Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Ces auteurs 100 % misogynes que vous lisiez sans le savoir

Le sociologue Stéphane Édouard, spécialiste des relations homme-femme, répond aux accusations de misogynie en présentant quelques citations des penseurs qui ont marqué l’histoire.

 

Des ouvrages indispensables, chez Kontre Kulture :

Stéphane Édouard, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

65 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • En effet, c’est du brutal !

     

  • Quel Pignouf ! Gainsbourg entre Balzac et Voltaire ! On dirait un sottisier lu par un imbécile prétentieux.
    Aristote, Platon, Aristophane, Archimède, Epicure, Sénèque, en passant par Kant, Schopenhauer, Nietzsche...etc, etc..etc. sans parler des plus grands écrivains et poètes de toutes les époques, ont écrit sur "la femme" et "les femmes" des choses trop profondes pour être comprises aujourd’hui.
    La nouvelle critique du féminisme qui se dessine, pense dans le féminisme, mais ne le sait pas. Elle l’a intégré, assimilé.


  • L’éternelle dualité homme/femme ne se résolve pas facilement ! Une certaine inimitié physique favorise bien les choses pourtant. On ne discute et échange intelligemment avec l’autre sexe que lorsque tout désir charnel est annihilé. Sinon, embrouille assurée à court terme...

     

    • #1946630

      En dehors des rapports sexuels, affectifs, amoureux, l’homme et la femme n’ont rien à se dire.
      Côtoyer l’autre sexe, il naîtra le désir chez l’homme, chez la femme ou chez les deux, s’il n’y a pas de désir ni chez l’un ni chez l’autre, ils se désintéresseront automatiquement l’un de l’autre.


    • Vous ne parlez donc jamais à vos soeurs , vos cousines ou votre mère ? C’est tout de même un peu triste et immature de n’envisager les relations hommes/femmes que d’un point de vue charnel . Je pense que le problème (et la solution) , c’est la manière dont sont élevés les enfants . Une femme est destinée à devenir une mère douce et aimante tandis qu’un homme devra assurer sa descendance en lui fixant des barrières et des limites afin qu’il devienne un être respectable et dôté du sens de la grandeur et du devoir . La femme et l’homme sont destinés à être complémentaires et non à être dans la dualité constante . Une relation humaine basée sur l’envie et la jalousie ne conduit à rien , si ce n’est à la haine de l’autre et au désespoir . Réinventons les relations hommes/femmes sans pour autant forcer les garçons à porter des jupes et les filles à devenir policières lol


    • #1947545

      Le rapport aux femmes de la famille est affectif, je précisais "rapport charnel, affectif, amoureux" en réponse au commentaire de @Kalach qui sous-entendait que les rapports homme/femme pouvaient être "neutres" ou amicales comme ils peuvent l’être entre hommes. En dehors du rapport des femmes avec les homos, je n’ai vu que la configuration où le désir naissait chez l’un ou l’autre et ou s’il n’était pas présent le désintérêt mutuel l’emportait.
      Beaucoup d’hommes peuvent témoigner, par exemple, du fait que leurs amies avec qui ils n’envisageaient aucune relation charnel ou amoureuse, tombaient presque systématiquement amoureuses ou avaient le béguin pour eux.


    • #1949762

      @Hams Leurs, mères, sœurs ou cousines ils les baisent pas, donc cela ne rentre pas en ligne de compte. Ses commentaires ont l’air de vous piquer.


  • La citation de Mirabeau s’en prend aux hommes !
    Celle de Baudelaire "aimer les femmes intelligentes est un plaisir de pédéraste" me chagrine car j’ai effectivement été témoin de cette préférence pour une simple d’esprit par un homme pourtant fort intelligent. Pouvez-vous me dire messieurs les lecteurs d’ER, vous qui êtes les hommes les plus intelligents de notre pays, de quoi vous prémunissez-vous en vous choisissant une femme qui ne pense pas ? Merci

     

    • Vous n’avez pas écouter les citations ? La femme ne pense pas. Partir à la conquête d’une femme intelligente est un oxymore. (Second degré bien sûr)


    • Les femmes pensent différemment, avec pour certaines bien plus de finesse complémentaire à la virilité, la mienne est ainsi et elle est bien roulée en plus.


    • #1946341

      Allez voir par là, peut-être que cela éclairera votre lanterne... https://www.youtube.com/watch?v=HwC...


    • Mirabeau : "nous faisons des femmes ce qu’elles valent, voila pourquoi elles ne valent rien" ==> cette phrase veut dire que les hommes n’ont pas besoin que les femmes valent quelque chose.

      Beaudelaire : la phrase sur le plaisir de pederaste veut dire qu’un vrai homme intelligent n’a pas besoin d’une femme intelligente. Ce qui se discute, tout dépend ici comment est défini l’intelligence et à quel degré d’intelligence. Si tu aimes une femme plus intelligente que toi tu es probablement pédé ;)


    • #1946352

      Parce que pour l’amour on ne demande pas aux filles d’avoir inventé la poudre.


    • Personnellement, j’adore les femmes intelligentes, c’est un trait attractif pour moi (je dois être un pédérastre selon Charles, que j’ai jamais vraiment apprécié).
      Mais l’intelligence peut etre un obstacle à la "passion" (mot venant de "passif"), a la perte de contrôle, au lâcher prise, puisque l’intelligence c’est la structuration de la pensée. Une femme qui a trop le contrôle d’elle même, ça a un effet castrateur. Reste l’intelligence emotionnelle.


    • @Ivy.
      La citation de Mirabeau est une fausse gentillesse. Dire que les femmes ne valent rien parce que les hommes n’en font rien sous tend l’idée qu’elles ne sont pas autonomes et créatives. C’est surement l’air de rien la plus dure. Pour que la femme vaille quelque chose, il faut que l’homme y projette une qualité.


    • Entre l’intelligence de l’esprit, la sanité du coeur et la beauté du corps, il faut en choisir deux car il ne trouve pas une femme pour cumuler les trois. La plupart des hommes peuvent se passer du premier.


    • #1946471

      J’ai longtemps cherché une femme intelligente, cultivé.. Ben je cherche toujours.
      J’aime énormément quand une femme est cultive et intelligente.

      Par contre il y a pas de femme idiote, juste des femmes avec leur qualité et leur défaut.
      Et ne parlons même pas du. Physique..
      Belle et intelligente c’est rare.


    • La vie d’un homme est compliquée, bien plus qu’il n’y parait. C’est une lutte permanente et en réalité la plupart d’entre eux ne souhaitent pas une telle existence... Mais ils n’ont pas le choix. C’est pourquoi ils n’aspirent qu’a trouver à leur foyer une femme simple qui leur fera oublier leurs soucis et la complexité de la vie.


    • #1946664

      @Ivy
      Vous avez raison de souligner le fait que les hommes préfèrent les "connes" et les "folles" (je caricature bien sûr). Pour vous répondre sur un plan plus pragmatique et analytique (en tuant donc le romantisme),
      une femme assez impulsive, émotive et donc irrationnelle ne peut avoir la stabilité émotionnelle pour être "intelligente", ces traits indiquent qu’elle est fortement travaillée par son cycle menstruel et ses hormones, elle est donc jugée, à un niveau instinctif, par les hommes comme fertile.
      Ceux-ci sont donc pulsionnellement attirés par la simplicité féminine, l’émotivité, l’impulsivité, la naïveté car ce sont des indicateurs d’hyper-féminité et donc de fertilité. Il faudrait, chez l’homme, pour apprécier la femme intelligente et stable émotionnellement qu’il trouve la force d’aller au delà de ce que ses pulsions lui dictent, malheureusement peu y parviennent.


