Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Coronavirus : l’espoir depuis la découverte de Sandro Giannini

« Je ne veux pas paraître excessif, mais je pense avoir démontré la cause de la létalité du coronavirus. Il n’y a à l’hôpital Saint-Mathieu que deux cardiologues qui surveillent 150 lits en faisant de l’échocardiographie avec un effort énorme et l’un des deux c’est moi. Une fatigue terrible !

 

Cependant, de ce que certains supposaient, mais ne pouvaient pas être sûrs, nous avons maintenant les premières données. Les gens se soumettent à la RCP pour une thromboembolie veineuse généralisée, principalement pulmonaire. Si c’est le cas, les réanimations et les intubations sont inutiles car il faut d’abord dissoudre, ou plutôt prévenir ces thromboembolies. Si vous ventilez un poumon où le sang n’arrive pas, c’est inutile ! En fait, 9 personnes sur 10 meurent. Parce que le problème est cardiovasculaire, et non respiratoire ! C’est la microthrombose veineuse, et non la pneumonie, qui est à l’origine du décès !

Et pourquoi forment-ils des caillots ? Car l’inflammation, comme dit dans les manuels scolaires, induit une thrombose par un mécanisme physiopathologique complexe mais bien connu. Et alors ? Contrairement à ce que la littérature scientifique, notamment chinoise, disait jusqu’à la mi-mars, aucun anti-inflammatoire ne devait être utilisé. Aujourd’hui, en Italie, on utilise des anti-inflammatoires et des antibiotiques (comme pour la grippe) et le nombre de personnes hospitalisées est en baisse. De nombreux décès, même à 40 ans, ont eu des antécédents de forte fièvre pendant 10-15 jours sans être traités correctement.

Ici, l’inflammation a tout détruit et a préparé le terrain pour la formation de caillots. Car le problème principal n’est pas le virus, mais la réaction immunitaire qui détruit les cellules où le virus entre. En fait, aucun patient atteint de polyarthrite rhumatoïde n’est jamais entré dans nos services COVID ! Parce qu’ils fabriquent de la cortisone, un puissant anti-inflammatoire !

Par conséquent, en Italie, les hospitalisations sont réduites et la maladie est en train de devenir une maladie qui se traite à domicile. Bien la traiter à domicile permet d’éviter non seulement l’hospitalisation, mais aussi le risque thrombotique. Il n’a pas été facile de le comprendre car les signes de micro-embolie sont flous, même à l’échocarde. Mais ce week-end, j’ai comparé les données des 50 premiers patients entre ceux qui respirent mal et ceux qui ne respirent pas et la situation est apparue très claire. Pour moi, vous pouvez retourner jouer et rouvrir l’entreprise. Fini la quarantaine. Pas tout de suite. Mais il est temps de publier ces données. Le vaccin peut venir tranquillement.

En Amérique et dans d’autres États qui suivent la littérature scientifique qui préconise de NE PAS utiliser d’anti-inflammatoires, c’est un désastre ! Pire qu’en Italie. Et ce sont de vieux médicaments qui coûtent quelques euros. »

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • L’aspirine et le nuroféne vont être classés substances vénéneuses...


  • Tout cela est super, mais la guérison n’intéresse pas nos dirigeants , pas plus que la sortie de cette pseudo crise sanitaire.
    lls ont besoin de morts , de terreur médiatique, et de temps pour nous soumettre de plus en plus , et de pire en pire.


  • ca rejoint ce que disait un medecin new yorkais qui disant que ventiler ne donnait absolument rien


  • Piste interessante :qu’en pense de Brague ?


  • ca a pas ete retire de la vente libre recemment tout ca ? Encore une bien facheuse coincidence... Tiens pour rappel un tweet de Veran la vérue :

    https://twitter.com/olivierveran/st...


  • #2434495

    Mais les anti-inflammatoires sont contre-indiqués ? De plus, Thieery Casanovas avait expliqué que les médicaments interviennent sur les symptômes (signal lancé par notre organisme pour nous alerter) et non sur la racine du mal.

     

    • C’est vrai pour les maladies chroniques. En aigü il y a une corrélation directe entre les symptomes et la maladie. Si vous supprimez la suffocation, le patient vit.
      Quand l’inflammation est incontrôlable avec un risque de coagulation disséminée, il faut d’urgence la réduire.


  • #2434507

    By the way, vous avez déjà publié cet article, il me semble. Et je l’avais d’ailleurs commenté en rappelant que Thierry Casasnovas était contre les anti-inflammatoires qui tuaient les symptômes (signal que le corps allait mal) et non la racine du mal.

     

    • La racine du mal c’est le virus qui se multiplie dans ton corps, ton système immunitaire finira par le tuer mais ça prend du temps. Et pendant ce temps-là, ce sont les symptômes en question qui peuvent te tuer. Donc en attendant que ton corps fasse son boulot de nettoyage, tu peux quand même lui faciliter la tâche en évitant de l’affaiblir et en le soulageant en réduisant l’inflammation.


    • @salubrité publique
      Thierry est très intéressant et j’ai participé à plusieurs de ses stages. Mais, il ne faut pas tout confondre.
      Le virus en question créé une inflammation très importante des poumons, ce n’est pas avec un jus multi-légumes que vous allez arrêté ça.
      Une inflammation créé une lyse tissulaire ( destruction ), à ce jour de nos connaissances et de nos capacités, irréversible.
      C’est quand-même consternant de lire un tel commentaire.La cause ici est un virus et donc elle est très bien identifiée. Bien sûr que le terrain de la personne influe considérablement sur l’impact du virus. Mais, vu la rapidité de la dégradation que ce virus produit, vous n’avez pas le temps de travailler sur le terrain. Je parle bien sur pour les personnes très atLiteintes.


  • "La 1ère voie pour sortir de l’épidémie est celle des vaccins"

    Macron le 13/04/2020

    On commence à comprendre...

     

    • Pouhaha mdr il m’a fait rire, j’ai entendu ça hier aussi, tellement prévisible, et tellement pas prouvé l’efficacité d’un vaccins, puisque impossible à prouver. Il est dit qu’un vaccins et une version "moins violente" du virus pour préparer le corps à combattre le virus "original", donc pour apprendre à te battre contre un lion tu essaies avec un lionceau ? Tellement illogique, et tu teste le vaccin sur des animaux (ou sont les vegan ? En train d’attaquer des boucheries ?) qui aurait "presque" le même système imun que l’être humain (singe ? D’après qui ? Darwin et sa THEORIE ? Voir définition d’une théorie dans le dico...) ? Tellement approximatif pour des "scientifiques".


  • Et notre tartuffe de président qui nous dit que nos meilleurs chercheurs travaillent d’arrache-pied .
    Une bande de parasites, de crétins cons-finis et confirmés, même pas foutus de s’apercevoir que les gens meurent d’inflammation .
    Y’en a marre de tout ces gens qui nous gèrent comme un troupeau .
    Et maintenant à cause du confinement on va avoir droit à une vaccination obligatoire ... pays de trouillards, pays de moutons .


  • Bonjour,

    Et cymes, qui au début, se moquait ouvertement sur le service public, des personnes disant qu’il faut boire du citron et manger de l’ail...
    Pour information, l’ail est un super anticoagulant.

    Et si, le micron qui propose d’annuler la dette des pays africains… C’était en prévision d’une mortalité massive, pour donner en apparence d’avoir fait des choses… Terrible.

     

    • Ils se moque, mais la majorité des médoc sont fabriqués à partir de quoi si ce n’est de ce qu’on trouve dans la nature ? Guignols ces "experts" ... Ça me rappel un dermatolo qui avait pas aimé la suggestion de mon paternel d’appliquer du miel sur une "réaction cutanée" au pied, démangeaisons... Pour au final prescrire une pommade à base de cire d’abeille,business quand tu nous tiens...


  • Je n’ai jamais compris ce truc depuis quelques temps à la mode de l’acharnement contre les anti-inflammatoires, avec surtout l’argument "naturel" balancé à toutes les sauces : blabla parce que l’inflammation est une réaction naturelle, blablabla, faut laisser le corps faire. Or le corps peut réagir à l’excès et même être à l’origine de sa propre mort, la preuve, une inflammation exagérée ou une fièvre trop importante et c’est le décès assuré. On confond action immunitaire et réaction à une infection. Les anti-inflammatoires ne bloquent pas l’action immunitaire, encore heureux.

     

    • le principe est pourtant simple,il faut éviter les anti inflammatoires autant que possible :
      d’abord parce qu’ une inflammation indique une réaction de notre corps à une attaque, elle est donc au départ normale.
      ensuite parce qu’un anti inflammatoire calme l’inflammation mais de guérit pas la cause de l’inflammation qui pourra revenir dès qu’on stoppe les anti inflammatoires puisque la cause n’est toujours pas réduite.
      C’est comme en tout, rien n’est tout blanc ou tout noir, il faut savoir jongler.
      Le gros problème du covid-19 est qu’il détraque la réaction naturelle de notre corps qui normalement produit une inflammation pour combattre une attaque mais ensuite produit des enzymes anti inflammatoires pour éradiquer cette inflammation quand on est en voie de guérison : le covid anihile ces enzymes et donc l’inflammation devient exponentielle.
      Or comme le dit Raoult, les patients en réanimation n’ont plus le covid, ils meurent donc ou d’une surinfection soit d’une inflammation non maîtrisée de leur système respiratoire


  • Ca y est, tout le monde y va de son grain de sel

     

    • Comment ça, tout le monde y va de son grain de sel .... Mais ce qui arrive nous concerne tous, figure-toi ! Les chercheurs, médecins, et toute la société civile ! Encore heureux que des professionnels de la santé s’en mêlent.


  • #2434616

    Chapeau à toutes ces âmes dévouées qui font tout pour essayer de sauver leur prochain.

     

  • "Car le problème principal n’est pas le virus, mais la réaction immunitaire qui détruit les cellules où le virus entre..."
    C’est exactement ce que quelques spécialistes médecins (ou non médecin comme Casasnovas) disent depuis le début. Le danger ne vient pas du virus lui-même mais bien d’un système immunitaire déficient. Ce qui explique aussi pourquoi ce sont les personnes déjà malades ou les personnes âgées qui souffrent le plus.
    Pour être plus précis, le Dr Singh, interviewé sur Foxnews (mais impossible de retrouver l’extrait) expliquait que si le système immunitaire fonctionne mal, il a tendance à surréagir et à "attaquer" le corps. Cela va tout à fait dans le sens des dires du Dr Giannini.
    Conclusion : renforcer son système immunitaire : vitamines C, A, zinc, etc... (le net regorge de conseil à ce sujet) et surtout ne pas céder à la peur.

     

    • Bonjour,

      S’il attaque le corps, peut-être a t’il été "habitué" à surréagir ?
      Les vaccins passant par le sang et pas par les surfaces d’échanges normales (peau, poumons, système digestif…), n’habituent t’ils pas à faire surréagir le corps ?


    • Mais il n’est pas parfait bon sang, le corps humain n’est pas parfait ! Et il y a des maladies qui le tuent, quelque soit la qualité de santé initiale du malade !
      Vous pourrez faire tout le sport que vous voulez, manger sainement bien dormir vivre sans stress, le corps humain sera toujours imparfait et fragile face à certaines menaces...


    • Ce n’est pas parce que le corps n’est pas parfait qu’il faut refuser de comprendre les mécanismes physiologiques et socio-économiques en jeu. Ta réflexion fait le lit de la déchéance et de l’échec. Reprends toi.


    • @ federico
      Je pense que ta vision du corps humain est issue de la pensée pasteurienne qui table sur l’interventionnisme et la guerre aux microbes pour suppléer un corps imparfait. Tu sembles oùblier le mystère de la vie et l’adaptation dont le corps est capable, c’est du domaine du miracle ; mais quand le corps doit faire face à de l’angoisse, des aliments empoisonnés de pesticides, de l’eau pleine de chlore, du dentifrice chargé en fluor, les ondes issues des telecommunications, de la pollution ambiante aux particules, j’en passe... Et bien ce corps merveilleux dans sa capacité à rétablir des équilibres et retourner à l’ homéostasie, à force de sollicitations extérieurs et d’épuisement, ce corps fini par ne plus pouvoir répondre correctement aux aggressions subies. Et la meilleur façon de le rendre fort est de le connaitre et de le nourrir de l’intérieur, pas de le corriger systématiquement par des pharmacopées extérieurs. C’est si ça t’intéresse la querelle Pasteur/Bechamp, et malheureusement Pasteur est passé à la postérité avec son corpus du corps imparfait.
      Je suis ultra trailer et je suis chaque fois etonné de la réserve dont est capable le corps, à nous de le parfaire.


  • A-t’on vraiment besoin de placebo chimique cancérigène alors que les feuilles de cassissier sont de retour ?

    Vieux dicton français : "Avec la bugle et la sanicle, on fait au chirurgien la nique"

    Alors en attendant de "cueillir" des antennes...


  • Des millions de personnes meurent chaque jour sans que cela nous touche et ce virus n’est rien en comparaison de notre stupidité et notre manque de spiritualité. Les bergers sauront mener leur troupeaux où bon leur semble simplement parce qu’ils ont bien appris de leur maîtres. Il ne sert à rien d’en vouloir à ces bergers et à ces maîtres puisque nous avons participé et nous participons encore à ce système inhumain. Nous nous sommes laissé prendre tous les pouvoirs basiques : celui de nous vêtir, celui de nous abriter, celui de nous défendre, celui d’attaquer, celui de nous nourrir, celui de nous soigner et celui d’échanger ( de vivre ) avec l’autre par nos propres moyens avec l’unique médiat qui nous a été confié à la naissance, ce corps que l’on écoute que trop rarement. Alors cette peur qui nous accompagne n’est pas accueillie sereinement et à la place nous faisons les autruches face à la mort et la douleurs des autres lorsqu’il s’agit d’y faire face avec notre propre corps et esprit. Alors il est facile pour moi comme pour vous d’exprimer mon incompréhension, ma colère à travers ces mots. Cependant, tant que je ne prendrai pas la joie d’écouter les mémoires qui me traversent, de les échanger avec les êtres qui m’entourent ( l’Environnement) alors mes paroles sont veines et gonflent la peur collective qui permettra au berger de continuer à me diriger avec ses chiens sans qu’il ne m’entende avec son coeur ( qu’on le veuille ou non il en a un comme nous, comme ses maîtres ). Il est complètement débile que la majorité d’un peuple ai peur de mourir ou de souffrir car il n’existe pas un être sur cette planète qui ne traverse pas ces états. Aimer la vie c’est aussi accueillir ces états le plus sereinement possible tout simplement pour qu’ils ne durent pas. C’est pour cela que nous sommes doté d’un cerveau et c’est parce-que nous vivons tous dans un environnement différents qu’il y a autant de manière d’aimer la vie. Alors tant que nous passons notre temps à culpabiliser ou rejeter la faute sur notre prochain nous nourrissons ce système et les maîtres de ces bergers. Nous leur donnons le baton pour nous battre, le serpent se mort la queue. Nous ne sommes pas encore en guerre civile, ou sous les bombes ou en train de mourir de faim ou de vivre les pires atrocités dont nous sommes spécialistes dans l’histoire qui ne sert qu’à nous éloigner de notre présent.


  • Alors effectivement nous ne changerons pas tous notre terrain du jour au lendemain ( et les plus nombreux seront ceux qui s’acidifieront suite à un choque émotionnel ou un stress aigüe intense et non l’inverse ) mais nous avons encore le pouvoir de ne pas aggraver la situation. Le cercle vicieux est de gonfler cette peur, elle se ressent dans ces commentaires colériques. Je ne dis pas qu’il ne faut pas l’exprimer mais profiter de cette expression pour prendre du recul sur notre état, l’accueillir sans jugement sur nous même et pourquoi pas reformuler l’idée que l’on croyait constructive. C’est prendre soin de soi, limiter la casse, se relever pour partir au combat sans haine ni lourdeur. C’est une proposition pour accueillir ce virus qui véhicule plus la peur avec son lot de betise et de précipitation. Le plus dure est à venir, autant bien se préparer chaque seconde que dieu fait...



  • .." En fait, aucun patient atteint de polyarthrite rhumatoïde n’est jamais entré dans nos services COVID ! Parce qu’ils fabriquent de la cortisone, un puissant anti-inflammatoire " !



    Dommage qu’il ne dit rien sur les personnes asthmatiques qui utilisent de la cortisone en forme de poudre d’inhalation ( Innovar Nexthalter 2 fois par jour ) et qui ont donc accumulé le corticoïde dans le tissu pulmonaire.


  • j’ai appris récemment que c’était le même problème pour la grippe espagnole.
    c’est vrai l’organisme face à une une menace (ou considérée comme telle, c’est souvent dévoyé pensez aux allergies, réécoutez ce que dit le Dr Gernez à ce sujet et sur les nourrissos), met en brale des réactions de défense.
    Mais ces réactions peuvent être excessives, et alors le malade ne meurt pas de l’invasion, mais du caractère hystérique des moyens de défense !
    eh eh ! c’est pareil pour les Etats et les société, prenez-en de la graine !
    Et c’est peut-être ce qui va nous arriver si les Etats (pas seulement la France voyez dans d’autres pays la surveillance par téléphones portables, les menaces sur l’argent liquide, etc), instaurent un totalitarisme, qui sera définitif, et une menace pire que l’épidémie ......

     

    • On va avoir une expérience grandeur nature, avec le Charles-de-Gaulle : une cinquantaine de marins "positifs" : y aura-t-il un seul décès ?

      On pourra alors avoir une idée du nombre de décès qu’il y aurait eu, sans aucun confinement, dus au Coronavirus : vraisemblablement guère plus qu’une année ordinaire de grippe "saisonnière sévère", comme le dit le Professeur Raoult depuis le début.

      Le pîre est que cette stabilité des chiffres sera forcément attribuée au confinement, Macron et ses ministres, pourront se targuer "d’avoir gagné la guerre" !

      Dans tous les cas, on l’a dans le baba....deux mois de privation des libertés les plus élémentaires, comme celle d’aller et de venir, pour tout un peuple, qui a paraît-il inventé "la Liberté"... ah ! ah ! ah ! Quelle mascarade !


  • Si cette thèse est juste, alors ce virus est à l’image de nos dirigeants : pervers ! Et je n’ose imaginer s’il est de nature artificielle....

    A suivre


  • Oui ce n’est pas une pneumonie.
    Si l’on met en perspectives les "joyeusetés" du COVID-19 et que l’on tente de reconstituer la chaine de causalité on aurait (je suis sûr qu’il manque encore plein de trucs mais il faut bien commencer) :

    Le virus détruit les cellules qu’il utilise pour se dupliquer.
    Cette mort des cellules différente de l’apoptose entraine des nécroses (les parois cellulaires sont détruites), des infections.
    Les nécroses, les infections provoquent une grosse réaction inflammatoire.
    L’inflammation déclenche une CIVD (coagulation intravasculaire diffuse) et des caillots (thrombus) se baladent dans le système circulatoire (explication des hémorragies des extrémités observées par les médecins confrontés aux malades du COVID-19 et qui n’ont rien à voir avec une pneumonie).
    Si un caillot obstrue plus ou moins l’artère pulmonaire, au mieux c’est l’hypoxie pour les organes qui souffrent ou peuvent lâcher (exemple insuffisance cardiaque, infarctus...), au pire c’est l’embolie pulmonaire brutale.
    Le parenchyme pulmonaire se dégrade (le fameux infiltrat en verre dépoli bilatéral qui se voit sur les scans).

    On peut aider à plusieurs niveaux de cette longue chaine de causalités.
    Baisser la charge virale et donc lutter contre toutes les conséquences. L’hydroxychloroquine aurait cet effet.
    Lutter contre l’inflammation avec des anti-inflammatoires (exemple corticoïdes).
    Lutter contre la CIVD avec des anticoagulants.
    Lutter contre l’infection pulmonaire avec des macrolides (l’hydroxychloroquine est un macrolide) ou de la cyclosporine de troisième génération (C3G).

    Bref ça tâtonne, ça cherche, on trouve des solutions empiriques, ça progresse au contact des malades et des symptômes parfois "exotiques" pour une pneumonie.
    Ma fille jeune médecin en première ligne au service des urgences d’un hôpital d’une grande ville du sud de la France m’a rapporté qu’ils utilisaient déjà des macrolides et des C3G avec comme résultats encourageants un nombre de morts très bas et la réduction de l’obligation d’intuber pour les malades oxygéno-requérants.

    On va finir par y arriver mais ni grâce aux pouvoirs publics, ni à big-pharma !


Commentaires suivants