Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

« T’es pédé ou quoi ? » : un extrait du spectacle Let it go (2010) de l’humoriste américain Bill Burr.

 

Une traduction ERTV.

 

 

Bill Burr, sur E&R :

 






Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2256002
    Le 11 août à 15:32 par Corinne Dunord
    Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

    scarecrow se traduit par épouvantail

     

    Répondre à ce message

    • #2256692
      Le 12 août à 13:51 par bobo
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      Je ne sais pas avec quels bourrins biéreux vous traînez, mais traiter les gens de "pédés" ou les femmes de "salopes" n’est JAMAIS entré dans mon vocabulaire, ni dans celui de mes potes. On adorait tant les femmes qu’elles ne rentraient pas du tout dans ces schémas. Et entre potes, on se parlait pas comme ça.
      Mais bon, je suis trop vieux, et peut-être que le vocabulaire a changé.

       
  • #2256065
    Le 11 août à 17:11 par Mongo Beti
    Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

    Je me reconnais totalement dans l’archetype du mec ‘sensible’ (artiste, passionné de mode, j’aime prendre soin de mon apparence, j’apprécie l’art/ l’esthetique en général, sensible à la souffrance animale), mais surtout ne pratiquant pas les hobbies traditionellement dits ‘masculins’ (je n’aime pas le foot, m’en fous des voitures, les sorties dragues au bar du coin ne m’intéressent pas), je ne bois pas, je ne fume pas, pas de drogue, je ais du sport etc.. bref je mets toujours un point d’honneur à être la meilleure version de moi au possible et surtout rester sain d’esprit et de corps..

    une de mes souffrances (dans le passé) a toujours été cette incapacité à créer un lien avec des amis garcons... exactement pour les mêmes raisons que Bill Burr évoqué dans son sketch. Toujours des blagues sous entendant votre homosexualite, votre manque de virilité, de masculinité... j’ai essayé pendant mon adolescence à me ‘forcer’ à être un ‘garçon notmal’ : j’ai regardé le foot, joue au jeu vidéos, les voitures, pecho en série etc.. mais j’ai toujours trouvé ça improductif, chiant et chronophage à souhait...

    pourtant je suis très hetero, même en apparence je suis très masculin : sportif, je suis assez carré / trapu barbu etc... je rentre dans le cliché du mec masculin jusqu’a ce qu’on découvre mes passions et hobbies, ce qui est déroutant même pour les filles... même remarques passive-aggressives sur ma réelle sexualité etc.

    Depuis que je me suis mis en tête que je suis le seul et unique en charge de mon propre bonheur et épanouissement et me consacrer uniquement à mes plaisirs et ceux à qui je tiens vraiement (ma famille), ça m’a encore plus éloigné de mes compères masculins et je suis... seul. Je suis très sociable, pas de soucis à ce niveau je sais me faire plaisir et m’amuser en société (et choper aussi) mais je n’arrive pas à avoir cette ‘connexion’ à la masse masculine d’autant plus que nos opinions politiques et regards sur la société sont à l’opposé. Idem pour les filles.
    Cest difficile au début mais on s’y fait. J’imagine qu’il y’en à beaucoup comme moi qui ont fait le choix de sacrifier leur personnalité ou passions pour rentrer dans le moule et se conformer aux regards des autres... je ne sais pas s’ils en sont plus heureux mais pour avoir essayé ça toute mon adolescence c’est épuisant nerveusement. Du coup je pense comme Bill beaucoup meurent malheureux et aigri de ne pas avoir eux même toute leur vie

     

    Répondre à ce message

    • #2256195
      Le 11 août à 20:00 par ifuckcharlie
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      Arrête de te la raconter , t’es gay c’est tout ; mais c’est refoulé !
      Non je blague .

       
    • #2256199
      Le 11 août à 20:02 par adjo
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      pareil pour moi, entouré de 80 % de nanas, j’ai eu 46 ou 47 nanas à ce jour.

      Tous les gars qui font les gros bras (souvent ici d’ailleurs) sur les chantiers et ailleurs mais qui ne trainent qu’entre mecs.Ca parle de nana toute la journée mais ça n’en touche jamais et parle avec 0 respect.

