Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Charles Gave : "Macron veut que le peuple travaille plus pour que l’élite travaille moins"

L’économiste Charles Gave répond à la question : « Pensez-vous comme Emmanuel Macron qu’on "met trop de pognon" dans les aides sociales ? »

 

 


 

Vous êtes entrepreneur ou particulier et souhaitez faire partie d’un réseau d’entraide pour faire face à la crise ? Rejoignez Solid’E&R, le premier espace d’annonces du Réseau d’économie solidaire créé par E&R. Pour cela, il vous suffit d’être adhérent de l’association (merci de rentrer votre identifiant et votre mot de passe d’adhérent pour accéder à Solid’E&R) :

L’indépendance est chez Kontre Kulture !

Charles Gave, sur E&R :

La vision du monde macronienne, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il est difficile de discerner ce que pense Macron de ce qu’on lui demande de dire.
    Accueillir des migrants sans qualification tout en se plaignant du coût trop élevé des aides sociales, c’est paradoxal.
    C’est comme Merkel qui estime que le multiculturalisme ne fonctionne pas quelques années avant d’ouvrir grand les frontières.


  • J’adore la derniere phrase... : "Il faudrait qu’il ...."

     

    • Et puis "faudrait qu’on" ca ne marche pas non plus, alors quelle solution pour agenouiller ces profiteurs et dépeceurs du peuple ?


    • @James Fortitude
      A mon humble avis, la seule solution a toujours été la dévaluation de la monnaie nationale accompagnée d’une politique de croissance économique. Il faut tuer l’euro, revenir aux monnaies nationales. L’euro c’est l’enchaînement monétaire car il nous empêche de dévaluer. En protégeant les français des vautours qui voudraient nous racheter à bas prix, nous pourrions remettre au travail la moitié des chômeurs. Si la croissance est au rendez vous, la valeur de la monnaie remontera. Avec une dévaluation, votre crédit actuel sera plus facile a rembourser car pourrez mieux payer les gens qui travaillent, à condition que le chômage baisse c’est à dire qu’on arrête les gabegies. Pour obtenir de la croissance il faut faire baisser le chômage. Pour baisser le chômage il faut produire en France. Mais ce n’est pas l’intérêt des lobbys de Bruxelles qui préfèrent produire dans les pays de l’est.
      Charles Gave prédit une crise de liquidité du dollar en 2019 et ce que personnellement je pense c’est que le .11.9.2001 était le signal du basculement du centre de l’oligarchie mondiale vers Singapour qui pourrait tout à fait s’operer à cette occasion


  • Marrant de voir Macron demandé au pauvres de faire des efforts et de ce mettre au boulot alors que lui n’a jamais rien fait pour la France et tout son gouvernement nous coutes un pognon de dingue avec leur primes leur gardes du corps leur avantages hallucinant Macron partira à la retraite à 45 ans pendant que les prolos iront jusqu’à 70 ans lool
    Français réveil toi arrange toi pour te faire une économie parallèle et à ce moment la
    quand ont te coupera le rsa tu pourra rigolé en leur disant que tu peux vivre sans eux ! quand ont est au RSA l’état vous tient par les couilles !


  • 57% du PIB consacré à la dépense publique
    70% de taxes, charges et impôts en tout genre sur les salaires
    Et il y a la TVA.

    Mais on nous dira que la France est un pays libéral et que Macron qui fait une réformette d’un Code du Travail à 4000 pages et qui invente des taxes et impôts en tout genre est ultralibéral.

    Les Français sont des communistes mentaux.57% du PIB consacré à la dépense publique, c’est un chiffre inégalé (et inégalable). Mais peut être que les Français pensent que leur situation s’améliorera si ça passe à 80% ?

     

    • La dette publique des USA est largement aussi importante


    • « 57% du PIB consacré à la dépense publique »

      ==> Parcequ’on refuse à la France son droit à la création de sa masse monétaire destinée a soutenir son économime réelle et les pauvres.

      Cette alternative n’est jamais évoquée par les merdias ainsi que par les pseudos-économistes du système qui sont triés sur le volet.

      Et qu’on arrête de nous bassiner avec l’hyper-inflation de la république de weimar qui a eu lieu il y a un siècle.
      L’hyper-inflation au Zimbabwe est due à l’absence de tissu industriel ,de services et d’infrastructures.

