Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Ces Français qui cumulent des petits emplois pour vivre

Qu’est-ce qu’un bas salaire selon la définition officielle ? C’est quand on touche moins de 66 % du salaire mensuel net médian. Et le salaire médian ? C’est celui qui coupe en deux la population étudiée, ici les 22 millions de salariés. Il y a donc 11 millions de Français qui touchent plus que 1775 euros, et 11 millions qui touchent moins. Et dans ces derniers, les femmes touchent en moyenne 20 % de moins que les hommes. Il est alors normal de les retrouver surreprésentées dans la catégorie des bas salaires.

 

 

On ne va pas revenir ici sur les raisons – qui ne sont pas toutes sexistes ou machistes ou patriarquistes – de la moins-value féminine sur les salaires, mais se concentrer sur le phénomène à la grecque dans l’économie française. On dit que les Grecs, avant que la BCE, le FMI et Goldman Sachs lui tombent sur le râble, cumulaient pas mal de petits emplois pour joindre les deux bouts, en oubliant parfois de payer des impôts dessus. Ce phénomène n’est pas nouveau en France, mais il n’était pas aussi développé qu’en Grèce, où c’était devenu un sport national.

 

Ces deux bouts qui ne se joignent jamais

Avec la crise due au choix du (presque) tout libéralisme dans la société française depuis 1983, les choses ne se sont pas arrangées dans la France d’en bas, celle des Gilets jaunes en particulier. Cela explique la présence de beaucoup de mères de famille sur les ronds-points lors des premiers samedis d’action :

 

 

Le Figaro du 8 février 2019 nous apprend ceci :

C’est une tendance de fond dans un marché du travail en pleine mutation. De plus en plus de Français cumulent plusieurs activités professionnelles, parfois bien différentes, par choix ou nécessité. Tandis que le ministère du Travail les appelle « les pluriactifs », ces personnes qui cumulent plusieurs activités professionnelles en parallèle répondent aussi au nom moins français de « slasheurs ». Ce terme fait référence au signe « / », symbole de la séparation entre leurs différentes activités professionnelles, notamment sur leur profil LinkedIn, où l’on peut rencontrer des intitulés aussi iconoclastes que « vendeur de vêtements/professeur de salsa ». Et selon une étude réalisée par Opinion Way pour Horoquartz, cette tendance pourrait devenir une véritable norme dans les années à venir puisque près de trois salariés sur dix seraient désireux d’exercer deux activités salariées en parallèle.

Le « désireux » va sûrement faire plaisir à cette cumularde, en boulots mais pas en privilèges :

 

 

Femmes au boulot, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

64 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Hé oui, la richesse que produit un peuple n’est pas infinie, quand on veut la partager avec la terre entière, c’est ce qui arrive.


  • #2312794

    Ces Français qui s’obstinent à conserver le statut de salariés.

     

    • N’est pas Soral qui veut (salariat). Soral qui, donne son exemple, sa ligne, mais qui pour autant ne crache pas à la gueule de celui qui « ne peut faire autrement » (tout le monde ne peut pas se permettre ce luxe, et Soral le sait). Le sujet est intello, le message est « prenez recul », enfin je crois.
      En tous les cas, le « salarié » pro-ER, l’a compris.
      Vous voulez quoi ? Éradiquer le salariat ? Même dans le troc il y a salariat.


    • #2312842
      le 02/11/2019 par Aiguiseur de guillotines
      Ces Français qui cumulent des petits emplois pour vivre

      Et tu proposes quoi ??


    • #2312871

      @ Michael B.

      "Ces Français qui s’obstinent à conserver le statut de salariés."

      Propos extrêmement déplacés de votre part. En France, pour monter une entreprise, tout est obligatoire :

      - Assurance pro obligatoire
      - Compte bancaire pro obligatoire
      - Convention collective obligatoire
      - Logiciel de comptabilité obligatoire
      - Bâtiment ERP obligatoire
      - Cirer les pompes du maire FM obligatoire

      La liberté d’entreprendre n’existe pas. Si vous n’êtes pas républicano-compatible, vous êtes black-listé et là où l’on voit bien que ce système est pervers c’est que vous, vous avez des obligations mais pas les entreprises, l’assureur a le droit de ne pas vous prendre, le banquier a le droit de ne pas vous prendre, ce qui fait que vous vous retrouvez dans l’incapacité légale de monter votre entreprise, d’où le salariat subit par bon nombre de Français.

