Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Nos très chers chanteurs

Les Français ne peuvent pas se passer de chansons. La cote d’amour des chanteurs n’a pas changé malgré la crise : si le public achète beaucoup moins de disques, il va beaucoup plus aux concerts, dont les tarifs ont connu un bond digne des spéculateurs boursiers.

On ne parle pas de bourse par hasard : dans ce métier, les cotes vont et viennent au gré des modes, des humeurs du public ou des médias, et bien sûr, de la qualité intrinsèque des artistes et de leurs chansons. Même si quelques dinosaures traversent les époques et les modes dans trop souffrir… au niveau du porte-monnaie. On pense à JJ Goldman et Johnny.

 

JPEG - 90.2 ko
Johnny, français jusqu’au bout des ongles

 

On donne l’impression de focaliser sur l’argent ? Mais le showbiz EST un système qui transforme des chanteurs – même mauvais – en monnaie : le showbiz ne pense qu’à l’argent, rarement à l’Art ; sinon, ça se saurait. D’ailleurs, les véritables artistes dans ce domaine résistent (difficilement) au showbiz, avec ses principes de formatage au goût du public et de promotion radio-télé. Faire la couv de Closer ou Voici avec une histoire de cul (plus ou moins bidonnée) pour rester dans l’esprit du consommateur, c’est l’équivalent d’une campagne d’affichage gratuite. La grande peur de la majorité de nos chanteurs et chanteuses (mais on ne va pas répéter son pendant féminin à chaque fois, on n’est pas chez les LGBT ici, on leur laisse cette lourdeur syntaxique), surtout ceux qui sont préfabriqués, c’est de passer de mode, devenir ringard, has been, pour finir dans la troisième partie larmoyante de Salut les Terriens, l’émission où Thierry Ardisson humilie un « nobody » ou un « ex-people ».

Question d’argent, et d’amour aussi. L’amour du public n’est pas rien, et peut pallier le déclassement, accompagner pendant une traversée du désert, même si on a rarement vu des chanteurs oubliés en revenir en bon état. C’est la différence avec les arts moins légers, au sens que donnait Gainsbourg à la musique populaire : en peinture, en sculpture, l’avis du public ne change pas fondamentalement la création. Le public adhère, ou pas. Le peintre crève, ou pas. La chanson en milieu capitaliste, elle, doit plaire, et doit plaire aujourd’hui, pas demain.

 

JPEG - 97.8 ko
Gérard Manset, auteur, compositeur, interprète

 

C’est pourquoi on en arrive à un certain illogisme, voire une aberration, en matière de tarifs. Aller voir sur scène un chanteur d’expérience, qui a une longue carrière, des succès et un passage à vide, reviendra toujours moins cher qu’un Zénith ou un Bercy de la dernière chanteuse qui cartonne après un seul tube bombardé sur NRJ. Parce que c’est la demande qui fait le prix. Et les staffs marketing des chanteurs au top savent gérer cette demande, faire monter les enchères, en jouant avec la rareté des apparitions. Comment être à la mode, c’est-à-dire au croisement exact de l’offre et de la demande ? Il y a ceux qui rament longtemps, et qui voient la fenêtre s’ouvrir un jour, sans trop comprendre pourquoi ni comment. Et ceux qui sont tout de suite dans le « move », dont la voix, le son, les compositions, l’inspiration, correspondent soudain au goût du jour, sans avoir rien calculé. Zaz est de ceux-là.

Succès fulgurant, quasi-exponentiel, traversant les étages, qu’on met habituellement dix ans à franchir, comme une fusée, et arrivant tout en haut, à côté des plus grands. Après, durer, devenir Johnny, c’est une autre histoire. Si coller au goût du public devient une obsession, en général, les cartonneurs sont mal barrés. Zaz a d’ailleurs été si violemment formatée depuis ses débuts, qu’on se demande s’il lui reste encore une once de décision. Et les sorties de route ont commencé à se multiplier : contrefaçon du tube des Poppys Rien n’a changé, clip Paris sera toujours Paris surproduit destiné à élargir le marché à l’export, histoire de changer Zaz en Piaf pour jeunes et pour touristes…

 

 

