Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Déclaration commune des pays riverains de la mer Caspienne

Les dirigeants des pays riverains de la mer Caspienne se sont réunis à Astrakhan dans la sud de la Russie.

Ce quatrième sommet de la Caspienne a rassemblé la Russie, l’Iran, l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan et le Turkménistan. Ces pays ont trouvé un accord sur les questions de « sécurité et de stabilité dans la région » et adopté une déclaration politique à ce sujet.

Ces États s’engagent à « garantir la sécurité et la stabilité dans la région de la Caspienne », à « garantir l’équilibre des armements des États riverains en mer Caspienne » et à « organiser la défense selon le principe de la suffisance raisonnable en respectant les intérêts de toutes les parties et sans porter préjudice à la sécurité des autres parties ». Le texte précise également :

« Les parties mèneront leurs activités en mer Caspienne selon les principes suivants : navigation en mer Caspienne autorisée uniquement pour les navires battant pavillon d’un pays riverain, droit de libre passage vers d’autres mers et l’Océan mondial conformément aux normes et principes du droit international et des ententes intervenues entre les parties compte tenu des intérêts légitimes des pays de transit. »

Un consensus à été trouvé sur une question importante : les cinq chefs d’État ont pris l’engagement de ne pas autoriser la présence de forces armées de pays non-riverains.

Le document fixe à 25 milles marins des côtes la zone d’exploitation des ressources biologiques marines pour chaque pays. Bien que quelques différends subsistent sur le tracé des frontières maritimes, les parties prenantes se sont engagées à poursuivre leurs efforts et à régler tous litiges sur la base de négociations.

Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev a émis l’idée de créer une zone de libre-échange entre les pays riverains :

« Compte tenu de l’état du marché mondial, on peut envisager la possibilité de rapprocher les économies de nos pays et d’impliquer le commerce réciproque. En outre, en attendant le règlement du statut juridique de la Caspienne, on pourrait poser les bases de cette interaction économique. Je propose d’examiner la création d’une zone caspienne de libre-échange. »

Vladimir Poutine a tenu quant à lui à préciser :

« Nos entretiens ont débouché sur des ententes concernant le partage des eaux, du fond et des sous-sols, sur la navigation et la pêche. Il y a notamment une clause importante précisant que la plus grande partie de la mer Caspienne restera exploitée par toutes les parties. Cela permet d’éviter tout malentendu ou tension dans les relations internationales. »

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.