Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Délire féministe : "Le bisou n’est pas consenti" dans La Belle au bois dormant

Une mère britannique estime que le conte n’est pas adapté aux petits enfants parce qu’il méprise les femmes. Une pédagogue et une féministe suisses lui donnent raison.

 

Sarah Hall, maman d’un petit garçon de 6 ans, n’a pas apprécié que son enfant rentre de l’école avec un livre de La Belle au bois dormant. Estimant qu’il s’agit d’un conte sexiste, elle a laissé libre cours à sa rage sur Twitter : « Tant que de telles histoires sont discutées en classe, la société ne changera jamais. » La publication a été accompagnée du #MeToo, dénonçant le harcèlement et les abus sexuels.

Interrogée par la BBC, la mère explique que, selon elle, les contes véhiculent de mauvais messages. Puisque le prince embrasse la Belle au bois dormant pour la réveiller, le baiser n’est pas consenti, estime-t-elle. « Je pense que ce conte traite aussi de comportement sexuel et de consentement. Il montre à quel point ce type de comportement est ancré dans notre société. »

Tandis que le tweet de la Britannique a suscité de nombreuses et vives réactions de la part des internautes, elle est soutenue par des pédagogues et féministes suisses. Élisabeth Müller, pédagogue diplômée et enseignante à la Haute École pédagogique de Zoug, affirme ainsi : « Les contes véhiculent des messages patriarcaux sur la manière dont un homme et une femme sont censés se comporter. Les enfants, eux, essaient par la suite de s’y identifier. »

 

Représentées de manière négative

Autre point dérangeant selon elle : les femmes sont souvent représentées de manière négative dans les contes, notamment lorsqu’elles incarnent des sorcières ou des belles-mères méchantes. Elles sont aussi souvent guidées par la jalousie ou l’envie, raison pour laquelle elles sont souvent punies. « Les hommes, en revanche, ne sont jamais punis à la fin de l’histoire et cela même lorsqu’ils abusent de leur fille comme dans Allerleirauh (ndlr : un conte des frères Grimm dans lequel un roi épouse sa propre fille). »

Même son de cloche auprès de Natalie Trummer, gérante de Terre des femmes : « Cette critique envers les contes et les livres pour enfants existe déjà depuis longtemps au sein des sphères féministes. Le débat semble désormais avoir atteint la société dans son ensemble. » Selon elle, ce sont entre autres les stéréotypes véhiculés par les contes qui sont responsables de la violence sexuelle faite aux femmes et de l’oppression de la femme au sein de la société. Natalie Trummer regrette aussi que les contes ne soient pas abordés de manière suffisamment critique.

 

Un exemple parmi tant d’autres

Pour Tamara Funiciello, Présidente de la Jeunesse socialiste, les contes ne sont qu’un exemple parmi tant d’autres. « Que ce soit dans les contes, les vieux films Disney, dans la pub ou dans des magazines pour femmes : ce type de schémas se retrouvent partout. » Elle souligne néanmoins que les choses sont en train de changer, notamment avec des films plus récents comme La reine des neiges, où l’héroïne est incarnée par une reine.

Conchi Vega, membre de la société suisse du conte, rappelle de son côté que ces histoires font partie de la culture : « Grâce aux contes, les enfants apprennent ce qu’est l’amour, la haine, la jalousie ou l’amitié. » Selon elle, il serait faux de priver les petits des contes parce que ces derniers renforcent leur imagination et leur fantaisie. Si elle concède que la critique féministe est compréhensive, elle estime néanmoins que les enfants sont tout à fait capables de faire la différence entre un conte et la réalité.

Retrouver des rapports apaisés avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

65 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bref, des nouvelles fraîches de chez les tarés...