Ceux qui l’ont vue il y a deux ans apparaître dans une robe de vieille bourgeoise, véritable sabotage d’habilleuse ou choix marketing douteux, auront compris que la Zaz des débuts était morte. Pour une fois qu’on détenait une voix venue d’en bas, loin des pistonnées (dans tous les sens du terme) et des « filles de »… Désormais entre les mains du tout-puissant showbiz, elle a perdu les manettes de sa carrière, mais elle engrange. En 2013, c’était déjà la plus demandée, avec des propositions de cachet à 150 000 € l’unité. Tout en étant la reine des refus. Et à ce niveau de cachet, quand on refuse, le cachet monte encore. À part Noah (le père), personne ne fait mieux aujourd’hui, sinon Johnny, à 200 000 € la soirée en tournée (contre 600 000 € en gala ou festival), et JJ Goldman, dit Le Parrain, mais qui a raccroché les gants. Même pas Christophe Maé, qui ameute les foules et touche dans les 100 000 €. Alors, le petit concert privé de Zaz à 40 000 €, comparés à ses 3 millions d’euros de revenus en 2013, c’est de la petite bière. Mais elle a encore un peu de chemin pour rattraper Mylène Farmer, reine des revenus et du marketing musical français, un pur produit à la Madonna, sans grand talent d’interprète ni de compositrice particulier, donnant un peu de rêve à un public peu versé dans la véritable création musicale. Ne pas composer ses textes ou ses musiques n’ayant pas empêché Johnny de trôner sur le showbiz français depuis cinquante ans.

Son complémentaire, qui a d’ailleurs écrit l’album qui le verra « revenir » (Gang et ses tubes en 1986), lui le phénix de la chanson dite française, c’est JJ Goldman, ou Goldman Sr. On est obligé de préciser car le fils s’est aussi lancé dans la composition, avec plus ou moins de succès, mais surtout dans la production. Le père, lui, est le fournisseur officiel de hits, devant Barbelivien et Delanoë (l’homme aux 5 000 chansons, mort en 2006), les deux derniers touchant des générations moins contemporaines. Ces trois-là sont les rois de la SACEM (Pierre Delanoë en a été le président), société qui récupère et redistribue les droits d’auteur selon un calcul interne qui avantage les riches sociétaires.

 

JPEG - 98.6 ko
Pierre Delanoë : « Pour moi c’est pas de la musique, c’est des vociférations, des éructations (…) J’admets que le rap soit une forme d’expression pour des gens primitifs qui ne sont pas capables de faire de la musique, qui ne savent pas ce qu’est la musique… »

 

Une gifle qui n’a pas empêché Maître Gims, issu de la bande des Sexion d’Assaut, de toucher plus que Zaz en touchant un nouveau public, extrêmement jeune, et très demandeur d’un rap gentil à la française avec des rimes étranges. Son cœur de cible ? Les 8-12 ans, puisqu’il faut parler comme ça. Vous n’entendrez jamais Gims, dont les textes sont affligeants, proférer un gros mot à la Booba. Il se ferait tirer l’oreille par sa prod. Booba, autre très gros vendeur : de disques, mais aussi de téléchargements légaux. Comparé à Victor Hugo par le magazine masculin GQ, qui n’a aucun humour, Booba semble séduire plus par son aura violente (altercations avec La Fouine puis Rohff), son look à la Fifty Cent et son Hummer américain, que par ses textes qui vantent l’individualisme consumériste capitalistique. Une image de la réussite que les banlieues ou les quartiers, au choix, apprécient. Après ce petit détour par le rap commercial, le cas Goldman.

 

JPEG - 61.5 ko
Jean-Jacques en 2015

 

Goldman ne monte plus sur scène. Ses chansons écrites pour les uns et les autres, dont Les Enfoirés qui égayent les Restos du Cœur, suffisent à son bonheur. Au-delà de la polémique vieux/jeunes autour de la chanson Toute la vie qui affole toute la presse, un collectif de chanteurs (on n’a pas dit « artistes ») a repris fin 2012 ses tubes dans Génération Goldman. Résultat : 800 000 exemplaires, et un petit sourire de Jean-Jacques, qui encaissera un million d’euros de droits d’auteurs. Il devient à l’occasion de cet album de reprises la personnalité préférée des Français en 2013. Gagner de l’argent en écrivant des chansons n’est pas interdit : les passages radio des chansons écrites par ses soins, chantées par lui-même ou par d’autres (plus de 50 interprètes à ce jour), lui rapportent jusqu’à 17 000 € par jour en 2013, soit 6 millions d’euros par an. D’autres calculs, pour 70 chansons diffusées sur les ondes au quotidien, arrivent à seulement 2 millions d’euros.

Avec ces tubes, le magicien a lancé, et sauvé, bien des carrières : Gérald de Palmas en 2001, avec un album estampillé JJ et vendu à près d’un million d’exemplaires, quand le CD se vendait encore, à l’époque de la préhistoire, avant Deezer et Spotify. À propos, l’ex-secrétaire de Gérald, un certain Grégoire, deviendra le gros carton de l’année 2008 chez MyMajorCompany, la boîte de crowdfunding de Michael Goldman (le fils de Jean-Jacques) et de Sevan Barsikian (de la famille de l’avocat de Jean-Jacques) ; et Joyce Jonathan, pouliche de MyMajor et future copine du fils Hollande, sera le carton de l’année 2010. Tout ça sous le regard bienveillant de Jean-Jacques, qui saura placer le fiston sur orbite, en lui écrivant une chanson pour Yannick Noah, que son fils signera à la SACEM… Pour la petite histoire, Stéphane Courbit injectera 3 millions d’euros dans ce business en 2009, et sera imité en 2013 par Arthur, qui espère y développer un pôle Humour. Le premier qui rigole…

 

JPEG - 42.5 ko
Jean-Jacques chante ici Sacem je t’aime, son plus gros tube

 

JJ se fait dans les 10 millions d’euros les années où il sort un album (sinon la moitié), et avec ce que le fisc lui laisse (abattez 50 à 70 %), il achète des lots d’appartements ou un hôtel particulier, comme celui des Schlumberger dans le prestigieux VIe parisien. Tout en vivant modestement à Marseille, au milieu de ses guitares et piano. C’est son frère Robert qui gère la partie comptable de sa carrière. Chez Sony, les frères Goldman ont négocié un pourcentage jamais vu de royalties sur les albums et les chansons : plus de 30 %, contre 8 à 15 % pour les autres artistes. D’après un de nos informateurs, quand JJ cible un interprète, il regarde d’abord « qui vend le plus ». Souvent sollicité, ses chansons sont rarement refusées.

Mais le monde de la musique ne se limite pas à JJ Goldman. Il y a les autres : les grands, les moyens et les petits, les vieux et les jeunes, les cartons et les has-been. La décrue du disque, heureusement compensée par le boum de la scène, permet à une génération d’artistes plus « live » que studio d’émerger. Même si c’est toujours le sempiternel tube qui permet de remplir, au début, et de griller les étapes. Pour un Gérard Manset qui fuit le showbiz et son formatage comme la peste et le choléra, combien de chanteurs courent après le cachet ! Parfois, un nom peut faire gagner du temps. Ainsi, le fils Dutronc, honnête guitariste « djangoreinhardtien », ne vivra pas la galère qu’aura connue, par exemple, Florent Pagny. Une galère qui permet en revanche d’encaisser coups durs et critiques. Thomas Dutronc, ce produit très médiatique, bénéficiant de l’aura quasi-intacte du père, grimpera rapidement à 80 000 € la soirée. Un produit « neuf » à comparer aux 25 000 € d’un Frédéric François pour un gala. La fourchette 20/30 000, c’est le tarif pour attirer dans une salle de 2 à 3 000 places une vieille gloire de la chanson, qui vieillit avec son public. Ce sont les tourneurs qui organisent ces tournées, prenant 20 % du budget en passant. Le reste partant en « prod » : location de salle, transport, repas, hôtellerie, et petits à-côtés sur lesquels nous ne nous étalerons pas.

 

 

Si tout le monde doit manger, et si tout talent mérite rémunération, ce sont en général les gros cachets des artistes mode qui posent problème, aux journalistes et au public. Le cas Stromae a secoué la presse lyonnaise à l’été 2014. Proposé au milieu d’une alléchante affiche des Nuits de Fourvière, le chanteur dont tout le monde parlait il y a un an, jusqu’à l’overdose parfois, a touché 90 000 € pour venir chanter dans les arènes romaines. Il est vrai que le budget total du festival, avec les 3,5 millions d’euros du Conseil général du Rhône, s’élève à 10,5 millions d’euros, dont 2 millions de mécénat et 5 millions de billetterie. Les 60 soirées comprenant 180 concerts attireront 142 000 spectateurs sur deux mois. Et une affiche de plus en plus grosse, dont l’image internationale rejaillit sur la ville de Lyon.

Pourtant, on est loin des tarifs des stars internationales : 500 000 € pour Lenny Kravitz, qui ne peut donc pas jouer dans une jauge de 3 000 places à 40 € la place. On ne le voit donc en France que dans les grands festivals. Quand Muse est passé au festival des Vieilles Charrues en 2010, le groupe a obtenu officiellement un million d’euros. 20 fois plus que le très intimiste mais très décoré Benjamin Biolay, qui cachetonne à 50 000 €, au niveau d’un Bernard Lavilliers, rescapé des grandes fêtes du Parti socialiste des années 80, mais au répertoire toujours vivant. À l’étage du dessous, on arrive aux Wampas, pour qui il faudra débourser 35 000 €. Et encore plus bas, 10 000 € pour les stars des années 80 du type Herbert Léonard, Julie Pietri, Jean-Luc Lahaye ou Natasha St-Pier, devenue l’animatrice musique du dimanche sur France 3. Et tout en bas, à la cave, les déchets de télé-réalité, qui prennent 3 000 à 5 000 € pour une exhibition en boîte de nuit avec petit tour de chant en playback, tout de suite après leurs passages télé. Parce qu’après, ça baisse sévèrement.

 

JPEG - 132.5 ko
Loana chante Tous aux abris !

 

Le disque étant en voie de disparition, l’écoute quasi-gratuite, la tendance générale est à l’inflation et à la promotion scéniques : si le public se précipite toujours pour voir ses animaux préférés en concert, parfois, le prix des places fait reculer. Ce sont alors les municipalités qui prennent le relais, offrant à leurs administrés un spectacle, pour des raisons culturelles, ou politiques. Au risque de produire du mécontentement, chez les pauvres ou les opposants. Voilà pourquoi Stromae a pu prendre 90 000 € à Lyon en 2014, et le DJ désormais international David Guetta 250 000 € en juin 2013 à Marseille, dans le cadre de l’année Capitale de la Culture… Si les Marseillais ont critiqué le tarif jugé trop élevé du ticket (entre 44 et 59 €), on est loin de la fourchette 68-99 € de la tournée Bruce Springsteen, un des artistes les plus chers du monde. Mais largement au-dessus de Guetta, qui n’a jamais composé la moindre chanson (il achète des compos à des musiciens et met son nom dessus, comme Gainsbourg, histoire de toucher les droits). C’est pourquoi les fans désargentés ne peuvent voir les dinosaures que dans le cadre des festivals, véritables « packs » promotionnels, grâce à des billets qu’on peut acheter un an à l’avance (merci pour la trésorerie), avec des affiches qui fluctuent jusqu’au dernier moment… Mais avec paiement possible en plusieurs fois !

La multiplication et le gigantisme des scènes et des programmations, qui se font la guerre à coups de « name dropping », ne sont pas terminés. Le bon côté de cette évolution, c’est l’avantage donné aux vrais chanteurs ou groupes vivants sur les « produits » du showbiz. C’est ainsi qu’on a vu disparaître progressivement Vanessa Paradis, dont les shows n’étaient pas à la hauteur des cachets.

Garnir sa discothèque avec Kontre Kulture Musique :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1132066
    le 02/03/2015 par mik ezdanitoff
    Nos très chers chanteurs

    Les articles de la rédaction d’E&R sont jouissifs.
    Le mieux reste de boycotter toutes ces daubes,ainsi que la radio.
    Mais QUI est capable d’avoir ses goûts propres sans tenir compte des modes ?personnellement j’écoute du Wagner du Die verbannten kinder evas...je n’ai jamais entendu une seule note de "zaz"et je n’y tiens pas.


  • #1132081
    le 02/03/2015 par Bananonyme
    Nos très chers chanteurs

    Bon boulot !

    Ça fait peur... et je me demande bien comment on pourra en sortir...


  • #1132083
    le 02/03/2015 par Sisso92
    Nos très chers chanteurs

    Je comprends pas pourquoi on s’acharne sur les artistes qui gagnent beaucoup d’argent... Bon yen a certains qui sont nuls et qui le mérite pas... Mais le succès à long therme n’est pas là pour rien !!! Vous regardez un Christophe Maé, ces concerts sont magnifiques, sa voix est original et ses chanson sont aussi très bien... Alors pourquoi le critiquer parce qu’il touche 100 000€ pour un concert privé ! C’est normal ! Pareil pour un jonnhy ou une zaz ! Moi je pense que ceux qu’on devrait critiquer sont ses artistes qui gagnent un max d’argents en france et qui reparte à l’étranger ! Comme Noah par exemple ! Zaz, Christophe Maé, eux, travaille en France et paient un max d’impôts... Mais bon ce sont des gens qui sont fier d’être français et on devrait plutôt les remercier que les critiquer...

     

    • #1132195
      le 02/03/2015 par Irchad
      Nos très chers chanteurs

      L’article ne me semblait pas si critique. Lucide, oui. Je n’ai pas lu de jugement de valeur sur beaucoup d’artistes cités. Simplement une certaine ironie sur le rendement dément de l’industrie Goldman (qu’on peu apprécier par ailleurs) et le formatage de certains.


  • #1132130
    le 02/03/2015 par Marthe
    Nos très chers chanteurs

    On a qu"une seule vie , une toute petite vie qu’il nous faut remplir. La question est avec quoi tu la remplis avec une conscience ou des billets de dollars emportés par le vent ? ...

     

    • #1132316
      le 02/03/2015 par Substance2004
      Nos très chers chanteurs

      Très bonne remarque Marthe...

      Le magazine Platine s’était demandé dans un vieux numéro sur les années 80 si les stars du Top 50 étaient plus pour les jeunes ou pour les vieux car ils pouvaient aussi bien figurer sur un numéro de Télé 7 Jours que de Salut !

