Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Du paludisme au COVID-19, l’espoir porté par la chloroquine

La chloroquine, une molécule médicamenteuse très répandue à travers le monde mais jusqu’alors inconnue du grand public, est aujourd’hui en France au cœur d’une polémique sanitaire. D’après son grand défenseur, le professeur Didier Raoult, elle diminuerait significativement la charge virale des patients atteints du COVID-19, améliorant ainsi leur état de santé. Voyons d’abord ce qu’est précisément la chloroquine, et son dérivé l’hydroxychloroquine. Puis observons comment cette molécule soigne du paludisme depuis plus d’un demi-siècle, et en quoi elle est porteuse d’espoir comme traitement efficace contre le virus SARS-CoV-2.

 

1/ De la quinine à l’hydroxychloroquine

La quinine, une substance naturelle issue de différentes espèces d’arbustes du genre Quinquina, fut la première molécule de l’Histoire utilisée pour soigner le paludisme [1].

La molécule de chloroquine (figure A) est un dérivé synthétique de la quinine, produite depuis 1934. Depuis 70 ans, la chloroquine constitue le traitement de référence dans le monde pour combattre le paludisme, en curatif comme en préventif.

 

 

L’hydroxychloroquine (figure B), très proche de la chloroquine, possède tout simplement un groupement hydroxyle (OH) en plus en bout de chaîne. Sous cette forme, la molécule est tout aussi efficace que la chloroquine classique et conserve ses effets antipaludéens. Toutefois, elle est bien moins toxique et peut être administrée à plus hautes doses aux patients. D’où l’utilisation très répandue aujourd’hui de la forme « hydroxychloroquine ». Par soucis de simplification, on utilisera le terme de « chloroquine » pour désigner l’une ou l’autre de ces deux structures moléculaires dans la suite de l’article.

 

 

La chloroquine est également utilisée comme anti-inflammatoire contre certaines maladies auto-immunes chroniques telles que la polyarthrite rhumatoïde et les lupus. Elle a aussi des effets bénéfiques face au cancer, notamment en potentialisant l’effet de certains traitements anticancéreux. Enfin, des études démontrent les effets thérapeutiques de la chloroquine dans le cas d’infections fongiques, bactériennes et virales. Dans un premier temps, le rôle premier de la chloroquine, antipaludéen, sera abordé. Dans un second temps, ses rôles potentiels dans le cas d’une infection au SARS-CoV-2, responsable de la maladie COVID-19, seront présentés.

 

2/ Le rôle antipaludéen de la chloroquine

 

 

Le schéma ci-dessus (figure C) représente le mode d’action antipaludéen de la chloroquine (CQ) [2]. On y voit en jaune le parasite : Plasmodium falciparum. Celui-ci se trouve à l’intérieur du globule rouge (érythrocyte) après l’avoir infecté. Le rôle du parasite est d’incorporer l’hémoglobine (Hb) du globule rouge et de la dégrader, un processus qui permet au parasite de « se nourrir ». L’hémoglobine est transportée jusque dans la vacuole du pathogène, appelée sur le schéma food vacuole. Elle est ensuite digérée, produisant in fine des acides aminés essentiels au parasite, et de l’hémozoïne (Hz sur le schéma). À terme, vidé de son stock d’hémoglobine, le globule rouge « meurt ».

C’est là que la chloroquine intervient : elle traverse les membranes du globule rouge et du pathogène, jusqu’à arriver à la vacuole du parasite. La molécule perturbe ce processus de digestion de l’hémoglobine en se fixant sur certains produits de dégradation. Les complexes macromoléculaires formés fragilisent la membrane de la vacuole. Celle-ci finit par se perforer. Le parasite, « bloqué » dans sa croissance, meurt alors par autodigestion de ses propres composants.

Ces dernières années, la capacité de la chloroquine à perturber le développement d’autres pathogènes a été examinée, notamment pour les virus. Dans le cas des virus, les études sont très encourageantes. En effet, les propriétés antivirales de la chloroquine sont déjà décrites pour une vingtaine de virus différents : à la fois pour des virus à ADN (exemple : virus de l’hépatite B) mais aussi pour des virus à ARN (exemples : virus du SIDA, ou encore certains coronavirus, comme le SARS-CoV-1, qui est, on le rappelle, à 80 % identique au SARS-CoV-2). Si bien que le Centre national de Chine pour le développement de la biotechnologie accorde à trois molécules, dont la chloroquine, un rôle prometteur dans le cadre de la recherche d’un traitement face au virus SARS- CoV-2. Ce virus est responsable d’une maladie infectieuse pulmonaire grave chez les personnes âgées et/ou affaiblis, appelée COVID-19.

 

3/ Les potentiels rôles antiviraux de la chloroquine

Le professeur Raoult et son équipe, dans une publication de mars 2020, exposent leurs hypothèses pour expliquer les premiers résultats encourageants de la chloroquine dans le traitement du COVID-19, et également pour inciter les chercheurs du monde entier à poursuivre les études sur cette molécule prometteuse. Voici quelques-unes de ces hypothèses [3] :

 

 

La figure D, issue de cette publication, permet de résumer l’espoir porté par la chloroquine pour combattre le SARS-CoV-2. Sur cette figure, une cellule animale est représentée, avec sur la droite la légende de ses composants intracellulaires.

Sur cette cellule on y voit les étapes de la réplication du virus en son sein. Le virus se fixe au récepteur cellulaire ACE2. La particule virale est alors endocytée par la cellule et transportée en direction du noyau (2). Le virus, dans la cellule, libère son ARN viral (3), qui commandera à la cellule de construire et d’assembler de nouveaux virus à l’aide de sa propre machinerie de synthèse protéique (4). Une fois les nouveaux virus assemblés, ils sortent de la cellule par une vésicule d’exocytose (5). Là où il y a des flèches rouges, ce sont les possibles effets de la chloroquine à plusieurs stades de la réplication virale. En 1, la chloroquine pourrait empêcher la bonne fixation du virus sur la cellule, en modifiant le récepteur cellulaire ACE2. En 2, quand le virus est dans l’endosome, des données montrent que la chloroquine a la capacité de modifier l’acidité dans cet endosome et donc de perturber le transport du virus et sa libération dans le cytoplasme cellulaire. En 3, la communication parasitaire entre la cellule et le virus peut être perturbée par la chloroquine à travers l’inhibition de certaines enzymes (exemple : MAP Kinase) qui aident à la réplication virale. Enfin, en 4, la chloroquine empêcherait la maturation d’une protéine virale : la protéine M, indispensable pour l’assemblage de nouveaux virus.

Il est impératif de soutenir le professeur Raoult, ce viking de la science, afin de sauver des milliers de vies.

– V-B pour la Section Santé d’E&R –

Notes

[1] Le paludisme et la malaria désignent la même maladie parasitaire

[2] Curr Biol. 1998 May 7 ;8(10):R346-9. Malaria : dissecting chloroquine resistance. Ridley RG1.

[3] Int J Antimicrob Agents. 2020 Mar 11:105938. New insights on the antiviral effects of chloroquine against coronavirus : what to expect for COVID-19 ? Devaux CA1, Rolain JM2, Colson P2, Raoult D2.

Les articles de la Section Santé, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Notons un autre mode d’action de la chloroquine : en gênant certains modes de réplication de produits financiers hautement toxiques qui parasitent les protéines médicales, elle tue les virus qui infectent Wall Street et les autres cellules financières de notre corps social.


  • "du paludisme au Covid 19, l’espoir porté par la Chloroquine".
    Donc, le Covid 19 provient bien du paludisme, mais beaucoups pensent et personne n’ose dire qu’il a forcement un rapport avec l’immigration intensive ?
    Pour moi, le Pouvoir Profond tient le monde par la peur, la menace et l’extermination des peuples et les professeurs comme D Raoult s’echinent à contrer ces sorciers.

     

    • Le coronavirus est, comme son nom l’indique, un virus. Associé à une maladie respiratoire.
      Le paludisme est la maladie causée par un parasite qui, entre autres, est responsable de la destruction des globules rouges à l’intérieur desquels il se reproduit. Les symptômes associés sont plutôt d’ordre hémodynamiques et neuro.
      Son cycle de reproduction, dont une des phases de déroule dans l’organisme du moustique appelé populairement "tigre", nécessite des conditions environnementales notamment une certaine température. C’est pourquoi le paludisme ne se rencontre pas dans nos contrées, ou bien ce sont des voyageurs de retour de zones tropicales endémiques. Mais la chaîne de transmission s’arrête en l’absence des conditions biotopiques nécessaires au parasite.

      Donc il ne faut pas tout mélanger.


    • @anonyme
      Je vous décerne le prix Nobel de la médecine dès que je trouve votre nom et vos coordonnées.


    • #2430043

      @anonyme.
      il y a deux sortes de Zika, un originaire d’Asie et l’autre d’Afrique, le Virus Zika et le Coronavirus ont de nombreux points communs importants. Et à l’heure actuelle il en est ainsi le Zika comme le Covid-19 restent un mystère à bien des égards.
      Ceux a qui cela profite (pour l’instant) ainsi que leurs larbins, ne se plaignent pas ils ont encore suffisamment de toupet pour accuser les victimes de cerveaux malades, de racistes, d’antisémites et de nazis.


  • "Tout comme les propos tenus par Jean-Paul Mira, chef de service des urgences de l’hôpital Cochin sur la chaîne LCI.

    Ce médecin s’est interrogé en direct sur la pertinence de tester le BCG sur les Africains, en suivant la même approche que celle effectuée sur les prostitués contre le sida, et Camille Locht, directeur de recherche à l’Inserm, a acquiescé maladroitement.

    Cette saillie a soulevé, à juste titre, une montagne de colère et pas seulement sur les réseaux sociaux.

    Le porte-parole du Président sénégalais Macky Sall a déclaré que les propos tenus dénotaient une « bêtise que je pense congénitale », mais c’est pire encore puisque les deux éminents professeurs souhaitaient tester des vaccins BCG sur une population déjà vaccinée ! Peut-être qu’eux aussi méconnaissent l’Afrique."

    Sputnik


  • Exposé très clair avec de beaux schémas, très utiles et même indispensables pour une bonne compréhension.


  • Sur le confinement :

    « Il faut isoler les gens contagieux, car regrouper des gens contagieux avec des non-contagieux, honnêtement c’est un défi à la connaissance des maladies transmissibles. » Pr Raoult

    Radio Classique Émission Esprits libre 1er avril


  • J’avais aussi vu que la chloroquine pourrait agir comme un ionophore à zinc, faisant entrer le zinc dans la cellule qui inhiberait une enzyme nécessaire à la réplication du virus.


  • Signons la pétition pour la chloroquine lancée par Douste-Blazy :
    https://www.change.org/p/ephilippep...

     

    • Pour les naïfs : jetez un p’tit coup d’œil sur le parcours de Douste (Mamounia-Unitaid-Clinton) avant de contribuer à son come-back dissident !

      https://www.egaliteetreconciliation...

      Sinon, il paraît que Benjamin Griveau s’est mis à la Chloroquine depuis qu’on lui a vanté son efficacité contre le paluchisme.


    • Douste-Blazy vantait également les vertus du Mediator !
      D’ailleurs sa mise en examen dans l’affaire du Mediator , quelqu’un a des news ?


    • Ce que vous devez savoir sur le site change.org :

      change.org est le site qui gère les la plupart des pétitions dans le monde.

      Change.org
      Change.org is social change platform with over 150 million users worldwide.
      San Francisco, California, United States
      Industries CivicTech, Internet, Non Profit
      Headquarters Regions San Francisco Bay Area, West Coast, Western US
      Founded Date Feb 1, 2007
      Founders Ben Rattray, Rajiv Gupta
      Owner Change.org, Inc. CORPORATION DELAWARE 383 Rhode Island Street, Suite 300 San Francisco CALIFORNIA 94103
      Operating Status Active
      Funding Status Late Stage Venture
      Last Funding Type Series D
      Number of Employees 251-500
      Legal Name Change.org, PBC
      IPO Status Private
      Company Type For Profit

      Pour avoir des information sur la société qui est propriétaire de change.org il faut aller sur le site américain de gestion des dépôts de marques (marques déposées = trademark). If regarder qui a déposé la marque change.org
      http://tmsearch.uspto.gov/bin/showf...

      Propriétaire : Change.org, Inc. CORPORATION DELAWARE 383 Rhode Island Street, Suite 300 San Francisco CALIFORNIA 94103

      L’objet commercial de change.org est :

      1er dépôt : promotion et facilitation des changement sociaux
      2eme dépôt : diffusion de nouvelles, histoires et articles.
      Tout est dit non ?

      change.org est une société commerciale, basée au Delaware paradis fiscal. Qui a entre 250 et 500 employés. Cela coûte beaucoup d’argent, mais les services de ce site sont gratuits ?

      Quand on obtient un service gratuit d’une société commerciale basée dans un paradis fiscal il faut toujours se poser la question : comment sont payés les 250 employés, qui les paie et pourquoi ?

      change.org est une organisation de propagande du Nouvel Ordre Mondial dont le but est de manipuler les masses à coup de pétitions.

      Le nouvel ordre mondial se torche le cul avec les pétitions.

      Jetez plutôt votre télé. Cela aura plus d’effet sur le monde.

      Si vous n’avez pas le courage de jeter votre télé, alors attendez qu’elle tombe en panne et n’en rachetez pas.


  • #2429556

    Crise Obligatoire et Voulue par nos Intendants Dévolus, ce mot est le même dans toute les langues.
    Le transfert du monde anglo-saxon vers la Chine a commencé car la préservation de l’usine du monde et ses dépendances sont essentiels pour les maîtres du capital.
    Ces gens ont toujours un coup d’avance. À méditer.

     

    • La pandémie est plutôt en train d’amorcer une vague de déplacement des sites de production en Chine par les compagnies étrangères vers d’autres pays comme le Vietnam, l’Indonésie, et l’Inde, ce qui affaiblira à terme la Chine.


  • Dans l’établissement médical de ma copine ils avaient tous le covidz, en 15j avec la chloro ils sont tous guéris !!!! Franchement c’est de la balle !!! Marseille power ;)

     

    • Moi j’ai traité ma famille à la choucroute et on a tous été guéri en 72h (nous sommes en Alsace et ma femme bosse à l’hopital de Strasbourg, inutile de dire qu’on l’a tous chopé ce virus).
      Le covid est mortel pour ceux qui déclenchement la forme grave (le choc cytokinique qui touche tous les organes) mais ça représente bien moins de 5% des cas. Donc, sauf si l’établissement médical de votre copine a 1000 employés, cet excellent résultat ne montre rien, seulement que ces gens ont pris un medoc pour rien.
      choucroute power.


  • #2429630

    MACRON...

    Il est complètement fou ce mec. Mais moi, les dingues, je les soigne. Je vais lui faire une ordonnance, et une sévère… Je vais lui montrer qui c’est Raoult. Aux quatre coins de Paris qu’on va le retrouver, éparpillé par petits bouts, façon puzzle. Moi, quand on m’en fait trop, je correctionne plus : j’ dynamite, j’ disperse, j’ ventile !

    Bernard Blier, Les Tontons flingueurs (1963), écrit par Michel Audiard

     

  • Pour compléter : https://www.lemonde.fr/sante/articl...
    Je crois que c’est Martial Ier (le youtubeur prétendant au Trône de France) qui expliquait qu’en tant qu’infirmier (de mémoire), il redoutait la chloroquine car c’était parfois utilisé pour se suicider, efficacement si je puis dire.

    Vous devriez mettre en avant des soins efficaces encore moins dangereux, comme la vitamine C en intraveineuse par exemple. On avait vu passer la quercétine aussi, qui ne coûte rien, faudrait savoir où en sont les tests en Chine... Bref on a l’embarras du choix pour éviter le traitement ultra-cher de Gilead.


  • Une chose me turlupine par contre. C’est l’utilisation de l’AZT avec la chloroquine. L’AZT est un poison qui avait été mis au placard (les souris de laboratoire en crevait toutes) et qui avait été ressorti dans les années 80 pour les sidaïques, faute de mieux. Etienne de Harveen évoquait ce point concernant l’arnaque du VIH. Pourquoi cette association ?...

     

  • #2429869

    La bonne vieille quinine ? Essayez d’en trouver a la pharmacie . Ha ben non . Retirée du marché, y a plus . A noter que les effets secondaires bien connues sont les mêmes que son dérivée : La chloroquine . Et le quinquina de ma grand mère ?
    Il y a aussi le neem ou margoussier , les américains ont essayé de s’approprier un brevet sur son utilisation , les indiens ne se sont pas laissé voler ce médicament millénaire de l’ayur veda .http://www.ayurvedarevolution.com/n...

     

    • en fait il n’y a pas de choroquine dans le neem, ce sont d’autres molécules. cela dit on utilise bien l’écorce de neem en médecine ayurvédique pour soigner les fièvres parasitaires mais c’est loin d’être sa principale fonction thérapeutique.
      personnellement j’utilise les feuilles de neem au fumigène pour engourdir les abeilles quand je déplace un essaim. donc ça ratiboise les micro organismes et les champignons et même de gros parasites mais ça a des propriétés apaisantes pour les abeilles qui adorent le butiner quand il est en fleur. étonnant non ?


  • J’aimerais que les gens se rendent compte que nous devons encore notre survie à la substance extraite d’un arbre et d’indiens aux pieds nus.


  • #2429941
    le 08/04/2020 par Coronamescouillesenpaquetdecinq
    Du paludisme au COVID-19, l’espoir porté par la chloroquine

    La chloroquine c’est le debat lancé par le mainstream pour ne pas parler du confinement que Raoult denonce comme inefficace, voir idiot.

     

    • Le fond du problème n’est pas chloroquine ou non.
      C’est bel et bien cette psychose massive mondiale et son costume du confinement complètement inutile !
      Le système a tiré par les cheveux les masses pro-système et dissident pour les mettre face à un paradigme dont ils ont eux-mêmes choisi le concept...
      Au lieu d’envoyer valser la table et dire "fuck !", non on s’engouffre dans le prétendu remède ou poison... qui n’en est finalement pas un (ni un poison (corona), ni un remède (chloro)).


    • et s’ils ont pensé à la possibilité de nous confiner c’est qu’ils se sont aperçu avec l’échec des GJs que le peuple français ne se révolterait jamais vraiment et donc qu’on pouvait largement continuer à l’enculer à sec et plus c’est gros plus c’est bon puisque la côte du président remonte (ha ha ha). Il suffisait juste de faire marcher à fond la machine médiatique à décérébrer les veaux.


  • Est ce que le gin tonic ca marche toujours ?

     

  • #2431121

    Faudra voir ses nouvelles vidéos à partir de vendredi 10, car Macron lui rend visite en ce moment, paraît-il.
    Se ferait-il le porte parole de conbendit ?


  • Complément intéressant trouvé sur le web (je ne mentionne pas la source qui est un site commercial)

    « L’atome du chlore est l’élément central de la molécule de chloroquine, sans le chlore, l’éfficacité de la chloroquine chute de 90%. C’est un parallèle intéressant puisqu’à nouveau nous sommes en présence d’un élément minéral qui surpasse les traitements artificiels. Nous savons également que le SARS-CoV-2 ne survit pas dans l’eau chlorée des piscines. Dans le traitement de la malaria, une étude indienne de 2012 suggère une efficacité supérieure de l’iode par rapport au chlore. Les deux éléments Iode (53) et Chlore (17) font partie de la même famille, les halogènes, et sont chimiquement très similaires. »

    C’est donc l’atome de chlore qui soigne. Tout est dans la nature...


Commentaires suivants