Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Et si la fausse affaire Hulot servait à masquer l’affaire Gallet-Macron ?

Prologue

 

 

Le 1er février 2018 dans L’Heure des pros sur CNews, Pascal Praud évoquait une « très grosse affaire » politique. Il ne s’agissait pas de l’affaire Hulot. Mais en même temps si... Explication !

 

Souvent une affaire sort pour en cacher une autre, c’est vieux comme le monde (la Terre, pas le journal) et ça s’appelle un contre-feu, un écran de fumée. En ce vendredi 9 février 2018, deux affaires agitent le Landerneau : l’une est silencieuse, l’autre fait beaucoup de bruit. La première c’est l’affaire Mathieu Gallet, le président en poste de Radio France, qui vient de se faire révoquer par le CSA. La seconde est celle du viol présumé attribué à Nicolas Hulot. Faits & Documents a réuni des éléments qui permettent d’y voir plus clair. Le puzzle est complexe, mais il fonctionne.

« Les résultats et la transformation de l’entreprise engagée depuis plus de trois ans sont les meilleurs atouts de Radio France. Radio France est devenu un média global, un lieu culturel unique, elle a pris de l’avance elle est plus agile et il faut continuer »

Mathieu Gallet a donc confié les clés à Jean-Luc Vergne, le doyen du conseil d’administration du groupe radiophonique public. Pendant le passage de témoin, l’ex-président de Radio France n’a pas fait de foin : tout le monde a loué son professionnalisme et son humilité, qui lui ont permis d’accepter avec élégance la sentence du CSA. Sauf que. Sauf que Gallet, réputé très proche du président – il n’a jamais démenti la rumeur à ce sujet –, se répand dans Paris. En off, il a le droit. Et certains du camp d’en face seraient tentés de s’en emparer...

En soufflant sur le feu de la fausse affaire Hulot, les relais du pouvoir agissent en réalité au bénéfice de Macron, qui ne doit pas être touché par les ruades et cabrades éventuelles de Gallet. De plus, Hulot le non-aligné ne compte pas que des amis au gouvernement : le très moyennement fraternel Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture, lui met des bâtons dans les roues depuis des mois.

Enfin, comme le disait le père de la plaignante, celle qui aurait été violée il y a 20 ans par Hulot – Seigneur, que la justice des hommes est lente – l’entretien médiatique de l’affaire permet de tenir en respect l’écologiste avec un pistolet sur la tempe. Petit avantage et message envoyé en sous-main aux partisans du Balance ton porc : on ne cède pas ou alors pas si facilement. La Schiappa en fera les frais, tant pis pour ses rêves d’égalité. D’ailleurs, on ne l’entend pas. Peut-être a-t-elle reçu des consignes.

 

 

Cherchons maintenant d’où vient le coup : on a publié ce matin l’article qui fait état de l’enquête de Laurent Valdiguié dans le tout nouvel Ebdo. Cet hebdomadaire sort donc l’affaire très opportunément au moment de se lancer. C’est de bonne guerre. Mais cela veut aussi dire que le coup peut venir de plus haut. Qui tient l’Ebdo, qui le finance ? Le projet a été monté par l’ex-secrétaire d’État socialiste Thierry Mandon et l’équipe de 35 personnes (à peu près les effectifs de Mediapart) est domiciliée dans des locaux de la mairie de Paris, rue Jacob, dans le très chic VIe.

On voit que les fées se sont penchées sur ce nouveau titre. La Lettre de L’Expansion du 2 octobre 2017 avait annoncé le projet en cours, pardon, le work in progress. Elle dévoilait que le côté éditorial de l’affaire incombait à Laurent Beccaria et Patrick de Saint-Exupéry, déjà à l’origine de deux réussites de presse avec les fameux mook, c’est-à-dire ces trimestriel ou semestriel entre le magazine et le livre, dénommés 6 Mois et XXI. Le Télégramme du 7 janvier 2018 focalisait sur le rôle de Mandon.

