Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Collège : la rentrée approche, le désastre peut commencer

On peut dire des réformes ce que le duc de Saint-Simon disait des mariages : il en est de bons, il n’en est point de délicieux. Mais il en est de catastrophiques. La réforme du collège, version Vallaud-Belkacem, est non seulement un désastre – les élèves, bons ou mauvais, sortiront tous de là plus abîmés –, mais c’est une grossière injustice. Démonstration.

Heureux les heureux !

Prenez l’apprentissage des langues. Les sections bilangues, qui paraît-il puaient le favoritisme de classe, sont donc supprimées – sauf dans les collèges et lycées internationaux que fréquentent prioritairement, nul n’en doute, les élèves les plus défavorisés.

Que sont ces sections internationales — que je recommande chaudement, mais qui devraient être la règle au lieu d’être des exceptions onéreuses ? Elles ne sont accessibles qu’après avoir passé des tests linguistiques, oral et écrit, assez pointus : seuls les réussissent celles et ceux dont les parents se sont souciés, depuis leur prime enfance, de les envoyer en vacances dans le pays requis. Tout le monde, bien sûr. Les élèves arrivant de l’étranger ou d’une école privée hors contrat doivent en sus passer un test de français et de maths. Coucou, le revoilà, le bon vieil examen d’entrée en sixième !

Qui demande ces sections réellement élitistes ? Tous ceux qui tentent d’échapper au collège de secteur. Et les parents sont prêts à payer – parce que ce n’est pas gratuit, y compris dans l’enseignement public : « Les montants, écrit Sophie de Tarlé dans l’Étudiant , ne sont pas identiques en fonction des langues étudiées et, même dans les établissements publics, les sections internationales peuvent être payantes. Au lycée international de Valbonne, la section allemande est facturée 960 euros par an, mais il faut débourser environ 2 000 euros par an pour la section anglophone. Au lycée de Sèvres, les sections allemandes et anglophones coûtent aux parents 2 000 euros par an. En fait, tout dépend des accords d’échanges de professeurs entre les deux pays. Dans les écoles privées, la facture est plus élevée. Comptez 4 785 euros par an à l’école active bilingue Jeannine-Manuel à Paris. Des tarifs qui ne découragent nullement certains parents. Cette année, cette école parisienne très cotée a reçu 1 849 demandes pour 358 places. » Sûr qu’un élève parisien qui paie ce tarif fait partie de ces classes défavorisées que prétend aider le ministre. Tartuffes !

Lire la suite de l’article sur lepoint.fr

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Sans oublié les vaccins obligatoire pour rentré dans les écoles du formatage
    avec toute les saloperies qu’ils contiennent conservateur chimique cancérigène aluminium


  • Ce qui n’est pas dit dans cet article, c’est le boulot en plus pour les parents qui encadrent encore leurs enfants (ou du moins qui essayent).

     

    • En effet.

      Une journaliste dont j’ai oublié le nom a commis un ouvrage il y a quelques années dans lequel elle expliquait que les programmes sont étudiés pour que les parents ne puissent pas aider leurs gamins en cas d’incompréhension.
      Avec la complicité des instituteurs font tout pour que les têtes blondes (en reste t’il ?) ne s’imbibent que de la doctrine en place, surtout pas d’apport extérieur.

      Une usine à fabriquer des ânes pour la plèbe quand nos élites mettent leur progéniture dans les écoles privées, et chères, où l’on trouve encore un enseignement correct.


    • #1247196

      Certaines meres préfèrent ne pas bosser et être disponibles pour aider leurs enfants.


    • effectivement, un indice... ce sont des gens qui ont du temps, en plus de l’argent...


    • #1247747

      @ tjoursplus
      Ou, les pères prêt à se sacrifier, pour leurs familles...
      A enchaîner nuit, jour, jour fériés, weekend et tutti quanti..
      Pour que leurs femmes, soit toujours présente et sacrifier vacances et weekend, pour une école hors contrat !
      Mais c’est aussi, une grande satisfaction, d’entendre ses enfants, pleurer quand ils sont malade, pour aller à l’école, coûte que coûte, malade ou pas...
      Tellement ils s’y sentent bien et combien ils apprécient, ce que l’on y apprend !
      Loin du Rap, des casquettes, du racket, de la mode et de la télé-réalité...
      Une force pour se lever et affronter des journées harassantes...
      C’est un choix la plage ou l’instruction, par amour pour les siens, leur savoir, leur envie d’apprendre...
      Leur culture et le plaisir d’un devoir accompli, de père de famille !
      L’Amour, la Charité, la Nation, la Famille et le Christ-Roi....
      Merci Mgr Lefebvre, pour vos Ecoles de la FSSPX...


  • L’entrée à l’EAB de Paris 15 se fait sur entretien des parents et des enfants. Une petite donation à la fondation aide grandement à l’appréciation positive. L’école recherche profil d’enfants précoces et parents ambitieux. A la sortie petits robots arrogants fonctionnant bien, sauf quand l’école vous rend l’enfant tout cassé et pleins de tics et tocs.


  • #1247025

    Payer pour payer , faites comme les élites : choisissez les écoles hors contrat , certes celles ci ne sont certainement pas de la même obédience et sont quelque peu persécutées par les gardiens du système , mais de grâce , sauvez vos enfants !

     

    • Avec le formatage forcé de nos petits et ce, via ces programmes pseudo-éducatifs de plus en plus insignifiants, imposés du ministère, il faut dire que la seule solution bien sage pour sauver ces êtres innocents serait de garder nos enfants bien au chaud à la maison, et leur apprendre le strict minimum du programme imposé par "la deséducation nationale" ! L’école à la maison, ou Instruction en famille est LA solution dont dispose la dissidence pour sauver peut être les futures générations !
      En tout cas, chez nous, le choix est fait : il est hors de question d’offrir mes petits anges en sacrifice à Satan !


  • Il faudrait surtout rétablir la priorité à la langue française. Marre de l’anglais ! Cette obligation d’apprendre ce dernier va dans le sens du mondialisme, du pro-US, de la soumission, de la perte de nos valeurs. Des anglicismes à tous les étages, à la TV (MyTF1News est mon préféré en ce moment), à la radio, dans la bouche de tout le monde et de plus en plus, et c’est devenu normal. Non, ce n’est pas normal. C’est illogique de voir s’imposer ce discours aujourd’hui. Quel autre pays non anglophone emploie autant la langue de Shakespeare que la France dans sa communication quotidienne ? Nous nous faisons bouffer même par la langue, si j’ose dire.
    J’entends depuis des années :"Oui, mais on est obligé maintenant avec les marchés internationaux..." ou pire "Mais si tu parles pas anglais, t’auras pas de boulot...".
    Et bien justement, çà suffit ! Il faut changer les choses... Ce qui ne veut pas dire ne plus l’enseigner bien évidemment...

     

    • C’est vraiment aberrant de faire "apprendre" l’anglais dès la primaire, alors qu’à ce stade les élèves savent à peine lire le français.
      Le résultat sera encore plus de franglais et encore moins de maitrise d’une langue ou d’une autre.

      Il n’y a pas de pensée sans langage (Hegel). Donc avec un langage médiocre on obtient une pensée...

      Mais bon, apparement ça n’inquiète pas le moins du monde les parents...

      « La corruption du langage est un signe certain de la corruption des mœurs ».
      Citation de Alphonse Karr ; Au soleil (1890)


    • La phrase "Mais si tu parles pas anglais, t’auras pas de boulot..." que les profs sortent tout le temps est vraiment la preuve qu’ils sont complètement coupés de la réalité du marché du travail. Faudrait leur expliquer que tout le monde ne rêve pas de devenir hôtesse de l’air ou trader.
      Parler anglais ne sert strictement à rien dans à peu près 95% des boulots.


  • programme d’histoire 2015

    - la France n’as que 150 ans
    - elle n’est riche que par la grâce des colonies,
    - les celtes ne sont pas vos ancêtres
    - les juifs sont le peuple souches de France car il sont la depuis le IIe siècle
    - l’église est responsable de massacres et d’obscurantisme mais grâce aux lumières....

    signé melenchon !

     

  • A lire :"la fabrique du crétin" ou encore "journal d’une institutrice clandestine",histoire de se sentir un peu plus révolté(e) mais de mieux comprendre l’entretien du vide.
    Ou il est question aussi que chaque année voit sa réforme passer (ainsi,celui ou celle qui l’a pondue se fait rémunérer sa signature) permettant de faire tourner les imprimeries et pour tout le corps enseignant ,des efforts d’adaptation de digestion de programmes dont l’application sera évaluée par des bêtes à concours n’ayant jamais animé de classes(ça par contre,c’est du témoignage direct d’enseignante de fin de carrière de l’école de mes enfants) mais qui n’ont que la légitimité de leur savoir des techniques de ces évaluations.
    J’ai souvenir qu’en ayant repris des études après une parenthèse avec le monde du travail qu’effectivement,je n’avais pas appris à apprendre durant ces "jeunes années" et qu’en plus,certaines matières ne constituent que des "survols" de ce qu’elles enseignent.
    Avec ce manque flagrant d’outils pour permettre à chacun de découvrir ses propres talents là où une culture élitiste est toujours défendue.
    Acquérir une méthodologie de travail pour retenir correctement l’information et la restituer,cela s’apprend(la psychologie expérimentale est là pour le démontrer) mais pas à l’école.
    Aimer apprendre aussi et là, l’effet contagieux de l’enseignant(e) reste pour moi capital ne serait-ce que pour développer la curiosité de creuser ce qu’il/elle a présenté.
    Il en est de même pour expliquer l’importance du travail intellectuel pour développer justement un esprit critique parce que capable de discernement.Et c’est pour moi là une partie de la mission des parents pour favoriser l’autonomie de leur progéniture
    Salutations