Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Comment le gouvernement va récupérer les 200 milliards "donnés" aux Français

Le petit banquier de chez Rothschild devenu président de la République par la grâce d’un superbe montage médiatico-bancaire et d’un miracle comptable au premier tour, pourrait passer pour l’homme le plus généreux du monde. N’a-t-il pas versé 206 milliards d’aides aux entreprises, petites ou grandes, depuis mars 2020, au début de l’opération mondialiste « Covid contre les humains » ?

 

On pourrait le croire, mais on peut aussi sortir la calculette. Et là, on se rend compte que la manne céleste tombée de l’Élysée représente un cadeau à élastique, un surcoût à crédit. Le cadeau à élastique est celui qu’on donne avec grâce et qui revient deux fois plus fort.

Nous n’allons pas rentrer dans le détail technique des aides et des prêts, ça reviendrait à jongler avec les milliards et les sigles du type « PGE ». Plus intéressant est la mise en relation de ces 12 mois d’aides diverses avec la situation économique actuelle, et surtout celle des ménages. Car ce sont les entreprises en premier lieu, même s’il y a évidemment des millions d’employés derrière, qui ont bénéficié de la pluie d’argent en apparence gratuit.

Deux changements notables marquent la période actuelle post-confinements : l’explosion du prix des carburants, et une inflation record, toujours pas admise officiellement par l’INSEE malgré l’évidence dans les caddies au supermarché (on a moins de produits avec autant d’argent).

 

 

Pourtant, le fameux indice des prix à la consommation (IPC) inclut un millier de produits, dont seuls 10 % sont rendus publics, histoire d’évider les manipulations des grandes enseignes. On se demande comment l’INSEE peut nous pondre une inflation de 1,1 % en 2019 et de 0,5 % en 2020, avec une estimation à 1,9 % en 2021 alors que les principaux produits alimentaires, pour ne parler que d’eux – on reparlera des carburants plus loin – ont pris 20 % sur l’étiquette !

 

 

Des chiffres réels – parfois BFM informe – à comparer à ceux de l’INSEE qui nous sort que la hausse est prix alimentaires est de 1,9 % !

 

Et même si les Français ont épargné de manière forcée 156 milliards depuis l’agression sanitaire mondialiste – la transformation de la grippe saisonnière en guerre mondiale contre les gens –, s’ils croient avoir gagné dans l’affaire, ils ont en réalité perdu, et ils vont continuer à perdre. Car nos crânes d’œuf de Bercy ont tout prévu.

En passant, reconnaissons que sous la pression, l’INSEE a fini par admettre la réalité qui venait d’en bas :

Pour se rapprocher du vécu des Français, l’Insee calcule le revenu et le pouvoir d’achat « arbitrables » des ménages. Il s’agit du revenu et du pouvoir d’achat, déduction faite des dépenses pré-engagées. Ces dépenses sont les consommations qui prennent la forme d’un contrat ou d’un abonnement difficilement renégociable à court terme. Ils concernent le logement (loyer, chauffage…), les services financiers, les technologies de l’information et de la communication.

La part des dépenses pré-engagées dans le budget des ménages a été forte entre 1960 et 1985. Sur les 20 dernières années le poids des dépenses pré-engagées est passé de 26,8 % à 29,4 %.

De ce fait, les ménages disposent de marges de manœuvre plus réduites qu’auparavant dans la gestion de leur budget. Ceci influence sans nul doute la perception qu’ils ont de l’évolution de leur pouvoir d’achat. De plus, la part des dépenses pré-engagées dans le budget est plus élevée pour les ménages à faibles revenus : elle passe de 38 % pour les ménages pauvres et à 22 % pour les ménages aisés, selon une étude de la Drees de 2016.

Ce « ressenti » économique rappelle le sentiment d’insécurité des Français : les hiérarques du Parti socialiste ne voulaient pas reconnaître que ce ressenti n’était pas qu’un ressenti, mais une réalité. Cela leur a coûté non seulement les élections, mais la vie tout court de leur parti, qui est aujourd’hui devenu croupion.

L’autre changement, pour en revenir au sujet, c’est la hausse brutale de 2020 à 2021 du coût des carburants : 20 centimes en un an seulement. Or, les dépenses énergétiques entrent pour 7 % dans le budget total des ménages (4 % pour le seul carburant), mais entre 10 et 15 % pour les ménages les plus pauvres ! La famille française moyenne de 4 personnes dépense 3 109 euros par mois, soit 37 308 euros par an.

Ce qui donne 2 723 euros de dépenses énergétiques. Sachant que le coût de l’électricité est en train d’être complètement débridé (personnellement, l’EDF nous a proposé un plan annuel avec 50 % d’augmentation sur la facture, sans aucun changement de consommation dans notre foyer !), et que l’essence augmente en flèche, on va donc dépasser allègrement les 3 000 euros de dépenses énergétiques annuelles. Et sur ces 3 000 euros, l’État en récupère une grande partie, puisque quand l’automobiliste absorbe un litre à la pompe, en réalité, il paye deux fois plus Bercy que les pays producteurs !

 

PNG - 19 ko
Et ça, c’est en octobre 2018, juste avant le soulèvement des Gilets jaunes, et quand le prix du brut ne s’était pas effondré !

 

Quand la mondialiste Emmanuelle Wargon annonce pour des raisons « écologiques » la hausse du prix des carburants, une semaine avant le soulèvement des Gilets jaunes...

 

 

La facture énergétique française oscille entre 86 et 100 milliards par an, ce qui rapporte 43 milliards à l’État, sans oublier la scélérate TICPE, cette « double peine fiscale ». Aujourd’hui, le coût du baril (donc hors transport, raffinage et distribution), se monte à 73 dollars, mais un baril fait 150 litres. Donc le litre de brut coûte un demi euro. La chute des prix du pétrole se poursuit, mais le coût à la pompe explose chez nous, c’est bien le signe que le gouvernement se gave sur notre dos.

 

 

Dans le commentaire de la journaliste, on sent que « l’augmentation du prix des carburants » est quelque chose de naturel, de l’ordre du fatalisme, du coup ça prête à sourire :

 

 

Et si on ajoute la TVA sur les produits de consommation courante, une TVA de 20 % sur des prix qui augmentent en gros de 20 % depuis un an dans le secteur ô combien vital de l’alimentaire, mais cela va aussi être le cas dans les produits industriels puisque le coût des matières premières explose, alors l’État va se récupérer en TVA sur la consommation incompressible des citoyens.

Nul doute que les 206 milliards accordés généreusement par le petit rothschildien à la tête de l’État seront non seulement récupérés, mais le patron de la Banque de France Villeroy de Galhau nous a expliqué qu’il faudra en plus rembourser la dette, comprendre les intérêts aux grands prêteurs que sont les banques et les assurances. Car ce sont eux qui nous mangent la laine sur le dos, sans tomber dans les excès des années 30.

Nous Français avons bien reçu un cadeau à élastique, qui revient deux fois plus fort dans notre gueule.

Que les économistes de formation veuillent bien nous excuser pour cette démonstration un peu brute, mais personne en France ne pourra nier que tout est devenu plus cher. Pour une fois, on est du côté de BFM TV !

 

 


 

Vous êtes entrepreneur ou particulier et souhaitez faire partie d’un réseau d’entraide pour faire face à la crise ? Rejoignez Solid’E&R, le premier espace d’annonces du Réseau d’économie solidaire créé par E&R. Pour cela, il vous suffit d’être adhérent de l’association (merci de rentrer votre identifiant et votre mot de passe d’adhérent pour accéder à Solid’E&R) :

Pour en savoir plus sur le Réseau d’économie solidaire :

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2812418

    Tant qu’il y aura du lait dans les mamelles des vaches à lait que sont les français, le biberon de bébé Macron sera toujours bien garni et crémeux , par contre les mamelles nourricières du peuple qui travaille et qui produit toutes les richesses du pays risquent bientôt de finir flétries voire taries tant les goulus scélérats du gouvernement se goinfreront et se gaveront encore et toujours dessus.

     

    Répondre à ce message

  • J’avais vue qu’un contrat de l’état concernant la disparition des moteurs thermiques pour 2030 avait été profilé. Je concevais qu’une volonté de faire disparaitre "tous" les moteurs thermiques de la circulation était une hérésie, sauf SI, les mondialistes donnaient un coup d’accélérateur économique (voir donc à notre porte feuille et ne plus laisser aucun choix aux gens).
    C’est ce qui est entrain de se passer dans tous les domaines de la consommation notamment indiqué sur le livre du Great Reset.

    Déposséder les gens ne peut que passer par l’augmentation drastique des nécessités. Ils veulent faire exploser nos sociétés pour bâtir leur société idéologique sataniste ni plus ni moins.
    D’ici moins de 10 ans on passe le cap à une société cyber punk, dixite Attali qui considère que le monde n’avance pas assez vite, et pour se faire, il faut une crise ou une guerre.