 

JPEG - 489.9 ko
Thierry Mandon devant un kiosque qui va fermer

 

Ce dernier annonçait la couleur :

« “Nous voulons sortir de la frénésie de l’information et nous inspirer des préceptes de l’éducation populaire. Aujourd’hui, les gens sont informés, pour le meilleur ou pour le pire. Nous allons donc leur proposer non pas un journal d’opinion mais un journal qui doit les aider à se faire une opinion”. Si la formule est plaisante, elle mérite d’être précisée. “L’information n’est pas qu’une série de catastrophes dans un monde qui se disloque”, poursuit-il. “C’est pourquoi, nous serons attachés aux valeurs de durabilité, dans tous les sens du terme. Nous lire, ce sera comme faire un pas de côté par rapport au reste de l’offre médiatique”. »

Pour l’instant, avec la glandilleuse et très frénétique affaire Hulot, on a plutôt l’impression qu’à la place des valeurs précitées, on est dans le coup bas, le billard à trois bandes et la basse police. Quand on voit Anne Jouan de l’Ebdo, interrogée dans l’émission Quotidien sur TMC par Yann Barthès, tortiller au moment d’avancer la moindre preuve de « viol » ou d’« agression sexuelle », on se fait du souci pour la « durabilité » du projet.

 

Résumé pour ceux qui viennent d’arriver

L’affaire Hulot sent le montage à plein nez, une nouvelle officine déguisée en canard super moral vient à peine de voir le jour qu’elle fait le canal égoutier pour le pouvoir (profond ou pas). Vu ce que Vanity Fair, dont ce n’était absolument pas le cœur de métier, vient de balancer sur Tariq Ramadan – ce qui a entre autres pour objet de paralyser Plenel et Mediapart –, les ingénieries politico-médiatiques partent de nouvelles batteries.

À côté de Vanity (un)Fair, le pure player Buzzfeed a pas mal lâché ses chiens, et des chiens de plus en plus mordants. On subodore que des dossiers vont tomber tout crus dans la gueule du site d’information... américain. Récemment, et logiquement, Buzzfeed a fait dans l’anti-trumpisme antirusse et dans l’anti-lepénisme primaires...

Les observateurs de la chose politique devineront de quel camp viennent les tirs et les écrans de fumée, sachant qu’il y a aujourd’hui deux camps principaux : les atlanto-sionistes purs et durs à la Valls (avec le lobby israélien derrière), et les européistes mondialistes à la Macron (avec Attali dans la coulisse), deux forces qui croisent et entrecroisent leurs intérêts, leurs hommes et leurs stratégies.

Par ailleurs, l’axe Mimi Marchand (qui gère et protège de manière non officielle la « com » et l’image du couple royal) – Bruno Roger-petit (qui gère la « com » officielle de Macron) semble assez efficace dans la rétention des informations people qui pourraient gêner en haut lieu.

 

Épilogue

Pascal Praud, qui n’hésite pas à aller dans le dur (avec l’aval de Bolloré ?), tente de démêler le vrai du faux dans l’affaire Hulot, que l’on rebaptisera l’affaire Ebdo-Mandon. Nous sommes sur CNews, le 9 février 2018 :

 

Comprendre la politique par les réseaux,
avec Kontre Kulture

 

L’affaire Ebdo, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est est évident. Pas la peine de tourner autour du pot ( si j’ose dire .....)


  • Fausse nouvelle ("fake news"), le bon moment (timing) et croches-pied...
    Le journalisme français est mort et enterré, se retournant dans sa tombe !
    #haziza #fabiuspère #fabiusfils #omerta


  • Gallet est de la même année que Pascale Mitterrand (celle qui a balancé Hulot) : 1977, comme Macron. Année folle, année punk.

    Mais grâce au "soutien appuyé" de QUI Gallet rejoint FranceTV et est nommé ensuite président de l’INA ?!
    Je vous le donne en mille Émile : Frédéric Mitterrand ! (page Wiki de Mathieu Gallet)
    Monsieur « au-dessus de 14 ans, c’est dégueulasse » himself !

    Alors que vient faire l’homme d’Ushuaïa et des lagons bleus dans ce traquenard poisseux ? Vous l’avez dit, probablement servir de cobaye pour cacher un truc plus gros qui dépasse Gallet, du genre réseau...
    À vous les studios !


  • Viens là...je serai ton Richie et tu seras mon Guillaume....On se prendra le train....


  • Quoi ? Jupiter en serait ??? (Comme chantait Fernandel) Les bras m’en tombent. Quoique...

     

    • Cette pudeur de gazelle symbolisée par l’alibi Brigitte est d’autant plus incompréhensible que les mondialistes sont les promoteurs zélés du lobby en question...
      A la vérité, je suis presque certain qu’il prendrait 5 points dans les sondages en faisant son outing et dans la France d’aujourd’hui.

      Alors pourquoi ne le fait-il pas ?

      Il y a ici une contradiction qui pourrait cacher quelque chose d’encore plus énorme.


    • @goyband

      J’imagine que médiatiquement parlant, un président qui fait son "outing" est plus frappant qu’un président qui a toujours été ouvertement gay. Et honnêtement je ne pense pas que s’être revendiqué de la jaquette aux présidentielles aurait été très payant, vu tous les électeurs de Fillon qu’il a siphonné.


    • europhobe, bonne remarque à ceci près que très peu de Fillonistes ne se faisaient guère d’illusions.

      Soyons honnêtes, c’est un secret de polichinelle et pas seulement dans les hautes sphères, sauf pour les naïfs.

      La réunification des bourgeoisies de droite et de gauche s’est faite principalement sur l’Euro et la diabolisation du FN, pas sur les valeurs.

      Je ne comprends donc toujours pas, sauf peut être pour s’assurer le vote des musulmans, mais ce dernier n’était-il pas déjà acquis avec Le Pen au second tour ?


  • Belkacem, Ovadia, Bedos..pffff j’ai arrêté.


  • Macron : «  Pour mettre les pieds dans le plat, si dans les dîners en ville, si dans les boucles de mails, on vous dit que j’ai une double vie avec Mathieu Gallet ou qui que ce soit d’autre, c’est mon hologramme qui soudain m’a échappé mais ça ne peut pas être moi ! » a-t-il plaisanté, selon un extrait capté par Europe 1. (le 07 février 2017).

    Étrange réponse sur un ton plaisantin !

    En effet, le gay est habité par son double et il le recherche vainement dans l’autre, par la séduction et le mimétisme. L’inconscient de Macron ne se révèle-t-il pas en partie en évoquant ainsi son double ? Son double lui échapperait-il ? au point d’envisager une telle relation ? qu’il aimerait alors ? tout en se défendant ! ....

    Même si dans l’hypothèse négative à savoir qu’il n’entretient aucune relation amicale particulière avec Mattieu Gallet, il reste néanmoins qu’employer deux fois un terme gémellaire « double-vie et son double », laisse indiciblement penser qu’il est flatté de ce rapprochement ! En effet, sa déclaration ne suggère-t-il pas aussi une bisexualité a minima refoulée mais flatteuse pour son ego ? et un clin d’oeil, aux lgbt et lobby gay seuls à comprendre le message voilé ?

    À un an près, quasiment jour pour jour de sa déclaration, la rumeur revient à quelques jours de la Saint-Valentin ! Saint Matthieu est fêté le 21 septembre par les catholiques. Saint patron des percepteurs, des comptables, des fiscalistes, des agents des douanes et des banquiers. :) mdr ....

    N’est-il pas gayfriendly ?

    On lui connait son double-langage, double-discours, les anti-phrases, alors double-vie ou pas ? Elle finit toujours par se savoir parce que rien n’échappe au lobby gay dans ses histoires de rumeurs fondées ou non !



  • En soufflant sur le feu de la fausse affaire Hulot, les relais du pouvoir agissent en réalité au bénéfice de Macron, qui ne doit pas être touché par les ruades et cabrades éventuelles de Gallet. (De plus, Hulot le non-aligné ne compte pas que des amis...)



    Preuve : C’est pourquoi ce soir, et cela pendant 3 heures, BFM.WC martèle sans cesse sur cette histoire de viol. Quel est l’intérêt de BFM.WC de s’acharner sur Hulot, pour une affaire datant d’il y a 20 ans et qui est prescrite , sinon de faire un écran de fumée sur une autre affaire ?

