Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Claire Colombi et Marion Sigaut ont visité l’exposition féministe Présumées coupables

Claire Colombi et Marion Sigaut nous racontent leur visite de l’exposition Présumées coupables organisée aux Archives de Paris. Un voyage au cœur des ravages du féminisme le plus abscons.

 

 

À ne pas manquer, chez Kontre Kulture :

Retrouvez Claire Colombi et Marion Sigaut, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Une très bonne vidéo, merci Marion et Claire !

     

  • Excellente vidéo. Bravo à toutes les deux d’avoir eu la patience de décortiquer cette exposition pour nous.
    J’ai lu il y a quelques temps le livre de Petitfils sur l’affaire des poisons qui montre que cette affaire est extrêmement complexe et que loin de cultiver ce soit-disant stéréotype de l’empoisonneuse, Louis XIV, voyant que cet histoire le conduisait trop loin a abandonné totalement les investigations.


  • Bravo Mesdames, et merci.


  • Les sorcières ont toujours existé. Mais bien souvent leur représentation iconique et religieuse prévaut sur leur dimension psychopathologique. Il s’agit de femme dominées voire possédées par leur Animus, qui est la partie masculine chez la femme, régie par "l’opinion". Ces femmes phalliques aux traits de personnalités borderlines sont des femmes castratrices. Elle sont dominées par leur volonté de pouvoir, voire même de puissance, d’où le balais, qui n’est autre que la représentation d’un sexe en érection. Une fois propriétaire du NON du père, mais surtout de la déchéance de la figure paternelle par castration, elles engendrent une société de droits, permissive, régie par la Liberté. Autrement dit, une aubaine pour le Capital. La destitution de ce qui est limitant et structurant, actuellement nommé fascisme, provient de cet avènement. L’érection de la femme au rang de porteuse du NON et de destructrice de la figure paternelle, est le fer de lance de l’avancée de Capital. La sorcière est l’emblème de cela. Ceci mène inéluctablement à la guerre des sexes, via la volonté de pouvoir. Mais si elle l’emporte sur l’homme, alors la femme enrôle le pouvoir et l’homme se féminise. La sorcière est donc l’une des clés de compréhension de la féminisation de la société. Régie par la liberté, le féminisme actuel qui porte une importance cruciale à Lilith, engendre des sorcières, au sens psychopathologique du terme. Des femmes courant d’air, comme Lilith qui signifie vent... Ceci est le début du processus d’inversion TOTALE des valeurs. Je pourrais aussi parlé de l’équivalent chez l’homme, qui dominé par son Anima, projette sur la femme une représentation archétypale de la Déesse, ou de la femme fatale, qui le féminise... Je pourrais en parler toute la nuit, si j’ose dire, mais les sorcières dans leur dimension psychopathologique existent bel et bien, et sont de plus en plus fréquentes. Vivant souvent seules, elles ont dans la sphère publique une image souvent très appréciée de la mère nourricière, qui rassemble... Mais sa domination par son Animus la soumet à une entité supérieure qu’elle pense être Dieu, mais qui n’est autre que son inverse... Elle célèbre la Vie, comme Eve qui signifie Vie. Et donc le culte de Satan au sens premier du terme. Souvent cruelle et décisive, elle tranche, et dirige... Suivez là, et vous vous perdrez... Dans la foret des imagos... Renseignez-vous. Cette figure est fascinante, mais destructrice. Et c’est le fer de lance du Capital.

     

    • Ce que vous dites m’interpelle. J’ai rencontré plusieurs femmes de pouvoir correspondant à cet archétype, et je me souviens d’avoir plusieurs fois craché "mais c’est une sorcière !"
      Femmes faussement féminines et nourricières, mais en fait rigoureusement destructrices de tout ce qui fait la féminité et la masculinité autour d’elles.
      La soumission qu’elles exigent est totale et monstrueuse.
      Le pouvoir ne sied pas aux femmes. Toute femme de pouvoir est à fuir.
      Un homme de pouvoir me déplait.
      Une femme de pouvoir me terrifie.
      Le diable est là.


    • Ainsi, lorsque je dis « NON » à un enfant de 4 ans qui veut repeindre le mur blanc du salon avec sa gouache reçue à Noël, je suis une femme « castratrice de pouvoir, propriétaire du NON du père » ?

      Veuillez recevoir ma sincère soumission nourricière M. Carl Gustave, navrée d’avoir aimé les murs blancs. Si j’avais su, je l’ai aurais peint en noir pour vous être agréable.

      Gratitude pour cette lacune, soudain, comblée.

      « Lacune » est un n. fém. dit le Larousse.


