Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Burkina Faso : le lieutenant-colonel Zida, nouveau Premier ministre

Le lieutenant-colonel Isaac Zida, nommé mercredi Premier ministre du Burkina Faso, a demandé au peuple burkinabè et à la communauté internationale d’"accompagner sans a priori" son gouvernement, dans sa première déclaration depuis sa prise de poste.

"J’en appelle à l’ensemble de la communauté nationale (et) internationale (...) à nous accompagner sans a priori pour gagner le challenge d’une transition apaisée", a déclaré le militaire. La communauté internationale avait exercé de fortes pressions sur l’armée pour qu’elle rende le pouvoir aux civils après la chute du président Blaise Compaoré le 31 octobre.

"Redonner confiance au peuple"

"Nous allons oeuvrer en toute humilité et dans un engagement sacerdotal et patriotique à redonner confiance à notre peuple" par l’"ardeur au travail", le "don de soi" et l’absence de "calcul égoïste du gouvernement", dont l’annonce interviendra "au plus tard dans les 72 heures", a déclaré M. Zida. Le lieutenant-colonel Zida a été nommé mercredi Premier ministre par le président intérimaire Michel Kafando, un ancien diplomate.

Méfiance

"Ce n’est pas la gueule de bois mais il y a un peu de ça", a réagi un diplomate après la désignation de M. Zida. "Personne ne va se tromper, c’est lui qui va diriger le pays". "La question des sanctions", déjà envisagées par les partenaires du Burkina Faso pour encourager un transition civile, "pourrait se reposer", a-t-il estimé.

Gouvernement de transition

M. Zida doit maintenant nommer les 25 ministres du gouvernement de transition. Selon les accords de transition adoptés par l’armée, les partis politiques et la société civile burkinabè, M. Zida et M. Kafando ne pourront légalement pas être candidats aux élections présidentielle et législatives de novembre 2015, qui marqueront la fin de la transition.

Voir aussi, sur E&R :

Sur Thomas Sankara, le grand dirigeant burkinabé
avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bien sur que c’est lui qui va diriger le pays ,sous les ordres de ses maitres du pentagone !! la main-mise des impérialo-sionistes doit être totale sur l’Afrique ! Même dans le pays le plus pauvre de la planète les vampires occidentaux trouvent le moyen de se faire un petit billet sur la misère !!!


  • Exit Kafando ! Et en avant pour le lieutenant-colonel Zida ! "Lieutenant-colonel" ! Grade délicieusement français et qui appelle la non moins délicieuse appellation de "colonel". On se rassure comme on peut. "Oui mon colonel ! Bien, mon colonel. Et la colonelle, votre épouse ? Vous disiez qu’elle devait se rendre aux eaux ? Elle est à Bade. A Bade ? Ah ! Bade, charmante ville d’eau ! Proche de Coblenz, n’est-ce pas ? J’y étais l’année dernière... Les bords du Rhin, le Palatinat, quelle beauté !

    Tout cela ressemble de plus en plus à un film d’Alain Resnais.


  • Seulement deux commentaires ! Cela veut-il signifier que le peuple de France (dont E&R est le héraut) se désintéresse un peu du sort de ses anciennes possessions, et de l’avenir de ces peuples si proches et si sympathiques qui ont tant à nous apprendre et à nous révéler sur la démocratie villageoise directe, à savoir que quand on est pas content et qu’un dirigeant commence à faire chier, et à se prendre pour un président de la république et qu’il ne comprend pas qu’il n’est qu’un distributeur de l’aide internationale, on le coupe en morceau au plus vite. Sans plaisanter, ce système de joyeuse spontanéité populaire vaut bien le nôtre ou de petits énarques empesés, enfarinés et scolarisés à mort restent inertes et blottis dans leurs petites fonctions d’empereurs du bas-empire pendant un temps d’une longueur inacceptable. Quand on pense qu’il a fallu dix ans pour que le peuple français se réveille et oblige la grande Zhora à prendre l’hélicoptère pour Baden-Baden ! Il n’a fait que ce que peuple burkinabé fait maintenant dans la joie et la bonne humeur. Vive le peuple burkinabé ! Vive la sagesse populaire africaine ! Saluons au moins comme il le mérite cette prise des Tuileries, ce mai-68 des tropiques.