      Avec un ras de marée de baby boomer, le concert du 1er anniversaire de Salut les Copains a même surpris son PDG de l’époque : Daniel Fillipacci.

      À partir des années 60, l’argent de poche et les loisirs pour les enfants aidant, le marché a beaucoup tâtonné dans ce nouveau marché.
      On n’a pas manqué de bides durant ces années comme l’atteste l’intéressant site bide et musique.

      Depuis les années 90, sont arrivées les musiques très formatées comme celle de C. Dion, P. Fiori ou H. Segarra.
      Le marché était rodé.
      C’est très certainement grâce à "la nouvelle chanson française" des années 70 (V. Sanson, M. Berger, M. Jonasz...) que l’on doit ce formatage mélodique.
      J-J. Goldman a très certainement une solide formation classique pour savoir comment trouver la mélodie qui marque les esprit comme l’aiguille sur un disque. Contrairement à des artistes très innovants, JJG ne peut imputer son talent à un son particulier. Les albums se suivent et se ressemblent, le défaut des français prêtant - à mon sens - trop attention aux paroles et pas assez à la musique (d’ailleurs la polémique de "Toute la vie" de JJG tient sur les paroles, pas sur cette musique atroce).

      Pour moi la musique populaire ne l’est plus avec ces horreurs d’albums de reprises par les jeunes chanteurs de Goldman ou de Renaud qui passent en boucle dans les supermarchés.

      Si auparavant une composition pouvait paraître originale, elle ne l’est aujourd’hui plus et il ne reste que l’interprétation et la réalisation pour faire la différence.

      Maintenant que tout ces hymnes droit-de-l’hommistes (ex : Né quelque part de M. Le Forrestier) voir consuméristes sont dans tous les esprits, reste pour les parents à choisir les classiques pour leurs gamins : Mozart, Bach ou Beethoven, ou Goldman, Johnny et Farmer.

      J’ai choisi.


  • #1132140
    le 02/03/2015 par anony
    Nos très chers chanteurs

    Jean-Louis Murat est un des rares à dire ce que tout le monde pense tout haut et sait dans le milieu musical ; que johnny et goldman plombent tout le métier en France, et que les "enfoirés" sont un système totalitaire, tributaire du bon vouloir de 2 ou 3 personnes....
    Finalement, Goldman (l’homme d’or !) n’est sans doute pas différent d’un booba, à savoir obsédé par le pognon....
    Pour le rap, ce n’est pas de la musique, plus un moyen d’expression, disons (moyen, sinon mauvais), et je n’y vois qu’une ou deux belles "plumes" depuis nombre d’années ( shuriken de IAM, et FABE, ancienne révélation, maintenant marié au canada, je crois..)

     

    • #1132390
      le 03/03/2015 par Jil
      Nos très chers chanteurs

      Fabe, à l’université de Médine en Arabie, apprend sa religion, depuis quelques années.


    • #1132498
      le 03/03/2015 par ahbon
      Nos très chers chanteurs

      Fabe, à l’université de Médine en Arabie, apprend sa religion, depuis quelques années.




      lol
      Fabe résume à lui seul dans ce que tu dis, l’évolution de tout rappeur un tant soit peu meilleur en texte et utilisant des mots en français pour écrire une sorte de chanson rap qui pourrait ressembler à des chansons françaises, qui en fin de route ( ou en perdition totale ?) se tourne vers une histoire de ses "origines"( ahbon il n’est pas français fabe ?) pour terminer en ennemi du pays qui lui a offert la plus belle pensée et langue du monde, comme quoi les allogènes ne sont vraiment pas intégrables dans un pays dont la souche est différente culturellement, religieusement (je ne parle évidemment pas de la franc-maçonnerie et de la juiverie internationale de la finance destructrice de nations)


    • #1132990
      le 03/03/2015 par Moi, Peter Sellers
      Nos très chers chanteurs

      Avant que Vatican 2.0.. renonce à l’uniformité que symbolisait l’usage unique du latin comme langue liturgique (la Messe latine traditionnelle).. ça t’aurais peut etre paru normale que l’Islam est en son centre un ouvrage révélé qui est le Qur’an en langue arabe, langue universelle car véhicule d’un message universelle (comme le fut en son temps la langue liturgique ?)..

      L’apprentissage en immersion totale dans un pays arabophone, en plus dans la ville du prophète (psl), ville réputée pour être encore protégé des ravages de la « modernité ».. Médine c’est pas Ryad la capital des wahabosaoudistes, renseigne toi..

      Tu ne connait peut-être pas ta propre religion et ni notre héritage millénaire. c’est pour ça que tu fait ce genre de remarques médiocre aujourd’hui sur la religion d’autrui (hypothèse à « introspecter » sérieusement).. tu comprends peut-être rien.. et imagine si tu tirais de la fierté à être innocent ? Critiquer la religion d’autrui n’est pas anodin quand on connait rien..

