Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Dépréciations et goodwill : les combines antisociales du groupe Carrefour

Comment faire passer la pilule de la restructuration et des licenciement massifs

En 2017, le groupe Carrefour a déclaré un résultat net négatif de 531 millions d’euros alors que son président a été grassement payé au titre de « bons résultats »...

 

 

Cliquez sur l’image pour visionner les vidéos pédagogiques
réalisées par « Création et conduite d’entreprise » :

 

Un guide pratique fondamental, chez Kontre Kulture :

 


 

Vous êtes entrepreneur ou particulier et souhaitez faire partie d’un réseau d’entraide pour faire face à la crise ? Rejoignez Solid’E&R, le premier espace d’annonces du Réseau d’économie solidaire créé par E&R. Pour cela, il vous suffit d’être adhérent de l’association (merci de rentrer votre identifiant et votre mot de passe d’adhérent pour accéder à Solid’E&R) :

 

L’indépendance est chez Kontre Kulture !

En lien, sur E&R :

Réfléchir à un nouveau modèle économique et social
avec Kontre Kulture :

 

Pour rejoindre le réseau d’économie solidaire, une solution :
adhérer à Égalité & Réconciliation !

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est pathétique ces discours "de vérité" auto-satisfaits qui dévoilent les ignobles pratiques des méchants patrons. La réalité c’est que le client est LIBRE d’aller à Lidl, Auchan ou Carrefour : ces professionnels doivent faire des efforts surhumains de restructuration pour offrir un service attractif qui fasse venir les clients. Dans le contexte de la mentalité française abjecte de prédation par "droits acquis" au salaire à vie, les patrons sont effectivement obligés de fabriquer des excuses pour faire passer ces restructurations. Si la dépense publique était ouverte à la liberté du travail et que ces grands professionnels pouvaient offrir leurs prestation, elle ne serait pas de 1300 milliard d’euros mais de 300, on vivraient 10x mieux et il n’y aurait pas de gilets jaunes dans la rue. La prédation de la dépense publique et des prélèvements obligatoires par droits et statuts arbitraires, c’est ça la dégueulasserie sociale à dénoncer.

     

    • "La réalité c’est que le client est LIBRE d’aller à Lidl, Auchan ou Carrefour : ces professionnels doivent faire des efforts surhumains de restructuration pour offrir un service attractif qui fasse venir les clients"

      on est surtout libre de ne plus y aller quand aux efforts surhumains ils se font uniquement aux dépends des fournisseurs référencés et des salariés

      Dans le contexte de la mentalité française abjecte de prédation, dont la classe possédante en est le singulier exemple, il ne faut plus parler de "patrons" mais de rentiers, à l’exemple de messieurs leclerc, mulliez, gattaz, etc etc toujours promptes a restructurer l’existence des autres mais oubliant d’accorder ce bienfait à la leurs
      sachez que d’habitude , concernant les ordures, je me contentais de les trier et de les déposer dans des bacs prévues a cet effet, je me surprend de devoir leur répondre


    • Vous oubliez un petit truc : dans les grandes zones commerciales les grandes enseignes Carrefour, Auchan, Leclerc etc affichent, au centime près, les mêmes prix pour, par exemple, un modèle de téléviseur : ces escrocs s’entendent pour maintenir les prix élevés, il n’y a aucune concurrence, ce serait trop beau, seulement des ententes, évidemment illégales .


    • Pour connaitre la grande distribution et ses pratiques je peux vous dire qu’en principe il n’y a pas d’entente sur les prix. Simplement ils se surveillent les uns les autres en pratiquant des "relevés de prix" régulièrement (généralement hebodmadaire). La technologie les y aides, terminaux portables avec lecteur de code barre. On lit le produit, on tape le prix et de retour au magasin on aligne ses prix avec ceux de sont concurrents à l’aide d’un simple connexion informatique et les afficheur électronique ont permis d’accélérer un peu plus le mouvement.

      Dès les années 80 alors que je travaillais comme vendeur TV/hi-fi au Auchan fraichement ouvert de vélizy 2, les vendeurs devaient aller chacun leur tour faire un petit tour au magasin Darty de la galerie afin d’aligner les prix des TV et autres appareil électro ménager sur ceux de son concurrent.


    • Averti répond à Frédéric : ça revient au même : pas de concurrence .


    • #2104798

      Les gens sont libres d’acheter ce qu’ils veulent à la simple condition d’avoir les moyen, faut-il le rappeler.


  • Intéressant, merci de l’info et de cette première vidéo il me semble.

    Quelques retours sur la forme : je ne suis pas sûr de l’intérêt du format (audio)visuel s’il faut finalement lire (ça aurait mérité au moins une voix off pour rendre l’audio utile), il y a quelques vilaines fautes (de toute façon plus personne ne sait écrire donc ça ne choque plus) et on aurait plus vite fait de lire un article à son rythme plutôt que de subir celui de la vidéo, un peu longuette. Soit c’est une vidéo, donc voix off, soit c’est un article, mais les inconvénients des deux (yeux mobilisés + rythme imposé) sans les avantages c’est pas facile.

     

    • oui merci.
      du coup j’ai regardé en accélérer, vitesse fois 2 et sans le son.
      - -
      Mais personne ne peut dénoncer ce trucage de compte au niveau politique ?
      incroyable, il faut un RIC


    • @césar
      C’est tout à fait légal. Des combines comme celles-ci il en existe pléthore pour minimiser le résultat comptable, cela permet de justifier licenciements, stagnation des salaires, optimisation fiscale,... : création de holding, prix de transferts entre filiales, externalisation de services avec surfacturation… La fraude par décaissement (abus de bien social) a de multiples variantes, le législateur complice organise les vides juridiques et crée des passe-droits, quand ce n’est pas carrément impossible de légiférer (pour éviter la surfacturation, il faudrait encadrer tous les prix ! à quel niveau juger la connivence d’un conflit d’intérêt, quand on peut être dirigeant de plusieurs sociétés ? etc...). Les procédures administratives entravent à dessein les contrôles, sans même parler du choix du contrôlé (orientation sur les TPE/PME), affaires étouffées (Grands comptes). Et quand un "gros" se fait chopper (pour l’exemple et aussi parce qu’il devait gêner un plus "gros", c’est comme si l’amende pour avoir fraudé le bus coûtait 10 centimes c’est-à-dire une incitation à ...frauder !) Bref pour les gilets jaunes qui réclament l’argent de la fraude fiscale, c’est loin d’être gagné.
      Mais en plus, pour ceux qui se demandent où passent les impôts, les grandes sociétés récupèrent l’argent des politiques de l’emploi, récupèrent leurs propres taxes ainsi que les taxes des TPE/PME sur, par exemple, la formation professionnelle via les organismes collecteurs et les plus gros organismes de formation qu’ils dirigent eux-mêmes (le jeune chômeur envoyé par Pôle emploi de stage en stage est une véritable pompe à fric - toujours par décaissement - pour les syndicats d’employeurs ...et de salariés, ben oui faut bien arroser un peu !).
      Et puis grâce au plan de restructuration et "obligations administratives" qui vont avec, Carrefour pourra arroser quelques pontes ou récupérer des pots-de-vin via les cellules de reclassement et autres cabinets d’expertise en risques psycho-sociaux. C’est bien fait non ?

      Bref à partir d’un certain niveau de pouvoir, on ne paie plus de taxe, mieux encore c’est open bar avec les impôts des autres.


  • Si Bernard Arnault, première fortune d’Europe grâce au VOL de LVMH, est devenu le premier actionnaire de Carrefour, c’est pour le saigner .

     

  • C’est curieux, chaque fois que je vais faire des courses à Carrefour, je relève des erreurs de prix à la caisse, et devinez dans quel sens ? Souvent, les promos reviennent plus chers que le prix à l’unité. Je pense que pour être cadre dans ces monstres, il faut être né de la sodomie.

     

  • Ces gens-là ont occasionné des fermetures dans toutes les villes de France des petits commerces , ils ont mis les agriculteurs à genoux, causé des multitudes de licenciements .S’ils disparaissaient ça ne serait que mieux, et on éviterait de bouffer de la merde, mais malheureusement ils ne reniflent qu’une chose, les dividendes .La marchandise, c’est le pantalon à une jambe de Mr Attali, et le personnel interchangeable à souhait .Les grandes surfaces ont été le début de la fin du petit commerce et de la mal bouffe .Des inutiles au sens propre du terme, parce que avant tout des prédateurs contrairement à ce que l’on pourrait penser .

     

    • J’ai pratiqué la grande distribution de tous les ponts de vue : client, comme tout le monde, employé et fournisseur. Tous de enc....

      Du pire au moins pire à mon sens :
      Le pire de tous et de très loin....
      LECLERC
      Viens ensuite CARREFOUR
      puis Auchan et pour finir Intermarché. Je parle dans la façons de traiter clients et fournisseurs, pour les employés je n’ai pratiqué qu’Auchan et il y a trop longtemps pour avoir un avis qui soit encore valable aujourd’hui.