     

    Répondre à ce message

    • C’est tristement ça. La 21ème année du XXI ème siècle aura vu ce coup d’accélérateur sensé mené à "leur projet", auquel "nul ne peut s’opposer"... à voir toutefois, parce que même si ils se rengorgent, c’est pas dit qu’il puisse y avoir un défaut dans la trajectoire, surtout si le choix est fait d’enfoncer la pédale d’accélérateur. La maîtrise des évènements, déjà bien précaire, risque d’être complètement perdue.

       
  • Bouffonneries idéologiques prémâchées, exogènes, chiens , iphones ; autant de ’’béquilles’’ afin de compenser des lacunes dans les ordres mentaux, psychologiques, moraux et comportementaux qu’on pouvait certes supputer, mais sans oser ne serait-ce qu’en imaginer l’ampleur. Dans une telle situation, pourquoi des gens capables de mesurer le marasme et ses conséquences, avec congénères, complices et larbins, capables d’organiser leur impunité et noyant leurs sévices dans un flot d’excitantes contraintes plus délirantes contreproductives, spoliatrices les unes que les autres ne profiteraient-ils pas de leur positions ? Il ne se passe rien d’autre.

     

    Répondre à ce message

  • #2812509

    Il va regarder le peuple droit dans les yeux (il fera comme il peut, depuis sa tour d’ivoire, il ne voit rien de toute façon) et nous dira qu’il faut participer à l’effort de guerre et "c’est pourquoi" il doit piocher directement à la source, là ou se trouve l’argent, sur nos comptes en banque vu qu’une telle loi existe.

     

    Répondre à ce message

  • #2812536

    Va falloir aussi rembourser les millions de tests "gratuits " dont les covidés ont bénéficié sans modération depuis 1 an et demi !

     

    Répondre à ce message

  • #2812567

    L’histoire est très claire, la déverssation de milliards de monnaie soit l’argent hélicoptère et le "quoi qu’il en coûte" de la pandémie covid-19 ont un coût. Et ce coût doit être remboursé. Nos chers diplômés en finances et économie nous la joue de telle manière que c’est le consommateur qui rembourse tous ces milliards merveilleux à l’aide la l’inflation qui a été créée de cette manière. En fait, ils ont déversés des milliards pour ont ne sait pas trop qui (moi j’en ai pas vu la couleur, vous peut-être) et c’est au péquin de remboursé par des hausses de prix sur tous les produits. Le panier de la ménagère tire la gueule et celui de la ménagère gilet jaune, encore plus. Ils nous prennent vraiment pour des vaches à lait

     

    Répondre à ce message

  • #2812627

    Les prix des denrées alimentaires ont augmenté après les confinements "covid", c’est une réalité. On espère qu’on ne fait pas payer aux ménages le coût des pertes de chiffres d’affaires dues aux fermetures des magasins...
    Sinon de son côté la planche à billets n’a pas chômé ni connu de confinement, elle a tourné à fond et a sorti des billets "sans valeur" ou "faux billets" à foison...
    Maintenant il faut rembourser mais cette fois-ci avec de vrais billets, du vrai argent à la place du faux argent au départ.
    L’économie ultra libérale a ouvert les vannes à une exploitation à outrance de l’homme par l’homme, tout y est bon pour se faire des cou..... en or. Ne sont-ils pas géniaux les ultra-libéraux ?
    Hahaha ! Hahaha ! Quand on est conscient de tout ça, il faut en rigoler pour s’en détacher, il n’y a pas que l’argent dans la vie.

     

    Répondre à ce message

  • Sans parler de la hausse du prix des matériaux dans le bâtiment ,une plaque d’osb je la payait 23 e et maintenant c’est 44 e …

     

    Répondre à ce message

  • Nous vivons dans un pays ou quelqu’un au RSA peut décemment se loger, se nourrir, se chauffer... De plus, les divertissements n’ont jamais autant permis de s’évader. Donc la question que je me pose, c’est "De quoi vous plaignez-vous ?".
    Croyez vous que l’on peux avancer dans une démarche de mondialisation tout en gardant avec nous des acquis que beaucoup nous envient. La plus grande injustice c’est de voir certaines personnes ne voulant pas travailler et qui en plus bénéficient de toute les aides sociale alors qu’à l’autre bout du monde et même a côté de chez nous, certains n’ont même pas d’eau potable qui sort de leur robinet.
    Le great reset, c’est quand ?

     

    Répondre à ce message

  • #2816958

    La semaine derniere l’europe a suprimmer les taxes sur le kerosene pour les jets privés et les autres compagnies on ne peut meme pas savoir combien ils payent .

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents