Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Charles Gave : "Souveraineté ou technocratie, il va falloir régler cette crise"

L’économiste Charles Gave commente les résultats économiques de Donald Trump avant de les mettre en perspective avec le mode de fonctionnement européen.

 

 

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La Chine et la Russie sont des pays pleinement souverains et pourtant dominés par leur technocratie. Le pouvoir économique et politique est concentré entre les mains d’une poignée d’oligarques et de politiques sans contrepoids réel du côté des "corps intermédiaires" soumis à la volonté générale de ses membres et donc de l’Etat qui les représente par définition. On l’a constaté une nouvelle fois lors du débat sur la réforme des retraites en Russie, où la technocratie n’admettait d’autre point de vue que celui de ses feuilles Excel et de ses modèles économétriques. Peu importe que les fonds monétaires et la trésorerie des grandes entreprises accumulent des profits gigantesques, ni que les oligarques sortent tout leur fric du pays (c’est moins vrai maintenant, mais à cause des réglementations étrangères), l’important est de maintenir le citoyen la tête sous l’eau en réclamant des sacrifices "patriotiques" , en augmentant les taxes et en comprimant ses revenus. La Chine suit exactement la même voie avec l’instauration du crédit social dont la notation est déterminée en fonction du big data des caméras de surveillance intelligentes. la souveraineté ne se détermine qu’en fonction des capacités de l’Etat souverain à tout contrôler et à tout régenter, dusse le peuple en crever. Car les investissements se déterminent en fonction des objectifs macro, pas du bien -être de la population qui est scarifiée à la volonté de puissance de technocrates décidant d’arroser l’économie où bon leur semble, et non de permettre un développement organique décompressé de l’économie privée. Ainsi la Russie végète sous la pression technocratique, tandis que la Chine se demande avec angoisse comment investir son trésor de guerre sans être taxé de colonialisme réinventé par les colonisés d’hier. CG est lui-même un adepte du libéralisme monétariste libéral qui considère la monnaie crédit comme le moyen par excellence de diriger l’économie et partant la création de valeur canalisée par la bureaucratie doublé de son attirail d’ingénierie sociale. Il faudrait que ces gens considèrent le sujet de la création de valeur à l’endroit, à savoir que la monnaie n’est que la contrepartie de la valeur produite et non la valeur elle-même qu’il suffirait d’investir pour voir surgir des paradis de prospérité. Les villes fantômes chinoises et les infrastructures inutilisées faute de demande économique sont là pour illustrer cette fausse conception de la création de valeur.

     

  • C toujours avec plaisir que j’écoute les interventions de Charles Gave.


  • C’est beau l’esprit français.

    C’est divin.


  • Trump a fait ce que nos gouvernements incompétents ne feront jamais : il a baissé les impôts . Il est vrai qu’avec 5 millions de fonctionnaires "peu productifs" et coûteux la France ne peut pas s’en sortir .


  • Force est de constater que Monsieur Gave sait de quoi il parle. Il l’exprime et l’explique clairement. C’est net et sans bavure ! Merci à lui et à E&R.


  • "Nous sommes gouvernés par des mafieux" me semble plus juste.

    La technocratie n’est pas un mal en soi, si elle agit comme il se doit, avec équité.

    C’est la banque qui fixe la politique à suivre. Pas la technocratie. Elle ne fait qu’appliquer les consignes reçues de plus haut.

    Au début, c’est rafraîchissant de l’entendre, car ns sommes soumis constamment aux inepties socialistes et aux mièvreries débilitantes.

    Mais ces propos pêchent par leur manque de profondeur.

    Comme s’il suffisait de changer la technocratie . . . gné ...


