Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Conférence de presse de Raoult & Rubirola : c’est Marseille contre Paris !

Didier Raoult, lors de cette conférence de presse très politique en présence du nouveau maire de Marseille, Michèle Rubirola, tient à replacer la mortalité de l’épidémie du Covid-19 dans une perspective historique. Il rappelle que son IHU a effectué 200 000 tests pour 86 000 personnes, dont 6800 se sont avérés positifs, soit 8 %, débouchant sur 169 décès, soit 2,5 % de la population testée... positive (ce que Raoult oublie d’ajouter). Ce qui donne, pour 86 000 personnes testées, une mortalité de 0,2 %.

 

Le professeur fournit alors les statistiques de son traitement à l’hydroxychloroquine : 19 morts pour 4600 personnes traitées (hospitalisées), soit une mortalité de 0,45 %. Ce qui est évidemment en dessous des stats nationales, notamment dans les Ehpad qui ont connu une mortalité de 27 % ! Or, quand les équipes de Raoult ont traité des personnes âgées (116) issues d’Ehpad, elles ont observé une mortalité de 15,5 %, soit la moitié de la mortalité nationale dans ce secteur. Il ne s’agit donc pas de « chance », comme le souligne Raoult.

À propos du « rebond » de l’épidémie, sur lequel le gouvernement se fonde pour imposer le masque à tous les Français ou presque, Raoult signale que sur les 8800 personnes testées en juin-juillet, il a eu 7 décès et 7 personnes en réanimation. Et depuis le début de ce « deuxième acte », comme il le nomme, 1500 personnes ont été traitées pour un seul décès. Le Pr souligne qu’à Marseille, plus de gens sont hospitalisés qu’à Paris puisqu’ils sont pris en charge plus tôt dans la maladie. Conséquence ?

« Vous avez une proportion des gens qui passent en réanimation qui est deux fois plus faible à Marseille qu’à Paris, et une mortalité qui est deux fois plus faible à Marseille qu’à Paris parmi les cas diagnostiqués et hospitalisés. »

 

Comprendre qu’avec « Paris », Raoult entend les hôpitaux de l’Assistance publique, mais aussi la politique sanitaire du gouvernement. Si on va plus loin, on peut extrapoler les chiffres de l’IHU Marseille à toute la France, qui a connu 30 000 morts du Covid-19, et se dire qu’il y a peut-être eu 15 000 morts de trop. Dans le même esprit, le Pr Perronne estimait que la France (comparativement à l’Allemagne) avait connu 25 000 morts de trop. Une accusation directe de la politique sanitaire choisie par le gouvernement.

« On ne connaît pas ce que peut devenir cette maladie, on n’en sait rien, ce qu’il faut c’est être armés pour répondre et pour répondre progressivement avec calme, avec optimisme, parce que le pessimisme tue les malades, c’est ce qu’on apprend ou qu’on apprenait en médecine, il faut toujours prendre la branche la plus optimiste parce que même il y a 2000 ans de ça Hippocrate disait ça, il faut commencer par calmer, rassurer les malades, leur donner de l’espoir, et c’est pas un crime de donner de l’espoir aux gens, quand on pense qu’il y a de l’espoir il faut le faire. »

Tout le contraire de la psychose imposée par la bande Buzyn-Lévy-Hirsch-Salomon-Véran-Delfraissy-Lacombe !
Le maire Michèle Rubirola prend alors la parole et vise de manière à peine détournée la politique de psychose gouvernementale qui a éteint la ville de Marseille :

« Je remercie Didier Raoult de nous avoir un peu exposé la situation sanitaire parce que je pense comme lui qu’il a raison : avant de faire peur il faut partir sur du factuel, il faut comprendre ce qui se passe et il faut arrêter de laisser libre cours à notre imagination et à notre peur parce que la peur n’est pas un bon moyen de changement et comme Didier Raoult, j’ai peur de la peur. »

Rubirola ne maîtrise pas encore la langue de bois experte des politiciens professionnels parisiens, mais le message est clair : Paris nous emmerde. Sous-entendu, une ville entière a été punie pour la fronde sanitaire du Pr Raoult, qui est devenue une fronde très politique, et qui peut être le point de départ d’une fronde nationale. Beaucoup de Français privés progressivement de leur liberté de mouvement, de parole et de pensée n’attendent que ça, et Macron le sait.

 

 

Le même jour, le ministre de la Psychose Olivier Véran descendait à Marseille pour tenter de rétablir l’autorité de l’État sur ces impudents, en achetant la paix sociale et politique avec une promesse de rénovation des deux grands hôpitaux locaux, La Timone et l’hôpital Nord.

 

 

Mais ces promesses de dons (dans les 300 millions) ne changent en rien l’orientation pathologique de ce gouvernement qui suit une ligne politique et non sécuritaire en matière de santé. Pour Véran, le « virus circule massivement chez les jeunes », ce qui, selon lui, justifie la politique répressive qui s’abat sur la ville.

 

 

Le ministre de la Psychose, en a profité pour rencontrer en coup de vent le grand infectiologue, et l’échange a été glacial, souligne la presse.

 

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

54 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Petite m...
    Même pas le courage de regarder Mr Raoult dans les yeux.

     

    Répondre à ce message

  • Si jamais un jour il y a un retour proche de la normale suivi d’enquêtes diverses sur les liens médiatico-politico-phamaco-sanitaire, la fronde contre le journalisme mainstream, après être passé ses dernières année de 5 % à 25 %, ira à plus de 50 % comme c’est le cas pour la confiance aux politiques vu l’abstention.

     

    Répondre à ce message

  • Véran a une attitude de pervers narcissique, parlant de haut à un médecin qui lui est supérieur dans la hiérarchie médicale.
    Le pr Raoult nous lâche. Il semble être menacé par quelque chose. Il a ouvert la voie, d’autres médecins reprennent le flambeau.
    Il était facilissime pour le pr Raoult de refuser de porter le masque en ces termes : je n’ai pas peur de me faire contaminer par un virus de Véran (le gars en face) puisque j’ai le remède : la chloroquine, et surtout un excellent système immunitaire, que je n’affaiblis pas par des moeurs douteuses, des voyages sud-nord dans les pattes de passeurs, ou le grand âge !
    S’il porte le masque, ce qui le ridiculise, tout comme Véran, c’est qu’il fait l’objet d’un chantage ou tente de sauver sa ville.

     

    Répondre à ce message

  • Je ne comprend pas pourquoi dans le calcul de la mortalité E&R prend en compte le nombre de test totaux ? On arrive donc à 0,2% de mortalité. Ne fallait il pas prendre le nombre de test positifs ? Car du coup on tombe sur une mortalité à 2,48%, ce qui reste très faible.
    Selon moi ça n’a aucun sens de calculer le nombre de morts avec comme dénominateur le nombre total de test, il faut plutôt pour connaître la mortalité calculer de la façon suivante : (nombre de mort/test positif)x100

     

    Répondre à ce message

    • pour une cause, n’importe laquelle, une maladie par exemple, sur une année pleine

      mortalité
      on prend tout le monde, par ex 10000 personnes , et si 4 personnes meurent de la même chose, la mortalité est de 4/10000

      létalité
      on prend tout les malades, ici 100 malades, 4 meurent, létalité 4/100

      prévalance
      100 malades pour 10000 soit 1/100

      le diable se cache dans les chiffres !

       
    • #2535778

      Le nombre de morts parmi la population atteinte, c’est la létalité. La mortalité c’est par rapport à la population totale.

      Il y aura toujours un flou puis qu’être testé positif ne signifie pas assurément être contaminé, ni souffrant, ni contaminant.
      Et mourir avec le covid ne signifie pas mourir du covid (la grippe saisonnière 2019-2020 à ce titre a disparu des radars statistiques). Combien de témoignages de comptabilisation s frauduleuses depuis le mois de mars ?

      Sachant que :
      - la PCR ne permet pas de déterminer la quantité d’un virus dans l’organisme testé
      - chez un public peu à risque, on a entre 10 et 20% de faux positifs, chez un public plus vulnérable, on a jusqu’à 40% de faux négatifs
      - la PCR permet-elle de différencier les coronavirus classiques du SARS-cov2 qui sont identiques à 80% ?

      Puisque le ratio tests positifs / tests effectués correspond plus ou moins au taux d’immunité de groupe, il suffit pour le Système de gérer la cadence des campagnes de "dépistage" pour inventer des "contaminations" par des analyses de laboratoire déconnectées du réel.

       
  • La conférence de presse organisée à Marseille et largement diffusée par BFMWC est très intéressante à plus d’un titre. Elle est une mise en scène subtile, pleine de non-dits, du transfert de pouvoir en cours vers les petits chefs néoféodaux des collectivités locales.

    Regardons d’un peu plus près.
    Le professeur Raoult, tout d’abord, incarne la caution morale et porte les attributs du père, le maître symbole. A chacune de ses apparitions depuis le début de la crise sanitaire, le scientifique arbore ostensiblement sa blouse blanche. L’expérience de Milgram pourrait ici être évoquée et nous rappeler que l’impact de ce détail vestimentaire peut cacher des intentions obscures, des manipulations et des mensonges éhontés.
    L’expérience de Milgram conclut à un unique résultat "scientifique"- une imposture en fait, et affirme que sous l’influence de l’autorité (en blouse blanche) les hommes dans leur grande majorité sont capables d’infliger la mort à leur prochain, prétextant l’obéissance impérieuse à un ordre hiérarchique. Obéissance ou confiance ?
    C’est dès l’enfance que se construit le rapport individuel à l’autorité, dans le sein même des relations familiales. Le père et la mère apprenant à l’enfant la prudence, celui-ci comprend au fil du temps (ou pas) le bien-fondé de l’autorité parentale. La confiance et l’obéissance sont les composantes de ce rapport à l’autorité et la réduction de Milgram est en ce sens une imposture scientifique. Rien dans l’exposé des motivations et de l’implication des cobayes ne permet d’affirmer que c’est par obéissance qu’ils ont exécuté les ordres du faux scientifique en blouse blanche...
    Concernant les deux autres protagonistes de ce plateau. Le nouveau maire de Marseille, Michèle Rubirola (EELV) et la présidente du conseil général des bouches du Rhône et présidente de la métropole Aix-Marseille Martine Vassal (LR) incarnent ce changement de paradigme en cours. Si nous écoutons attentivement le discours de Rubiola, nous pouvons constater qu’il est parfaitement en phase avec celui du gouvernement. Il est juste enrobé de miel, de douceur, de proximité et d’un faux-semblant d’opposition à l’État. "On fournira des masques aux plus vulnérables, aux petits écoliers"... mais "nous" les soumettrons tous, semble-t-elle dire en silence.Et la Vassal, présidente de métropole contre toute logique, sauf partisane, reste bien silencieuse.
    Où se trouve donc le pouvoir réel selon vous quand le vol des municipales entérine la Ripoublique des partis ?

     

    Répondre à ce message

  • J’habite Marseille, pour l’instant je n’ai pas vu grand monde mettre le masque dehors.
    C’est du délire.
    L’arrêté du préfet Dartout (un nordiste et parisien) du 25 aout 2020 modifiant l’arrêté du 18 aout 2020 est illégal. Selon l’article 1 de la loi de sortie de l’urgence sanitaire du 9 juillet 2020 le préfet qui n’a aucune compétence médicale n’a pas le droit de décider tout seul de mesure anticovid. La loi du 9 juillet limite son pouvoir (pouvoir du préfet ou du maire). Il doit demander l’aval du directeur général de l’ARS et cet avis doit être publié et visible par le public.
    Donc il ne faut surtout pas payer l’amende et la contester avec les arguments que je viens de donner.
    CES ARGUMENTS SONT VALABLES POUR TOUTES LES PRÉFECTURES ET COMMUNES.
    Ce Mr Dartout, un obèse nordiste s’est déjà distingué par la fermeture du parc national du calanque (dans lequel il n’a jamais mis les pieds), fermeture de la sortie de l’urgence sanitaire (11 mai) jusqu’au mois de juillet.
    Je trouve le Dr Raoult beaucoup trop mou.

     

    Répondre à ce message

  • le ministre de la maladie est venu à marseille montrer qui était le maître du jeu, au Pr Raoult
    comme dit plus haut, cet énergumène est franc comme un mac, ou comme un âne qui recule

     

    Répondre à ce message

  • #2535654

    Comment fait Raoult pour lui parler avec respect ?
    Ce "roquet" ne mérite qu un bon coup d boule dans les valseuses.....

     

    Répondre à ce message

  • Bonjour, aujourd’hui je suis tranquille dans la calanque de Port-Miou et personne (ceux qui se prélassent sur les rochers, promeneurs...) ne porte de Masque, excepté quelques crédules souvent âgés... Ce n’est pas tant le masque qui m’emmerde d’ailleurs que la vaccination obligatoire qui risque de se mettre en place prochainement si nous ne réveillons pas le maximum d’individus... J’essaie via le site de l’ihu méditerranée infection de Réinformer au quotidien "les Ignorants" et je reste positive.

     

    Répondre à ce message

  • Au delà de la polémique dont l’issue penche largement en faveur de arguments du professeur Raoult (confirmés par un nombre conséquent de confrères en France et de par le monde), le gouvernement soutenu par des médecins complices (conflit d’intérêt oblige) persiste et signe dans le mensonge !
    Inutile ici de rappeler que les mesures sanitaires n’ont aucune base scientifique solide puisque les chiffres et études épidémiologique sérieuses invalident le discours alarmiste officiel, prouvant même que la stratégie aura contribué plutôt à aggraver la situation, augmentant artificiellement la mortalité d’un virus qui au final est moins virulent qu’une grippe saisonnière.
    Cependant le professeur Raoult n’est pas une fin en soi mais une étape vers une vérité sous-jacente qui aura opposé deux approches médicales représentées respectivement par deux figures historiques Louis Pasteur et Antoine Bechamp.
    En d’autres termes la médecine dite moderne repose seulement sur le traitement des symptômes (thérapie allopathique) ayant pris le pas sur une approche naturaliste ou vitaliste (thérapie holistique) proposé entre autre par Bechamp pour lequel le terrain était primordiale.
    D’ailleurs le professeur Raoult est un héritier de la doctrine de Pasteur, responsable de la rupture avec l’approche thérapeutique traditionnelle d’Hippocrate transformant la pharmacopée en un modèle économique recherchant d’avantage le profit via la course à l’innovation (brevet).
    La médecine moderne fabrique plus des consommateurs dépendant des substances de synthèse la plupart du temps inutile voir même dangereuse, contribuant à générer des maladies chroniques reléguant cette épidémie au rang de simple rhume saisonnier.
    Le soin génère plus de profit que la guérison, n’étant plus une prérogative des protocoles conseillés par les laboratoires comme des organes censés veiller à notre santé.
    La thérapie vaccinale appliquée à toutes les sauces, est même vendue comme l’outil de prévention ultime nous immunisant de toutes les menaces invisibles (peur) avec lesquelles l’humanité cohabite depuis la nuit des temps (une synthèse).

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents