talent, ni un bon chanteur, ni un bon parolier. Je ne dis pas qu’il était aussi nul que Jean-Jacques Goldmann ou Patrick Bruel, mais il a probablement été projeté en haut de l’affiche pour les même raisons...


  • #1270757
    le 17/09/2015 par Godefroi de Javron
    Béart l’anti-Gainsbourg

    On est loin de la sagesse des Proverbes (Bible).


  • #1270776
    le 17/09/2015 par Thierry
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Okay pour une majorité de choses avec E&R, mais que des gens dont 98% ne savent pas lire une partition viennent philosopher sur l’œuvre de Gainbourg qui a eu une éducation classique, tout en analysant son œuvre en s’extrayant de l’époque me fait doucement rire. Ce mec "dépravé" comme certains le répetent était un des derniers anars... Un mec ultra-cultivé et qui connaissaient les Arts (les vrais...) et essayait d’éviter de se tirer une balle dans la tête dans un monde aussi pourri et décadent, en profitant du système pour ne pas avoir à bosser en usine et faire de la peinture, picoler et sortir avec les plus belles femmes possibles (vu sa "tête de choux"). Les apparences et le personnage qu’on peut se créer comme protection peuvent être souvent trompeuses... J’espère que vous publierez ce message parce que je suis musicien et parce que le fait qu’il ait écrit un hymne à Israël un jour ne lui enlève pas son statut d’insoumis. Ne pas replacer tout ça dans l’époque ne ferait de cette analyse et de certains commentaires qu’un parti pris idéologique que même le Prez ne pourrait cautionner (enfin j’espère, lui qui est un des derniers punks...). Cela dit dans un tout autre style Béart est effectivement un troubadour, descendant des poètes du Moyen-Âge. Et certains textes ont été vraiment très subversifs (peu dans la masse, mais réellement !). Qu’il repose en paix

     

    • #1270841
      le 17/09/2015 par Lecteur
      Béart l’anti-Gainsbourg

      ERREUR TOTALE , Gainsbourg un dépravé qui se croyait tout permis , un anar
      d’ultra gauche qui nous rappelle trop ce monde qui nous est imposé aujourd’hui ,
      par la même bande de gauchiste sioniste , déchéance , dépravation , un anarchiste
      contre la morale n’est pour moi pas une valeur , un chanteur qui fait de la plagiat et
      qui s’en vente n’est pas glorieux non plus....

      Gainsbourg comme tous ces gens-là , ne crachait pas sur l’argent non plus , mais
      son plus gros défaut , sa prétention , il croyait que tout devait lui être acquit....

      Et si , il avait un peu moins utiliser l’alcool , le tabac et surtout la drogue , peut-être
      n’aurait-il pas eu envie de se tirait une balle , comme vous dîtes.... !

      Il vaut mieux être Moyen-Ageux comme vous dîtes et garder sa dignité et sa morale .


    • #1270880
      le 17/09/2015 par jedgreen
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Bien dit.
      Que l’on juge une "personnalité médiatique" d’après son oeuvre et quelques interviews, soit. C’est le jeu de la médiatisation.
      Mais juger "l’homme" c’est déjà plus complexe. Gainsbourg ne m’a jamais paru quelqu’un de méprisable.
      Un mec pas sur de lui qui donnait le change en "frappant le premier", oui. Un ultra-sensible, oui. Un mec à qui je n’aimerais pas ressembler (je ne parle pas du physique), oui. Un magouilleur de génie, un roublard, oui. Un véritable enculé, non.


    • #1271034
      le 17/09/2015 par dtc
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Gainsbourg était un ultra privilégié, pété d’oseille.
      Qu’il puisse avoir été comique rarement n’enlève rien au fait que c’était un déchet, et qui se ressemble s’assemble.


    • #1271125
      le 17/09/2015 par alex79
      Béart l’anti-Gainsbourg

      @ lecteur .... qu’est ce que tu connais de sergio dis moi ? vu ce que tu écris, on dirait que tu le connaissais personnellement !!!! mon père a tres bien connu gainsbourg fin 70 - debut 80, quand il bossait pour la SFP, et il m’a toujours dit que c’était un mec génial qui avait le coeur sur la main et que le genre qu’il se donnait n’était que pour surpasser son extreme timidité . serge etait un genie de la musique et de la prose ! pour ta petite histoire de plagia, trouve moi une personne qui n’a jamais copié ou repris les idées musicales d’un autre ....... j’attend !!!!!


    • #1271159
      le 17/09/2015 par Guillaume
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Merci Thierry, enfin une vrai analyse non réactionnaire.J’aime beaucoup E&R pour leurs analyses géopolitiques,mais pour le reste : zero pointé.Encenser Béart et se chansons de boy scout prétentieux et moraliste : au secours.


  • #1270851
    le 17/09/2015 par Furoncle Sam
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Gainsbourg qui disait avoir une vision avant-gardiste à 2 min 36 de la deuxième vidéo. Se revendiquer de l’avant-garde est une spécialité de la communauté des élus, qui n’est de l’avant-garde où qu’elle soit que par mépris des traditions goys des pays hôtes.

     

    • #1271726
      le 18/09/2015 par avecducoeurdoncsansapriori
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Je pense que cet oeil avant gardiste que gainsbourg possédait concerne l’utilisation de la technique musical du "sampling", l’échantillonage.
      C’est La reprise dans un morceau d’une partie improvisé, d’ un pont avant un refrain d’une partie de baterrie, d’un craquement de vynil etc.. que l’on peut superpose differemment et qui peut donner un son vraiment différent, du fait que l’on peut composer par dessus, l’accelerer, y mettre des effets, mélanger avec d’autres promotions échantillons...

      Il ’est vrai que au sens stricto sensu de la creation artistique cela s’apparente a du vol, mais personnellement j’associe ce type d’oeuvre, a un coup de foudre sonore, puis a un travail de collage et d’inventivité.

      A la fin des années 70 apparait la boite a rythme qui jreproduit a une autre echelle cette texhnique et permet en plus la creation de nouveaux genres musicaux.
      ce travail de recherche permet de decouvrir ou redecouvrir des groupes amateurs ou professionnels connus comme inconnus depuis l’époque d’édition des vynils jusqu’à nos heures et minutes.

      Quelque part gainsbourg, je pense, a compris que les futures générations armées de nouvelles avancées techniques etireraient la capacité de creation musicale et le rapport de l’ancien oeuvre a la moderne.


  • #1270867
    le 17/09/2015 par beclame
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Un faussaire à 2m36s de la vidéo déclare : "je suis un visionaire avant-gardiste" , tiens, tiens !!! ça me rappel un discours ! ouiiii !!! merde ! quand même !!!


  • #1270872
    le 17/09/2015 par awrassi
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Gainsbourg, c’est qui ? Ah oui, ce trotskiste anarchisant qui a vécu sur le dos d’un système bien rodé et bien poli par sa communauté !


  • #1270889
    le 17/09/2015 par jojo
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Je ne connaissais Béart que de nom, mais quand je lis ici qu’il est moyenâgeux, ça me donne envie de creuser direct !!! Merci donc !!!

    Comme dirait le maître :
    "Je suis né même pas batard avec 5 siècles de retard,
    Pardonnez-moi, Prince, si je suis foutrement moyenâgeux"

    Quant à Gainsbourg, pour bien connaître son œuvre malgré mon (jeune) âge, il est évident que son niveau artistique a baissé avec le temps ; les meilleurs titres sont au début de sa carrière et le tournant anglo-saxon qu’il a pris au fil du temps n’a pas laissé beaucoup de bonnes choses.


  • #1270897
    le 17/09/2015 par Liloupop
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Dans la deuxième vidéo il est clair que cette homme est malade. Il soufre de troubles psychologiques prononcés, en plus d’être raide défoncé à on ne sais quel drogue dur.

     

    • #1270931
      le 17/09/2015 par zuleya
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Peut etre es-tu jeune mais Gainsbourg était constamment bourré en public. ..il venait sur les plateaux de télé sale et pas rasé et "on" le laissait faire (sous le regard complice de son coreligionnaire drucker)...il a lancé la vague des incivilités avec coluche.
      Par contre il etait officiellement engagé contre la drogue.
      Le côté artiste incompris qui se perd dans l alcool était du bidon car cela ne colle pas avec le caractère de quelqu un qui cherche à arnaquer sans cesse ses collaborateurs et qui est millionaire...
      C etait un plan com’ ...un artiste insoumis et incompris ca fini comme rimbaud... gainsbarre se foutait du public et des conventions par pur plaisir de la destruction talmudique ..