     

  • Les féministes sont des citadines qui n’ont jamais observé la nature, ne serait-ce que le pigeon empressé qui "harcèle" la pigeonne en roucoulant et en tournant autour d’elle, ou le cerf qui se bat - parfois à mort - avec un rival pour s’emparer d’un harem de biches . Ces gourdes, aussi prétentieuses qu’ignorantes, s’imaginent qu’un mâle ou qu’une femelle DOIVENT avoir le même comportement . Elles seraient capables de s’indigner qu’un oiseau mâle doive grimper sur la femelle pour la féconder . Navrantes péronnelles .

     

    • Tout dépend de qui veut porter l’estocade, les femmes n’ont en rêve que le prince charmant sous-entendu plein aux as, peu importe son âge ou sa tronche, s’il a du pognon c’est le bon, celui-là pourra se permettre d’essayer de la mettre, c’est comme ça qu’elles se tirent avec le premier venu qui pourra améliorer leur train de vie, mais elles resteront toujours en quête d’une plus grosse bourse.


    • @pépé.........c’est qu’elles se sont elles-mêmes enfermées dans une prison dont il leur sera très difficile de sortir, car elles ne se savent pas enfermées : c’est tout leur drame .


  • Sont-elles passées à côté de "psychanalyse des contes de fées" ?
    C’est aussi enseigner,par l’imaginaire,la dureté de la vie (les enfants abandonnés par leur parents dans le petit poucet car manquant d’argent et creuvant de faim,c’est pas de la rigolade...),au delà des thématiques faisant écho au développement de la psyché.
    La belle au bois dormant est la symbolisation de la phase de latence chez l’enfant(=l’endormissement de la belle) pas mâture pour une vie sexuelle partagée.
    Peut-être ont elles "reconnu" dans leur délire paranoiaque la fameuse drogue du violeur ?
    Raconter ces histoires aident les enfants,malgré eux ,à mettre des mots sur des situations de vie reflétant aussi les conflits que les adultes peuvent vivre.
    En cela ils sont plus que divertissants mais aussi initiatiques
    Qu’elles écrivent donc leurs propres contes avec les fins qui les arrangent pour combler les vides qu’elles perçoivent et dont elles se sentent les victimes puisqu’elles ont du temps à perdre à critiquer l’existant !
    Salutations

     

  • Le pouvoir ne se quémande pas, il se conquiert. La femme n’est pas armée pour conquérir le pouvoir. Elle n’est pas une puissance contraignante. Son action n’a pas de caractère normatif . Elle agit par influence et suggestion.
    Mus pour des intérêts économiques bien identifiés, relayés par des idiots utiles bien pensants, d’autres hommes ont établi la femme dans sa position actuelle. Il est stupide d’en faire un persécuteur égaré par son nouveau pouvoir et ses droits acquis. L a guerre se livre au masculin et les pouvoirs concédés, comme les « droits » pourront être repris par d’autres hommes. Comme le dit Elise Elisseievna (militante féministe membre du CERF –cercle d’étude des réformes féministes- le :27/11/17 sur B.V). « L e sort dés femmes dépendra toujours en dernier ressort de la bonne volonté des /hommes ».
    Les choses ont un peu plus de complexité dans la réalité mais cette schématisation, c’est de la vérité concentrée.
    Prions que ces « autres » hommes ne soient pas des barbares a moitié fous comme ceux qu’on voit sur une vidéo qui circule sur Internet , brûler vive une femme parce qu’elle faisait du vélo en short !


  • il va falloir corriger la Bible aussi car c’est Eve qui tente Adam, sans oublier tous les bouquins où la femme tient le mauvais rôle. Y’a du boulot.


  • "Diplômée" de pédagogie, donc autant dire rien (le vide des sciences de l’éducation où le stylo devient l’outil scripteur) et l’autre rien de rien.
    Non, elles ne se préoccupent pas de chômage, de la planète, ou des guerres et de l’insécurité mais d’un conte ancien déjà qui a donné lieu à des BD ou dessin animé.
    Activités de très haut niveau mental bien sûr, avec elles c’est non l’égalité mais la supériorité des femmes, qui donnent la vie et éduquent qui est prônée.
    Donc les contes sont responsables des viols et de l’excision, des jets d’acide au visage et des violences conjugales. Peut-être aussi de la 2e GM...


