Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Défaite de Corbyn : la presse insiste sur l’antisémitisme du Parti travailliste

Drôle de glissement de sens de la presse mainstream qui, comme un seul homme, évoque systématiquement le prétendu antisémitisme du parti de Jeremy Corbyn et y voit une des raisons de la victoire écrasante du parti conservateur et du Premier ministre en poste, le dingo Boris Johnson.

 

 

 

Dans cette élection, tout tournait évidemment autour du Brexit : la droite (les Tories) promettaient une séparation fin janvier 2020, tandis que les travaillistes axaient leur campagne sur une hausse des dépenses publiques, un programme social « très radical » selon Le Monde. Le résultat de cette élection dite « historique » a littéralement mis la journaliste en émoi orbital :

On croyait Le Monde de centre gauche, social-démocrate de bon aloi, on le découvre à droite, ou en tout cas pas du tout de gauche, et même violemment antisocial. D’où vient cette joie hystérique mal contenue dans un titre qui ne ressemble pas au journal ? La réponse est dans le second paragraphe :

« On l’aime ou on le déteste, avec sa fausse allure brouillonne, son mépris des détails et surtout pour son slogan “Get Brexit done” (“réalisons le Brexit”), simpliste, répété ad nauseam durant toute la campagne des élections générales au Royaume-Uni. Pour autant, Boris Johnson a magistralement réussi son pari. Son camp conservateur a remporté une victoire historique, jeudi 12 décembre, avec 365 sièges à la Chambres des communes (selon les résultats définitifs), soit 39 sièges au-delà de la majorité absolue (326), une avance jamais vue depuis 1987, lors de la troisième victoire d’affilée du parti sous le leadership de Margaret Thatcher. [...]

Le Parti travailliste, deuxième force politique du pays, subit en revanche une véritable débâcle, avec 32,2 % des voix contre 40 % en 2017, n’obtenant que 203 sièges, contre 262 dans le Parlement sortant. Il paie lourdement le flou de son message sur le Brexit – le parti s’engageait à renégocier l’accord de divorce puis à organiser un référendum –, un programme très radical (plus de 400 milliards de livres sterling de dépenses publiques supplémentaires, environ 482 milliards d’euros) et surtout, l’image très dégradée de son chef, Jeremy Corbyn, accusé de n’avoir pas assez lutté contre l’antisémitisme rampant dans le parti. »

Le lobby sioniste anglais entre en scène

On se frotte les yeux : « et surtout, l’image très dégradée de son chef, Jeremy Corbyn, accusé de n’avoir pas assez lutté contre l’antisémitisme rampant dans le parti ». Comme si c’était l’antisémitisme prétendu de quelques membres du Labour qui avait déclenché cette défaite historique pour la gauche britannique... Il est certes clair que le lobby sioniste anglais n’a jamais pardonné à Corbyn de pencher plus du côté palestinien que du côté israélien, mais de là à faire croire que les Anglais ont voté contre l’antisémitisme... et donc pour le lobby sioniste, il y a une marge.
Pour ce qui le concerne, le lobby sioniste anglais a clairement voté contre Corbyn :

 

 

La justification de Corbyn ne servira à rien puisque le lobby a décidé qu’il était antisémite, c’est donc qu’il est antisémite :

 

« "La communauté juive est très anxieuse", ajoute-t-elle. Forte de près de 300 000 personnes entre l’Angleterre et le Pays de Galle, le vote des juifs britanniques peut faire la différence. "Beaucoup disent déjà qu’ils ne voteront pas pour lui car ils estiment qu’il n’a pas agi assez vite pour éradiquer ce problème d’antisémitisme au sein du Labour", poursuit la journaliste de France 24 . À quatre reprises lors de l’interview de Jeremy Corbyn sur la BBC, le journaliste lui a demandé s’il allait présenter ses excuses. À chaque fois, le chef du Labour a refusé. »

 

« Corbyn doit perdre »

Il y a deux jours, la même journaliste du Monde lançait les hostilités en appuyant sur l’amalgame Corbyn-antisémitisme et en laissant comprendre que le grand rabbin du Royaume-Uni n’était pas content :

L’article narre la souffrance des militants ou députés juifs du parti de Corbyn, à la fois forcés de partir sous la pression « antisémite » interne, et forcés de miser sur Boris Johnson pour éjecter Corbyn du parti... Démonstration :

« Ils sont réunis, ce dimanche matin, pour le lancement du livre Forced out (« expulsés »), et du documentaire du même nom, traitant des démissions de membres juifs – et non juifs – du Parti travailliste, se disant traumatisés par l’antisémitisme en son sein. Le sujet est d’une actualité brûlante, à quelques jours de l’élection générale du 12 décembre. Mais “il ne s’agit pas d’un événement anti-Labour”, précise d’emblée, un peu contre l’évidence, Judith Ornstein, auteure du livre, dont l’universitaire David Hirsh a tiré le documentaire.

Dans ce dernier, une dizaine d’ex-membres du Labour, juifs comme Dany Louise, conseillère municipale à Hastings, ou Dame Louise Ellman, ex-députée, mais aussi non juifs comme Joan Ryan et Ian Austin, également ex-députés, racontent pourquoi ils ont dû renoncer à leur engagement politique. Les mots sont durs, les témoignages émouvants. Harcèlement en ligne, députés et conseillers accusés d’être “sionistes”, collègues “obsédés par leur haine anti-Israël”, dans le cas de Dame Louise Ellman, passant leur temps à lui demander des comptes sur la politique israélienne. Cette députée, en fonction depuis la fin des années 1990, a démissionné en octobre, n’en pouvant plus d’être traitée de “raciste”.

À la fin de la projection, le débat s’engage. Dame Louise Ellman est dans la salle. “J’en suis arrivée à la conclusion que l’antisémitisme dans le parti ne cessera pas tant que M. Corbyn sera à sa tête”. L’assistance approuve. Egalement présente, Joan Ryan avoue qu’il “est terrible d’avoir à choisir entre deux peurs. Mais je ne peux pas négocier avec l’antisémitisme, je ne voterai pas pour Corbyn”, lâche l’ex-députée, qui rappelle avoir quitté le parti début 2019, pour son “antisémitisme institutionnalisé”. »

De l’Angleterre à la France et de Corbyn à Mélenchon

Une fois connus les résultats du vote, des voix se sont élevées dans le parti de Corbyn pour lui disputer son leadership. La presse s’est fait un régal de relayer ces attaques internes, avec de gros sous-entendus. Cela rappelle la très bourgeoise Clémentine Autain qui a tenté un coup de force sur La France insoumise après le résultat décevant des élections européennes pour Mélenchon et ses troupes. Elle avait dégainé sur France Inter :

« Ma conviction, c’est que nous gagnons quand nous sommes du côté de l’espérance, et pas quand nous sommes du côté du ressentiment ou de la haine. [...] Le mouvement a mis l’accent sur le clivage entre le “eux” et le “nous” qui ne me paraît ni juste, ni efficace. Cela revient à rejeter d’un bloc les élites, cela s’est traduit par un rejet global des médias et une prise de distance à l’égard du monde intellectuel. »

Même schéma donc en Angleterre où l’on entend des voix reprocher à Corbyn son positionnement trop social, trop antilibéral, trop anti-élites, et l’on comprend que ça glisse très vite vers les terres interdites...

Comme de bien entendu, le petit commissaire politique de France Inter Claude Askolovitch y a été de son analyse injurieuse :

 

 

Il a été aussitôt repris de volée par des esprits plus équilibrés :

 

 

 

 

On comprend que ce petit commissaire se situe exactement sur la ligne du CRIF qui est devenu plus antimélenchoniste qu’antilepéniste. Askolovitch réagissait à un texte de Mélenchon diffusé sur son Facebook, dont voici la moelle :

« Corbyn a passé son temps à se faire insulter et tirer dans le dos par une poignée de députés blairistes. Au lieu de riposter, il a composé. Il a du subir sans secours la grossière accusation d’antisémitisme à travers le grand rabbin d’Angleterre et les divers réseaux d’influence du Likoud (parti d’extrême droite de Netanyahou en Israël). Au lieu de riposter, il a passé son temps à s’excuser et à donner des gages. Dans les deux cas il a affiché une faiblesse qui a inquiété les secteurs populaires. »

Mélenchon y critique l’esprit de « synthèse » qui a animé Corbyn dans cette campagne, esprit qu’il rapproche de celui qui a animé le PS des dernières années, et qui l’a mené à un autre désastre électoral en 2017.
Voici comment il termine sa diatribe :