      La république est un broyeur d’intelligence. La seule chose que l’on peut reprocher aux Français, c’est leur obstination à voter. Voter permet de maintenir le statu quo actuel et ce pour le plus grand bénéfice des élites.


    • #2312886

      En effet, tout le monde n’a pas la possibilité d’échapper au salariat. Il faut une certaine condition physique, une certaine condition intellectuelle, une certaine condition économique et sociale pour échapper au salariat. Ce n’est pas donné à tout le monde. Je note que le "formulaire d’inscription au spectacle perpétuel de la pleurniche", lui, est moins exigeant.
      La différence entre un "prolétaire respectable" et un "vulgaire bouseux", c’est la pudeur et la dignité qui commandent toutes deux de ne pas pleurnicher toute sa vie sur sa condition. Le beau, le bien et le vrai sont ailleurs.


    • #2312971

      Les salariés seront bientôt en minorité, et les entrepreneurs aussi :
      si l’on déploie la technologie à son niveau actuelle, la plupart des humains sont obsolètes dans leur fonction salariale ou productive.

      Quand aux services et à la consommation, ils sont proportionnels en volume au nombre d’humains présents sur un territoire ; et donc très relatifs.
      La production énergétique (et son impact éventuel sur le climat) sont eux aussi relatifs à la population présente.

      Tout cela n’a plus aucun sens et devrait être repensé.


  • #2312798

    Alors que mes voisins « immigrés migrants » viennent de partir en vacances dans leur Pays d’origine pour visiter la famille (malgré le risque énorme encouru, celui qui les a fait fuir leur Pays).
    Mais peu importe, cette Dame a voté pour qui ? Pour celui qui, « honnêtement » au final, a annoncé l’ouverture des portes de l’Afrique vers nous ? Pour celui qui applique ce qu’il avait annoncé (pour ceux qui savent lire) ? Trop tard... Vous devez « partager », à savoir : Vos ados auront moins ou pas plus que les ados « invités ». Ils ont des IPhones, les votres non ? Mais welcome aidant, il faut qu’ils soient eux aussi à l’avant-garde. Vous gauchisiez ? Dansez sur votre rond-point maintenant. Faites la chenille. (Combien de migrants sur votre rond-point ?)


  • Après quarante ans de travail et une certaine réussite sociale, je me retourne et je vois le chemin parcouru.
    Ma mère qui est décédée cette année et qui, comme beaucoup de mères mais aussi de pères, a fait preuve de courage et d’abnégation pour l’avenir de ses enfants.
    Je pense à tous ceux qui sont restés sur le bord de la route et je me dis que j’en ai marre de voir des personnes respectables dans la difficulté.
    On s’est bien fait avoir par cette république.


  • Il y a aussi pas mal de retraités qui arrondissent leurs fins de mois. Et pas forcément des gens dans le besoin au passage.
    De toute façon, ces solutions n’en sont pas. Ce genre de rythme pour tenter d’accéder à la société de consommation est vouée à l’échec.
    L’exemple de cette femme qui cumule 4 activités n’a même pas les moyens de se payer une voiture. On est donc déjà à la limite de ce qui est faisable dans le domaine de l’ultra-libéralisme.

     

  • Une bonne grève générale, ça les mettraient à genoux, mais pour ça il faut que le peuple soit motivé, il le sera un jour peut être dans quarante ans, comme au Chili où tout à été détruit et privatisé et la survie un cas général.
    Aujourd’hui l’oligarchie Chilienne est atteinte de tremblotte, malgré les 17 morts le peuple est dans la rue par centaines de mille, le gouvernement est prêt à toutes les concessions, les diversions n’ont pas fonctionné les syndicats dépassés.
    Gauche populaire en est pour ses frais, le peuple se fout des partis et sa lutte paye.
    Un peuple fou de rage qui après tant d’années de supplice néo-libéral, n’a plus rien à perdre et ne croit plus aucun politique !

     

    • C’est quoi le néo libéralisme ? Du moins la différence avec le libéralisme ?....


    • Sur la toile vous avez toutes les réponses, pour faire simple le néolibéralisme, c’est de réduire au minimum l’intervention de l’Etat.
      La variété des usages, lorsqu’on évoque des "politiques néolibérales", on se réfère généralement au "consensus de Washington".
      Le né-olibélisme pourrait se définir comme un turbo libéralisme, une machine à accentuer le fossé entre ultra riches et la masse, c’est à dire totalement délivré du redistributif, un retour aux ateliers de Manchester, en définitive un système dont la production essentielle est la multiplication des pauvres.


    • C’est pire que ça, l’État qui se retire juste c’est le libéralisme, là l’État se met au service de l’argent et INTERDIT de remettre un peu de justice et de répartition, en légalisant l’accroissement des inégalités et de la pauvreté en même temps que celle de l’extrême richesse, et en imposant malgré les choix du peuple la mise sous tutelle d’une entité supranationale qui n’existe que pour servir la liberté de l’argent.


    • JC
      Le néo-libéralisme sur ses deux jambes, la gauche pour la casse sociale et la droite pour la communication, ils ne peuvent se passer de propagande, communiquer communiquer, raconter tout et son contraire divertir, occuper l’espace médiatique tout azimut, changer notre quotidien sur des questions (qui ne concernent en rien le prix du beefsteack) pour en faire leur quotidien que les gens perdent l’essentiel (la lutte).


  • Ces femmes veulent etre l’égal des hommes.. ces femmes se séparent de leurs hommes et apres ça bien pleurer que c’est obligé de travailler beaucoup ... loll
    Sans les hommes vous n’êtes rien mesdames, vous en faites la démonstration ... !!!
    Et encore la vous touchez certainement la ou les pensions alimentaires... vivre avec sa chatte ou son cul ça n’est pas vivre mesdames... :)
    Lorsqu’au j’e croise au taf et qu’elles viennent se plaindre Je les ignore et sinon je leur réponds ben va te trouver un mec qui te supportera et qui voudra de toi et de tes rejetons... mrrrr

     

    • @DupSte

      Et encore la vous touchez certainement la ou les pensions alimentaires..

      Il faut qu’elles sachent que ça ne dure pas toute la vie, à la majorité des gamins ou lorsqu’ils ont fini leurs études, c’est fini .
      On ne fait pas des gamins pour toucher des pensions alimentaires , ou alors c’est grave..


    • Cette femme était peut-être une (heureuse) mère au foyer avec un mari qui subvenait à ses besoins. Mais malheureusement celui -ci est décédé. Vous pouvez créer une belle famille, décider de rester à la maison et même regarder les femmes qui élèvent seules leurs enfants avec un peu de mépris....du jour au lendemain vous pouvez être dans le même cas, on est à l’abri de rien...(c’est mon cas personnel aussi)....


    • C’est vrai que des gars qui lachent femme et enfants dans la pampa pour le cul de la secrétaire ou collègue qui passe, ça n’arrive vraiment jamais....


    • Dupste : " Sans les hommes vous n’êtes rien mesdames " . Il vaut mieux être seule que mal accompagnée et vous en êtes l’exemple type. Quelle plaie ce genre de mec et leur réflexion à deux balles. J’espère pour eux, que vous n’avez pas de femme, ni de rejetons comme vous dites, car la honte, c’est difficile à supporter.


    • Je trouve votre discours aussi navrant qu’une féministe hystérique. En plus d’être réducteur, vous faites preuve d’une vulgarité, d’une violence et d’un mépris qui vous déshonore.


    • #2312984

      Eddy La plupart du temps, ce sont les femmes qui décident de rompre. J’ai lu quelque part que dans 70% des cas la rupture est une décision de la femme.


    • #2313110

      D’accord avec vous, les femmes ne sont pas l’égale des hommes, mais si les femmes sans les hommes ne sont rien, ça fonctionne également dans l’autre sens : sans femme (votre mère), vous ne seriez pas là pour écrire ce message.

      De nombreuses femmes aujourd’hui, c’est vrai, se comportent comme des garces, surtout les jeunes générations, mais les hommes ne sont plus non plus vraiment des hommes : ils ne défendent plus leur pays, ils se préoccupent plus de leur confort personnel que de leur nation et de ce qu’ils vont laisser aux générations suivantes.
      Ceci étant dit, il y a des hommes qui s’impliquent et cherchent à solutionner les problèmes, et il y a des femmes aussi qui le font, c’est rare, mais ça existe, comme il y a aussi des femmes qui ne se sentent pas d’aspiration à cela, la plupart, et même d’autres qui préféreraient se consacrer à l’éducation de leurs enfants mais qui sont obligés de travailler par nécessité.

      On pourrait épiloguer à l’infini sur des cas individuels, que cela ne nous mènerait à rien, sinon à la discorde, vous me diriez que dans votre entourage il y a tel genre de femmes, et je vous répondrai que dans le mien elles sont plutôt comme ci ou comme ça, et rien de concret ne sortirait de cet échange.

      Je vous propose donc de prendre un peu de hauteur : qu’est-ce qu’il faut pour qu’un pays fonctionne ? Une politique qui défend ce pays avec un peuple soudé. Qu’est-ce qui soude un peuple ?
      1. la famille, donc il faut que les femmes assument leur rôle de mère (faire des enfants, les élever) et les hommes leur rôle de père (protéger leur foyer, le défendre), ensuite, ils peuvent, en fonction de leurs aptitudes personnelles, servir le bien commun, mais seulement après avoir rempli leurs devoirs
      2. le respect, le respect à l’intérieur du foyer (pas de mépris envers l’autre sexe), avec le respect des ancêtres, et le respect à l’extérieur du foyer (entre français, donc, pas de jugement sur la situation personnelle des autres, que vous ne connaissez pas)

      Voilà, vous voyez, ce n’est pas si compliqué, toutes les personnes (hommes et femmes) qui aiment réellement ce pays et ont à coeur de le sauver sont d’accord avec ces principes. Peu importe si les autres ne le sont pas, puisque de toutes façons, ils ne servent pas nos intérêts (ni les leurs, mais cela, c’est un autre débat) et pour le combat politique, ce qui compte, c’est qu’une base déterminée et intelligente agissent dans le même sens.


    • N’importe quoi, si les hommes n’étaient pas des connards, si la génération 68 n’avait pas élevé des imbéciles qui ne savent pas ce qu’est une femme, un couple, que ce n’est pas juste du sexe, etc., il n’y aurait pas tant de mariages foireux entre simples "amoureux" sans lendemain, qui finissent en cohabitations invivables et où le meilleur choix devient pour la femme ou mère de quitter son boulet d’homme qui la prend encore pour une chatte sur pattes. Les unions et mariages, ça se prépare, sur des années, les couples ça se construit volontairement (pas automatiquement) sur des années et certainement pas sur des sentiments qui ne servent que de motivation et filets de sécurité. Ça devrait être enseigné à l’école, au lieu des pratiques sexuelles. Et au moment où j’écris j’entends des "cohabitants de sexes complémentaires" gueuler comme des putois.


  • Moi personnellement j’ai fais le choix d’être auto entrepreneur avec Deliveroo. Je sais que d’être livreur c’est mal vu ici mais moi je prend mon pied ! Étant sportif pratiquant le cyclisme je me régale à faire des livraisons avec mon vélo. Et quel kiff de pouvoir choisir quand on veut bosser ! Et d’être dehors à l’air libre !

    Être salarié dans un Lidl ou être salarié dans un bureau à faire des taches administratives en boucle c’est le pire pour moi. Dans les Lidl c’est des robots les employés. Jamais je pourrais faire ça.


  • A aucun moment l’absence du père n’est évoquée. Dans ce style de reportage mainstream, c’est systématique.
    La situation est présentée comme naturelle, et même pratiquement inconcevable autrement puisque tout est fait pour détourner le sujet sur des banalités et sur le seul matérialisme consumériste.
    Par contre, chassez le naturel... Cette femme qui doit s’occuper (difficilement déjà) de ses deux enfants (pas de partage des tâches donc...) s’épanouit en aidant... Les enfants des autres. pourtant, personne ne semble l’y avoir forcé.
    L’hypocrisie dans toute sa splendeur.
    Remarque importante aussi à propos de leur comportement respectif. Bien qu’au bas de l’échelle sociale, les garçons n’ont pas du tout les codes du "rap game". Ils semblent assez préservés de ses influences néfastes (gestuelle, langage. cf : la guitare de l’ainé, assez surprenant même), mais évidemment, ce ne sera pas relevé dans le reportage...

     

  • #2312858

    Je n’ai absolument pas l’once d’une compassion pour ces femmes célibataires élevant des enfants seul.
    Eh oui !ça veut être libre,ne pas dépendre des hommes,ça veut travailler et élever seul ses enfants surtout sans les hommes tout en leur rackettant des pensions alimentaires et des biens lors des divorces.
    Ces femmes doivent assumer maintenant leur acte.Quand elles sont au travail,elles n’arrêtent pas de geindre :"je dois tout assumer,travailler,m’occuper des enfants,aller les chercher à l’école,faire le ménage".
    Les femmes se croient indispensables mais c’est juste dans leur têtes.Certes la femme donne la vie mais c’est l’homme qui régit le monde depuis toujours.
    On voit tout de même les ravages du féminisme dans toutes ces femmes.

     

    • "Les femmes se croient indispensables mais c’est juste dans leur têtes." Ah ouais, parce que chez les hommes, c’est quoi leur crédo ? Remarquez, au moins c’est dans leur tête, les mecs comme vous, ça se trouve en dessous de la ceinture votre pseudo supériorité. Que feriez-vous sans les femmes, mes pauvres hommes ?

      "Certes la femme donne la vie mais c’est l’homme qui régit le monde depuis toujours." Hélas oui, et on voit le résultat déplorable depuis.

      Ras le bol de ce ramassis de macho qui se la pètent et qui se posent systématiquement en victimes des femmes.


    • @Domus
      Moi c’est la victimisation et la pleurniche de ces soit disants mecs qui me fait marrer...
      Pas de Co...lles de A à Z !


    • Le reportage parle de mere célibataire a tort.
      Son mari est décedé, ils auraient du dire VEUVE


    • #2312970

      Bonjour, je trouve votre jugement un peu hâtif...Une Femme n’est pas forcément célibataire par choix délibéré mais parfois parce que les circonstances l’ y ont amenée pour d’autres raisons comme les violences conjugales ou Décès du Conjoint... Ma mère s’est retrouvée dans le 1er exemple et a préféré partir avec ses 3 enfants en bas âge de 5 ans, 3 ans et 2 semaines à l’époque que de continuer à subir les coups d’un Connard et jamais elle ne s’est plaint, ni quémandé quoique ce soit, ni pension alimentaire, ni Rien... Elle a été modeste ouvrière toute sa vie, vivant dans la simplicité, sans jamais prendre de vacances, nous a éduqué avec grande sévérité et justesse. Maintenant en retraite, tranquille avec la plus grande reconnaissance de ses Enfants et petits-enfants... Chacune a son histoire...


    • Mais t’es con ou quoi ? Son mari est DÉCÉDÉ.
      C’est quoi ces gens qui jugent avant même d’avoir tout lu et compris ?
      On comprend pourquoi les bfmerdes et compagnies progressent, avec des mal-comprenant comme toi.


    • En effet @anonyme, et ça parle quand même, donc évidemment et forcément dans le vent !


    • #2313172

      Il y a plusieurs commentaires sur l’absence d’un Père, ou d’un homme... Mais (mon cas), il existe des hommes qui élèvent seul leur(s) enfant(s). J’ai élevé ma fille dés sa naissance (Maman décédée). Ça fait aujourd’hui bientôt 18 ans. Des hauts des bas, certes, plus de vie « personnelle », un peu un sacerdoce, comme pour ces femmes. Un gros avantage cependant, j’ai pu redoubler de boulot, et j’avais une bonne situation. Tout est là, avoir les moyens (sans être Rothschild, mais avoir de quoi).
      J’ai été « suivi » par le Juge des Tutelles dans 2 départements différents, sur ma demande initialement (Rapport annuel), qui m’a apporté avec ses équipes un réel soutien (à l’écoute de toute demande éventuelle, mais j’ai eu la chance de n’avoir rien eu à demander). Une garantie quelque part (Ass. sociale chapeautée par le Juge, si besoin, etc). Malgré le merdier ambiant, il y a encore du soutien administratif si on se rencarde...
      Bref, au final, c’est paradoxalement, plus facile pour un homme que pour une femme (sauf quand l’enfant est bébé, jusqu’à 10 ans, et sauf repassage, ménage, bouffe, choix de l’habillement et autres, évidemment).


  • #2312881

    Je suis enseignante et je gagne un peu olus de 1560 euros net par mois. Actuellement j’héberge mon frère et je peux dire que c’est difficile !

    Je comprends parfaitement ces personnes qui cummulent plusieurs jobs à la fois pour survivre...

    Quelle galère !

     

  • #2312883

    Je suis enseignante et je gagne un peu plus de 1560 euros net par mois. Actuellement j’héberge mon frère et je peux dire que j’ai des fins de mois difficiles.

    Je comprends parfaitement ces personnes qui cumulent plusieurs emplois !

    Quelle galère !


  • Ils savent traverser le trottoir...il faut bien acceuillir les migrants.....donc des gens pour les former...leur apprendre la loge...je voulais dire la repoublique...
    Une enfant migrant coûte 50 000 euros par an a la vronze...il faut bien travailler pour payer...

    Vive la vronze...


  • #2312932

    a cela se rajoute, une sur-qualification a l’embauche pour occuper des emplois qui pourtant nécessitent peu de qualifications

    sans parler des horaires décalés, 2 h le matin de 10 a12 puis quatre sur l’après midi de 15 a 19 heure, impossible dans ces conditions de cumuler une seconde activité etc etc ....

    par contre les secteurs payant au lance pierres recrutent

    bref, depuis 4 ans, les mesures macron comment a montrer leurs effets

    encore 20 ans et ce sera marche ou crève


  • C’est pas les français qui élisent le président, c’est les médias.


  • #2312954

    Je suis sidéré de voir les salaires minables des employés et ouvriers compte tenu du coût de la vie en France de nos jours ! Complètement décalé par rapport au prix de l’immobilier et des loyers en particulier ! Et ne parlons pas du coût de l’énergie, transports en commun (le train est en voie de devenir un luxe) ainsi que les diverses assurances obligatoires et hors de prix, frais d’entretiens d’une simple petite voiture...

     

  • #2312957

    Dans le temps on cumulait deux emplois pour mettre de côté des fonds qui permettaient de financer un projet (création d’entreprise, achat d’un bien immobilier...) Aujourd’hui les gens cumulent plusieurs emplois juste pour pouvoir vivoter ! Et on appelle cela le progrès !


  • Ohlala l’espèce de gâteau plein de smarties est désespérant...

     

  • #2313163

    La Maman qui cumule 4 emplois est veuve ; son époux est décédé. Elle élève seule 2 adolescents orphelins de père. Cette femme courageuse n’est pas une femme célibataire ; c’est une veuve. Je connais cette réalité de veuvage depuis 20 ans. Je sais aussi que la matrice en place ne fait aucun cadeau aux veuves et aux orphelins. Il est essentiel de voir et nommer les faits pour ce qu’ils sont afin de ne pas entretenir l’état de confusion générale qui nous est imposé. Etre veuve, n’a rien à voir avec le fait d’être célibataire, ou divorcée. Ce sont des vécus et des réalités différents qu’il faut distinguer. "Seule la vérité rend libre. St-Jean."

     

    • #2313336

      Et les veufs... aussi.


    • #2313539

      PapaMaman - Oui, bien sûr ! Vous faites bien de le préciser : la vie et le quotidien des Pères veufs est sûrement très difficile à vivre au jour le jour quand il y a des enfants à élever… J’ai parlé des femmes et des Mamans car je pensais à des femmes que je connais ; ma petite sœur par exemple qui doit veiller à l’éducation de ses 2 jumelles. Il faudrait que les hommes veufs et les Papa témoignent de leur situation. Bon courage à vous, jour après jour. Que le Seigneur Jésus vous bénisse et que La Très Sainte Vierge, notre Maman céleste, vous soutienne dans votre épreuve et votre chagrin.
      Bonne soirée.


    • #2313914

      Merci pour votre message Chère Patricia,
      Un témoignage serait bien long à développer. Comme dit dans mon commentaire plus haut, des hauts et des bas, mais j’ai eu la chance de toujours « avoir de quoi », peu des fois, mais bon, je me suis reconfiguré plus facilement qu’un Papa « précaire » (malgré déprime, alcoolisme de nuit, etc. pendant la période critique, jusqu’à la ruine même. J’ai tout perdu à un moment. Mais : Je m’en suis sorti « à l’ancienne », sans dingologue. Et puis ma vieille Mère Veuve est venue nous rejoindre pour qu’il y ait une présence féminine, même moyenâgeuse, :)). Elle est toujours avec nous, dans un petit 2 pièces que je lui ai aménagé. Pas la misère , disons ». Au lieu de boire la nuit, j’ai bossé, j’avais ouvert une boîte de consultant). En revanche, je n’ai plus jamais « eu le temps ». Priorité à la « Petite » qui aujourd’hui, bien élevée, a bon fond et me le rend bien. Les problèmes sont différents (Oubliés les couches, les nuits sans sommeil, l’angoisse de me dire « et si il m’arrive quelque chose », bref !). Elle est un belle jeune fille, « de bonne famille », et maintenant commence doucement « sa vie de jeune femme » (Bien que moderne, je veille au grain, elle adhère, ça va). Ses besoins sont différents, je m’adapte. Hormis 2 / 3 tenues de sorties, je m’habille chez Leclerc :)). Elle est mieux sapée que moi, quoi !
      j’ai fait mon deuil depuis le temps. A un moment j’ai presque pensé « refaire ma vie », mais la Princesse ne voulait pas, et aujourd’hui elle s’étonne de ma (relative) solitude. Ainsi va « la vie »...
      Dès fois je pense à ces parents seuls qui n’ont pas eu comme moi la chance d’avoir un revenu suffisant (comme la Dame de la vidéo). Eux méritent compassion, moi ça va. J’en ai pour eux, connaissant le sujet.
      Merci encore pour votre mot, Dieu vous garde et aide vos proches et les jumelles.
      PS : J’allais oublier. Entre temps, je suis devenu un pro en repassage, couture et rangement. Par ailleurs, je me suis découvert un réel talent de cuisinier. Figurez vous que j’aborde les semaines à thème « Terroir ». Là on est en Provence...


    • #2314670

      PapaMaman - Je viens de vous lire et je vous réponds. C’est un beau témoignage et je vous en remercie. Je vois que vous avez su et pu traverser "l’épreuve" que la vie vous a présenté. C’est vrai que les premiers temps c’est dur et que le goût de continuer à vivre nous fait parfois défaut… Je peux comprendre que pour certaines personnes il soit nécessaire de "ouater," pour un temps, cette souffrance si prégnante et lancinante. Je n’ai pas eu cette tentation d’autant que j’étais seule sans enfant ; "il me fallait continuer." Je me suis accrochée au quotidien avec un petit emploi du temps, bien structuré mais sans crispation… avec des moments de repos quand le besoin se faisait sentir… c’est aussi un choc pour la physiologie ! Mais en vivant avec le plus de conscience possible, une journée à la fois, cette souffrance s’est faite plus ténue et m’a ouvert le cœur à cette dimension qui transcende notre moi-je et que l’on nomme divine… non pas comme un concept, mais en tant que vécu. Je sais la tendresse du Seigneur. Maintenant, je vis au jour le jour, voire une demi-journée à la fois, dans la P/présence… et j’apprécie tout comme vous le faites "les petites choses" du quotidien que d’autres ne voient plus ou qui semblent banales pour beaucoup. Par la force des choses, nous avons gagné en profondeur et en simplicité... Nous sommes conscients de la priorité de l’être sur l’avoir. La vie est tellement précieuse et fragile ! C’est important de savoir apprécier ce qu’il nous est donné ; c’est une façon simple et naturelle de remercier La Vie pour ses cadeaux.
      C’est bien aussi que vous ayez la présence de votre Maman pas très loin… c’est équilibrant pour votre fille aussi ! Je vous félicite pour l’éducation de votre jeune fille. Elle sera une bonne personne. Elle connaît déjà la valeur de l’essentiel ; dans ce monde bien malade, c’est vital. Je vous souhaite une bonne continuation, jour après jour. Bonne fin de journée PapaMaman ! "Les petites choses n’ont l’air de rien, mais elles donnent la paix. Georges Bernanos."


    • #2314907

      Chère Patricia, Touché par votre propre témoignage et votre point de vue, je me dis qu’ER et les Camarades commentateurs accepteront que j’encombre encore un peu ce fil pour vous répondre (sur l’aspect « religieux » que vous évoquez). Ma fille a été élevée dans la religion Catholique (sa Mère « très » croyante / pratiquante). J’ai tenu ce cap bien que j’aie été « fâché avec le Bon Dieu » pendant une période. Dans une « vie précédente », j’ai perdu un gosse (maladie). Alors, je m’étais détourné. A la mort de la Mère de la Petite, j’ai pensé qu’ayant connu le malheur, je pouvais être « blindé », mais connerie, ça s’accumule. En revanche, paradoxalement, étant revenu depuis au sein de la religion, je n’ai plus tourné le dos par esprit de « vengeance ». Pour la gamine aussi sans doute, enfin peut-être. Pour qu’elle vive nos valeurs ou quelque chose qui se rapporte à ça. Ma foi :), votre commentaire m’a amené à reconnaître, à la réflexion, que la foi est là, revenue. Et, si ça se trouve elle a toujours été là. En plus de toutes les emmerdes, j’ai même été l’enfant prodigue quelque part (sourire). J’en resterai là, en vous adressant mon souhait que tout aille bien pour vous et les vôtres (pas d’enfant, mais les jumelles) et qu’ « IL » vous protège.
      Bien respectueusement,


    • #2316401

      PapaMaman : - Je viens de vous lire… Vous savez, je ne m’ennuie pas car la vie en elle-même est une aventure, vécue une journée à la fois. Je ne sais pas si vous connaissez les écrits des Saints et des Mystiques chrétiens ; cela aide à avancer en ouvrant l’esprit et le coeur. Je découvre ces jours-ci Le Père Maurice Zundel ; je vis en priorité l’Esprit. Il y a aussi sur le Net, des Jeunes gens qui approfondissent leur foi et leurs expériences de l’Intériorité ; c’est intéressant de les entendre. L’important est d’avancer afin de ne pas régresser ni involuer… même si la vie n’est pas simple et facile sur Terre, tous les jours, au moins elle acquiert alors du sens et de la profondeur. Je constate que dans ces temps obscurs et chaotiques, des personnes s’éveillent et cherchent un sens à leur vie ainsi que des réponses à leurs questions légitimes. Bonne fin de journée. https://www.youtube.com/watch?v=lT5...


  • #2313465

    De quoi vous plaignez vous !...
    Continuez à consommer AMAZON et RPC et faire des likes sur youtube et Facebook !...
    La vie est belle en GAULE !...


  • Ils oublié la catégorie des gueux parce que moi je gagne 1150e en général pour un temps complet et encore quand j’arrive a trouvé un boulot. Quand a l’intérim sa dépend des mois et du travaille donc en moyenne c’est pareil.

    Bref a près une enfance enfermé dans un bidon ville en béton ou l’anarchie et l’injustice était la norme ou il ma été très difficile a en sortir car les gueux et les logement sa fait deux.
    Que dire de notre belle république "va te faire foutre, grande salope" ! A sa fait du bien !

    République maçonnique n’a pas réussie a m’avoir pourtant j’étai arrivé dans les premiers dans c’est abattoirs artificiel.


  • #2313853

    Il n’y a qu’un seul métier digne de ce nom et qui vous rend libre : celui qu’on peu exercer pour son propre compte !
    Tous les autres sont "des métiers" de putes et d’esclaves, qui vous mettent à la merci des requins et des rapaces !
    Il faut revenir à l’essentiel et à l’authentique : Artisan, fermier, agriculteur, éleveur, ....


Commentaires suivants