Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Des anciens d’iTélé lancent un nouveau site (bien-pensant) : "Explicite"

En ce printemps 2018, les nouveaux titres font florès. On ne dit pas « nouveaux médias » car les médias sont déjà connus : dans l’ordre chronologique, presse, radio, télé, Internet. Ce sont les supports de l’information, mais aussi de la communication, et surtout de la propagande. Un support fait ce qu’on lui dit, il exécute. Et c’est le support qui indique l’ossature politique d’un titre.
Par exemple, le montage de TF1 comme grande chaîne privée indique un média à l’écoute du pouvoir de l’argent mais qui divertit le petit peuple avec des programmes légers. 30 ans après sa création (16 avril 1987), TF1 est en perte de vitesse et Canal+ (4 novembre 1984) n’a plus de ressort.

 

Aujourd’hui, en pleine crise ou en plein bouleversement de la presse, beaucoup de titres disparaissent pour réapparaître sur l’Internet. On sent que le modèle économique évolue. Dernièrement, des titres ont quand même tenté l’aventure du papier, comme Ebdo, issu de l’écurie XXI et 6 Mois de l’éditeur Les Arènes.

 

 

Ça n’a pas loupé : Chikirou, cette coquine, s’est moquée des velléités révolutionnaires de Vraiment et d’Ebdo. Car la révolution, son concept et son exploitation (commerciale) appartiennent à La France insoumise de Mélenchon. Cependant, ça n’a pas non plus vraiment aidé Le Média, qui a bu quelques tasses depuis sa naissance pendant l’hiver 2017-2018.

On sent que tout ce petit monde pas très confraternel des nouveaux titres a du mal à trouver son public, pire, qu’ils se battent pour le même. Pas facile de faire revenir des lecteurs échaudés par les mensonges, la dissimulation, la répétition, la propagande, enfin, tout ce qui plombe la presse écrite.

 

 

On ne le répétera jamais assez : le problème ce n’est pas le papier, c’est le contenu. Eh bien ce postulat n’a pas empêché une cinquantaine d’anciens employés de la chaîne d’information continue du groupe Canal+, iTélé, de créer un site d’info... payant. Il s’appelle Explicite, ce qui n’est pas un mauvais titre. Il propose au lecteur de se « plonger dans l’actualité tout en développant sa culture générale ». Voilà qui est ambitieux ! Car souvent, actu ne rime pas avec culture. Les deux concepts s’opposent même parfois.

 

 

La même bien-pensance impopulaire mais sur un autre support...

Pour lancer ce site, Olivier Ravanello, que nous connaissons bien, a donné une conférence de presse. Ravanello était en première ligne quand Bolloré a saqué iTélé, une chaîne qui lui rapportait plus d’emmerdes que d’annonceurs. On ne veut pas faire les oiseaux de mauvais augure mais ce qui a tué iTélé, ce n’est pas Bolloré, qui n’a fait qu’achever une chaîne malade : malade de sa bien-pensance et de sa propagande gauchiste insupportable pour les Français avides de vérité. On rappelle les 7 ou 8 branches de la bien-pensance : féminisme, socialisme, antichristianisme (ou maçonnisme), homosexualisme, mondialisme, sionisme et américanisme (ou matérialisme, consumisme...).

Explicite, vendu au prix de 11€99 par mois (seulement ?) a besoin de 35 000 abonnés pour passer l’hiver prochain. Heureusement, les ravanellistes ont récupéré 1,5 million en tour de table plus le soutien financier de Guillaume Rambourg, qui pesait son petit milliard avant de rendre l’argent à ses investisseurs et se consacrer à « des investissements innovants, socialement responsables et percutants ». Tout Explicite, quoi. Wikipédia précise :

« Guillaume Rambourg naît le 8 janvier 1971 à Ottawa, de parents francais. Son père Michel est diplomate aux Nations Unies, sa mère Nicole professeur d’histoire-geographie. Il grandit à New York. La famille rentre en France en 1985. Ancien élève du lycée Henri-IV, il est diplômé de l’École supérieure des sciences économiques et commerciales. Il dirige actuellement le hedge fund “Verrazzano Capital”. Proche d’Emmanuel Macron, il fut l’un des “grands donateurs” dans le financement de sa campagne présidentielle. »

 

Le problème consiste, pour les titres de presse papier ou en ligne soutenus par l’oligarchie, à faire peuple et à obtenir le soutien des gens qui sont des victimes directes ou indirectes de cette même oligarchie. C’est ça qu’est pas facile, et ça explique les sorties de route de ceux qui sont entre le chien et l’os, l’oligarchie et le peuple.

L’exigence, en matière d’information,
est sur Kontre Kulture

 

Les difficultés logiques de la presse im-populaire, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants