Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Belgique : l’euthanasie hors de contrôle ?

Le 19 mars dernier, le New England Journal of Medicine a présenté un article intitulé « Recent Trends in Euthanasia and Other End-of-Life Practices in Belgium », ou « Tendances récentes de l’euthanasie et autres pratiques de fin de vie en Belgique ». Un questionnaire a été envoyé aux 6188 médecins ayant signé des certificats de décès toutes causes inclues. 3751 d’entre eux ont répondu.

La conclusion concernant les décès de la Flandre en 2013 était la suivante :

- 4,6 % résultaient de l’euthanasie.
- 0,05 % du suicide assisté. – 76,8 % des demandes d’euthanasie ou de suicide assisté ont été accordées.
- 1,7 % de tous les décès ont été hâtés sans « directives anticipées ».

Bien sûr il n’y avait aucun décompte des décès non-déclarés.

L’auteur de l’article, K. Chambaere, et un chercheur belge, ont constaté qu’à l’État civil flamand, il y avait eu 61.621 décès dans cette partie de la Belgique. Si 4,6 % des décès de cette région résultent de l’euthanasie, le chiffre total en pourcentage des personnes mortes de cette manière est de 2.834. Or selon le Rapport officiel sur l’euthanasie en Belgique, pour la Flandre sont mentionnés 1.454 décès imputables à l’euthanasie. Cela signifie en clair que la moitié des décès en rapport avec cette pratique n’ont pas été déclarés aux autorités sanitaires.

Il y a donc eu une falsification. À quel niveau ? Probablement par les autorités de la Flandre afin de minimiser le nombre global d’euthanasie.

De plus, selon le questionnaire, il y a eu en Flandre 1,7 % d’euthanasies sans directives anticipées données par les personnes concernées. En pourcentage de 61.621 décès, on arrive au chiffre de 1.047 personnes purement et simplement éliminées sans leur propre consentement. Soit deux tiers du chiffre global donné dans le rapport officiel national.

D’où la conclusion des auteurs : en Belgique l’euthanasie est hors de contrôle.

Nous arriverons vite à une situation identique en France dans la mesure où la « sédation finale » de Claeys et Léonetti fait perdre la conscience en fin de vie ; ceci sans même l’avis éventuel du malade. Il s’agit en effet d’endormir pour faire mourir. De plus il n’y aura aucune déclaration à faire à quiconque de cette forme d’euthanasie.

Voir aussi, sur E&R :

Sur la maladie, la mort et les lois sociétales, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1153056

    Euthanasies en masse, avortements sans réfléchir, on tue en début et en fin de vie, où vont s’arrêter toutes ces lois "progressistes" ?

    Le but de tout cela ? La désacralisation de la Vie ! Désacralisation du mariage avec le mariage pour tous, désacralisation de la création ("homme et femme Il les créa") avec l’idéologie du genre, etc.. Mais d’où viennent toutes ces bonnes idées ? Qui hait l’homme à ce point, créé à l’image de Dieu ? Toujours le même, le Porteur de Lumière, tel qu’il est représenté, comme un ange magnifique (ce qu’il a été) à l’entrée d’une grande loge maçonnique... Ne vous étonnez pas, continuez à gober tout ce qu’il vous présente. Il nous détruit avec ce qu’il nous offre, c’est pour notre bien, paraît-il, pour notre confort, "on s’occupe de tout, continuez à vous amuser et surtout consommer". Et nous, pauvres de nous, tel Mowgli face au serpent, nous sommes hypnotisés, nous applaudissons, nous sommes tous Charlie, nous luttons pour la tolérance, la liberté d’expression (mais à condition que cela aille dans le bon sens, ça va de soi). On nous prépare un monde idéal ! Attendez encore, Le Meilleur des Mondes vous paraîtra bien insipide face à l’avenir infernal que le Menteur nous prépare, si on le laisse faire !


  • #1153078

    Un bon petit commerce en perspective...


  • #1153114

    Tout le monde veut liquider les vieux au plus vite : d’abord évidemment les héritiers, à bout de nerfs à force d’attendre . Ensuite toute la société : le vieux est un fardeau qui peut coûter très cher à la Sécu, place aux jeunes ! "tu as fais ton temps vieux gaga !" . Dans quelques années il va nous falloir prendre de drôles de précaution pour éviter un "grand départ" précipité ! Une compagnie d’assurance devrait proposer une garantie "anti-liquidation-finale", Dieudo devrait y penser avec son Ananassurance !


  • #1153197

    Euthanasies en masse, avortements sans réfléchir, on tue en début et en fin de vie, mais où vont donc s’arrêter toutes ces lois "progressistes" ?