      Le pire est que les acheteurs sont totalement stupides tellement ils sont sûrs de leur emprise sur les fournisseurs. A plusieurs reprise ils ont payé bien plus cher qu’un client du domaine de la logistique ou de l’industrie, ces derniers étant largement conscient qu’un fournisseur bien traité est un fournisseur qui intervient promptement et qui en veut pas perdre un bon client.

      Pour vendre à la grand’ distrib’ la règle est de gonfler le prix des prestations car tout le monde sait qu’ils vont réclamer 40% de remise et payer au lance pierre à 90 jours fin de mois, même si c’est interdit pas la loi !


  • c’est pas evident. Carrefour peut evaluer que si l’italie sort de l’euro ou que salvini durcit le ton avec l’europe, l’economie italienne va en souffrir et que les ventes dans les carroufs italiens vont baisser ainsi que que la valeur immobiliere des emplacements des magasins. Est ce qu’ils en profitent pour sabrer 2400 emplois alors que 1200 auraient suffit,c’est pas evident.
    felicitation a er pour diffuser des notions de compta et d’eco au plus grand nombre,la connaissance est une arme qui libere.


  • Le concept de goodwill est une cynique escroquerie intellectuelle de la "science" financière.

    Selon moi, ce goodwill n’est rien d’autre que l’estimation, sous la forme d’un capital fictif comptable, de la valeur d’une source de profit particulière.
    Il s’agit de la rente résultant du pouvoir qu’a l’entreprise de contraindre fournisseurs, employés et clients à accepter ses conditions. C’est cette réalité que le choix du l’expression "goodwill" permet de masquer. C’est la "bonne volonté" des fournisseurs, clients et salariés pour se faire exploiter ou racketter, comme s’ils avaient beaucoup d’autres choix possibles.

    Si quelqu’un voit une autre explication à cette composante de la valeur comptable d’une entreprise, composante que l’on prétend être tombée du ciel, je suis toute ouïe....


  • Le mieux est de n’acheter que le strict minimum, le moins cher, le ’ sans publicité ’ en gardant toujours à l’esprit que l’on ne doit pas acheter, mème pas cher, un produit dont on n’a pas besoin.
    Comme ça on sera tranquilles et eux aussi.
    Quant aux produits dits bio, c’est la mème merde en trois fois plus cher.

     

    • @ pierrot
      Entièrement d’accord pour acheter que le nécessaire ! par contre le moins cher , ça dépend quoi , la qualité à un cout supérieur à un produit de merde que vous renouvellerez sans cesse ... et là vous faite marcher la consommation !
      Quand aux produits bio ( les vrais et locaux , environ 30 à 50 % plus cher ) qu’il faut distinguer du " bio " industriel , bien souvent de pays lointain ... , votre corps et les petits producteurs honnêtes , vous diront merci , auquel cas vous engraisserez en plus l’industrie pharmaceutique !
      Tout est une question de choix , et de moyens également .


  • Je propose une idée plus radicale pour que carrefour fasse des économies,

    Fermer tous ces supermarchés et profiter de ses rentes.

    Avantages :

    - retour des petits commerces de proximité
    - vente de produits plus sains avec une taxe carbone faible
    - moins de travailleurs pauvres exploités
    - monsieur et madame carrefour en retraite parce qu’ils l’ont méritée (mais surtout nous)

    Au revoir M et Mme Carrefour, et nous ne vous remercions pas...
    Vous n’avez enrichi que vous même et surtout pas vos employés....

    Que Dieu vous pardonne.


  • Sans être de formation comptable, j’ai comme l’impression que ce bonneteau a été facilité par le changement des normes comptables internationales mis en place à partir de 2005, les IFRS (International Financial Reporting Standards/normes de reporting financier) qui ont remplacé les précédentes IAS (International Accounting Standards/normes internationales de comptabilité) établies en 1973.

    L’un des principes quant à l’information comptable étant quelle doit être :
    "« d’une importance relative » : une information comptable ne doit être divulguée que si et seulement si elle apporte des éléments utiles à la prise de décision. Ce seuil de signification (langage usuel des auditeurs financiers) dépend du jugement du professionnel. Par exemple, une baisse de l’activité économique de l’entreprise peut-être importante en volume mais non significative par rapport au chiffre d’affaires généré par le groupe."
    En corrélation à « cette importance relative » : une information ne doit figurer dans l’annexe que si elle peut influer sur les choix futurs des utilisateurs.
    Entre autres éléments constitutifs, la logique de ces nouvelles normes repose sur :
    "la prise en compte prioritaire de la vision de l’investisseur, le principe de prudence subordonné à celui de neutralité et de pertinence"

    Des spécialistes pour nous éclairer sur les conséquences concrètes de ce Nouvel Ordre Comptable ?