    • Personnellement, je me prémunis surtout des femmes croyant Penser (Les Précieuses ridicules et autres Femmes savantes de notre époque).
      Plus j’avance, plus j’ai le goût pour les femmes ayant conscience de leur être profond. C’est à dire des femmes intelligentes qui admettent leur manque de maîtrise émotionnelle, qui admettent leur faiblesse en logique pure par rapport à moi et qui connaissent leurs limites de femmes parce qu’elles sont femmes. L’arrogance ne sied pas à la Femme, même brillante. Alors que chez l’Homme intelligent qui en a les moyens, c’est un atout (la fausse humilité étant une lâcheté donc un manque de Virilité).


    • @Cap Falcon
      ce serait donc une inclination des hommes jeunes ?
      Merci pour vos réponses ; après avoir réfléchi, je crois que je ne suis pas assez intelligente pour feindre d’être sotte.


    • #1947557

      @Ivy,
      pas forcément jeunes, même si normalement avec l’age , les hommes sont censés sublimer leurs instincts, beaucoup (peut-être la majorité) n’y parviennent pas.
      En réponse à votre questionnement initial sur l’attirance de très nombreux hommes pour des femmes "simplettes", je pense pouvoir vous dire en tant qu’homme, que c’est naturellement pulsionnel, ils ne pourraient, eux-mêmes, pas se l’expliquer, inutile donc de culpabiliser :-).


    • - avec une simplette, au bout de quelques mois, on s’ennuie mortellement
      - une intelligente, elle veut invariablement porter la culotte. Même celle qui au début n’y paraissait pas ; elle avait juste l’intelligence fourbe (consciemment, ou pas) de ne pas expliciter son agenda. Et elle ne renoncera jamais. S’il y a une femme intelligente dans les parages, aura-t-elle l’honnêteté et le courage pour avouer cette vérité ? Well, may be that question is too heavy.


  • Avec tout le respect et l’amour que j’ai pour les femmes ( ma mère, ma femme et ma fille en particulier) j’ai tout de même trouvé quelques fonds de vérité dans les propos tenus par ces auteurs. La femme et l’homme sont complètements différents. Je n’irai pas jusqu’à dire que l’un est supérieur à l’autre, bien que la question pourrait être légitime. Suis-je misogyne docteur ?

     

  • Il y a beaucoup de personnages remarquables dans cette sélection mais ce ne sont pas pour autant forcément des gens très équilibrés sur le plan affectif.

     

  • Ne serait-ce pas la remontée de l’ampoule du sablier portée par le courant MGTOW après des décennies de gynocentrisme cohabitant voire copulant avec la shoatisation, éternelles victimes du mâle surtout blankos, bon uniquement pour la fécondation et la pension alimentaire ?

    Le Féminin enlace le fort, certes. Sauf qu’il n’est plus du bon côté .... d’Adam mais du Satan, ce fort.

    Faut-il rappeler qu’Adam aura été conçu bien après Ève et pour lui tenir compagnie : non pas pour prendre sa place ! L’ontologie de l’ÊTRE est implacable à ce niveau : retour de boomerang !

    Elles vont gerber un max : leur féminisme les aura menées à la folie ....par un animus excessif, démesuré, non contrôlé, incontrôlable et hors contrôle !

    Que les hommes fassent « oeuvre mâle » en eux à savoir étudier (=studium=ardeur à l’ouvrage), accueillent en eux les Vertus masculines en leur intériorité, lesquelles deviendront des qualités temporelles au moment opportun.

    Qu’ils visualisent par l’imagination associée à la volonté leur vie meilleure, cultivant l’humilité dans un sport ou la culture physique. Qu’ils deviennent beaux intérieurement par une spiritualité sans cesse renouvelée, s’éloignant de la doxa, rejoignant leurs frères de combat intérieur. (sens du terme djihad en arabe).

    Si les hommes changent dans le silence de leur coeur, les femmes changeront ou pas d’ailleurs (?). Pas toutes mais certaines.

    L’heure actuelle est à la distance, à l’éloignement du camp des saintes nitouches femenistes lesquelles agissent en catimini, semant au sein des relations des mines anti-personnelles où l’homme blanc et autres d’ailleurs, est toujours la cause de leur déficience morale et intellectuelle : c’est jamais elles, ce sont toujours « les mecs » ! Et les institutions judiciaires, entreprises, etc ... suivent ce discours implicite !