    Le but de tout cela ? La désacralisation de la Vie ! Désacralisation du mariage avec le mariage pour tous, désacralisation de la création ("homme et femme Il les créa") avec l’idéologie du genre, etc.. Mais d’où nous viennent toutes ces bonnes idées ? Qui hait l’homme à ce point, créé à l’image de Dieu ? Toujours le même, le Porteur de Lumière, tel qu’on peut le voir représenté dans un tableau trônant à l’entrée d’une loge maçonnique : on y voit un ange magnifique (ce qu’il a été) portant une boule de lumière... Ne vous étonnez pas, continuez à gober tout ce qu’il vous présente. Il nous détruit avec ce qu’il nous offre : "c’est pour votre bien, pour votre confort, on s’occupe de tout, continuez à vous amuser et surtout consommer". Et nous, pauvres de nous, tel Mowgly face au serpent Baghera, nous sommes hypnotisés et nous applaudissons, heureux d’être tous Charlie, la grande famille Charlie, on va lutter pour la tolérance, la liberté d’expression (pour autant que cela aille dans le bon sens, ça va de soi). Ce monde idéal, on nous le prépare !

    Attendez encore un peu, et le Meilleur des Mondes vous paraîtra bien insipide face à l’avenir infernal qui est à notre porte, si on laisse faire le Menteur... !


  • #1153243

    Ne critiquez pas de suite l’euthanasie.

    Quand un type est un légume, vous préfèrez le laisser vivre comme un légume ? Moi demain allongé sur un lit, je ne peux plus bouger que le petit doigt, permettez-moi de vous dire que j’aimerais bien que l’on me fasse une piqûre vite fait.

    Parceque les commentaires bidons "on va tuer tout le monde", ca devient fatiguant.

    Et le vieux qui a mal partout, qui ne peut plus marcher ou presque, qui en a marre de vivre vu son état physique, s’il veut mourir, il a le droit non ? Ou bien on le force à vivre, non mais papy, tu as mal partout, tu es cabossé de partout, tu ne peux plus marcher, tu as du mal à respirer, tu as 50 gélules à avaler par jour pour toutes tes pathologies, mais continue à vivre, la vie vaut la peine d’être vécue. Sérieusement ?

    Alors ensuite il faut que ce soit encadré, qu’une infirmière ou médecin n’arrive pas la piqûre à la main et termine la vie de patients qu’ils jugeraient bon de faire mourir sans que le patient ne soit informé, en douce. Evidemment.

    Mais la personne qui physiquement est au bout du rouleau, qui a signé les papiers pour mourir, qui a vu un psychologue avant, discuté avec l’équipe médicale, elle est décidée, pourquoi s’acharner de notre côté à la forcer à vivre ?

     

    • #1153320

      Alors ensuite il faut que ce soit encadré, qu’une infirmière ou médecin n’arrive pas la piqûre à la main et termine la vie de patients qu’ils jugeraient bon de faire mourir sans que le patient ne soit informé, en douce. Evidemment.



      Et bien c’est justement ce qu’explique cet article.Dans la pratique, l ’encadrement médical ne se fait plus vraiment au bout d’un certain temps. Pourquoi ? Mais tout simplement parce qu’interviennent d’autres paramètres que l’état de santé du patient. A commencer par les critères purement économiques. Ca peut être ceux qui vivent de la pratique de l’euthanasie et qui ont intérêt à ce que ces actes se diffusent le plus possible, les pouvoirs publics qui vont rechercher à limiter les dépenses médicales et donc "abréger" la vie des patients ou tout simplement les héritiers qui, en période de crise économique, sont impatients de voir les anciens partir au plus vite pour toucher le magot. C’est ça la triste réalité de l’euthanasie.


    • #1153418

      Il est intéressant de noter les dérives du pouvoir en matière de législation basées sur un cas et surtout sur l’émotionnel d’un événement. Prenons l’avortement : on va choisir une jeune fille de 14 ans qui a été violée par son père, difficile de dire non. Prenons la GPA pour deux hommes qui vivent le parfait amour depuis des années et qui voudraient avoir un enfant pour l’élever dans le bonheur, difficile de dire non. Prenons le cas du légume que vous citez, difficile de dire non à la fin de ses souffrances.

      Cependant, ces lois, à l’image d’une digue de barrage, ouvrent des brèches qui permettent à l’eau de s’y engouffrer sans qu’on puisse en contenir son érosion. Les lois dictées par la religion et les lois ancestrales issues du vécu des hommes demandaient beaucoup plus d’intelligence et de circonspection dans leurs applications.

      Chacune de des lois votées en ces temps sombres peut être défendue sur la base de la "larmichette".

      On peut tout aussi bien défendre le déplacement d’une population vers des lieux inhospitaliers pour laisser place à une autre plus méritante. On peut aussi décider de supprimer tout ce qui fait qu’une nation possède des us et coutumes et les remplacer par un métissage unifiant et écrêtant toutes ces particularités, parce qu’elles sont sources de conflits.

      La loi n’est pas faite pour combler des sentiments de compassions ou de ressentis groupusculaires. La loi est faite pour déterminer le champ d’évolution en toute liberté d’un individu au sein d’une société. Si tu n’as pas envie de crever tout de suite et d’attendre que Dieu te rappelles à lui, c’est le plus grand droit que l’homme possède sur terre. Cependant les dérives constatées vont vers un inéluctable âge limite prôné par Attali, bien que tu sois alerte, en bonne santé et capable de voir grandir tes petits enfants.