      Il serais allé à New York pour améliorer son « flow » t’aurais surement acquiescé devant la logique marchande de la démarche ? C’est qui le vendeur de tapis dans cette histoire ?


    • #1133612
      le 04/03/2015 par Fonky Town
      Nos très chers chanteurs

      Murat : ah, merci, je pensais à lui, à Manset aussi, et à Belin, à Anne Sylvestre, etc. en lisant l’article, bien foutu.
      Et aussi à toute la cohorte de ceux reconnus comme "groupe" mais qui sillonnent le territoire et écument nos petites scènes à taille humaine, à des tarifs hyper décents. J’achète volontiers le CD, auto-produit de préférence, dans ces cas-là (quand j’ai les ronds, je veux dire), par sympathie comme par goût. Il faut dire que je fuis les concentrations hyper-grégaires et, qu’il y a donc peu de chances que je voie de fameux dinosaures.

      Sinon, le rap est bien sûr de la musique même si l’interprète ne module pas de notes. La musique naît avec le rythme, c’est son fondamental, il faut le rappeler.
      Et même, il existe des courants extrémistes (musique "industrielle" - la vraie - avec "solo de perceuse") qui dynamitent ça, mais, comme toujours, un peu aussi pour prendre pour la pose devant le photographe ; du moins atteint-on des limites, ce qui est toujours instructif. Bref. Alors, chant ou pas chant, peu importe dans le rap.

      Sans m’extasier, j’admire le talent et la créativité d’un Fabe, la chanson française serait plus pauvre s’il avait gardé pour lui ses compos (alors qu’avec - bip -, - bip - ou - bip -, ça change rien). Et j’apprécie pas mal Oxmo (Puccino) ; il l’a pas vraiment recherché mais il fait bien la jointure entre chanson des anciens et rap des modernes. Dommage aussi qu’un MC Solaar, prometteur au début des 90’s, se soit si vite perdu.


    • #1136842
      le 10/03/2015 par M
      Nos très chers chanteurs

      @ahbon Fabe est antillais par ses deux parents et n’est pas musulman de naissance alors tout votre joli discours tombe à l’eau malheureusement. Et il vit bien au Canada où il a étudié les sciences islamiques et non pas à Médine comme dit plus haut ...


  • #1132226
    le 02/03/2015 par Lars Larsen
    Nos très chers chanteurs

    Très intéressant ! Il faut aussi souligner le mode de fonctionnement de l’industrie musicale, qui est de plus en plus calquée sur les autres business, avec de gros joueurs qui mangent toute la concurrence... Là aussi on voit l’apparition de monopoles, comme le géant Live Nation (Madonna, etc.) qui veulent contrôler tous les aspects de la carrière des artistes, de la scène aux albums, en passant par l’image et le marchandising. C’est le NOM appliqué à l’industrie musicale en somme : le contrôle total dans les mains de quelques-uns qui décident de tout... et qui empêchent les artistes sincères et honnêtes de pouvoir percer et vivre de leur art.


  • #1132245
    le 02/03/2015 par Desguarde
    Nos très chers chanteurs

    Concernant Goldman, personnellement, je n’aime que sa musique des années 80 et début 90 ; et je déteste ce qu’il fait depuis 20 ans.

    Pourtant, là où je respecte le plus l’homme, c’est que c’est un des seuls, il y a quelques années, a avoir pris la défense de la France et des Français quand les lobby et autres lui ont colée l’étiquette de pays antisémite.

    Le faite qu’il gagne plein d’argent, si c’est honnêtement, je m’en moque.

     

    • #1132706
      le 03/03/2015 par Moi, Peter Sellers
      Nos très chers chanteurs

      Va falloir que tu donne tes sources.. et pas des messages cryptés, j’veux que ça soit clair comme de l’eau de roche.. Dans un océan de merde pourquoi chercher l’eau douce ?
      http://www.panamza.com/270215-goldm...


    • #1132757
      le 03/03/2015 par Desguarde
      Nos très chers chanteurs

      Cela remonte à quelques années.
      Mais peut être qu’avec les évènements récents (ou même avant), JJG à revu sa position.


    • #1132975
      le 03/03/2015 par Moi, Peter Sellers
      Nos très chers chanteurs

      C’est du second degré.. je n’attendais pas forcement une réponse non plus (merci quand même).. Il a peut être dit des choses censés par le passé.. mais malheureusement y a l’allégeance au pognon et la colline de fumiers de Sion.


  • #1132254
    le 02/03/2015 par jean claude
    Nos très chers chanteurs

    La photo de Loana fou les jetons ! Sinon l’article est superbement écrit comme d’hab.