  • #1270903
    le 17/09/2015 par Komar
    Béart l’anti-Gainsbourg

    En attendant Béart était totalement ringard depuis au bas mot 30 ans alors que Gainsbourg a toujours été au top même longtemps après sa mort (ça vous défrise mais c’est comme ça). Béart c’est un chanteur d’il y a deux siècle, totalement oublié et je suis sur que beaucoup d’entre vous avaient même oubliés jusqu’à son existence avant l’annonce de sa mort. Résumer Gainsbourg à ses emprunts ou ses plagiats est d’une malhonnêteté intellectuelle sans nom. Je ne m’amuserait pas à citer les chansons originales de Gainsbourg qui sont encore des classiques et qui le resteront tant il y en a (écoutez au moins "cargo culte" voire l’album "Melody Nelson" en entier). Certains cul-bénis ici ressassent les mêmes clichés sur Gainsbourg comme par exemple le fait que celui-ci prenait de la drogue. Et bien même pas. Il picolait et fumait mais c’étaient les seules drogues qu’ils prenait mais bon "vous savez ma bonne dame, ce Gainsbourg est un drogué et blablabla..."

    Je me moque comme d’une guigne que Gainsbourg fut un plagieur et je préfère un artiste qui sent la clope et le whisky plutôt que la naphtaline... Bon repose en paix quand même Guy Béart.

     

    • #1271041
      le 17/09/2015 par richard virenque
      Béart l’anti-Gainsbourg

      MELODY Nelson, plus L HOMME A TETE de CHOUX, textes admirables...
      Mais pour la musique, c’est intégralement et sur partitions Jean-Claude Vannier pour la composition et les arrangements, avec l’interprétation géniale et furieusement rock’n’roll années 70 de musiciens de studio anglo-saxons hors-pairs, dont je ne me rappelle pas le nom mais qu’il est facile de retrouver !
      Ces derniers ne devaient sûrement pas être là pour ROCK AROUND THE BUNKER, album génial pourtant dans le choix et l’impertinence du thème, et le parallèle rock’n’roll, mais dont la production semble malheureusement quelque peu bâclée...


    • #1271089
      le 17/09/2015 par monterosso
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Les chansons "originales" de Gainsbourg sont celles dont on n’a pas encore trouvé la source.... il allait fouiller très loin ... chez Katchatourian par exemple...


    • #1271191
      le 17/09/2015 par truc en ski
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Et quand c’est "à la mode", c’est bien ?
      Picoler c’est mieux que de se droguer ?

      Les arguments à 2 balles ... bref


    • #1272347
      le 19/09/2015 par Komar
      Béart l’anti-Gainsbourg

      truc en ski  : Qui te parles de mode ? Gainsbourg a transcendé les modes, ou disons il s’est adapté à elles. Ah ouais, concernant la picole, ça n’est pas un problème car un tocard sans talent mais alcoolique restera un tocard alors qu’un génie créatif même altéré par l’alcool restera un génie. En fait tous ça est assez subjectif et toutes considérations mises à part il n’y a pas de compétition entre des gens comme Béart et Gainsbourg je te l’accorde, on doit pouvoir apprécier les deux. J’aime autant les Stones que les Beatles, tu vois ?


