Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Si les Occidentaux sont si hargneux, c’est parce qu’ils voient s’effriter leur suprématie

Entretien avec Mendelssohn Moses, journaliste indépendante

[...]

2/ Depuis l’adoption de la politique de réforme et d’ouverture économique au début des années 1980, la Chine a connu un développement économique tel que la croissance du niveau de vie de ses habitants est spectaculaire. Quelles sont les grandes étapes de ce progrès ? Quels sont les chiffres-clef ?

En réalité, c’est depuis l’époque maoïste que le pays connaît une forte croissance, même si elle s’est accélérée dans les années 2000. En 1949 le pays était d’une pauvreté inouïe. Ravagés par la guerre et l’anarchie, les équipements étaient dans un état lamentable. La population avait le niveau de vie le plus faible de la planète, l’espérance de vie était de 36 ans, et 85 % des Chinois ne savaient ni lire ni écrire.

C’est au regard de cet état initial qu’il faut juger des progrès accomplis. En 2022, l’économie chinoise représente 18 % du PIB mondial en parité de pouvoir d’achat et elle a dépassé l’économie américaine en 2014. La Chine est la première puissance exportatrice mondiale. Son industrie représente le double de celle des États-Unis et quatre fois celle du Japon.

Premier partenaire commercial de 130 pays, elle a contribué à 30 % de la croissance mondiale au cours des dix dernières années. Avec 400 millions de personnes, les classes moyennes chinoises sont les plus importantes du monde, et 150 millions de Chinois sont partis en vacances à l’étranger en 2019.

Ce développement économique a amélioré les conditions d’existence matérielle des Chinois de façon spectaculaire. L’espérance de vie est passée de 36 à 64 ans sous Mao (de 1949 à 1976) et elle atteint aujourd’hui 78,3 ans, soit plus que les EU (76,1) et nettement plus que l’Inde (70,1).

L’analphabétisme et la malnutrition sont éradiqués. Le taux de scolarisation est de 98,9 % dans le primaire et de 94,1 % dans le secondaire. Selon l’étude comparative des systèmes éducatifs (PISA), la République populaire de Chine est numéro un mondial en 2019.

Encore plus significatif, le taux de grande pauvreté, selon la Banque mondiale, est passé de 95 % en 1980 à 17 % en 2010 et à 3,1 % en 2017. Il est nul en 2021. En vingt ans, 700 millions de personnes ont été extraites de la pauvreté. Le salaire moyen n’a cessé d’augmenter, et les entreprises étrangères ont commencé à délocaliser leur activité à la recherche d’une main-d’œuvre moins coûteuse.

 

3/ Quels sont les principaux outils mis en œuvre depuis quatre décennies ? En quoi se comparent-ils à ceux qui sous-tendent la planification et l’aménagement du territoire en France sous le Général De Gaulle ? Les économistes chinois ont-ils analysé les méthodes françaises de l’époque ?

Ce développement spectaculaire est le résultat d’efforts titanesques. Pour conduire le développement du pays, les communistes chinois ont bâti une économie mixte pilotée par un État fort. Son objectif prioritaire est la croissance, appuyée sur la modernisation des entreprises publiques dominant les secteurs-clé, la constitution d’un puissant secteur privé, le recours aux capitaux étrangers et les transferts de technologie en provenance des pays plus avancés. Contrairement à ce qu’on dit parfois, c’est Mao Zedong lui-même qui a lancé ce processus en 1972 en rétablissant les relations avec les États-Unis. Pour développer le pays, il fallait dîner avec le diable, et les communistes chinois ont appris à le faire.

Il est vrai que cette conduite de l’économie nationale par un État-stratège n’est pas sans rappeler la France gaullienne et sa réussite industrielle. Mais l’histoire a confié au parti communiste chinois une tâche beaucoup plus lourde : la modernisation accélérée d’un pays immense, peuplé d’un milliard d’habitants en 1980. Les communistes chinois ont su accomplir des réformes gigantesques et s’adapter à la nouvelle donne résultant de la mondialisation.

En Chine, l’État tient fermement le gouvernail du développement économique, la propriété publique reste dominante et le secteur financier privé est sous contrôle. En confiant au Parti communiste chinois une responsabilité sans précédent, la révolution chinoise lui a aussi donné la légitimité sans laquelle il n’aurait pu arracher à la misère le cinquième de l’humanité.

[...]

5 / Pour la première fois de l’histoire de Chine, presque toute la population est désormais couverte par l’Assurance maladie. Quelles sont les étapes de ce progrès ?

À partir des années 1980, les réformes économiques ont mis à mal le filet de protection sociale hérité de l’époque maoïste, et les inégalités se sont envolées. La priorité donnée à la croissance du PIB et à l’accumulation du capital s’est payée d’une dégradation des conditions de vie, et on a même relevé, au cours des années 1990, un léger fléchissement de l’espérance de vie. C’est pour remédier à cette situation que la loi de 1999 a créé la caisse nationale d’assurance-maladie des travailleurs salariés urbains. Avec la mise en place d’un nouveau système de santé pour les ruraux, c’est l’ensemble de la population qui va bénéficier de la sécurité sociale.

La généralisation du dispositif s’est poursuivie sans relâche depuis vingt ans, notamment depuis l’arrivée de Xi Jinping au pouvoir en 2012. Aujourd’hui 95 % de la population bénéficie d’une couverture-maladie, alors que 50 % de la population mondiale n’en a aucune. En Chine, la prise en charge des soins est désormais assurée par un système universel, complété par une gamme variée d’assurances facultatives. Au début des années 2000, la part non remboursée des dépenses de santé représentait près de 60 % des dépenses totales. Mais en 2011 elle chute à 34,7 %, ce qui est inférieur non seulement à la moyenne mondiale (40,8 %), mais aussi à celle des pays riches (40,5 %). En revanche, elle demeurait relativement élevée par rapport à la moyenne européenne (24,8 %).

