Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Colombie, Émirats arabes unis : de plus en plus d’États impliqués dans les guerres au Proche-Orient

Les Émirats arabes unis sortent peu-à-peu de leur neutralité pour s’impliquer militairement dans les conflits au Moyen-Orient.

Le New York Times vient de dévoiler qu’au Yémen, où la coalition sunnite combat depuis plus de six mois les Houthis chiites, des mercenaires sud-américains agissent également sur le terrain. Il s’agirait de plus de 400 soldats et officiers colombiens, embauchés et formés grâce à l’argent des Émirats arabes unis.

Mohammed ben Zayed Al Nahyane, frère et héritier de l’émir d’Abou Dhabi, est considéré en Occident comme un réformateur arabe : il est l’architecte de cette nouvelle stratégie.

Par le passé, les Émirats arabes unis, qui contrôlent 6% des réserves mondiales de pétrole et possèdent le deuxième fonds souverain le plus important au monde, se cantonnaient au rôle d’observateur impartial, au-dessus de tous les problèmes au Moyen-Orient.

La situation a beaucoup changé : les Émirats semblent avoir oublié leur « neutralité » financière pour prendre part de plus en plus activement à tous les conflits récents. Aujourd’hui, ils combattent les Houthis soutenus par l’Iran au Yémen, mais bombardent aussi Daech en Syrie. Ils avaient fait la même chose en Libye, pays pourtant situé à des milliers de kilomètres.

« Les Émirats ne peuvent plus se permettre de jouer le rôle d’une “Suisse arabe” », estime Michal al-Gueravi, directeur du centre de recherche Delma Institute à Abou Dhabi. « S’il y a des flammes partout, on ne peut pas rester les bras croisés : il faut éteindre le feu ou partir.  »

Mohammed ben Zayed Al Nahyane entreprend donc beaucoup d’efforts pour transformer les Émirats en puissance militaire. Par exemple, l’année dernière, les Émirats ont introduit un service militaire obligatoire pour les hommes. En ce qui concerne le matériel et les armes, tout va aussi pour le mieux : d’après IHS Inc, les Émirats arabes unis sont le quatrième importateur d’armes au monde. Qui plus est, ce matériel n’est pas stocké mais utilisé au Yémen, en Syrie, en Irak ou — par le passé — en Libye.

Tout en renforçant son armée, le prince Mohammed n’oublie pas l’économie, dont la force motrice est le pétrole, et suit l’exemple de la Norvège, où les hydrocarbures sont également le fondement économique du pays. Oslo a réussi à diversifier cette activité et les Norvégiens ont désormais une assurance pour l’avenir.

« Nous ne voulons pas le regretter dans 50 ans, quand nous aurons extrait le dernier baril, a annoncé le réformateur arabe en février 2015. Si nos investissements d’aujourd’hui s’avéraient fructueux, ce moment ne serait pas triste pour nous. »

Il est difficile de réformer les Émirats, mais cette tâche est pourtant plus facile qu’en Arabie saoudite voisine, où les autorités religieuses, wahhabites et conservatrices, restent toujours très puissantes. Le prince Mohammed rencontre tout de même une certaine opposition intérieure à ses réformes.

 

Source : fr.sputniknews.com

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.