Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Cours de sexualité à l’école : Têtu les trouve trop "hétéronormés"

En préambule de l’article de Têtu, ce sujet de JT de 2013 sur un cours sensibilisant à l’homosexualité pour enfants de CM1...

 

 

Et des réactions actuelles aux cours d’éducation sexuelle à l’école relancés par Marlène Schiappa :

 

 

 

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Le gouvernement a rappelé, ce jeudi 13 septembre, aux recteurs d’académie l’obligation de mettre en place trois cours d’éducation sexuelle par an dans les écoles, collèges et lycées. Des cours où sont évoqués pêle-mêle la contraception, les rapports femmes-hommes, le consentement ou la dimension relationnelle de la sexualité, omettant, quasi-systématiquement, l’aspect LGBT+ de ces sujets.

 

On y apprendrait la « masturbation dès l’âge de quatre ans » et l’on y consulterait des « ouvrages pornographiques ». Les rumeurs les plus farfelues ont circulé cet été à propos de l’éducation à la sexualité à l’école. À l’origine de ces hoaxs : le rappel à la loi du gouvernement qui souhaite rendre effectif l’article 22 de la loi Aubry du 4 juillet 2001 qui prévoit l’obligation pour les écoles, les collèges et les lycées de mettre en place trois cours d’éducation sexuelle par an. Ce jeudi 13 septembre, le ministère de l’Éducation nationale a envoyé une circulaire aux rectrices et recteurs d’académies pour leur rappeler leurs obligations à ce sujet.

Si les rumeurs ont été démontées une à une par les politiques et les médias, de vraies interrogations demeurent sur le contenu de ces cours, notamment autour de l’inclusion des questions LGBT+. Têtu a interrogé les protagonistes de ce dossier pour essayer d’y voir plus clair.

 

Un élève sur 10 n’a jamais eu accès à ces cours

Les élèves ont-il simplement eu accès à des cours d’éducation sexuelle ? Pas vraiment. Selon une étude du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, 25% des écoles primaires, 4% des collèges et 11% des lycées, n’ont jamais appliqué cette loi. Et des chiffres plus récents montrent que ces mauvais résultats impactent particulièrement les élèves LGBT+.

Selon une grande enquête menée pour le Mag Jeunes LGBT entre le 23 novembre 2017 et le 26 janvier 2018 sur 335 personnes LGBT+ de 13 à 31 ans, dont Têtu révèle en exclusivité les résultats , trois élèves LGBT+ sur quatre n’ont eu qu’entre un et trois cours d’éducation sexuelle tout au long de leur scolarité. Pire, un sur dix n’en a eu aucun. Pourquoi ? Probablement parce qu’aucune sanction n’est prévue à l’égard des établissements fraudeurs.

À l’école, ce sont les maîtresses et les maîtres qui prodiguent les cours. Au collège et au lycée, les séances doivent se faire en binôme et peuvent être données par les enseignants eux-mêmes, par des personnels d’éducation sociaux et de santé ou par des intervenants extérieurs agréés.

Mais alors, les questions LGBT sont-elles abordées lors de ces fameux cours ? Sollicité sur ce point précis, le ministère de l’Éducation nationale ne nous a pas directement répondu. Au lieu de cela, nous avons reçu une batterie de documents en tout genre, dont des liens vers des « ressources thématiques » à destination des enseignants. Il ne s’agit pas d’un programme à suivre à la lettre, mais plus de recommandations ou de bonnes pratiques. Et après avoir un peu fouillé, certains documents ont retenu notre attention.

 

Des exercices très hétéronormés

Sur le site qui héberge ces outils pédagogiques, Edusol, sont proposées au téléchargement depuis 2016 des fiches thématiques sur divers sujets. La n°4 est intitulée : « De l’éveil de la sexualité à la rencontre de l’autre ». On y propose aux enseignants – de collèges et lycées – d’organiser des activités, dont l’une d’entre elles consiste à imaginer la fin d’une histoire. Scénario 2 : Charlotte et Denis ; Scénario 3 : Marc et Sophie ; Scénario 4 : Véronique et Michel ; Scénario 5 : Toufik et Marie…

Seul le scénario 1 laisse planer le doute sur le sexe des protagonistes, évoquant « Dom » et Claude.

 

 

En clair, tous les exercices sont basés sur la dualité fille/garçon et mettent en scène des couples hétérosexuels. Une autre activité propose de se réunir en petit groupe pour répondre aux questions suivantes : « Que pensez-vous que les filles attendent des garçons ou des filles dans la relation amoureuse ? » et inversement, ou « quelles sont vos attentes, vos questions et vos appréhensions par rapport à la “première fois” » ?

« Pour cette activité il peut être judicieux de séparer les filles et les garçons pour une expression plus libre », précise le document. Même si l’on note un effort d’inclusion avec la formulation « attendent des filles ou des garçons », en discuter en non-mixité n’est pas franchement la meilleure idée. Il suffit de lire les résultats de l’enquête du Mag Jeunes LGBT pour s’en rendre compte.

Lire l’article entier sur tetu.com

Comment protéger les enfants quand le Système libéralise le viol ?
Lire sur Kontre Kulture

 

Sexualité, école et loi Schiappa, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

45 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Une question me taraude : comment nos ancêtres, qui ne recevaient pas d’éducation sexuelle, ont-ils fait pour se reproduire ? Une enseignangnante pourrait-elle avoir l’amabilité de me répondre ?

     

    • Il est évident que s’il y a plaisir c’est le fait de la nature selon le plan divin , uniquement pour pousser a la procréation. Si c’était de l’ordre de se moucher ou de cracher , voir pénible et douloureux , les cigognes seraient bien obligées d’amener des bébés . Le problème c’est que la conséquence naturelle de l’accouplement avec la responsabilité matérielle et spirituelle qui en découlent , une certaine humanité a décidé , niant le devoir , la morale , et le jugement de Son Créateur , qu’elle avait un droit de vie et de mort sur la chair de sa chair . Ce crime , organisé , accomplit l’exploit de cumuler : Crime contre la nature , crime envers la conscience , crime contre l’humanité, crime contre Dieu , Blasphème , meurtre d’enfant , apologie de la fornication , insulte aux ancêtres , insulte a l’intelligence et au bon sens , destruction de la famille et des principes religieux ................ Sur tous les péchés qui convergent dans l’avortement , purin sordide de tous les poisons , qu’y peut il pousser de beau et de bon ? Un arbre aux fruits mortels puisque a l’inversion de la naissance il n’y a que la Mort . Nier la conscience , nier la vie , se nier , nier l’autre , n’ouvre que sur un univers glacé sans lumière, c’est la destination quand on veut se prendre pour Dieu .


  • Ces sujets ne concernent en rien l’instruction publique.
    Les scénarios proposés s’immiscent dans la vie très intime des jeunes sollicités, quel que soit leur âge.
    Les jeunes doivent CHOISIR de parler de ces sujets, de s’instruire, et faire leur propre recherche quand ils en sentent le besoin, en secret, avec leurs amis, des personnes de confiance.
    La documentation peut être mise à leur disposition dans les bibliothèques, en libre accès, section adolescents. Des médecins et infirmières peuvent répondre à leurs questions au téléphone, sous anonymat...
    Et ça s’arrête là.
    L’institutrice ou le professeur qui évoque ce sujet risque sa crédibilité, le respect pour sa fonction prendra un coup de plus. En outre, les parents vont lui tomber sur le dos. L’instit et le prof sont des figures quasi-parentales. La sexualité, c’est l’éveil de l’âge adulte, ça ne les regarde pas plus que ça ne concerne les parents. Les jeunes loups s’échappent pour s’occuper des jeunes louves, et réciproquement, ni père ni mère ni prof ne doivent être présents, c’est désexualisant, neutralisant, culpabilisant, etc. Ils n’ont pas à s’impliquer là-dedans, et le savent. C’est risqué, c’est glissant, c’est gênant, ambigu, tout le monde en tombe malade.
    Zut alors. C’est pourtant simple et bien connu.

     

    • Tout ce que vous écrivez là est très juste. Par contre, ce n’est pas très franc-maçon. Et encore moins lgbtq. En conséquence, c’est nul et non avenu. Car de nos jours, les élites, les maîtres à penser ne sauraient être autre chose que membres d’une minorité.
      Minorité = avant-garde = Bien = a le droit d’imposer son point de vue. Majorité = arrière-garde = Mal = a le droit de fermer sa gueule, de se soumettre et de baisser les yeux.

      Les représentants auto-proclamés des minorités sont les nouveaux aristocrates. On est sous l’ancien régime sauf que ces nouveaux aristocrates n’ont que des droits et pas de devoirs.


  • Avec ce genre de cours, les gamins ne fuiront plus les pédophiles.
    J’imagine les enfants se dire : j’ai envie d’essayer pour "de vrai"...


  • Je préfère vomir !
    Parce que en vérité, ça donne des envies de meurtre !!!

     

    • Tout comme vous, j ai la gerbe (au point où mes tripes, mes poumons et ma cervelle en sortiraient presque) et une atroce envie de tordre leurs cerveaux malades.

      Jésus, Isaa, notre Messie, nous t attendons impatiemment !!! Libėre-nous de ce Monde pervers et maléfique pour nous conduire vers notre Seigneur, nous Êtres qui luttons au quotidien dans notre for intérieur à contrer ce Mal ambiant.

      Amen, Amin


  • "Tetu" peut se mettre où on pense ses conseils en matière d’éducation des enfants, en particulier sexuelle.


  • Ces cours de sexualité sont de la corruption de mineurs, ni plus ni moins.

     

  • Faire des enfants pour ensuite les livrer a l’éducation nationale, athée , matérialiste , et démoniaque où on pratique le meurtre des esprits en détruisant les valeurs , l’histoire , la morale et la vertu , autant les envoyer a l’abattoir . Même la sexualité humaine y perdra , finis le mystère et le rêve , l’émotion amoureuse , la séduction romantique , place au sexe technique , au plaisir grossier et a la déresponsabilisation .


  • Et les cours de SVT, la reproduction, tout ça ? Trop hétéro-normé aussi ? Ne devrait-on pas davantage faire étudier la procréation assistée, la GPA, tout ça... ? Ah pardon, chez les plantes et les animaux ça ne marche pas comme ça... !?


  • Ils ne sauront ni lire ni écrire mais seront déjà au mieux, des obsédés sexuels, au pire des déviants précoces, voire les deux...mais QUI peut encore ne pas croire à l’existence du Prince de ce Monde ?...


  • En lisant ces "scénarios", je vois qu’il y a un problème. Moi en CM1 je ne pensais pas du tout à çà !

    C’est clairement une volonté de pervertir l’enfant. Le prétexte de la discrimination n’a rien à voir là-dedans : c’est une façon d’amener la question sexuelle à un âge précoce !

    À cet âge, quand la maîtresse pose une question, on a envie de répondre ce qu’elle a envie d’entendre, pour avoir une bonne note, pour être bien vu...

    On renverse par l’apprentissage de la perversion (l’homosexualité) la tournure d’esprit des gamins en leur enlevant leur bonté naturelle, leur curiosité, on assombrit leur vision des choses, on les stresse sur des problèmes d’adultes dont fondamentalement, ils n’ont rien à carrer !

    Le LGBT en primaire.
    La "Shoah" au collège.

     

    • Encore un commentaire très juste. Mais pas franc-maçon... Ni lgbtq. Autant dire "zéro + zéro = la tête à Toto". Bande de crétins hétéro-normés que vous êtes ! Y faut vous le dire combien de fois ? Les minorités, c’est l’avant-garde ! Et l’avant-garde, c’est les minorités ! Eux, ils savent ! Pas nous ! Pas les hétérosexuels ! Hétérosexualité = fascisme ! Et pourquoi pas faire des enfants par les voies naturelles, tant qu’on y est ? N’importe quoi...


  • Je suis outré, scandaliser de voir et d’entendre cela ne serait les 30 secondes de cette classe et de ses instituteurs qui n’ont rien d’autre à faire que parler ( excusez-moi) mais de cul .On ne vient pas à l’école pour apprendre cela, et demander l’opinion d’un gamin, ce qui est complètement déplacé .Oui l’homosexualité peut être un sujet pour un gamin demandant à ses parents de lui expliquer, ou, tout au moins d’aborder le sujet, mais l’école n’est ni l’endroit, ni sa fonction car c’est un sujet trop sensible pour que les parents puissent l’expliquer à leurs enfants, et de plus c’est leur rôle .Chaque enfant a sa propre personnalité, il y en a qui aborderont le sujet plus facilement que certains autres, surtout en groupe .
    Faire ce genre d’éducation à l’école est très tendancieux, malsain et en dehors des clous ..


  • Ce qui attriste beaucoup, c’est l’expression, qui en dit long, des enfants en haut à droite de l’article. Ils perdent en direct leur innocence.


  • Ce qui est très inquiétant, c’est que tout ça est laissé à la libre appréciation de chaque professeur (Directeur/rice d’établissement)

    C’est ce que j’ai cru comprendre de mon échange avec l’institutrice de ma fille (en maternelle) à qui j’ai demandé si elle allait suivre la consigne de l’OMS d’apprendre/parler de la masturbation dès 4 ans, etc

    Idem les infirmières scolaires : certaines refusent de diffuser des livrets explicites de pratiques sexuelles en tout genre, d’autres acceptent....


  • Ce genre d’article aide a réaliser une chose : ca prend un Philipe le Bel.

    Une nuit, et tout redeviens possible...il vous faudra nettoyer les écuries d’Augias.


  • "Têtu" le Modes & Travaux" de la communauté LGBT+++

    "Il y a aussi des "poissons volants", mais qui ne constituent pas la majorité du genre !" Comme l’écrivait Audiard.
    L’hétérosexualité est ultra majoritaire (% ?), il est logique que les sexualités marginales ne soient pas traitées à égalité.

    Une sortie pédagogique à la gay pride pour les "grands" de l’école maternelle ?


  • Pourquoi à Morlaix ? et non pas à Aulnay.


  • Tout ceci revient à faire la promotion du sexe jouissance. Et non pas du sexe reproduction.
    Le but est d’animaliser les futurs générations pour pouvoir mieux les contrôler le tout enrober d’humanisme.

     

    • Bien dit et bien cerné camarade !
      Nous vivons dans un "putain" de monde de jouissance, d’individualisme, de facilité dissimulée, et j’en passe, tout cela me dépasse même...je souhaite une grande force de caractère et de discernement à notre future jeunesse, déjà perdue en partie, dans tout ce flou de contre-sens et de perversion, qui plus est, la norme à adopter pour être intégré.
      Merci à tous les esprits éveillés ER et consorts de ramener du bon sens, des couilles et du coeur dans ce monde de bestiaux névrosés.
      Pour qu’un jour la roue tourne..
      Un citoyen français fier de la vraie France et lucide.


  • Les LGBT(+ etc...) représentent au plus 6 % de la population . C’est donc aux 94 % restant de s’adapter à eux !!
    Comme le dit Dany (le pédo), "la démocratie c’est la dictature des minorités sur la majorité !!".
    sur le fond, oui une éducation sexuelle (et affective , le cul c’est pas tout) est utile et nécessaire , mais je suis d’accord sur le fait que les profs sont les plus mal placés pour la dispenser . Et le problème mérite mieux que des réactions épidermiques.
    pas simple.


  • Tétu le journal qui était financé par Pierre Bergé vous parle de l’éducation sexuelle de vos enfants.
    Je répète pour ceux qui n’ont pas compris :
    Tétu le journal qui était financé par Pierre Bergé vous parle de l’éducation sexuelle de vos enfants.
    Mais réveillez-vous bon sang !

     

    • #2042304
      le 14/09/2018 par The Médiavengers Zionist War
      Cours de sexualité à l’école : Têtu les trouve trop "hétéronormés"

      C’est saoulant de lire ce genre de phrase continuellement ("réveillez-vous"). T’es sur E&R, tu crois que les gens ne sont pas réveillés un minimum ? Et après on fait quoi ? On essaie d’éveiller le reste des zombies ? Jusqu’à quand ?
      Bref, c’est le genre de phrase qui permet d’attendre que les autres agissent à sa place.


    • Oui, et renseignez vous sur " La vilaine Lulu" de YSL, vous aurez tout compris, sur la gravité de la situation et le type de personnes que notre chère république a porté aux nues, je n’insisterai pas sur les autres que vous connaissez tous !, autant de personnalités vénérées, richissimes, intouchables du système


  • Si on offrait à ces enfants quelques heures de cathéchisme pour leur apprendre l’amour du prochain, à ne pas le juger ni s’en moquer, ce serait bien suffisant, je pense.

     

  • Le plus insupportable est ce véritable endoctrinement par le politiquement correct, observez le petit garçon du reportage, il avoue qu’il pensait que l ’homosexualité ( si tant est que ce sujet l’inquiétait à son age), était un "defaut", il se reprend très vite, bafouille par un " euh, c’est pas un défaut, pas du tout", on voit très bien l’embarras du gamin, il a déjà très bien compris ce qu’il fallait dire et penser..., pan ! sur le cerveau malléable de 10 ans, semer le doute et inverser les valeurs le plus tôt possible, Orwell en plus machiavélique, c’est grave, ce prof et ce "cineaste" sont venus bourrer le crâne et culpabiliser par anticipation des bambins qui n’ont vraiment pas besoin de ça, comme le dit d’ailleurs un psychiatre,
    criminel ! Petite remarque, les déviances sexuelles sont de plus en plus véhiculées par des dessins animés.

     

    • Eh oui. Et le processus qui consiste à inculquer cette idéologie ( la bonne : celle des francs-macs et des lgbtq ; celle des minorités agissantes ) à l’école ( lieu d’autorité ), aux enfants ( par nature malléables et soumis à l’autorité ) sans demander leur avis aux parents est révélateur de la nature totalitaire du projet. Ils sont les représentants du Bien et en tant que tels, ont le droit d’imposer leur idéologie. Ah, les braves gens. Qu’est-ce qu’on deviendrait sans eux ?

      Libres ?


  • Quand je dis que l’Europe de l’Ouest s’apparente de plus en plus à un hôpital psychiatrique à ciel ouvert....


  • Tout ça pour livrer dans l’antre de l’Ogre républicain pédo-sataniste des enfants et des adolescents !

    Ces satanistes ont besoin de chair fraîche pour accéder à l’immortalité, prélude au transhumanisme où il sera, selon leurs cerveaux malades, possible de prolonger l’existence plus longtemps.

    Des êtres qui ont venu leur âme ont diable n’en disposent plus !

    « Une ex-mannequin est internée pour ses révélations sur la pédophilie et les sacrifices d’enfants pratiqués par les Illuminatis

    « Nathalie Augustina, était top-modèle aux Pays-Bas dans les années 1980. Elle est aujourd’hui internée dans un hôpital psychiatrique, méthode classique en Occident (introduite par la CIA) pour punir les dissidents. Son crime est de dévoiler la dépravation des Illuminatis dans un nouveau livre
    Nathalie : Confessions of a Fashion Model : The Dark Side of the Fashion Industry : Monarch Mind Control, Slavery and Sexual Abuse [« Nathalie – le côté obscur de l’industrie de la mode : contrôle mental Monarch, esclavage et abus sexuels »].
     »

    Cette éducation dite sexuelle est une brèche de même nature que celle de Freud.

    Les dégâts sont déjà visible dans la jeunesse actuelle au travers des médias où règnent le fascisme des images mentales pour implémenter dans les cerveaux et dans les corps, des visions de la sexualité complètement désacralisée (déchâkralisée).

    L’âme est donc schizée de sa relation au Divin.

    Tout laisse à penser qu’il sera mis fin à ce monde pervers bien plus tôt que prévu.
    Les éléments naturels vont drastiquement y contribuer.


  • - Papa ?
    - Oui, fiston ?
    - Papa, je veux être une tarlouze plus tard. Ensuite, ne m’appelle pas fiston, qu’est-ce qui te fait croire que mon identité de genre est "garçon" ? En tant que tarlouze, je voudrais seulement me faire enculer et ceci avec une identité de genre de fille, voire même, parce qu’avec mes amis c’est notre prooooooooojet (!), je deviendrai transgenre pour me faire prendre en sandwich !
    - Fiston, déjà que tu vas te faire enculer par certains membres de notre société peu vertueuse et le gouvernement républicain mafieux à plus d’un titre, si en plus tu deviens ce que tu veux, tu vas prendre triple, voire quadruple ration...
    - Mais c’est mon choix, merde ! Quand même ! Et je suis têtu, tu le sais !
    - Je comprends et j’accepte. En tant que ton parent 1, en tant que républicain soumis à la mafia oligarchique, je bénis ton projet et je songe moi-même à tendre mon cul sans hypocrisie. Et si tu grandis plus vite que je ne m’affranchis de mes limites, peut-être même que tu me montreras la voie... C’est beau d’être parent 1 :-


  • #2042441

    Cours de sexualité à l’école : Têtu les trouve trop "hétéronormés"
    Oui , c’est vrai, on aurait dû organiser des séjours en famille à la Fistiniére, chez François, Nelly et Juan Carlos , et faire participer quelques Pony-Play ,des ânes , la crampe, un ou deux cheval et quelques Puppy Play , du bondage, des dominatrices trans habillé-e-s de latex ou en vinyle avec des cuissardes et des poires de lavement dans le fion , ouai, pour les tous petits ça doit-être ludique ces cours , non ??
    Non Têtu à raison faut pas faire les choses à moitié


  • Ce sont aussi ces cours de sexualité en plus des virées chez l’entité sioniste qui remplacent les sorties scolaires visites de musées de Châteaux randonnées etc ...bref qui remplacent l’étude du patrimoine culturel et historique français.
    Le catéchisme était enseigné à titre facultatif également tout comme les cours de langue arabe à titre facultatif aux heures d’études (16h30 18h30) après la classe.
    Faudra pas s’étonner de voir les gosses en dragqueen à 11 ans en objet sexuel avec leur émission sur le net cf. article E&R sur ce môme américain mineur devenu dragqueen suite à une émission sur netflix avec la bénédiction de ses parents.


  • L’hétérosexualité est la seule sexualité normale ; les autres sont intrinsèquement déviantes. Le fait même de dire "hétérosexualité" est un piège pour l’esprit : cela relativise toutes les sexualités en les mettant au même niveau, alors qu’il y a deux catégories fondamentales : normale, c-à-d naturelle, et déviante, c-à-d dégénérée. CQFD.
    Ainsi est la parole de l’Église, qui n’est pas un point de vue mais la vérité objective, absolue et irréfutable.

    Ce n’est pas aux dégénérés d’enseigner aux enfants, parce qu’ils instillent le vice dans leur esprit ; seule l’Église peut avoir ce rôle.

    Je pense qu’il devrait être possible que les enfants soient objecteurs de conscience contre cette initiation à la haine, par le sexe conso, et la duperie et l’hypocrisie qui vont avec, qui vise à utiliser l’autre pour satisfaire ses petites pulsions.

    Il faut remettre l’Église au milieu du village global et en finir une bonne fois avec les idéologies mortifères de destruction des moeurs.


  • Est ce que j’ai bien compris !? TÊTU déplore qu’on ne parle pas a l’école des pratiques homosexuelles ?
    Pour parler crument , ils auraient souhaité que dans les cours d éducation sexuelle on explique aux petits garçons comment on se fat sodomiser ?
    Qu’on vienne me dire encore une fois qu’il n’y a aucun rapport entre ces deux déviances.
    En 2013 en Russie, Poutine a interdit la propagande homosexuelle auprès des enfants, ce qui évidemment avait été fait sous la critique virulente des dégénérés ici ! Je pense qu’il avait anticipé la tentative de normalisation de toutes ces saloperies pro pédophile et les avaient tué dans l’œuf.
    Par contre ici , LGBT(P) is coming soon.....very soon


  • Vous voulez savoir a quoi ressemble l’éducation sexuel de l’oms ?
    https://youtu.be/T86wu7oYDsI

     

    • J’ai regardé votre lien, ce que dit Ariane Bilheran sur le travail de la femme est fondamental, c’est une des clés de la destruction familiale, sociale, et des nouvelles générations dès l’enfance.

      Toutes ces lois pédérastes passent parce que les parents n’ont pas le temps de se poser, demain on bosse...


  • Je considère que parler de sexualité à des enfants est un acte pédophile. Les paroles peuvent être aussi violentes que les actes. Que tous les parents portent plainte contre les enseignants, cela pourrait peut-être les faire réfléchir. J’ai connu une famille dont l’enfant a été traumatisé à vie avec des troubles mentaux graves suite à des paroles déplacées prononcées par un professeur sadique et pervers, les enfants en avaient tellement peur qu’ils n’osaient pas en parler, les langues se sont déliées bien après lorsque le professeur en question a pris sa retraite.


  • Mes enfants ont instruction de sortir de classe si on leur parle de sexualité humaine sous prétexte d’éducation. Ils sont autorisés à prendre des zéros en aussi grande quantité que nécessaire dans ce domaine.
    De plus les profs qui insisteraient auraient droit à ma visite de mise au point.
    Comme l’école est privée, mon chéquier peut facilement aussi tomber en panne.


  • "Quand on explique ce que c’est ca ne pose pas de problème" quel enfant trouve que ce n’est pas problèmatique de se prendre un chibre dans le rectum ??


  • Tu sais quoi, Têtu, on te pisse à la raie, et ce pour éviter l’hétéronormativité


Commentaires suivants