  • #1270933
    le 17/09/2015 par anonyme
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Etrange ! Comment certaines idées , qui n’ont pas le moindre lien avec la 
    réalité,ou le simple bon sens,se présentent à notre esprit, sous des couleurs attrayantes.
    C’est le cas des propos de cet article,où on procède à la comparaison entre
    feu Guy Beart et Gainsbourg . Cela me rappelle un article,publié il y a
    quelques mois , et faisait la comparaison entre Hollande et Che Guevara.
    Bien entendu,la plupart des commentaires ont remis les choses à leurs
    places,tout comme c’est fait,aujourd’hui,pour Guy Beart. Certaines
    personnes,qualifiées par le système mafieux sioniste de"chanteur", n’aurait
    aucune existence sans le jeu des lumières et de la télévision . Y’en a même
    certains,parmi ces pauvres créatures, qui jouent sur les noms,pour aller prendre ceux,à une lettre près,des
    géants de la chanson française . C’est le cas de ceux qui sont allés se
    réfugier derrière le prénom Brel . Inutile de détailler la honte....
    Naturellement,il aurait été beaucoup plus pertinent, de comparer ce dernier
    à ses pairs,tels Brel, Brassens,Bécaud,....
    Mais rendons un vibrant hommage au grand disparu, en disant,comme dirait
    TOLSTOÏ : "Un grand qui disparait,c’est un héros de moins sur la terre,mais
    un martyre de plus dans le ciel ."


  • #1270950
    le 17/09/2015 par Jérémie Delage
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Serge Gainsbourg, Guy Béart, Ashkénaze contre Séfarade (http://www.actuj.com/2015-09/cultur...)... Fric et notoriété à la clef pour les deux.

    Sans surprise, le "pauvre" Béart arrive encore à geindre dans sa belle propriété flanquée d’une Porsche et "de deux bolides allemands dans le garage", avec le petit giton qui va bien (on aime les esclaves chez ces gens-là)...

    À la même époque, d’authentiques talents, créateurs ou interprètes français, ont sombré dans l’oubli. Ils n’avaient pas le même (mauvais) esprit, ni le même entregent...

    Ils portaient des valeurs de grâce, d’élégance ouvragée, de sincérité, de vérité poétique totalement ringardisées par les poseurs d’aujourd’hui, capots soumis aux vanités vulgaires de l’empire judéo-américain...

    À titre d’exemple, la voix puissante du Breton Jacques Bertin :
    - L’invitation au voyage (Baudelaire / R. Wagner) : http://youtu.be/8Xz7iH9efzM
    - La chanson de Tessa (Giraudoux / Jaubert) : http://youtu.be/r-48_ixitgE

    Le Belge Julos Beaucarne :
    - L’hiver : http://youtu.be/6in-qA2G6qU

    Ou même la Lyonnaise Michèle Bernard, tribade gauchiste de talent :
    - Alors c’est fini (évoquant entre autres Gaza et la pédocriminalité) : http://youtu.be/48l73yNmMlc
    - Je t’aime : http://youtu.be/zpaUNM14uKQ

    Dans un style plus "provincial", le Languedocien Jacques Barthes :
    - Un dimanche midi : http://youtu.be/NT5xq9nx2Wo

    Et je ne parle ici que de la musique bourgeoise (au sens étymologique). J’aurais pu évoquer la musique des paysans aux textes sains (attention, citadins, ça pique) :
    - La Chifonnie - La vigne jolie : http://youtu.be/6fgPwGqM5BM
    - Les Troubadours des Bruyères - Les maçons de la Creuse : http://youtu.be/2J-oQ5HyHd8
    - Sébastien Perrin - La valse du Vieux Burron (ou le bon sens paysan) : http://youtu.be/ZALabZC8Bn4

    Ou la musique aristocratique, morte avec Maurice Duruflé dont voici la dernière œuvre, dédiée à sa femme, aux harmonies modales lumineuses, héritières d’une tradition française ininterrompue du plain-chant antique à Fauré :
    - Notre Père : http://youtu.be/pTg8y_HTNqI

    On ne peut même plus comprendre tout ça aujourd’hui...

    Notre cœur fut bon mais la France se meurt. Comme au temps de Jeanne, son salut ne passera que par le retour à Dieu. Nos ennemis le savent, qui nous imposent la "laïcité". Pourquoi les Français ne le comprennent-ils pas ?

     

    • #1271484
      le 18/09/2015 par AF
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Très belle intervention. Jacques Bertin lui-même parle de sa génération comme d’une génération sacrifiée. Les chanteurs francophones de talent n’ont jamais disparu, la route leur a simplement été barrée par des producteurs enclins à ne promouvoir que les médiocres de leur communauté. On en vient même à se demander si Jean Ferrat doit sa célébrité à son talent, réel, ou à son père mort à Auschwitz.