    • #1153448

      @Dom

      C’est humain d’avoir peur de souffrir. Mais la médecine, aujourd’hui, sait réduire la souffrance autrement que par la sédation létale. Et je constate une chose, c’est toujours les bien portants, bien vivants qui sont pour l’euthanasie ! On peut avoir laissé des directives en ce sens et être soulagé lorsque nos proches n’ont pas tenu compte de nos désirs. C’est le cas de Mme Bone qui souhaitait être débranchée et, dans le coma, a entendu avec effroi qu’on voulait la débrancher :

      http://www.aleteia.org/fr/sante/art...

      Dans ce domaine, il n’y a aucune certitude, et le doute doit profiter à la vie ! Une loi qui obligerait un médecin à trahir son serment d’Hippocrate est profondément injuste. De quel droit lui fait-t-on porter une telle responsabilité ?


    • #1154099
      le 01/04/2015 par Emmanuelle
      Belgique : l’euthanasie hors de contrôle ?

      Je suis malade, mais c’est récent, depuis deux ans seulement. Vous m’auriez dit il y a deux ans ce que je devrai traverser, j’aurais dit non de suite, j’aurai pensé qu’une fin rapide aurait été préférable. Mais la maladie s’est imposée, c’est ainsi, il me faut la supporter. Et, fortuitement, le courage arrive, l’esprit s’élève puisque le corps ne suis pas. Et, on trouve petit à petit une sérénité dont on ne se savait pas capable.
      Etre en bonne santé permet de rendre service aux autres. Souffrir d’une maladie invalidante et douloureuse permet de comprendre que l’on EST avant de FAIRE.
      Etre est difficile, mais c’est beau tout de même.
      Alors, que les gens en bonne santé ne demandent pas la grâce trop vite pour ceux que la vie oblige à être, en pensant les soulager. Je pense qu’ils ont peur. N’ayez pas peur, les autres vous aideront le moment venu.
      Il faut plutôt accompagner les malades, leur rendre visite, briser leur solitude, s’enquérir de leur personne, ne pas hésiter à parler de sa vie, de ses rêves, etc...
      Merci


    • #1154236

      @Emmanuelle

      Merci pour ce beau témoignage ! Comme il est précieux !


    • #1154461
      le 01/04/2015 par matrix le gaulois
      Belgique : l’euthanasie hors de contrôle ?

      @ Emmanuelle

      C’est exactement ce que j’ai ressenti lorsque l’on m’a appris que j’avais un cancer généralisé puis lorsque j’ai été mis sous chimiothérapie. Ce n’est pas le cas de tout le monde, je sais, mais j’affirme que l’on peut facilement se découvrir une force intérieure et un courage que l’on ne connaissait pas en soit dans ce genre de situation (oui, on peut être douillet pleurer comme un enfant au premier bobo venu et être paradoxalement capable de supporter un traitement lourd et invasif) sans forcément être croyant ou brave et que, mise-à-part pour ceux qui sont condamnés à très brève échéance et qui souffrent le martyr (grands brûlés), programmer une mort, qui de toute façon viendra tôt ou tard, n’est absolument pas la solution et aurait même plutôt tendance à rajouter au problème en offrant une fausse planche de salut à ceux qui croient que tout est perdu et qui s’abandonneraient à ça plutôt qu’à redoubler d’efforts & de courage pour se battre.

      En tout cas, je vous souhaite bonne chance Emmanuelle dans cette épreuve que vous traversez.


  • #1153279

    L’euthanasie faux problème pour cacher des maladies suspectes ! Quand on souffre c’est humain de ne pas voir la personne souffrir inutilement ! Ce sont les raisons qui l’ont conduite à tomber malade qui sont anormales ! Société de l’épouvante et de l’épouvantail ! Une personne malade c’est du fric dans leurs caisses et détournés de vos impôts.


  • #1153292

    ma grand mère avec qui je vivais je pense a finit par être euthanasiée par ses profiteurs d’enfants. En tant que petit-fils, y aurait-il moyen que je m’adresse a des autorités spécifiques, institutions ou organismes qui pourraient me donner l’information exacte concernant ses derniers moments de vie ?

    Merci beaucoup.
    Severine

     

    • #1153549

      Euhhhhh pourquoi ne pas t’adresser directement à ses enfants et avoir une franche discution. Peut etre que tu ne connais pas la verité. Parfois une réponse vaut mieux qu’un proces que tu ne pourra gagner en tout etat de cause...


    • #1153641

      Oui tu peux demandé a consulté son dossier médical, suffit de te rendre a l’hôpital avec des documents prouvant que tu es sa petite fille Tu pourras le consulté sur place et même en demandé une copie Tu peux aussi faire la demande par courrier
      Source : http://vosdroits.service-public.fr/...


  • #1153600

    Les vieux devant commencer à baliser en pensant qu’ils vont peut-être se faire "expédier" avant l’heure, les cies d’Assurance vont bientôt proposer une garantie "anti-euthanasie" pour empêcher infirmières et médecins de "débrancher" à tout va .


  • #1153604

    " Mon dabe n’en fini plus de claboter, je vais proposer au docteur Benchiemoule 10 000 euros pour qu’il accélère les choses, j’ai hâte de me payer une Porsche..."