      Un état souverain peut générer tout l’argent qu’il veut en s’adressant à sa banque centrale.
      Mais quand la banque centrale se trouve à Francfort , on l’ a dans l’os !


    • Les dépenses publiques ? Tu parles bien de dépenses qui concernent les écoles, la santé, les transports ? Le pot commun en somme ? Ben si tu ne veux pas participer, achète-toi une île déserte où tu pourras vivre peinard, où va vivre aux States ;) - ceci dit, les impôts ne servent plus vraiment à financer le service public mais à payer les intérêts d’une dette que nous aurions contractée apparemment... enfin, moi, je n’ai pas vu le contrat, et je n’ai rien signé...


    • Comme si je parlais de la dette. Non je parle juste de la dépense publique. Ce que je paye en tant que travailleur du privé pour des fonctionnaires. Si on compte les neuf millions de chômeurs, les cinq millions de fonctionnaires, les deux millions d’étudiants, les douze millions de retraités et les douze millions d’enfants, les treize millions de salariés du privé font chacun vivre 4.5 personnes. Vous trouvez ça viable ?

      > Parcequ’on refuse à la France son droit à la création de sa masse monétaire destinée a soutenir son économime réelle et les pauvres.

      La création monétaire n’est jamais destinée à "soutenir les pauvres" mais à construire des infrastructures. Et soyons honnêtes, si le pouvoir de création monétaire était disponible, l’Etat s’en servirait pour payer les fonctionnaires et les régimes spéciaux type EDF/SNCF.
      Le fait que 57% du PIB soit ponctionné par la dépense publique n’a rien à voir avec le fait qu’on ait le pouvoir de création monétaire ou pas. L’Allemagne ne l’a pas, et le taux de prélèvement est infiniment moindre.

      >
      Et qu’on arrête de nous bassiner avec l’hyper-inflation de la république de weimar qui a eu lieu il y a un siècle.
      >L’hyper-inflation au Zimbabwe est due à l’absence de tissu industriel ,de services et d’infrastructures.

      L’hyperinflation du Zimbabwé, c’est parce que Mugabe a viré les blancs fermiers, résultat cela a entraîné une famine monumentale et le gouvernement a imprimé masse de billet pour permettre à sa population de manger.
      Je dirais qu’une très forte inflation serait bénéfique pour la France. La population va souffire quinze ans mais toute la dette sera remboursée d’un coup.


    • >Les dépenses publiques ? Tu parles bien de dépenses qui concernent les écoles, la santé, les transports ? Le pot commun en somme ? Ben si tu ne veux pas participer, achète-toi une île déserte où tu pourras vivre peinard, où va vivre aux States ;)

      Aux Etats-Unis, le salaire médian est de 4500 € / mois, il est de 1600 en France. L’essence est au prix de 3.5 $ pour 4 L. A toi de me dire si tu préfèrerais payer une mutuelle 400€ par mois et voir ton salaire tripler plutôt que de conserver un salaire d’esclave comme les français.

      Enfin je ne m’étendrai pas sur la soi-disante gratuité des soins en France car en tant que doctorant je peux vous garantir que la consultation est loin de coûter 23 € au global pour une efficacité digne du 1/3 monde. Il suffit d’aller aux urgences d’un hôpital public parisien au hasard. Le constat est simple : dans la salle d’attente 90 % des gens ne participent pas au financement du service public qu’ils viennent pourtant utiliser.
      Les 10 pourcents restant, qui eux financent ce service, sont traités comme du bétail. C’est la cour des miracles. C’est un système particulièrement pervers car il déresponsabilise considérablement l’ensemble des acteurs y compris le personnel médical qui part du principe que puisque c’est gratuit le service peut être à l’arrache ( brancard dans le couloir, attente de plus de 6h etc...).
      Or c’est faux ce n’est pas du tout gratuit. Car ceux qui financent, eux payent un service déplorable plein pot ! Ce système ne pousse pas non plus les médecins à s’améliorer car ils sont garantis d’être payé par la sécurité sociale peu importe la qualité de la prestation fournie. En somme, le monopole de la médecine gratuite par assurance obligatoire sans concurrence (! !!) a tué la médecine francaise et a fait des médecins de petits fonctionnaires.

