Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Ecopop : entretien avec le conseiller municipal suisse Denis Menoud

Propos recueillis pour E&R par Alimuddin Usmani

Denis Menoud est conseiller municipal en ville de Genève. Il avait été exclu de son parti, le MCG, suite à une conversation sur Facebook à propos de la politique israélienne. Celui qui juge l’avis d’Alain Soral fort respectable nous livre son opinion sur l’initiative Ecopop du 30 novembre prochain qui vise à limiter le solde migratoire annuel en Suisse à 0,2 %.

 

Denis Menoud, pouvez-vous nous exposer les raisons pour lesquelles vous voterez en faveur d’Ecopop ?

Tout d’abord Ecopop a le mérite, d’une part, de poser le problème crucial auquel est confrontée l’humanité, c’est-à-dire la raréfaction des ressources naturelles avec comme corollaire le saccage de la planète dans un monde limité, sans compter les guerres incessantes. Et, d’autre part, d’attirer l’attention sur la croissance exponentielle de la population mondiale que rien ne freine. Cette équation est insoluble car l’humanité et tous ses dirigeants sont dans le déni de réalité, c’est un suicide collectif programmé. Donc Ecopop essaie de résoudre de façon pragmatique la transposition de cette problématique au niveau de la Suisse. Selon la Banque mondiale, la Suisse est l’un des pays les plus densément peuplés, bien plus que la plupart des pays Africains, mais proche de Malte ou du Vatican. Les seuls endroits relativement sous-peuplés et encore riches en ressources naturelles sont l’Afrique subsaharienne, l’Amérique du Sud et la Russie. Ceux-ci s’en sortiront avec le temps, pas l’Europe, ni l’Asie. C’est dans ces pays qu’il faut de l’aide dans le planning familial (Inde 1,25 milliard d’habitants, la Chine 1,4 milliard, l’Indonésie, le Japon, la Corée du Sud, etc.). Toutefois, le pompon du parasitisme restant, hors toute catégorie, Monaco avec 18 000 habitants au kilomètre carré avec zéro production hormis des électrons bancaires et de la monnaie fiduciaire. Dans la majorité des pays, leur développement économique est détruit par la croissance démographique. Cette réalité insupportable est complètement niée et Ecopop est une réponse au niveau suisse.

Rappelons-nous que, durant des siècles, la pauvreté de la Suisse, notamment l’absence de ressources naturelles, a conduit des milliers de Suisses à s’expatrier. Aujourd’hui, si la Suisse devait (sur)vivre avec ses propres moyens, la population serait de 2 millions au maximum. Or, nous sommes 8 millions d’habitants à ce jour dont 25 % d’étrangers. C’est manifestement trop pour un minuscule pays sans ressources. Nous vivons dans une économie largement surdéveloppée au détriment des autres nations, notamment celles du tiers-monde, raison pour laquelle de nombreux étrangers, souvent sans emploi, souhaitent venir en Suisse, tout comme les milliers de réfugiés qui débarquent chaque jour sur l’île de Lampedusa. Les autorités savent très bien que nous sommes dans un cul-de-sac mais font tout pour mystifier les Suisses.

 

Que répondez-vous à la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, qui estime que le principe défendu par Ecopop est xénophobe ?

La conseillère fédérale Sommaruga dit n’importe quoi, comme tous les ignorants ou bien comme ceux qui sont de mauvaise foi, voire les deux à la fois. Est-ce son cas ? D’ailleurs, elle n’est pas la seule du gouvernement à se répandre en stupidités ou en mensonges sur Ecopop. Il suffit d’écouter les Berset, Burkhalter et autre Widmer-Schlumpf pour être édifié de leur étroitesse d’esprit et leur pusillanimité. Si le conseil fédéral mérite bien un brevet d’honneur, ce n’est autre que celui de la haute trahison de la Suisse, des bilatérales à la soumission honteuse devant les puissances étrangères en passant par la livraison de noms de citoyens suisses innocents aux USA. Les cris du Conseil fédéral contre Ecopop cachent de façon maladroite l’incompétence de ceux qui gouvernent en fonction de leurs commanditaires de Paradeplatz à Zürich (place réputée pour sa cherté et pour les organismes financiers y siégeant).

 

Comment expliquez-vous que l’ensemble des partis politiques s’est prononcé de manière unanime contre cette initiative ?

Tous les partis et leurs sycophantes des médias, défendent leurs intérêts économiques égoïstes à court terme, ils n’ont aucune vision globale et à long terme. Ça ne les intéresse pas, ils sont complètement irresponsables. C’est en somme assez logique, car leur vue de leur petit monde coupé des réalités porte au maximum à la prochaine échéance électorale. Ils ne peuvent ni ne veulent comprendre l’essence de l’initiative Ecopop. Leur vision du monde est celle d’un peuple bête et dangereux et se prennent pour de bons bergers capables de nous dire ce qui est bon pour nous autres, Suisses. Mais comment loger, vêtir, nourrir, transporter et instruire chaque année 86 millions de nouveaux habitants sur Terre ? Même s’il y avait une décroissance généralisée de la population mondiale, il serait de toute façon impossible de fournir un niveau de vie tel que nous le connaissons. La logique de ces partis politiques se résume par un « après moi le Déluge ». Ces partis veules composés d’arrivistes, d’affairistes et de lobbies sont totalement néfastes et contre-productifs, ces sont eux, en réalité, qui mènent à grand pas la Suisse vers l’abîme.

 

Les menaces des milieux de l’économie concernant la prospérité de la Suisse sont-elles fondées ?

Je pense que par prospérité, vous voulez dire la « croissance » ? Si tel est le cas, ce sera non, mais peut-être un fléchissement. Et encore... personne n’en est sûr. De toute façon, la prospérité est à géométrie variable : cadeaux fiscaux aux plus riches et réduction des prestations aux plus pauvres. Les soi-disants milieux économiques, c’est-à-dire le patronat zurichois en tant que leader, basent leur fortune sur l’exploitation des Suisses et des étrangers, sur la détérioration générale de l’environnement et sur des rapports économiques mondiaux inégaux. C’est d’ailleurs pour cette raison que les caciques de l’UDC tombent leur masque et montrent qui ils sont réellement et quels intérêts ils servent : moi d’abord, la Suisse après. Et encore ! peut-être...

Même chose sur l’initiative pour récupérer notre or à l’étranger et relevons au passage que la politique de la BNS va mener la Suisse droit à la faillite et à la ruine du pays. Elle a déjà gravement dilapidé le patrimoine du peuple suisse en bradant les réserves d’or pour de la monnaie de singe en achetant à tours de bras de la dette de grandes puissances notoirement insolvables ou qui ne rembourseront rien au final. La création monétaire ex nihilo de la BNS aura un prix à payer et gare au retour de flamme sur l’économie du pays.

À chaque fois, ces mêmes milieux prétendument « économiques » ressassent la crainte, la peur et les menaces. Ils se prennent pour le centre du monde bien qu’ils soient une infime minorité ; mais ils savent acheter les politiciens et les médias. Pour la prospérité de la Suisse, il y a plus à craindre du conflit ukrainien – qui dégénère suite à l’agressivité des USA, de l’OTAN et de l’Union européenne – plutôt que de la mise en application de l’initiative Ecopop. Pour le grand patronat zurichois, c’est-à-dire la finance, les assurances, le bâtiment ainsi que quelques grands industriels, leurs intérêts ne correspondent pas aux intérêts de la majorité des Suisses.

 

Ce texte proposé au peuple suisse est bien moins flou que l’initiative contre l’immigration de masse puisqu’il propose une limite claire de 0,2 % de solde migratoire annuel net en Suisse. Si cette initiative est acceptée, pensez-vous que les autorités auront les moyens de l’appliquer à la lettre ?

En cas d’acceptation de l’initiative Ecopop, il ne s’agira que d’une question de volonté pour la mettre en application. Alors, comme d’habitude, on dira aux Suisses que cela est contraire au droit international, aux bilatérales et ainsi de suite. Soyons réaliste, les « élites » qui dirigent la Suisse n’ont aucune intention de mettre en pratique l’initiative Ecopop, elles sont trop soumises pour ne pas dire vendues à la mondialisation à la mode anglo-saxonne. Il faudra les y contraindre.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Excellent entretien ! Les arguments sont sur la ligne E&R. L’immigration est un enjeu crucial, ses adversaires ne peuvent pas l’accuser de racisme, il est marié à une Guinéenne...