  • Certaines ont vraiment du temps à perdre, pour philosopher sur de telles sottises, ou bien alors elles ont été grassement payées pour le faire.

    Toujours plus bas dans la décadence humaine programmée.


  • Pourquoi les féministes ne s’en prennent jamais au porno qui a pourtant envahi les moindres recoins de la société, les enfants n’étant pas épargnés via les smartphones par ex.. Dans le porno, la femme a-t-elle une place enviable à celle de la belle au bois dormant ? Les féministes n’osent (ou ne veulent) pas s’attaquer à des entreprises qui drainent des milliards de dollars... le bisou du prince charmant, c’est l’arbre qui cache la forêt, commode pour détourner les consciences des vrais problèmes...


  • Les femmes deviennent folles.

     

    • Merci de ne pas confondre "les femmes" avec les faux-ministes.

      Certes, le faux-minisme est devenu une psychose sociale contagieuse dont les oligarques via leurs merdia sont les vrais soutiens, mais toutes les femmes ne sont pas encore atteintes.

      Dire "les femmes" consiste à agir en miroir du faux-minisme qui ne cesse de mettre tous les hommes dans le groupes des violeurs-agresseurs-abuseurs.

      Diviser pour mieux régner est le seul vrai objectif des oligarques qui soutiennent le faux-minisme...et ça marche !


  • Il y a une légende médiévale d’après laquelle une reine, en signe d’admiration, aurait donné un baiser au poète Alain Chartier alors qu’il dormait. Quel homme va hurler au sexisme contre cette reine ?

     

  • J’espère que ces connes ne font pas de gâteaux car en cassant des oeufs, les poules qui sont des femelles n’ont pas donné leur consentement ! Pareil avec le lait qui provient des vaches...

     

  • Cette dame à raison, le baiser, n’est pas consenti. Bien que l’on pourrait comparer ce baiser à du bouche à bouche, il n’est pas présenté comme cela. Et le contexte dans lequel le baiser à lieu n’est pas mieux, puisque le prince n’a qu’une idée en tête c’est d’épouser la belle au bois dormant à travers ce baiser. Métaphoriquement parlant, cela fait penser au sabine.
    Il ne faut pas juger les paroles d’une personnes à travers cette personne, mais de manière objectif. (exemple:vous faites le jeu du FN, féministe, ect...)
    La plupart des gens éveillés se plaignent de l’infantilisation de la société. Mais disney infantilise les femmes (la moitié de la population) depuis ses débuts. A tel point que l’on parle de féminisation de la société.
    Personnellement je suis contre l’image des femmes "boniches" et des hommes "prince charmant", elle ne correspond absolument pas à la réalité, pourtant disney et hollywood font ouvertement l’apologie de cette image.

     

    • Les contes n’ont pas pour fonction de rendre compte de la réalité mais d’activer des symboles dont la profondeur est proportionnelle à la faculté de compréhension de chacun...
      Disney (dont je ne pense pas beaucoup de bien) n’est certes pas l’inventeur des contes qu’il transmet (en les appauvrissant beaucoup) : les frères Grimm, Perrault non plus d’ailleurs.
      Juger sans comprendre, c’est dommage.


    • @Emilien,

      Quel symbole renvoie l’histoire du roi qui se marie avec sa propre fille ?
      Quel symbole renvoie un baiser non partagé sur une femme endormie (on sait que l’histoire finit bien mais on peut voir ici quelque chose de malsain).

      Cette histoire est clairement de l’enculage de mouche au vu des contenus dégénérés et malsain dix fois pires qui sont projetés sur les écrans mais si l’on est honnête cette femme a parfaitement raison sur ce détail. "On n’embrasse pas une femme endormie avant le mariage" :-) Qu’elle soit féministe ou non n’y change rien. Qu’il y ait d’autres priorités comme le porno n’y change rien non plus.


  • Elle raconte n’importe quoi la suffragette, il faut interdire "la Belle au bois dormant" parce que ce conte ignoble explique aux filles qu’elles peuvent rester sans se brosser les dents pendant 100 ans, et espérer trouver un mari...quand même...ce qui est impossible...

    Consenti ou pas, n’empêche qu’après avoir survécu à l’haleine du dragon, le prince embrasse une femme qui ne s’est pas brossé les dents pendant 100 ans...si c’est pas la définition même de l’amour...désintéressé et inconditionnel...

    J’en connais qui ont eu la Légion d’honneur pour moins que ça...


  • Info pour les féministes : le baiser n’est pas consenti non plus dans "La belle et le Clochard"

    Sur ce je m’en retourne lire le petit poucet à mes enfants :



    Cet hiver, en Grèce, le bucheron et sa femme, n’ayant plus à manger, allèrent perdre leurs enfants dans la forêt...



  • Je les invite à lire les contes originaux qu’on rigole un peu.

     

  • Pauvre petit garçon...
    Est-ce qu’il y a un service de la protection de la jeunesse là-bas où on peut porter plainte ? Je m’inquiète pour le bien-être de l’enfant... C’est clair que ce parent tente de nuire à son développement personnel en lui imposant une façon de penser tout à fait incongrue. De plus, elle se sert de l’innocence d’un enfant mineur pour faire la publicité de sa vision de la vie dans les médias.


  • Mais comment va-t-on s’en sortir avec la multiplication de telles c....


  • Encore une qui n’a rien compris à ce conte initiatique, mais vraiment RIEN !

    Un petit garçon de moins de 7 ans, comprend le message initiatique de ce conte puisque son âme n’est pas encore soumis à la loi du 2 mais du 1 à savoir dans l’Unité du Père.

    Que lui dit ce conte adressé à son âme et non à son enveloppe psycho-somatique ?

    En vérité, ce n’est pas l’homme que la femme aime mais le Soi qui est en lui.
    En vérité, ce n’est pas l’épouse que l’époux aime, mais le Soi qui est en elle.

    Ainsi, sachant que c’est le Soi en moi qui connaît, aime et s’exprime, je L’entends dire grâce à l’autre : « En toi, JE me connais, en toi JE m’aime, en toi, JE m’accueille ».

    Le « je » est à la fois le je (personnel périssable) et le JE (cosmique impersonnel, immortel) lesquels sont en face à face comme en un miroir et UN, telle les bifaces de Janus, tels Ioannès et Iésus, Connaissance & Amour telle aussi Jehan d’Arcadie

    Le conte de la « Belle au Bois dormant » signifie que l’homme, en son âme UN et séparé de sa UNE dans son incarnation doit l’EVEILLER (ou la réveiller) en lui par la Connaissance et l’Amour afin qu’il la reconnaisse dans sa vie intérieure et l’Epouse.

    Quête de Don Quichotte et de sa Dulcinée ! Autre côté et non côte de son ÊTRE lové au sein de lui-même, voilé !

    Eveiller = Ève veille sur la croissance intérieure de son enfant, le pôle féminin de l’ETRE veille sur l’âme des garçons afin qu’ils s’accomplissent dans l’harmonie. Les femmes n’ont pas le monopole du Féminin de l’ÊTRE sauf lorsqu’elles sont elles-même des initiatrices sacrées telles les prostituées sacrées jadis qui exerçaient leur sacerdoce dans des Temples. Toute femme était en mesure d’exercer ce pouvoir quel que fut son statut.

    Jeunes femmes femenistées n’ont aucune idée de la mutilation, de l’affaissement, de leur féminin avachi quasis excision psychique de leur nature profonde.

    Leur corps souillé par les images et leur âme est atteinte gravement d’où ces discours de castratrices perverses reniant toute sacralité, celle chargée du pouvoir magique de l’érotisme divin.

    Cette schizoïdie et amnésie collective conduisent l’humanité à sa perte, c’est évident à tel point que les homosexuels masculins sont contraints d’en faire des tonnes, font de la résistance pour sauver la Grâce du Féminin de l’ÊTRE alors que ce n’était pas traditionnellement leur fonction hormis exceptions.

    Le MAL est profond et le Politique dévoyé un symptôme.


  • Elle avait qu’à pas dormir !

     

    • Énorme !

      C’est vrai que c’est tellement plus choquant que les romans que l’on fait lire aux enfants des collèges avec des actes sexuel décrit de manière précis et glauque.


    • Attention : Tout baisé prodigué à son ou sa partenaire, pendant son sommeil, sera considéré comme un viol !

      Dans un souci d’équilibre, si nous parlions un peu de cette garce de fée clochette, qui pour le coup a un comportement des plus choquant avec P.P. (jalousie, mensonge, tromperie, et qui passe son temps à montrer ses fesses).
      Et pour rester dans l’air du temps : #balancetafeeclochette

      Libre selon l’esprit


  • Les féministes détestent la nature féminine encor plus que la nature masculine. J’ai toujours cru que les féministes détestaient les hommes, en lisant cet article je constate qu’elle détestent surtout la femme.

     

  • Donc d’après ce raisonnement débile, plus question pour un secouriste de faire du bouche à bouche à une femme en train de crever. Mieux vaut passer son chemin.

     

  • Heureusement que le prince lui donne ce baiser dans le cas contraire, la famille de la princesse aurait pu porter plainte pour non assistance à personne en danger.


  • Encore une mal baisée féministe victime de gauchiserie aiguë.


  • Hé ho, elle dormait hein...donc elle ne parlait pas.
    Et qui ne dit mot, CONSENT !!!

    Hé oui, CQFD.

    De plus, c’était le prince charmant, pas Harvey Weinstein.

    Prenez ça dans vos faces, les féministes, bandes d’enfants du diable que vous êtes...


  • Il ne lui roule pas une pelle bien baveuse et c’est un coup de foudre , mais il dispose d’elle alors qu’elle est profondément endormie.Le Dr martin Wrinckler sur son site martinwrinckler.com, explique les violences faites aux femmes , la non pris en compte de symptômes, par les médecins , formatés dans ce sens durant leur cursus, ( hommes et femmes ) . Il relate les gynécologues qui demandent à leurs étudiants de faire des touchers vaginaux alors que les patientes sont anesthésiées, sans demande préalable, ce qui revient à un viol pur et simple...ou encore le débarquement d’un professeur et d’étudiants dans une chambre d’hôpital, sans l’autorisation du patient, parlant de lui comme s’il n’était pas là...

     

  • Les contes de fées sont essentiels pour l’éducation de nos enfants. On y retrouve quantité d’archétypes, traces et mythes. C’est la mémoire de notre peuple qui a échappé aux censures et destructions chrétiennes. Intemporel.

     

  • Je n’ai jamais autant ri de ma vie ! C’est un sketch, pas vrai, hein ?!


  • Aller remettre en question un conte existant depuis des décennies, faut avoir rien à foutre de ses journées et l’esprit tordu .Féministe, encore une race de nos époques pour venir nous faire la critique d’un conte pour enfants , en faisant les vierges effarouchées sur "un bisou, non consenti " .Au lieu de nous faire chier avec des conneries pareilles, les féministes feraient mieux de se pencher sur le drame des viols qui ont été perpétrés en Allemagne (Cologne) il y a bientôt un an, pour leur demander si elles étaient consentantes. Au moins , elles auraient pu servir à quelque chose, pour une fois .Féministe, encore une race à part .


  • On lit moins de contes aux enfants depuis des années et il passent davantage de temps devant les écrans. Curieusement, la société est de plus violente et intolérante. Cherchez l’erreur


  • Ces féministes qui se croient dans leur bon sens, qui pensent faire oeuvre de salubrité, qui se croient intelligentes parce qu’elles réfléchissent sur tout et n’importe quoi, sans aucun recul sur leur bêtise, sans même se dire à un moment qu’elles racontent peut-être une grosse connerie, en réalité dorment profondément, ce sont, elles, les vraies somnambuliques de la vie, et elles ne veulent que cela dormir dans leur conte de fée forgé sur mesure où le vilain méchant à la fin est toujours l’homme, quand on a compris cela, normal que cette histoire de prince charmant qui vient pour essayer de les réveiller, ça leur plaise pas, elles ne veulent pas être réveillées et encore moins par un homme.

    Blaise Pascal : "Le sommeil est l’image de la mort, dites-vous ; et moi je dis qu’il est plutôt l’image de la vie."


  • La Belle ne dort pas : elle est droguée par une psychopathe, de type Bergé sans bergère.
    Appelons cette sorcière : Athalie.
    Athalie a drogué également tout l’entourage de la belle : les gens qui bossent, empêchés de bosser. Le père et la mère, empêchés de gouverner leur enfant et leur bien.
    Le palais France est couvert de toiles d’araignée, méconnaissable, inaccessible.
    Ses jardins Lenôtre ne sont plus que ronces et orties.
    Arrive le Prince, beau et brave. Il se fraie un chemin difficile dans ce maquis. Il s’est auparavant posé les bonnes questions : le palais France, ce taudis croulant, mérite-t-il d’être sauvé ? Oui !
    Pourquoi ? Parce qu’il abrite l’essence de la beauté en sommeil, la promesse de sa descendance,la renaissance de ce que fut cette merveille !
    Sur les lèvres du Prince, la fée Clochette a posé une poudre de Perlimpinpin, en fait un contre-poison des laboratoires Roche.
    La Belle est intacte, mais ses habits sont bizarres. Des trous partout, des déchirures, qui révèlent l’anatomie de la Belle, par morceaux.
    Choqué, le Prince étend sa cape d’or sur sa future épouse qui a été transformée en "fille pour tous". Puis il lui dispense le baiser-médicament, à effet immédiat. Aussitôt la Belle réagit.
    Dés le lendemain, les laboratoires Roche rachètent les labos Athalie, dont l’actionnaire principal moisit en taule, pour empoisennement de masse.
    Cette histoire-là conviendra ?


  • Grâce à ces soi-disant féministes, il ne restera aux enfants que la télé-réalité abêtissante, des popstars pas très chrétiennes et des "contes" nouveaux estampillés LGBT pour étriquer leurs esprits au maximum. Elles jouent les agents du NOM.
    Au lieu de s’attaquer à la laideur du monde moderne qui est clairement le vrai problème, elles préfèrent se débarrasser d’un héritage profond qu’elles n’ont pas le niveau de conscience pour comprendre. C’est normal, elles sont le produit de cette modernité et c’est l’ancienne humanité qu’elles veulent voir disparaître, comme tous les malheureux contaminés par le NOM.


  • Je verrai bien un remake de l’ Abel au bois dormant avec Naziza en prince charmant .
    La justice doit passer et répondre aux questions " dormait-elle vraiment ? Avait-elle été droguée ? N’était elle pas consentante ? "


  • dans la director’s cut je crois qu’il donne un pain au chocolat.


  • Donc !!!!

    Une femme agonise dans la rue...
    Il est interdit de lui faire le bouche à bouche si elle n’est pas consentante !?

    Parce que seul le baiser pouvait sortir la Belle de son sommeil... !?

    Le féminisme ; une maladie mentale.

    À BONNE ENTENDEUZE

     

    • Marrant. Justement, il y a quelques jours, j’apprenais via un site d’informations médicales que les femmes sont moins souvent réanimées, justement parce que les gens hésitent à pratiquer sur elles un massage cardiaque ou un bouche-à-bouche.
      Mais c’est leur faute aussi ; si elles avaient donné leur consentement, elles n’en seraient pas là hein ! Et puis, des fois qu’elles poursuivraient leurs sauveurs pour harcèlement sexuel...


    • Effectivement ça peux être dangereux de sauver une femme qui agonise vu sous cet angle .ça devient vraiment n’importe quoi ce feminisme !!!


  • c’est un baiser de vie...mais dans notre triste société inversée, c’est le baiser de la mort qui est d’usage courant...il est même une seconde nature chez les politiques dévoyés et tous les idolâtres de Mamon !


  • Ça n’a aucun sens. Je me trompe peut être vu car les contes de fées ça date pour moi, mais la Belle n’est-elle pas en attente justement de son prince Charmant dans l’histoire ? Si c’est le cas, il y a consentement tacite et la conclusion est qu’ils vécurent heureux avec beaucoup d’enfants. Le Charmant n’étant pas du genre cogneur ivrogne malaisant.

    Mais bon, inutile de discuter avec ces tarées mal baisées. C’est un ramassis de gourdes qui n’ont rien d’autre a foutre de leur vie que de jouer sur des polémiques aussi puériles que leur combat.


  • Je me vois mal commenter à ma fille, en train de regarder avec moi :



    ...tu vois ma fille, là, la méchante sorcière (fée) est une femme parce qu’on opprime les femmes depuis l’antiquité, ce n’est qu’un exemple !...
    ... et là, la victime est une femme parce qu’on essaie de vous inculquer que les femmes sont des êtres fragiles et délicats...c’est complètement faux !
    ...elle doit être sauvée par un homme parce que : "PATRIARCHIE !"...
    ...là le prince l’embrasse parce que c’est un obsédé sexuel qui ne veux que la fourrer...
    ...et tu vois, il ne lui demande même pas son autorisation parce que c’est un violeur, un porc !
    ...elle l’épouse à la fin, parce qu’elle à trop peur de parler et de le dénoncer et qu’elle préfère se cloitrer dans la honte plutôt que de le confronter...#balancetonprince
    ...et son père est clairement un porc, qui donne sa fille à celui qui la violée !
    ... et puis d’abord, pourquoi elle doit être "donnée" comme un objet ? c’est purement une "objectification" de la femme !
    Ce dessin animé est clairement misogyne !



    ...
    ...
    Papa ...
    C’est quoi "opprime" ?
    ...
    Ma chérie, tu sais quoi ? on va sortir jouer dans le parc.


  • Je trouve les valeurs véhiculés par ce conte très faible. Au niveau de l’inconscient collectif, nous sommes contaminés par le mythe du prince charmant :
    Pour la femme, cet archétype représente l’homme qui saura lui assuré la sécurité. Concrètement, l’entretenir, puisqu’elle passe son temps à dormir.

    _ Pour l’homme, la vision véhiculé est celle d’une femme entièrement passive, qui ne prend aucune décision, qui ne s’exprime ni ne fait le premier pas.

    La femme réel, elle, a la capacité de s’approprier des attributs masculins (comme la prise de parole, la prise de décision, l’authorité) puis de s’en délaisser en disant " je ne suis qu’une femme", là ou un homme doit porter ses couilles en permanence.

    la vision de cette femme idéalisé donc, dont on nie la composante masculine, empêche souvent de rencontrer la femme réel, et donc connaitre la femme par l’expérience. Les femmes détestent être idéaliser, c’est un bon moyen pour les faire fuir .

    _

     

  • de mieux en mieux niveau argumentaire de la parts des "lobbies subventionnés".
    et aprés ces mémes zombies "rigolent" des "théories" du complot .
    mais que fait le decodex ?


  • Quand on a un « clito » à la place du cerveau, on peut s’attendre à ce genre de délire...


  • Les féministes m’agacent au plus haut point.
    La Belle au Dormant est un très joli conte. Jusqu’où va la perversité de ces idiotes.
    Elles n’ont plus qu’à regarder des films avec des lesbiennes, elles n’auront plus de souci ou assassiner les hommes qui les entourent.


  • J’ai mal à mon disney


Commentaires suivants