      Si le domaine de la santé échappait à la sécurité sociale et si il était régit par la loi de l’offre et de la demande, je peux vous garantir que certains se sortirait les doigts du cul ( quitte à payer une consultation 400 € comme aux États-Unis mais au moins être soigné ) et en plus les gens feraient plus attention à leur santé ! En plus, on paye largement plus qu’aux USA vu les taux de cotisations délirants. 400€ par mois aux USA, 400€ par mois en France vu le taux de prélèvement. Et on n’a pas 6h d’attente aux USA.


    • @ Scipion :

      « La création monétaire n’est jamais destinée à "soutenir les pauvres" »

      ==> Et pourtant c’est parfaitement envisageable.
      Mais on t’a mis dans la tête que ça n’etait pas possible .

      Tu es conditionné comme le reste troupeau...


    • ne laissez pas l’ennemi choisir le champ de bataille ! disait le stratèe chinois, et ça vaut aussi pur les batailles sémantiques ;
      En fait c’est 100 de la valeur ajoutée qu’il faudrait prendre en cotisation, par contre les entreprises n’auraient plus à payer de personnel car il serait payé par des caisses de salaires, et pour investir elles ne quémanderaient plus des prêts (avec interêts) aux banquiers, mais des subventions (non remboursables) auprès des Caisses d’investissement, gérées démocratiquement.
      Consultez les analyses et les propositions de Bernard Friot, c’est la solution ! et la libération


    • Questions à @Scipion le neolibéral
      - les urgences représentent quel personnage de l’activité médicale en France ?
      - comment expliquez vous que l’espérance de vie aux USA dépasse à peine celle de Cuba, qui est pourtant infiniment moins avancé techniquement ?
      - quel est le revenu moyen d’un médecin aux US, et en France ?
      - pensez vous que le corps médical en France ne travaille pas assez, ou, disons, moins qu’aux US ?
      - quel est le montant des dépenses médicales aux US, et comparé à la France ?
      - comment se fait-il que l’énorme différence des dépenses ne se retrouve aucunement, au contraire, lorsqu’on compare les espérances de vie respectives ?
      - que pensez vous des 3000 morts par ans dus à l’utilisation d’opioïdes sur prescription médicale aux US ? il ne s’agit pas de toxicomanes, mais de "traitement médical"
      - en conclusion, qui profite du système médical US, si ce n’est le secteur médical qui rackette la population ?
      - quel est votre intérêt à promouvoir ce système ? pour qui roulez-vous ?
      - pensez vous que les fonctionnaires ne branlent rien, ne produisent aucun service, et ne font pas, comme les travailleurs du privé, partie de ceux qui "font vivre le pays"
      - que pensez vous du cout des études supérieure aux US, sachant qu’on déjà à presque 5 millions d’emprunts étudiant en défaut, avec un million d’accroissement chaque année.
      - expliquez nous donc le système de retraites, d’allocations familiales, de congés payés, d’allocation logement, de bourses etc

      Voila les questions vous devez répondre pour être convaincant. Il s’agit de voir les données fondamentales du problème réel dans son ensemble, au lieu d’en avoir une vision soigneusement et malhonnêtement tronquée : focalisation sur un point particulier, petites histoires, oublis volontaires, etc. (les procédés habituels des trolls neoliberaux,).

      Bon challenge, et Bonne chance !


    • Incroyable, dès qu’on parle des taxes assomantes sur les entreprises et les salaires, des deux millions de fontionnaires de la fonction publique territoriale on est taxé de "néolibéral".
      Déjà, pourquoi tout ramener aux Etats-Unis ? Dès qu’on critique le système (mal pensé, mal géré) de la "sécurité sociale" que "le monde entier nous envie" mais que personne n’a copié, tout le monde parle des Etats-Unis. Mais l’assurance privée existe en Europe. En Allemagne, en Suisse, au RU, en Norvège, en Hongrie, en Pologne, en Russie ... partout en plus. Vous diriez que les gens crèvent de tuberculose et de rougeole là-bas ? Dès qu’on parle du surplus des fonctionnaires, bizarrement on ne parle que des infirmiers et policiers pour répondre, en esquivant soigneusement les deux millions de fonctionnaires territoriaux absolument inutiles, titularisés par Mitterrand pour des simples questions électorales. Oui, j’affirme que la France peut bien se passer d’un million de fonctionnaires territoriaux, et que ça fera énormément de bien aux finances.

      Concernant les études, je n’ai pas la place de tout expliquer mais toute la propagande qu’on vous fait dessus est fausse. Aux Etats-Unis, si vous allez dans l’université de votre Etat, vous payez environ 15000 euros l’année, certes c’est cher, mais 15000 * 4 = 60000, avec un salaire médian de sortie de 50000 euros / an, c’est tenable, d’autant qu’on peut déjà travailler pendant ces années. Finalement, ce n’est pas très éloigné d’une école de commerce en France. Deuxièmement, le système de bourse aux Etats-Unis est basé sur le mérite académique, pas sur les critères sociaux. En gros, on est bon à l’école, on peut aller à l’université sans trop de frais. On est mauvais, et bien on paye. L’université n’est pas un droit là-bas. Elle se mérite. Et les nazes qui ont fait "gender studies", à 2000km de leur Etat, et bien oui ils vont payer. Et c’est tant mieux.
      Pour comparaison, voici le site du MIT : http://web.mit.edu/facts/tuition.html
      > Average student debt : $19,819
      Pour un salaire de 81 000 euros annuel au départ !

      Presque tout est faux dans les critiques sur les Etats-Unis, et même si c’était vrai, et bien je vous invite à comparer la Suisse et la Belgique.
      La Suisse est libérale, elle a UBS et les horlogers et un salaire médian de 7000euros mois, la Belgique un Etat providence "à la française", Molenbeek et le taux d’imposition le plus fort de l’UE.


    • Incroyable, dès qu’on parle des ..... on est taxé de "néolibéral".
      Connaissez vous l’histoire : "Ca marche comme un canard, ca fait coin-coin comme un canard, ca nage comme un canard, ca nage comme un canard, donc c’est .... ?"
      Dont acte, vous n’auriez jamais eu l’occasion de prendre conscience du lavage de cerveau qui vous a transformé en neoliberal. Plus exactement : vous n’avez jamais eu l’envie de saisir l’occasion lorsqu’elle s’est présentée. Mais bon, je comprends, quand l’envie n’est pas là, c’est difficile de se prendre soi-même par la main et de se bouger.

      Déjà, pourquoi tout ramener aux Etats-Unis ?
      C’est bien d’eux dont vous parliez, non ? d’ailleurs je vous y ai répondu. Et c’est alors que vous prend l’envie de déplacer le sujet....
      Les US sont plus intéressants à observer ; Leur histoire fait qu’on peut y voir le résultat à long terme, lorsqu’on laisse les appétits privés glisser le pied dans l’entrebâillement de la porte.

      Ok pour les fonctionnaires territoriaux, mais : Est-ce bien le sujet maintenant ? Je veux dire (j’ai pas vérifié) mais a priori c’est entièrement du ressort des régions, non ? Sont-ils concernés par ces réformes de Macron ?

      Sur le reste toujours le même tour de passe-passe des argumentaires néo-libéraux : citer un cas particulier et prétendre qu’il représente le tout, en escamotant le reste.
      Or donc, ce n’est parce que le modèle des ecoles de Commerce payantes fonctionne en France qu’on peut le généraliser. Car ça ne marche qu’avec ce genre d’étudiant, assurés de trouver ensuite un emploi très bien payé. Quant aux autres, je suppose que vous voyez pas l’intérêt de les instruire. Bon, évidemment, je comprends votre point de vue, sachant que pour vous la seule instruction intéressante, c’est celle qui permet de faire du blé. Bon, on connaissait le lumpen proletariat (le prolétariat crétin et moralement dégénéré), voici donc la lumpen ploutocratie, et fière de l’être ;
      Heureux les simples d’esprits, le royaume de Wall Street est à eux (à condition de gagner la course des rats, mais bon).

      Ah oui, un étudiant sur 100000 peut profiter du MIT pour un tarif pas délirant (mais très loin d’être gratuit, quand même). Et puis, les surdoués ont droit aux bourses.
      C’est sur que ça c’est la solution globale et efficace d’un problème qu’on a évalué en s’efforçant de rien oublier, puisqu’on est lucide et honnête.


