Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Carmen réécrit "parce qu’on ne peut pas applaudir le meurtre d’une femme"

Je crains qu’on ne se souvienne du directeur de l’Opéra de Florence et du metteur en scène de Carmen, Leo Muscato, que pour leur talent de visionnaires fous !

 

Leo Muscato n’a rien trouvé de mieux, sur le conseil du directeur, que de changer la fin de Carmen parce qu’il n’était pas normal ni décent, dans le climat d’aujourd’hui, de faire applaudir la mort d’une femme victime de la violence virile.

Quand on m’a annoncé cette information, je n’ai pas voulu la croire même si je suis prêt à tout subir de la part d’une modernité dévoyée et d’un art prétendument subversif, mais de là à modifier la conclusion d’un opéra célèbre et mythique par un décret d’autorité et le ravage du politiquement correct, il y avait une marge !

Le pire est que nous sommes tellement habitués à l’absurde depuis quelques années, avec de petits maîtres se prenant pour de grands génies, que nous écoutons avec une forme d’indulgence résignée les explications d’un metteur en scène qui sera approuvé, j’en suis sûr, par une minorité prête sans doute à aller encore plus loin…

On constate à quel point le juste soutien apporté à la cause féminine s’est dégradé en un paroxysme, une idéologie et une intolérance féministes qui feraient rire s’ils n’annonçaient pas des lendemains qui ne chanteront pas !

Ces deux personnages non seulement perpétuent jusqu’à l’insupportable la mainmise totalitaire de pseudo-créateurs sur d’authentiques créations (on en perçoit, depuis plusieurs années, les effets désastreux) mais ils vont être célébrés comme de formidables précurseurs.

En effet, au nom de quoi y aurait-il une telle discrimination artistique au bénéfice de Carmen seulement ? Il y a tant de rôles de femmes dans des chefs-d’œuvre de toute nature qui ne leur donnent pas forcément le beau rôle, qui les font mentir, souffrir, mourir. Il est intolérable de les laisser en l’état. L’art était splendide mais conservateur…

Phèdre, Le Cid, Shakespeare, tant de romans, tant de films, tant d’opéras aussi admirés qu’ils soient pâtissent de cette disgrâce fondamentale de n’avoir pas compris tout de suite, quand ils s’élaboraient magiquement, cette évidence : la féminité aurait dû être une obsession artistique et la vérité humaine une préoccupation de second plan.

Je salue donc ces inventeurs. Il est rare qu’on puisse, en art, être le témoin d’une telle révolution !

Quelques exemples de la névrose féministe, sur E&R :

Respecter l’art, l’homme et la femme avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

43 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ils transforment l’œuvre de Bizet maintenant ?

     

    • Hahaha, à chaque jour suffit sa peine... Entre les statues, les noms de rues, les autodafés, les BD non rééditées, les films et séries à proscrire, il y a du taf camarade ! Avec le temps, va, tout s’en ira, le Ministère de la Vérité arrivera bien au bout de cette tâche (tache ?). Soyons patients...


    • Pas d’accord avec ton cynisme et ton défaitisme. Ils peuvent faire ce qu’ils veulent, changer la fin de Bizet ou de Flaubert si cela leur fait plaisir, la France ne mourra pas, car elle est éternelle. Le Périgord n’est ni envahi, ni occupé, et nous faisons la même "Mique" depuis des siècles. Ce sont les grosses villes qui sont devenues des fosses et des poubelles à ciel ouvert et nous dans le Périgord on sait très bien pourquoi. Quand en Dordogne on joue Carmen de Bizet, on change pas la fin.

      Le peuple de France a une longue histoire et beaucoup de ressources. Notre terre est fille de l’église catholique et mère de la civilisation chrétienne (le général de Gaulle aurait ajouté le mot "blanche"). Lorsque le glas sonnera, le peuple de France se battra pour sa terre, sa culture, son héritage. Si tu en doutes, alors pourquoi te bats tu ?


    • Hahaha, ce commentaire était principalement ironique. Mais j’avoue que plus le temps passe, plus il est difficile de rester optimiste. Même dans nos contrées éloignées des poubelles citadines... La décennie que nous subissons a été gangrenée par les réseaux "sociaux". Les nouvelles générations, même dans les endroits où il fait plutôt bon vivre (moins mal vivre pour être réaliste...), peu cultivées ou acculturées, ont tendance à être porteuses de sentiments misanthropes. Mais pour répondre à ton interrogation j’essaye tout de même, tous les jours, d’apporter ma pierre à l’édifice, individuellement. Tout n’est peut-être pas perdu :)


  • Si vous ajoutez qu’il n’existe quasiment pas de femmes dans l’Histoire de l’art, on en n’a pas fini avec ces inepties.


  • Question, pour leur faciliter la tache :ou veulent-ils en venir exactement ?

     

  • "Les cons,çà ose tout,c’est à çà qu’on les reconnait"(Audiard)


  • Bon Dieu, depuis le temps qu’ils ont parlé de ça dans El Pais, le journal le plus gauchiste qu’on puisse imaginer. Ils vont finir par même changer le sexe de certains illustres personnage au nom de l’égalité des sexes ou bien leur donner une petite couleur comme c’est déjà le cas pour le personnage d’Othello (une pièce de Shakespeare) qui est joué par un Noir. Tout ça s’inscrit parfaitement bien dans la confusion des repères, le règne des minorités, la destruction de son identité ainsi que de l’ordre naturel des choses. C’est le monde occidental qui est visée dans tout cela et le fait qu’il n’y ait plus rien sur lequel on puisse encore s’appuyer, nous sommes devenu un terreau fertile pour expérimentation et donner libre cours à toutes ces folies. Bref, c’est fini !

     

  • On peut laisser le livret de Carmen en l’état et au baissé de rideau mettre un panneau lumineux ” Pas d’applaudissement , Don’t applause ” comme à la télé .
    ce serait aussi con mais plus respecteux pour les mélomanes.
    Tient, autant etre con jusqu’au bout , "Anne Frank est devenue grand mère et est morte dans son lit.”. Je préfère comme scénario , respecteuse de l’enfance maltraitée .


  • " Madame Bovary " ne doit pas s’empoisonner après avoir amplement cocufié son mari et, surtout, l’avoir ruiné en faisant des dettes . La fin du livre doit être changée, une épouse a le DROIT de cocufier son connard et de l’escroquer " .


  • On peut laisser le livret de Carmen en l’état et au baissé de rideau mettre un panneau lumineux ” Pas d’applaudissement , Don’t applause ” comme à la télé .
    ce serait aussi con mais plus respecteux pour les mélomanes.
    Tient, autant etre con jusqu’au bout , "Anne Frank est devenue grand mère et est morte dans son lit.”. Je préfère comme scénario , respecteuse de l’enfance maltraitée .


  • " Les deux filles de Loth ne doivent pas enivrer leur père pour baiser avec, cela donne des filles une image sexiste et déplorable . A corriger d’urgence " .


  • A la fin de "Voyage au bout de la nuit" Madelon (l’anti Carmen), la fiancée de Robinson, le tue d’un coup de revolver : match nul .


  • Il va falloir caviarder des dizaines de passage de la Bible...

     

  • " Dans les musées il faudrait aussi recouvrir la nudité des statues d’Aphrodite (et assimilées) , il est intolérable que de vieux branleurs-visiteurs puissent se rincer l’œil impunément " .


  • Ils deviennent marteaux.

    Nos bien pensants sont atteints de folie aiguë.


  • Pas futé pour un sou ce directeur.
    Il lui suffisait de dire que Carmen est transgenre et les féministes qui auraient dénoncé l’apologie du meurtre d’une femme, auraient eu les LGBTI sur le dos.


  • Très hâte de voir le sort promis à "Orange Mécanique" ou "les chiens de pailles" dans cette époque de purification.


  • " Juvénal aussi doit être expurgé : il raconte que Messaline, l’épouse de l’empereur Claude, se prostituait (gratos !) dans les bordels de Suburre ! Seulement elle a été trop loin : elle a épousé - alors qu’elle était mariée - un beau mec dont elle était folle . Claude finit par la faire exécuter . Récit machiste et intolérable ".


  • Raisonnement par l’absurde : ces personnes devraient écrire un opéra en une scène et un acte sans dialogues ni personnages, ainsi aucune minorité ne pourrait se plaindre de quoi que ce soit. La quintessence du politiquement correct.


  • La ré-écriture de l’histoire, Orwell, etc...
    On y est bien là.
    Et puis c’est bien connu, les gens se rendant voir "Carmen" l’ont fait pour se délecter de la mort de cette femme au final.


  • Ces stupidités ne doivent pas preter à la rigolade ...elles marquent la fin d’une civilisation .

     

    • Dans leur logique, on va tout droit vers le film "Equilibrium" - un nouveau totalitarisme épuré de tout sentiment humain, en prenant des pilules qui rendent amorphes et dociles.
      On a çà aussi dans le film "The Island".
      Une sorte de néo-futurisme aseptisé dirigé par des hommes-robots !


  • On me l’aurait dit il y a un an ou deux, je ne l’aurais même pas cru : ces dingos nous amènent dans un scénario à la "1984", ou une anticipation dans le genre : au secours.....


  • Je suis totalement d’accord avec le point de vue de l’auteur de cet article ! Mais ou va-t-on ? Déprécier des oeuvres magistrales...qui racontent la vie,dans ce qu’elle a de plus beau et de plus sordide ou dramatique,mais qu’importe !!! Tout cela au nom de quoi ?!? De la pseudo-image de la femme par rapport à celle de l’homme... ?Combien d’entre-elles sont véritablement bafouées ? Même dans les pays ou celles-ci sont soit-disant "dominées" et dans lesquels je suis allée,donc je sais de quoi je parle,la femme est considérée comme une reine...Finalement,que recherchent les instigateurs de ce faux débat sur comment traiter la gente féminine...Séparer les sexes ? Faire des femmes des homosexuelles puisque aucun homme n’osera plus les aborder sans risquer la prison...Pour information,je fais partie de la gente féminine et je trouve que tout ce qui se passe est scandaleux.