      Quelque chose de similaire est d’ailleurs arrivé dans notre cinéma à peu près à la même époque, avec les mêmes effets désastreux.

      Je me permets d’ajouter à votre exposé une autre dimension de notre tradition musicale française : l’art quasiment défunt de l’improvisation en musique classique. Ici, le fautif est à chercher outre Rhin chez le dirigisme et le rigorisme allemands. Les Allemands, peuple génial mais d’une autre manière, ont une mentalité s’accordant mal avec la spontanéité de l’improvisation.

      L’un de nos grands compositeurs, qui était aussi l’un des grands maîtres de l’improvisation, Camille Saint-Saëns a dit à ce sujet : "l’improvisation, gloire de l’École française, a été dans ces derniers temps battue en brèche, de par l’influence de l’École allemande. Sous prétexte qu’une improvisation ne saurait valoir les chefs-d’œuvre des Sébastien Bach, des Mendelssohn, on en a détourné les jeunes organistes."

      Voici une de ses improvisations :
      https://www.youtube.com/watch?t=2&a...


    • #1271541
      le 18/09/2015 par Monterosso
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Ferrat doit une grande partie de son talent à Aragon, Gougaud, Senlis... etc... et ce talent ne s’est jamais vraiment remis de la mort d’Aragon.


  • #1270996
    le 17/09/2015 par ahbon
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Autrefois un artiste était davantage de la classe d’un Béart que d’un descendant d’usurier fuyant perpétuellement les nations un peu trop autoritaire sur les questions d’inceste, de pédophilie et de pornographie...


  • #1271047
    le 17/09/2015 par ras
    Béart l’anti-Gainsbourg

    béart de sont vrai nom behar descendant d’expulsé d’Espagne (marrane ou morisque) peut être en ça que ça passé pas avec ginsburg


  • #1271065
    le 17/09/2015 par Rip
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Ces deux grands artistes ne sont pas comparables. Béart faisait de la chanson, Gainsbourg de la musique.


  • #1271071
    le 17/09/2015 par kabouli
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Gainsbourg qui n’est pas grand chose - a part l’excellent "poinçonneur des lilas je ne vois rien - mais il vaut largement Béart et sur la question des arts mineurs il n’a pas la grosse tête. Brassens n’est pas Beethoven quoiqu’en disent des agités du bocal démagogiques comme Ferré et Beart. Plus haut un intervenant souligne qu’il n’en a pas toujours été ainsi et que le peuple grec chantonnait Homère.
    Il n’en reste pas moins qu’il est fallacieux de comparer les belles choses . On peut chantonner Wagner mais "mort au gorille " ne résiste pas à l’orchestration. Brassens en était conscient lui-même comme Gainsbourg. Brel tenta l’aventure et l’impasse avec Don Quichotte.

     

    • #1271289
      le 17/09/2015 par monterosso
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Brel n’a pas écrit "l’homme de la Mancha"... c’est une comédie musicale américaine.


    • #1271476
      le 18/09/2015 par kabouli
      Béart l’anti-Gainsbourg

      @monterosso...autant pour moi concernant "l’opéra " de Brel. C’est tout à son intelligence d’avoir évité de rendre la musique classique populaire. D’autant que la musique populaire ne l’est plus depuis que les médias s’en sont emparée.


    • #1271492
      le 18/09/2015 par AF
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Je ne sache pas que quiconque ait prétendu que Brassens soit comparable à Beethoven. C’est la vieille technique surannée du démagogue à court d’arguments qui attribue à ses contradicteurs des inepties qu’ils n’ont point proférées. Je ne sais pas ce qu’est "Mort au gorille," mais plusieurs disques instrumentaux des chansons de Brassens ont été édités (dont deux de très bonne facture), et ses mélodies résistent très bien à l’orchestration. Chantonner des airs aussi lourds que ceux des grands rôles wagnériens, je suis beaucoup plus circonspect.

      Le génie musical de Brassens ne réside pas dans la complexité de ses mélodies (loin d’être simplistes ceci dit), mais dans sa capacité, rarement égalée, à préserver le rythme naturel du vers.

      Quant à Ferré, qu’il fût ou non un agité du bocal (dans ses dernières années il affichait une attitude presque aussi insupportable que celle de Gainsbourg), il présente l’intérêt, rare chez les auteurs de chansons populaires, d’avoir également touché à la "grande musique". Son oratorio a été joué trois fois par l’orchestre philharmonique de Monte-Carlo, une fois par l’orchestre national de France, a été chanté par Camille Maurane, peut-être le plus grand baryton martin du vingtième siècle. Il a dirigé lui-même le philharmonique de Monaco et l’orchestre symphonique de Milan, deux des plus prestigieux orchestres du monde. Ces dernières années, il y a une tendance chez les chanteurs lyriques (Patricia Petibon, Marc Boucher...) à intégrer ses chansons au répertoire.

      Quand il dit qu’il n’y avait pas pour lui de petite ou de grande musique, son CV confère à son avis un peu plus de valeur qu’à celui de Gainsbourg.


    • #1271539
      le 18/09/2015 par Monterosso
      Béart l’anti-Gainsbourg

      En revanche "Les timides" de Brel s’inspire fortement d’une étude de Paganini dont j’ai oublié l’opus.


    • #1271652
      le 18/09/2015 par kabouli
      Béart l’anti-Gainsbourg

      monsieur AF ! Merci pour ma démagogie . « que quiconque ait prétendu que Brassens soit comparable à Beethoven » Cest pourtant ce que prétendent Béart et Gainsbourg dans leur polémique « art mineur art majeur ». Ce n’est pas moi qui invente ce débat. J’ai l’impression que vous n’avez pas compris de quoi il était question et que vous projetez sur les autres vos propres lubies .
      Pour ma part je ne pense pas que la chanson soit de l’art…. même mineur. On peut l’assimiler à de l’artisanat . Ce n’est dont pas moi qui compare ces deux activités humaines mais Béart et Gainsbourg. Souvent de grands chanteurs classiques s’essaient à la chansonnette ce n’est pas pour cela à mon avis qu’on puisse comparer ces musiques. Ces chanteurs médiatiques qui s’essaient à l’opéra ressemblent à leur collègues qui veulent faire du cinéma sous prétexte que dans la chanson il y a une part de comédie. Souvent cela donne des catastrophes bien que le cinéma selon certains ne puisse lui aussi être comparé à un art.


  • #1271140
    le 17/09/2015 par christiane
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Ce qui me gêne dans cet article est son côté maladroit et manichéen, le fait de confronter deux artistes aux antipodes à partir d’un clash sur un plateau télé, partant de points de vue qui ne font que refléter leur personnalité et leur vécu, encensant l’un et accablant l’autre.
    Gainsbourg a confié plusieurs fois que sa véritable vocation était la peinture mais qu’il avait renoncé car ce qu’il faisait n’était pas à la hauteur de ses exigences.Sa vision de la chanson comme art mineur, en comparaison de la peinture, ne pouvait que faire sursauter Béart, amoureux absolu de la langue, authentique poète à l’instar d’un Brassens (dixit Hugues Aufray).
    Il n’empêche que Gainsbourg était autrement complexe que l’image qu’ont voulu en donner, ou qu’il a voulu donner, aux medias.Le journal Rivarol avait un jour titré "Gainsboug est-il vraiment tout noir ?", lui qui avait envoyé un chèque à la famille d’un policier assassiné,qui avait toujours refusé d’écrire pour Montant par respect pour sa famille russe émigrée, parce que celui-ci était communiste. Il ne s’est jamais fendu de critiques contre le Pen, à une époque où cela était la furia chez les saltimbanques. Et il ne me semble pas pas non plus qu’il ait jamais mis en avant sa judéité. Sur le plan artistique enfin, il a donné quelques très belles oeuvres.
    Pour ce qui concerne Béart, pour moi rien à dire artistiquement dans un tout autre style, très profond, subtil et visionnaire, adepte de la métaphore. Je le préfére amplement à Trénet. Mais comme ses chansons ne le laissaient pas présager, il était aussi socialo très politiquement correct, à l’image de sa fille Emmanuelle.