  • Quand on est une élite on ne travaille pas !!!

    C’est pas difficile à comprendre ?

    J’explique pour les les mal-comprenants : une élite a des actions, des immeubles, des terrains. Tout cela rapporte sans travailler.
    Et si c’est une élite de la "famille", il a un crédit illimité dans une banque d’affaire.

    Macron est simplement là pour détruire ce qui reste de la France en faisant passer sous contrôle de sociétés anonymes multinational (anonyme est le mot important) l’ensemble des outils de souveraineté de la France.

    Une fois qu’un outil est passé sous contrôle anonyme, vous ne pouvez plus rien faire, car vous ne connaissez plus votre ennemi : il est anonyme.

    Y "Gave" cet expert.

    A ce propos , de quoi il vit ce Gave ? Et pour qui il travaille ?

     

    • Mais pourquoi le libéralisme fonctionne partout, sauf en France ?

      Pourquoi les japonais conservent leur nation forte, en restant très libéraux ?
      Pourquoi les russes aussi ?
      Pourquoi les américains aussi ?
      Pourquoi les allemands, maintenant que la gauche allemande devient anti-immigration, aussi ?

      En France, nous devons nous coltiner le boulet communiste imposé en 45, avec des salaires de misère et des taux de prélèvements ultra-élevés. La France est un pays de fonctionnaire, et le fonctionnaire ne créé rien, il ponctionne, il dépense.
      C’est précisément à cause de ce taux d’imposition délirant qu’aucune entreprise ne peut naître et concurrencer les pontes. Les entreprises du Nikkei et du Nasdaq sont en moyennes plutôt jeunes. Celles du Cac40 sont centenaires.

      La France ne pourra survivre que si elle se débarasse du communisme/


    • T’oublie qu’on est voisin du tiers-monde et que nos élites importent ou fabriquent du couillon à la tonne grâce à leur monopole sur la culture de masse. Résultats : les coûts explosent car un con fait des conneries qui coûtent ( logique !) et les élites risquent de se faire embarquer par les vagues d’abrutis qu’elles ont contribué à créer en distillant de la bêtise tous les jours auprès des gueux, pour mieux les dominer.

      C’est purement latin comme système de domination : ça coûte deux bras et ça ne marche pas.

      C’est un pays de pieds nickelés. Il n’y a que les Maghrébins et les Africains qui croient encore que ce trou à rats, c’est l’Eden.


  • En somme, Charles Gave ne reproche pas à Emmanuel Macron son positionnement politique et économique, il lui reproche seulement de ne pas aller assez loin et de ne pas suffisamment « passer à l’action ».

    Charles Gave est un ultra-libéral à la sauce anglo-saxonne, disciple de Milton Friedman, diplômé de Sciences-Po et d’un MBA de finance et gestion aux USA, qui a fait sa fortune en conseillant des fonds d’investissement et des fonds de gestion internationaux (un peu à la Attali, donc). Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est très loin de la « gauche du travail » !

    Quand il déclare que les aides sociales devraient revenir à « ceux qui le méritent » (la bonne grosse évidence, pleine de faux bon sens !) et pas à « ceux qui remplissent les conditions sur le papier », cela fait un peu froid dans le dos. Qui va décider de qui mérite d’être aidé ou pas, si ce n’est pas sur des critères administratifs précis ? Selon M. Gave, c’est tout simple : ce sont « les gendarmes du coin » ! Autrement dit, l’application de mesures étatiques serait laissée à la libre appréciation d’un pouvoir local discrétionnaire, avec tout ce que cela suppose d’arbitraire, d’injuste, de copinage, de clientélisme, de dérives possibles, etc. C’est totalement aberrant.

     

    • Il y a aussi quelques drogués qu’on pourrait mettre à l’HP et pas mal de gens qui y sont qui seraient mieux dehors … !!
      Si vous trouvez que le système social est idéal, c’est bien !
      Mais ni Gave ni moi ne le trouvons !


