Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Charles Gave : "Les élites entendent rester élites mais elles sont incapables de traiter les problèmes"

En lien, sur E&R :

 






Alerter

56 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Ce pauvre personnage qui soutient zemour dans la promotion de son idéologie abjecte est un millionnaire qui a passé toute sa vie à l’étranger pour s’enrichir et revient maintenant à la fin de sa vie pour donner des leçons de morale aux petit peuple qui ne partage pas ses idées de libéralisme économique.
    J’aimerai bien l’entendre sur les vraies cause des problèmes de la France.

     

    Répondre à ce message

    • Il faut surtout l’entendre parler d’Histoire. "Sire ne faites rien, vous nous avez suffisamment aidés" est une escroquerie. Impossible de trouver une source à cette ânerie digne des manuels de la IIIe République racontant la prise de la Bastille. Quant à son "un libéral nommé Jésus" c’est du plus haut comique. On en reste pantois quand on pense que ça a été écrit pour convaincre.

       
  • t’as pas encore compris que ton discours entrait dans une logique systémique et que finalement les richesses appartenaient toujours aux même puissances ou loby comme tu veux et qu ’à partir du moment où tu entres dans cette logique tu fais forcement parti du système que tu critiques..... en fait t’es un dingue...

     

    Répondre à ce message

  • Oui, M. Gave, il y a effectivement aujourd’hui 1,7 actif pour 1 retraité alors qu’en 45, ils étaient 4 mais vous oubliez qu’aujourd’hui, 1 actif est 3 fois plus productif qu’il ne l’était après-guerre... Donc, le rapport est passé de 4 pour 1 en 1950 à 5,1 pour 1 en 2020 ! Conclusion, la situation s’améliorant constamment, il n’y a pas, il n’y a jamais eu et il n’y aura pas de problèmes de répartition au niveau des retraites en France tant qu’il y aura un minimum de croissance... De toutes les façons, si la croissance stoppe ou s’inverse, le système par capitalisation est mort né d’autant plus que, des le début c’est à dire dans pas longtemps si la reforme passe, les fonds spéculatifs pilleront les excédents actuels que toutes les caisses enregistrent notamment ceux du fond de réserve Jospin qui est de 35 milliards d’euro comme ils l’ont fait pour les réserves de l’aéroport de Toulouse sans parler des autoroutes... Si on rajoute à cela les 1,7 milliards qui constituent l’épargne active des Français qui peuvent encore mettre un peu d’oseille de côté, on comprend mieux l’enjeu de cette réforme qui n’est qu’une spoliation de plus en plus mal déguisée !

     

    Répondre à ce message

  • Avec les élites comme Attali. Le problème des retraites serait vite réglé. Hop une piqûre pour les plus de 70 ans.

     

    Répondre à ce message

  • La vieille pensée économique toujours présente dans la bouche de Mr GAVE.... La richesse créée par la France augmente constamment depuis l’après deuxième guerre mondiale, mais depuis 40 ans le discours de notre élite bourgeoise dirigeante est "il n’y a plus d’argent", ils s’en mettent plein les poches et endettent le pays pour se maintenir au pouvoir. Braquage et enfumage jusqu’à ce que le peuple se réveille !....

     

    Répondre à ce message

  • Il y a beaucoup de critiques venant de toutes parts qui ont émergées pour critiquer et dénoncer le système économique actuel. Je me suis intéressé à ce domaine lorsque j’ai vu la nécessité d’intégrer la dimension économique et financière dans ma compréhension du monde (actualité social, sociétale, internationale et géopolitique).

    J’ai également compris que le salariat était quelque chose de peu intéressant et peu épanouissant à long terme. De plus, avec les enjeux actuels (économiques, monétaires, écologiques, géopolitiques...), il y a de très fortes chances que ce modèle (salariat) soient remis en cause. C’et dans cette optique que je m’intéresse à l’investissement car je pense qu’au delà des aspects financiers, je trouve l’idée de réfléchir, analyser et développer des stratégies pour obtenir des revenus est séduisante car c’est une autre manière de travailler.

    L’investisseur est aujourd’hui perçu de manière négative comme un parasite, d’un profiteur qui ne produit aucune valeur ajoutée d’un système perverti.J’aimerais que vous m’éclairiez sur sa place dans une économie plus saine et plus vertueuse. Si on prend l’exemple des expéditions réalisées dans les siècles passés, il devait sûrement se trouver des personnes qui contribuaient à ces voyages d’exploration et de découvertes de manière financière sans y participer.

    Ce qui m’amène à ma dernière interrogation. Qu’est-ce qu’une économie vertueuse ? Comment définir la place (travailleurs, état, investisseurs, entrepreneurs et consommateurs) de chacun ?

    Je vous remercie d’avance.

     

    Répondre à ce message

    • Une économie vertueuse est une économie au service de l’homme c’est à dire qu’elle n’est pas contrainte à croître, où l’usure (qui est une fonction croissante par rapport au temps) n’a pas de place dans la valeur ajoutée et donc dans les décisions d’investissements. Un bon investissement permet alors d’augmenter la valeur ajoutée mais pas l’usure. Les revenus usuriers doivent être remplacés par un salaire lié à un emploi ou à une qualification ou encore à la vente du produit de son travail sur un marché comme pour tout le monde.

       
    • Bonjour Heisenberg,

      Je pense que le problème actuel est précisément un problème de répartition. Pas de répartition de la richesse entre travailleurs et retraités, mais bien entre capital et "petit peuple".

      D’une part nos "élites" bradent nos "bijoux de familles" nationaux (entreprises nationales, etc...) au capital internationnal, ce qui fait forcément moins de revenus pour le pays.

      D’autre part, la dérégulation généralisée et les baisses d’impôts et/ou de charges envers les plus riches et les plus grosses entreprises multinationales principalement font la aussi moins de revenus tant pour l’état que pour la sécurité sociale.

      Ensuite il y a la mentalité actuelle des investisseurs internationaux. Dans le temps, une personne qui achetait une maison la remboursait en 15-20 ans... maintenant c’est en 30 ans... Les retours sur investissements, eux, ont suivi la tendance inverse. Avant, si il envisageait un retour sur investissement sur 15 ans, maintenant ils le pense sur 5 ans maximum, ce qui déséquilibre forcément l’ensemble du système économique en général.

      Ceci étant dit, le réel problème de fond est qu’il y a une guerre des classes qui se déroule actuellement. Et elle est en cours depuis le début de l’après-guerre voire avant, elle a pris une structure institutionnelle avec le traité de Rome de 1957 qui impose la privatisation de toutes les entreprises publiques, elle est devenue de plus en plus agressive depuis les années 70 et la privatisation des banques nationales, et une fois que le contre-poid idéologique qu’était l’URSS s’est effondré, elle a pris l’ampleur d’une guerre totale des ultra-riches contre le reste de la population et tous les acquis sociaux.

      Warren Buffet l’as dit dans une interview en 2008 (2008 si ma mémoire est bonne), je cite : "Il y a une guerre des classe, c’est ma classe, celle des riches, qui est en train de la mener, et nous sommes en train de la gagner".

      Maintenant l’avenir n’est jamais écrit. Tout comme il y a déjà eu plusieurs "Germinals" par le passé, il y en aura encore d’autres dans l’avenir. Moi ce qui me fait le plus peur, c’est l’état de délabrement de la planète et le fait que ce sont des personnes sans le moindre scrupule, nos "élites", qui fiche plus le bordel qu’autre chose, qui sont au commande de la gestion de ce problème.

      En espérant t’avoir apporter une pierre à ta compréhension de la cacophonie actuelle, je te souhaite une bonne méditation.

      Cordialement

       
    • Bonjour,

      Je vous remercie de m’avoir éclairé.

      Pouvez-vous me donner votre avis sur l’actionnariat et le travailleur ?

      Je vous remercie d’avance.

      Cordialement

       
    • Bonjour Relatse,

      Merci pour ces explications. Il existe aussi un problème juridique. Celui de l’application de la loi.

      Cordialement

       
    • Pouvez-vous me donner votre avis sur l’actionnariat et le travailleur ?