    Pour quelle raison la ElCrief , celle qui soutenait au maximum et par tous les moyens le candidat Rothchildien Macron, s’est mis à compromettre Hulot publiquement et sans aucun état d’âme pour la famille de ce dernier, je le répète, pour une vieille affaire poussiéreuse de 20 ans, et prescrite par la justice ?

    Cela pue à plein nez.

    Les pauvres. "Les médias Macron" utilisent Hulot comme un pion sur l’échiquier , sauf qu’ils ne se rendent pas compte que le peuple voit tout et absorbe comme une éponge leur vomis . Sauf que un jour ... cela se terminera très mal !


  • Hulot paie peut-être son opposition à Notre-Dame-des-Landes, ce qui ne l’absout pas d’avoir eu un réchauffement corporel à la vue d’une belle jeune femme.

     

    • Je le pense également.

      Un chaud lapin le Hulot, dans sa période post Cantien/Pâtissier et avant de rencontrer sa femme actuelle.

      Il n’avait qu’à se baisser pour ramasser, tellement que ca frappait au portillon.

      Alors si ce n’est pas Marie, c’est Pascale la photographe, on reste en famille et surtout autour d’ONG oeuvrant au Niger...le terrain d’Areva, l’uranium français , tout ça, tout ça...
      Hulot doit quand même bien inquiéter en haut lieu pour que soit exhumée une si vieille affaire dont le but est de lui mettre les bâtons dans les roues dans sa volonté débridée de transition énergétique.


  • le journalisme dans toute sa laideur de basse police, de capos, de menteurs.


  • La méthode attali, sans blague meerde !


  • Remémorez vous Ushuaia et ses attitudes et vous vous rappellerez que cet homme est limité ; en tout cas pas au niveau d’un ministère et d’une ONG bidon à millions de CA.


  • Toutes ces femmes qui se reveillent 20ans après s’être soit disant fait violées, devraient être poursuivis pour non dénonciation de crime. Art 434-1 du code pénal.
    Par leur silence, elles ont délibérément mis en danger d’autres femmes et couvert de potentiels violeurs en séries. Idem concernant l’affaire Tarik, quelle est la responsabilité de la "première victime" qui par son silence a favorisé l’agression de la "seconde".
    Article 434-1
    Le fait, pour quiconque ayant connaissance d’un crime dont il est encore possible de prévenir ou de limiter les effets, ou dont les auteurs sont susceptibles de commettre de nouveaux crimes qui pourraient être empêchés, de ne pas en informer les autorités judiciaires ou administratives est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

     

    • Georges vous n’etes Pas une femme, vous ne pouvez pas comprendre les effets d’un viol avec tortures et humiliation sur le cerveau d’une femme. La honte, la sidération, la souffrance les habitent longtemps avant de pouvoir réagir. Et encore il faut qu’elles soient aidées et écoutées. Ce n’est généralement pas dans un commissariat de police que l’on peut trouver de la compassion, mais plutôt de la suspicion, quand ce n’est pas un regard concupiscent...


    • Maggy, dans les commissariats de police, il y a beaucoup de femmes, qui ne peuvent être soupçonnées de "regard concupiscent".
      Si je doutais du sérieux d’un gendarme, je m’adresserais à une gendarmette.
      Les gendarmes à qui j’ai eu affaire étaient, dans leur immense majorité, sérieux et plutôt attentifs dès que l’affaire semble grave.
      Il y a d’ailleurs une hiérarchie militaire qui ne laisse pas place à des abus.
      Au contraire, les.gendarmes.peuvent être parfois un peu trop zélés pour donner du corps à une affaire qui serait peu crédible sans cela.
      Pour finir, je crois que personne ne minimise la gravité d’un Viol, des lors qu’il est établi.
      Mais il semble que ce crime soit.parfois utilisé comme une arme, notamment dans le système médiatique et politique.
      Également, le secret de l’instruction et la présomption d’innocence ne devrait pas permettre que les procès aient lieu dans les journaux, ou pratiquement, l’enquête et l’instruction s’y déroule publiquement, au lieu d’être faite par un tribunal.
      Ce qui permet de mettre socialement à mort.des gens sans qu’ils puissent se défendre.
      Et dans le.cas de Hulot, en remettant en cause une décision de justice devenue définitive.


