Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Michel Kafando président par intérim du Burkina Faso

Le comité de transition du Burkina Faso a annoncé lundi avoir nommé Michel Kafando (photo ci-contre), ancien ministre des Affaires étrangères, comme président par intérim.

La nomination de Michel Kafando, ancien ministre des Affaires étrangères, comme président par intérim du Burkina Faso constitue un premier pays vers le retour à la démocratie dans le pays deux semaines après la démission de Blaise Compaoré sous la pression de la rue.

« C’est le candidat Michel Kafando qui a été retenu par consensus », a déclaré le nonce Ignace Sandwidi, représentant de l’Église catholique au sein de cette instance dans laquelle armée et civils siégeaient. Elle a rendu son résultat peu avant 4 heures du matin, au terme d’une nuit de tractations.

Ce comité de transition de 23 membres, qui compte des représentants de l’armée, de l’opposition et de la société civile ainsi que des chefs religieux et traditionnels, a fait son choix parmi cinq prétendants à l’issue d’une réunion commencée dans la journée de dimanche. La période de la transition durera de la nomination officielle de Miche Kafando jusqu’aux élections de novembre 2015.

Le lieutenant-colonel Isaac Zida, chargé par l’armée de conduire la transition, avait annoncé samedi le rétablissement de la Constitution, suspendue après la démission de Blaise Compaoré, le 31 octobre. L’avant-veille, une charte fixant le cadre de la transition avait été adoptée. Elle doit donc conduire à la mise sur pied d’un gouvernement civil et à ces élections en 2015.

Voir aussi, sur E&R :

Thomas Sankara, le grand dirigeant burkinabé
avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1031631

    Sur France Culture (petite officine stipendiée dispensant la pensée d’Etat), les annonceurs triomphaient ce matin aux actualités : "la démocratie est en marche au Burkina Faso ! Nous apprenons que les militaires ont remis le pouvoir à un non militaire !".

    Le complet veston est donc le critère indépassable de la "démocratie" en marche et le fait que le "peuple" n’ait pas été consulté est un gros bon point. Mais pourquoi est-ce l’inverse en Egypte où un galloné tombé du ciel est vu comme un "démocrate" qui a sauvé le pays d’une junte inquiétante en complets vestons et investie par les urnes ?

    Quelque chose m’a encore échappé à un moment donné.

     

    • #1031645

      @listener



      Quelque chose m’a encore échappé à un moment donné.



      Eh oui, quand on suit les affaires internationales, il ne faut pas cligner des yeux.


    • #1031846

      C’était sur le mode ironique, vous l’avez compris. "Ironie" = (du grec "eironeia") "fausse ignorance".


    • Effectivement, on va même se trouver dans l’obligation de redéfinir ce terme. Proposons la définition suivante. Démocratie : système d’organisation sociale incarné par des individus vêtus de complets vestons bleu pétrole, privilégiant l’autoproclamation de leur pouvoir, à la consultation populaire.


    • #1033901

      Très bon. Du moment que Monseigneur Ban-Ki-Monn n’y voit rien à redire, roulez, petit-bolide ! Mais j’aimerais tout de même (chacun a ses faiblesses et ses incohérences) connaître les adresses (probablement londonienne) du tailleur et du chemisiers de ce cher Kafando. Mais comment, de la jungle burkinabéenne, peut-il surgir un tel dandy ? Mystère.


  • #1031828

    Le Burkina Faso est de retour dans la démocratie.
    La démocratie = merde.
    Donc par loi de transitivité, le Burkina Faso est de retour dans la...

    Enfin bref, personne ne se faisait d’illusions je pense.

     

  • #1034188

    Il est évident que nous avons Kafango pour trente ans, à moins d’un incident de parcours, qu’il se blesse maladroitement sur une baïonnette, par exemple. Ce sont des choses qui arrivent. Manifestement, cet "homme politique" est en cours d’adoubement par la "communauté internationale" (c’est à dire les milieux d’affaires semi-mafieux américano-chinois dont la France est de plus en plus exclue) et pour l’instant, parcours sans faute. Une opération de prise de pouvoir dans ce pays comme dans d’autres consistant toujours à se placer le plus près des distributeurs de billets, c’est à dire de certaines banques de Ouagadougou qui ne servent qu’à abreuver la micro "classe politique" d’aide internationale et où elle arrive. Ensuite, les chefs des provinces peuvent gueuler, comme en Centrafrique, l’argent ne quitte pas trop la capitale. Et encore, le centre-ville ! Et encore, le palais présidentiel. Quand on entend les messages melliflus de la radio d’état française, on sourit. Mais si Kafango fait des siennes et se prend trop au sérieux, les militaires trouveront quelqu’un d’autre.