  • #1132308
    le 02/03/2015 par patrick
    Nos très chers chanteurs

    Il fait bon avoir des goûts musicaux plus raffinés que ces "chanteurs". Cela permet de ne jamais avoir à subir les frasques de faux-artistes au niveau culturel proche du néant.
    Bon article.


  • #1132309
    le 02/03/2015 par Placide Muzo
    Nos très chers chanteurs

    Goldman est un excellent auteur-compositeur de pop musique. Remettre en question le fait qu’il soit millionnaire c’est remettre en question la pop musique (i.e. pourquoi les Beatles ont vendu plus de disques que Michel Petrucciani), et ce que l’industrie du disque a été jusqu’à présent, mais aucunement son talent.

    Ceci dit, les problèmes commencent il vient expliquer la vie à un jeune prolétaire au lieu d’apprécier, en silence, le concours de circomstances qui ont fait qu’il est là où il se trouve. Il n’a visiblement pas integré l’idée qu’il ne peut parler que de son point de vue (de baby boomer juifddoué pour la musique).
    C’est un peu comme la dernière oeuvre d’Attali, qui a décidé de faire du Tony Robbins. "Devenir soi", ça s’appelle. Bouquin hilarant quand on connait un peu mieux Monsieur "c’est pas parce que vous faites sept enfants". À ce propos, si l’équipe qui fait les article E&R, (toujours très drôles et qui donnent à reflechir) pouvaient nous faire une petite critique de ce livre...

     

    • #1132496
      le 03/03/2015 par le corbeau
      Nos très chers chanteurs

      Effectivement , difficile de remettre en cause ses talents artistiques après avoir écouté une tel musique ...

      https://www.youtube.com/watch?v=qpB...

      - juste après .
      - puis ce que tu pars .


    • #1134588
      le 06/03/2015 par H Lee
      Nos très chers chanteurs

      Goldman est un excellent compositeur de musique médiocre. Il n’a rien inventé, pas évolué, et toutes ses chansons se ressemblent musicalement (toujours les mêmes recettes). Par contre niveau business, là c’est un très grand monsieur. Il aurait pu faire du Sachs, euh du sax pardon.


  • #1132362
    le 03/03/2015 par Montecristo
    Nos très chers chanteurs

    Après je ne vois pas pourquoi on devrait reprocher quoi que ce soit à Jean-Jacques Goldman. Ce mec est certainement un des plus grands compositeurs de sa génération (juste derrière le génie Michel Berger). Oui, il gagne énormément d’argent mais c’est mérité, il a du talent mais pas seulement c’est un énorme bosseur et qui n’a pas été propulsé du jour au lendemain.

     

    • #1132505
      le 03/03/2015 par Afromonk
      Nos très chers chanteurs

      Par rapport à des Jean Vasca ou des Brel ils sont quand même assez médiocres Goldman et Berger....


    • #1134338
      le 05/03/2015 par Robespierre
      Nos très chers chanteurs

      Panem et circenses. En matière de « grand compositeur » et de grand interprète, on a sans doute le brouet que l’on mérite. Mais, tout bien considéré, qui suis-je pour juger ?


  • #1132376
    le 03/03/2015 par goy pride
    Nos très chers chanteurs

    A la base rien à cirer des chansons de Goldman mais il faut admettre que le mec est un bon dans son domaine ! Le type n’a pas un physique charismatique, a une personnalité plutôt effacée...mais à réussi à traîner derrière lui des millions de fans. Il s’est fait lui même me semble-t-il. D’ailleurs cela titille ma curiosité ! Je vais aller jeter un coup d’œil sur youtube pour "étudier" de plus près ses chansons...
    Perso j’ai une sensibilité musicale de type "africain", c’est à dire que je suis plus sensible au rythme, à la mélodie qu’aux paroles. Ce qui m’attire dans une chanson c’est avant tout la musique qui doit susciter en moi des émotions. Bien entendu si les paroles d’une chanson sont à la hauteur de la musique c’est le top ! Toutefois il y a quelques exceptions, par exemple un chanteur extraordinaire comme Brel m’émeut rien qu’avec les paroles de ses chansons, la musique est juste un accompagnement secondaire à des paroles intenses...


  • #1132436
    le 03/03/2015 par lecteurdeEetR
    Nos très chers chanteurs

    ...la troisième partie larmoyante de Salut les Terriens, l’émission où Thierry Ardisson humilie un « nobody » ou un « ex-people ».



    oui, je le comprends comme ça aussi : le terrien ou plutôt le "T’es rien" du samedi soir.

    Et sur l’idée globale qu’il y a trop d’argent dans ce système qui pleurniche si souvent, je suis d’accord à 100% quand dans le même temps des gens plus utiles à la société comme des agriculteurs, des ouvriers ou des éboueurs sont si mal payés.

