Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

C’est quoi être en vacances ?

Par Pierre Rabhi

Le concept contemporain des vacances est un phénomène assez nouveau, qui va de pair avec la modernité. Le travail mobilise autant qu’il immobilise, de façon très institutionnalisée, contre rétribution. Il engendre le besoin d’un espace où l’individu peut se retirer momentanément, prendre du temps pour lui-même.

La plupart des civilisations antérieures, souvent agraires ou nomades, ne connaissaient pas cette notion. Je n’en ai par exemple jamais entendu parler durant mon enfance, jusqu’à la découverte de mines houillères dans nos terres ; les Français sont alors venus les exploiter, embauchant du personnel et instaurant en même temps que ce type de travail de brèves périodes de vacances. Auparavant notre vie était cadencée par le travail de la terre, qui alterne les périodes d’activité avec les saisons dites « mortes ». L’hiver, saison où l’on ne peut agir, il n’y avait pas de travaux des champs, les phases de repos étaient déterminées par la nature et non par une organisation sociale particulière.

Aujourd’hui, dans le cadre de cette sorte de servitude quasiment à vie qu’est devenu le travail, où il faut chaque jour aller pointer, les vacances représentent naturellement un moment bienvenu, mais le temps de souffler, à peine a-t-on repris quelques forces qu’il faut reprendre le collier – expression en elle-même très évocatrice de la condition humaine dans le monde actuel.

Mais peut-on légitimement considérer les vacances comme un temps vraiment libéré ou bien encore soumis à des comportements prédéterminés par des attitudes collectives standardisées ? Il faut bien admettre que là aussi le profit règne. Quand les vacanciers vont passer un séjour à l’étranger ils deviennent des touristes actifs et alimentent ainsi l’économie du pays. A contrario, les troubles actuels dans les pays du Maghreb ont fait reculer le tourisme et l’on constate déjà le sérieux déséquilibre financier que cela induit. L’importance attribuée au tourisme dans ces pays les a d’ailleurs affaiblis, cette politique menée par leurs gouvernants est regrettable dans la mesure où elle les rend dépendants de l’extérieur au lieu de les inciter à cultiver leurs propres ressources naturelles. Ce type de dépendance se paye malheureusement très cher, lorsque des troubles graves affectent les nations.

Le temps libre est bel et bien transformé en temps économique, il n’est plus consacré à la méditation, à l’épanouissement de l’esprit, au fait de se retrouver soi-même. Une vie de labeur ponctuée de quelques pauses pour faire des glissades sur la neige ou quelques bains de mer. Les vacances comme parenthèses dans un temps de travail parfois excessif sont-elles suffisantes pour régénérer notre être profond ? Cette question ne vient pas remettre en cause les activités nécessaires à notre survie mais interroge la répartition du temps dédié à l’avoir par rapport à celui qui concerne l’être. Selon les cadences millénaires auxquelles se sont adaptées les civilisations, c’est aux beaux jours d’été que la nature est en effervescence, l’hiver elle entre en dormance ; aujourd’hui les vacances estivales induisent plutôt une cessation du travail. L’administration du repos en fonction de l’économie et non selon les rythmes naturels de la terre et de ceux l’espèce humaine est complètement artificielle, c’est une sorte d’anomalie. Le véritable repos est plus harmonieux : la nature, les animaux, les sols et l’homme devraient goûter ce répit à l’unisson, c’est un temps d’inspiration très puissant où puiser des ressources vitales avant de reprendre une activité.

Autour du sujet, sur Kontre Kulture :

Cet article a été vu 10392 fois
Popularité : 1
Commentaires : 6
 
 






Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #549174
    Le 6 octobre 2013 à 17:38 par walislam9394
    C’est quoi être en vacances ?

    très bon texte ! il est clair que de nos jours, dans ce monde dégénéré (comme le résume parfaitement LLP) même quand on se sent obligé de partir en vacances en (osant) se croire libre de nos mouvements. à penser que c’est la seule chose qui nous obsède (il faut partir !!!!)vacances de la toussaint, noël, hiver, Pâques, été, il faut qu’on paye des milliers d’€ pour partir se dorer la peau avec une ego toujours aussi surdimensionné. il y a tellement de choses qu’on pourrait faire sans aucun sous comme l’explique ce texte et qui comme par hasard, ne demande aucun fond

     

    Répondre à ce message

  • #549189
    Le 6 octobre 2013 à 17:58 par julio
    C’est quoi être en vacances ?

    lecture réconfortante. très beau texte et très profond.

     

    Répondre à ce message

  • #549277
    Le 6 octobre 2013 à 19:43 par AurelG
    C’est quoi être en vacances ?

    Une restructuration complète du travail en s’adaptant au rythme de la terre.. C’est l’économie entière qu’il faudrait revoir..

     

    Répondre à ce message

  • #549585
    Le 7 octobre 2013 à 01:23 par Jeanne
    C’est quoi être en vacances ?

    Très bon article ...... à méditer......
    les vacances c’est se retrouver soi-même, se recentrer, oublier le monde extérieur en perpétuel mouvement où il est de bon ton de se montrer et consommer.....
    Regarder, écouter et surtout entendre tous ce que nous aimons : nos proches, nos animaux, la nature....
    observer la nature, les oiseaux, parler aux arbres, aux plantes.....caresser une fleur, toucher notre terre nourricière....
    Méditer, retrouver de nouvelles forces..... les joies les plus simples sont essentielles pour nous ressourcer.....
    Voilà un dépliant pour les vacances des travailleurs, des retraités et des enfants avec des tarifs à bas prix .....sans le stress, des gares, des aéroports, des bouchons sur les routes ....

     

    Répondre à ce message

  • #550021
    Le 7 octobre 2013 à 16:38 par la classe
    C’est quoi être en vacances ?

    Excellente réflexion, et très beau texte qui nous permet de confirmer une fois de plus à quel point nous sommes conditionnés. C’est fabuleux de remettre les choses en question, et de repenser de façon constructive le système dans lequel on vit. Ca donne des ailes de lire un propos aussi chargé de sens dans sa simplicité.

    Je reve d’une sorte de club de lecture ou de discussion dissident ou on pourrait évoquer de nombreux sujets en se basant sur des articles, textes, livres, vidéos trouvés sur E&R et d’autres sites dissidents ! Y’a pas ça à Londres pour le moment, mais je reste à l’affut !

     

    Répondre à ce message

  • #550271
    Le 7 octobre 2013 à 20:53 par Grindsel Tirédunevi
    C’est quoi être en vacances ?

    Les congés payés (1936) sont une aberration en soi (avant de payer à rien faire il faudrait déjà commencer par payer le travail à sa juste valeur), mais par contre les vacances ont toujours existé, elles n’étaient pas seulement contraintes par la nature, mais avant tout religieuses (avant la révolution dite française, il était interdit de travailler le dimanche plus 38 jours fériés, mais il était fréquent d’avoir des week-end de 3 jours (dont 2 pour la pénitence chrétienne et 1 pour la réjouissance) et environs 200 jours de congés par ans). Les voyages pour pèlerinage étaient très courants (Compostelle etc).
    Par contre, les vacances scolaires étaient jusqu’à peu (années 70 environs : effondrement du monde paysan) faites pour les travaux des champs, d’où leur importance l’été, et elle duraient 3 mois, jusqu’à fin Septembre, pour englober les principales récoltes.

     

    Répondre à ce message