« Tel est le prix pour les “synthèses” sous toutes les latitudes. Ceux qui voudraient nous y ramener en France perdent leur temps. En tous cas je n’y céderai jamais pour ma part. Retraite à point, Europe allemande et néolibérale, capitalisme vert, génuflexion devant les ukases arrogante des communautaristes du CRIF : c’est non. Et non c’est non. »

Conclusion  : on ne peut plus être de gauche (sociale) aujourd’hui en Angleterre ou en France sans être taxé d’antisémitisme. Il ne reste plus que la gauche libérale (un bel oxymore) ou le national-sionisme... La gauche sociale est donc virtuellement interdite. Dire qu’il y a un siècle, le sionisme était de gauche... jusqu’à ce qu’il accepte l’argent de la Banque pour s’acheter Israël... en Palestine.

Johnson soutenu par le Système, Corbyn descendu par le lobby :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Tout est bon à prendre dès qu’il s’agit d’exploiter le filon... The Filon," voyez ce qu’on en a fait.." (Claude Sarraute)


  • Une fois de + la presse Française s’est ridiculisée... ça commence vraiment à nous coûter une blinde en salaires et subventions les valets de pisse propagandistes.


  • Johnson défendu par le Système ? Le Système serait donc pro-Brexit ? Bizarre.
    Ou alors peut-être que Corbyn était un nul et que les anglais ne veulent pas de la plaie crypto-communiste. Et qu’ils veulent surtout que leur pays retrouve sa liberté !

     

    • Bonsoir ,

      Ce qui m’a semblé étrange depuis un moment c’est de ne voir pas + de réaction que cela de la City... et je persiste à croire que si la City ne voulait pas de ce Brexit elle aurait mis d’autres moyens afin qu’il n’ai pas lieu vu sa puissance intrinsèque et celle de ses réseaux. Je me trompe peut-être mais cela m’interpelle tout de même depuis un moment en observant ; dubitatif.


    • La City sait s’adapter pour survivre c’est tout. Ils ont déjà acté le Brexit depuis longtemps....Idem pour les grandes banques et entreprises.


    • @ LeD : vous avez raison. Cherchez ce que dit Valérie Bugault sur la question...


    • En lisant en début d’article : "le dingo Boris Johnson",
      j’ai cru que E&R faisait la même analyse que moi à savoir :
      - ) BoJo fait du Trump, mais lui, il joue en douce pour le SYSTEME,
      - ) BoJo fera tout ce qu’il peut pour repousser en douce le Brexit, voire le vider de son efficacité.

      En effet, depuis son installation au 10 Downing Street, sous des dehors très volontaires, toutes ses options pro-Brexit ont été contrées, conduisant à retarder toujours davantage le Brexit.
      On pouvait donc déjà se poser des questions.

      Enfin, on voit bien depuis hier que son succès électoral est dû à une quantité non négligeable de votants anti-brexit qui ont curieusement voté pour lui.
      Pourquoi, sinon parce qu’ils savent que BoJo va saboter cette sortie de l’UE.

      Thémistoclès


    • La city à exigé le brexit et l’a promu ! L’eu va couler à la crise et ils seront les grands gagnants, la City à tout planifier. Il y a un nombre incalculable où Boris explique qu’il est au services des banques à 100%


  • Eh oui, c’est nouveau , ça vient de sortir, comme le beaujolais .L’antisémitisme fait maintenant partie du millésime .Celui qui vote mal est un antisémite .
    Quelle bande de cons !
    Les vert quel score !! alors que le réchauffement climatique est à la mode .

     

  • A force de traiter le français,l’anglais,l’allemand,le polonais,etc,à tout bout de champ d’antisémite,le français,l’anglais,l’allemand,le polonais etc,prennent de plus en plus conscience de qui les accuse de la sorte,et prennent de plus en plus conscience de qui ils sont,de leur souveraineté de peuple majoritaire dans leurs pays et commencent à en avoir assez d’être stigmatisés par une petite minorité.Aussi cette prise de conscience est-elle devenue universelle et ce n’est pas l’immigration de masse qui la détournera de sa conscience "de race",au contraire !Le réveil des peuples européens est en route...Sans ces peuples,point de monde !

     

    • Et oui comme les antibiotiques, a force des les utiliser pour tout et n’importe quoi, on en arrive à des bactéries qui encaissent l’antibio sans sourciller.

      L’antisémitisme sur l’humain c’est pareil, au début ça paralyse d’effroi et à la fin on chante chaud ananas.

      Le souci est que les gens même traité d’antisémites, comme les gilets jaunes, n’aimeront pas Soral car il fut traiter d’antisémite.

      Bref,.vivement que cette arnaque se casse la gueule.


  • Encore une superbe conclusion : je vous aime les gars !



  • (...) des voix reprocher à Corbyn son positionnement trop social, trop antilibéral, trop anti-élites,(...)¨



    Mouais... c’est peut-être bien ce qu’ont dit ces "voix", mais j’aimerais quand même savoir comment Corbyn pourrait être social, antilibéral et anti-élites tout en étant pour le maintien dans l’UE... il y a quelque chose qui ne colle pas. Peut-être Corbyn est-il plutôt un équivalent des "gauches de la gauche" européennes (Syriza, Podemos), qui font plein de belles promesses sociales tout en sachant pertinemment qu’elles ne pourront jamais être mises en œuvre dans un pays de l’UE.
    Boris Johnson a fait campagne sur le Brexit et il a largement gagné, ce qui fait penser que les Britanniques le veulent vraiment, ce Brexit.

     

    • les brits ont choisi JHONSON parcequ’il était clair dans ses choix et ses propositions , à l’inverse de Corbyn qui a, nnonçait tout et son contraire .Et puis les anglais en ont assez de l’Europe allemande, ils avaient voté pour la BREXIT par peur de l’immigration qui envahit l’Europe , et afin de préserver leur Nation


    • @VORONINE. Ne mets pas notre médiocrité sur le dos de "l’Europe allemande". Avec ou sans les allemands, avec ou sans l’UE, la France aurait du chômage, des immigrés, de l’inflation / dévaluation, de la corruption, des cumulards, de l’insécurité et du terrorisme !


    • @VORONINE. Ça suffit la rengaine de "l’Europe allemande", cause de tous nos maux ! C’est l’Europe "allemande " qui a envoyé Sarkozy mettre à sac la Libye et nous amener des flux de migrants ? C’est l’Europe "allemande" qui nous a obligé à soutenir le terrorisme en Syrie ? C’est l’Europe allemande qui nous a mis au pouvoir des traîtres et des incapables, largement élus par les français ?


    • @ déclin

      L’Europe allemande exige que nous fassions venir des immigrés en masse (parmi eux, nombre de terroristes se trouvent), le chômage et l’inflation sont en grande partie dû à l’interdiction pour nous de faire du protectionnisme, chose exigée par l’UE allemande.

      Quant aux cumulards/médiocres/corrompus : que dire de Junker ? Que dire de tout ce qui est fait pour s’ingérer et nuire aux leaders élus par les peuples (Orban, Salvini, Bojo, etc.) et donc garantir que les corrompus ultralibéraux restent au pouvoir ?

      @ encul...

      Ça suffit la rengaine sur la gentille "Europe allemande" et la méchante France.



      cause de tous nos maux ! C’est l’Europe "allemande " qui a envoyé Sarkozy mettre à sac la Libye et nous amener des flux de migrants ?



      Certes non, mais c’est l’Europe allemande qui fait crever de faim des enfants en Grèce, c’est elle qui encourage la délocalisation de nos usines et interdit tout protectionnisme.



      C’est l’Europe "allemande" qui nous a obligé à soutenir le terrorisme en Syrie ?



      Vu les récentes propositions allemandes d’envoyer la bundeswher en Syrie, on ne peut pas dire que l’europe allemande soit si opposée que ça à l’intervention française en Syrie.



      C’est l’Europe allemande qui nous a mis au pouvoir des traîtres et des incapables, largement élus par les français ?



      C’est l’UE allemande qui met tous les bâtons dans les roues possibles aux leaders un peu plus populistes (Salvini, May, Bojo, Orban, etc.)


  • Ces sionistes sont absolument irrécupérables. Maître dans l’art de la diversion et de l’inversion. Le peuple anglais réaffirme sa volonté de sortir de l’euro et surtout il a pas aimé qu’on le prenne pour un imbécile et tout ce que trouve à dire les journalopes, tourne autour de l’antisémitisme de quelques élus !