    Mais concernant Zaz, sans faire parti d’un fanclub, l’exemple est selon moi mal choisi.
    Objectivement, c’est une jeune chanteuse française talentueuse, reconnue dès son premier album pour sa voix en France et à l’étranger (chez tous nos voisins européens jusqu’à la Russie, en Amérique Latine, etc.) donc bien avant son album jazz sur Paris réalisé avec l’immense Quincy Jones, rien que ça !
    Alors je trouve un peu dur de parler de "surproduit destiné à élargir le marché à l’export, histoire de changer Zaz en Piaf pour jeunes et pour touristes…"
    Zaz est simplement dans la lignée de monuments comme Piaf, Fréhel, Damia, mais Piaf est Piaf et Zaz est Zaz.

    Je note aussi qu’elle est engagée dans le mouvement Colibris initié par Pierre Rabhi. Si des gens ne le connaissent pas, cherchez son nom ici même sur le site d’E&R.
    Lire aussi cette interview qui montre bien les valeurs et la conscience de cette jeune femme :
    http://colibris.ning.com/profiles/b...

    Alors certes, elle évolue dans un monde de requins, où l’argent coule à flot de manière indécente, mais lui reprocher à elle en particulier d’en profiter, ce serait comme reprocher à Dieudonné ce qu’il gagne en remplissant des Zénith.

    En revanche, j’apprécie moins sa participation aux enfoirés (surement manipulée et trop jeune pour comprendre). Il faudrait en finir avec le Charity-business des enfoirés et autres associations. C’est le travail de l’état ! Si ces riches artistes veulent se montrer généreux, qu’ils fassent des dons directement de leurs poches en plus de payer leurs impôts sans se plaindre ou planquer leur argent en Suisse, bref comme tout le monde mais à hauteur de leurs moyens.


  • #1132452
    le 03/03/2015 par missa
    Nos très chers chanteurs

    comme disait Gainsboug : " la chanson est un genre mineur car elle ne nécessite pas d’initiation comme la peinture ou la musique qui sont des arts qui nécessitent une initiation". Alors le showbiz n’est qu’une machine à fric c’est pourquoi Goldman gagne plus d’argent que n’en a gagné Petrucciani mais musicalement parlant y a pas photo. Le vide musical pour JJG et la richesse musicale pour Petrucciani et tous les musiciens de talent qui galèrent.


  • #1132533
    le 03/03/2015 par réveillez-vous
    Nos très chers chanteurs

    Goldman est un génie...dire le contraire serait antisémite....


  • #1132550
    le 03/03/2015 par dixi
    Nos très chers chanteurs

    Les Godmans et Cie et toute la clique se sont pas enrichi à cause de moi ,ça c’est sur .Goldman a fait de bonne chansons peut être ,chacun ses gouts ,mais comme chanteur c’est une crécelle ,il chante comme un pied ,et tout le reste du showbiz c’est pas terrible ,il n’y a plus de groupe comme dire straits , Pink Floyd ,Phil Collins ,Elton john en gros ce qu’on appel des artistes et bien d’autre du même style c’était quand même autre chose çà fait plus de 40 ans que çà dure ,mais les pseudo-artistes de maintenant faut s’accrocher ou avoir du temps à perdre ,si on a Stromae, Loana,et l’autre pignouf Guetta à se mettre sous la dent ,bon courage,d’ailleurs,si la télé et les journaleux n’en faisaient pas la promo à outrance on ne les aurait jamais connu,enfin certain.


  • #1133155
    le 04/03/2015 par patrice
    Nos très chers chanteurs

    le jazz une musique intemporelle à mille lieues de cet immonde fric bizzness lobotomisateur !
    https://www.youtube.com/watch?v=OY7...


  • #1134171
    le 05/03/2015 par Paul82
    Nos très chers chanteurs

    JJG a écrit et chanté de bonnes chansons. On aime ou on n’aime pas, c’est pas le sujet ici. Le problème, c’est le système SACEM : une rente à vie !


  • #1134759
    le 06/03/2015 par Spinoza
    Nos très chers chanteurs

    Il mérite bien son nom l’Homme-en-or.


  • #1136348
    le 09/03/2015 par Eaux Troubles
    Nos très chers chanteurs

    Goldman, chanteur pour midinettes, il a fait son choix, un choix payant. Qui vend du rêve, autrement dit, du VENT. Chanteur sans esprit.
    Parlez-nous d’ANGE, de Magma, toujours vivants, toujours alléchants. De l’esprit et de l’âme, du VIVANT. Partons sur les traces des Fées...(!) Fils de lumière...


Afficher les commentaires suivants