Aujourd’hui, la part non remboursée des dépenses de santé est probablement de l’ordre de 30 %, et donc beaucoup plus proche des standards européens. Avec l’élévation considérable du niveau de vie, cette généralisation de l’accès aux soins explique la progression de l’espérance de vie moyenne, aujourd’hui nettement supérieure à celle des États-Unis.

 

6/ La Chine a un gigantesque programme de nucléaire civil. Elle dispose de 50 réacteurs déjà et en construit 4 par an apparemment. Sont-ce des technologies chinoises ou étrangères ? Où en est la Chine avec la recherche sur la fusion thermonucléaire ?

Actuellement, sur les 56 réacteurs en construction dans le monde, 20 sont chinois. La production électro-nucléaire s’accroît sensiblement chaque année et la Chine devrait rattraper les États-Unis dans dix ans. Avec 53 réacteurs couplés au réseau et une puissance installée totale de 54 GW, la Chine se place aujourd’hui à la troisième place mondiale juste après les États-Unis (93 réacteurs et 95 GW) et la France (56 réacteurs et 61,3 GW). Mais elle est déjà en deuxième position pour la production d’électricité nucléaire, et en 2035 il est prévu une puissance nucléaire de 200 GW ! Pour atteindre ces objectifs, la Chine ne se contente plus d’exploiter des réacteurs conçus à l’étranger.

En s’inspirant de technologies françaises et américaines, elle a acquis une maturité industrielle qui lui permet de concevoir et construire des réacteurs en un temps record et à un prix imbattable. Désormais, ce sont les réacteurs chinois de troisième génération qui équiperont les nouvelles centrales en Chine, et peut-être ailleurs dans le monde. En février 2022, l’Argentine et la Chine ont signé un accord visant à construire un Hualong-1 sur un site nucléaire près de Buenos-Aires, et ce projet sera financé par un prêt consenti par les banques chinoises.

Après le Pakistan, la technologie des réacteurs chinois s’étend donc à l’Amérique latine. Cette percée de la filière nucléaire chinoise s’accompagne aussi d’investissements dans les réacteurs surgénérateurs de quatrième génération et les combustibles nucléaires au thorium. Enfin, la Chine s’engage dans la construction de réacteurs à haute température pour le dessalement de l’eau de mer et une éventuelle production d’hydrogène. C’est une véritable révolution du paysage nucléaire mondial. En 2019, le directeur de la branche Asie-Pacifique d’EDF déclarait dans une tribune : « Le nucléaire de demain sera chinois ».

 

7/ Du 1er au 7 septembre ont lieu les manœuvres Vostok 2022, avec 50 000 militaires russes, syriens, biélorusses, indiens et chinois, entre autres. Jamais auparavant l’Inde n’avait-elle accepté de manœuvrer avec la Chine. Comment évaluer cet événement sans précédent ?

La Chine et l’Inde ont des relations complexes. Les deux géants asiatiques savent très bien que le basculement du monde vers l’Est joue en leur faveur, et ils sont partenaires au sein d’organisations comme les BRICS ou l’OCS. Mais les deux pays ont un contentieux frontalier non résolu et la tension sur le sujet est palpable des deux côtés.

De plus, l’Inde reproche parfois à la Chine d’entretenir avec le Pakistan ou le Sri-Lanka des relations privilégiées dont le but inavoué serait de l’encercler ou de la contourner. C’est un mauvais procès, mais les Indiens le voient de cette façon. Cela dit, l’Inde ne veut pas non plus donner l’impression qu’elle se rallie à la croisade anti-chinoise menée par Washington. C’est pourquoi elle a une politique délibérément ambiguë. Elle a adhéré au QUAD, la structure de coopération militaire promue par les États-Unis dans la région indo-pacifique.

Quelques mois plus tard, elle participe à des manœuvres militaires conjointes au côté de la Chine et de la Russie. Pour ceux qui n’auraient pas compris, cette attitude signifie que l’Inde demeure fidèle à ce non-alignement qui caractérise sa politique étrangère depuis l’indépendance. Un subtil jeu de balancier qui montre que ce grand pays, en définitive, entend bien se tenir à égale distance des deux principaux rivaux planétaires.

[...]

 


 

Venons-en brièvement à des questions plus polémiques.

 


 

9/ Vu depuis l’étranger, nous peinons à comprendre la politique « Zéro Covid », qui ne semble pas avoir de base scientifique vu la nature protéiforme de tous les virus. Certains avancent la thèse que la Chine croit se prémunir par les confinements renouvelés et des tests incessants, contre une guerre bactériologique (les laboratoires étasuniens découverts en Ukraine ont fait l’objet de commentaires nombreux en Chine). Qu’en est-il à votre avis ?

Je ne sais pas si un projet aussi démoniaque que celui que vous évoquez existe bel et bien, mais il est clair que les Chinois sont extrêmement prudents sur le sujet. En tout cas, la question de la gestion de la crise sanitaire est une vraie question. Mais avant de critiquer à tort et à travers, regardons les chiffres. De ce point de vue, il faut reconnaître que la stratégie « Zéro Covid » a porté ses fruits. Avec 5 226 décès en Chine contre plus d’un million aux États Unis et 151 000 en France, les Occidentaux sont mal placés pour donner des leçons !

Si la Chine a réussi à protéger sa population, c’est parce que les autorités ont rapidement pris la mesure du phénomène, et que l’État a refusé d’arbitrer entre sauver des vies et sauver des points de croissance. Les faits sont les faits. Bien sûr, comme toutes les stratégies, la stratégie « Zéro Covid » finira par épuiser ses effets, et il faudra sérieusement envisager la suite. C’est ce que font aujourd’hui les Chinois, qui réfléchissent à un assouplissement progressif du dispositif sanitaire. Les confinements visent à enrayer la propagation du virus dans des agglomérations qui comptent plusieurs millions d’habitants.

[...]

10/ Les autorités chinoises ont créé l’étonnement, en refusant de tomber dans le piège tendu par la visite à Taïwan du Sénateur Nancy Pelosi puis de ses collègues à Taïwan. Aucun acte irréversible ou irresponsable n’a été entrepris. Quelle est votre évaluation ?

Je trouve que la réaction de Pékin à cette grossière provocation des fanatiques du Congrès a brillé par sa fermeté et son habileté. Pas un mort, pas un blessé, mais une démonstration de force inédite, qui rappelle que le retour de Taïwan dans le giron de la mère-patrie est une nécessité historique. En occupant l’espace maritime et aérien de l’île sécessionniste, le gouvernement chinois rappelle une évidence : les eaux territoriales et l’espace aérien de Taïwan n’existent que dans l’imagination des séparatistes et de leurs protecteurs, car l’île est une province chinoise, et rien d’autre.

Cette occupation étant ostensiblement engagée durant plusieurs jours, la question n’était plus : que va faire la Chine si Nancy Pelosi atterrit à Taipei ? La question était devenue la suivante : que font les États-Unis quand la Chine démontre, en acte et non en paroles, que la souveraineté taïwanaise n’est qu’une illusion ?

Il ne faut jamais oublier que la stratégie chinoise, lorsque le pays est agressé, vise toujours à faire paraître les impérialistes pour ce qu’ils sont, à savoir des « tigres de papier », comme disait Mao. Les Chinois ne le souhaitent pas, mais si demain l’épreuve de force est engagée entre la Chine et les séparatistes irresponsables de Taipeh, les États-Unis vont-ils prendre le risque d’un affrontement majeur avec un pays dont l’armée est aujourd’hui la deuxième du monde ?

[...]

12/ Le monde occidental semble convulsé par son hostilité vis à vis de la Chine, dont le peuple est présenté comme malheureux, croupissant sous l’oppression et la répression. Pourquoi cette hostilité ? Jalousie ? Nostalgie de la période faste des Guerres de l’Opium ?

Si les pays occidentaux sont si hargneux, c’est parce qu’ils voient s’effriter les fondements de leur suprématie. Après avoir dominé le monde pendant deux siècles, l’Occident stupéfait réalise qu’il va falloir passer la main. Il pensait tenir la dragée haute aux pays du Sud pendant encore un siècle ou deux, mais l’histoire s’accélère. Les Chinois vivent plus longtemps que les Américains, leur société est plus cohérente et plus tolérante. Pendant que les navires de guerre des États-Unis croisent au large des côtes chinoises, les Chinois construisent des voies ferrées, des autoroutes, des ports et des hôpitaux à domicile comme à l’étranger.

Pour illustrer les biais cognitifs qui obscurcissent notre vision du monde, je vais prendre un autre exemple.

On nous présente la Chine sous les traits orwelliens d’une dictature totalitaire où les droits de l’homme sont bafoués. Mais en France, depuis le début de l’année, neuf personnes ont été tuées par la police pour « refus d’obtempérer ». Pour un pays qui se dit démocratique, ce n’est pas brillant.

En Chine, en revanche, il ne semble pas que la police ait pour coutume d’abattre des citoyens pour « refus d’obtempérer ». Dans un pays où le moindre incident est commenté par des centaines de millions d’internautes, un tel événement ne passerait pas inaperçu et la presse occidentale le commenterait avec sa bienveillance habituelle à l’égard du gouvernement chinois.

S’il y avait le même taux d’homicides policiers qu’en France, il y aurait eu 180 citoyens chinois tués par balles, dans la rue, au cours des derniers mois. Sauf erreur de ma part, il n’y en a eu aucun. Pourquoi ? Parce que dans cette dictature abominable les policiers n’ont pas d’armes, tout simplement.

Seule la police militaire, chargée de la surveillance des sites sensibles et de la lutte anti-terroriste, est armée. On la voit d’ailleurs très peu. En 2020, j’ai vu deux agents de cette unité à la gare de Kunming, capitale du Yunnan. Il est vrai que le 31 mars 2014 des terroristes séparatistes ouïghours y ont assassiné à l’arme blanche une trentaine de passagers.

Quant aux policiers ordinaires, en Chine, non seulement ils n’ont pas d’armes, mais on en voit beaucoup moins qu’en France. En Chine comme ailleurs, il y a des violences policières, bien sûr, de même qu’il y a des délinquants et des criminels. Mais ces fléaux sociaux sont beaucoup moins importants que dans notre merveilleuse démocratie. Et si l’on comparait la Chine avec les États-Unis, le contraste serait hallucinant. Sur la question des droits de l’homme comme sur beaucoup de sujets, il serait temps que le monde occidental balaie devant sa porte.

Lire l’article entier sur legrandsoir.info

 
 






Alerter

41 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #3030637

    Nous savons tous que Bruno GUIGUE est un admirateur de la Chine.

    Je voudrais livrer ici une réflexion d’ordre plus général :

    Au dix-huitième siècle, la Chine était le pays le plus riche du monde et les Chinois de l’époque, les hommes bénéficiant du plus haut niveau de vie dans le monde de l’époque. En 150 ans au cours du dix-neuvième siècle puis jusqu’en 1949 tout a été perdu. Pour en arriver à la situation décrite par l’auteur. Presque 75 ans après, la Chine est redevenue la première puissance mondiale. Elle a retrouvé son rang.

    Comment ont-ils fait pour tout perdre du dix-huitième siècle à 1949, en 150 ans environ ?

    Comment ont-ils fait pour tout regagner de 1949 à aujourd’hui en 73 ans ?

    Je ne pense pas que ce soit en se préoccupant des droits des LGBTQ+. En revanche, Mao a émancipé les femmes chinoises.

     

    Répondre à ce message

    • Comment ont-ils fait pour tout perdre du dix-huitième siècle à 1949, en 150 ans environ ?

      Deux guerres de l’opium pour forcer l’empereur de Chine à légaliser l’Opium en Chine, un peuple totalement détruit par la drogue, occupé par des occidentaux décadents (mon grand-père était dans la concession française de Shanghai, je suis français) où chaque colon avait son petit harem de chinoises, où il y avait des écoles où les petites filles chinoises apprenaient l’art de bien masser entièrement le colon...

      Comment ont-ils fait pour tout regagner de 1949 à aujourd’hui en 73 ans ?
      Pour rebâtir, c’est surtout grâce à Deng Xiaoping, plus que Mao.
      Mao a surtout été très fort pour détruire tout ce qui était en place : fini les salons de massage, fini la drogue, fini la délinquance, fini les colons... Avec la révolution culturelle, il a vraiment fini de détruire la Chine, y compris ses traditions : la Chine était devenue en 1980 une vraie feuille blanche sur laquelle tout était à écrire.
      La technique de Deng Xiaoping qui a repris le pouvoir : contourner le gouvernement communiste chinois en place très hostile à toute forme de capitalisme en s’appuyant sur la Commission nationale du développement et de la réforme :https://fr.wikipedia.org/wiki/Commi...

      Deng Xiaoping a créé un laboratoire de test là où il n’y avait rien en 1980 : Shenzhen
      Aujourd’hui, c’est là que sont fabriqués les IPhone... et qu’il y a la statue de Deng Xiaoping :
      https://commons.wikimedia.org/wiki/...

      PS : l’art de masser les colons se perpétue aujourd’hui directement en France dans les salons de massage chinois qui ont pris une ampleur à Paris assez incroyable pour un pays où les bordels sont interdits...

       
    • Euh elle n’est pas la première puissance mondiale ( pas encore) . Ni économiquement,culturelle, militaire ,ni juridiquement....

       
    • #3030779

      A MisterChina,

      Merci pour ces précisions. Pour la reconstruction de la Chine vous m’avez appris des choses. Pour la décomposition lors de la période précédente vous avez parlé brièvement des causes externes, les guerres de l’opium, le colonialisme corrompu et corrupteur. Personnellement je m’interroge sur les causes internes. Par exemple la sclérose des institutions et l’incompétence des dirigeants de la période. Quel rôle ont les révoltes conséquences des défauts évoqués plus haut.

      Quels enseignements pour la France dont la situation se dégrade ?.

      Quel remède à la décadence ?

      Quelle remédiation pour retrouver notre rang ?

      Mes connaissances sont limitées, l’enseignement scolaire, les livres de Robert GUILLAIN et de Lucien BODARD. Deux Français qui comme vous ont passé une grande partie de leur vie en Chine. Robert GUILLAIN complète ce parcours par un long séjour au Japon entre 1939 et 1946.

      Point commun de ces deux grands témoins, ils parlaient Chinois et ne dépendaient pas d’un interprète...

       
    • @Maurice (un homonyme)
      Merci pour les références (Robert GUILLAIN et Lucien BODARD). Je vais regarder ça.

      Quels enseignements pour la France dont la situation se dégrade ?
      Sur la dégradation, je suis entièrement d’accord mais il y a encore de la marge, on n’a pas atteint le fond. La Chine de 1980, c’est deux monnaies dans le même pays : une monnaie interne qui n’a plus aucune valeur à l’international et une monnaie échangeable avec des devises étrangères émise au compte goutte, une armée totalement désorganisée, des hôpitaux à l’abandon, des universités sans examens, tous les appartements en "colocation", aucune possession personnelle, plus du tout de propriété privée dans l’immobilier... Des taxis qui s’arrête de travailler à 17h30, un vol par semaine entre Pékin et Paris, des magasins à moitié vide, des routes sans voitures, tous le monde à vélo... C’est ce que j’ai vu personnellement en 1983. On s’y rapproche, mais on n’y est pas encore (heureusement ?).

      Quel remède à la décadence ? Quelle remède pour retrouver notre rang ?
      Merci de me poser cette question, j’en suis flatté.
      les périodes faciles font les hommes faibles, les périodes difficiles font les hommes forts. Deng Xiaoping, l’artisan de la reconstruction de la Chine a connu des moments tres durs (pendant la période culturel, le fils de Deng Xiaoping a failli mourir défenestrer par des gardes rouges... Il est resté handicapé à vie sur un fauteuil roulant, c’était le parrain des jeux olympiques paralympiques de Pékin en 2008 :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Deng_...)

      Pour arrêter rapidement la décadence, se remettre en position d’arbitre entre la Chine/Russie et les USA. Ce qu’avait très bien su faire De Gaulle. Se mettre au service des USA, c’est la garantie de finir au fond du trou... Les USA méprisent et traitent leur vassaux comme de la merde. Saddam Hussein était l’allié des USA contre l’Iran pendant des décennies... On voit maintenant comment a fini Saddam et où en est l’Irak...

      Sinon, à la limite, il vaut mieux devenir les vassaux de la Russie/Chine. On sera des esclaves certes, mais mieux traités qu’avec les USA qui vont finir par anéantir la France si la France continue à être leur sous-fifre.

       
    • @Maurice (un homonyme)
      Désolé j’avais zappé ce point :
      Par exemple la sclérose des institutions et l’incompétence des dirigeants de la période. Quel rôle ont les révoltes conséquences des défauts évoqués plus haut.
      Les dirigeants chinois ont réussi à mettre une durée limite à l’octroi des territoires (même si ce n’était pas traduit dans la version anglaise).
      Les traités de paix à la fin des 2 guerres de l’opium, guerres menées pour forcer le commerce de l’opium, ne mentionnent même pas le mot "opium", ni le traité de Nanjing (1842), ni le traité de Tianjin (1858). C’est pourtant bien de ça qu’il s’agit (en fait il y eut plusieurs centaines de traités inégaux du même acabit).
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Trait...

      Le peuple chinois a compris alors qu’il était mis en esclavage par les occidentaux à travers ces traités inégaux. Environ 10 ans après le premier traité, une des plus grande révolution de l’humanité a commencé, menée par des dissidents chinois (la Révolte des Taiping (1851-1864)) qui voulaient retrouver une certaine morale (interdiction de la prostitution, de la polygamie, du bandage des pieds, respect de la femme, opium, tabac et alcool interdits, la Bible est un ouvrage de référence pour structurer les règles morales. Le fondateur du mouvement, Hong Xiuquan (1814-1864), qui avait lu des brochures religieuses remises par des missionnaires, se disait frère cadet de Jésus-Christ.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%...

      Le résultat ? Un royaume éphémère qui a tenu 10 ans.
      Ensuite 20 et 30 millions de chinois massacrés lors de combats, un coût de la vie qui explose, la Chine défintivement à genou, des luttes intestines au sein de la dissidence chinoise, des colons qui volent à la rescousse de l’empereur en exigeant au passage encore plus de garanties pour vendre encore plus d’opium en Chine... Et une petite équipe de mercenaires (5000 hommes) menée par un américain qui à réussi à détruire ce qui était devenu un royaume assez important en Chine...

      La révolte des boxers ensuite, c’est beaucoup plus court, 2 ans (1899, 1901), très sanglant, une succession de manipulations, globalement au final c’est une révolte violente des dissidents contre les colons, qui se termine par un énorme carnage (les chinois convertis au christianisme sont sauvagement massacrés par les chinois dissidents qui les jugent collabos des colons, avant d’être à leur tour sauvagement massacrés par les occidentaux). 30 000 morts environ.

      A méditer...

       
    • Merci aux deux Maurice pour cette discussion très intéressante.

       
  • « Si les Occidentaux sont si hargneux, c’est parce qu’ils voient s’effriter leur suprématie »

    Même les Belges ?

     

    Répondre à ce message

  • Quasiment tous les meneurs politiques de mai 68 etaient maoistes ,maoistes et ...
    En islande qui n’est pas un état communiste ,les flics ne portent pas d’armes a feu ,
    ,la criminalité est anecdoctique et les violences policieres volontaires inexistantes.

    Le dernier des gardes rouges oublie de rappeler que si la chine est devenue une puissance totale ,ce n’est pas grace au communisme mais au capitalisme . c’est en effet l’ouverture au libéralisme des années 90 et au moins deux décennies d’exploitation forcenée de la main d’oeuvre chinoise par le capital international avec le consentement du pc chinois qui ont transformé la chine en société moderne à l’image des pays capitalistes occidentaux les plus invivables et c’est peu de le dire. la laideur de la mégapole de shangai n’a rien a envier a la laideur des mégapoles américaines . Bruno guigne a bien raison de savourer les progres de l’economie capitalo-communiste chinoise tant que cela lui encore possible car tot ou tard ,les lois de l’economie de marché frapperont la chine comme elles frappent partout

     

    Répondre à ce message

  • L’exemple de la délinquance et des tirs de policiers n’est pas petinent !
    La situation n’est pas la même, car ici, nous croulons sous l’importation perpétuelle d’individus incompatibles avec notre culture et notre civilisation !
    Comme le disait l’affiche dans le métro parisien, un "français" sur 4 est issu de l’immigration !"
    Soit 16 750 000 personnes ! (67 000 000 / 4 )
    Certes, sur cette quantité, il y a des gens d’origine compatible avec nous, mais sur ces 16 750 000, combien sont des gens issus de "cultures" totalement incompatibles avec la nôtre ?
    A ce que je sache, quand un citoyen est poignardé dans la rue et une femme violée, c’est très rarement le fait d’un américain, d’un anglais, d’un hongrois ou d’un australien ?
    Vue la quantité stratosphérique de gens qu’on fait rentrer en particulier depuis 5 ans 1/2, que M le Poudré de l’Elysée veut dorénavant ventiler dans nos campagnes, combien de gens totalement incompatibles avec notre façon de vivre, sont dorénavant "résidents" sur notre territoire ?
    Allez, disons 10 millions à la louche ???? soient 1/6 de la population ?
    Ce qui à l’echelle de la Chine, voudrait dire que 1 300 000 000 /6 =217 000 000 de gens seraient totalement étrangers et incompatibles avec la culture Chinoise ?
    Je ne pense pas que leur taux d’immigration soit si haut, et qu’ils croulent sous les afghans, les sub-sahariens, les pakistanais et autres nationalités diverses, que nous sommes obligés d’accueillir, puisque telle est la volonté du gang des ampoules, qui a décidé de nous pourrir de l’intérieur pour mieux contrôler notre disparition !
    La situation n’est pas comparable, je ne pense pas que la population chinoise de souche, accepterait de voir les rues de ses villes ressembler à celles de Bamako ou Islamabad, et voir ces "réfugiés" les mépriser et les shooter comme des lapins !
    Donc comme le dit la sagesse populaire, "Comparaison n’est pas raison" !
    On ne maîtrise pas un délinquant chinois en Chine, comme on doit maîtriser un délinquant allogène en France, venu pour profiter de la bonne gamelle républicaine, tout en violant et pillant et gueulant "Allahou Akbar" !

     

    Répondre à ce message

    • Il existe une délinquance étrangère en Chine, quelques Africains "étudiants" qui dealent à Pékin, mais c’est très limité en effet. Il y a proportionnellement très peu d’étrangers en Chine, et du coup les étrangers sont en général très bien accueillis. Il y a même des Chinois qui m’ont dit qu’ils trouvaient qu’il y a trop de Chinois en Chine (sic !).
      Une "colline du crack" à Pékin est inimaginable !
      Des extrémistes islamistes parmi les ouïghours ont fait quelques attentats en Chine très peu relayés dans la presse occidentale, par contre la répression qui s’en est suivi est surmédiatisée et exagéré ad nauseam.

       
    • @promeneur,
      arrêtez avec les chiffres à la louche ça vous donne beaucoup trop des airs d’expert du sujet. Vous connaissez les statistiques ethniques de nos pays européens ?

      Les théoriciens du grand Remplacement des peuples européens ne s’appuient jamais sur ce genre de données empiriques largement disponibles. C’est tout demême bizarre. Les immigrés et leurs descendants, c’est des données disponibles chez les démographes ; peut-être pas les démographes que vous consultez ? Ça serait une belle promenade pour vous d’y jeter un œil ?

      Un quart de la population issue de l’immigration ça ne signifie rien si il s’agit essentiellement d’une immigration intra européenne. Exemple si j’ai un arrière grand parent à moitié étranger de part un voisin européen c’est quoi le rapport ?

      Quant aux homicides ils sont en baissés radicalement depuis les années 70. Si il y’a une immigration de masse, une immigration sauvage ces dernières années, la criminalité induite est exagérée. Bien entendus, un seul crime commis par un dégénéré qui ne devrait pas passer une frontière voir être autoriser à traverser la rue est intolérable. Mais il s’agit de laxisme judiciaire et d’un problème franco français pas d’alogenes présentés comme intrinsèquement sauvageons. Il n’y a rien de plus douloureux que face à l’histoire de la chine, les guerres de l’opium, les colons et leur harems :on les substituent par des crèves la faim, clochardisés ? Tous les français constatent que ces migrants sont dans immense majorité des miséreux, c’est bien pour cela que Macron tient le discours qu’il tient. Et au lieu de s’attaquer au problème lui même, nos élites, vous vous attaquez aux miséreux (dans leur ensemble) ??
      Voilà pourquoi il est impossible de régler les problèmes..

      Pediga en Allemagne avec le discours islamophobe et raciste.. fut un phénomène subite et intense juste avant que Merkel fasse entrer 1 millions de réfugiés syriens !!! Un beau coup pour le patronat allemand qui désespérait de ne pas avoir assez de larbins à cause de leur pyramide des âges. La pression sur les salaires les moins qualifiés est maintenue. Le discours raciste et stigmatisant sur les métèques, ça va de paire avec l’immigration de masse incontrôlée ?

      Zemmour dit que la droite classique, le RPR, étaient bien plus anti immigrationnistes que le Front National par la suite… Logique, plus la parole se radicalise et moins les gens se mobilisent pour ce qui tient du bon sens… Vous pourrissez les idées.

       
    • @Peter
      Vous pouvez vous amuser à parler en guignol mais n’oubliez pas tout ces villages envahis où les salles communes et églises et café de la place servent à intégrer les immigrants imposés pendant que le villageois de souche doit complètement changer sa façon de vivre et d’être en communication avec les siens, oui les siens puisqu’ils doivent désormais penser chaque jour comment satisfaire mentalement et économiquement des étrangers qui souvent ne sont pas auto-suffisants . Je pourrais continuer longtemps sur votre aveuglément volontaire et je me demande pourquoi vous le faites

       
  • Quand la Chine va se retrouver avec 800 millions de retraités pour 100 millions d’actifs, nous en reparlerons.

    Quand bien même l’automatisation viendrait au secours de cette situation,
    il n’en reste pas moins que toutes ces sociétés dites "émergentes" n’ont pas encore fait face à ce à quoi nous faisons face.

    Leur politique de faible natalité aggravant le problème...

     

    Répondre à ce message

    • @toto77 : 800 millions de retraités pour 100 millions d’actifs ??? 8 chinois sur 10 de plus de 60 ans ? 30 ans après une telle situation, une fois que les vieux seront morts, il restera environ moins de 200 millions de Chinois s’ils sont très fertiles alors qu’en 2022 il y en a au moins 1,3 milliard ? Quel est le désastre qui va diviser la population chinoise par 65 ??? Le Covid ? En combien de temps ?
      C’est une blague à toto ?

       
  • L’élite n’en à rien à foutre puisque
    c’est eux qui ont délocalisé et que
    pour redevenir compétitif il faut abaisser
    le niveau de vie occidentale.
    Leur plan marche à merveille et
    ils se gavent comme jamais.
    Tout va bien pour les 1%
    https://twitter.com/i/status/156790...

     

    Répondre à ce message

  • La France est africanisée.
    Quand l’Amérique a été africanisée, les résultats ne se sont pas fait attendre : décadence des villes, musique inadaptée au paysage et aux personnes.
    Si la Chine était africanisée, elle obtiendrait le même résultat que l’Occident actuel.
    Le niveau civilisationnel de l’Afrique détonne avec ceux de l’Europe et de la Chine.
    Il est fatal de mélanger des peuples à des niveaux inégaux : effets détonnants.
    La France va très bien quand on lui fout la paix. Elle entreprend volontiers, travaille sans faiblir et fabrique des enfants dans la limite de ses moyens, qu’elle élève au mieux et elle-même.
    Apparemment, la Chine aussi.
    L’Afrique vous envoie ses enfants, produits en masse et sans père présent, dans les bras, au détriment de nos enfants.
    Foutez-nous la paix !
    Ce n’est pas pour autant qu’il faut laisser la Chine remplacer la France, y compris sur son territoire.
    Nous Français sommes indispensables à la planète. Nous avons un tour d’esprit irremplaçable, même s’il est réduit à quelques-uns aujourd’hui.
    La Chine nous copie et très bien. Nous remplacer ? Impossible. Ne serait-ce qu’au physique. Ce serait bien triste, des yeux bridés partout, rien qu’eux.

     

    Répondre à ce message

  • L’union européenne nous a tellement apporté la sécurité et la paix que désormais, en France comme dans beaucoup d’autres pays de l’U. E, les policiers et les gendarmes doivent porter en permanence pour le service normal, leur gilet pare-balle.... Même le gendarme du fin fond du trou du cul du monde de la campagne ! Ils se baladent désormais comme des flics américains, avec pendus à leur gilet : la lampe, les menottes, la matraque, le pistolet à impulsion électrique (taser en franglais), la paire de gant ou de mitaine, le chargeur de rechange, la bombe lacry etc...c’est cela, la paix et la sécurité en Europe... sans compter les milliers de caméras de vidéo surveillance (et non de protection) même dans les plus petits villages. Une caméra n’a jamais rien protégé ! Le meilleur exemple en est l’attentat de la ville de Nice où les centaines de caméras n’ont rien empêché. Allez en Corée du Nord, au Viêtnam, en Chine, en Iran, en Russie, en Algérie ou Maroc et regardez si les policiers du quotidien (les gardiens de la paix) portent des gilets pare-balles en permanence ? Pourtant, il n’est pas si loin (à peine une dizaine d’années) le temps où le policier ou le gendarme pouvait faire son travail quotidien sans sa "carapace" !

     

    Répondre à ce message

  • #3031111

    On ne peut pas comparer Chine/Corée du sud/Japon, dont l’expansion repose sur la copie sans payer de brevets, donc ont la bénédiction américaine et la France.
    Qui elle "bénéficie" au contraire de toute la haine sorossienne et n’est plus qu’une colonie des pires dépotoirs de la planète.

     

    Répondre à ce message

  • l’Occident est totalement décadent, ok, et cela pour toutes sortes de raisons, dont les principales sont souvent évoquées ici sur ER. Mais, sans le recourt à la force, vous ne ferez jamais d’un blanc occidental, un Chinois vivant dans un termitière sous haute surveillance numérique. Que l’occident ai besoin d’une révolution morale et spirituelle, tous le monde ici sera d’accord avec vous, mais de là à importer chez nous le modèle du « paradis » Chinois… pour moi, c’est niet.

    D’autre part, sous bien des aspects, vos arguments sentent la propagande communiste. Par exemple, vous évoquez, en comparaison fallacieuse, qu’en France, depuis le début de l’année, neuf personnes ont été tuées par la police pour « refus d’obtempérer » sans préciser qu’en Chine, selon Amnistie internationale, les condamnations à mort et les exécutions s’y sont encore comptées par milliers en 2021. (c’est une estimation assez vague étant donné que le peine de mort en Chine est toujours classée secret d’État) Une dernière perle de sagesse pour terminer : A la dose de liberté qu’il possède, on peut aussi mesurer la valeur morale d’un peuple. Car la moralité relève de la liberté.

     

    Répondre à ce message

    • " un Chinois vivant dans un termitière sous haute surveillance numérique. "
      Sans blague ? Vous êtes déjà allé en Chine ? Ou vous lisez les articles de la presse mainstream sur la Chine ?
      Que la Chine ne soit pas parfait, OK. Mais la "haute surveillance numérique" est légendaire...
      Par exemple, j’utilise depuis plus de 10 ans et mes amis chinois également, un VPN pour accéder aux services des GAFAM qui sont interdits en Chine (Facebook, Google, etc) sans jamais avoir été inquiété... Il faut se détendre sur la vision de la vie à la chinoise...

      Et que diriez-vous de vivre dans un pays sans taxe foncière, sans taxe d’habitation, sans taxe sur la plus-value ?

       
    • La Chine et la peine de mort ! Nos journalopes oublient toujours de nous rappeler que plus de la moitié des États américains ont toujours la peine de morts inscrite dans leur Loi (22 États qui l’appliquent et 5 États qui l’ont toujours inscrite mais qui ne l’ont plus appliquée depuis des décennies). Cette année, l’Alabama, l’Arizona, la Floride, le Missouri, le Texas et l’Oklahoma ont tous procédé à une exécution capitale (l’Arkansas en 2017 et le Dakota du Sud en 2019. Actuellement aux États-Unis 125 condamnés attendent dans les "couloirs de la mort". Il faut comparer le pourcentage de condamnés à mort aux États-Unis avec le pourcentage en Chine, et surtout le pourcentage en Arabie Saoudite..... Et les motifs des condamnations à mort.
      Pour 2022 les États-Unis ont un taux de 3,97 condamnés pour 10 millions d’habitants.
      La Chine 7,14 condamnés pour 10 millions d’habitants, soit 1,8 fois plus que les USA. (si on se réfère à Amnesty International qui "estime" à 1000 le nombre de condamnations à mort en Chine - en sachant que la Chine est le seul pays au monde à disposer de la peine de mort avec sursis, c’est à dire que, pour certaines peines, si le condamné a eu un comportement exemplaire pendant 2 ans, sa peine de mort est commuée en prison à vie.
      Quant à l’Arabie Saoudite, elle a procédé le 12 mars 2022 à 81 décapitations portant à 100 à cette date le nombre d’exécutions capitales (combien depuis ?) , soit 29,4 condamnés pour 10 millions d’habitants (soit 7,4 fois plus que les USA et 4,12 fois plus que la Chine) en rappelant entre autre que, dans ce pays, la crucifixion est aussi une des peines appliquée pour certains "crimes". On peut ensuite comparer les motifs de condamnation à mort en Arabie Saoudite et en Chine et aux USA. Et je vous invite également à vous intéresser à la peine de mort dans bien d’autres pays, vous aurez parfois des surprises ! Internet est là pour répondre à vos questions... Plutôt que d’écouter nos journalopes.

       
    • #3032450

      la peine de mort en Chine est toujours classée secret d’État) Une dernière perle de sagesse pour terminer : A la dose de liberté qu’il possède, on peut aussi mesurer la valeur morale d’un peuple. Car la moralité relève de la liberté.




      Sachez qu’il n’y a rien de plus naturel que la peine de mort… L’occident justement mets en avant cette modernité (l’abolition de la peine de mort) pour assoir sa supériorité (morale).

      Il est interdit de tuer un pedophile tueur d’enfants, récidiviste et ayant admis voir glorifié ses horreurs.. Par contre, les petits vieux on leur conseillera l’euthanasie, vu les économies qu’on pourra faire en suspendant leur pension de retraite ?

      L’erreur judiciaire cela existe et certains ont argumentés qu’il ne fallait pas infliger la peine de mort pour cette raison. En realité ce fut un faux fuyant pour tromper les masses… car les criminels avouent souvent leur crimes et peu persiste à nier les faits lorsque les preuves sont accablantes.

      Notre société décadente en refusant la peine de mort.. oblige des parents à se réveiller chaque matin en pensant à ce que va faire le meurtrier de leur enfant dans la journée et la soirée d’avant. C’est inhumain !!

      Lorsqu’un homme a perdus sont humanité en commettant des crimes horribles ont doit abréger son séjour sur terre et qu’il rencontre au plus vite son Créateur. Il n’y a qu’un cerveau malade d’athée pour avoir imaginer l’abolition de la peine de mort. C’est parce qu’on croient à l’immortalité de l’âme qu’on veut empêcher les âmes égarées à se complaire dans leurs erreurs. Sans haine aucune.

      Le discours sur la superiorité morale de l’occident n’est qu’une diversion pour piller tranquillement les richesses d’autres pays. Je ne viens pas chialer sur cet état fait… je me lamente que des naïfs n’aient pas compris qu’on est du bon coté du manche.

       
    • Après ce développement sur la peine de mort, je voudrais rajouter les châtiments corporels…
      C’est deux éléments dans la charia islamique permet de classifier lIslam comme une religion archaïque et l’occident la modernité ainsi que la supériorité morale…

      Sauf que le christianisme comme toutes les civilisations sur terre à appliqué les châtiments corporels. Exemple : un voleur de poule, au moyen âge ils ne vont pas le mettre en prison… Bien plus simple de lui mettre des coups de fouets pour lui faire passer l’envie d’être un prédateur.

      Comment punir un alcoolique récidiviste qui prends le volant en Occident ? Tu le mets en prison, il perds sa maison, divorce avec sa femme et ne reverra plus ses enfants habitant au bout de la France, la région initiale de sa mère. Et les 20 ans donnée pour se rendre indispensable dans sa boite n’ont servis à rien, après la prison son avenir professionnel est compris. En prison il a rencontré par contre des délinquants qui pourraient mettre à profit ses connaissances en informatique si en sortant de prison il n’a plus d’amis… Les amis de la galère seront toujours là pour lui (association de mâles fêteurs).. Bref, sa vie sera ruinée…

      Et selon la charria islamique… bien plus prosaïquement… dans l’anonymat il prends ses 100 coups de fouets et continue son petit bout de chemin, la bonne leçon donnée…

      Nous sommes tous d’accord pour la Loi & l’Ordre… MAIS l’Occident utilise l’abolition des châtiments corporels comme une victoire sur la barbarie des temps anciens…
      Rien n’est plus naturel que le châtiment corporel… Une connard mets la main au fesse de ta copine tu lui colle un châtiment corporel à cinq doigts hélico presto, tu va pas l’envoyer en prison…

       
Afficher les commentaires précédents