  • #1271141
    le 17/09/2015 par franckbenoit
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Vous traitez de pédophile un auteur qui a écrit "l’amour que nous ne ferons JAMAIS ensemble". Vous savez lire bande de débiles ?
    La vérité est dans ce texte, écrit pour rester, et non dans vos délires de paranoïaques antisémites.
    Bref, Serge Gainsourg n’a jamais couché, ni avec Charlotte, ni avec Lulu Gainsbourg. Est-ce que tu peux enfoncer cette réalité dans ta tronche de pédéraste antisémite ?
    Serge gainsbourg était juste un musicien russe comme polnareff... pauvre débile.

     

    • #1271235
      le 17/09/2015 par zuleya
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Si tu ne vois pas que cette chanson " lemon incest" est une idealisation de l inceste et qu il y a un problème qu un père de famille de 60 berges fasse chanter à sa fille (qui ne comprenait pas le sous entendu selon ses dires...) ce genre de textes il faut que tu fasses reviser ton cerveau l’ami...Et visionne le clip suggestif avec de la transgression immorale à deux boules si tu as encore des doutes.
      Évidemment qu il allait pas non plus la prendre en levrette chez drucker sa fille, il aurait été mis en taule...
      Et en ce qui concerne la pédophilie renseigne toi sur la fin de sa vie et avec qui il avait trompé bambou...La jeune fille a aujourd’hui écrit un livre...


    • #1271592
      le 18/09/2015 par V
      Béart l’anti-Gainsbourg

      merci a toi !! entièrement d’accord......


  • #1271424
    le 18/09/2015 par anonyme
    Béart l’anti-Gainsbourg

    E&R, ouvre grandes ouvertes ses portes aux débats. Cette ouverture
    correspond à l’âme pure de ses valeureux fondateurs : Soral et ses compagnons . Un débat contradictoire,ou mieux, dialectique, ferait avancer
    et approfondir les idées qu’on se fait d’un tel ou tel thème . Ça n’a rien à voir,
    bien entendu,avec les débat des abrutis, où domine le vice de"bni oui oui". 
    Mais pour ce débat ci, sur feu Béart et Gainsbourg, il est des gens qui
    veulent,contre toute évidence, faire pencher la balance côté Gainsbourg.
    C’est un instinct de caste...
    Qu’on soit clair, il ne s’agit pas d’un choix entre la haine et l’amour,pour
    différencier ces deux personnages . Non,il s’agit,plutôt, de dire à quels
    mondes ils appartiennent . L’un d’eux, Béart, fait de l’art, sans avoir besoin de
    tapage de la télévision,ni du jeu hystérique des lumières qui va avec.
    L’un fait de l’art,l’autre fait un autre métier, qu’on peut appeler comme on voudra.
    Il est bon,et beau, de rappeler que le géant Kant a dit,à propos de l’art ce qui suit : "L’art ne veut pas la représentation d’une chose belle mais la belle représentation d’une chose". Tout est dit .

     

    • #1271873
      le 18/09/2015 par Thierry
      Béart l’anti-Gainsbourg

      Haha cher "anonyme", pour quelqu’un appréciant les débats contradictoires vous semblez bien péremptoire concernant les avis divergents du vôtre. D’une part il ne s’agit pas de faire pencher la balance mais de partager ses idées, et si possible en maîtrisant le sujet... D’autre part j’aimerai bien savoir de quelle caste vous parlez concernant les camarades qui n’ont pas un point de vue blanc/noir sur le sujet (reconnaissant les talents de l’artiste Gainsbourg en dépit des excès du personnage médiatique Gainsbarre). Votre commentaire suinte la suffisance de celui qui est coincé dans ses certitudes (ou son idéologie), et je suis persuadé que vous n’y connaissez rien ni à la Musique, ni à Gainsbourg (ni même à Béart d’ailleurs). Contre toute évidence le fait de citer Kant ne rend pas plus cultivé pour autant...


  • #1271545
    le 18/09/2015 par Monterosso
    Béart l’anti-Gainsbourg

    Une jolie chansonnette de Gainsbourg (pour J.Claude Pascal) qui, hélas, sent un peu trop le dico de rimes :
    https://www.youtube.com/watch?v=OkN...


Afficher les commentaires suivants