  • Pour répondre au problème général de la surpopulation mondiale, tout d’abord un chiffre si on mettait la population mondiale sur le territoire des états unis celle tiendrait largement, mais il y a effectivement le problème des ressources.Alors une seule solution, mettre tous les moyens vers la conquête spatiale, mais pour cela il faut accepter la capacité creative dans la découverte fondamentale de l’homme. La possibilité de trouver des énergie innovantes pour le transport spatiale, la production de nouveau matériaux dans le vide spatial, et un fine, l’installation de colonies humaines sur d’autres planètes. Les américains n’ont pas cette capacité créatives, l’histoire a montré qu’ils savent faire du profit sur les drcouvertes fondamentales Européennes.
    La civilisation Européenne ainsi que la Russie ont montré historiquement cette capacité. Alors l’Europe au lieu de vous soumettre aux états-uniens qui vous poussent a la confrontation avec la Russie, associez vous avec la Rusdie et de grands pas en avant pour l’humanité s’accompliront...

     

    • Si je comprends bien, après avoir détruit la terre, vous envisagez d’aller pourrir d’autres planètes à grands renforts de centaines de milliards qui pourraient servir à stopper la démographie mondiale et à donner un niveau de vie décent à tous les habitants.
      Pourquoi faire simple et positif quand on peut faire compliqué et destructeur, n’est-ce pas ?


    • "Alors une seule solution, mettre tous les moyens vers la conquête spatiale...".
      Ce n’est nullement la seule solution, on peut en effet tout aussi bien en finir avec les contraintes des ressources naturelles en astralisant nos corps physiques selon les méthodes de méditation tibétaines les plus abouties.
      Sinon, mais cela parait impossible pour le politiquement correct, l’humanité pourrait décider de se développer en harmonie avec la nature, en contrôlant les naissances afin de se perpétuer tout en ne mettant pas en danger l’avenir de ses enfants,
      On pourrait ensuite, encore plus politiquement incorrect (cela nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire), décider d’un commun accord que chaque peuple sélectionne parmi les siens les plus avantagés par la nature, intellectuellement et physiquement, afin qu’ils se reproduisent et assurent à notre espèce une évolution qualitative plutôt que quantitative.
      Mais je m’arrête, sentant les vents nauséabonds de l’innommable approcher dangereusement de mes narines.


    • Et si nous arrêtions simplement de nous reproduire comme des lapins ?
      La première des choses les plus sages à faire serait peut-être d’avoir un regard sur nous-mêmes, ainsi que d’arrêter de croire que nous maîtrisons tout sur la Terre, comme au Ciel (si j’ose dire...). Nous ne sommes qu’une chiure de mouche face à la puissance aveugle de la nature et la Terre continuera de tourner sans nous si nous ne faisons pas preuve d’humilité et d’introspection.
      Sincèrement, je te laisse mon ticket pour aller sur une autre planète.


  • Cette initiative est extrême et mal formulée. Sous couvert d’écologie humaine, ce qu’on nous vend n’est rien d’autre qu’un projet malthusien de réduction de la population mondiale : un programme de contrôle de la population qui est à l’origine du véritable "racisme" contemporain, qui a la haine des populations pauvres. De quel droit, allons-nous, Suisses, imposer un contrôle des natalités dans les pays pauvres ?

    Cette initiative est, en elle-même, d’essence totalitaire. Si elle était acceptée, elle ouvrirait un droit étatique d’édicter des lois limitant la liberté des couples de procréer, comme cela existe en Chine avec ses avortements et ses stérilisations forcés. La différence sera, que là, c’est le peuple lui-même qui aura voté, démocratiquement, pour qu’on applique ces mesures drastiques ! C’est d’autant plus ahurissant que la Suisse a un indice de fécondité de 1,47 enfant par femme, bien en-deçà de celui qui permet le simple remplacement des générations. À ce rythme, la population suisse commencera à décroître d’ici à 20 ans ! Déjà que les retraites ne sont maintenant plus assurées...

    Bien d’accord, pour le côté "retrouver le sens du chez soi", le sens du "ré-enracinement", et l’importance de l’enracinement, mais si la population suisse ne se renouvelle pas, il faudra bien chercher des solutions du coté de l’immigration.

    Une autre très bonne raison de voter non à cette initiative, c’est que la leader historique d’EcoPop n’est autre que l’horrible Anne-Marie Rey, une féministe enragée de la première heure, socialiste, pro-avortement, pionnière du droit à l’avortement et figure de proue de la bataille pour sa décriminalisation.

     

    • Toujours cette manie de vouloir chercher des solutions du côté de l’immigration....Lorsqu’on est conscient que l’immigration est organisée par le patronat pour faire du dumping salarial on se doit de la combattre par tous les moyens. Ecopop est un moyen légitime. Une population constamment remplacée n’a pas le temps ni l’envie d’avoir des revendications légitimes, elle se sent redevable et corvéable à merci. Lorsqu’on est conscient que le recours massif à l’immigration est un projet mondialiste validé par les loges maçonniques pour détruire peu à peu les identités nationales et faire de nous des consommateurs compulsifs, on ne peut pas être pour l’immigration. Stigmatiser les immigrés est évidemment inutile mais combattre l’immigration organisée par l’élite est plus qu’une nécessité, c’est une question de survie...


    • @bachar

      Le contrôle mondial de la population, par : la promotion de l’avortement, les stérilisations forcées, le non accès à l’eau potable dans les pays en voie de développement, la destruction de la famille, la promotion de l’homosexualité, le féminisme, etc, est aussi un projet maçonnique ! Financé et planifié par Rockfelker, entre autre, dès 1969 :

      https://thefreedomagenda.wordpress....

      D’autre part, s’il y avait moins d’avortements dans les pays occidentaux, nous n’aurions pas besoin de l’immigration. Respectons l’ordre naturel avant toute chose !


    • @Marie : On peut effectivement émettre des critiques concernant le deuxième volet de l’initiative qui souhaite que la Confédération consacre 10% à la planification familiale volontaire mais il ne s’agit tout de même pas de stérilisations forcées ou d’avortements, c’est plutôt un accès à la contraception comme les préservatifs qui est concerné. De toute façon dans le budget de l’aide au développement le planning familial est déjà une réalité. Le premier volet de l’initiative est le plus important, il concerne l’immigration et il souhaite réduire drastiquement et concrètement l’immigration, par conséquent il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain et voter OUI. Les milieux de l’économie, les partis politiques, les loges sont tous unis contre cette initiative, à un moment posez-vous la question de cette union sacrée...


    • @bachar
      Nous avons déjà limité l’immigration avec la votation du 9 février...


    • @bachar

      Je suis bien d’accord, mais dans l’absolu, ce projet de réduction mondiale de la population par une élite, maître du monde, me semble bien plus terrifiant que l’immigration en Suisse qui a, d’ailleurs, déjà été limitée par la votation du 9 février. On pourrait même dire que cette immigration est aussi une conséquence des " bonnes résolutions" prises par cette élite en 1969.


    • C’est juste Marie mais vous devriez savoir que cette initiative était floue. Pour la mettre en oeuvre il y a une suspension de 3 ans et le Conseil Fédéral essaie de tout faire pour ne pas respecter le vote populaire. Il souhaite vider de sa substance cette initiative en négociant avec l’Union européenne. Ecopop a le mérite d’être plus précise à propos de l’immigration, elle fixe un chiffre, ce qui n’est pas le cas de l’initiative du 9 février....


  • Ce conseiller municipal pourrait-il nous expliquer comment les hopitaux de Genève fonctionneront-ils lorsque l’on en aura renvoyé toutes les infirmières et le médecins français qui composent la majorité du personnel ? Que fera-t-on, du fait des obligations de réciprocité, des dizaines de milliers de Suisse qui se sont installés en France à la frontière, faisant exploser les prix de l’immobilier dans les environs, avec tout ce que ça implique en terme de difficulté de se loger ?

     

    • Vous n’avez visiblement pas compris l’initiative Ecopop. Il ne s’agit pas de renvoyer des gens mais de limiter l’immigration, les entrées sur le territoire...


    • Il y a apparement des cretins qui ne comprennent rien. Il ne s’agit pas de renvoyer des etrangers mais de controler les flux migratoires.

      Que fera-t-on lorsqu’il n’y aura plus d’infirmieres (notamment francaises) a l’hopital cantonal de Geneve ? L’augmentation de la population (principalement due a l’immigration massive) augmente les besoins (en infrastructures, services) qui generent a leur tour encore plus d’immigration. Il n’y a pas 100% de patients suisse a l’hopital cantonal de Geneve ! Controler severement l’immigration engendrera (par ex. dans le domaine medical) moins de patients/malades dans les hopitaux et donc moins de personnel a aller chercher a l’etranger.

      Vous avez le droit de reflechir et de ne pas balancer que des slogans (genre democratie de marche et d’opinion). Je crois que le commentaire plus haut doit venir d’un frontalier qui se croit indispensable.