    • @Link
      Je vous rejoins dans votre analyse.
      Ce qui vous et me semble aberrant à juste titre, c’est qu’en plus de l’administratif ce type de gestion sociale aberrante existe déjà. Gestion à la tête du client et depuis toujours je rajoute.


    • @JL :

      Je n’ai pas écrit que le système social est idéal et je n’ai pas parlé de l’HP. C’est donc difficile de vous répondre sur des points qui ne figuraient pas dans mon message.

      Interner les « drogués » en hôpital psychiatrique, je ne suis pas sûr que ce soit la mesure la plus efficace, ni socialement, ni médicalement, ni économiquement.
      Par ailleurs, que certaines personnes qui y sont soignées ne devraient pas y être, je n’en sais rien. Je ne suis pas psychiatre et je ne connais pas la situation précise de chaque malade et chaque dossier, mais je ne doute pas que vous soyez un expert plus compétent que les médecins (en fait si, pour être tout à fait honnête, j’en doute un peu) ...

      Que le système social ait des inconvénients (cher et insuffisamment efficace, pour faire court), c’est probable. Mais que les recettes à appliquer soient celles de l’ultra-libéralisme et de l’appréciation de chaque cas au doigt mouillé, j’en doute.


    • @link
      Si on interne les drogués en psy., Comment voulez vous que choupinet se mette à faire des réformes ? Charenton n’est quand meme pas proche de l’Elysee


    • « En somme, Charles Gave ne reproche pas à Emmanuel Macron son positionnement politique et économique, il lui reproche seulement de ne pas aller assez loin et de ne pas suffisamment « passer à l’action ». »
      Je ne sais pas ce qu’il vous faut puisque précisément et au contraire il lui reproche sa politique économique qui consiste à taper sur les pauvres et à assommer les gens d’impôts. Je le cite, parlant de Macron : « C’est un homme qui a l’air tout à fait désireux que le peuple travaille de plus en plus pour que les gens travaillent de moins en moins. »
      Si vous pensez que Macron a initié une politique qui va en ce sens et que Monsieur Gave lui reproche de ne pas aller assez loin, là il y a un problème. Il faut se méfier du mauvais usage que l’on peut faire du terme « libéral » lorsqu’on l’utilise comme un fourre-tout où l’on met tout et son contraire.


    • Mon dernier paragraphe est mal formulé mais je pense que vous l’aurez compris. Dans le cas contraire je le reformulerai.


  • Tout ce qui coute à l’Etat profite aux banques.

    Les banques soutiennent donc les politiques qui coutent à l’Etat, à travers lui la nation : immigration, gaspillage, aides sociales "égalitaires" (comprenez universelles non contrôlées), subventions.

    Donc la cause de l’immigration est la même que celle de la société multiculturelle ou que la protection médicale universelle ou encore le règlement des mêmes allocations à la famille Macron pas spécialement dans la nécessité qu’à la famille Dupont au chômage.

    Car la raison d’être de ces aides n’est pas l’aide ou la charité mais la dette : la mise en esclavage de la nation par la dette.Sous prétexte de la charité.

    Ce que Gave préconise, la Banque ne le veut pas : ce serait la fin de l’emprunt, leur suicide.

    Vous aurez remarqué un détail : nous sommes passés "des banques" à " LA banque".

    C’est normal : les banques se prêtant entre elles pour qu’elles prêtent à l’Etat en lui achetant ses bons, (vous suivez ?), dans la chaines des banquiers prêteurs -emprunteurs, il y a un maillon, en fait un petit pool de maillons , faux monnayeurs en chef, qui prêtent aux autres et sont donc les bénéficiaires finaux (et reels) des emprunts d’Etat.

    Ils sont tous aux USA.

    Mais ils ne sont pas américains sinon de simple nationalité.

    De coeur, d’éducation et de professions ils sont antinationaux : depuis 2000 ans

    Ce sont eux qui ont financé Macron pour que Macron comprenant ce qu’il faut faire ne le fasse surtout pas mais au contraire continue de faire ce pourquoi il a été financé : nous endetter au profit des "banquiers antinationaux".

    Il y a une logique dans la criminalité.


  • Charles Gave,un libéral..réel .

