Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Délire féministe : "Le bisou n’est pas consenti" dans La Belle au bois dormant

Une mère britannique estime que le conte n’est pas adapté aux petits enfants parce qu’il méprise les femmes. Une pédagogue et une féministe suisses lui donnent raison.

 

Sarah Hall, maman d’un petit garçon de 6 ans, n’a pas apprécié que son enfant rentre de l’école avec un livre de La Belle au bois dormant. Estimant qu’il s’agit d’un conte sexiste, elle a laissé libre cours à sa rage sur Twitter : « Tant que de telles histoires sont discutées en classe, la société ne changera jamais. » La publication a été accompagnée du #MeToo, dénonçant le harcèlement et les abus sexuels.

Interrogée par la BBC, la mère explique que, selon elle, les contes véhiculent de mauvais messages. Puisque le prince embrasse la Belle au bois dormant pour la réveiller, le baiser n’est pas consenti, estime-t-elle. « Je pense que ce conte traite aussi de comportement sexuel et de consentement. Il montre à quel point ce type de comportement est ancré dans notre société. »

Tandis que le tweet de la Britannique a suscité de nombreuses et vives réactions de la part des internautes, elle est soutenue par des pédagogues et féministes suisses. Élisabeth Müller, pédagogue diplômée et enseignante à la Haute École pédagogique de Zoug, affirme ainsi : « Les contes véhiculent des messages patriarcaux sur la manière dont un homme et une femme sont censés se comporter. Les enfants, eux, essaient par la suite de s’y identifier. »

 

Représentées de manière négative

Autre point dérangeant selon elle : les femmes sont souvent représentées de manière négative dans les contes, notamment lorsqu’elles incarnent des sorcières ou des belles-mères méchantes. Elles sont aussi souvent guidées par la jalousie ou l’envie, raison pour laquelle elles sont souvent punies. « Les hommes, en revanche, ne sont jamais punis à la fin de l’histoire et cela même lorsqu’ils abusent de leur fille comme dans Allerleirauh (ndlr : un conte des frères Grimm dans lequel un roi épouse sa propre fille). »

Même son de cloche auprès de Natalie Trummer, gérante de Terre des femmes : « Cette critique envers les contes et les livres pour enfants existe déjà depuis longtemps au sein des sphères féministes. Le débat semble désormais avoir atteint la société dans son ensemble. » Selon elle, ce sont entre autres les stéréotypes véhiculés par les contes qui sont responsables de la violence sexuelle faite aux femmes et de l’oppression de la femme au sein de la société. Natalie Trummer regrette aussi que les contes ne soient pas abordés de manière suffisamment critique.

 

Un exemple parmi tant d’autres

Pour Tamara Funiciello, Présidente de la Jeunesse socialiste, les contes ne sont qu’un exemple parmi tant d’autres. « Que ce soit dans les contes, les vieux films Disney, dans la pub ou dans des magazines pour femmes : ce type de schémas se retrouvent partout. » Elle souligne néanmoins que les choses sont en train de changer, notamment avec des films plus récents comme La reine des neiges, où l’héroïne est incarnée par une reine.

Conchi Vega, membre de la société suisse du conte, rappelle de son côté que ces histoires font partie de la culture : « Grâce aux contes, les enfants apprennent ce qu’est l’amour, la haine, la jalousie ou l’amitié. » Selon elle, il serait faux de priver les petits des contes parce que ces derniers renforcent leur imagination et leur fantaisie. Si elle concède que la critique féministe est compréhensive, elle estime néanmoins que les enfants sont tout à fait capables de faire la différence entre un conte et la réalité.

Retrouver des rapports apaisés avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

65 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • dans la director’s cut je crois qu’il donne un pain au chocolat.

     

    Répondre à ce message

  • Donc !!!!

    Une femme agonise dans la rue...
    Il est interdit de lui faire le bouche à bouche si elle n’est pas consentante !?

    Parce que seul le baiser pouvait sortir la Belle de son sommeil... !?

    Le féminisme ; une maladie mentale.

    À BONNE ENTENDEUZE

     

    Répondre à ce message

    • Marrant. Justement, il y a quelques jours, j’apprenais via un site d’informations médicales que les femmes sont moins souvent réanimées, justement parce que les gens hésitent à pratiquer sur elles un massage cardiaque ou un bouche-à-bouche.
      Mais c’est leur faute aussi ; si elles avaient donné leur consentement, elles n’en seraient pas là hein ! Et puis, des fois qu’elles poursuivraient leurs sauveurs pour harcèlement sexuel...

       
    • Effectivement ça peux être dangereux de sauver une femme qui agonise vu sous cet angle .ça devient vraiment n’importe quoi ce feminisme !!!

       
  • #1851991

    c’est un baiser de vie...mais dans notre triste société inversée, c’est le baiser de la mort qui est d’usage courant...il est même une seconde nature chez les politiques dévoyés et tous les idolâtres de Mamon !

     

    Répondre à ce message

  • Ça n’a aucun sens. Je me trompe peut être vu car les contes de fées ça date pour moi, mais la Belle n’est-elle pas en attente justement de son prince Charmant dans l’histoire ? Si c’est le cas, il y a consentement tacite et la conclusion est qu’ils vécurent heureux avec beaucoup d’enfants. Le Charmant n’étant pas du genre cogneur ivrogne malaisant.

    Mais bon, inutile de discuter avec ces tarées mal baisées. C’est un ramassis de gourdes qui n’ont rien d’autre a foutre de leur vie que de jouer sur des polémiques aussi puériles que leur combat.

     

    Répondre à ce message

  • #1852043

    Je me vois mal commenter à ma fille, en train de regarder avec moi :



    ...tu vois ma fille, là, la méchante sorcière (fée) est une femme parce qu’on opprime les femmes depuis l’antiquité, ce n’est qu’un exemple !...
    ... et là, la victime est une femme parce qu’on essaie de vous inculquer que les femmes sont des êtres fragiles et délicats...c’est complètement faux !
    ...elle doit être sauvée par un homme parce que : "PATRIARCHIE !"...
    ...là le prince l’embrasse parce que c’est un obsédé sexuel qui ne veux que la fourrer...
    ...et tu vois, il ne lui demande même pas son autorisation parce que c’est un violeur, un porc !
    ...elle l’épouse à la fin, parce qu’elle à trop peur de parler et de le dénoncer et qu’elle préfère se cloitrer dans la honte plutôt que de le confronter...#balancetonprince
    ...et son père est clairement un porc, qui donne sa fille à celui qui la violée !
    ... et puis d’abord, pourquoi elle doit être "donnée" comme un objet ? c’est purement une "objectification" de la femme !
    Ce dessin animé est clairement misogyne !



    ...
    ...
    Papa ...
    C’est quoi "opprime" ?
    ...
    Ma chérie, tu sais quoi ? on va sortir jouer dans le parc.

     

    Répondre à ce message

  • Je trouve les valeurs véhiculés par ce conte très faible. Au niveau de l’inconscient collectif, nous sommes contaminés par le mythe du prince charmant :
    Pour la femme, cet archétype représente l’homme qui saura lui assuré la sécurité. Concrètement, l’entretenir, puisqu’elle passe son temps à dormir.

    _ Pour l’homme, la vision véhiculé est celle d’une femme entièrement passive, qui ne prend aucune décision, qui ne s’exprime ni ne fait le premier pas.

    La femme réel, elle, a la capacité de s’approprier des attributs masculins (comme la prise de parole, la prise de décision, l’authorité) puis de s’en délaisser en disant " je ne suis qu’une femme", là ou un homme doit porter ses couilles en permanence.

    la vision de cette femme idéalisé donc, dont on nie la composante masculine, empêche souvent de rencontrer la femme réel, et donc connaitre la femme par l’expérience. Les femmes détestent être idéaliser, c’est un bon moyen pour les faire fuir .

    _

     

    Répondre à ce message

  • de mieux en mieux niveau argumentaire de la parts des "lobbies subventionnés".
    et aprés ces mémes zombies "rigolent" des "théories" du complot .
    mais que fait le decodex ?

     

    Répondre à ce message

  • #1852260

    Quand on a un « clito » à la place du cerveau, on peut s’attendre à ce genre de délire...

     

    Répondre à ce message

  • #1852373
    Le 1er décembre à 20:12 par sylvie une française
    Délire féministe : "Le bisou n’est pas consenti" dans La Belle au bois (...)

    Les féministes m’agacent au plus haut point.
    La Belle au Dormant est un très joli conte. Jusqu’où va la perversité de ces idiotes.
    Elles n’ont plus qu’à regarder des films avec des lesbiennes, elles n’auront plus de souci ou assassiner les hommes qui les entourent.

     

    Répondre à ce message

  • J’ai mal à mon disney

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents