Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Pays de merde" : l’hypocrisie des anti-Trump

Les contempteurs du Président disent pire que lui sur la Russie

Note de la rédaction

Rappel : n’en déplaise aux traducteurs anti-Trump, l’expression utilisée par le président américain signifie « pays sans intérêt » et non « pays de merde ».

Si les critiques pleuvent sur le président américain Donald Trump depuis sa sortie sur les « pays de merde », ainsi qu’il aurait qualifié l’Afrique et Haïti, ses contempteurs semblent oublieux de leurs propres petites phrases sur la Russie, notamment.

 

Depuis le commentaire qui a été prêté au président américain Donald Trump le 11 janvier, (selon lequel il aurait évoqué des « pays de merde ») en référence notamment aux nations africaines et à Haïti, les contempteurs du président des États-Unis se déchaînent et n’ont pas de mots assez durs pour qualifier le vocabulaire du locataire de la Maison-Blanche. Pourtant, certains d’entre eux ont déjà eu des commentaires très similaires à propos d’un autre pays que le leur : la Russie. Des propos qui n’avaient, eux, guère fait scandale.

 

La Russie ? Une « station essence » pour John McCain

- Sur Trump : le sénateur républicain John McCain, candidat à la présidentielle de 2008 a estimé le 12 janvier sur son compte Twitter : « Le respect pour la dignité, accordée par Dieu, de chaque être humain sans distinction de race, d’ethnie ou de toute autre circonstance due à sa naissance, est l’essence du patriotisme américain. Penser autrement, c’est s’opposer à l’idée même de l’Amérique. »

- Sur la Russie : le vétéran de la guerre du Viêt Nam a peut-être oublié ses propres propos de 2014 concernant la Russie, rien de mieux qu’une « station essence », selon lui : « Je le dis et le répète : la Russie est juste une station essence qui prétend être un pays. »

 

Un « trou à rat » pour Keith Olbermann

- Sur Trump : pour le célèbre commentateur sportif et politique de MSNBC, Keith Olbermann (suivi par plus d’un million de personne sur Twitter) la présidence de Donald Trump est « terminée » après cette nouvelle polémique. Rageur, il ajoute à l’attention du chef de l’État : « Demande à un adulte de te l’expliquer. » La raison invoquée pour cet échec présidentiel, selon le journaliste est la suivante : « Non, tu ne sortiras pas si facilement de ta remarque sur les pays de merde – Jamais – Espèce de lâche raciste. »

- Sur la Russie : ce même chroniqueur sportif montrait moins d’états d’âme à propos de la fédération russe en octobre 2017 quand le joueur de hockey Alexandr Ovechkin a annoncé qu’il se ralliait au camp de Vladimir Poutine dans la course à la présidence de 2018 et qu’il lui souhaitait un bon anniversaire pour ses 65 ans : « Peut-être qu’Ovechkin devrait se faire virer de la ligue nationale et être obligé de rentrer au pays pour patiner avec Poutine dans ce trou à rat. #EnEnferAvecLaRussie »

 

« Dictature d’un seul homme » pour Lindsey Graham

- Sur Trump : le sénateur républicain Lindsey Graham a également fait les gros yeux à Donald Trump, mais en privé, cité par la chaîne américaine CNBC, il a déclaré : « Je lui ai dit ce que j’avais à lui dire directement. Ceux qui étaient présents savent ce que j’ai dit et connaissent mon sentiment. J’ai toujours pensé que l’Amérique était une idée et qu’elle n’était pas définie par ses habitants, mais par ses idéaux. »

- Sur la Russie : cité par Fox News en 2006, l’honorable sénateur ne mâchait cependant pas ses mots quand il parlait de la Russie de Vladimir Poutine : « La dictature d’un seul homme. » Au micro de CNN en 2014, il avait également estimé que le président Vladimir « Poutine a[vait] une économie équivalente à celle de l’Italie » et qu’il « gagn[ait] au poker avec des paires de deux ».

 

« Pays de merde » pour Tim Wise

- Sur Trump : Tim Wise, auteur et activiste de la cause antiraciste, n’a pas manqué à l’appel : « Pour ceux qui continuent à donner des excuses à Trump parce que "C’est comme ça que les gens parlent"... Humm... Si vous n’attendez pas plus de la part de votre président que de la part de votre tonton gênant, le problème, c’est VOUS. Les gens qui n’ont pas de filtre sont soit fous, soit des enfants de quatre ans. Dans les deux cas, on devrait les ignorer. »

- Sur la Russie : surprise... Par le passé, ce polémiste dont le profil Twitter nous apprend qu’il « combat les nazis de l’alt-right depuis 1989 » a également donné son petit avis sur la Russie... Et il est très similaire à celui de Trump sur Haïti : « Chaque jour qui passe, je comprends mieux pourquoi ma famille a quitté ce pays de merde qu’est la Russie impériale. 100 ans après la dernière révolution, espérons qu’il y en ait une autre. »