    Libéralisme,capitalisme,oligarchie,
    socialisme ,technocratie...
    tous ces termes apparemment antagonistes
    ont abouti à une seule réalité anonyme ;l’Empire.
    Ce monstre,cette "usine à gaz",est dénoncé
    par un libéral ,qui parle comme un populiste.
    Le bon sens de nos ancêtres paysans ,
    opposé aux doctrinaires d’un ordre nouveau,
    qui s’approprient le Pouvoir et le Travail des peuples.


  • Bientôt le passage des 5 semaines à 4 semaines de congés payés (sur suggestion de ses amis Barbier et Drahi). Comme ça le problème sera réglé, le français n’aura plus le temps de penser

     

    • Parce que tu crois que le français pense, toi ?


    • Le système de congés payé est une aberration en soi. Etre payé a ne rien faire. Si l on supprimer les congés payés , les gens prendraient leur congé sur leur économie et apprécieraient d autant plus leur vacance par leur rareté.


    • « Le système de congés payé est une aberration en soi. Etre payé a ne rien faire. Si l on supprimer les congés payés , les gens prendraient leur congé sur leur économie et apprécieraient d autant plus leur vacance par leur rareté. »
      Vous êtes décidément abonné aux âneries, à croire que c’est un sacerdoce à ce niveau-là. À lire des trucs pareils je me dis que je serais assez pour qu’on les supprime, mais uniquement pour les types comme vous, juste histoire de leur faire passer le goût du pain. Et d’une les congés payés n’existent que parce que les salariés les cumulent ... en travaillant ! Sans quoi ils n’en auraient pas. Et de deux, on ne sait pas d’où vous avez vu que les gens ne faisaient rien de leurs vacances ni ne les appréciaient. Vous n’en ratez décidément pas une. Je passe pas mal de temps ici, tout comme vous, vous n’êtes donc pas débordé non plus a priori. Donc si vous voulez réellement incarner votre « philosophie », partez devant ça nous fera des vacances bien méritées et surtout qui ne coûteront rien :-)


  • Gave a raison. Pour commencer à réduire la dépense publique on pourrait, au hasard, supprimer le ministère dit de la culture qui ne sert qu’à engraisser des fonctionnaires (parfois corrompu en plus) et permettre à tout un tas de parasites sans talent de vivre.

    Ceux qui pensent vraiment avoir une production artistique de qualité n’ont qu’à se trouver un mécène comme ça s’est toujours fait...


  • Pourquoi ne pas dire au nous vivons sous l’empire d’une dictature talmudiste ? L’Etat et les banques ne sont que des moyens pour soumettre les nations goys à la race des élus. Cela fait des dizaines d’années que durent ces complaintes contre la gabegie budgétaire et l’arbitraire administratif. GC n’a toujouis pas compris que le problème n’est pas de savoir si la gestion de l’Etat est bonne ou mauvaise, mais au service de de qui fonctionne l’Etat et dans quel but. Si la richesse économique a laissé la place à la valeur monétaire falsifiée massivement par la création de monnaie dette pour financer les dépenses de l’Etat c’est que celui-ci a décidé d’avoir recours aux ressources inépuisables du marché qui contient de la valeur virtuelle en quantité illimitée, plutôt que de continuer à dépendre de la richesse créée dans l’économie réelle. Il n’y pas de commune mesure entre la richesse potentielle des marchés et celle de l’économie réelle. D’ailleurs Trump ne s’y est pas trompé, qui explose toutes les limites budgétaires pour puiser sans limites dans les ressources de financement des marchés qui paient du même coup les dépenses sociales et les retraites, grâce à la croissance stratosphérique de la capitalisation boursière. Donc, il est un peu curieux d’entendre citer M. Friedman comme un apôtre de la bonne gestion étatique, alors qu’il voyait dans les marchés le moyen de réconcilier l’Etat avec l’économie en finançant sans compter ses dépenses tandis qu’il lâchait la bride aux entreprises cotées sur les marchés. Tout cela se termine en Etat totalitaire qui dispose de moyens financiers colossaux pour se payer les bonnes grâces du complexe militaro-industriel, qui compte pour une bonne part dans la croissance économique, et maintenir en laisse les laisser-pour-compte du marché maintenus sous étroite surveillance par les nouvelles technologies que développent les fleurons de l’économie privée.quelque peu encadrés par l’Etat.


Commentaires suivants