Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

D’après l’INSEE, le chômage augmente, démentant la propagande du régime Macron

Dans sa dernière publication concernant le suivi des chiffres du chômage et datant du 14 novembre 2019, l’INSEE – le très officiel institut national de la statistique et des études économiques – observait qu’au troisième trimestre 2019, le taux de chômage au sens du bureau international du travail était en augmentation de 0.1 point, à 8,6% de la population active. Et les experts de noter au delà de ce chiffre officiel également l’augmentation du « halo autour du chômage », c’est-à-dire les personnes non officiellement décomptées comme chômeurs mais qui sont en réalité privées d’emploi, avec un niveau de 1,6 millions de personnes, atteignant le record de fin 2018.

 

 

De fait, ces statistiques inquiétantes, confirmant d’ailleurs la réalité observée par la majorité des travailleurs de France, invitent à poser la question de la réalité de la communication faite par le régime Macron et son ministre du Travail autour de chiffres trimestriels du chômage publiés par la DARES. Il paraîtrait qu’il y aurait une baisse du chômage. L’analyse des chiffres montre qu’en réalité le nombre de chômeurs réel est en augmentation.

En France, département de Mayotte exclu, effectivement entre le 4e trimestre 2018 et le 4e trimestre 2019, le nombre de chômeurs inscrits à Pôle Emploi en catégorie A a effectivement légèrement diminué passant de 3 674 400 à 3 553 700. Une diminution de 120 700. Un chiffre qui semble indiquer une baisse du chômage. Statistiquement, il traduit en réalité une baisse du nombre de chômeurs inscrits à Pôle Emploi, le mot important étant « inscrits », tous les radiés et effacés des listes ne comptant pas. En effet, les statistiques produites par la DARES montrent qu’il n’y a pas réellement de création d’emplois :

- la durée moyenne d’ancienneté des chômeurs inscrits en catégorie A, B et C a augmenté de 10 jours sur l’année écoulée. Elle atteint désormais près de 11 mois avec 326 jours ! Un chiffre qui est loin de montrer une baisse effective du chômage. Car s’il y avait une reprise des embauches, la durée du chômage devrait baisser.
- le nombre de chômeurs indemnisés est lui parfaitement constant avec 3,251 millions de chômeurs indemnisés. Là encore, pas de baisse tangible du chômage, mais bien une diminution du nombre d’inscrits. Il est vrai que la récente « réforme » de l’assurance chômage qui supprime les droits de nombre de chômeurs va mécaniquement réduire le nombre d’inscrits à Pôle Emploi. Il n’y a que très peu d’intérêt à aller pointer à Pôle Emploi lorsque son indemnisation est supprimée ! Le graphique suivant présentant les chiffres réels, bruts, des inscriptions à Pôle emploi en catégorie A, B et C ainsi que leur moyenne sur 12 mois démontre par ailleurs, y compris au sens de la description officielle du ministère du Travail, l’absence d’inversion tangible de la courbe du chômage

 

 

La vérité des chiffres du chômage

Surtout, la vérité des chiffres décrit une autre terrible réalité : le bilan des entrées et sorties de Pôle Emploi ne met pas en évidence de création solide d’emplois. Sans création d’emplois, impossible de faire diminuer le chômage

Sur les 553 600 sorties des statistiques de Pôle Emploi de la catégorie A B et C en France métropolitaine au 4e trimestre 2019, seules 112 800 le sont en raison d’une reprise d’emploi. À peine 1 sur 5. Les radiations administratives et cessation de recherche (maladie, maternité, retraite…) représentent 368 000 sorties soient près de 70 % ! Dans le détail, les radiations administratives, les arrêts de recherche pour cause de maternité, maladie et retraite (133 500) sont même 18 % plus nombreuses que les sorties pour causes de reprises d’un vrai emploi. _ Statistiquement on est loin d’une vague de créations d’emplois comme veut le faire croire le régime Macron. Au contraire, c’est plutôt une vague de radiations qui semble avoir lieu.

[...]

Et si les chiffres du ministère du Travail n’étaient pas purgés à grands coups de radiations, à coup de suppressions des indemnités chômage, sans aucun doute le bilan officiel serait encore plus tragique. À l’échelle de la guerre économique menée contre la classe des travailleurs de notre pays, dont chacun peut percevoir les conséquences douloureuses.

Lire l’article entier sur initiative-communiste.fr

Le vide-emploi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • En fait, c’est pire que ça. Suivant comme ça l’arrange, le gouvernement prend les chiffres de l’INSEE ou ceux de la Dares. A noter que les uns et les autres ont tendance à diverger...
    Seul le décompte de la Dares est fiable puisqu’il’s’appuie sur les chiffres de Pole Emploi. Ceux de l’INSEE se basent sur des statistiques à partir d’appels téképhoniques sur des échantillons de population.
    Mais attention, les chiffres de la Dares sont à considérer dans leur intégralité, en particulier, il faut regarder de près les flux. En effet, une baisse brute du nombre de chômeurs ne prouve pas qu’il y ait davantage de gens au travail. Concrètement, les chiffres de la Darès sur 2019 indiquent en effet une baisse, mais les radiations administratives ont augmenté de 15% et les sorties de Pôle Emploi pour reprise de travail ont diminué de 3,6%.
    Les tableaux sont difficiles à consulter, mais ça vaut le coup d’y regarder de près...
    https://dares.travail-emploi.gouv.f...
    Encore une bonne illustration du principe que ce qui importe, ce n’est pas la réalité mais ce que les gens croient.

     

  • La situation est sous contrôle, faites confiance au gouvernement et à l’Europe.


  • Avec 51.890 défaillances d’entreprises en 2019 (source BdF), comment pourrait-on créer de nouveaux emplois ?

    1.000 boîtes qui coulent par semaine !

     

    • Je vais être recta fissa mais c’est à chacun de créer son propre "emploi"... on en est là.
      C’est pas plus mal : on a tous une mission sur cette planète non ? quelle est sa vocation ? voilà une bonne idée pour se recadrer dans le réel.
      J’ai pas dit que c’était facile, faut se retrousser les manches.

      À l’avenir (et pas dans dix ans) 90% des tafs n’auront pas besoin de qualification en plus de ne pas être épanouissants.
      Donc première chose à faire se barrer de l’école au plus vite puisque CAP ou BAC+5 c’est pareil, et LIRE, faire l’effort de comprendre ce que d’autres ont potassé avant nous pour que ça nous serve, car ils se posaient les mêmes questions !

      La vie est un processus de libération. Pourquoi voulez-vous vous accrocher à un salariat moribond et sous-payé, et sans doute sans retraite à la clé ? C’est là qu’on voit que quand on parle de valeurs, c’est pas en l’air !...


    • A Nonyme,

      Ne confondez pas salaire et emploi. Ce que vous préconisez est la sortie de l’emploi, le système ne vous emploie plus. Mais si ce que vous faites est utile mais ne correspond pas à un marché de biens ou d’un travail vous avez bel et bien besoin d’un salaire. Ce salaire n’est alors plus lié à un poste décidé par le capital mais à votre qualification. Le salaire contrairement au RSA ne vous décrit plus comme un être de besoin mais comme acteur économique (ce que l’on nous refuse actuellement). C’est bien ce que vous voulez. Le seul marché ne saurait vous procurer un revenu. Essayez de vendre vos services pour un marché public, tout est fait que seules les grosses structures capitalistes peuvent avoir des contrats. Les solutions sont de faire passer le RSA pour des salaires et/ou faciliter l’accès direct aux machés public par les micro-entreprises.



    • Les solutions sont de faire passer le RSA pour des salaires et/ou faciliter l’accès direct aux machés public par les micro-entreprises.




      @Bromelia
      A ce propos écoutez les propositions et actions de Louis Gallois pour ceux qui ne sont même pas dans les statistiques, et son avis sur les vrais gilets jaunes (donc principalement en dehors des métropoles)
      Chômage longue durée : "Beaucoup de personnes ne sont plus dans les radars", regrette Louis Gallois


    • J’ai une solution plus simple pour M Gallois : le partage.



      En 2012, Louis Gallois a touché une rémunération globale de 5 112 752 € en tant que PDG de Airbus Group (ex-EADS). Louis Gallois figurait à la 2 e position du classement des patrons les mieux payés en 2012 sur un total de 131 dirigeants.
      http://www.journaldunet.com/busines...



    • @nonyme:ouvre une boite ou un commerce dans ce haut lieu de la bureaucratie parasitaire et du racket fiscal appelé (A)France et après on en reparlera !!!
      Moi j’ai déjà donné avec un état qui m’a taxé à hauteur de 30 à 40% de mes recettes pendant dix ans,même à la fin quand je vivotais sans pouvoir joindre les deux bouts et ne pouvais plus me verser tous les mois un salaire !!!
      J’en ai marre de payer pour les étrangers,les cas sociaux,la racaille et les parasites du haut et JAMAIS je ne réouvrirais une entreprise en France,je préfèrerais encore vivre du RSA ou même faire les poubelles quitte à crever dans la misère la plus noire que de recommencer à être saigné aux quatres veines par tous ces enculés de l’administration,tout ça en plus pour financer le CAC 40 via le CICE,l’invasion migratoire et un service public de plus en plus incompétent et médiocre qui nous coûte une blinde en cotisations/prélevements obligatoires !!!


    • Gallois parle d’un droit à un emploi, alors ce qu’il faudrait c’est un droit à un salaire. La différence est : « qui définit la valeur de l’activité rémunérée ? ». Dans le cas d’un emploi ce n’est pas le travailleur qui décide, car la rémunération est liée au poste d’emploi. Dans le cas d’un salaire lié à la personne c’est le travailleur qui décide de la valeur économique de son travail en fonction de sa qualification. On peut alors imaginer une corporation, un comité local qui décide de la qualification des personnes (histoire de moduler les salaires). Si ce n’est ni le travailleur, ni une corporation ou un comité qui décident de la valeur économique d’un travail ? Qui décide ? Ceux qui décident que l’obsolescence programmée, la guerre, le porno, les embryons, ont une valeur économique ? Il y a là un enjeu de pouvoir énorme qu’il serait intéressant de développer sur E&R.

      A snake plissken,

      Faites une recherche sur « Nouvelle gestion publique » et vous comprendrez comment « les décideurs de la valeur économique du travail » ont transformé le service public en usine à faire du chiffre et confisqué tout pouvoir à la qualification personelle.


  • Dommage qu’on puisse pas agrandir les graphiques, pour lire les légendes notamment.


  • Sauf erreur, si rien n’a changé il n’y a pas de comptage " brut", c’est une "estimation ", donc....


  • Dans cette société, tout le monde ment..
    " il faut choisir, mourir ou mentir "...LF Céline


  • Je n’ai jamais cru aux sondages bidons sur le chômage .Il faut être d’une naïveté inimaginable pour croire à ces conneries .Cela fait maintenant plus de 15 ans que les boîtes ferment ou délocalisent, il suffit de regarder autour de nous pour s’en apercevoir. N’attendons pas des médias mainstreams menteurs pour parler de licenciement .
    .Il y a des radiations à tout va , des gens non inscrits, des temps partiels, des CDD non renouvelables, des autos entrepreneurs ...bref, des boulots pour la plupart très précaires
    Ça ,c’est exactement comme les vrais chiffres de l’immigration .Pour notre panier à crabes ,il ne vaut mieux pas que la population le sache .

     

    • @dixi:on est passé en France en quarante ans,point de vue niveau de vie,de la 5ème place à la 15ème place en Europe !!!
      Aujourd’hui tu vis mieux en Italie,en Espagne et même en Hongrie qu’en France et avec beaucoup moins d’argent,surtout pour les deux derniers pays cités...
      La France c’est 1% de la population mais 10% des dépenses sociales de toute la planète !!!
      Si encore on avait un système social qui ne laisse personne sur la touche,empêchant nos SDF de dormir dehors l’hiver et nos handicapés et nos anciens de vivre dans la misère comme dans les pays nordiques,mais non la moitié de nos taxes et nos impôts sont redistribuées aux multinationales via le CICE pour qu’elles boursiscotent ou délocalisent ou servent à subventionner l’invasion migratoire actuelle ou acheter la paix sociale dans les banlieues perdues de la ripoublique...


  • Je n’ai jamais cru aux sondages bidons sur le chômage .Il faut être d’une naïveté inimaginable pour croire à ces conneries .Cela fait maintenant plus de 15 ans que les boîtes ferment ou délocalisent, il suffit de regarder autour de nous pour s’en apercevoir. N’attendons pas des médias mainstreams menteurs pour parler de licenciement .
    .Il y a des radiations à tout va , des gens non inscrits, des temps partiels, des CDD non renouvelables, des autos entrepreneurs ...bref, des boulots pour la plupart très précaires
    Ça ,c’est exactement comme les vrais chiffres de l’immigration .Pour notre panier à crabes ,il ne vaut mieux pas que la population le sache .


  • Macron et sa clique sont les chiens ’’curtis’’
    de la vie politique
    ..et nous les français nous sommes des ’’témoins assistés’’
    forcés de nous expliquer et de nous rebeller
    devant le ballet attérant...des places électorales, qu’ils se refilent entre amis...
    ..devant les lois mauvaises inutiles et destructrices...


  • Il ne faut pas se fier aux chiffres officiels, qui n’ont rien à voir avec la réalité.

    Le taux de chômage réel est supérieur à 20%, et proche de 30% chez les jeunes, et est en augmentation continue.

    Le gouvernement actuel ne fait que de la communication, Pôle Emploi et les différents services sociaux (conseil départemental pour le RSA, etc) sont des usines à gaz. Ils ne trouvent des emplois qu’à eux-mêmes (conseillers Pôle emploi, assistantes sociales). Leurs objectifs : Faire disparaitre les chômeurs en les radiant des listes, et leur supprimer les maigres allocations qu’ils peine à recevoir (chômage, RSA, etc). Pour cela, ils les menacent, les persécutent avec de multiples convocations absurdes, les envoient sur des voies de garage.

    Quand le gouvernement changera, et il changera un jour, tous ceux qui ont participé à cette triste comédie (assistantes sociales, conseillers Pôle Emploi...), ceux qui se sont attaqué aux plus faibles, auront des comptes à rendre. Ils ne faudra pas les oublier.


  • Quel est le taux d’emploi en France ? Je me souviens qu’il était autour de 68%. Est-ce que ces chiffres sont fiables ?


  • C’est pareil en Wallonie ! Les chiffres du chômage sont bidouillés à l’extrême. On apprend que les demandeurs d’emploi qui suivent une formation, soit en vue de se reconvertir, soit afin d’échapper momentanément aux contrôles harcelants de l’ONEM (affectueusement surnommée Gestap-ONEM) ne sont pas comptabilisés dans les relevés ponctuels, du nombre de chômeurs. Ce qui permet aux autorités de présenter des chiffres faussés à la baisse. Of course ! Or les chômeurs en formation ne sont pas réinsérés pour autant, sur le marché de l’emploi et continuent de percevoir leur allocation, majorée de un euro BRUT de l’heure, pour leurs prestations durant la formation. Au terme de celle-ci, la plupart de ces malheureux, réintégreront les longues files de sans-emploi, tandis que d’autres, plus récemment demandeurs d’emploi, seront incités, parfois fortement, à se soumettre à une formation de 12 ou 24 mois. Durant ce temps, ils sortiront à leur tour, des statistiques. Voilà comment le royaume de Belgique, tente de maintenir acceptable, aux yeux des truands de l’U E, les statistiques d’un chômage désormais endémique. Du moins en Wallonie. Et, last but not least, la plupart des personnes ayant réussi leurs formations, resteront de toute manière fort précarisées, sur le marché de l’emploi. Car, ce qu’aucune statistique ne révèle, c’est que la "qualité" des formations proposées par le FOREM (partenaire de l’ ONEM) laisse pour le moins à désirer. Mais pour apprendre cela, il faut parler avec des chefs d’entreprises, Qui eux se tournent plus volontiers vers les sociétés d’intérim, quitte à former eux-mêmes les nouvelles recrues temporaires...
    Un autre levier, pour clairsemer la masse de chômeurs, c’est bien évidemment la radiation pure et simple. Soit pour cause de chômage de trop longue durée, soit sous divers prétextes, unilatéralement invoqués par l’institution.


  • j’ai du mal à comprendre que les français continuent de voter pour des minables et traitres de cet acabit depuis Sarko

     

    • Il y a plusieurs raisons mais la principale est la manipulation médiatique !!!
      Si les "veaux"demain pouvaient tous jeter dans une benne à ordure,il y aurait alors de l’espoir...


    • un exemple vraiment de mauvaise foi : juste par exemple le nombre de personnes dans les manifs - même à quelques milliers près , ça pourrait se comprendre mais là j’ai vu 1 fois que la télé annonçait 29000 en précisant tous les samedis ( depuis 1 an ) que les chiffres baissent et que ce sera bientôt fini et les syndicats des centaines de mille - bon en admettant que les derniers aient triché un peu , y a personne qui vient contredire ou approuver tout ça et la vie continue


  • La Politique des veaux en or massifs mûres pour l’abattoir ou le purgatoire il te laisse le choix ,merci bande de traître vendu a l"ennemie
    Leur place c’est l’HP pas à jouer les maîtres inquisiteurs sans aucune limites dans la profanation et l’appropriation abusivement spoliatrice du vivant.
    On reconnaît les Luciferiens à leur mauvaise foi, leur abscence de limites sur la domination l’extermination des êtres et des choses.
    N’oublions pas leur addiction pathologique au pouvoir sans partage.
    Ces gens sont soumis aux principes d’esclavagistes et à la vexation constante de l’esprit. Mais blindés de thunes ils se sentent plus pisser sur la gueule du vivant. Avant de nous apprendre la vie avec vos lois sodomites. Apprenez déjà le respect ,le vivre avec les autres , méditer les mystères du chapelet cela ferai de vous des personnes moins méprisables ignorantes et médiocres faces a notre culture marginalisé ,à notre histoire.
    Le vote est un piège de cons vous donnant l’illusion démocratique.
    Pour ce qu’on en voit la pornocratie cleptocratik des rapaces est plus approprié a la réalité de ce pauvre pays confisqué de son génie culturel donc voué a la misère mental et physique.


Commentaires suivants