      Prix = travail+matériel+investissements+services sociaux+usure

      La seule chose qui est inutile ici c’est l’usure. Elle est même toxique car l’usurier détourne l’investissement à son profit au lieu de l’investir pour améliorer l’entreprise.

      Il n’y a aucune raison de ne pas pouvoir investir dans une entreprise que l’on trouve utile sans percevoir d’intérêt sur l’investissement. Perso il est plus intéressant d’investir dans une économie (et de décider où) que d’enterrer son argent.

      Prix = travail+matériel+investissements+services sociaux

      voilà la recette d’un marché libre. Un actionnariat sans usure, un prêt sans usure.

       
    • Rebonjour Heisenberg,

      Effectivement il y a le problème juridique de l’application de la loi. Mais en réalité c’est le même problème que j’ai cité plus haut. Je m’explique :

      Qui a créé ces lois ?

      Ce sont les "élites" au service des intérêts ultra capitaliste. Et ils l’ont fait sans l’approbation des peuples qu’ils gouvernent.

      Regardez les référendums sur la constitution européenne en 2005. Les français et les hollandais ont dit non. Là dessus ils ont annulé les référendums dans les autres pays où ils étaient prévus et ils ont signé le traité de Lisbonne pour passer outre des choix des peuples.

      Et si les peuples qui le peuvent disent non aux traités, ils leur lavent le cerveau pendant 1 ou 2 ans en hésitant pas à mentir ouvertement et ils refont voter. Voir l’Irlande dans les cas tant du traité de Rome que du traité de Lisbonne.

      Ce qui fait que ces lois n’ont de valeur que pour ceux qui croient encore en la justice, et en nos valeurs occidentales, et bien entendu pour nos "élites" et leurs commanditaires.

      Petite précision, je respecte les lois, mais je suis pour un sérieux retour en arrière et pour la fin de l’union européenne car celle-ci n’a aucune légitimité démocratique et elle détruit tous les équilibres internes des nations qui en font partie.

      Et en ce qui concerne le parlement européen, ce n’est qu’un écran de fumée destiné à leurrer le peuple, car les parlementaires ne peuvent pas faire de propositions de lois européennes, seule la commission de technocrates non élue le peut. Le parlement peut juste dire oui ou non. Mais comme toutes ces personnes mangent dans le même râtelier, ils disent toujours oui.

      Cordialement

       
    • Je vous remercie pour l’ensemble d evos réponses.

      Pardonnez mon ignorance, mais j’ai du mal à voir l’usure dans l’actionnariat. En effet, je la vois bien dans le système bancaire, mais pas dans le fait de posséder des actions.

      Autre sujet, le fait de posséder des actifs n’est-il pas un moyen de lutter contre le système financier en mettant hors de portée de la banque et de l’état notre épargne ?

      J’ai posé l’ensemble des questions relatives à ce sujet car j’estime aujourd’hui que le salariat est un vaste cirque et que l’humain ne peut s’épanouir en donnant son temps et son énergie pour des activités qui parfois n’ont aucun sens. C’est pourquoi, il est intéressant d’étudier toutes les possibilités pour ce sortir de ce piège (le salariat).

      Attention, je ne parle pas de jouer au trader, mais d’allouer une partie d’un capital pour investir sur du long terme.

      Je précise également que je suis croyant, j’exclue donc toute épargne générant des intérêts ou de faire un prêt auprès d’une banque.

      Cordialement

       
    • Rebonjour c’est encore moi,

      Pour ce qui est de l’usure dans l’actionnariat, elle est toute relative.

      Lorsqu’on investi, on attend une marge bénéficiaire. Celle-ci devrait être un moyen de vivre un peu mieux.
      Et c’est le but de tous les petits actionnaires qui n’ont que quelques actions.

      Par contre, pour ce qui est des ultra riches investisseurs, en réalité leur but est le pouvoir et le contrôle de... tout.
      Et ils utilisent le retour sur investissement de façon usurière afin d’atteindre ce but en rendant l’ensemble des populations, états, et entreprises dépendantes d’eux via les dettes, les brevets et les grands monopoles des multinationales.

      J’espère que mon explication t’aide à mieux comprendre l’usure dans l’actionnariat.