  • Totalement d’accord avec l’auteur de cet article. À un moment donné, j’ai travaillé dans le domaine de l’opéra et je trouve que les metteurs en scène sont dévenus insupportables. Ils se croient tout permis et ils font faire aux chanteurs les choses les plus loufoques. Tout tourne au ridicule : Chanteurs nus sur la scène, décors affreux, etc. Et le pire c’est qu’ils croient être à la hauteur d’un Mozart...alors qu’ils devraient être à son service.


  • Hahaha, je suggère aux progressistes qui se respectent de mettre en scène "Les dégourdis de la onzième" (Robert Hirsch, reposes en paix...) version 2018 : la sœur du Colonel blackfaced avec une vraie africaine, la bonne (jouant Cupidon) avec une transsexuelle, puis reprendre tous les dialogues misogynes des bidasses et des femmes pas assez néo-feministes !


  • Dans leurre logique, égalité homme-femme, ne leur faudra-t-il pas aussi modifier les opéras où le héros masculin meurt empoisonnée par une matrone ?

    Et dans Tristan et Isolde de Wagner ? Le couple légendaire transformisé ????

    Comme ils n’ont plus le vin de l’Esprit saint et donc sain, ils sont contraints de copier, transformer, altérer, édulcorer le Beau, le Vrai et le distordre afin de l’évacuer !
    Signe précurseur de leur agonie.

    Seulement, voilà ils ont eu tout, ils ont tout, ils auront tout sauf l’Amour ....

    Pitoyable !


  • " Othello a étranglé la blonde Desdémone, mais dans la mesure où il était "basané" il n’a fait que venger des siècles de servitude "


  • Que ce Moscato écrive un opéra encore plus beau, ayant pour titre Luis Carmel, se terminant par la mort du toréador, et que le beauté des coloratures du ténor de ce rôle mette tout Paris dans un émoi encore plus élevé que jamais ne fit Carmen.

    Comme il n’a pas le talent de relever un tel défi, il peut peut-être mettre en scène Carmen tel qu’il est, sans rien changer des répliques du libretto mais en indiquant en italique que Carmen est en réalité un drag queen qui cherche à contracter un mariage pour tous.


  • Dans la prochaine version du Marchand de Venise, Shylock fait partie d’un commando du Mossad et chasse les méchants nazis. Spielberg sera a la réa.


  • la Walt disneyisation du monde.
    j’imagine que des films comme "la 7em compagnie" ou "they live" seront bientôt interdit.


  • Et les enfants de 7 ans on leur apprend à" manger ton ton et tata au zoo. et ensuite on a bien rigoler". c est ce que mon fils a appris .Et il nous font la morale.tous decadant.


  • Leo Muscato a situé l’action de l’opéra dans un camp de Roms démantelé par une brutale police anti-émeutes au sein de laquelle Don José distribue force coups de matraques. Dans sa version finale le cadavre de don jose se fait enculer (pardon, a une relation intime non genrée) par un nain (pardon, une personne de petite taille) puis carmen accouge d’une GPA pour sa copine rom lesbienne. rencontrée sur grinder.


  • Ca me rassure,
    moi qui trouve que Roméo et Juliette font un peu trop hétéros,
    il est temps de revisiter aussi cette pièce en y collant un peu de Conchita wurst.


  • Et Pétrucio ne pourra donc plus « apprivoiser » sa mégère Catharina d’autant qu’au dernier acte, Pétrucio, Lucentio et Hortensio, les trois jeunes hommes et seigneurs, récemment mariés, font un pari, gageant laquelle de leurs femmes sera la plus soumise. !

    La Mégère apprivoisée (The Taming of the Shrew) est l’une des premières pièces de William Shakespeare, probablement écrite en 1594, elle comporte cinq actes.

    Vont-ils réécrire Shakespeare en écriture inclusive et transformiser les personnages et rôles masculins.

    Une troupe de comédiens devra demander une autorisation d’adaptation de la pièce à la kapo en chef, Marlène S. ???? et y apporter les transformations imposées par les « ellesbêêêgtistes » ?

    La dictature EnMarche ..... dans le mur.


  • Aujourd’hui, on modifie des œuvres majeures, on interdit des livres historiques ou d’auteurs qui dérangent, on empêche l’expression de bons nombres d’individus qui ne rentrent pas dans le rang de l’Empire, voire on les enferme, mais dites moi, ça ne ressemblerait pas à certaines pratiques fascistes et dictatoriales déjà bien connues par le passé... ?


Commentaires suivants