      Bien peu ont écho dans un cinéma, sans dire un mot, dans la rue etc...

      DEs dizaines de fois je suis allé chez une nana directement après s’être parlé.

      A chaque fois que je vois un type qui fait le macho je ne peux m’empêcher de penser : ’ce type est puceau ou très frustré’ et aura dans sa vie 5 nanas toutes de son milieu proches...

      Triste vie.

      Je suis très féminin ( par le côté psy/émotion) et très masculin au pieu. Intensité sexuelle infatigable, intensité sensuelle et entre 28 et 35 ans j’ai beaucoup enchaîné, sans difficultés.
      Bref, pendant ce temps les autres essaient de faire de la gonflette plutôt que de draguer une fille par jour par exemple

       
    • #2256245
      Le 11 août à 20:46 par Amelie
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      Vous avez raison de ne pas forcer votre nature. Mon mari vous ressemble et a longtemps été seul. Encore aujourd’hui il a peu d’amis hommes mais plusieurs amies femmes. Je pense que comme lui vous rencontrerez une femme qui vous correspond, une femme féminine mais n’aimant ni les sorties shopping ni les discussions médisantes sans fin, ni l’aerobic ni la presse people.

       
    • #2256325
      Le 11 août à 22:34 par A
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      Le mot « virilité » a la même étymologie que le mot « vertu » : les deux viennent du latin vir. Vir sert à nommer l’individu de sexe masculin, mais aussi la « force » (virtus), au sens de « force intérieure », « force d’âme » et « courage » (et pas forcément force physique).

       
    • #2256370
      Le 11 août à 23:38 par Roger
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      Assez effaré par vos commentaires qui transpirent la faiblesse et la perte de virilité. C’est vraiment ER ici ? On se croirait sur le forum psychologie de Doctissimo...
      On a tous des défauts, des travers, des tares, mais de là à venir se vanter fièrement d’avoir des goûts de femmes, une sensibilité de femmes, 80% de fréquentation féminine, de pleurer comme une femme et d’être obnubilé par elles au point d’en avoir enchaîné 47 différentes...

      Pas étonnant qu’une Amélie vienne vous dire que vous avez raison de ne pas forcer votre nature. Moi si une Amélie venait me sortir un truc comme ça, je me dirais que j’ai dû sûrement déconner quelque part !
      Plus sérieusement, forcer sa nature, c’est le principe même de la virilité.

      Et non, l’alternative à la féminisation n’est pas forcément le foot à la télé , la bagnole ou la clope... J’ai même envie de dire que ça en fait partie vu que le conformisme, la recherche de la facilité et le goût du paraître sont des traits de caractères typiquement féminins.

      Concernant la vidéo, je dirais que le problème est qu’on a totalement assimilé l’homosexualité à la métrosexualité, ce qui est effectivement injuste pour les homos virils.
      Quand je vois un type sortir un parapluie pour trois gouttes, je pense effectivement "quel pédé/tarlouze/baltringue", mais ce n’est pas sa sexualité supposée que je critique, c’est le fait qu’il considère comme un grand mal de la vie quelque chose qui me semble tout à fait insignifiant. Bref, je me dis que c’est une petite nature, un faible, un petit marquis poudré d’ancien régime, et que ce n’est pas sur ce décadent qu’il faudra compter si un jour on a besoin d’hommes pour aller sur une barricade ou dans une tranchée (ou même simplement sur un chantier, à l’usine ou dans un champ).



      ...et aura dans sa vie 5 nanas toutes de son milieu proches...

      Triste vie.



      Si on n’a pas eu plus de 5 nanas (dont certaines de milieux lointains sinon ça compte pas) avant 40 ans, on a raté sa vie ?
      Ben merde ! Je savais pas moi !
      J’étais en train de me demander si j’allais finir ma soirée en lisant du Evola, du Schopenhauer ou du Marc-Aurèle, et l’autre là, il vient me plomber le moral !
      Tant pis, je vais me coucher direct. Bises les filles.

       
    • #2256421
      Le 12 août à 01:48 par АПИС
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      @adjo : nannn mais attend tu ne peux pas etre un guerrier a l horizontale et la nouvelle menagere psycul a la verticale ! C est pas possible. Ou alors t es un manipulateur : tu fais semblant d etre psycul pour etre ensuite que cul . C est une methode a succes apparamment ...En fait t es un malin toi ! Comme on est sur le divan, remarque ca tombe bien finalement un peu de psycul , ca change du sionisme, moi je n ai eu que 3 filles avant ma femme que j ai rencontre a 19 ans. Mais attention , j ai compris vite une chose : c est quand on est au top (jeune , beau , viril, tout le bla bla narcissique ...mais idem pour les femmes belles, sensuelles, desirables etc...) qu il faut se caser car on a tous les atouts pour . Et ne pas se servir de sa jeunesse que pour faire du chiffre et s eclater car cette derniere est vraiment ephemere ! Alors tu fais du chiffre tant que tu le peux et ensuite tu va prendre malheureusement le dernier wagon du dernier train dans lequel il n y a que des cajots, des fadasses , des hysteriques, des flans, des casses burnes ...Ma femme c etait a cette epoque un melange de Sharone stone et de Raquel Welch dans leurs meilleures annees. Dans Paris , lorsqu elle marchait c etait comme Moise devant la mer Rouge : tout le monde s ecartait , mais pour la devisager . Il etait evident que j allais me caser et serrer les liens au maximum ! Je ne regrette meme pas de n avoir pas fait du "chiffre".

       
    • #2256423
      Le 12 août à 01:55 par АПИС
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      @Roger : alors la Roger chui comme toi , cash ! Un jour j ai emballe une nana en une seule phrase : elle m avait demande c etait "quoi l amour pour moi ?" Je lui ai repondu " c est peter devant sa partenaire sans avoir honte ! " C est ca l amour !!! Bon elle a explose de rire et l enchainement a eu lieu...Cracher , peter, roter, se prendre la pluie...quoi de plus naturel ! Honnete !!!

       
    • #2256435
      Le 12 août à 03:16 par Mongo beti
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      @roger, même si j’ai compris que ton message s’adresse essentiellement à @adjo, tu sembles confondre (justement c’est de à que vient beaucoup de confusion avec les autres hommes), sensibilité et ‘chochotterie’. Je ne suis pas du tout pour le coup quelqu’un d’émotif (au contraire, je pense même que mon isolation deà l’adolescence a forgé un certain caractère, le fait de se ‘faire’ tout seul), j’ai des hobbies ‘physiques’ mais plutôt solitaires (bricolage, sports type boxe, running, etc).
      Tu moques notre expression de sensibilité comme si elle était incompatible E&R, à croire pour toi qu’un homme est soit Rambo/Alain Soral ou à poil avec une plume dans le cul sur un char à la Gay Pride, et c’est bien là le problème de la plupart des gens : mettre les gens dans des cases. On est 8 milliards d’individus et les personnalités ou manifestations de virilité/masculinité sont diverses. J’aime bien me saper, mais t’inquiète qu’avec 6 ans de boxe sous le coude, jhesite pas á poser ma veste et me defendre plus que correctement s’il le faut. Je n’ai juste pas besoin de jouer le faux macho pour me sentir homme et être validé. comme l’atteste Adjo plus haut, j’ai malgré tout beaucoup plus de facilités à choper que mes amis... je suis sensible -ca attire- mais pas ‘un gentil garcon’ (Nice guy, ça çà fait fuir et je le sais).

       
    • #2256442
      Le 12 août à 03:51 par Periphery
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      Faut qu’Alain lise ce commentaire, enfin le début suffira..

       
    • #2256453
      Le 12 août à 05:31 par Titi
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      Je vais vous étonner mais j’ai eu le problème inverse ... à une période de la vie ... ’ayant été rejeté de la caste des métro sexuel car trop masculin et trop facho ... j’en ai souffert et j’ai compensé ce rejet par du sport et parfois, des coups de poing dans la gueule ...et : aucune nana ... c’est dur pour un jeune homme et plus encore pour un beau jeune homme ... j’ai du m’expatrier (en Russie 1996) pour me prouver que je pouvais encore plaire ... j’ai finalement compris que, mes amis "métro sexuels" étaient bi sexuels !!! C’est aussi simple que ça ...l’un d’eux était mon meilleur ami ...et l’autre l’est toujours ... C’est une histoire assez douloureuse mais je ne suis pas naïf car il y’a une part de vérité dans le fait qu’un homme très sensible a un part d’homosexualité ...et qu’un pur hétéro est naïf !!!

       
    • #2256516
      Le 12 août à 09:18 par Mongo Beti
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      @titi... encore du lieu commun... parce que ses exemples de mec ‘viril/macho’ soit refoulés soient qui ont fini par faire leur coming out, ca existe aussi hein...
      l’argument “sensible/ féminin = un petit peu pédé” n’est pas plus intelligent que celui du “il fait trop le dur/ le mec pour compenser le fait qu’il est forcément un peu pédé mais refoulé”.

       
    • #2256569
      Le 12 août à 10:58 par le seul com utile
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      Mongo Beti : le problème c’est qu’avec toute cette politique de mise en avant des minorités, dont les gays, la féminisation promue etc.. les mâles qui n’en sont pas réagissent en revendiquant davantage leur virilité, et se moquer des PD en fait partie - pour être sûr de s’en dissocier, de ne pas en être...

      C’est de cette manière que l’ingénierie sociale organise le chaos en créant des conflits dialectique : eux sont pour, moi je suis contre. On crée ainsi deux camps qui s’affrontent (plus ou moins), pour un troisième qui est la véritable origine du conflit mais qui n’est jamais nommée par l’un des camps - ça serait antisémite...

      Or il ne faut pas prendre partie, du moins pas à ce niveau-là, mode binaire : c’est la Troisième Voie qui est toujours la bonne, celle qui tend à ne pas tomber dans le clivage que l’ennemi nous suggère !

      C’est pareil pour tout : par exemple, il faut être de droite ou de gauche, mais surtout pas n’être ni de l’une ni de l’autre - et pourtant la 3e voie, la plus censée, c’est de ne pas rentrer dans leur jeu républicain, mais de réaffirmer le mode politico-historique de la France, qui n’est pas celui de la République...

      Donc c’est vous qui avez raison, en gros : on peut être sensible sans être PD, et viril sans faire partie d’un club de motards type Hells Angels... De plus, vous gagnez en intérêt, mais bien sûr c’est moins confortable : "les gens n’aiment pas que l’on suivre une autre route qu’eux" comme chantait Brassens.

      Bref : fuir toutes les cases et étiquettes, car celles-ci sont décidées par d’autres (les méchants), contre notre intérêt - et l’intérêt du pays, son unité, sa force, sa culture...

      Ça nécessite d’être suffisamment malin et cultivé pour ne pas tomber dans les pièges et autres préjugés dans lesquels bon nombre, conditionnés par les idéologies, tombent les deux pieds dedans !
      Question d’éveil des consciences...

      À mon avis, il faut plutôt chercher une cohérence par rapport à l’histoire du pays qu’on habite. M. Soral parlait d’"homme total", qui est le référent de notre culture celtique, helléno-chrétienne, à la fois ORATORE, BELLATORE, et LABOTORE... faites vos recherches.

       
    • #2256707
      Le 12 août à 14:03 par Cassoulé
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      Sinon t’es juste un homme intelligent, trouvant peu d’intérêt au football, et aux conversations futiles...
      Ce que beaucoup de simplets qualifient de PD.
      Ca aurait pu être mon cas, mais j’étais trop fort à la baston et courageux pour mes camarades de permettent...
      Dans tous les cas les gens avec un QI important se sentent seul bien souvent, car il le sont.
      Les gens brillant renvoient les autres a leur propre médiocrité, d’où l’antipathie.
      Rien que ce message va les énerver !

       
    • #2256852
      Le 12 août à 17:37 par WTF
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      on peut être sensible sans être PD, et viril sans faire partie d’un club de motards type Hells Angels

      Tu serais étonné de savoir le nombre de pédés dans les club de motards.

       
    • #2257242
      Le 13 août à 06:39 par TOUCO
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      Si tu n’as pas d’amis hommes c’est parce que :
      1- chercher à plaire physiquement par l’apparence que l’on se donne et le soin que l’on se porte est un comportement féminin.
      2- le narcissisme n’est pas une vertu
      3- Tu attires les femmes par ton côté féminin. Je n’entends pas par là que tu es physiquement efféminé, mais beaucoup de femmes aimeraient une copine avec un sexe masculin.

      Il ne faut pas confondre masculinité et virilité. Baiser des filles n’est pas une preuve de virilité. La virilité se définit entre autre par le courage, la bravoure... Les lapins qui baisent tout le temps sont ils plus viriles que d’autres animaux selon toi ?

       
    • #2259200
      Le 15 août à 23:38 par Samia
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      @mongo Beti, Bonsoir, je suis une jeune femme de 30 ans j’ai lu attentivement votre commentaire et les quelques réponses qui ont fusées, sachez que je suis une femme coquette, féminine, douce, de par mon éducation probablement et mon métier d’infirmière également, et que j’ai toujours été attiré par le genre d’hommes que vous êtes, sensible, passionnant, passionné par la littérature, l’art, probablement la gastronomie... tout ça n’enlève selon moi rien à votre masculinité, je pense même que ça la renforce. Qui peut prétendre être plus viril qu’un tel ou un tel sous prétexte qu’il aime le foot, la bière et les soirées canap play ?
      Je ne sais pas si toutes les femmes sont comme moi, mais dans mon cas je suis très attirée par les hommes qui me touchent, qui s’expriment correctement (chose qui se fait rare de nos jours)
      d’autant que je fus pas vraiment surprise lorsque j’ai découvert que vous êtes un boxeur, un sport que je connais particulièrement bien, et qui parle de lui même quand on se remémore les combats d’un certain Mohammed,
      sport de respect, de courage, de bienveillance, de caractère, qui forge des caractères de guerriers...
      Peut être nous croiserons nous un jour, en attendant restez vous même, vous êtes un oiseau rare donc précieux...

       
  • #2256070
    Le 11 août à 17:19 par Philippe
    Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

    Je trouve ça drôle, et au final il critique plus les réactions excessives anti homo que les homos eux mêmes ... drôle ... à prendre comme il a dû l’imaginer, au second degré ... et merde au homos et homophobes sans humour.

     

    Répondre à ce message

  • #2256095
    Le 11 août à 18:07 par élémentaire !
    Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

    C’est toujours dit avec une certaine grossièreté, probablement l’exagération nécessaire pour faire rire l’amère-loque de base peu subtil, c’est pas Dieudonné où le jeu d’acteur et le verbe sont d’un autre niveau, MAIS y’a pas que du faux !
    Mais comme précisément c’est exagéré, c’est pas tout à fait vrai non plus.
    Dieudonné tape davantage dans le mille, parce que la langue française, donc la pensée, est plus fine, plus élevée, moins grossière, tout simplement.

     

    Répondre à ce message

  • #2256141
    Le 11 août à 19:10 par pinpin
    Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

    Au Moyen Âge en France, les chevaliers rompus à l’exercice et à la guerre pleuraient très facilement, s’accolaient et s’aimaient entre hommes d’amitié pure qu’ils manifestaient ouvertement.
    Le sentiment vrai n’a rien à voir avec l’homosexualité ni avec la sensiblerie.
    Les femmes de leur côté ne sont pas toujours tendres. Il y a des colombes, il y a des tigresses.
    Mais il est bon de ne pas pleurer en public pour des broutilles ou des comédies déguisées en tragédies. Aujourd’hui, il convient de serrer les dents ; ça vaut mieux.
    Les garçons pleurent tout bas, les filles aussi.

     

    Répondre à ce message

    • #2256393
      Le 12 août à 00:20 par Sedetiam
      Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

      Voilà qui est bien mieux dit que d’épancher sa pseudo existence en pourcentage de balourdes... et de « pécho(e)s ».

       
  • #2256228
    Le 11 août à 20:27 par Erebus
    Bill Burr – "T’es pédé ou quoi ?"

    Pour ceux qui aime l humour anglais bien corrosive, regardez des spectacles de Jimmy Carr ou Frankie Boyle. Pas forcément accessible en termes de langue et de références, mais ils enterrent bill burr ou louis ck ou kriss rock.
    Eux remplissent aussi de grandes salles mais ne se feront jamais plagier par gad ou djamel ou tomer ; ils pourraient pas comprendre !

     

    Répondre à ce message