  • Il a des analyses d’il y a deux siècles au moins, l’autre jour c’était la droite-gauche, les méchants communistes vénézuéliens, là on en revient à Courteline, le fonctionnaire qui dort au bureau et l’employé de banque qui vend des assurances, la retraite c’est mal, privé contre public, deux faces d’une même (mauvaise) pièce trouée. Si on attend d’un patron autre chose que la survie, autant se tirer une balle dans la bouche.
    Donc cher et vénérable M. je vais tenter de faire court : sans l’état payé par le contribuable, pas de routes, d’électricité, de police à votre service, de liaison ordi et donc il me serait impossible de vous lire (ce qui me manquerait... ou pas), votre création monétaire virtuelle et financière, je sais c’est dur à croire mais elle ne finance dans le monde qu’un centième à peine du visible, les constructions, infrastructures etc, pour 1 $ de CA (chiffre d’affaire), il y en a 3 de dette, l’économie n’existe que comme spoliation terrestre 1 de l’écosystème donc 2 de l’ensemble de ses habitants. Et en plus c’est inefficace et dangereux : le $ vaut quelque chose si et seulement si les EU le défendent avec des menaces atomiques (l’uranium même appauvri ça fait mal) ou de guerre civile (Philppines, votre ennemi Maduro) voire les deux.


  • L’économie US qui va bien je veux bien mais historiquement :

    1) Courbe des taux qui s’aplatit = mauvais.

    2) Banque centrale qui relève les taux = annonciateur d’un retournement de cycle et récession.

    3) Chômage au plus bas = annonciateur d’un fin de cycle (boom) et récession.

    4) Guerre commerciale et augmentation des tariffs = consommateur qui perd du pouvoir d’achat et précurseur d’une récession, effets récessionistes sur les entreprises : déjà les entreprises parlent de licenciements, fermiers qui bat de l’aile suite aux mesures de rétorsions chinoises sur les matières agricoles.

    5) Les entreprises US qui rachètent leurs propres titres = gonflage artificiel des indices (SP500 et Dow).

    6) Indices historiquement haut et P/E désastreux = idem, marchés surévalués.

    7) Indice de Shiller au plus haut depuis la bulle de 2000 = rendement faible/marchés surévalués.

    8) Dollar fort = difficile d’exporter sa camelote (si tant les US on des choses encore intéressantes a exporter a part des bombes et conflits...)

    9) Plus de 1000 milliards de dettes ajoutées depuis l’élection de Trump, Obama n’a qu’a bien se tenir ! Il prévoit d’en ajouter en 4 ans plus que son prédécesseur en a fait en 8 !

    Bref, le Trumpisme une grosse bulle qui pourrait éclater en 2019-2020...

     

    • @Gonfleur de bulles
      Mouais, je crois qu’en réalité vous êtes un crypto-trumpiste, car dans votre bien molle critique du Donald, vous avez oublié de signaler :
      - que les chiffres du chômage sont douteux, car parallèlement il y a quand même un rétrécissement de la fraction de la population qui possède un emploi.
      - que les chiffres de croissance du PNB réel (pas le PNB nominal) sont douteux, car l’inflation est sous-estimée.

      Et en plus, vous êtes un crypto-anti-trumpiste sans indulgence, car vous auriez du rappeler, à sa décharge, qu’il est bien possible qu’il ai été justement choisi pour porter le chapeau de cette crise qui était dans les tuyaux depuis quelques années.


    • Deux entreprises US viennent de franchir le cap des mille milliards de dollars de capitalisation : Apple et Amazon . LVMH N°1 en France pèse 160 milliards d’euros, 6 fois moins que chacune d’elles...


  • La crise est inhérente au capitalisme et elle est gérée par les états avec les prélèvements des contribuables, l’enrichissement en de telles proportions résulte obligatoirement du viol de la majorité par l’oppression de l’exploitation.
    Mais il est normal qu’il défende sa profession, qui demeure nuisible comme le prêt à intérêt et le secret bancaire. En plus il se fie aux chiffres officiels, navrant.
    Quelle solution a-til pour l’augmentation sans fin de la population et la fin des ressources fossiles, comment faire si chacun veut vivre comme Bill Gates ? Là voici, son "économie" !

     

  • J’aime bien Charles Gave, la seule chose qui m’ennui avec lui c’est qu’il est ultra pro-ricain. Dans une vidéo il se vantait que tout ses petits-enfants avaient le passeport américains un truc du genre, vous voyez ce que je veux dire ? Ne comptez pas sur la famille Gave pour sauver la France...