     

    • "Ces sionistes sont absolument irrécupérables. Maître dans l’art de la diversion et de l’inversion."
      Et bien voila tout est dit, il ne manque que sûr d’eux et dominateurs (sic de Gaulle, conférence de presse du général de Gaulle du 27 novembre 1967)
      Il y en a tout simplement marre.


  • Donc, en conclusion, ce ne sont pas les pros-Brexit qui ont gagné mais les philosémites... Comme j’aimerais que le ridicule tue !


  • Pour les marocains, cette election est un sans faute. (C’est un soutien du polisario).



    En effet, l’ancien leader de gauche n’a jamais caché sa proximité avec le Polisario.
    En 1983, Jeremy Corbyn avait lancé le comité parlementaire pour soutenir le Front Polisario. En 2002, il avait même déposé au parlement britannique une motion soutenant « le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui » et appelant « le Conseil de sécurité à organiser un référendum ». Un engagement qui, depuis, n’a jamais faiblit. En juin dernier à Londres, Corbyn prenait part aux côtés d’Aminatou Haidar à une conférence d’appui au Polisario



    https://www.yabiladi.com/articles/d...


  • Le Grand Rabin du Rouyaume uni a énormément de pouvoir. Tout comme le Grand Rabin de France ou celui d’Allemagne.
    D’où le tient il ? Mystère.
    J’aimerais bien qu’on m’explique comment et qui nomme les candidats à ce poste et qui peut prétendre à ce poste, et quel est son pouvoir et son financement, ses ramifications, son influence...


  • Comme pour les eurolâtres la victoire du Brexit ne doit en aucun cas être expliqué par un rejet véritable et parfaitement conscient de l’UE par les Britanniques ils essaient alors de trouver un explication alternative grotesque : les gens se sont détournés des travaillistes parce que Corbyn est antisémite ! On nous avait fait un coup similaire avec le vote "non" pour le traité de constitution européenne par les Français. On nous avait expliqué que ce vote n’était pas en fait un vrai "non" mais une claque que voulaient donner les Français à Chirac. Par esprit de contradiction les Français avaient voté non pour faire l’inverse de ce que proposait le gouvernement de Chirac...enfin bref pour les eurolâtres il faut absolument expliquer le rejet de l’UE non pas parce que cette organisation mafieuse anti-nationale et dysfonctionnelle desservant les intérêts des peuples au bénéfice d’une poignée de lobbys financiers, industriels et idéologiques est rejetée par une proportion grandissante des populations des pays européens mais à cause d’autres choses.

     

    • @ goy pride bravo vous avez fait la seule vrai analyse effectivement les medias sont vert de la defaite de jeremy corbyn est ont inventer cette explication car pour eux il est impossible d,etre objectivement contre l,ue comme quoi l,idee europeenne est bien une religion sectaire !!


    • @ Goy pride

      Tout à fait, Issa a bien résumé ton propos.

      @ Issa

      Les médias sont verts, certes, mais on notera qu’il y a une espèce de chappe de plomb ces derniers jours sur l’Angleterre. J’ai l’impression que PERSONNE n’en parle sérieusement, sauf Calvi qui a bien insisté sur la montée du séparatisme écossais (impossible car l’Ecosse ne possède plus le pétrole qui aurait pu la rendre auto-suffisante).


  • Si j’avais été anglais, j’aurais été bien embêté pour ce vote.

    J’aurai longuement hésité entre voter Corbyn essentiellement pour emmerder un certain lobby tyrannique et fouteur de m.... et voter Johnson qui sur certains points me déplait mais qui a l’énorme mérite d’être déterminé à rendre au peuple anglais son indépendance.

     

  • Donc chez eux le lien antisioniste antisémite est fait.



    Cette députée, en fonction depuis la fin des années 1990, a démissionné en octobre, n’en pouvant plus d’être traitée de “raciste”.




    Racialiste est même mieux et plus exact encore dirait le Prof.
    C’est ce que je rétorque à chaque gonze qui considèrent les arabes du fumeux bled promis pour des sous-merdes tout en encensant les pseudo-choisis comme légitimes, avant même les dinosaures ou les comètes tout à l’heure.
    C’est ce qu’il faut répéter, jusqu’à insister : « Arrête de te planquer derrière ton Bouquintateuque, on l’emmerde : l’introduction a été écrite par les Sumériens et c’est un Gad de l’époque qui l’a pompée tandis que tous tes comiques était encore polythéistes : et encore, toi tu n’es qu’un converti lointain, simple descendant de la matrilinéarité et laïc par dessus le marché. Avoue juste que tu ne peux pas piffrer les arabes, que tu es un assassin doublé d’un colon (en restant le cul au chaud sur ta chaise dans un autre pays, du reste, planqué sous véto américain). Avoue (l’on peut même rajouter « ordure », en aparté, pour les plus exaltés) : on s’en tape après tout ; mais cesse de cacher les enculeries derrière une quelconque immanence doublée d’une transcendance ; c’est de la merde, ça. Pipettes, trompettes de Jéricho et variétés. Les vrais croyants attendent le Machiah, eux : nous aussi. Et il semble être en retard. Pas sûr que tu ne voies l’œuvre finie. »
    Qu’est-ce qu’on en a à foutre de Sion dans chaque discours, même au sujet du prix des yaourts, où que l’on soit dans le monde ?


  • Voilà qui ne va pas arranger l’image des médias et des politiques en France. Alors que depuis trois ans, articles et reportages se succèdent sur ces Britanniques qui regretteraient massivement leur vote en faveur du Brexit, la victoire électorale écrasante des Conservateurs le 12 décembre vient démentir cette analyse mainstream.


  • Les accusations d’antisémitisme vis a vis de Corbyn sont ridicules. Y a quelques rares députés Labour qui ont au fil des ans critiqué l’attitude d’Israël vis a vis des droits de l’homme, factuellement c’est absolument tout.

    Corbyn est resté sur la défensive vis a vis de ses pseudos accusateurs, il aurait du les envoyer au diable depuis longtemps.

    Je travaille en Angleterre depuis plusieurs années et pour vous donner une idée Johnson vs Corbyn c’est un peu Trump vs Mélenchon.

    Corbyn a surtout perdu parce qu’il était peu clair sur ses intentions vis a vis du Brexit. Trop flou, trop sur la défensive, pas assez péchu, pas assez volontariste.

    Boris Johnson a eu une autoroute devant lui à partir du moment ou Farage a retiré ses candidats. Bravo a Farage au passage, sa stratégie a payé une fois de plus.

     

  • L’arnaque national-sioniste

    Le Brexit est une stratégie d’ingénierie sociale nationale-sioniste qui a été piloté depuis le début par la City de Londres.

    Cela a commencé en envoyant son petit soldat Nigel Farage, qui y a fait sa carrière professionnelle en tant que courtier de marchandises, au Parlement européen.

    Et le simple fait de voir les réseaux sionistes descendre Corbyn, le candidat pro-UE en le taxant d’antisémitisme pendant toute la campagne est une preuve qu’Israel aussi à des intérêts à voir le Royaume-Uni libre de tous engagements politiques et économiques dans le futur.

    L’alliance avec l’Amérique sera renforcée. Un axe anglo-americano-sioniste armé d’un pôle financier à Londres, d’un pôle politique et militaire à Washington et d’un pôle religieux messianique à Jérusalem.

    Cette manipulation de masse aura été une réussite totale, flattant l’ego populiste des britanniques, comme l’a fait Trump aux USA.

    La crise économique à venir et les troubles politiques qui l’accompagneront seront les enjeux majeurs des années 2020-2025, et le triumvirat Trump-Netanyahu-Johnson aura un rôle majeur à jouer pendant que les pays de l’UE s’effondrerons dans la banqueroute et la guerre civile.

    Les pions se mettent en places doucement sur l’échiquier. Plus qu’à attendre la réélection de Trump pour déclencher les hostilités.

    A suivre donc...


  • De toute façon, si vous n’êtes pas né juif, vous êtes forcément antisémite.


  • Les médias mainstream ont dit avant, que ces élections constituaient un second référendum. Eh ben maintenant, ils ont les résultats ! Pour les British l’Union Européenne, c’est (encore) non, non, non !


  • C’était l’introduction des journaux de France Culture hier. Ce n’était pas Boris Johnson a remporté les élections pour effectuer le Brexit, mais Jeremy Corbyn a perdu car antisémite. Incroyable.


  • Comme le dit si bien M. Soral... Avant un antisémite c’était quelqu’un qui détestait les juifs, aujourd’hui, un antisémite c’est quelqu’un que les juifs n’aiment pas.


Commentaires suivants