      Cordialement

       
    • A Heisenberg,

      Je définis l’usure comme un taux d’intérêt quelque soit sa valeur c’est à dire une augmentation du capital en fonction du temps qui peut par exemple s’exprimer en pourcentage par rapport à une durée.

      Aristote disait : l’argent ne se reproduit pas »

      J’ai 1kg d’or, je n’en ai pas besoin, je l’enterre. 10 ans après j’en ai besoin je le déterre et j’ai 1 kg d’or : pas d’usure.

      J’ai 1kg d’or, je n’en ai pas besoin, je le prête. 10 ans après j’en ai besoin on me le rends et j’ai 1 kg d’or : pas d’usure.

      J’ai une maison, je n’en ai pas besoin, je la ferme. 10 ans après j’en ai besoin je l’ouvre et j’ai une maison : pas d’usure.

      J’ai une maison, je n’en ai pas besoin, je la prête (à quelqu’un qui l’entretient). 10 ans après j’en ai besoin je la reprends et j’ai une maison : pas d’usure.

      L’argent qui ce reproduit c’est la croyance que si on enterre 1g d’or capable de se reproduire à 5 %, la quantité double tous les 14 ans. Après 1000 ans on a 2 millions de milliards de tonnes d’or ! (2 exposant (1000/14)). Cette fable que l’argent se reproduit permet à certain d’amasser un capital gigantesque sans que cela représente une comptabilité de leur travail. Bien sur ce capital, a été volé et ce vol grippe les marchés car les sommes ne sont pas investies où ils devraient l’être.

      Le problème est que l’usure a été institutionnalisé et naturalisée (alors que c’est contre nature) et qu’il est difficile d’y échapper car la dévaluation de la monnaie quelle génère (la planche a billet doit tourner pour fabriquer les billets correspondant à l’auto-reproduction) contrait beaucoup à investir à un taux d’intérêt pour ne pas perdre de capital, ce qui entretient le cercle vicieux. C’est pour cela que la retraite par répartition est une bénédiction et un moyen d’échapper au vice.

       
    • A Heisenberg,

      Vous semblez confondre salaire et emploi. Un salaire lié à un poste d’emploi est aliénant et un salaire lié à une qualification personnelle comme un grade de fonctionnaire ou une retraite est libérateur. Il y a des situations où un salaire est préférable à l’échange du travail sur un marché. C’est le cas des retraites ou de fonctionnaires de police, de santé ou de justice dont la qualité du travail serait entravée si lié à un marché (si on demande à un médecin , un policier, un enseignant de faire du chiffre, le travail perd son sens). Discuter du nombre de fonctionnaire et de l’age de la retraite est un débat sain, car ces salaires sont indirectement dépendant des marchés et se reflètent dans la valeur ajoutée des prix.

      Un retraité qui fait son café, entretient la maison et va chercher les gamins à l’école, fait la compta de l’association locale..., travaille. Le salaire attribué à la personne du retraité est la retraite.
      Les usuriers détestent le salaire et ne veulent surtout pas que l’on appelle retraite salaire car cela casserait leur discours politique que seul le travail au service de l’usure aurait une valeur économique.

      Si vous n’aimez pas le salaire, vérifiez bien si le terme n’est pas remplaçable par « emploi ». Notre domination par les médias se fait par le choix des mots.

       
    • Bonjour,

      Je vous remercie à tous pour l’ensemble de vos réponses.

      Vous m’avez bien aidé.

      Bien à vous.

      Cordialement

       
  • Avec les arguments de Monsieur Gave, demain on remplace la CPAM par les assurances privées.

     

    Répondre à ce message

  • Et elle est où la vidéo de ce monsieur qui dit « j’ai le droit de dire que l’islam est une saloperie » à Sud Radio ?

     

    Répondre à ce message

  • #2363532

    Macron n’est pas plus legitime que la cgt avec 12% des electeurs et ce fesant financer par les banksters

     

    Répondre à ce message

  • "Les élites entendent rester élites mais elles sont incapables de traiter les problèmes"

    Ben... ce ne sont pas des élites alors ! Il faut respecter la définition.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents