Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Déclaration Balfour, la violence du texte

La lecture occasionnelle du Figaro permet parfois de dénicher quelques perles ! Je cite : « La Déclaration Balfour est l’un des documents diplomatiques les plus importants de l’histoire du Moyen-Orient au XXe siècle : la promesse d’un foyer national juif en Palestine ; le sionisme politique obtient une garantie juridique internationale » (Véronique Laroche-Signorile, 31/10). Voilà qui est fort, très fort même. Faire passer la Déclaration Balfour pour une « garantie juridique internationale » relève carrément de l’exploit conceptuel.

 

Signée le 2 novembre 1917, cette déclaration était une lettre du ministre des Affaires étrangères britannique, Lord Balfour, au dirigeant sioniste Lord Rothschild. Que dit-elle ?

Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civils et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont jouissent les Juifs dans tout autre pays.

Pour Londres, ce texte poursuivait un double objectif. La Première Guerre mondiale battait son plein, et il s’agissait de rallier à l’Entente l’opinion juive mondiale. En déposant ce présent aux pieds du mouvement sioniste, on comptait obtenir le soutien enthousiaste des juifs américains. Mais ce n’est pas tout. Parrainé par l’Empire britannique, le foyer national juif devait en devenir le bastion avancé au cœur du Moyen-Orient. La Déclaration Balfour, en réalité, est un acte unilatéral qui relève de la politique impériale britannique.

C’est pourquoi ce texte n’offrait aucune « garantie juridique internationale » à qui que ce soit. Mal nommer les choses interdit de les comprendre, et en fait ce fut exactement l’inverse. Nouant l’alliance entre l’Empire et un mouvement nationaliste européen pétri d’ambition coloniale, la lettre de Balfour est précisément la négation de toute garantie légale internationale. Elle acte la dépossession des propriétaires légitimes d’une terre qui est offerte à la prédation sioniste en violation du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. La Déclaration Balfour, c’est le viol colonial de la Palestine arabe, et rien d’autre.

Comme le dit l’écrivain sioniste Arthur Koestler, « une nation a offert à une autre nation le territoire d’une troisième ». Le foyer national juif s’est épanoui grâce à cette forfaiture, la violence de la conquête sioniste se trouvant sanctifiée au nom d’une « œuvre civilisatrice » dont l’occupant britannique (1922-1947) osa se prévaloir sans vergogne. Ce qui est au cœur de la Déclaration Balfour, c’est le colonialisme européen dans son affligeante banalité. Elle distingue en effet deux populations qui ne sont pas logées à la même enseigne. La première se voit reconnaître des droits politiques, tandis que la seconde (90 % des habitants) est balayée d’un trait de plume. La première est un sujet, la seconde un simple objet.

Certes on reconnaît aux « collectivités non juives » des « droits civils et religieux ». Mais cette reconnaissance se fait en creux, par défaut. Pour les définir, on emploie la négation. Ce sont des « populations non-juives », et non des populations arabes. Le texte les prive de toute existence positive, il les traite comme des surnuméraires qu’on exclut du bénéfice de l’autodétermination. Car les « droit civils et religieux » ne sont pas des « droits politiques », mais des droits relatifs au statut personnel et à l’exercice du culte. Que les Arabes conservent leurs coutumes, du moment qu’ils n’entravent pas la marche du peuple juif vers la souveraineté !

Contre les Palestiniens, la Déclaration Balfour a exercé une violence symbolique de longue portée. Elle scella l’alliance entre un mouvement nationaliste qui voulait « une Palestine aussi juive que l’Angleterre est anglaise » (Haïm Weizmann) et un Empire hégémonique qui entendait le rester. L’Empire a fondu, mais le sionisme s’est imposé par la force. En les privant de droits politiques, Balfour a transformé les autochtones en résidents de seconde zone, il en a fait des étrangers dans leur propre pays. La violence du texte colonial n’a cessé d’exercer ses méfaits depuis un siècle, culminant en une tentative d’oblitération que seule la résistance du peuple palestinien a pu mettre en échec.

Bruno Guigue

La vérité sur la Déclaration Balfour, chez Kontre Kulture :

Bruno Guigue, sur E&R :

Voir aussi, sur E&R :

 
 






Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1832712
    Le 3 novembre à 18:48 par révi-sioniste
    Déclaration Balfour, la violence du texte

    La guerre de 100 ans du 20ème et 21ème siècle. Parce qu’ils n’abandonnent ni ne se résignent, les palestiniens seront libre chez eux. Inévitablement.

     

    Répondre à ce message

  • #1832838
    Le 3 novembre à 22:08 par en colère
    Déclaration Balfour, la violence du texte

    dire que les Palestiniens sont chez eux en Palestine c’est comme dire que les musulmans étaient chez eux en Espagne avant d’en être chassés par les gens du pays , c’est complètement faux , c’est pas parce que ça fait plusieurs générations qu’ils sont présents sur les lieux qu’ils sont LE peuple autochtone de la région , avant eux il y a eu les grecs les romains les philistins... la Palestine appartient à la Judée c’est à dire à Israel et aux juifs , si les musulmans étaient resté en Espagne aujourd’hui nous aurions une Palestine géante à la porte de l’Europe , en fait si tous le monde restait gentiement chez lui au lieu d’aller coloniser ses voisins ça ferait moins de génocides moins de tragédies .

     

    Répondre à ce message

    • #1832872
      Le 3 novembre à 23:20 par Biffin
      Déclaration Balfour, la violence du texte

      Vous êtes d’accord pour dire que toutes les régions de la terre on appartenus a différentes ethnies,race ou religion..sauf la Judee qui appartient incontestablement et inexorablement aux juifs..super le raisonnement.
      Et ensuite vous dites que tout le monde devrait rester gentiment chez lui. Ok,donc les sionistes n’avaient rien à faire en Palestine ? si ce n’est effectuer genocide et tragédies.
      Je vous rappel que c’est dieu qui a dispersé le peuple juif sur terre.
      Ensuite être musulman au jour d’aujourd’hui ne signifie pas être originaire d’un pays bien précis,comme être catholique d’ailleurs,il y a donc des musulmans en Espagne comme en France,après c’est certains que l’islam ne fait pas partie du patrimoine européen.
      par contre à vous lire on comprend qu’être juif c’est être obligatoirement israélien et originaire de cette terre ,qui leurs appartient depuis la création de la terre...

       
    • #1833079
      Le 4 novembre à 12:19 par en colère
      Déclaration Balfour, la violence du texte

      tu tiens le raisonnement classique de la marionnette manipulée par l’oligarchie mondialiste pour qui la France est un hotel , je suis désolé si tu es du mauvais côté du manche mais j’ai plus de respect pour un Kémi Séba , lui il a tout compris pendant que toi tu cherches des excuses pour te dédouanner de tes responsabilités , les musulmans ont toujours été des colons et de nos jours en plus d’etre des colons ils servent de pittbull à l’oligarchie mondialiste contre les peuples qui aspirent à leur souverainneté légitime , le Canada va voter une Loi pour accélérer l’invasion migratoire africaine islamique du Canada , en fait pendant que le peuple se bat contre les colons musulmans et africains il ne s’organise pas pour chasser du pouvoir les ordures qui ont pris le controle du monde mais visiblement toi tu n’a pas encore compris cette stratégie du diviser pour règner .

       
    • #1833262
      Le 4 novembre à 16:28 par giustizia
      Déclaration Balfour, la violence du texte

      @ En colère : venir justifier sur E&R ce que fait Israël est accablant. On reconnaît votre "sionisme" à votre jugement. Et l’Espagne n’était pas le pays d’origine des musulmans qui l’ont, un temps, occupée, contrairement aux Palestiniens de Palestine !

       
    • #1833470
      Le 4 novembre à 21:36 par ZiiD
      Déclaration Balfour, la violence du texte

      Comparer la dynastie musulmane en Espagne et l’entité Sioniste, et ses millions de mort de personnes chassées de chez eux.

      Sérieusement !?

      Ferme-Là !

       
    • #1833506
      Le 4 novembre à 22:15 par hahaha
      Déclaration Balfour, la violence du texte

      Hahaha, @en colère : il y avait certainement plus de descendants des Hébreux d’origine (convertis à l’Islam ou non) présents en Palestine que de colons convertis au Judaïsme (venus d’Europe de l’Est) avant l’avènement de l’idéologie sioniste au XXe siècle. Le peuple juif n’existe pas, et vos tentatives de racialisation -plus pratiques que de reconnaître le caractère religieux- ne pourront que conforter vos congénères coloniaux...

       
  • #1832858
    Le 3 novembre à 22:46 par reymans
    Déclaration Balfour, la violence du texte

    Il y avait des autochtones, qu’on a spolié sans raison, et le mot est faible. Point.
    Merci Mr Guigue pour votre analyse, sinon votre point de vue, que je partage sans reserve

     

    Répondre à ce message

    • #1832919
      Le 4 novembre à 02:14 par aymard de Chartres
      Déclaration Balfour, la violence du texte

      Idem pour moi. Je rejoins reymans en nous réjouissons de lire un tel texte dont la justesse et la précision réhabilitent le travail de l’esprit pour la vérité

       
  • #1832867
    Le 3 novembre à 23:01 par Sedetiam
    Déclaration Balfour, la violence du texte

    Pour les plumitives dans le genre de Véronique Laroche-Signorile, exite-t-il seulement le hashtag #BalanceTonEncuIee ?
    Parce que ce papelard (ladite Déclaration et non le torchon de la Véro) vaut autant que si c’était un chef Papou de la Papouasie Nouvelle Guinée qui avait écrit depuis son arbre miamba, un torche-cul sur papier local, indiquant qu’il cédait l’Arizona aux Navajos, si ces autres plumutifs du chef les aidaient à virer les Néerlandais.
    Balfour, ce n’est pas seulement « l’origine du conflit israélo-palestinien qui perdure depuis des décennies », madame, c’est la consécration écrite du deal de 1916 qui faisait entrer les USA dans la première guerre mondiale (alors que des pourparlers de paix étaient dans les rouleaux) , première guerre qui engendra donc la seconde dont il faut comptabiliser les morts depuis 1916, auxquels vous ajouterez ceux, contemporains : soit de 1947 à nos jours, y compris les victimes du terrorisme et des guerres en Palestine et au Moyen-Orient (depuis les années 20).
    Et ailleurs !
    Sans parler des vicissitudes.
    Tant que c’est pour Sion.

     

    Répondre à ce message

  • #1832879
    Le 3 novembre à 23:37 par Clio
    Déclaration Balfour, la violence du texte

    De 1920 à 1925, le premier Haut commissaire Britannique en Palestine fut le Juif Herbert Samuel : quelle garantie d’impartialité ! Ministre des Postes en 1908 cet escroc sioniste s’enrichit grâce à un délit d’initié("scandale Marconi") . C’est un des auteurs de la Déclaration Balfour .

     

    Répondre à ce message

  • #1833031
    Le 4 novembre à 10:44 par anonyme
    Déclaration Balfour, la violence du texte

    ’’Signée le 2 novembre 1917’’...
    Et, 4 générations plus tard on voit ce que cela donne sur place et internationalement. Né au forcepts, maintenu sous perfusion, s’imposant par l’hyperviolence, ce lieu du monde focalise ce que le bipède en société est capable de faire sur les autoroutes de la malveillance tous azimuts envers autrui (objectivement, dans ce domaine, c’est un véritable exploit). Une des plus terribles erreurs de l’occident. Mais l’Histoire ne s’arrête jamais...

     

    Répondre à ce message

    • #1833085
      Le 4 novembre à 12:25 par en colère
      Déclaration Balfour, la violence du texte

      c’est aussi une preuve comme quoi les Etats islamiques n’en ont rien à branler des Palestiniens , pourquoi au vu de la superficie des pays arabes pas un seul ne c’est proposé pour accueillir les Palestiens sur son sol par exemple en passant un accord avec Israel ? les Israeliens construiraient une ville moderne toute équipée dans une région d’Egypte ou d’Iran et verseraient une pension de déportation aux 1ères générations... c’est un exemple qui me passe par la tête et je suis certain que les Israeliens et les Palestiniens musulmans seraient tous les deux gagnants .

       
  • #1833685
    Le 5 novembre à 09:31 par Lame Orale
    Déclaration Balfour, la violence du texte

    Comme le dirait certainement JM LE PEN ; "BALFOUR crématoire" !!!

     

    Répondre à ce message