Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Économie et écologie : Marine Le Pen précise ses vues

État stratège et double monnaie

Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, assure que la France aura « une monnaie nationale  » si elle est élue présidente de la République, dans un entretien au Parisien Dimanche.

 

«  Nous aurons une monnaie nationale comme tous les autres pays et nous aurons ensemble une monnaie commune. Voilà, c’est aussi simple que ça. Moi, je pense que l’euro est mort », annonce Marine Le Pen à l’édition dominicale du Parisien. « Il faut maîtriser la monnaie et l’adapter à l’économie parce qu’aujourd’hui la monnaie unique est un boulet. Elle est en grande partie responsable du chômage de masse », estime-t-elle.

« Je vais demander [à l’UE] de pouvoir maîtriser notre monnaie. Cela veut dire transformer l’euro monnaie unique en un euro monnaie commune. Monnaie qui ne concernera pas les achats quotidiens mais uniquement les grandes entreprises qui font du commerce international », explique Marine Le Pen.

La candidate du FN qui affirme au quotidien n’avoir jamais dit que la France sortira de l’euro, a régulièrement répété que, dès son élection, si elle remportait la présidentielle, elle entamerait une négociation avec l’UE pour « restituer au peuple français sa souveraineté monétaire, législative, territoriale, économique ». À l’issue de cette négociation, elle prévoyait un référendum sur l’appartenance à l’UE.

« Je vais mener ces négociations avec nos partenaires européens, parce que je sais que beaucoup partagent ce souhait de voir revenir au sein de leurs nations respectives ces éléments de souveraineté. Et je confierai aux Français le soin de décider de l’issue de ces négociations », promet la candidate du FN qui s’est hissée au second tour de la présidentielle.

À la question : « Quelle est votre arme pour convaincre vos partenaires ? », Marine Le Pen répond : « Le référendum. L’Union européenne s’est fourvoyée dans une vision radicale où elle a décidé de ne pas tenir compte de l’avis des peuples et de mettre en œuvre l’Europe à la schlague. Ce n’est plus admis par notre peuple. Il y aura donc derrière cette négociation le peuple français. »

Et si les Français répondent non au référendum, Marine Le Pen considérera qu’elle n’est pas « en capacité de rester en situation ».

Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse, a affirmé le 29 avril à Paris que la négociation souhaitée par le FN sur l’Union européenne et l’euro en cas d’accession à l’Élysée de Marine Le Pen commencerait en 2018 et prendrait « plusieurs mois », voire « plusieurs années ».

 


 

Le Pen défend sa vision de l’écologie avec un « État stratège » à Gardanne

 

La candidate du Front national, Marine Le Pen, a mis en avant dimanche, lors d’une visite imprévue près de l’usine Altéo de Gardanne (Bouches-du-Rhône) liée au problème des « boues rouges », sa vision d’une « véritable écologie », avec notamment un « État stratège ».

 

 

[...]

Considérant que la campagne du second tour permettait entre autres de « mettre en avant les problèmes environnementaux et sanitaires et de les relier au choix du modèle économique », Mme Le Pen a semblé vouloir envoyer un nouveau signal aux anciens électeurs de Jean-Luc Mélenchon, en défendant dimanche sa vision d’une « véritable écologie ».

 

 

Interrogée sur le cas de l’usine Altéo et du rejet de « boues rouges », Mme Le Pen a jugé que « l’État stratège doit agir en coopération avec l’entreprise, pour que ce ne soit pas l’emploi qui pâtisse de la protection environnementale mais qu’en même temps ce ne soit pas non plus les habitants qui pâtissent de la préservation de l’emploi ».

Interrogée sur le fait que l’État a déjà imposé une réduction des rejets polluants, la candidate a rétorqué que « l’État n’a pas agi, enfin très peu ». Et « l’Union européenne est surtout venue compliquer le dossier », selon cette eurodéputée, qui a concédé que l’UE « a posé de bonnes questions mais que l’État français aurait dû poser lui-même ».

Mme Le Pen a refusé de parler de « contraindre » l’entreprise à limiter ses rejets : « Pourquoi toujours parler de contrainte ? Est-ce que la planification écologique ne vise pas à se mettre d’accord, et envisager un plan concerté entre l’État et l’entreprise ? »

Lire l’intégralité de l’article sur lepoint.fr

Aborder les questions sérieuses avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1715299
    Le 30 avril à 18:39 par rascasse
    Économie et écologie : Marine Le Pen précise ses vues

    L’affaire des boues rouges de Gardanne rappelle celle des boues rouges déversées par Montedison au large du cap Corse . Les "autorités" ne faisant rien les Corses ont plastiqué un des bateaux qui déversait les boues . Manif . Préfet molesté . En 1974 le problème était réglé et il n’y eu plus jamais de déversements . Quand les "autorités" se foutent de nos gueules il faut réagir, ce que n’ont pas l’air de vouloir les nonchalants Marseillais .

     

    Répondre à ce message

  • #1715313

    Quand je constate les résultats calamiteux de certaines entreprises publiques, j’ai quelques doute sur l’Etat stratège. Mais l’Etat, ce sont des hommes qui ont souvent le tort de poursuivre des intérêts politiques et électoraux, voire idéologiques (comme pour l’énergie) au détriment d’une vision saine de l’économie.

     

    Répondre à ce message

  • #1715327

    J’ai un peu du mal à comprendre.

    Le problème de l’euro, c’est qu’il est trop cher à l’exportation pour l’économie française. À quoi cela sert-il de le laisser aux entreprises françaises qui font du commerce international, alors que ce sont justement elles qui en pâtissent ? Les usagers quotidiens ne souffrent de l’euro que de manière indirecte, à cause de la crise économique que cela engendre. Cette crise existera toujours, même en changeant l’étiquette sur les pièces et billets, si les entreprises restent assujetties à l’euro.

    À moins que cela soit une stratégie à moyen terme pour préparer en douceur les Français à la sortie de l’euro, j’ai du mal à voir où ça nous mène...

     

    Répondre à ce message

    • #1715582

      Idem, j’aurais preferé qu’elle dise simplement que la sortie de l’Euro n’est plus en projet, là c’est bien peu crédible à J-6…

       
    • #1715605
      Le 1er mai à 05:02 par Sherlock
      Économie et écologie : Marine Le Pen précise ses vues

      L’euro est trop cher à l’exportation parce qu’il est surévalué par rapport à l’économie française. Il représente en fait l’économie d’un pays voisin, pas la nôtre. Si les entreprises disposent de plusieurs devises pour commercer, elles choisiront naturellement celle qui leur coûte le moins, qui représente mieux l’économie du pays. Le marché s’auto-régulera.

      Ce discours s’adresse plutôt à ceux pour qui il y aura changement radical, parce que ce sont des électeurs et que MLP est en campagne. Elle parle aux usagers quotidiens de leurs problèmes, pas de ceux des entreprises. D’ailleurs elle aurait tort de faire l’inverse.

       
    • #1715618

      Bonjour.

      Je pense que c’est juste stratégique.
      C’est fait pour rassurer tous ceux qui sont paniques par la sortie de l’euro.
      Si ça avait été dit depuis des mois je pense que mlp faisait 10% de plus au 1 er tour.

       
  • #1715567

    Pas très clair tout ça. Surtout sur la souveraineté.
    L’alliance avec Dupont-Aignan ne s’est pas faite sans contrepartie. Cela résulte-t-il de leur accord. N’oublions pas que DA est un Young Leader, et que premier ministre, il fera le jeu de l’atlantisme.
    De l’autre côté il y a Mélenchon qui fait un appel du pied bien appuyé à Macron sur la loi travail.
    Tout ça n’est pas de bon augure et je me demande si de toutes façons le peuple ne va pas devenir adepte obligé de la Fistinière.

     

    Répondre à ce message

  • #1715590
    Le 1er mai à 04:25 par Bromélia
    Économie et écologie : Marine Le Pen précise ses vues

    La double monnaie présage la sortie de l’obscurantisme.

    Une seule unité monnétair ne peut pas être à la fois :
    - la comptabilité du travail (valeur economique de l’activité)
    - la comptabilité de la valeur d’échange (dependante de l’offre et de la demande)
    - la comptabilité de l’auto-reproducton de la monnaie (intérêt)

    Si on veut libérer l’economie et le travail de la finance, rien de plus efficace qu’une monnaie qui compabilise le travail et qui ne serve pas comme unité d’investissement à l’autre bout de la planète. C’est LE facteur qui va permettre une sortie de la crise.

     

    Répondre à ce message

  • #1715628
    Le 1er mai à 08:28 par Mister P.
    Économie et écologie : Marine Le Pen précise ses vues

    Personnellement, je développe un système informatique avec une problématique monétaire ; j’ai plusieurs monnaies. J’ai ressassé et ressassé le problème, c’est impossible d’utiliser plusieurs monnaies sans en utiliser une principalement, sinon ça oblige à une comptabilité d’apothicaire pour chaque sortie ou entrée de "cash". Chaque événement monétaire doit être journalisé en tant qu’événement "changeable" et non comme valeur changée, sinon le prix du produit changerait tous les jours.

    En passant les détails d’un taux de change fluctuant qui bloque toute possibilité d’établir un budget (problème bien connu en Afrique hors CFA), qu’une économie à plusieurs devises c’est l’explosion des taches administratives et la porte ouverte au Forex pour tous ; pauvreté en hiver, richesse en été.. ..comme en Afrique hors-cfa.

     

    Répondre à ce message

    • #1716067
      Le 1er mai à 15:51 par Bromélia
      Économie et écologie : Marine Le Pen précise ses vues

      Vous racontez quoi à vos enfants ?

      Que l’argent représente leur travail ?
      Que l’argent correspond à la comptabilité de la valeur d’échange sur un marché de l’offre et de la demande ?
      Que l’argent se reproduit ?