    • Gardons-nous bien de suivre le démon dans ses élucubrations grotesques. Il se moque de nous !!!
      Croire que l’étude de ces symboles obscurs nous permette de mettre la lumière sur notre histoire, c’est y perdre la raison. Toutes les sciences occultes viennent et mènent au Diable : il faut les fuir et ne les étudier en aucun cas.
      Pour assouvir notre soif de mystères, lisons la Bible, lisons les Saints. Intéressons-nous aux œuvres de Dieu, pas à celles du malin.
      Car, enfin, si "le balai n’est autre que la représentation d’un sexe en érection", la serpillère est alors le symbole mytho-illogique de l’attribut sexuel des femens... Et alors là, on ne s’en sort plus.


    • Caricaturer mon propos ne changera rien à la réalité. Tout comme les sociétés orientales ont représenté la part féminine et masculine de chaque individu via le Yin et le Yang, elles sont décrites dans l’oeuvre de Jung par l’Anima et l’Animus. Par exemple, lorsque vous tombez amoureu(se)x vous projetez sur l’autre votre archétype opposée, pour l’homme l’Anima, pour la femme l’Animus. Pour l’homme par exemple, l’Anima est une entité recouvrant toutes les représentations féminines (La mère nourricière, la femme fatale, mais aussi les figures mythologiques comme la fée, la déesse ou la sorcière). Voilà pourquoi on "tombe" amoureux. Je ne vais pas m’étendre, mais cette réalité existe, même si vous la niez. Ce qui différencie la femme ayant intégré psychiquement son Animus en le conscientisant, ce qui lui donne une lecture de l’autre (l’homme en l’occurence) claire et non biaisée par l’influence de sa projection psychique, et celle qui est possédée par son Animus, c’est la volonté de pouvoir. Certaines femmes de "bonne" foi, (selon elles) prétendent vouloir changer les choses. Le mouvement de la France Insoumise en est rempli. Mais en réalité, elles sont animées par leur volonté de pouvoir, en opposition à celui de l’homme. C’est donc anti-révolutionnaire comme posture, étant donné qu’une société régie par des femmes dominées par leur Animus mènera au Chaos. Vous qui dites lire la Bible, lisez la mieux peut être, ou entièrement : " La seule référence à Lilith figure dans le livre d’Isaïe (34.14). Dans cette prophétie sur la fin du royaume d’Édom (l’Europe Chrétienne), le territoire d’Édom est décrit comme une terre désolée. Il est habité par des bêtes sauvages et par Lilith. " Marion merci, effectivement le salut viendra de l’absence de VOLONTÉ de pouvoir, que ce soit du côté de la femme ou de l’homme, l’un sur l’autre sexe. Quant aux caricatures sur la peinture, ce n’est pas par mépris que je n’y répondrais pas. Je pense que vous devriez réfléchir à votre phrase, et discuter avec vous même sur votre volonté de pouvoir, non vis à vis de votre enfant, ce qui est naturel, mais sur l’ homme. Les hommes dominées par leur Anima existent aussi. Il n’est donc pas la question d’une querelle de sexe... Vous auriez pu relativiser, mais vous vous en êtes abstenu. Ce qui prouve indirectement votre volonté de pouvoir, ne serait ce que minime. :) Bientôt je livrerai un exposé qui traite entre autre de ça sur youtube. A bientôt :)


    • L’Anima et l’ Animus ne sont pas les seuls archétypes à constituer notre psyché. Ils n’interviennent pas du reste de la même manière au cours de notre vie et se combinent avec d’autres archétypes (Persona, Ombre...) qui agissent de manière singulière selon nos expériences. Une femme dominée par un Anima en harmonie avec son moi et son image du père peut tomber sur un conjoint qui saura faire vivre en elle le meilleur de ses archétypes. Ou pas.
      Les sorcières ont existé et existent mais le lien d’équivalence avec la soif de pouvoir chez une femme est loin d’être systématique.


    • Oui ce que vous dites est vrai. C’est une communication complexe entre plusieurs archétypes. En réalité j’ai commencé à m’intéresser à la chose après avoir vécu une relation courte mais intense avec une femme plus que phallique, pour ne pas dire castratrice, dominatrice, qui oscillait entre une position de victime absolu, et de bourreau impitoyable. Je constate une systématisation de cet ambivalence prononcée au seins de notre société sado-masochiste. Des femmes très soumises, à la limite de la proie parfois, qui jubilent dans leur mouvements perpétuels physiques et dialectiques (manipulations morbides), afin d’ échapper à l’homme, pour se laisser sauvagement dévorer, et repartir aussitôt punir le mâle de les avoir chopées... (Elles sont souvent endoctrinées par les mouvements féministes et les livres "émancipateurs" comme "Femmes qui courent avec les loups" pour ne pas dire "chiennes qui courent après les mecs en chien..."). C’est la nouvelles vague des filles phalliques, avides de pouvoir de domination, qui punissent, et se font punir... Là ou l’Animus intervient explicitement, c’est au niveau du nombre d’amants qu’elles convoitent... En réalité, dans l’esprit inconscient féminin, nous dit Jung, chaque opinion se vaut. Ainsi, lorsqu’il s’agit de choisir un partenaire, les plus borderlines sont totalement paumées... C’est un peu à celui qui parle le plus fort, même s’il dit n’importe quoi, en fait... Pourvu qu’il lui apporte la liberté d’aller en essayer d’autre, même virtuellement, et la sécurité... De façon totalement opportuniste, en fait... Et à la manière d’une chatte en chaleur, elles vont errer pour se faire attraper par le plus persévérant. Ça fout un bordel monstre dans la gente masculine, qui, dans cette république castratrice, ne PEUT PAS détruire le rival. Alors s’en suit une enchère, et une surenchère... Mais bon, avec un SMIC, on atteint vite le plafond ! Ce sera à celui qui apportera le plus de confort à madame. Au niveau du fric, ou du réseau de contact... C’est la même. Pourvu encore une fois qu’il y’ait une assise de confort et de sécurité... Ceci isole les dissidents, qui s’insurgent contre ce fonctionnement purement bestial. Et qui sont souvent seuls à tenir une position argumentée et construite, face à une nuée d’imbéciles ou de demi-homme qui ne tiennent des opinions que pour flatter mme. C’est une façon comme une autre de stériliser la dissidence, et plus particulièrement les Chrétiens qui ne fonctionnement absolument pas comme ça.


    • Le fait que l’homme ait un rapport monogame avec son Anima (autrement dit il peut projeter sur une seule femme toutes les représentations archétypales de la femme (de la fille à la sœur en passant par la mère nourricière, la déesse, la fée, et la sorcière) explique la lenteur du deuil de l’homme après une rupture. Il doit faire le deuil de chacune de ces représentations... La femme quant à elle nous dit Jung, a un rapport polygame avec son Animus. Elle peut le projeter sur plusieurs hommes ayant des opinions totalement différents. Et chacune des opinions se valent, dans son esprit, en fait... Voilà pourquoi ils ont étendu le droit de vote aux femmes. Car du coup, la femme a naturellement si j’ose dire plutôt tendance à suivre les mouvements dominants, en retournant sa veste sans aucun problème moral... Il y’a d’autres phénomènes psychologiques qui rentrent en jeu (comme le sentiment d’injustice maintenu ou compensé, qui peut la faire adhérer à un mouvement contestataire pour demeurer dans sa situation de souffrance face à l’oppresseur), mais celui du rapport polygame avec son Animus est crucial... Voilà pourquoi notre mouvement est très peu parsemées de filles, et pourquoi il en sera de plus en plus parsemé quand nous prendrons de l’importance. C’est injuste, mais bon, c’est la nature... En attendant, il reste l’option de faire semblant d’être d’accord, ou de faire semblant d’ignorer, ou sinon youporn, pour les plus opiniâtres qui ne lâchent rien... Je le dis car des antisionistes y’en a aussi dans les rangs de l’ultra gauche. mais eux ont un rapport à l’autre totalement à l’opposé du nôtre. C’est la France insoumise, mouvement dans lequel les hommes sont soumis aux femmes, je précise... Si je voulais pousser l’analyse plus loin, je dirai que le FN représente le point de vue viril et masculin de l’anti-mondialisme, et la france insoumise, le point de vue ouvert et féminin (donc inefficace) de l’anti mondialisme. Car comment être contre le mondialisme, quand on est internationaliste ?... C’est chaud quand même comme contradiction... Mais si tu leur rétorque cela, ils tapent. Ils projettent en dehors de leur psychisme l’altérité... Ce sont les pires extrémistes qui soient... Dans tous les cas, pour être un peu dans la provoc, je dirais que les femmes aiment par opportunisme, quand les hommes aiment par sacrifice. Les vrais hommes, pas les adeptes de JuL... Le système actuel est une machine à tuer les vrais hommes. Et les vraies femmes, qui savent se modérer


    • La femme quant à elle nous dit Jung, a un rapport polygame avec son Animus. Elle peut le projeter sur plusieurs hommes ayant des opinions totalement différents.

      Interprétation douteuse selon moi. Les projections masculines se matérialisent dans des personnes et des types de relations multiples allant du frère au collègue à l’ami l’amant voire une amie à l’animus puissant.
      Il est des femmes vampires qui avalent les hommes comme des mantes religieuses, possiblement parce que leur animus se réduit à la figure de l’amant. Figure trop pauvre pour contenter le reste de leur psyché.
      Si votre expérience avec l’une d’entre elles vous a servi tant mieux pour vous je dirais.


  • Un régal que ce rendez-vous avec vous, Marion et Claire. Le cadre, le propos, la complicité, l’érudition. Tout était familier, vrai, et bon. J’aurais voulu que cela dure des heures. Merci mesdames pour être là, pour être telles que vous êtes, et pour témoigner.

     

  • Cette vidéo n’est pas pertinente. Le commentaire n’est pas plus précis que l’exposition et la fin sur les femmes tondues est lamentable. La belle humanité de votre maman Marion vous a transmis ce qu’était la réalité monstrueuse de cette épuration.

    Deux cousines de mon père ont été tuées à la libération par des résistants de la dernière heure avec lesquels elles avaient refusé de danser au bal quelques semaines plus tôt, dire qu’il y a eu mort d’hommes et qu’il n’y a pas eu mort de femmes à ce moment est faux.

    On ne gagne rien à lutter contre la propagande par de la contre-propagande : un contenu très décevant, ce que vous proposez d’ordinaire est de bien meilleure qualité.

    Entièrement d’accord en revanche pour déplorer qu’on confronte de jeunes enfants à des images trop fortes pour leur maturité affective : c’est un sujet de réflexion que les instituteurs doivent aborder d’urgence. Ma fille s’est affolée à huit ans quand on lui a dit à l’école que le soleil allait disparaitre dans 5 milliards d’années ! Nous avons bien du mal à imaginer ce que sont 5 milliards d’années, un enfant de huit ans n’en a strictement aucune idée, pour lui, c’est demain et c’est terrifiant.

    Ma critique est vive, elle est à la mesure de l’estime que je vous porte. Bien cordialement.

     

    • Madame nous accuser de faire de la contre propagande n’est pas une critique vive, c’est une insulte.

      Nous avons justement critiqué l’épuration et dit qu’elle fut ignoble, que les résistants de la dernière heure furent immondes.

      Votre exemple corrobore ce que nous avons dit, au delà des tondues, les crimes de sang perpétrés par l’épuration furent sans commune mesure et ils touchèrent des hommes et des femmes ; le genre ou les stéréotypes n’ont rien à voir la dedans.

      Je ne vois pas quelle propagande l’on propage, en expliquant qu être tondue fut sûrement terrible mais moins que de se faire massacrer par les épurateurs. Le propos étaient justement de dire qu’en évacuant la charge symbolique, être tondue ne fut pas le pire qui puisse arriver à une femme durant cette période. et vous nous le confirmez par cet exemple.

      L’exposition ne s’intéresse pas aux cousines de votre père, innocentes femmes massacrées par des résistants de la dernière heure se croyant tout puissants, elle ne s’intéresse qu’à la symbolique de l’affront des tondues de la Libération, en en faisant le crime des crime, parce qu’administré à des femmes. Nous n’avons pas dit que l’épuration s’est appliquée uniquement à des hommes.
      En français l’expression " mort d’hommes" signifie "mort d’êtres humains". . Je suis même certaine qu’il y a eu des "résistantes de la dernière heure" qui ont commis des exactions. ( Cf le film Blanche et Marie).


    • Mon commentaire est une mise en garde, cette vidéo est improvisée, votre argumentation n’est pas construite et par conséquent elle perd en efficacité. Il n’y avait pas d’insulte dans mon propos.

      On ne combat pas efficacement la confusion par la confusion : les épées et les faucilles des anges sont toujours impeccablement aiguisées !


  • MERCI à toutes les deux pour ce moment d’authenticité
    pour notre plus grand plaisir.
    Lorsque Claire parle de l’intelligence folle qui conceptualise "hors sol" , pour l’avoir vécu dans un contexte familiale je sais que ces personnes sont très dangereuses car fortement destructrices car elles sont capables de faire plier les évènements pour qu’ils correspondent à leur "conception" Alors lorsque c’est tout un système qui devient fou, imaginez les dégâts ! c’est bien ce que nous vivons à grande échelle !


  • je me demande quel est le pourcentage d’homme et de femmes parmis les medecins ? parmis les chirurgiens ?
    parce que pour moi,ces histoires de sorcieres,empoisonneuse,infanticide c’est un probleme de concurrence au sein de l’organisation du domaine de la sante au cours de l’histoire..


  • Petit ajout : il y a une récurrence des fausses définitions dans la propagande.

    Un archétype n’est PAS une construction idéologique qu’on peut déconstruire. C’est une réalité immatérielle qui s’exprime dans la matière.
    Par exemple, la maman et la putain, ce sont des archétypes inconscients qu’on joue sans s’en rendre compte. Ce n’est pas une représentation défavorable qu’on trouve dans les journaux de droite.

    Un stéréotype est une manière automatique de réagir à un même stimulus. C’est la personne qui exprime réellement un stéréotype, pas un regard extérieur faussé.



  • Paris : Les anti-IVG mènent une campagne d’affichage sauvage dans le métro, la RATP porte plainte




    Culture de mort, féminisme, IVG, euthanasie, homosexualité, PMA/GPA, etc, etc...