    • @Maggy

      Eh oui beaucoup d’entre nous ont malheureusement le droit à une certaine dose d’humiliation et de violence, que ce soit le petit blanc tabassé par les racailles en bas de son immeuble, l’adolescent moqué au collège ou au lycée, l’homme en situation déjà précaire victime d’un licenciement, et j’en passe...

      Ce n’est pas pour ça qu’il faut s’apitoyer ou s’enfermer sous prétexte que "les autres ne peuvent pas comprendre". Malheureusement, pendant qu’on se lamente, le monde continue à tourner lui, alors ce qu’il reste à faire, c’est prendre sur soi et continuer coûte que coûte.


    • Vous n’avez jamais été victime d’un viol, ce qui a été mon cas. Pendant des années j’ai été dans l’incapacité totale de parler de ça. Il ne s’agissait pas d’un choix délibéré, et encore moins une forme de victimisation. Quand on est violé on ne veut pas voir soit même qu’on a été violé, on en parle à PERSONNE, c’est clair dans vos têtes ? C’est pas parce qu’on voit constamment des fausses victimes en tout genre se plaindre que les vraies victimes sont dans cet état d’esprit la, et on ne demande surtout pas de l’apitoiement d’hypocrites dans vos genres.
      Me concernant cela s’est produit lorsque j’avais 6 ans. A cet âge la je me suis dis que ce qui m’arrivait n’était pas normal et je me suis longtemps demandé pourquoi ça m’était arrivé à moi, j’en ai conclu que j’étais pas normal et que c’était de ma faute inconsciemment sans m’en rendre compte. Pendant des années j’ai alors vécu avec un mal être omniprésent qu’on a eu de cesse de montrer du doigt (mes propres parents) parce que je n’avais pas un comportement normal et sans faire le lien que cela provenait de ce viol dont je me sentais responsable mais que je ne voulais surtout pas revoir... Ce n’est pas pour protéger les agresseurs ou je ne sais quelle connerie sorti de cerveaux dégénérés comme les vôtres qu’on ne balance pas des noms, c’est une question de survie mentale.
      Après un long travail, j’ai accepté l’idée que j’ai été abusé. C’est seulement la que je me rends compte que d’un autre côté, l’écoute que nous propose la société (et je parle de vous ici comme exemple georges et les gnomes qui ramènent leur sciences) obnubilée par des débats stériles et incapable de reconnaitre les vraies victimes des fausses qu’on montre à la télé. Je peux vous dire que ma plus grande colère n’est pas dans le discours des médias corrompus jusqu’à la moelle, mais dans le vôtre bien pensant estimant que c’est à une institution de régler les problèmes restant incapable de faire preuve d’humanité pour comprendre ce qu’est une vraie victime. Pour au final, montrer du doigt comme étant des gens pas aux normes... bravo, vous êtes fier ?
      Donc je vous emmerde bien profondément, je vous assure que les connards comme vous je les défonces intellectuellement et physiquement. Je me suis mis au sport de combat, j’ai changé mon alimentation, dans cette histoire je n’en suis sorti que plus fort. La justice j’attends rien d’elle depuis longtemps surtout si il faut faire comprendre l’injustice que j’ai subis à des bornés comme vous.


    • Merci pour votre témoignage courageux et instructif qui j’espère ouvriront les yeux de certains bien-pensants.


    • Si seulement votre témoignage @Antipocrite pouvait faire fermer leurs grandes gueules à quelques-uns qui en ont plein la bouche de théories foireuses et de leçons débiles, ce serait un mal pour un bien au final. Il y en a pas mal qui devraient réfléchir avant de l’ouvrir et se dire par exemple cette chose toute simple que quand on n’a pas vécu une chose potentiellement aussi traumatisante, la meilleure chose à faire est de la fermer et de s’abstenir de jugements et de commentaires condescendants. Ne même pas y penser est tout de même assez lamentable.


  • Il est vrai que si les moeurs américaines n’avaient pas déferlées sur le vieux continent, il n’y aurait pas d’affaire Hulot. Cet espèce de messianisme féministe, ces femmes qui se découvrent un beau matin des victimes du fascisme masculin, il faut bien le supporter. Un sentiment d’impuissance nous envahit et on attend que le tsunami soit passé.

    Une remarque : le vieux droit français donnait une grande importance à la "saisine" du juge. Si une victime laissait passer un délai ou bien ne voulait pas saisir la justice, on en déduisait qu’elle ne trouvait pas elle-même les faits suffisamment graves. C’est le sens des lois de prescription. D’ailleurs, tout le monde sait qu’un nombre incroyable de faits pourtant théoriquement punissables ne donnent pas lieu à saisine.

    Mais l’affaire contient un non-dit : Hulot n’osera jamais agir en dénonciation calomnieuse ou en diffamation, ce qu’un homme moins célèbre que lui et pas ministre pourrait faire. Et la victime pourrait agir contre lui maintenant avec la quasi-certitude que son affaire sera examinée au fond, au moins devant un tribunal civil (qui serait d’ailleurs assez adapté) Pourquoi ?

    Car Hulot ministre "de la République et de la Démocratie", comme dirait Valls, ne peut s’abriter comme tel derrière la prescription. Cette prescription doit être soulevée par l’auteur des faits prescrit et n’est pas automatiquement appliquée d’office par le juge. Il faut qu’elle soit invoquée.

    Il semblerait d’ailleurs qu’il n’en a comme ministre pas le droit ! Les pénalistes savent que la prescription ne fait pas disparaître les faits ou, comme l’amnistie, ne les faits pas oublier, mais que cette prescription doit être soulevée par le prévenu ou l’accusé (ou le ministère public) et elle n’est pas applicable d’office.

    Or si l’auteur des faits est un ministre d’état tenu par des règles d’honneur, à des obligations déontologiques, il ne peut pas sous peine de sanctions à l’instar des avocats pour qui cela constitue une faute professionnelle, soulever la prescription. Donc un procès civil peut parfaitement avoir lieu.

    Encore faut-il que la victime, au lieu de se répandre dans les médias, agisse un peu..

     

    • Très intéressant comme remarque... De quoi casser toutes les victimisations à venir de la part de prétendues violées.


    • Pénalement, la prescription était acquise avant qu’il fût ministre puisque s’agissant d’un crime la prescription est de dix ans.

      Civilement, la victime n’a plus aucune chance de prospérer : si l’action pénale est prescrite, l’action civile est vouée à l’échec faute de "preuves", vingt ans après.

      La victime sait tout cela.

      Peut-être faudrait-il lui demander pourquoi elle a tenu à intenter une action qu’elle savait perdue d’avance ?


    • L’action a des chances de prospérer au contraire pour une bonne raison, l’aveu. En tous les cas, l’aveu par Hulot de l’existence de relations charnelles, donc demi aveu. Il n’y a pas "rien". Il n’a pas osé dénier cela, si je ne m’abuse, se croyant protégé par la prescription. Demi aveu peut-être mais gênant. "L’aveu est la reine des preuves".

      Le procureur de Saint-Malo a laissé entendre que les versions des faits étaient "contraires", autrement dit, c’est assez clair, Hulot a soutenu qu’il a simplement cru qu’elle était "consentante" ... Question d’interprétation ... La victime a dénié totalement cela. Situation archi-classique en cas de viol. C’est là que sa position est assez fragile car il y a bien eu une une relation et il y aurait donc lieu à confrontation des versions. Et il se pourrait bien que, devant un juge d’instruction habile, il soit amené à se ridiculiser devant la sincérité de l’accusatrice ou des éléments divers.

      Ensuite, évidemment, pour tout un chacun, l’action serait prescrite mais certaines personnes ne doivent pas soulever la prescription car ils sont "sous serment" ; Au civil en tous les cas, un ministre se doit pas soulever la prescription. Tout de même !

      Mais la victime semble faire du barouf et une action en justice ne semble pas l’intéresser. Hulot a tort de s’inquiéter.


    • Réponse de listener ; Le fait que la prescription a été acquise "avant qu’il fût ministre" cela paraît indifférent puisque le serment d’un ministre l’oblige à l’honneur pour le passé, le présent et l’avenir. L’honneur ne se découpe pas en rondelles.

      Vous ajoutez : "Si l’action pénale est prescrite, l’action civile est vouée à l’échec faute de "preuves", vingt ans après." Mais l’action pénale n’a jamais été ouverte et examinée. C’est le procureur de la république de Saint-Malo qui a "classé" l’affaire. La justice n’a donc jamais été saisie et ne s’est ps prononcée sur le fond, contrairement à ce que fait croire Hulot. Il y a eu "classement sans suite". Pas juridictionnel cela. La victime a toujours le droit soit de se constituer partie civile, soit d’agir devant un tribunal civil.

      "Peut-être faudrait-il lui demander pourquoi elle a tenu à intenter une action qu’elle savait perdue d’avance ?" C’est vrai. Il y de pas mal de gens qui adorent échouer et perdre leur procès pour ensuite récriminer contre la justice pourrie.

      Mais c’est aussi le syndrome Weinstein : "la parole se libère" etc etc


  • Bien relire l’article de E&R de 2015 sur le petit Gallet dans la chaussure du président.
    https://www.egaliteetreconciliation...


  • Description de Macron , ce " président " qui a une démarche de gazelle , des épaules de vipère , une voix de castré , et une gestuelle qui fait rêver plus d’une femme . Enfin , d’apprendre ces conneries me prouve que mon jugement visuel ne me fait jamais défaut , il y a bien un galet dans le macaron , planquons nos dents , la digestion va durée cinq ans , ça ne va pas être facile .


  • Macron est sexuellement étrange. Il a commencé par séduire son institutrice pour l’épouser contre l’avis de ses parents consternés et malgré une massive différence d’âge Il renonce à avoir des enfants et s’occupe de ceux de sa femme dont le premier mari a disparu dans la nature et ne répond plus au téléphone. Il n’a pas de maîtresses alors qu’il est du type plutôt séduisant et que de plus ce serait la moindre des choses (Hitler a bien décidé d’avoir une maîtresse pour faire normal, alors..). Il rit tout le temps et assez bêtement. Il semble pris d’un optimisme frénétique mais n’a pas d’avenir génétiquement parlant faute d’enfants mais il voit tout en rose... Et il ne peut pas laisser entendre, comme De Gaulle, qu’il a "épousé la France", car il est aussi peu français que possible et il ignore d’ailleurs ce qu’elle est. C’est un américanomaniaque.

    Il est très bizarre donc notamment parce que, vivant dans les bacchanales, il mène une vie sexuellement correcte et conforme, finalement, au canon des familles chrétiennes et à la doctrine de Notre Très Saint Père le Pape. .

    Le dernier chef d’Etat à avoir été ainsi, c’est Louis XVI. Un peu inquiétant. Il a payé pour les turpitudes de ses prédécesseurs. Macron paiera-t-il pour le dérisoire dragouilleur Hollande ?

     

    • Jamais aucun roi ni président n’est mort politiquement pour des questions d’alcove en France.

      Sauf un : Felix Faure mort d’une turlute à l’Elysée le 16 février 1899 (dans le bureau qu’occupe Macron.)

      Pauvre Felix : la gourmandise est un vilain défaut.


    • Réponse à Desvigne : non mais je voulais faire remarquer qu’un roi de France, Louis XVI, et un "roi des français", Louis-Philippe, ont été conjugalement fidèles et que ces deux monarques ont mal fini, en tout cas ont été renversés.

      Les turpitudes des autres Bourbon Henri IV, Louis XIV et Louis XV surtout, ne les ont pas empêché de mourir au pouvoir.


    • "il mène une vie sexuellement correcte et conforme"
      Pas du tout, le fait qu’il ai pu avoir des descendants au tout début de sa relation avec Brigitte n’est pas normal si il l’aimait tellement et le fait qu’il se soit marié avec une femme de 24 ans son aîné et plutôt du genre bizarre comme si il mettait d’office sa vie d’homme normale en sourdine. Il ne semble pas attiré par d’autres femmes car il a du avoir de nombreuses occasions dan sa vie d’homme mur. Drôle de type en somme, à la sexualité pas très claire voir ambiguë.


  • J’ai tenu jusque 7:05 min sur la vidéo de CNews à la fin de l’article et à ce moment, la journaliste Florence Belkacem (à 6 ;43 ) cite un exemple de "révélation" (scoop) de Rue89 et là ya du niveau quand même, parceque on est loin d’un vrai scoop de chez Faits&Documents par exemple. Cela prouve à quel point les "journalistes" de rue89 sont bidons et que en opposition, il existe de vrais journalistes comme chez faits&Doc, ou d’autres !
    De plus je suis lasser de toujours voir cette même technique sur les plateaux télé ou s’opposent hommes ou femmes qui ont des vraie choses serieuses à dire concernant le sujet, et ceux qui sont la uniquement dans le but de discrediter les premiers cités . .
    Le problème se joue dans la trop flagrante différence de niveau entre les 2 et bien souvent le débat s’il existe tourne autour de l’emmotionnel et s’éloigne du serieux .. ;
    Bien loin des émission de l’ORTF !!


  • Il y a aujourd’hui deux camps principaux : les atlanto-sionistes purs et durs à la Valls (avec le lobby israélien derrière), et les européistes mondialistes à la Macron (avec Attali dans la coulisse), deux forces qui croisent et entrecroisent leurs intérêts, leurs hommes et leurs stratégies.

    Exemple parfait pour la tenaille de Monsieur Lucien Cerise, donc :

    Il faut donc déconstruire simultanément les deux mâchoires de la tenaille, ce qui devient possible en dévoilant leur tronc commun historique dont les racines plongent dans l’occultisme et la magie noire.

     

    • Oui tu as du remarqué que BFMSiona donne au moins une fois par semaine des nouvelles de Valls alors que politiquement il ne pèse plus rien alors que Hamon qui a gagné la primaire socialo ils en parlent plus...
      C’est leur poulain de secours si les choses devaient pas aller dans le bon sens


  • #1898137

    Faut pas oublier que ce " Balance ton porc" est une injustice qui nous vient des États-Unis, donc c’est possible que cette chose là, a été produite pour déstabiliser le gouvernement de Macron, ce qui signifie qu’ils savaient très probablement que dans le gouvernement de la république Macronienne se cache beaucoup de violeurs, pédophiles, et autres harceleurs sexuels dissimulant d’innombrables casseroles.

     

    • Vous avez sans doute raison et d’ailleurs comme être humain on ne peut dire que les femmes ont tort de demander protection. Le problème, c’est "à qui" demandent-elles protection ? Instinctivement, se sachant faibles (ou se croyant à tort fortes) , elles cherchent en ce moment protection. Mais qui peut les protéger ? Les journalistes et les médias dont la corruption des moeurs est notoire ? A l’état qui est dans un état de faiblesse totale et qui est dirigé par des femmelettes ? .

      La concupiscence humaine étant ce qu’elle est, de tous temps, les sociétés traditionnelles, pas folles du tout, avaient tendance à penser que c’est à l’homme, déclaré mari aux yeux de la société, (au bas de l’échelle, maquereau)de protéger sa femme, vue à juste titre comme incapable de se protéger elle-même..

      Le problème est là : la femme ne peut pas se protéger elle-même et doit solliciter une protection ou sociale, (mari) ou de l’état (police des moeurs). Laquelle est la plus efficace ?

      Sinon, prendre des cours d’auto-défense avec apprentissage d’envoi de coups de pieds dans les couilles, malheureusement il y a des hommes amateurs et qui en redemandent et qui payent pour cela. On en sort pas !


  • à Francois Desvigne :

    ça, c’est la version officielle . Lisez "Les morts Mystérieuses" d’Albert Monniot". Vous en apprendrez peut-être bien des choses, insoupçonnables "grâce" à nos chers médias.

    Courtoisement


  • Des affaires ? Excusez nous, on a mieux à faire !


  • La presse et les fameux deux poids et deux mesures. Si c’était un ennemi du système, dans ce cas la condamnation serait immédiate : "Ce type de crime ne devrait pas être prescrit ..." "le procureur avait une attitude machiste ..." etc.


  • Lequel des deux est homo ?


  • Il se pourrait effectivement que l’affaire Hulot cache des problèmes importants.
    Une phrase me revient en tête : "J’ai ma Maryline".
    Je connais peu d’hommes s’exprimer de la sorte d’autant que la femme en question n’est vraiment pas jolie. En faire trop cache toujours un souci personnel.


Commentaires suivants