    *Men Going Their Own Way

     

    • #1946381

      Je connais le phénomène « mgtow » et les « Red-piller » depuis 2010 à cette époque c’était juste deux ou trois forums sur internet... Maintenant c’est des dizaines de millions de gens à travers toutes les couches de la société, race, religion confondues . Le délire du « me-too » ne fait qu’accentuer le phénomène . Les femmes ont voulu jouer et ouvrir cette boîte de pandore qu’est le féminisme (toutes vagues confondues) et elles vont le regretter amèrement dans le futur...


    • "Les femmes ont voulu jouer et ouvrir cette boîte de pandore qu’est le féminisme (toutes vagues confondues) et elles vont le regretter amèrement dans le futur..."

      C’est pourtant pas faute de ne pas leur avoir expliqué que les hommes détestent les amazones... Nous aimons les femmes qui sont des femmes... Pas les emmerdeuses qui rêveraient d’avoir un phallus et qui cassent en permanence les couilles des hommes qui souhaitent être des hommes.

      Il y a une certaine justice à en voir de plus en plus finir à cinquante balais névrosées, célibataires, entourées d’une ribambelle de chats et jalousant celles qui entourées de leurs enfants ne les ont pas suivi dans leurs délires.


    • #1949917

      @Noel Ève à été crée juste après Adam avec l’une de ses côtes, afin de remplacer Lilith qui s’était retournée contre dieu et trompée son mari avec le diable.


  • #1946364

    "Souvent femme varie
    Bien fol est qui s’y fie"

    V. Hugo

     

  • Plus une femme pense, moins elle est charnelle. Il y a du neurone dans son intimité, excitant pour certains, inhibiteur pour d’autres. La femme, cette parturiente magnifique est notre mère aussi, c’est la Nature. Le neurone en surchauffe la dénature, la parasite au point de la rabaisser vers le masculin, logique et bandeur compulsif dont l’obsession est de remplir. D’accord avec Baudelaire...
    Le spermatozoïde fonce, joue des coudes, imagine, invente, calcule pour arriver le premier et là, au pied du Graal, il s’auto-mutile pour accomplir sa destinée. L’ovule attend, tranquille, bien au chaud, se prélasse, roupille, profite, ne pense à rien...Toc toc ?, entrez beau jeune homme je vous attendais.

     

  • Après l’excellente rubrique "l’antisémite du mois", voici "le misogyne du mois" ! Faudrait voir s’il n’y a pas congruence entres les deux...

     

  • " Le cul est la petite mine d’or du pauvre " (Céline, Voyage) .


  • Les misogynes sont des gros cons s’ils s’imaginent que les femmes sont le sexe faible aimant se soumettre. Les vrais faibles sont les hommes et leur dépendance aux femmes et au sexe.Leur mysogynie n est que la rage de cet état de fait

     

    • MAGNIFIQUE, J’aurais pas dit mieux !


    • _Je n’ai entendu aucune citation concernant la soumission, et encore moins de sexe fort. Les hommes sont les sexes faibles de par leur dépendance envers les femmes ? C’est réducteur ce que vous dites. Et si pour me mettre à votre niveau je disais que les femmes sont le sexe faible de par leur dépendance à l’argent et de tout ce qui est matériel ? Et si pour augmenter le niveau je disais que tous les plus grands génies, les plus grands penseurs, les plus grands inventeurs que l’histoire ai connu sont à 99,99% des hommes ? L’homme est à l’origine de tous ce qui nous entoure, jusqu’à la culotte que nous portons. Si on devait comparer sur des critères sérieux les différences hommes-femmes, le résultat serait probant...
      Y’en a marre d’entendre tous les jours à quel point l’homme est une merde et doit se soumettre. Faut arrêter avec cette guère des sexes. Nous sommes complémentaires point.


    • #1946678

      Il faudrait rappeler à ces femelles féministes, qui nous saoulent avec l’émancipation des femmes acquise de longues luttes :
      1) Que la machine à laver le linge a été inventé par un homme !
      2) Que la pilule a été inventé par un homme .
      3) Que le droit au travail des femmes est une manipulation du "Système", qui multiplie par deux le nombre de ses exploités, pour un résultat lamentable. Avant le salaire d’un homme suffisait à nourrir sa famille, aujourd’hui les salaires de l’homme et de la femme suffissent à peine.
      Le droit au travail de la femme est devenu obligation .
      4) Que pour être l’égal de l’homme, la femme a besoin d’un ministère des droits de la femme et de la protection de la loi, preuve s’il en fallait, qu’elle n’est pas naturellement l’égal de l’homme, mais le jouet d’un "Système" qui se sert d’elle pour dissoudre tous les repères de la société humaine .... à quelle fin ??


    • J’ai toujours pensé (comme Saint Paul de Tarse) qu’un homme supérieur était un homme "indépendant" aux femmes et au sexe.

      Ceci dit, afin d’arriver à cet état de sagesse, je citerais ce cher Otto :
      "Car il n’est pas possible d’avoir vraiment réfléchi sur les femmes et de continuer de s’en faire une haute idée  ; il n’y a que deux catégories d’hommes : ceux qui méprisent la femme et ceux qui ne se sont jamais posé de questions à son sujet."

      En revanche, on peut très bien être misogyne sans "s’être jamais posé de questions à son sujet" et on peut mépriser le "logiciel féminin" (hypergamie, perfidie, conflit triangulé, déloyauté, commérage, manque de logique pure, hystérie etc.) tout en aimant une femme profondément d’un Amour sincère et spirituel bien supérieur à celui qu’aucune femme ne sera jamais capable envers aucun homme.

      Bien sûr que la femme est le sexe faible, mais dans le champs physique. Elle est le sexe fort dans le champs psychique et uniquement à cause de la naïveté de l’homme. Son pouvoir est toujours indirect (respect de l’Homme pour la Mère).

      Bien sûr que la femme aime se soumettre. Exemple éloquent : le succès mondial de 50 nuances de Grey auprès de la gente féminine, qui est une déviance de notre époque gynocentrée de ce désir de soumission à l’Homme Viril (au sens bien compris : Vertu) en voie de disparition.


    • "il n’y a que deux catégories d’hommes : ceux qui méprisent la femme et ceux qui ne se sont jamais posé de questions à son sujet." Remplacer le mot "femme" par le mot "Esquimaux" hahahah. Ok, je sors.


  • Moi, j’aime bien les femmes. Elles sont marrantes, jolies, elles sentent bon, elles assurent un max, elles tiennent la caisse. Et elles font ce qu’elles veulent.
    Et ca, ca vous plait pas du tout, hein les mecs ?
    Moi, j’ai trainé avec des femmes toute ma vie, et jeune, j’avais une bande de nanas avec moi.
    Un misogyne, c’est un mec envieux, un mauvais coup qui sent la bière et de toutes les citations entendues, beaucoup sont au second degré.
    Un type qui s’est tapé 2 000 gonzesses dans sa vie, je le plains, moi j’aurai pas pu avoir le 10eme, ni le 20eme, car chez moi, elles revenaient.

     

    • Cela veut rien dire..
      Les femm s sont tombes dans le piège du consumérisme.
      Elle ne sont plus que des objets. Car elle sont sortie de la religion.
      La religion qui les protègent.
      On le voit pas avec les femmes musulmane qui veuillent ressemble au femme occidentale...
      Vivement la fin des temps qu on reparte à zéro.


    • Moi, je dois être à 2458...mais bon, c’est sur youporn...


    • Bravo. Tout est dit. Je confirme, pour avoir eu pas mal d’amants que les plus mauvais coups sont les mauvais garçons, les Bad boys, les machos. Des nuls, chez eux, tout est dans l’apparence et la gueule, éternels ados choyés ou haïs par Moman


    • Dommage que vous conjugiez cela au passé.


    • @Petula
      Tu confirmes ça aujourd’hui car tu t’es certainement tapée (comme la majorité des femmes jusqu’à trente ans) des Bads boys au détriment des "gentils garçons bons coups". Et effectivement, ça laisse des traces. Aujourd’hui pour toi (sans connaitre ton âge), les mauvais coups ne sont plus ceux de l’époque plutôt, non ? Cette lucidité, elle vient de là...


    • #1947436

      Ca doit piquer un peu des fois, non ?
      Se taper des femmes qui se sont tapés des hommes en se comportant en hommes, j’ai toujours refusé de toucher à ce genre de fiasco.
      L’ex copine à mon frère adoptif est rendue à 3 enfants avec 3 hommes différents, ca fait moins rire quand ca deviens la norme d’être con à ce point, hommes comme femmes.


  • " La société, qui rapetisse les hommes, réduit les femmes à rien " (Chamfort) . " La femme qui se permet tout et qui ne rougit de rien " (Juvénal à propos de... Messaline...) . "Quand dans la rue on se retourne sur une femme ce n’est pas sur son intelligence " (X) . " L’homme est un roseau pensant, la femme est un roseau dépensant " (Jules Renard) . " Elles sont rares les femmes qui ne sont pas essentiellement vaches ou bonniches . Alors elles sont sorcières et fées (voyez Isadora), tout autour d’elles tourne au sabbat " (Céline, lettre à Milton Hindus) .


  • Misogynie, phallocratie. Misandrie, gynecratie, mais pourquoi les deux premiers termes sont ils plus utilisés que les seconds ? car, pourtant...


  • @ Tchek #1946384

    « Mais l’intelligence peut etre un obstacle à la "passion" (mot venant de "passif"), a la perte de contrôle, au lâcher prise, puisque l’intelligence c’est la structuration de la pensée. Une femme qui a trop le contrôle d’elle même, ça a un effet castrateur. Reste l’intelligence emotionnelle. »

    Que dire alors de la Passion de Jésus dans le Christ qu’il a porté ? L’homme de toutes les passions humaines qu’il aura régénérées, transfigurées !

    Tout homme en est capable peut-être pas aussi haut et loin.

    Je n’ose mettre ici le logion concernant l’homme et la femme, le mâle, la femelle de l’Évangile selon Thomas car l’humanité actuelle n’en est pas encore là !


  • #1946582

    Ouais... bah je dirais juste que la femme est à considérer comme une grande enfant, qu’elle en garde l’innocence et l’esprit du jeu, qu’elle articule autour du désir et du mystère, qu’elle doit susciter pour trouver un "homme reproducteur" - c’est le sens de la nature - et passer au stade de femme accomplie, c’est-à-dire à celui d’épouse fidèle et de mère aimante.

    Après que les "femmes libérées" du capitalisme soient des connasses égocentriques et capricieuses, ce n’est pas de leur fait, mais de l’idéologie dominante qui les a formatées en ce sens.

    Il ne faudrait pas confondre la femme naturelle, et la femme aliénée :

    - « Pour abattre le catholicisme, il faut commencer par supprimer la femme. Le mot est vrai dans un sens, mais puisque nous ne pouvons supprimer la femme, corrompons-là. » Vindice, haut franc-maçon, vers 1900.

    - « Il s’agit de transformer les âmes féminines. » - M. Bienvenu-Martin, franc-maçon, vers 1900.

    - « Le premier auteur de la loi qui a créé les lycées de filles, le juif [et franc-maçon] Camille Sée, a déclaré [vers 1880] que l’oeuvre de déchristianisation de la France n’obtiendrait son plein succès que lorsque toutes les femmes auraient reçu l’éducation laïque. » - Mgr. Delassus, 1910.

    - « La puissance du cléricalisme a été développée et consolidée grâce à la femme, et c’est même grâce à elle que cette puissance malfaisante se maintient et s’exerce. Il faut donc opposer à la femme nourrie d’idées fausses et de superstitions ridicules, la femme, la femme maçonnique, connaissant nos principes et nos aspirations et les inculquant à nos enfants. » - Grand-Orient de France, 1902.

    Ma conclusion : si la femme moderne a l’esprit tordu (je généralise et je parle surtout de la métropolitaine), c’est avant tout parce que les hommes ont abandonné le combat face à la Synagogue de Satan (les frères trois points) qui a corrompu tous les esprits ! Et çà ne va pas en s’arrangeant !
    S’en prendre aux femmes est toujours plus confortable.


  • Une femme a toujours 2 choix dans la vie : soit vivre comme un homme ou bien se faire entretenir par un homme. Peut-être que ça ne lui plait pas mais elle a quand même ces 2 choix. Un homme lui il est obligé d’être un homme, il peut toujours rêver pour se faire entretenir (venez pas me parler de gigolos ou je ne sais quelle connerie, moi je vous parle de 99% des hommes). Tout les problèmes avec les femmes viennent presque toujours du fait qu’elles n’ont pas compris ça (ou ne veulent pas comprendre on se demande).


  • Il y a un article interessant à faire sur Solveig Halloin que les médias dominés ont décidé de mettre en boucle partout.Son témoignage est incroyable.
    Elle ne decrit pas de viol,dans ce qu’elle dit elle est consentante mais apres coup pas contente d’elle même de se laisser faire par l’individu d’un age respectable,et elle fait un drole de numéro d’actrice.Pourtant les médias parlent de viol.

    Les campagnes médiatiques sur les "violences" faites aux femmes,le "harcèlement" etc...mênent à ce genre de témoignage délirant,qui contribue lui même à criminaliser le désir sexuel de l’homme blanc.

    Je ne défend pas l’individu dont elle parle,qui est surement une vieille ordure,son visage est particulièrement antipathique,simplement dans ce qu’elle raconte elle se rend consentante au domicile ou à l’hotel de cet individu en sachant parfaitement pourquoi il l’invite.

    Ce message n’a rien à voir avec l’ami edouard qui est insupportable de contentement de lui même et de fausse assurance.Mais il traite également des relations hommes-femmes.


  • #1946867

    Une société saine doit passer par un certain "bridage" des femmes. On le voit bien, depuis qu’elles sont "libérées" (de leurs devoirs, mais pas de leurs instincts, évidemment), tout part en vrille. Les femmes n’ont pas d’instinct civilisationnel. Elles se vendent au plus offrant, quel qu’il soit. Nos ancêtres l’avaient compris, et avaient promulgué des lois qui ont permis la sauvegarde de notre culture à travers les siècles ("mater semper certa est", loi salique, patrilinéarité, etc.)
    Aujourd’hui, la femme est la MEILLEURE alliée du système, car celui-ci a bien compris qu’il fallait passer par elle pour tout détruire.
    D’ailleurs tous les commentaires écrits par des femmes sous cet article, c’est comme d’habitude : de la psychologie de bazar. Schopenhauer le disait : elles restent à vie de grands enfants.


  • Et si je dis que les hommes et les femmes sont complémentaires, j’ai faux ? - Je ne vois pas l’utilité personnellement de se rabaisser les uns les autres : les cons existent partout ; personnellement, j’ai rencontré beaucoup de femmes qui étaient fières de remplir le rôle qui leur était dévolu, leur rôle traditionnel en somme, naturel (enfanter, tenir le foyer), en province principalement (faut pas se leurrer Paris, c’est un peu pourri de ce point de vue) ; donc, tout n’est pas perdu, courage ! :)


  • Beaucoup de ces citations sonnent comme le résumé des désillusions auxquelles on s’expose en fréquentant des demi-mondaines ou équivalent.
    On peut surtout plaindre ces intellectuels d’avoir vécu dans des milieux malsains.
    Pensez à vos mères : chacun (hommes comme femmes) a bien sûr ses limites intellectuelles, mais en termes de bon sens la plupart d’entre nous reconnaîtra sans doute qu’une telle distinction entre les sexes est tirée par les cheveux.


Commentaires suivants