 

« Pays dystopique de merde », pour Josh Barro

- Sur Trump : dans sa rubrique habituelle, le chroniqueur économique de MSNBC et de Business Insider, Josh Barro, qui cumule plus de 200 000 abonnés sur Twitter, a aussi choisi de rebondir sur la polémique des « pays de merde » : « Notre président est plein de préjugés et très superficiel. Cela le pousse à juger ses contemporains à l’emporte-pièce et son côté superficiel le rend incapable de traiter les informations qui pourraient l’amener à reconsidérer ses propres préjugés », disait-il de Donald Trump le 12 janvier.

- Sur la Russie : au mois d’août 2015, le journaliste ne s’embarrassait pourtant pas d’informations qui auraient pu le faire revoir son propre avis sur la Russie et déclarait sur Twitter (tweet effacé depuis) : « C’est dingue cette fierté nationale en Russie, vu le peu dont ils peuvent être fiers. »

Dans un autre tweet, également effacé, il avait estimé que la Russie était un « pays dystopique de merde depuis la nuit des temps ».

En lien, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 






Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1879935
    Le 14 janvier à 16:35 par Michel
    "Pays de merde" : l’hypocrisie des anti-Trump

    Bref, une information fausse (faique niouse comme ils disent) de plus. Je comprends qu ils veuillent voter une loi contre ce genre de pratiques.

     

    Répondre à ce message

  • #1880002
    Le 14 janvier à 18:30 par JP
    "Pays de merde" : l’hypocrisie des anti-Trump

    le terme utilisé par le président américain signifie « pays sans intérêt » et non « pays de merde ».

    Mais tous les cas, et quelle qu’ait été le fond de sa pensée, le choix de ce mot est une catastrophe diplomatique. Cela vient après "j’ai un plus gros bouton", et "je suis un génie très stable".
    On peut imaginer le bénéfice retiré lors de déclarations antérieures qui firent scandale, mais sur ces trois dernières le bénéfice est négatif. L’image publique des US est dégradée. Donc finalement, oui, soutenons Trump !

     

    Répondre à ce message

    • #1880033
      Le 14 janvier à 20:01 par Bonhomme de neige
      "Pays de merde" : l’hypocrisie des anti-Trump

      L’image publique des US est bien dégradée depuis belle lurette. Ils n’ont ni attendus ni eu besoin de Trump pour ça.

       
    • #1880144
      Le 14 janvier à 23:24 par JP
      "Pays de merde" : l’hypocrisie des anti-Trump

      @Bonhomme de neige
      Je ne parle évidemment pas de l’opinion positive ou négative du terrien lambda, qui est forgée depuis longtemps, et qui n’a presque aucun effet sur la marche du monde.
      Le résultat de cette catastrophe diplomatique est une étape supplémentaire dans un processus récent, qui a pu échapper à votre attention :
      De plus en plus, les chefs d’’état étrangers, ou leurs représentants, en public, se permettent de faire la leçon aux US, ou de se moquer ouvertement d’eux.
      On ne voyait jamais cela il y a quelques années, par peur des représailles. Chavez était l’exception qui confirme la règle, sans doute parce que l’hostilité des US envers lui ne pouvait pas s’aggraver.
      L’image des US s’est dégradée, dans le sens où ils n’inspirent plus la crainte, ils ne commandent plus le respect. On ne les considère plus comme les caïds du village mondial. Et cela aura un impact sur l’évolution des relations internationales.

       
  • #1880003
    Le 14 janvier à 18:41 par otan, syndicat du crime
    "Pays de merde" : l’hypocrisie des anti-Trump

    Trump a qualifié Haiti de "shitty-hole" (on pourrait dire trou à rats, plus globalement "la zone", comme on dit en France)
    .....Marrant de voir comme toutes ces mauvaises traductions (comme celle d’ahmadinejad, naguère) arrivent à point nommé.

     

    Répondre à ce message

  • #1880009
    Le 14 janvier à 19:00 par listener
    "Pays de merde" : l’hypocrisie des anti-Trump

    Les américains méprisent tout ce qui n’est pas eux, mais plus exactement, ce qui ne ressemble pas à un horrible "yankee", qui ne représente pas heureusement tous les américains. On en a pour longtemps à rapporter leur propos racistes et méprisants. Ils sont effectivement profondément et essentiellement racistes. Pas de racisme, pas d’Etats-Unis d’Amérique.

    Petite exception pour les milliardaires ; le sultanat de Brunei, l’Arabie Saoudite, les Emirats, la Suisse. la Norvège ; Mais de manière générale, mort aux pauvres et aux nobles races (ex : les indiens ont exterminés rituellement pour montrer au monde ancien et rêveur ce qu"il va bientôt subir. Tu es riche ou tu crèves)

    L’amérique repose sur une idée force : Dieu aime les riches. Les pauvres sont voués par Dieu à l’enfer. Le pauvre est un loser, un déchet. L’ancien monde, antique et chrétien, reposait sur le principe inverse. Hypocrite peut-être mais tout de même.

    Progressivement mais surement, une race monte à l’horizon : la race des riches. Les pharaons du futur qui se feront construire des pyramides par des esclaves pour monter seuls au ciel. et s’épouseront et se reproduiront par insémination artificielle.

     

    Répondre à ce message

  • #1880013
    Le 14 janvier à 19:01 par Eric95
    "Pays de merde" : l’hypocrisie des anti-Trump

    D’après le Robert & Collins "shithole" signifie "endroit de merde" et "shithouse of a country" signifie "pays de merde".

     

    Répondre à ce message

  • #1880040
    Le 14 janvier à 20:16 par Ose iris
    "Pays de merde" : l’hypocrisie des anti-Trump

    Trump a compris comment çà marchait : faire du buzz qui occupe les chiens de garde comme çà il a les mains libres pour mener sa politique sociale. Comme çà il se met le peuple de son côté.

    Je suis Trump !

     

    Répondre à ce message

  • #1880061
    Le 14 janvier à 20:50 par Globul
    "Pays de merde" : l’hypocrisie des anti-Trump

    “station essence” : ça va très bien aux USA.
    Comme quoi l’on tend à projeter ce qu’on ne supporte pas en soi...

    J’en profite pour affirmer que la Cathédrale de la Sainte-Trinité, récemment inaugurée, tout près de la Tour Eiffel, est splendide, déjà résonnant de chants liturgiques orthodoxes et parfumée d’encens.
    Avec autour son Institut Pouchkine, sa récente et lumineuse exposition consacrée à la vie et l’œuvre de Léonide Ouspensky,
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Léon...
    dont la vie résumerait le destin tragique et de renouveau de la transition Russie tsariste - URSS - Russie poutinienne tout au cours du dernier siècle ; en France, cet ancien athée militant, révolutionnaire sauvé du peloton d’exécution in extremis, artiste de talent à la main écrasée sauvée par un second miracle, a retrouvé la tradition de l’icône alors qu’elle se perdait sous le régime athée soviétique, ce qui a permis à la Russie désoviétisée de recouvrer, par la France, sa tradition iconique propre à l’orthodoxie.
    Et voilà que, défiant la tristement défigurée “Promenade Ben Gourion”,
    https://www.youtube.com/watch?v=vpJ...
    la Russie nous offre cet écrin blanc et doré de sa plus haute culture spirituelle.
    Visiblement, le rééquilibrage entre “Atlantistes” déracinés-déracinants et “Continentalistes” enracinés-réenracinants est en cours...

     

    Répondre à ce message

  • #1880127
    Le 14 janvier à 22:50 par Jaoram
    "Pays de merde" : l’hypocrisie des anti-Trump

    le plus pathétique dans cette affaire c’est l’ex ministre français Jack L qui a qualifié Trump de président de merde.Trump est parfois grossier,direct mais il n’a jamais fait du tourisme sexuel à Marrakech ni fait des partouzes en compagnie de jeunes adolescents...

     

    Répondre à ce message

  • #1880145
    Le 14 janvier à 23:34 par Juju
    "Pays de merde" : l’hypocrisie des anti-Trump

    Je conseille la vidéo de Paul Joseph Watson à ce sujet

    https://www.youtube.com/watch?v=LJd...

     

    Répondre à ce message

  • #1881178
    Le 16 janvier à 16:44 par gallier2
    "Pays de merde" : l’hypocrisie des anti-Trump

    Le plus drôle dans cette histoire, c’est qu’il n’y a aucune preuve que Trump ait utilisé le vocable shithole. Quand on lit l’article à l’origine de cette rumeur [1]. Il est clair que cela vient d’une source anonyme qui n’a pas participé à la réunion. C’est dans le premier paragraphe :



    President Trump grew frustrated with lawmakers Thursday in the Oval Office when they discussed protecting immigrants from Haiti, El Salvador and African countries as part of a bipartisan immigration deal, according to several people briefed on the meeting.



    Cela vient de personnes débriefé sur le meeting, c.à.d. des gens à qui on a raconté ce qu’il y avait dans la réunion. On ne sait pas qui et par qui.



    “Why are we having all these people from shithole countries come here ?” Trump said, according to these people, referring to countries mentioned by the lawmakers.



    Trump aurait dit selon ces gens.

    Conclusion : aucune preuve de quoi que ce soit.

    [1] : L’article s’intitule “Trump derides protections for immigrants from ‘shithole’ countries”.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents